• Quizz 112

    Calendrier | Gifs animés

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Découverte d’un faon à deux têtes

    Un cueilleur de champignons a découvert un faon à deux têtes dans une forêt près de Freeburg dans le Minnesota. (mai 2018)

     

    Si l’animal était probablement mort-né car non viable, il avait pourtant été soigneusement toiletté par sa mère, l’instinct maternel étant fort chez les biches.

    L’autopsie de cet animal insolite a révélé qu’il s’agissait de siamois qui partageaient le même tube digestif, le même foie, etc…

    Découverte d’un faon à deux têtes

    Si les jumeaux siamois ne sont pas rares dans les élevages (voir par exemple ces 10 étranges et effrayants animaux à deux têtes), ils le sont beaucoup plus à l’état sauvage, ce qui rend cette découverte encore plus insolite.

    Découverte d’un faon à deux têtes

    Ce faon à deux têtes a finalement été empaillé par des taxidermistes pour pouvoir être montré au public sur un lit d’herbe.

    *

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Finistère- un rocher énigmatique ! 

     

    Un appel national a été lancé auprès des linguistes et historiens pour tenter de déchiffrer un texte énigmatique datant du XVIIIe siècle gravé sur un rocher.

    Depuis des années, l'inscription a résisté aux marées, aux intempéries et aux cryptographes. Elle a même été baptisée "le mystère Champollion à Plougastel-Daoulas", en hommage à l'égyptologue qui a été le premier à traduire la Pierre de Rosette. La mairie de Plougastel-Daoulas, dans le Finistère, a donc lancé un concours pour tenter de mettre fin à ce mystère.

     

    Finistère- un rocher énigmatique !

    Elle promet 2000 euros à celui ou celle qui réussira à déchiffrer le message gravé sur un rocher de l'anse du Caro, rapporte Ouest-France. L'inscription, qui fait une vingtaine de lignes avec des groupes de mots indéchiffrables, comprend peu d'indices.


    Des dates et un dessin

    Pour se donner une idée de la complexité de la tâche, voici les premiers mots inscrits: "grocar drear diozeevbio", selon Le Télégramme. Le rocher comprend également un dessin représentant un voilier.Par ailleurs, trois dates sont inscrites. Les deux premières - 1786 et 1789 - correspondent aux années de construction du fort du Corbeau tout proche. La dernière - 1920 - a été gravée par un soldat russe en garnison dans ce fort, selon un habitant qui l'a appris par sa grand-mère. 

     

    Le concours, ouvert jusqu'en novembre 2019, fait appel aux historiens, linguistes, étudiants ou passionnés. Les travaux soumis seront ensuite examinés par un jury d'universitaires qui aura la charge de déterminer qui sera récompensé. 

     

    Finistère- un rocher énigmatique !

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Akie Nakata- ses galets en animaux

    Au Japon, l’artiste Akie Nakata est toujours en quête des cailloux durant ses longues promenades. Des pierres lisses qu’elle ramasse et amasse pour leurs formes et qui vont être ensuite minutieusement transformées en renard, chouette, chat, tortue ou crocodile. Son imagination est sans limite et la matière première nombreuse.

     

    Des pierres lisses non taillées

    Ses peintures réalistes et détaillées viennent épouser la forme de la pierre pour faire naître des représentations animales qui sembles presque évidentes. « La forme naturelle de la pierre est une source d’inspiration infinie ». L’artiste ne touche jamais à la forme de la pierre pour arranger une forme ou un contour. Une démarque artistique et proche de la nature qui a débuté durant une ballade au bord d’une rivière un jour où elle a heurté un galet dont la forme lui a rappelé celle d’un lapin. De là est né son art, qu’elle appelle elle-même le « stone art ». Vous pouvez suivre les créations d’Akie Nakata sur un compte Instagram et sur son blog.

    Akie Nakata- ses galets en animaux  Akie Nakata- ses galets en animaux

     *

    source de l'article

    d'autres photos de son art

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  • Une immense tête de loup préhistorique découverte

    Elle semble comme figée dans le temps : des scientifiques russes ont découvert une immense tête de loup préhistorique en Sibérie. Resté dans le pergélisol depuis 40.000 ans, l'animal est dans un remarquable état de conservation.

     

    La découverte est exceptionnelle, et les images presque irréelles : la tête sectionnée d'un loup préhistorique a été trouvée en Sibérie. L'animal aurait vécu durant le Pléistocène, il y a 40.000 ans... il a pourtant été retrouvé quasiment intact, recouvert de poils.

     

    "Cette découverte des premiers restes d'un loup du Pléistocène adulte avec ses tissus préservés est totalement unique", s'enthousiasme Albert Protopopov, paléontologue et auteur principal de l'étude ayant suivi cette incroyable découverte. "Nous allons les comparer aux loups des temps modernes pour comprendre l'évolution de l'espèce, et reconstruire son apparence".

    Une immense tête de loup préhistorique découverte

    Muscles, poils, dents et cerveau intacts ! 

    A présent, les scientifiques vont en effet étudier son ADN et modéliser en 3D le crâne de l'animal. Ils espèrent également utiliser les techniques tomographiques pour explorer l'intérieur de sa tête de manière non invasive. L'animal devrait en effet toujours avoir son cerveau caché dans sa boîte crânienne. Les scientifiques ignorent cependant ce qu'il est advenu du reste du corps de l'animal, et pourquoi et par qui sa tête a-t-elle été sectionnée.

    Aux côtés de ce loup préhistorique, les scientifiques ont également retrouvé un petit. Il serait lui aussi dans un superbe état de conservation, offrant aux scientifiques une opportunité de choix pour en apprendre plus sur ces incroyables spécimens. "Leurs muscles, organes et cerveaux sont en très bonne condition", confirme Naoki Suzuki de l'Université de médecine Jikei à Toxyo. "Nous voulons mesurer leurs capacités physiques en les comparant aux lions et aux loups d'aujourd'hui." 

    *

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire