• Le Feng Shui

     

    Le Feng Shui

     

     

    Découvrez le Feng Shui, la méthode Chinoise permettant d’introduire la paix et l’harmonie dans son environnement.

     

     

    Des siècles avant que les Occidentaux ne s'’intéressent aux problèmes écologiques, les Chinois savaient déjà que notre bien-être est inextricablement lié à l’environnement dans lequel nous vivons. Cette science s’'appelle l’'effet Feng Shui, qui signifie littéralement « vent et eau ». De nos jours, l’intérêt pour le Feng Shui dépasse les frontières de la Chine, et nombreux sont ceux qui, venant des horizons les plus divers, prennent conseil auprès d'’un spécialiste de cet art avant d’'acheter une maison ou de prendre une décision importante. Le Feng Shui est lié à la conviction que toute chose doit être en parfaite harmonie avec son environnement, que ce soit une ville ou une simple fleur dans un vase. Pour un Chinois, trouver une place pour s'’asseoir dans un restaurant ou accrocher un tableau au mur sont des décisions qui doivent être prises en tenant compte des règles du Feng Shui. Mais la raison qui motive cette démarche n’'est pas seulement d'’ordre esthétique ; pour les Chinois, l’'harmonie créée par une situation Feng Shui parfaite attire la prospérité, la santé et la chance. L'’essentiel de la tradition du Feng Shui relève du bon sens, tout d'’abord, il est évident qu’'un décor agréable stimule notre esprit. Les Chinois ont dressé des descriptions très précises de ce qui constitue l'’environnement Feng Shui idéal. Et s'’ils accordent une importance toute particulière à la présence de collines à l’'arrière plan d’un paysage, ce n'’est pas seulement parce qu’elles sont agréables à la vue, mais aussi parce qu’elles arrêtent les nuages et freinent les orages.

     

    Le Feng Shui

     

    Le Feng Shui reconnaît cinq formes de construction essentielles. La forme Bois est grande et étroites, à l'’image d’un tronc d’'arbre ; la forme Feu est faites de points proéminents ; la forme Terre est plate sur le dessus ; la forme Métal est en arche ou en dôme ; et la forme Eau est irrégulière. De même que dans l’'astrologie Chinoise, la séquence Bois-Feu-Terre-Métal-Eau-Bois ( grand-pointu-plat-en dôme-irrégulier-grand ) est considéré comme productive. La juxtaposition de formes dans cet ordre produit des effets positifs ; en revanche, lorsqu’'une de ces formes manque, la séquence est dangereuse. Ainsi, il n'’est pas conseillé de construire un bâtiment en dôme à un endroit où la plupart des constructions présentent des toits pointus parce que le « Feu fond le Métal ».

     

     Rendez votre maison ou votre appartement plus harmonieux grâce aux principes du Feng Shui

     

    Créer un intérieur parfait n’'est jamais facile, les Chinois pensent qu’'en obéissant aux principes du Feng Shui il est possible d’'améliorer considérablement son environnement, que l’'on vive dans une maison spacieuse ou dans un studio.

     

    Première règle : il est indispensable de vous assurez qu'’un flux régulier de forces positives circule dans votre demeure. Les Chinois appellent cette énergie le Chi ( prononcer ki ); dans une pièce, le Chi peut être considéré comme un souffle d’'air qui entre et qui sort par les fenêtres ; il risque d’'être détourné de son chemin par les miroirs. Lorsqu'’il circule facilement, il stimule et insuffle de la vigueur. Mais lorsqu'’il se disperse trop rapidement, l’'effet de stimulation disparaît ; s'’il est emprisonné, il devient dangereux pour la santé. Cette énergie créatrice s'’écoule sous forme d’'ondulations légères, à la différence du Sha, son contraire, qui se déplace en ligne droite et dont l'’effet est négatif. En règle générale, il est indispensable d’'encourager le Chi à suivre sa course ondulatoire, tandis que l’on détournera les lignes droites du Sha à l’'aide de miroirs ou d’'ornements, les dispersant ainsi définitivement.

     

    1/ l’'entrée- ...l’'allée qui mène à la maison doit décrire une courbe ou former un angle, évitez toutes les allées en ligne droite. Par ailleurs, les portes doivent s’'ouvrir vers l’'intérieur pour encourager la circulation du Chi. De même, si vous bénéficiez d’'un porche, il faut que ses battants s’'ouvrent vers l’'intérieur. En Occident, il n’'est pas rare de trouver un escalier en face de la porte d’'entrée ; cette disposition entraîne un Feng Shui peu harmonieux, car elle encourage la circulation du Sha. De même, la porte de derrière, lorsqu'’il y en a une, ne doit pas non plus être visible de l’'entrée, sinon le Chi risque de traverser directement la maison sans repartir ses bienfaits. Il est possible d’améliorer ces dispositions en interposant un rideau ou un meuble entre la porte d’'entrée et l’'escalier ( ou la porte de derrière). Vous pouvez également installer un miroir en haut des marches, face à la porte.

     

    2/ la pièce à vivre- ... les salles de séjours qui possèdent une fenêtre à chaque extrémité sont très perturbatrices ; non seulement elles ne disposent pas de point central, mais elles induisent  inconsciemment le sentiment de se trouver dans un tunnel, car le milieu est sombre, éclairé à ses deux extrémités. On peut éviter cet inconvénient en divisant l’espace en deux avec des panneaux coulissants. Le soir, lorsque les volets sont fermés, on peut rabattre les panneaux, une autre solution consiste à assombrir une des fenêtres avec un store, ce qui permet à l’œil d’'être attiré par l’'endroit le plus lumineux de la pièce.

     

    3/ la chambre à coucher- …des jeunes gens doivent, de préférence, être orientées à l’'est, car le lever du soleil a un effet revigorant ; pour les personnes âgées, l’'ouest est préférable, car le repos prime à cette période de la vie. Evitez les miroirs dans les chambres, car ils stimulent le Chi, rendant l’'endroit moins paisible. Les pièces ayant des pans de murs entiers recouverts de glaces ne sont pas conçues pour dormir. Même si vous n’avez qu’'un petit miroir, celui-ci ne doit pas être visible du lit, car il risque de provoquer des cauchemards. Placez le lit de manière qu’il ne soit en face ni de la fenêtre ni de la porte, l'’idéal étant qu’il ne soit pas visible depuis celles-ci. N'’utilisez pas comme chambre à coucher une pièce située au-dessus d’une cave ou, pire encore, d’'un garage ; en effet, les espaces confinés accumulent un Chi stagnant qui peut avoir un effet néfaste sur la santé. Par ailleurs, dans la mesure où nous passons, en règle générale, un tiers de notre temps dans notre chambre, il existe un réel danger à s’'exposer d’'une façon prolongée aux gaz d’échappement. En effet, des recherches récentes ont révélé que l’'accumulation de certains gaz dans des espaces confinés peut se révéler très dangereuse, aussi doit-on tout faire pour l’'éviter.

     

    4/ la cuisine- ...selon le Feng Shui, la meilleure situation pour une cuisine est à l’'arrière de l’'habitation ; si elle se trouve proche de l’'entrée, elle donne aux visiteurs l’'impression que les habitants sont avant tout intéressés par la nourriture et qu’'ils mangent trop. Ici, l’'élément Feu devra être séparé de l'’eau. Il est déconseillé, selon les règles du Feng Shui mais aussi de la sécurité, d’'installer l’évier juste à côté du coin cuisson. Vous pouvez les séparer par un plan de travail ou de rangement.

     

    5/ le bureau- ...de nombreuses personnes placent leur bureau face à la fenêtre ; cette disposition n’'est valable que si la fenêtre est orientée au nord, qui donne une lumière plus diffuse. Sinon, la clarté en provenance de la fenêtre risque de vous aveugler et de provoquer des maux de tête. Ne vous asseyer pas le dos à une fenêtre, car votre coin travail se trouverait dans l’'ombre. L'’idéal consiste à placer le bureau sur un des côtés de la fenêtre. Dans cette pièce, il faut encourager la circulation lente du Chi, mais éviter sa stagnation ; disposez classeurs et meubles de rangements en évitant les angles morts. Le désordre est excusable, car il prouve que la pièce contient au moins un espace ouvert. Enfin, créez un point dans l’espace qui permette la méditation ; les étudiants Chinois utilisent souvent à cet effet une pierre ornementale qui rappelle une montagne.

     

    6/ les salons- ... la meilleure orientation pour toutes les pièces destinées au délassement et aux distractions est l’'ouest, situation associée au soleil couchant et au repos après une journée de travail. Musique et jeux bénéficieront au maximum des effets du Feng Shui s’ils sont situés sur le côté ouest. Dans un petit appartement, on peut placer sa chaine hi-fi contre un mur situé à l’'ouest ou dans le coin ouest de la pièce.

     

    7/ la salle de bains- ...dans la mesure du possible, il vaut mieux installer la salle de bains au nord, car  cette orientation est associée à l’'élément eau. Cette pièce étant vouée à la propreté, le Chi doit pouvoir circuler rapidement. Peu importe la taille de la salle de bains, mais elle doit comporter une fenêtre. Par ailleurs, une multitude de miroirs stimuleront le Chi et le feront circuler plus efficacement. Une règle importante du Feng Shui indique que l’'on ne doit jamais voir l’'eau quitter sa demeure (cela porte malheur dit-on). En effet expliquent les Chinois, lorsque l’'eau s’'en va, elle est contaminée par l’'utilisation que nous en avons faite. Aussi, vaut-il mieux que les eaux usées s’'évacuent par le sous-sol. Vous devez également vous arranger pour que vos canalisations ne soient pas visibles. Bien qu’'extrêmement décoratives, les plantes en pots ne sont pas recommandées dans une salle de bains ; elles retirent à l’'environnement toute sa vitalité et créent des réserves importantes de Chi négatives.

     

    En Extrême-Orient, les hommes d’'affaires consultent toujours un spécialiste en matière de Feng Shui avant de prendre une décision importante. Ainsi, lorsqu'’ils doivent ouvrir de nouveaux bureaux ou engager un employé, ils se plient aux principes de cet art. On peut appliquer ces règles aux lieux de travail occidentaux si l’on souhaite en améliorer l’'atmosphère et favoriser le succès commercial. L'emplacement est la première considération à prendre en compte, le bon sens joue, en général, un rôle décisif lorsqu’'il s’'agit de déterminer la localisation d’'une activité nouvelle. Mais le Feng Shui va plus loin que les simples évidences ; la forme des bâtiments et le sol sur lequel ils sont installés jouent un rôle essentiel. Les bâtiments massifs, de forme carrée, symbolisent la stabilité et conviennent bien aux entreprises qui ont besoin de gagner la confiance de leurs clients. Les sites triangulaires, pour leur part, sont jugés plus hasardeux ; en effet, selon le Feng Shui, les pointes d’un triangle représentent des flammes, lesquelles symbolisent la destruction par le feu de documents précieux ! Pour l’'entrée, les spécialistes préfèrent les portes qui s’'ouvrent de l’'intérieur, car elles encouragent un flux harmonieux de l’'énergie Chi. Dans des locaux professionnels, portes tournantes ou battantes résoudront habilement le problème. La pièce de réception constitue une zone neutre, mais il vaut mieux que la réceptionniste occupe une position lui permettant à la fois d’'accueillir les visiteurs et de transmettre des ordres ; son bureau doit faire face à l’'entrée, tout en se trouvant dans un angle, afin d’éviter les lignes directes, qui génèrent l’'énergie Sha. Sur les lieux de travail, il est important d’encourager la libre circulation du Chi, autrement dit, la disposition des bureaux et des autres équipements doit être conçue de manière à éviter toute obstruction, ou angle mort, qui gênerait la répartition des vibrations bénéfiques. Selon les Chinois, cela permet un meilleur rendement et une moindre fatigue. Qui sait, travailler vous en paraîtra peut-être d’'autant plus amusant !

     

    Le Feng Shui

     

    La taverne de l’'étrange- 25 déc. 2005

     

    pour plus d'info passez voir les sites de Frédéric (un ami)

    qui est un grand expert de Feng Shui devant l'éternel !!!

     

    http://www.gdle.net

    http://www.citezen.net

    http://www.fengshui-occidental.com

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Peut-on revenir de l’au-delà ?

     

    Frôler la mort, passer de « l’autre côté » et rebrousser chemin, est-ce possible ?

     

    Les NDE où Expérience de mort imminente...

     

    Certains témoignages de rescapés, d’hommes et de femmes qui ont failli mourir, sont très troublants, mais les médecins sont sceptiques…

     

    …Un choc violent, et c’est l’accident ; coincé dans les tôles de sa voiture, le conducteur ne peut bouger. Il voit sa dernière minute arriver…soudain, il se sent happé vers le haut ; tandis que les sauveteurs s’affairent autour du véhicule, il s’envole. Son corps est au-dessous de lui. D’acteur du drame, il devient spectateur, puis tout devient noir. Un tunnel sombre s’ouvre et l’engloutit ; long passage au bout duquel filtre une lumière irréelle d’où parviennent des voix, ou plutôt une sensation de paix, de tranquillité. Puis, de nouveau le tunnel, le retour vers le lieu de l’accident, et d’autres voix – celles des sauveteurs, et la douleur du corps blessé qui commence à se faire sentir.

    Que s’est-il donc passé ? Le conducteur accidenté vient de vivre une NDE  ( Near Death Experience) où en français EMI qui signifie : expérience de mort imminente…

     

    Peut-on faire une incursion dans l’au-delà, puis s‘en retourner dans le monde des vivants ?

     

    Curieusement, cette question d’un autre âge redevient d’actualité avec l’évolution des techniques médicales de réanimation. Ayant échappé de justesse à la mort un grave accident, il arrive que des hommes ou des femmes décrivent un « voyage » qu’ils auraient effectué dans l’au-delà. Les récits de ce genre, popularisés par l’ouvrage de Raymond Moody – La vie après la vie, sont depuis une vingtaine d’années l’objet de débats plus qu’animés. Pour certains, il s’agit de ranimer la vieille querelle à propos de l’existence d’un « royaume des ombres ».

     

    Les NDE où Expérience de mort imminente...

     

    Pour d’autres, ces rescapés sont des fabulateurs. Ils suspectent une contamination par la presse populaire, avide de semblables récits, et se demandent si les patients décriraient de telles expériences s’ils étaient privés de ces sources d’inspiration. Pour ces derniers, les plus sceptiques, les personnes qui rapportent ce type d’expériences les ont peut-être vécues, mais elles ne sont jamais passées « de l’autre côté ». Elles ne sont, bien sûr, pas revenues de la mort ; si les NDE sont le reflet d’une réalité, celle-ci n’à rien à voir avec l’au-delà, mais alors, de quoi s’agirait-il ? Les victimes de ces expériences sont-elles effectivement « sorties » de leurs corps, ce qui impliquerait qu’une partie autonome de l’individu pourrait se détacher du corps physique ? Les survivants en sont convaincus, bien sûr, mais rien ne garantit leur objectivité ? La plupart des psychologues et des physiologistes pensent qu’ils ont plutôt vécu des expériences comparables à des transes accompagnées d’hallucinations.

     

    En effet, sous l’emprise d’un choc psychologique intense, le cerveau libèrerait une bouffée d’endorphines – ces drogues à effet antalgique produites par l’organisme ; celles-ci entraîneraient le sujet dans un « voyage » proche de celui-ci que l’on peut expérimenter sous l’effet de certaines drogues moins licites. C’est ce qui expliquerait cette sensation de paix qui envahit parfois ces survivants, qui les transfiguraient, dit-on. Après une telle expérience, on n’aurait plus peur de la mort, il paraît même qu’on regretterait d’en être revenu…

    Finalement, une NDE correspond donc moins à un aperçu sur l’au-delà qu’à la façon pour l’organisme humain, placé dans des circonstances extrêmes, d’y échapper.

     

    Pour en savoir plus, allez voir ce site, de nombreux témoignages s’y trouvent…

     

    Les NDE où Expérience de mort imminente...

     

    http://www.nderf.org/French/rosemary_emi.htm

     

    voir l'enquête complète sur les NDE dans la revue Le monde de l’inconnu, N° 317 Déc/Jan. 06

     

    Pin It

    1 commentaire
  • hill1

     

    L’affaire des époux Hill

     

     <o:p></o:p>

    « Lorsque le docteur B. Simon, psychiatre réputé pour ses travaux sur l’hypnose en psychothérapie, reçut pour la 1ère fois Barney et Betty Hill dans son cabinet, en ce matin de Décembre 1964, il pensa tout d’abord que leurs problèmes devaient avoir trait à leur situation particulière : un noir marié à une blanche, voilà qui pouvait constituer un handicap à leur épanouissement au sein de la société américaine… »

     <o:p></o:p>

    « Mais c’est un tout autre problème qui avait poussé ce couple à venir consulter le docteur Simon : une histoire étonnante, survenue deux ans auparavant, et qui avait bouleversé leur existence à jamais… »

     

    hill2

     

    C’était dans la nuit du 19 au 20 Septembre 1961, le couple Hill venait de passer quelques jours de vacances au Canada ; ils roulaient en direction de Portsmouth quand soudain, Betty fut attirée par une lumière brillante, comme une grosse étoile, qui semblait se déplacer dans le ciel. Au bout d’un moment, la lumière paraissant se rapprocher, Betty avertit son mari, il pensa de suite à un satellite, mais leur chien qui faisait partit du voyage, commença a se comporter étrangement, il était très nerveux et sentait quelque chose, donc le couple décida de s’arrêter pour faire prendre l’air au chien et ainsi en profiter pour surveiller cette lumière qui semblait les escorter…L’objet grandit dans le ciel et le couple décida de s’arrêter une nouvelle fois afin de suivre cet événement hors du commun. Barney demanda à Betty de lui passer les jumelles dans la boite à gant, et regarder l’objet qui pensa être un hélicoptère, il regarda  a travers les jumelles et distingua un objet allongé avec des lumières clignotantes qui passaient alternativement du rouge à l’orange, puis au vert et au bleu… l’objet s’immobilisa au-dessus d’un pré, ses dimensions étaient énormes, une double rangée de panneaux transparents était visible sur son pourtour. Un feu rouge, puis un autre, s’allumèrent de chaque côté de l’appareil. La peur s’insinuait en Barney…pourtant, presque malgré lui, poussé par une impulsion qu’il ne pouvait s’expliquer, il traversa la route et s’engagea sur le pré, vers l’engin mystérieux.

     

    hill3
    De la, le couple raconta plus tard, sous des séances d’hypnose, leur incroyable aventure. Barney et Betty furent amenés a bord du vaisseau afin d’y subir divers examens très poussés et des manipulations douloureuses ; une longue aiguille fut insérée dans le nombril de Betty, on lui préleva des échantillons de peau, des rognures d’ongles, des mèches de cheveux. Quand à Barney, on lui préleva du sperme, un dialogue mental s’établit entre Betty et le chef des Extraterrestres ; ce dernier sembla prendre plaisir à dérouter Betty par des questions étranges. Puis « les cobayes » furent reconduits à leur véhicule, ils émergèrent peu à peu d’une sorte d’état somnambulique, en fixant sans comprendre la route qui défilait sous leurs yeux, jusqu’à ce qu’enfin un poteau indicateur leur signalât leur position ; ils étaient près d’Ashland, à 55km de l’endroit où descendit l’engin lumineux…Seul subsistait ce sentiment d’anxiété qui devait les conduire chez le psychiatre. Tout cela avait durée deux heures, par la suite, lors des séances d’hypnose, le docteur  confirmait bien l’absence de 2h que le couple ne pouvait s’expliquer ! Tel est le secret de ces 2h oubliées…mais le couple a t-il réellement vécu cette histoire ? Le docteur affirma : « ni l’un ni l’autre ne sont névrosés, tous deux ont dit consciemment et sous hypnose ce qu’ils croient être la vérité absolue ». Autrement dit, si l’hypnose ne permet pas de se prononcer sur l’authenticité des faits relatés, elle prouve néanmoins la sincérité des époux Hill.

     

     

    hill4

     

    <o:p></o:p>

    Betty Hill est décédée le 17 Octobre 2004

     


    Pin It

    2 commentaires
  •  

    1954- Rencontre inhabituelle à Quarouble... 

     

    Automne 1954, après s'’être manifesté aux USA, le phénomène Ovni gagne l’'Europe et plus particulièrement la France, le mois de Septembre et Octobre sont riches en apparitions célestes et de ses machines volantes habitées par des êtres non moins étranges qui se posent sur son sol.

     

      

     

     

    Une petite maison au bord d’'une voie ferrée, dans la commune de Quarouble, à proximité de la frontière Franco-Belge, c'’est là que vit la famille Dewilde en cet Automne de l’'année 1954.

     

    Nous sommes dans la soirée du 10 Septembre, Marius lit son journal, sa famille est couchée, l'’horloge de la cuisine indique qu'’il est alors 22h30. Subitement il est attiré par les aboiement de son chien au dehors; …il sort de sa maison, il fait nuit et à quelques mètres sur sa gauche, il distingue une masse sombre sur la voie ferrée, et pense alors qu'’un paysan aura laissé sa charrette de foin là, car les chemins sont mauvais dans cette région et les cultivateurs passent souvent par là pour rentrer leurs récoltes. A ce moment, son attention se reporte vers son chien qui aboie dans la direction opposée, il entend des pas et distingue une silhouette, il braque sa lampe torche et il remarque alors deux curieux personnages, à 4 m devant lui qui marchent dans sa direction, leur taille ne dépasse guère 1m, chacun d’eux porte un casque et une combinaison évoquant la tenue des scaphandriers (les tenues d’'astronautes n'’existaient pas encore à cette époque)….

     

     

     

     

    Poussé par la curiosité, Marius s'’approche des deux êtres lorsque soudain, un puissant rayon lumineux provenant de la masse sombre posée sur la voie est braqué sur lui. Surpris, il tente d’'esquisser un mouvement, mais il ne peut plus bouger ! Il veut crier, mais aucun son ne sort de sa bouche, il se sent littéralement paralysé ; son corps est envahi de picotements. Comme dans un rêve, il perçoit la présence des curieux personnages qui marchent en direction de l’'engin mystérieux. Puis il entend un bruit, semblable à la fermeture d'’une porte à glissière, puis le rayon qui était braqué sur lui disparaît. L'’obscurité règne à nouveau, la sensation paralysante s’'efface, Marius retrouve le contrôle de ses muscles. Il voit alors l’'engin s'’élever silencieusement, et ressent un violent déplacement d’air, l’'objet s'’illumine au fur et a mesure qu’il prend de l’'altitude et n’'est plus qu’'un point rougeoyant qui disparaît dans le ciel obscur. Très éprouvé par son aventure, il se rend à la gendarmerie les prévenir, mais n'’y faisant rien, il va alors au commissariat d'’Onnaing, où il fait une déposition, le commissaire impressionné par l'’émotion du témoin, écarte l’'hypothèse d’'un canular. Le lendemain, des enquêteurs de la police et de la DST ( défense de la sécurité du territoire ) arrivent sur les lieux de l'’incident ; les journalistes débarquent également, et Marius doit inlassablement répété son histoire. Rapidement, les enquêteurs se rendent comptent de la bonne foi du témoin, car d’'autres personnes ont vus également une lueur rouge dans le ciel en direction de Quarouble. A l’'endroit où s'’est posé l’'engin, sur la voix ferrée, trois des traverses de bois du ballast portent des traces; …des marques récentes présentant une certaine symétrie, elles semblent indiquées qu'’une forte pression a été exercé a cet endroit.

     

     

    D'’après les ingénieurs des chemins de fer, la pression est de l’'ordre de trente tonnes. Les pierres à proximité s’'effritent, comme si elles avaient étés calcinées par une haute température. Tout ceci semblait confirmer le récit de Marius Dewilde, aucune solution ne fut donnée et l’'enquête en resta là. …C'’est alors que le 10 Octobre vers midi, un mois jour pour jour, après ces évènements surréalistes, apparaît sur une autre voie ferrée passant derrière la maison de Marius, un objet plat et circulaire surmonté d'’une tourelle, qui repose sur le ballast, à une cinquantaine de mètres des témoins. Plusieurs êtres, apparemment les mêmes que la précédente apparition, se tiennent à proximité de l’'engin. Ils portent des combinaisons gris foncé d’'une matière souple évoquant du plastique où du caoutchouc. L’'un des êtres s'’approche de lui, alors il distingue derrière la vitre du casque qu'’il porte, un visage lui souriant et paraissant du type asiatique. L’'être venu d’'ailleurs se met à caresser la tête du fils de Marius en prononçant des paroles incompréhensibles mais curieusement audibles malgré son casque. Apercevant des poules à proximité, le visiteur se saisit d’'une des volatiles, bizarrement, au lieu de s'’enfuir, la poule se met ventre à terre et se laisse prendre docilement.

     

     

    Après un signe d’'amitié envers les témoins, le visiteur fait signe à Marius de s’'éloigner de la soucoupe, et regagne son bord avec ses autres compagnons. Peu après, l’'engin décolle dans le plus grand silence, suivi des yeux des deux témoins les laissant perplexe. …Cette apparition hors du commun fit une victime, son chien qui dépérit peu à peu et mourut six mois plus tard.

     

     

    Marius Dewilde est décédé le 1er octobre 1996

     

    Source article : Ceux venus d’'ailleurs par J. Lob & R. Gigi – Dargaud Editeur- 1973

     

     

    *************************************************************

    Info : du nouveau dans l’'affaire Marius Dewilde

     <o:p></o:p>

    Mise à jour le 22 août 2006

     <o:p></o:p>

    Homme de terrain passionné par le phénomène ovni depuis 1977, Claude Burkel est ce qu’'on a coutume d’'appeler dans le milieu ufologique un « chercheur ». En 1994, il prend contact avec Marius Dewilde, le témoin d'’une des affaires les plus connues de l’'ufologie française. A plusieurs reprises les deux hommes vont s’'entretenir au téléphone. Puis c’'est la rencontre, à Tours, où demeure Marius. Une rencontre chaleureuse entre les deux hommes. Aidé de ses notes, claude nous livre aujourd’'hui la teneur des confidences que lui fit Marius, et qui laissèrent à jamais une forte et troublante impression dans l’'esprit du chercheur… Marius Dewilde devait décéder deux ans plus tard, le 1er octobre 1996.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    *** De nouvelles infos ***

     

    <o:p></o:p>

    claude burkel avatar 

     

    <o:p></o:p>

    Le 12 septembre, soit deux jours après les évènements, à Quarouble, un commerçant anonyme, au volant de sa voiture, est paralysé par un rayon vert émanant d'’un engin qui décolle. Le 13 septembre, c'’est la découverte de trois vaches mortes dans un champ voisin de la maison de la famille Dewilde. Une autopsie révèlera que les bêtes étaient évidées de leur sang. Pour Marius, les ennuis ne font que commencer. Un second atterrissage a lieu un mois plus tard, durant lequel il reçoit deux objets. Le premier, une « valise », est rapidement récupéré par la DST ( défense de la sécurité du territoire ), tandis qu'’il parvient à conserver le second, en dépit des énormes pressions.

     <o:p></o:p>

    *** Ma rencontre avec Marius Dewilde ***

     

    <o:p></o:p>

    Marius avec son fils devant sa maison 

     

    En août 1994, je me rends à Tours et je rencontre Marius pour la première et dernière fois, dans sa maison, avec son épouse et ses deux chiens. Gitan d’'origine, c'est encore un homme robuste, malgré ses 73 ans. Ses yeux sont vifs et il parle un langage assez rustre avec un fort accent. Il a perdu son bras droit dans des circonstances très étranges. Nous nous connaissons déjà par téléphone, aussi suis-je particulièrement bien reçu. Marius est un homme simple, son langage est rustique, et toute notion scientifique lui est totalement étrangère. La science lui est inaccessible, faute de culture générale, et pourtant de par le contact qu'’il a vécu, il semble capable d'’émettre des concepts très supérieurs aux connaissances actuelles. Tout de suite, il me parle de Marc Thirouin : « C’'est un de mes plus grands amis, l’'un des plus sincères de tous les ufologues », me dit-il. Marius sait que j'’ai travaillé avec lui dans la fin de sa vie, c’'est d’'ailleurs comme cela que je me suis présenté à lui.

     

     <o:p></o:p>

    *** Confidences de Marius ***

     

    <o:p></o:p>

     

    Marius et les gendarmes sur le site

     

    <o:p></o:p>

    Nous parlons alors de ces documents que nous nous sommes échangés par voie postale et que nous n'’avons jamais reçus. Il m’'avait prévenu au téléphone : « Ecoutez. Si vous m’'envoyez quelque chose, faites-le en recommandé avec accusé de réception, parce qu'’il y a tellement de courrier qui ne me parviennent pas. Tout est plus ou moins saisi, vous voyez ». Les courriers étaient donc partis en recommandé et ils ne sont jamais arrivés. Après avoir fait le tour de cette disparition postale, Marius me retrace toute l’'affaire de 1954, dont les évènements sont déjà bien connus du public. Il me parle aussi, en des termes affectueux, de son chien Kiki qui lui aussi fut témoin du premier atterrissage et qui tomba malade peu après. Il évoque son fils, âgé de trois ans en 1954, et qui était présent à ses côtés pendant toute cette période. Comme je lui demande où se trouve son fils aujourd’'hui, il me répond qu’il a désormais très peu de contact avec lui. « Mon fils ne veut plus entendre parler de cette histoire. C'’est un garçon qui a peur. Lorsque j’'ai été chez lui, j’'ai vu des ovnis, et cela à 200 km de chez moi. Il a pris son appareil et les a photographiés. Nous avons tous peur. Il y a tellement de menaces. Et encore les menaces… lorsque c’'est verbal… moi je suis manchot maintenant. C’'est pour ça que je n’'en dis pas trop au téléphone, et que je préférais que vous veniez me voir directement chez moi. » Peu à peu une confiance s'’instaure entre nous. Il me raconte alors les problèmes qu'’il a rencontré avec des services de renseignements français et américains.  « Je vais vous dire quelque chose. J'’ai toujours des contacts avec ces « êtres » mais je ne dis plus rien car on est venu m’'assaillir chez moi. J'’ai eu le bras coupé, et ils sont revenus, j'’ai eu quatre côtes cassées et la mâchoire décrochée…. Pour mon bras c'’était en 1971, et c'’est en 1982 ou 83 qu'’ils m’'ont cassé les côtes et la mâchoire. Ils cherchaient ce qui était resté dans ma tête. Mais je ne suis pas fou… »

     

    Marius face aux enquêteurs...

     

    Il me raconte qu'’il a été invité par des ufologues américains, des spécialistes de Roswell, à se rendre aux Etats-Unis. Il devait recevoir un chèque de 10000 dollars. Malheureusement, suspecté d'’espionnage, il ne put répondre à cette invitation. Il n'’a donc pas quitté le territoire, et par conséquent, il n’a jamais reçu l’'argent. « Un jour, me dit-il, j’'ai fait une conférence, j’'étais invité par des amis ( le Gepan ). J’'ai dit tout ce que je pensais du gouvernement, et tout ce que j’'avais sur le coeœur. J’'ai été invité dans beaucoup d’'endroits. J'’ai accepté de passer à la télévision à condition que je dise la vérité sur le gouvernement. Ils ont refusé. Ils ne veulent pas que je raconte des trucs pareils. Pourtant, il faut voir ce que ces « êtres » m’'ont fait vivre. Ils m’'ont donné beaucoup de choses. Ce sont des êtres qui possèdent une science supérieure. Pour eux, nous, nous ne sommes que des bêtes ! » Puis, après une bonne heure de discussion, Marius en est arrivé à me parler de la fameuse « valise » de 70 cm de long et 40 cm de profondeur et autant de largeur, que les « êtres » lui avait confié et qui avait été récupérée par un commandant, un capitaine et deux hommes de troupes en armes, avait été remise aux Etats-Unis à la suite de transactions entre les gouvernements français et américains. « Là encore, me dit-il, on m’'avait promis de l’'argent que je n’'ai jamais reçu ». Il me raconte alors qu'’il a été soumis à la torture par les services secrets. Tout d’abord ce fut pour le faire parler, puis dans un second temps, ce fut pour le rendre fou et le faire passer pour quelqu'’un de dangereux. Ces pratiques ont duré plusieurs années. Puis il y eut les menaces verbales, la surveillance, l’'ouverture de son courrier. D’'après ses dires, tout cela durait encore en 1994.… Je lui ai demandé de m’'en dire un peu plus sur cette valise ou cette boîte. Avant de la cacher dans le tas de charbon de sa cave, Marius l’'avait ouverte et m’a confirmé qu'’il y avait bien toutes sortes de « cadrans » sans aiguille à l’'intérieur. « Ca clignotait ; c’'était de toutes les couleurs. Il n’'y avait pas de relief. » Puis, il m’a expliqué qu’'une fois la boîte refermée, les jointures ont disparu. Elles se sont comme escamotées et il n’'a jamais été en mesure de rouvrir la « boîte ». Le poids de celle-ci devait faire à peu près 5 à 6 kg. Lorsqu'’il tapait dessus, ça résonnait comme si elle était vide…. Vers la fin de notre entretien, il m’a dit qu'’il possédait encore l’'autre objet : une plaque ronde de 10 cm de diamètre et 3 cm d'’épaisseur. Il y avait des signes gravés à la surface qui ressemblait un peu à des crop-circles. Et sans me témoigner la moindre méfiance, il m’a montré la plaque. Je ne sais pas ce qu’elle est devenue maintenant. Toujours est-il qu’il n’'a pas souhaité que je fasse des photos. « Trop dangereux, m’a t-il dit, en précisant que son fils n'’avait jamais eu l’'occasion de voir cette plaque, « Je vais vous dire quelque chose, j'’ai tellement de menaces…. C’'est pas possible Monsieur, j’'ai tout expliqué, on m’a tout pris, tout. Je ne sais pas si vous avez lu le livre… c’'est une véritable trahison qu’ils ont fait là. J’ai raconté quelques petites choses de ma vie, et le directeur… il a tout gardé pour lui…. Tout ce que j’'ai expliqué ne se trouve pas sur mon livre.… Moi j'’ai eu un petit tirage mais ils pris ce que j’'avais dit et ils ont écrit un livre en Amérique et réalisé un film avec ça. Alors, je vous le demande, à qui voulez-vous que je fasse confiance maintenant ? »

     

     

    Au moment de nous séparer, nous avons parlé des poules mortes et des bovins exsangues et vidés de leur moelle épinière. A l’'époque, il avait posé la question aux « êtres »… Leur réponse : « Nous avons besoin de certains de vos éléments pour nos superpositions d’'adaptation aux différentes civilisations… ». Marius avait bien retenu cette phrase qui l’'avait marqué.… Il se souvenait également parfaitement bien de sa visite à bord de l’'ovni, et surtout des bases existantes sur terre. Sa description était précise et il ne manquait aucun détail.

     <o:p></o:p>

    *** Conclusion ***

     

    <o:p></o:p>

     

    <o:p>ICI l'interview téléphonique de Marius réalisé en 1995 par C. Burkel !</o:p>

     

    <o:p></o:p>

    J’'ai eu beaucoup de chance de rencontrer cet homme et de pouvoir discuter avec lui à plusieurs reprises au téléphone. Il n’'est plus parmi nous aujourd'’hui. Le premier atterrissage et les péripéties exceptionnelles qui suivirent ne peuvent pas être mis en doute. Trop de recoupements, trop d’'éléments matériels. Il n’'en est peut-être pas tout à fait de même des évènements qui suivirent. Que penser des pressions militaires ; du rôle des services secrets ; des contacts répétés qu’'il eut par la suite avec ces visiteurs.… Bref au sujet de tout ce qu’il affirma par la suite, je suppose que la raison impose la prudence la plus élémentaire. Qui peut connaître la vérité d’un homme qui fut réellement et brutalement confronté à un phénomène inconnu…? Le 10 septembre 1954, cet homme a vécu une expérience hors du commun. Il n'’était pas fou, en aucun cas, quand je l’'ai rencontré. Tout au long de nos conversations, il était complètement sincère.… Toutefois, si ce qu'’il m’a dit était bel et bien sa vérité, était-ce pour autant conforme à la réalité ? On a vu d'’autres exemples où le « phénomène » pouvait projeter des images, des évènements, des souvenirs dans l’'esprit de certains contactés qui dès lors les tenaient pour réels. D’'un autre côté, il y avait ces courriers recommandés disparus ; il y avait ces objets en sa possession, cette plaque qu'il m’a montré, et ces excroissances de nickel qu'’il disait avoir pris dans le vaisseau par poignées. « Des résidus » lui avaient répondu les « êtres » alors qu'’il leur demandait ce que c’'était.

     

    01cg4.png

     

    Il m’a offert une petite quantité de ces résidus, et peut-être un lecteur pourra-t-il me dire d’'après la photo à quoi peut bien correspondre cette formation métallique pleine, comme si le métal- à la manière d’'un végétal- avait poussé. Certains amis m’'ont dit que ce genre de chose ne pouvait se faire que sous apesanteur… une confirmation serait la bienvenue. Une analyse sérieuse de ce matériel pourrait nous apporter le début d’'une réponse, une fois pour toute.

    D’'une façon ou d’une autre, Marius Dewilde a payé très cher d’'avoir touché du bout des doigts au grand mystère des ovnis. Et quoiqu'’il arrive, il a emporté son secret avec lui… <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Info de la revue Top secret N°17

    <o:p></o:p>

     

    Source-  Claude Burkel

     <o:p></o:p>

    Un livre fut consacré à l’affaire Marius Dewilde et à ses contacts avec ces « êtres »

    « Ne résistez pas aux extraterrestres ». Edition du Rocher

     


     

    <script type=text/javascript> </script><script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>
     
    Pin It

    4 commentaires
  • socorro1

     

    1964- L’'affaire Socorro…

     

     <o:p></o:p>

    Tout commença le 24 Avril 1964, lors d’'une banale poursuite avec un conducteur qui roulait à vive allure, dans la ville de Socorro au Nouveau-Mexique, ville qui allait par la suite devenir célèbre dans le monde entier, grâce à l’'observation inhabituelle du policier Lonie Zamora.

    Prenant en chasse un automobiliste indélicat, Lonie entendit au loin, une forte explosion et aperçut une flamme bleuâtre dans le ciel, il décida d'’interrompre sa poursuite avec le chauffard et se rendit en direction de l’'explosion, car il est vrai, dans les parages se trouvait un entrepôt de matières dangereuses et explosives, il arriva sur place et ne trouva rien d'’anormal, pas d’'incendie à l’'horizon, sauf qu'’il remarqua sur une colline proche de lui, un engin de forme ovoide, de couleur métallique posé là, qu'’il prend tout d'’abord pour un véhicule accidenté, dans son affolement, il appela le shérif par radio pour signaler qu'’un accident avait eu lieu, car il se trouvait à une distance d'environ 250 m, une fois arrivé sur place, il aperçu deux silhouettes portant des combinaisons blanches qui s'’affairaient autour du « véhicule », mais très vite il se rendit compte que c’'était quelque chose qui lui était inconnu, il était alors à 40 m de l’'engin, il remarqua sur celui-ci, un symbole : 

     

    socorro4
     

    un demi-cercle avec une flèche pointant vers le haut d’'environ 40cm de côté. Puis au bout d'’un moment, il entendit une explosion émanant de l’'intérieur de l'’engin, il se protégea alors derrière sa voiture craignant que celui-ci n’'explose, et c'’est là que l’'engin se mit à quitter le sol, il aperçut une flamme sous l’'appareil, le tout dans un vacarme assourdissant, puis il disparut dans le ciel comme un éclair. Entre temps, le shérif arriva et découvrit Lonie totalement abasourdi par ce qu'’il venait de voir ; les deux policiers se rendirent sur le lieu de l’'atterrissage et constatèrent que le sol fumait encore et que des traces subsistaient, là où l’'engin avait décollé.… Par la suite, des enquêteurs militaires arrivèrent et examinèrent scrupuleusement le site, ils recherchèrent des indices et d'’éventuelles traces de radioactivité.

     

    socorro2 
     
    D'’après la description de l’'engin faite par Lonie, les enquêteurs tenteront de lui expliquer qu'’il aurait pu confondre l’'engin extraterrestre avec un prototype d’'appareil appartenant au programme LEM ( luna exploration module ), mené dans une base d'’essai militaire implantée non loin de la zone d’'observation, sans réussir toutefois à le prouver. Commandité par l'’US Air Force, le projet « Blue Book », était chargé de récolter le maximum d’'information sur les Ovni, mais ce projet fut loin de combler les attentes du public et des ufologues, l’'enquête semblait servir à masquer la vérité …néanmoins, J. Allen Hynek, ancien astronome et conseiller scientifique auprès de l'’US Air Force, se rendit lui aussi sur le site à Socorro, afin d'’enquêter et plus tard il confia que cette affaire reste une des plus intéressante qu'’il lui ai été donné de voir.

     

    socorro5

     

    Pour info :

     

    - le réalisateur S. Spielberg fit appel à lui pour son film « Rencontre du 3ème type », tourné en 1977, il fut chargé des questions et des différentes descriptions concernant les ovni, d'’ailleurs l’acteur français F. Truffaut joua dans le film le propre rôle de J. Allen Hynek .

     

    socorro3

     

    <o:p></o:p>

    Pour plus d’'info voir le site :           http://www.rr0.org/

     


    <script type=text/javascript> </script><script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>
     
    Pin It

    1 commentaire