• Ye Olde Fighting Cocks, St Albans

    Le Ye Olde Fighting Cocks, qui se prétend le plus ancien pub de Grande-Bretagne, va fermer ses portes avec deux années difficiles, rapporte la chaîne CNN.

     

    C'est un monument de la culture de la boisson britannique qui ferme ses portes. Le Ye Olde Fighting Cocks, situé à St Albans, au nord de Londres, et qui se réclame comme le plus ancien pub de Grande-Bretagne, va fermer ses portes, rapporte CNN. Le débit de boissons, qui affirme sur son site Internet être ouvert depuis 793, n'a pas survécu à des années difficiles marquées par la pandémie de Covid-19.

    It has been at the heart of the community for centuries

    « Après une période prolongée de conditions commerciales extrêmement difficiles », le pub a fermé ses portes, annonce sur Facebook son propriétaire, Christo Tofalli. « Avec mon équipe, j'ai tout essayé pour maintenir le pub en activité », mais « les deux dernières années ont été sans précédent pour le secteur de l'hôtellerie et de la restauration, et ont eu raison de tous ceux qui ont fait de leur mieux pour assurer la pérennité de ce pub plusieurs fois primé », explique-t-il en admettant que l'établissement faisait déjà face à des difficultés avant la pandémie. « Il va sans dire que j'ai le cœur brisé : ce pub a été bien plus qu'un commerce pour moi, et je me sens honoré d'avoir joué ne serait-ce qu'un petit rôle dans son histoire », achève Christo Tofalli.

    exterior of ye olde fighting cocks pub

    La structure principale du Ye Olde Fighting Cocks date du XIe siècle, mais le pub clame son antériorité. Le Guiness Book Records lui a notamment décerné le titre de plus vieux bar d'Angleterre. Titre désormais suspendu, comme le rapporte une porte-parole de l'organisation dans un communiqué, car il était « devenu évident qu'il n'était pas possible de le vérifier ». Le débit de boissons doit son nom aux combats de coqs qui y étaient organisés.

    Entre 2008 et 2018, plus de 11 000 pubs ont fermé leurs portes, selon l'Office des statistiques nationales du Royaume-Uni, réduisant le nombre total de pubs de près d'un quart.

    *

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Tu aurais eu 86 ans ce jour...

     

    Tu aurais eu 86 ans ce jour...

    28 juin 1936- 3 novembre 2001

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Des scientifiques français se sont penchés sur l'origine d'étranges bourdonnements entendus dans plusieurs coins du monde au même moment.

     

    De mystérieux bourdonnements semblant provenir du ciel ont été entendus simultanément dans plusieurs pays du monde, ces dernières années. De l'Ecosse au Canada en passant par le Maroc ou le Nouveau-Mexique, ce ronronnement intriguant baptisé "the hum" (le bourdonnement en anglais) a suscité de nombreuses interrogations.  

    L'événement inexpliqué n'a pas manqué de faire éclore une myriade de théories farfelues autour de l'existence d'OVNI. En réalité, la cause n'est pas extra-terrestre. Ces sons proviennent bien de notre planète.

    Fichier:Volcan sous-marin volcan-mayotte-f0486d-0 1x.jpeg

    Volcan sous-marin

     

    Après un second grondement du type survenu en 2018, une équipe de scientifiques français s'est penchée sur la question. Dans une récente étude, ils ont démontré qu'ils provenaient d'un réservoir rempli de magma qui se trouve en profondeur, sous l'océan indien.

    Quelques mois après que les bruits aient été entendus, un volcan sous-marin mesurant 5 km de long et 0,8 km de haut est effectivement apparu au large des côtes de l'île de Mayotte, entre Madagascar et le Mozambique. L'étude montre comment le magma situé à environ 35 kilomètres de profondeur a traversé la croûte terrestre jusqu'au plancher océanique.

     

    L'éclosion de nouveaux volcans sous-marins n'a rien de nouveau, mais il est rare qu'elle génère un tel bruit.

    *

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le code de C. Dickens enfin déchiffré

    Personne n’avait réussi à déchiffrer le "code Dickens", une sténographie utilisée par le romancier de l’époque victorienne pour ses documents personnels et confidentiels, jusqu'à aujourd'hui où un Américain a décodé une lettre de l'auteur anglais datant de 1859.

     

    Charles Dickens, l’auteur de David Copperfield et d’Oliver Twist, est considéré comme l’un des plus grands romanciers de son époque, notamment grâce à ses feuilletons qui étaient publiés dans les journaux anglais. Mais Dickens écrivait aussi en privé, en utilisant une sténographie qu'il appelait "l'écriture du diable", et qui depuis près de 160 ans restait un mystère indéchiffrable. 

    Ancien sténographe judiciaire, "Dickens a appris un système de sténographie difficile, appelé Brachygraphie, qu'il évoque d'ailleurs dans son roman, David Copperfield, l'appelant un mystère sténographique sauvage", explique The Dickens Code, un site web dédié à la résolution de ce mystère et qui met à disposition des copies de certaines lettres de l’auteur.

    Le code de C. Dickens enfin déchiffré

    Le site ajoute que "Dickens a utilisé la sténographie tout au long de sa vie, mais pendant qu'il utilisait le système, il le modifiait également. Ainsi, les crochets, les lignes, les cercles et les gribouillis sur la page sont très difficiles à déchiffrer". Le projet Dickens Code a donc offert à quiconque pouvait transcrire cette sténographie une somme de 300 livres sterling.

    Et c’est finalement un Américain, Shane Baggs, qui n'avait jamais lu un roman de Dickens auparavant, qui est parvenu à déchiffrer l'une des lettres rédigées par l’auteur. Spécialiste en support technique informatique en Californie, Shane Baggs a passé environ six mois à travailler sur le texte, principalement après le travail. Il a déclaré qu'il avait entendu parler du concours pour la première fois par le biais d'un groupe sur Reddit dédié au craquage des codes et à la recherche de messages cachés.

    Seulement 70 % de la lettre déchiffrée

     

    Splodgy mess … the manuscript of Great Expectations.

    Le document décodé est donc une lettre de 1859, adressée au rédacteur en chef du Times, John Thaddeus Delane, où Charles Dickens dit qu'un employé du journal a eu tort de rejeter une publicité qu'il voulait dans le journal faisant la promotion d'une nouvelle publication littéraire, et l’auteur demande à nouveau qu'elle soit diffusée.

    Mais seulement 70 % de cette lettre a été déchiffrée, le code Dickens a donc encore du travail à faire et continue de faire appel à des bénévoles, mais sans récompense cette fois-ci.

     

    Le code de C. Dickens enfin déchiffré

     

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires