•  

    BRUIT ET PROPULSION DES O.V.N.I :
     LE MYSTERE RESTE ENTIER
     
     
    Qui dit O.V.N.I. dit mystère, par définition, et même longue série de mystères. Mais le plus épais reste assurément celui qui se rapporte à la puissance motrice et au bruit. Des bruits, on peut aisément en imaginer d’imperceptibles dans les cas de survols au-dessus d’un observateur.
     
     
    Une hypothèse souvent avancée est celle d’anneaux collecteurs de force magnétique et de la force de gravitation inversée dans un champ électrique crée par une magnéto parfaite.
    Elle a l’avantage, disent ses partisans, de répondre à la question de l’absence de bruit, car qui  moteur électromagnétique dit propulsion insonore. Ce n’est pas satisfaisant, pourtant. Car, si un tel MOTEUR est en effet silencieux, le VEHICULE, lui (au moins dans les altitudes où il devient perceptible à l’œil humain) émet des sons par le fait même de son déplacement. Je dispose en outre, d’un certain nombre de témoignages sur des atterrissages d’OVNI.
     
    Certains disent qu’une telle manœuvre ne produit pas plus de bruit que la chute d’une feuille d’automne. Cela peut expliquer le fait que les chiens du voisinage soient si souvent les seuls alertés « par l’oreille », vu qu’ils disposent d’un système auditif très supérieur à celui des humains. Pour peu que le vent soit contraire et ces animaux eux-mêmes n’ont aucune chance de rien percevoir. Fort bien. Mais ceci ne prouve nullement l’existence de moteurs silencieux : le dispositif de propulsion peut très bien être stoppé totalement, à ce moment, pour permettre, justement, la prise de contact avec le sol. D’ailleurs, parmi les automobilistes qui affirment avoir eu leur moteur paralysé dans le voisinage de la « chose », la moitié précisent que l’incident est survenu au moment du décollage. Ce qui peut se traduire par : au moment où le mécanisme de propulsion se remit à fonctionner.
     
    TEMOIGNAGES CONTRADICTOIRES
     
    Une difficulté supplémentaire se présente, hélas, dès qu’il s’agit de ces bruits : les divers témoignages sont loin de concorder ; ils donnent des définitions très différentes et variées.
    Parlant d’un OVNI qui se pose ils évoquent le bruit du train d’atterrissage d’un avion quand il aborde la piste. Parlant d’un décollage ils citent le « boum » d’un appareil qui franchit le mur du son. Il faut bien trouver des références dans les réalités connues, après tout. On entend aussi des comparaisons aussi variées et disproportionnées que celles avec battement d’ailes d’un oiseau, avec le rotor d’un hélicoptère en fin de course, avec mugissement des réacteurs au sol sur la piste d’envol, avec le départ d’une fusée spatiale à cap Canaveral. Il faut, évidemment, faire la part de l’imagination : les témoins sont toujours frappés de stupeur, cueillis à froid par l’extraordinaire  événement. Que ne peut l’imagination en un moment de pareil émoi ? Ainsi entend-on évoquer ensuite jusqu’au martèlement des pas des extraterrestres dans l’habitable de l’OVNI. On peut dire, en somme, que les bruits sont beaucoup plus ressentis qu’entendus. Mais ils ont peut-être une vérité physique : il peut s’agir de l’effet des ULTRASONS, ceux que bien des animaux, mieux « outillés » que nous en se domaine, enregistrent à coup sûr et dans leur intégralité.
     
    ECHAPPEMENT DE FLAMMES
     
    Quoi qu’il en soit, dans la majorité des cas relatés, les énigmatiques engins sont présentés comme silencieux ou, en tout cas, très peu bruyants. Même quand les témoins font état, en même temps, d’échappement de flammes ou de lumières, cela ne doit pas être d’un grand intérêt, car il peut que cela soit illusion volontaire, pour fausser le jeu ?
     
    De toute façon, nos ufologues, n’ont jamais travaillé sur le rapport entre les lieux d’atterrissages et les forces magnétiques de la Terre. Il y a très longtemps le Capitaine Plantier, avait travaillé sur les relations OVNI et géologie de notre planète. Le magnétisme, la géologie, la gravimétrie, sont toutes les failles de notre planète se trouvent activement reliées à l’activation des engins venus d’ailleurs. L’entendement humain est surtout de nos chercheurs actuels, sont encore loin de prendre cette voix, et d’entreprendre des investigations dans cette direction. Le docteur David Holton, a trouvé, quant à lui une explication aussi personnelle qu’ingénieuse :
     
    « Les OVNI, dit-il, ne peuvent pas être des objets matériels. Ce sont des « créatures » éthérées seulement visibles de quelques êtres capables de perception extra-sensorielle ».
     
    Bravo, docteur Holton ! Mais expliquez-nous le processus qui permet aux radars de détecter cet éther et aux appareils photographiques les plus simples de le « mettre dans la boite ».
    Personne n’a également cherché comment sont les contacts entrent-eux, je m’aperçois qu’il y a beaucoup de chemins à faire, et que nous sommes encore à l’école maternelle de nos recherches.
     
    *
     
    Sources : Informations du chercheur sur les OVNI : Pierre Maisonneuve de l’Actualité Mystérieuse.
    Pin It

    2 commentaires
  •  

    LES O.V.N.I. PEUVENT ÊTRE DANGEREUX

     

    L’EXPERIENCE PROUVE QU’IL VAUT MIEUX NE PAS LES APPROCHER DE TROP PRES.

     

     

    Ne pas trop s’approcher des O.V.N.I. (Mon avis personnel est que les pilotes de ces engins, savent parfaitement que leur mode de propulsion est dangereux pour les humains), même s’il paraît facile de le faire et malgré notre intense curiosité, notre souci d’en savoir davantage. C’est le conseil que nous avons formulé et répété. Car il y a un danger physique à trop s’enhardir, comme le prouvent les divers exemples que je présente ici.

     

     

    Le 9 août 1962, en Floride, un chef scout aperçut un objet étrange qui venait de « tomber » dans un buisson et s’approcha. Il distingua un engin métallique d’où jaillit « quelque chose de brillant ». Il perçut comme une décharge électrique et souffrit, ensuite, de légères brûlures.

    Plus grave fut le cas de l’Argentin Douglas, chauffeur routier de son état, qui dans la nuit du 17 au 18 avril 1963, alors qu’il circulait en pleine campagne dans la région de Cordoba, fut ébloui par une vive lumière et ressentit quelques brûlures au visage. Il stoppa, mit pied à terre et se trouva en présence de trois êtres étranges qui semblaient l’attendre. Pris de panique, il tira son pistolet et ouvrit le feu dans leur direction, sans d’ailleurs, les atteindre. Mais les « intrus » réintégrèrent aussitôt leurs engins stationnés près de là. L’appareil survola plusieurs fois Douglas qui fut atteints d’autres brûlures. Le malheureux chercha du secours. Il subit  un examen médical et les praticiens parlèrent de « curieuses lésions » qu’ils ne savaient expliquer, les brûlures semblaient devenir lumineuses dans la nuit.

     

    En 1968, quatre Américains qui avaient eu des contacts avec des O.V.N.I. furent atteints de malaises divers en même temps que de troubles psychiques. Le Dr Berthold Erich Schwartz, psychiatre de l’état de New Jesey, publia, sur leur cas, une étude dans la revue « Medical Times ». Il parlait de cécité temporaire, d’affaiblissement et de troubles respiratoires.

    Le 31 décembre 1973, Mr Liefoog observa trois objets lumineux. Il rentre chez lui, les yeux larmoyant et les paupières cerclées de rouge, soit les symptômes ordinaires de la conjonctivite. Bien des témoignages, en somme, citent les mêmes désagréments : brûlures, troubles de la vue, ennuies respiratoires, affaiblissement, perte de mémoire. Henry Durant, a classé les réactions physiologiques signalées en deux catégories.

     

    Première catégorie : Paralysie instantanées, sensation  de chaleur, brûlure par proximité ou contact, sensation de décharge électrique, transpiration postérieure à l’observation, desquamation, prostration, somnolence plus ou moins prononcée, impression d’une compression du crâne, migraine, simple stupéfaction, crise d’hystérie, cécité plus ou moins prolongée à la suite d’observation rapprochée, brûlure aux yeux par radiation, sensation de picotement sur la peau, de choc électrique, de chair de poule, cheveux hérissées.

    Deuxième catégorie : Paralysie plus ou moins prolongée après avoir été touché par un rayon, brûlure plus ou moins grave par rayon, brûlure par projection d’un corps ou d’un élément incandescent de nature indéterminée, affaiblissement de l’ouïe après contact d’un rayon, cécité partielle ou totale, momentanée ou définitive, malaises plus ou moins prolongés, avec ou sans vomissements, perte de poids, somnolences léthargies.

    Paralysies partielles : Les cas cités ci-dessus ne comportent  pas la notion d’agression, infligés. Il en est d’autres qui parent de rayons délibérément orientés vers le témoin et qui lui causent des paralysies partielles de durée variable, accompagnées ou non d’autres dommages mineurs ou graves ?

     

    Le 10 septembre 1954, Marius Dewilde observa un grand engin sur les rails de la voie ferrée près de laquelle sa maison est construite. Deux êtres qu’on aurait pu prendre pour des humains d’assez petite taille marchaient alentour. Marius Dewilde s’avança. Un faisceau aveuglant de lumière aveuglant de lumière blanche sortit alors de « l’objet » et l’atteignit, un peu à la manière d’un projecteur. Notre homme fut étourdi et paralysé un certain temps. Quelques années avant sa mort, j’ai rencontré Mr Dewilde qui  m’a confirmé ces événements.

    Le 1er juillet 1965, à Valensole, en Haute Provence, Maurice Masse observa un étrange engin posé dans  son champ et près duquel se tenaient également deux petits êtres. L’une de ces créatures sortit un objet d’un étui et dirigea un rayon vers « l’intrus », lequel fut immédiatement paralysé et le resta jusqu’au départ des visiteurs et de leur mystérieuse machine volante. Ils existent donc bel et bien, ces fameux rayons, tout comme dans les films de science-fiction. Mais ce n’est pas tout : il y en a toute une variété, toute une gamme, et chaque modèle n’a pas les mêmes effets. La « Société d’investigation Scientifique dans l’inconnu » a effectué une étude minutieuse et détaillée sur les effets physiologiques provoqués par les O.V.N.I. et publié ses premières conclusions dans la revue « Inforespace »

    Ce travail classe les rayons en cinq catégories bien définies.

     

    Les rayons blancs : Ils provoquent des troublent de vue, des nausées, des pertes de poids, des brûlures légères, des amnésies et des états d’hypnose (pour le chercheur l’aspect amnésie est assurément le plus regrettable puisqu’il rend suspects, par définition, les récits et témoignage).

    Les rayons bleus ou violets : Ils sont responsables de pertes de poids, d’états d’hypnose, de douleurs dans les membres, des paralysies, de taches jaunes ou bleues sur tout le corps. Et, cette fois encore, d’amnésies partielles.

    Les rayons rouges : Ils occasionnent des troubles de la vue, des états d’hypnose, des douleurs dans la tête et les riens, des brûlures au premier et au deuxième degré.

    Les rayons orangés : Ils sont facteurs de paralysies et d’éruptions cutanées (érythème).

    Les rayons verts : Ils sont, de loin, les plus nocifs, les plus redoutables. Ils provoquent des douleurs généralisées, des pertes de poids, des apparitions de taches sur le corps, des nausées, des brûlures graves et, parfois, même la, mort par leucémie ou aphasie médullaire, c’est-à-dire destruction des cellules souches sanguines. Oui, il faut en être conscient, ces mystérieux phénomènes peuvent provoquer mort d’homme. Le cas le plus affligeant que l’on ait eu à déplorer et que l’on connaisse avec le plus de détails est intervenu au Brésil voici quelques années. La victime fut un bûcheron. Et voici comment sa femme a rapporté le dramatique événement : Nous rentrions chez nous. Une grande machine ronde était posée devant notre maison et trois petits « hommes » étaient près  d’elle. Mon mari leur cria de partir. Comme ils n’en faisaient rien, il prit son fusil et tira sur l’un d’eux qui tomba. Les deux autres l’emportèrent à l’intérieur de la machine et celle-ci s’éleva de quelques mètres. Il en sortit, alors, un trait lumineux qui toucha l’épaule gauche de son mari et le blessa grièvement. Si grièvement, en vérité, qu’il fallut de toute urgence transporter le malheureux à l’hôpital. Il mourut trois jours plus tard sans que l’on ait décelé la nature précise de son mal.

    L’autopsie fut pratiquée. Elle révéla qu’un grand nombre de cellules avaient été touchée par un rayon. Une hyper leucémie s’était ensuite déclarée et très rapidement propagée, assez comparable à celle que peut provoquer une puissance irradiation radioactive.

     

    Prudence, donc, je ne cesserais de répéter en présence des visiteurs de l’espace. Et pas d’agressivité, surtout. Les « petits êtres » ont surabondamment prouvé qu’ils avaient de quoi se défendre ou riposter. Vienne le jour où s’établira un code intersidéral de bonnes manières, où l’on connaîtra par tout l’Univers les gestes de l’intention pacifique, voir de l’amitié ! Que tout nos ufologues de 2009 pensent plus sérieusement à ce problème cela permettrait d’avancer plus rapidement dans cette recherche.

     

    CLAUDE BURKEL pour la taverne - 17 avril 2010


    votre commentaire
  •  

    L’HUMANITE A ETE CREEE PAR UNE SUPER-CIVILISATION DE L’ESPACE

      

    C’EST UN DES PLUS CELEBRES PRIX NOBEL QUI L’AFFIRME :

     

     

    Un des plus célèbres prix Nobel de l’histoire, FRANCIS CRICK, a prit il y a une vingtaine d’années une position stupéfiante à l’égard des thèses habituelles de la science en place ; à l’origine, notre espèce aurait été créée par une super-civilisation galactique, ou extragalactique. Rien de surprenant sous la plume d’un Von Däniken ou d’un Kazantesv. Mais dans la bouche de celui qui, en 1953, découvrit la structure de l’ADN avec un autre savant tout aussi peu formaliste que lui, James Watson, c’est pour le moins une bombe.

    Il y a là de quoi remettre en question pas mal de nos idées toutes faites dans bien des domaines, de la science elle-même aux religions et à la philosophie. Et ce formidable pavé dans la mare de l’orthodoxie scientifique, qui déjà s’émeut de toute part, n’a certainement pas fini de jeter le trouble dans le petit monde de ceux qui prétendent gouverner nos intelligences. Il est vrai qu’il fallait s’attendre à tout de la part du professeur Crick.

     Il a été directeur de recherches dans l’une des plus prestigieuses fondations scientifiques du monde (Salk Institue for Biological Studies, La Jolla, Californie), le personnage n’a pas toujours été l’officiel (faussement) digne et réservé de ces dernières années. En 1953, alors qu’il en était seulement à la préparation de son doctorat à l’université de Cambridge, en Angleterre, il fait avec un autre étudiant aussi peu formaliste que lui la plus grande découverte du XX° siècle, James Watson et Francis Crick publient le 25 avril 1953, dans NATURE leurs fameuses thèses sur l’ADN et sa structure. C’est le début de la prodigieuse aventure de la biologie qui marquera toutes ces années (Francis Crick est décédé le 28 juillet 2004 à l’université de San Diego en Californie à l’âge de 88 ans).

     Aujourd’hui, on en est déjà aux manipulations génétiques de la troisième génération.

    Bientôt, on sera en mesure de créer la vie à volonté ou presque. Et un jour peut-être, qui n’est pas si loin quand on voit ce que nous réservent les spécialistes de prospective, nous serons devenus nous-mêmes des dieux. C’est-à-dire que nous pourrons donner le jour en laboratoire à des êtres qui nous ressemblent, sinon supérieurs. Est-ce tout cela qui a fait prendre pareille position à Francis Crick dans son dernier livre Life itseif (la Vie elle-même) paru dans les années 70 aux Etats-Unis  chez Simon and Schuster. Peut-être. A moins que les innombrables activités scientifiques intéressant ce personnage hors du commun aient été pour quelque chose dans la dérangeante intuition du Nobel. Après la biologie pure et la physique avancée, il s’intéresse ensuite aux sciences du cerveau, pour autant il ne néglige pas le grand cosmos que nous commençons à peine à conquérir.

     LA THEORIE DE LA SOUPE ORIGINELLE

     Francis Crick ne croit pas en Dieu, du moins au Dieu que nous proposent les religions.

    Le Créateur est pour lui d’une toute autre sorte. Les théories de la « soupe originelle », dont la vie sur Terre serait péniblement sortie à la suite d’un hasard qu’il dit presque impossible, ne le satisfont pas davantage. Alors que le système solaire était à peine en formation, dit-il, il existait quelque part dans la galaxie une civilisation qui devait en être à peu près à ce que nous sommes aujourd’hui. C’est êtres, assez semblables à nous, cela fait peu de doute, commençaient à travailler avec la vie. Un James Watson et un Crick extraterrestre avaient découvert la structure de l’ADN. D’autres, exploitant leurs travaux, s’étaient mis à créer des micro-organismes comme nous « synthétisons » aujourd’hui les premières bactéries en éprouvettes. Parallèlement, cette civilisation entreprenait la conquête de l’espace. Conquête habitée ? Peut-être pas ou du moins pas au-delà de leurs étoiles avoisinantes.

    Mais au niveau des sondes automatiques, on voyait beaucoup plus loin.

    N’avons-nous pas mous mêmes projeté des engins qui actuellement, passent les limites de notre système solaire et se mettent en marche pour les gouffres cosmiques qu’ils atteindront dans des milliers d’années. Ces êtres ont découvert notre monde en formation. Ils se sont alors engagés dans une expérience qui nous paraît  impossible aujourd’hui mais que, dans cinquante ou cent ans, nous serons nous-mêmes en mesure d’entreprendre :

    Créer la vie intelligente. Non pas tout à fait comme le Dieu de la Bible est descendu sur Terre afin de pétrir un peu de boue pour façonner Adam, mais presque. Ils ont en effet déterminé que dans cette boue originelle on pouvait ensemencer une  bactérie (ou un autre organisme) programmée de telle sorte qu’en quelques dizaines de milliers d’années, elle aboutisse à nous.

    Ces êtres ont ensemencé la Terre comme nous ensemencerons peut-être demain un monde lointain dont nous aurons déterminé toutes les chances de porter la vie à son terme le plus élevé : L’INTELLIGENCE.

     Dans son livre, Francis Crick expose tous les arguments de sa thèse.

     UNE CHANCE SUR QUELQUES MILLIARDS

     D’abord, il estime impossible les autres théories. Le ou les dieux Créateurs étant exclus, il ne reste plus que le hasard. Or, pour la vie naisse sur notre planète et aboutisse à notre espèce actuelle, il ne se serait trouvé qu’une chance sur quelques milliards.

    Trop de paramètres auraient dû  entrer  en course. D’abord la naissance de la vie elle-même. Puis l’évolution vers les différentes branches du vivant. Ensuite, l’accès à l’intelligence. Mais dans ce cas, où sont nos « parents » ? Les découvrirons-nous un jour ? Essaient-ils d’entrer en contact avec nous depuis ce monde d’où nous sommes issus. (Pour moi les ovnis doivent avoir une relation avec ce contact et d’observation) Crick se refuse à tomber dans les thèses faciles des OVNIS, nous visitant pour surveillance et attendant que nous ayons suffisamment évolué pour se faire connaitre officiellement. Pour lui, le problème des OVNIS est autre et il n’a rien à voir avec d’éventuels extraterrestres. C’est un mystère, certes, mais qui doit avoir un rapport avec une dimension différente, et il faut attendre d’en savoir un peu plus à leur sujet. Nos créateurs sont très loin. Il se peut qu’ils soient morts. Pourquoi ne pas imaginer qu’ils en étaient à la fin de leur monde quand ils ont décidé de perpétuer leur espèce en la programmant ailleurs de cette manière ? Ce serait assez logique. Dans cinquante ans, par exemple, nous ne serons peut-être capables de gagner l’espace si notre planète était par hasard menacée. Que penserait une communauté scientifique responsable dans une situation de ce genre ? Envoyons, avec toutes les chances possibles d’évolution et de survie, des germes de notre espèce au bout de la galaxie. Ainsi le genre humain se perpétuera. Un jour, il aura acquis l’intelligence nécessaire pour trouver ses origines. Il y a bien sûr, une foule d’autres possibilités.

     LE TEMPS NE COMPTE PAS

     Nous pourrions être une simple expérience. Une super-civilisation qui vie quelque part dans la galaxie ou même ailleurs a, par exemple, décidé, il y a quelques millions d’années, de nous créer à terme. Pour elle, le temps ne compte pas. Lorsque nous élevons du bétail qui vit seulement quelques années ou de simples bactéries dans un infusoire, pensons-nous un seul instant que pour eux ces micro-organismes pensent que nous que sommes pratiquement immortels ? Cette dernière idée, avoue Crick, vient des Soviétiques. En effet, la thèse d’un ensemencement de la Terre depuis la galaxie est née au congrès  international de Byurakan, en 1971. Des spécialistes comme Troitsky y ont émis la théorie selon laquelle notre Terre serait un champ d’expérience pour des super-êtres avec lesquels il n’est pas question de correspondre tant ils sont en avance sur nous. Alors ce sont des dieux !

    Le professeur Crick estime qu’étant inabordables, autant considérer que pour nous au moins et pour l’instant. Ils n’existent que dans notre fiction, et pourtant le Vatican qui connait la vérité, cela semble être le troisième secret de Fatima, mais ce fameux secret met en péril l’équilibre du monde.

     Nous devons donc nous taire, en tout cas encore pour un certain temps ou pour longtemps, à savoir !

      

    Sources : Extrait des confidences de Francis Crick quelques années avant sa mort.

     

    CLAUDE BURKEL pour La taverne de l'étrange- 25 février 2010


    3 commentaires
  •  

    LES OVNI EVOLUENT AUSSI SOUS LES EAUX

     

    Les OVNI nous sont peu à peu devenus familiers ; on en observe partout, quelles que soient l’heure et la saison. Nous les savons intelligemment dirigés et capables de performances fantastiques dans les airs. Ce que nous savons moins, c’est qu’ils poussent leurs prouesses jusqu’à évoluer dans l’eau des océans avec cette même aisance qui est la leur dans l’espace…

     

    Les rapports sur les OVNI sortant de la mer, y pénétrant ou circulant entre deux eaux sont relativement courants dans le passé. Ainsi, nous pouvons remonter à l’époque de la conquête des Amériques, lorsque Christophe Colomb, se trouvant dans la partie occidentale de la mer des Sargasses, aperçut, le 15 septembre 1492, en même temps que son équipage, une « immense traînée de feu » qui creva le ciel pour disparaître dans les eaux.

    Plus proche de nous, c’est surtout à partir du milieu du XIXe siècle que de nombreux marins de différents navires ont raconté avoir assisté, en mer, à l’entrée ou à la sortie d’engins mystérieux, souvent de forme discoïdale. Comme rien ne vaut des exemples précis, voici quelques cas d’observations caractéristiques :

    Le 18 juin 1845, les passagers du brigantin « Victoria », naviguant à mille trois cents kilomètres d’Adalie, en Asie Mineure, ont vu trois corps lumineux sortir de l’océan à une quarantaine de mètres du navire. Les trois « choses » restèrent visibles durant dix minutes. Le 12 novembre 1887, au cap Race dans l’océan Atlantique, une énorme sphère de feu fut observée par les marins du navire le « Sibérian », alors qu’elle s’élevait de l’eau. Les hommes purent voir la sphère d’assez près, puisqu’elle s’approcha du bateau avant de filer comme une flèche vers le sud-est. Durant l’été 1955, le cargo « Atlantic-City » était à moins d’un jour de mer de Newport-News en Virginie. W. J. Morris était de quart et se trouvait sur la passerelle avec un officier. Soudain les deux hommes aperçurent une grosse boule de feu qui se dirigeait vers le bateau. La boule passa juste au-dessus du navire, sans faire le moindre bruit, et finit par plonger dans la mer, occasionnant une étrange turbulence à la surface de l’eau. Le cargo s’était mis à faire des cercles, le compas gyroscope était en panne et la commande électrique de la barre ne fonctionna plus pendant le reste du voyage…

    Un soir de juillet 1957, à Sao Sébastiao, sur la côte méridionale du Brésil, le professeur Joao de Freitas Guimaraes, homme de loi et professeur à la faculté de Santos, était assis près du rivage quand il vit un appareil lumineux, en forme de chapeau, surgir brusquement de la mer. En août 1962, à Mar del Plata en Argentine, M. Vicente Bordoli, camionneur de son état, a rapporté que plusieurs fois, à l’occasion de ses nombreux déplacements dans le sud du pays, il avait vu, en longeant la côte sud-atlantique, d’étranges engins lumineux qui pénétraient dans la mer pour souvent en ressortir quelques instants plus tard. Cela montre bien que ce ne sont pas des engins en perdition qui  tombent à l’eau mais qu’au contraire ce sont des objets qui choisissent délibérément de plonger dans les océans et d’en ressortir quand bon leur semble. Le 20 septembre 1964, en Patagonie, dans le golfe San George, un magistrat de Caketa-Olivia, Juan Bacelloni, a vu, de nuit, quatre étranges objets surgir dans le ciel, décrire des paraboles et plonger tous ensemble dans la mer. Ils en ressortirent un peu plus tard pour s’élever et disparaître pour de bon. Le 4 août 1967, à Recife au Venezuela, un ingénieur nommé Hugo S. Yepes se promenait sur une plage quand il aperçut un objet en forme de disque sortir de l’eau. L’objet était gris et de toute évidence fabriqué de métal. Il plana quelques secondes à un mètre de la surface de l’eau puis s’éleva lentement avant de s’éloigner. Le 8 août de la même année, toujours au Venezuela, mais à Salina cette fois-ci, le pasteur évangélique Estanislao Lugo Contreras était au bord de la mer, lorsqu’il vit un objet de forme discoïdale de couleur orangée s’élever de la mer. L’engin émettait un bourdonnement ; il s’immobilisa quelques instants avant de monter obliquement.

    Le 11 janvier 1968, le navigateur de commerce Aurélio Negrin Armas était en train de pêcher au large de Santa Cruz de Ténérife (île de Lanzarote- Espagne) quand il vit apparaître un objet volant très rapide qui, sans transition, descendit et entra dans la mer. Le 14 août de la même année, une centaine de témoins ont pu suivre sur 700 km de trajectoire, cinq objets extrêmement brillants qui émergèrent du golfe de San Matias et plongèrent dans le golfe de San Jorge sans en ressortir. Cela, le long des côtes de l’Argentine. Le 12 février, toujours de cette même année, à quatre milles en mer, face à Quintero au Chili, l’équipage de la barque de pêche « Carol » a aperçu un étrange objet à la surface de la mer. Cette « chose » ne tarda pas à s’enfoncer dans les profondeurs marines. La liste pourrait ainsi se continuer sur des pages et des pages, mais il est à signaler que, depuis quelque temps, c’est le long des côtes de l’Amérique du Sud et plus particulièrement d’Argentine que de telles observations se produisent. Cela a d’ailleurs incité quelques auteurs, notamment Charles Garreau (Soucoupes Volantes, 20 ans d’enquêtes), à émettre l’hypothèse de bases sous-marines d’OVNI.

    Dans cette région du Sud de l’Amérique Latine, les apparitions d’objets inconnus entrant ou sortant de la mer sont si nombreuses que bientôt on n’y fera plus attention. Devant l’ampleur du phénomène, la Société d’Enquête sur les Phénomènes Insolites d’Argentine entreprit des recherches, quelle continue d’ailleurs. Dès juillet 1973 elle suppose l’existence de bases sous-marines de « soucoupes-volantes » dans le sud de l’Argentine. Il faut se rendre à l’évidence, après l’Objet Volant Non Identifié, l’OVNI, il va falloir maintenant parler aussi de l’ONNI, l’Objet Naviguant Non Identifié !

     

    La taverne de l'étrange- 12 février 2010


    1 commentaire
  •  

    Appel de bon sens du 7 octobre 2006.

    Pour avancer les sites ufologiques ne doivent pas se tirer dans les jambes, mais centraliser les informations, en matière d'ufologie on ne peut pas prétendre avoir un droit de diffusion sur telle ou telle vidéo OVNI, ou tel ou tel document, c'est absurde, il faut partager nos connaissances et nos documents et cela sans limite. Revendiquer un copyright  pour le phénomène OVNI c'est aider à la non-divulgation du secret. C'est aux administrateurs ayant des sites ufologiques de comprendre que leur copyright est stupide, et cela pour ne pas tomber dans le jeu de ceux qui veulent mener le monde.
    Alors soyez des Hommes et des Ufologues responsables ! Le copyright OVNI au panier ! L'Humanité a le droit de savoir ! Et pour savoir il faut qu'elle soit au courant ! Et pour être au courant il faut que les vidéos et les documents OVNI soient diffusés le plus possible. Et pour cela, il faut que cela soit partagé par un maximum de monde ! C'est quand même pas compliqué ! Entre-aidons Nous Serrons Nous les coudes ! En matière d'OVNI tout le monde doit savoir, si vous ne voulez pas que cela se sâche alors ne partagez  rien, n'enregistrez rien, gardez tout pour Vous, et laisser les Black Programmes envahir le monde !
     
    Thierry Watheletfondateur de l'ufocom


    source: http://www.ovni007.com/

     


    1 commentaire
  •  Excellent article tiré du site internet suisse   www.ovni.ch

     

    Trop de morts si près du but...

    Happy Birthday to you!

     

    Bon anniversaire, bien-aimée CIA !

     

    Il y a 50 ans exactement, le 26 juillet 1947, le président Truman signait le décret de votre naissance. 50 ans déjà, et que de travail abattu ! 50 ans d'efforts pour nous construire un monde meilleur, et au prix de quels sacrifices ! Les résultats, en tous cas, sont d'ores et déjà merveilleux: le nouvel ordre mondial est désormais instauré pour mille ans, et toute mauvaise pensée semble avoir été éradiquée définitivement de la planète ! Quel avenir radieux nous attend, dans le nouveau paradis durement conquis sur cette bonne vieille terre ! Des générations de citoyens normalisés se souviendront avec émotion des circonstances de votre naissance. 18 jours après le black-out sur l'affaire de Roswell, la mise en oeuvre de la politique de secret du pouvoir gouvernant l'Amérique rendait nécessaire votre existence. Une action constante de désinformation, de harcèlement psychologique, et de désexistenciation rapide des éléments les plus loquaces de l'ufologie, ont amené le monde à un tel état d'ignorance que le Pouvoir n'a plus qu'à le cueillir, tel un fruit mûr.

     

    A la mémoire de :

     

    James Forrestal (qui créa la première commission d'enquête américaine, le Project Sign, qui conclut à l'extraterrestrialité des soucoupes volantes)

     

    Waveney Girvan (Rédacteur en Chef de la Flying Saucer Review)

     

    Morris K. Jessup (un astronome qui en savait trop)

     

    Charles Hunt Williamson - H. T. Wilkins

     

    Manon Darlaine (une excellente source d'information)

     

    Dr Olavo Fontes, célèbre médecin et chercheur brésilien

     

    Charles Maney, premier universitaire ayant déclaré son intérêt pour l'étude des ovnis

     

    Wilbert Smith, chef de la commission d'enquête canadienne, qui a déclaré qu'il y a 60 à 80% de chances qu'il s'agisse de véhicules extraterrestres

     

    Edward J. Ruppelt, qui assista au jury Robertson, dirigea le Projet Blue Book, démissionna de l'armée et écrivit un livre sur l'extraterrestrialité en critiquant le jury Robertson

     

    Frank Edwards, journaliste, qui avait défié les autorités de le réduire au silence...

     

    James McDonald, un météorologue trop curieux...

     

    Le pêcheur Rodriguez (Porto-Rico), malencontreusement égaré dans une base secrète et retrouvé pendu à un arbre...

     

    Harold E. Holt (Premier Ministre australien, disparu lors d'une baignade après avoir dit son intention de révéler au Parlement les agissements américains dans les bases australiennes)

     

    Phil Schneider ( ingénieur à Dulce et chef de projet )Fit une conférence de presse, il raconta avoir tué deux " gris " dans la base souterraines et est retrouvé 4 mois après étranglé chez lui... Il aurait fait une conférence de trop manifestement.

     

    Barney Hill (le plus connu des abductés, qui mourut parce qu'il en savait trop)

     

    Danny Casolaro (qui enquêta sur toutes sortes de sujets interdits, dont l'Area 51)

     

    Dr René Hardy (qui venait de faire une important découverte sur les humanoïdes)

     

    Vladimir Alexandrov, météorologue renommé et ami de Jean-Pierre Petit

     

    ainsi que tant d'autres dont la vie s'est terminée abruptement, mais bien souvent à point nommé...

     

    http://ummo.ifrance.com/infos%20ovnis.htm

     

    La taverne de l'étrange- 8 octobre 2006


     


    4 commentaires
  •  

    Steven Spielberg est-il un initié ?

    La série télé Taken ( Disparitions ) produite par Steven Spielberg a reçu en 2003 l’Emmy Award de la meilleure mini-série. Mais certains s’interrogent : le cinéaste de génie utilise-t-il ses films pour faire passer des informations sur les ovnis auprès du public.

     

    *** Disparitions, la série ***

     

    Steven Spielberg affiche depuis longtemps son intérêt pour la S.F ( A.I, Minority Report ) et pour l’ufologie ( Rencontre du IIIème Type et E.T ). Après le succès d’une autre mini-série qu’il avait produite Band of Brothers ( frères d’armes ), il revient donc au petit écran pour produire une saga sur les enlèvements extraterrestres ( d’où le titre original Taken, qui signifie « enlevés » ) et sur le complot gouvernemental destiné à dissimuler la présence d’aliens sur Terre. Le format de la série ( 15h, soit 10 fois 90mn ) est ici parfaitement adapté au développement des personnages et à l’exposition détaillée de divers thèmes de l’ufologie. L’intrigue met en scène la vie de trois familles, les Crawford, les Clarke et les Keys, chacune étant mêlée de près aux évènements, ce qui permet de jouer sur plusieurs registres, drame humain, chronique familiale ou réflexion sur la quête du sens de la vie. Le défi était de taille car la télé avait déjà donné le jour à plusieurs séries sur le même thème, telles Les Envahisseurs, précurseurs en la matière, Dark Skies, ou bien sûr X-Files.

    En regard, la série Disparitions ne déçoit pas, bien au contraire. Bref, une oeuvre envoûtante et énigmatique.

     

    Steven Spielberg est-il un initié ?

     

    A la différence de Rencontre du IIIème type où il était scénariste et réalisateur, Spielberg n’est ici que producteur exécutif, mais personne n’est dupe. Ce projet est le sien : il en a suivi de très près toute la confection, ainsi que le rappellent les principaux responsables de la production et du tournage. Le travail d’auteur de Leslie Bohem a beau être impressionnant, son scénario a la « touche » Spielberg, philosophique et humaine. Disparitions repose sur quelques-uns des piliers du phénomène ovni, à commencer par le thème central de la série, les enlèvements répétés d’humains. Autres éléments du scénario, les foo-fighters vus par les aviateurs alliés au-dessus de l’Allemagne, l’Affaire Roswell, la base secrète de la Zone 51 dans le Nevada, la dissimulation des preuves de l’existence des ovnis par les autorités américaines et l’aspect physique des aliens, très proche des fameux « Gris » avec leur grosse tête, leurs grands yeux et leur corps fluet. Mais ces éléments subissent une distorsion, plus ou moins importante, par rapport aux « canons » de l’ufologie.

     

    Steven Spielberg est-il un initié ?

     

    *** Soucoupes volantes et foo-fighters ***

     

    Les foo-fighters sont des sortes de disques lumineux se déplaçant avec une incroyable aisance, apparus en 1943 parmi les vagues de bombardiers alliés au-dessus de l’Allemagne. Un temps, on crut à une arme secrète allemande, mais les investigations d’après-guerre démentirent cette hypothèse. L’une des caractéristiques des foo-fighters était de ne circuler qu’un moment entre les avions puis de disparaître, sans intervenir en rien dans les combats entre bombardiers alliés et la DCA et intercepteurs allemands. Le scénario de la série Disparitions fait participer les foo-fighters à un combat pour « enlever » l ‘équipage d’un bombardier, dans le cadre d’une nouvelle expérience génétique.

     

    *** Encore du nouveau à Roswell ! ***

     

    L’affaire de Roswell, elle, est adaptée par une astuce : la soucoupe s’est écrasée au sol après avoir heurté un ballon Mogul, présenté aujourd’hui comme l’origine réelle des débris mystérieux retrouvés par le major Marcel sur les terres du fermier Mac Brazel début juillet 1947 ! Un tour de passe-passe astucieux, drôle au deuxième degré à défaut d’être crédible, qui devrait réconcilier un instant les sceptiques séduits par les explications de l’US Air Force et les tenants les plus endurcis du crash extraterrestre. La série évoque les deux sites présumés du crash, l’un, couvert de débris, au ranch de Mac Brazel, l’autre abritant la soucoupe volante écrasée. La « mythologie » de Roswell veut que des cadavres d’aliens aient été retrouvés, mais aussi un survivant, maintenu quelque temps en vie. Disparitions y ajoute encore un autre alien, échappé celui-là, qui est bien sûr un élément déterminant du scénario.

     

    Steven Spielberg est-il un initié ?

     

    *** Unité secrète et zone fantôme ***

     

    Quant au complot des autorités occultant Roswell et les soucoupes volantes, le scénario le minimise, mais ne l’élimine pas. De complot d’Etat, il devient machination du diabolique colonel Crawford, chef d’une unité spéciale secrète. Hélas pour lui, impossible de rien faire fonctionner dans la soucoupe, où l’on n’arrive même pas à déterminer l’emplacement du système de propulsion ! Voilà qui rejoint la conviction de certains partisans de la capture d’un ovni accidenté à Roswell, pour qui la conspiration vise surtout à cacher que personne ne sait même brancher l’allume-cigare. Un seul endroit, bien sûr, où cacher la soucoupe de Roswell : la Zone 51… Base ultra-secrète du Nevada, associée depuis un demi-siècle à la mise au point des avions futuristes de la CIA et de l’US Air Force, son existence n’a été officiellement reconnue qu’il y a peu, quoique assiégée, depuis vingt ans, par tous ceux qui pensaient qu’on essayait d’y faire fonctionner des ovnis capturés. Disparitions ne peut qu’intégrer ce haut-lieu du secret militaire à son scénario, mais l’évoque plutôt brièvement.

     

    *** Qui veut croire aux « contactés » ? ***

     

    Les « contactés » sont des gens affirmant être en contact régulier avec des « grands frères de l’espace » bienveillants venus, en général, expliquer aux Terriens qu’ils courent au suicide avec les armes nucléaires. Très médiatiques dans les années 1950, les contactés attirent vite l’attention des services de renseignements américains, surtout le plus célèbre d’entre eux, George Adamski, car leur discours pacifiste peut cacher de la propagande communiste. De leur côté, la plupart des ufologues voient en Adamski et ses confrères une bande d’illuminés, voire d’escrocs, soucieux avant tout de vendre leurs livres et leurs conférences. On note enfin, dans Disparitions, des allusions à des affaires célèbres : l’enlèvement « historique » de Betty et Barney Hill, le cas Cash-Landrum avec l’héliportage nocturne de la soucoupe hors de la Zone 51. Et la maison des Clarke, où tout se termine, se trouve à Lubbock, Texas, théâtre d’une célèbre apparition d’ovnis en 1951. Sans oublier les célèbres crop-circles, utilisés de manière vicieuse par les ennemis du colonel Crawford pour détruire sa crédibilité…

     

    Steven Spielberg est-il un initié ?

     

    *** Les aliens ne sont plus ce qu’ils étaient… ***

     

    Le changement de l’approche scientifique des ovnis depuis 1947 est mis en lumière par un ancien savant allemand aux méthodes peu orthodoxes, à qui succède un scientifique moderne très brillant, un peu disjoncté et décalé. Dans Rencontre du III ème Type, la « magie » était du côté des aliens ; vingt-cinq ans plus tard, la science humaine a commencé à rétablir un peu l‘équilibre, et les extraterrestres ont perdu de leur angélisme. Ceci correspond assez à l’impression générale du public, et cette nouvelle incursion de Spielberg dans l’ufologie accompagne ce changement de point de vue. La médiatisation des histoires d’enlèvements est passée par là…

     

    *** Enlèvements pour une bonne cause ? ***

     

    A propos des enlèvements, le scénario puise dans la théorie classique selon laquelle les victimes sont choisies par les aliens à des fins d’expérimentation génétique, subissent des enlèvements à répétition durant leur vie, et sont « marquées » par un implant dissimulé dans leur corps. Mais il laisse entendre que les aliens agissent pour se réapproprier des facultés perdues, comme la compassion, redécouvertes chez les humains. On s’éloigne ici de l’idée d’une infiltration hostile, pour se rapprocher de la vision spielbergienne d’un enrichissement mutuel, vision incarnée dans Disparitions par la petite Allie Keys, réceptacle de ce qui est bon de part et d’autre et qui jure « de ne jamais faire de mal à personne ». Enfin, un des points les plus intéressants de la série est cette faculté qu’ont les aliens de faire apparaître aux humains ce qu’ils désirent voir. Elle renvoie de manière frappante au côté « mise en scène » du phénomène ovni. Certains n’y verront qu’une astuce scénaristique, d’autres la « preuve » que Steven Spielberg sait beaucoup de choses. Décidement, cette série est bel et bien un ovni télévisuel !

     

    Steven Spielberg est-il un initié ?

    La taverne de l’étrange- 30 juin 2006

     

    Site à voir :

     

    http://www.spielbergfansite.com/spielberg/filmo.html

     

    http://esoterisme-exp.com/francais/verseau/enseignements/jedi/jedi9/Cours375.htm

     

    http://dr.jones.free.fr/spielberg/index.php

      


     

    Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

     

    L'’incroyable document vidéo que les américains nous ont caché… On avait déjà entendu parler d’ovnis, de petits hommes verts, et même, du vrai/faux extraterrestre de Roswell… mais jamais, encore, on n'’avait retrouvé d’'authentique créature venue d’ailleurs, vivante de surcroît !

    C’est pourtant ce que révèle un incroyable document vidéo. Dans cet enregistrement stupéfiant, on assiste même à l’interrogatoire, sous forme…télépathique, de « l’extraterrestre » !!! Mais plus étonnant encore : cet extraterrestre serait l’un des spécimens détenus aux Etats-Unis dans le fameux quartier 51 de l’armée, situé en plein désert dans l’Area 51 et dont le mystère n’a jamais été percé… …l’image est sombre, car « la créature aux grand yeux » craint la lumière… Là voilà, justement, assise derrière sa cloison de verre. Pour la protéger de toute infection, elle a été isolée dans un environnement aseptisé. En arrière plan, deux silhouettes, la première est celle d’un officier, l’autre, celle d’un télépathe. Seul ce dernier peut dialoguer avec la créature, car la télépathie est l’unique mode de communication avec les Aliens. Les bras le long du corps, comme s’ils étaient attachés, la créature hoche sa tête beige rosée à chaque fois qu’elle émet une pensée… Une lumière bleue clignotante indique qu’un moniteur cardiaque enregistre ses pulsations, elles sont plus lentes que celles d’un humain. Soudain, le rythme s’accélère, l’alien se sent mal, son énorme tête est secouée de spasmes ; le télépathe gesticule pour appeler à l’aide. Deux médecins se précipitent, ils pointent une lumière sur la créature, qui se tord de douleur, grimaçant et hochant de la tête… la vidéo s’arrêtera là. L’homme qui a sorti clandestinement cet extraordinaire document du quartier 51 a pour nom de code Victor, il serait un membre éminent de cet organisme ultra-secret. « Je n’ai pas moi-même assisté à l’interview, mais j’ai vu les créatures » confie-t-il. Selon lui, l’enregistrement a été réalisé au début des années 90, et s’inscrit dans une très vaste opération menée à cette époque. Il s’agissait, après que leurs vaisseaux se furent écrasés, de capturer le plus possible de créatures, afin de leur soutirer des informations. « Les interviews ont commencé en 1989 et avaient lieu deux fois par mois, pendant trois à cinq heures, explique Victor, tous les scientifiques se battaient pour leur arracher les informations ; les créatures ont données des détails sur le fonctionnement de leurs soucoupes volantes, mais les scientifiques avaient le sentiment que les créatures cachaient des renseignements. C’est fort possible : quand vous traitez avec un être intellectuellement supérieur, il ne faut pas croire qu’il ne vous veut que du bien… » Pour leur part, les ufologues qui ont visionnés la fameuse vidéo sont convaincus qu’il ne s’agit pas d’une supercherie. Un expert, dont nous tairons le nom a dit : « j’ai moi-même enquêté sur le quartier 51 et j’ai retrouvé une dizaine de personnes qui ont vu à la fois les créatures vivantes et mortes, conservées dans de gigantesques tubes remplis d’un liquide bleu ». Cet expert a également eu accès à d’autres détails sur ces prisonniers très particuliers : « les créatures bougent d’une manière étrange, un peu comme des marionnettes, parce que notre gravitation est plus importante que la leur ; leurs mouvements de têtes, en particulier, sont bizarres, car ils ont des cous maigres et leurs yeux sont immenses car ils viennent d’une planète faiblement éclairée, située à 400 années lumières de chez nous, dans le système Zeta Réticuli ». Depuis des années, les créatures se rendent dans le site secret du quartier 51, un pacte aurait même été passé entre eux et le président Eisenhower. En échange de leurs secrets, ils pouvaient enlever des humains !!! « les extraterrestres, pour survivre, ont besoin de matériel génétique humain, les personnes enlevées ont affirmé avoir été l’objet de manipulations médicales. Mais elles sont toujours revenues sur Terre, et la plupart ont été bien traitées ». Un des principaux consultant de la Nasa, est l’un des rares privilégiés autorisés à pénétrer dans le quartier 51 raconte ceci : " j’ai été conduit jusqu’à une énorme caverne souterraine, et la, j’ai vu un engin aussi grand qu’un bus, qui avait apparemment subi d’important dégats. Cela ne ressemblait à rien de connu, le centre de l’appareil était carbonisé, il pouvait monter jusqu’à 100 millions de degrés centigrades, une température plus élevée encore que celle du soleil. L’alliage était fin, presque transparent, si solide que j’aurais pu faire du trampoline dessus, tandis que je montais sur l’engin, le métal s’est mis à changer de couleur… Il était aussi doux qu’une peau de femme et, quand je le touchais, mes doigts y imprimaient des vagues, comme s’il réagissait… Cela paraissait fou, mais il est probable que l’engin était conduit par les pensées du pilote".. !!! Voilà, la vidéo a été diffusée en Avril 1997 sous le nom de « alien interview » au state, on la également vu en France, sur Canal + lors de la nuit extraterrestre le 13 juin 1997. A présent, le gouvernement américains semble vouloir habituer peu à peu l’opinion publique à l’idée d’extraterrestres parmi nous, nous allons apprendre dans les années à venir, des choses de plus en plus sidérantes… Le monde entier en sera bouleversé !!!

     


    <script type=text/javascript> </script><script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>
     
     
    Pin It

    12 commentaires
  • 1917-belgium-westernbelgium-wwn1

     

    Bonn, Allemagne: Le flamboyant pilote de chasse connu comme le Baron Rouge n'a pas seulement descendu 80 avions ennemis durant la Première Guerre Mondiale mais il a aussi été le 1er humain a descendre un vaisseau extraterrestre. C'est ce que déclare un ancien pilote de l'armée de l'air Allemande, Peter Waitzrik, qui dit qu'il a vu, avec surprise, le pilote de chasse tirer sur un ovni, qui avait des lumières oranges ondulantes, au dessus de la Belgique en 1917. Ensuite, deux des occupants de l'ovni abattu, sont sortis de leur vaisseau spatial et ont couru dans les bois, apparemment sans être plus jamais revus. " Le Baron et moi avons fait un rapport complet sur l'incident de retour au Quartier Général et ils nous ont dit de ne jamais mentionner ceci ". L'ancien pilote, âgé de 105 ans, a récemment parlé a un reporter. "…Et excepté a ma femme et a mes grands enfants, je n'ai jamais dit un mot. Mais cela fait maintenant 80 ans, donc quel serait la différence maintenant ? ". Il raconte que lui et le baron Manfred Von Richtoffen, surnommé le Baron Rouge, volaient lors d'une mission matinale au dessus de l'ouest de la Belgique durant l'été 1917 quand un ovni est soudainement apparu dans le ciel bleu, directement au dessus de leur triplan Fokker. " Nous étions terrifiés parce que nous n'avions jamais vu quelque chose comme ceci auparavant, " ce rappelle t'il . " Les Etats-Unis venaient d'entrer en guerre, donc nous avons présumé que c'était quelque chose qu'ils avaient envoyé. Le baron a immédiatement ouvert le feu et la chose est tombée comme un rock, cisaillant la cime des arbres alors qu'elle s'écrasait dans les bois. Alors deux petits gars a tête chauve, sont sortis et ont couru au loin; " Waitzrik dit qu'il a supposé que le vaisseau spatial, argenté et scintillant, était une sorte d'invention ennemi jusqu'a la panique " soucoupe volante " qui a commencé dans les années 40 et qui l'a convaincu que son collègue avait descendu un ovni. " Cette chose devait faire dans les 40 mètres de diamètre et ressemblait exactement a ces vaisseaux spatials en forme de soucoupe volante que tout le monde a vu durant ces 50 dernières années. " dit il, "donc, il n'y a aucun doute dans mon esprit que c'était une sorte de vaisseau spatial d'une autre planète, et ces petits gars courants dans les bois n'étaient pas des américains mais des sortes d'extraterrestres " "Vous savez, quelques fois je me demande ce que sont devenus ces types " ...

    baronrouge
     
    Proverbe Narn « un bon Alien est un Alien mort ».

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    mais la Nasa (agence spatiale américaine) leur a interdit de parler ! Elle aurait cacher au public, de nombreuses rencontres d'astronautes avec des ovnis, ainsi que l'existence de vestiges très anciens sur la face cachée de la Lune. Ces accusations émanent justement de ces astronautes témoins involontairement et de brillants experts qui ont effectués des recherches très poussées sur les ovnis. La plupart des astronautes ont rapportés de leurs missions dans l'espace, de stupéfiantes photos d'ovnis déclare l'un deux. Mais la Nasa les a passées sous silence pendant des années. Cette dernière possède a ce jour, la plus grande banque de donnée de vidéos d'ovnis au monde, car les experts y ont eu accès, d'ailleur, l'un deux travaillant pour la Nasa, a dévoilé que toutes les missions Gemini et Apollo étaient en permanence suivies par des engins inconnus; cela même c'est produit si souvent que les astronautes avaient finis par utiliser le nom de code " père noêl " lorsqu'ils croisaient l'un de ces vaisseaux extraterrestres. Un ancien chef consultant de la Nasa affirme que les analyses de films d'archives et de certaines photos démontrent l'existence de structures anciennes, ainsi que d'une machinerie, a la fois sur la lune et sur mars ?!?......... Lors de conférence de presse, la Nasa avait rendu méconnaissable et indistinctes, les photos d'ovnis montrées au public. Pendant les diverses observations des missions, un black out était instauré par le centre des communications du centre spatial à terre, lorsque les astronautes étaient témoins de ces apparitions. Ils en informaient leur centre qui leur indiquait un silence absolu . D'ailleur, l'un deux, en loccurence, James Lovell, qui était au commande du module lunaire d'apollo 8, lors d'un passage derrière la face cachée de la lune déclarait ..." on sait maintenant que le père noêl existe vraiment "; il a d'ailleur pris de magnifiques photos d'un ovni qui suivait la capsule gemini lors d'une autre mission a quelques centaines de mètres. Ces ovnis ressemblaient a des champignons géants avec un système de propulsion faisant apparaitre sous l'engin des rayons lumineux . Lorsque Apollo II à réalisé le 1er alunissage, deux ovnis planaient au dessus, juste avant qu'armstrong ( neil ) ne descende l'échelle pour effectuer les premiers pas de l'homme sur la lune. Sur internet, de nombreux serveurs livrent des transcriptions de conversations radio hallucinantes entre la base Houston et les capsul es des vols lunaires du genre : -" Ici armstrong, apollo II, je vois des vaisseaux spatiaux énormes de l'autre côté du cratère, ils sont en train de nous observer"... mais y'a un bin's, c'est que l'origine de ces conversations n'est pas prouvée ! 

    - Astronaute c'est pour les américains, Cosmonaute c'est pour les russes, Taiconaute c'est pour les chinois et Spationaute c'est pour les français, voilà pour l'info


    11 commentaires
  • 2 Juillet 1947, un engin inconnu s'écrase...

    En ce jour banal, a Roswell, au nouveau mexique, un couple observent vers 22h, un objet brillant qui file en vrombissant vers le n.o, à 120km de la, un fermier entend une forte explosion près de chez lui; le lendemain, le fermier sort son troupeau dans un champ que ces bêtes refusent de traverser, car le sol est jonché de débris métalliques, il en ramasse un et constate que ce dernier une fois tordu, reprend instantanément sa forme initiale, il est comme doué de mémoire, étrange pour l'époque ! L'armée est avertie et s'empare de " l'affaire ". Quelques jours après, le 8 juillet 1947, il semblerait que les militaires auraient découverts un second site de crash avec les mêmes débris et, en plus, des cadavres non humains ! A l'époque, Roswell abritait une base aérienne dont le 509ème groupe de bombardiers doté de la frappe atomique. A ce jour, plus de 200 témoignages ont été recueillis. Il s'agissait d'une épave de 10m sur 4 où 5 de large avec des occupants au nombre de 4 où 5 dont un aurait survécu quelques heures.

    Tout ça aurait été amené dans une base secrète dans l'ohio, Usa. Une formidable conspiration du silence est organisé autour de l'affaire Roswell, une stratégie de désinformation est mise en oeuvre qui va de la prétendu autopsie d'un "extraterrestre" donné en pâture aux chaines infos du monde entier, au crash d'un ballon sonde. Il y a gros a parier que depuis, à 190km au n.o de Las Vegas dans le désert du Nevada, dans la base ultra secrète de Nellis Air Force plus communément appellée, l'area51, dreamland, zone51, bref, on s'efforcerait toujours de percer le secret de où de ces épaves tombés du ciel et de leurs technologies. On raconte que suite a ce crash, on aurait découvert le kevlar ( gilet pare balle) la fibre optique et la puce informatique ( le microprocesseur ) qu'en pensez vous ? Pour info : l'area 51 fut construite en 1954, l'US Air Force en a reconnu l'existence qu'en 1994 !!!

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique