• Jackpot le lundi, jackpot le samedi pour un veinard australien

    A peine avait-il fini de fêter sa victoire à la loterie cinq jours plus tôt qu'un Australien a dû remettre ça, en apprenant qu'il avait touché le jackpot pour la seconde fois en moins d'une semaine.

     

    Après avoir gagné (mai 2018) 1.020.487 dollars australiens (644.000 euros), le quadragénaire, dont l'identité n'a pas été dévoilée mais qui vit à Bondi, une banlieue balnéaire de Sydney, a récolté samedi 1.457.834 AUD.

     

    "Je me suis juste dit que c'était trop beau pour être vrai", a-t-il dit lundi à NSW Lotteries, l'organisme officiel gérant la loterie dans l'État de Nouvelles-Galles du Sud.

    "La probabilité de gagner deux fois en si peu de temps est sans doute nulle. J'adorerais pouvoir donner des conseils aux autres sur la façon de gagner la loterie. Mais je n'en ai pas."

    "Je ne vais pas être stupide", promet-il au sujet de ce qu'il fera de son pactole, en disant envisager un investissement immobilier à Sydney, l'achat d'une nouvelle voiture et "cela va sans dire, des vacances à Honolulu".

    NSW Lotteries s'est dit dans l'incapacité d'estimer la probabilité de gagner deux fois dans la semaine, sachant que celle de l'emporter une fois est d'une chance sur 1,845 million.

    "Nous ne connaissons personne qui ait gagné deux fois dans la semaine", a déclaré à l'AFP le porte-parole de NSW Lotteries Matt Hart.

     

    "Il y a des gens qui ont gagné deux fois dans leur vie, mais pas deux fois dans la semaine."

     

    Jackpot le lundi, jackpot le samedi pour un veinard australien

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Son chien meurt un quart d'heure après lui!

    C'est une histoire bouleversante qui s'est passée en Ecosse il y a quelques jours que raconte le Daily Mail, celle de Stuart Hutchinson, un jeune homme de 25 ans, qui est décédé des suites d'un cancer.

    A peine 15 minutes plus tard, c'est Nero, son bouledogue français, qui est est mort à son tour. "Les vétérinaires nous ont dit que sa colonne vertébrale était fracturée. Mais avant cela, il allait parfaitement bien", confie la maman de Stuart à nos confrères. Elle précise que si Stuart avait trois chiens, Nero était sans aucun doute pour elle celui avec qui il était le plus fusionnel. 

    Au domicile, l'animal ne semblait pas au mieux de sa forme. Un proche l'a donc emmené en urgence chez le vétérinaire: « Là-bas, on lui a dit que le chien s’était fracturé la colonne vertébrale. Pourtant, il allait très bien quelques heures plus tôt », explique-t-on...

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Quizz 102

    Pin It

    votre commentaire
  • Le mystère du “lac des squelettes”.

    Niché dans l’Himalaya indien à environ 5.000 mètres d’altitude, le lac Roopkund est gelé une grande partie de l’année. Mais quand les jours sont plus chauds, il offre un spectacle macabre puisque des centaines de squelettes humains émergent de ce qu’on appelle aujourd’hui “le lac des squelettes”.

     

    Qui étaient ces individus, et qu’est-ce qui leur est arrivé ? L’hypothèse principale était jusqu’ici qu’ils sont morts simultanément lors d’une catastrophe il y a plus de 1.000 ans. Une étude anthropologique, réalisée il y a plusieurs années, a étudié cinq squelettes et a estimé qu’ils avaient 1.200 ans.

    Mais une nouvelle analyse génétique effectuée par des scientifiques en Inde, aux États-Unis et en Allemagne, a bouleversé cette théorie. L’étude, qui a examiné l’ADN de 38 cas, indique qu’il n’y a pas eu qu’un seul déversement massif de cadavres, mais plusieurs répartis sur un millénaire.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Des origines et des dates de décès différentes

    Le rapport, publié mardi dans Nature Communications, a permis d’obtenir “une vision beaucoup plus riche de l’histoire possible de ce site” que les efforts précédents, a déclaré Jennifer Raff, généticienne et anthropologue à l’Université du Kansas.

    Les anthropologues connaissent le lac Roopkund depuis plusieurs décennies, mais en savaient peu jusqu’ici sur la provenance des squelettes. Des glissements de terrain, des visiteurs humains et autres ont perturbé et déplacé les restes, ce qui rend difficile de savoir quand et comment les individus ont été enterrés, et encore moins qui ils étaient. “Dans un cas comme celui-ci, cela devient impossible”, a déclaré Cat Jarman, un bioarchéologue de l’Université de Bristol en Angleterre.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Les chercheurs, dirigés en partie par Niraj Rai, expert en ADN ancien au Birbal Sahni Institute of Palaeosciences en Inde, et David Reich, généticien à l’Université Harvard, ont extrait l’ADN des restes de dizaines d’échantillons squelettiques et ont réussi à identifier 23 hommes et 15 femmes.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

     

    “Difficile de croire que chaque individu est mort de la même façon”

    D’après les populations actuelles, ces individus appartiennent à trois groupes génétiques distincts. Vingt-trois d’entre eux, dont des hommes et des femmes, avaient des ancêtres typiques de l’Asie du Sud contemporaine ; leurs restes ont été déposés au lac entre le VIIe et le Xe siècle, et pas tous en même temps, certains squelettes étant plus anciens que d’autres.

    Peut-être 1.000 ans plus tard, entre le XVIIe et le XXe siècle, deux autres groupes génétiques seraient apparus soudainement dans le lac: un individu d’ascendance est-asiatique et, curieusement, quatorze personnes d’origine est-méditerranéenne. 

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Il n’y a aucune preuve d’infection bactérienne, donc une épidémie est à exclure. L’environnement difficile en haute altitude s’est peut-être avéré fatal. L’étude précédente, portant sur cinq échantillons de squelettes, en a trouvé trois présentant des fractures par compression non cicatrisées, peut-être causées par d’énormes grêlons, mais cette conclusion fait débat. Quoi qu’il en soit, “il est difficile de croire que chaque individu est mort exactement de la même façon”, a déclaré Éadaoin Harney, étudiant au doctorat à Harvard et auteur principal de l’étude. Le mystère reste entier…

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    source de l'article

    Pin It

    3 commentaires
  • La plus grande réplique Lego du Titanic !

    UN PETIT GARÇON AUTISTE CONSTRUIT LA PLUS GRANDE RÉPLIQUE LEGO DU TITANIC AU MONDE

     

    Le navire est si grand et spectaculaire qu’il semble presque impossible qu’il soit armé par un enfant.

    La plus grande réplique du Titanic au monde a été construite avec des briques LEGO seulement 700 heures plus tard, à Reykjavik, en Islande, par un jeune garçon de 10 ans.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    Le fabuleux navire a fait ses débuts aux États-Unis, au Museum Attraction de Pigeon Forge, dans le Tennessee.

    Brynjar Karl Bigisson, maintenant âgé de 16 ans, a construit la réplique avec 56 000 briques lego. Le résultat final est de 8 mètres de long et 1,52 de haut. Brynjar se souvient avoir joué avec des legos pendant des heures alors qu’il n’avait que 5 ans. « Parfois, je construisais à partir d’instructions, et parfois, j’utilisais ma propre imagination », a-t-il déclaré.

    À l’époque, il était obsédé par les trains, mais cela a changé lorsque son grand-père, Ludvik Ogmundsson, l’a amené à pêcher dans un bateau, ce qui a suscité de l’intérêt et de l’appréciation pour les bateaux. Quand Brynjar avait 10 ans, il savait tout sur le Titanic.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    Quand j’ai voyagé pour la première fois avec ma mère à Legoland au Danemark, j’ai vu tous les modèles géants de maisons, d’avions célèbres et de navires, j’ai probablement pensé à la construction de mon propre modèle Lego. À 10 ans, j’ai commencé à penser à la construction du modèle Lego Titanic en faisant référence à la taille des poupées Lego », a déclaré Brynjar.

    Le projet était une affaire de famille, avec l’aide de son grand-père, d’un ingénieur et de sa mère, Bjarney a tout lancé. Ogmundsson a réduit l’avion de la taille du Titanic original à Lego et a aidé à déterminer le nombre de briques de jouet nécessaires à la création du modèle. « Sans cela, je n’aurais pas réalisé le projet de mes rêves, cela n’aurait jamais été une réalité », a déclaré Brynjar.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    Grâce aux dons de sa famille et de ses amis, Brynjar a réussi à acheter toutes les briques nécessaires au démarrage de son ambitieux projet.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    La mère de Brynjar a déclaré que, lorsqu’elle avait commencé à élever son fils, elle se sentait totalement aveugle face à l’avenir de l’autisme. Elle s’inquiétait des obstacles que de nombreux enfants atteints d’autisme devaient surmonter. Cependant, elle est maintenant fière de partager avec d’autres parents ayant des enfants du spectre, malgré tout, s’il est possible d’atteindre vos objectifs.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    La réplique de Lego a été envoyée d’Islande en trois gros morceaux puis soigneusement construite avant son lancement aux États-Unis. Et en décembre 2019, il sera ancré dans l’attraction du Titanic Museum.

    La plus grande réplique Lego du Titanic !

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire