• Chien ou homme ?

    Une nouvelle illusion d’optique déchaîne les passions sur le Web. Cette fois, il s’agit d’une photo de forêt dans la neige.

     

    Sur celle-ci, on distingue en effet une forme noire qui coure à travers des bois enneigés. Mais les internautes sont divisés entre ceux voyant un homme vêtu entièrement de noir portant un sac à dos et ceux y voyant un chien noir, de face.

    A première vue, lorsqu’on découvre la photo de loin, on peut aisément en effet croire à un homme en plein running. Mais en y regardant de plus près, on se rend compte facilement qu’il s’agit bien d’un chien.

    Chien ou homme ?

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Quizz 126

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Elle retrouve son alliance 40 ans après !

    Jean-René et Anne Hervé savourent leur plaisir d’avoir retrouvé leur alliance perdue sur la plage du Palus, à Plouha, il y a 40 ans. C’est un chercheur de métaux amateur, Nicolas Kasprzyk, qui a retrouvé l’alliance. (©L’Echo de l’Argoat)

     

    Anne et Jean-René Hervé n’en reviennent toujours pas. Ils viennent de récupérer la bague de mariage qu’Anne avait perdu sur la plage du Palus, à Plouha (Côtes-d’Armor), il y a 40 ans !

     

    C’est un chercheur de métaux amateur, Nicolas Kasprzyk, qui a fait l’heureuse découverte cet été et a réussi à retrouver la trace du couple, installé aujourd’hui dans le centre de la France.

     

    Perdue au cours d’une baignade en famille

    C’était en 1980. Anne et Jean-René Hervé habitaient Guingamp à l’époque (ils y ont vécu de 1975 à la fin des années 1990). Comme beaucoup de Guingampais, l’été, ils prenaient la direction de Plouha et Saint-Quay, pour aller passer du bon temps à la plage.

    C’est au Palus, alors qu’elle se baignait, qu’Anne a perdu son alliance un jour d’été :

     

    Je l'avais perdue en aidant mes enfants, qui étaient tombés du canot pneumatique, à remonter dans l'embarcation. Les enfants jouaient, je ne me suis même pas rendue compte sur le coup que j'avais perdu ma bague. C'est un quart d'heure après que je m'en suis aperçue. Anne Hervé (Propriétaire de l'alliance).

     

    Retrouvée (presque) au même endroit

    Aussi incroyable que ce la puisse paraître, cette bague a été restituée « intacte » au couple le mois dernier. « Elle était impeccable, sans aucune corrosion ni rien, après 40 ans, c’est fou ! »

    La bague a été retrouvée à peu près au même endroit qu’elle avait été perdue il y a 40 ans, « mais on ne sait pas quel voyage elle a fait ! », s’interroge encore Jean-René.

    La découverte a eu lieu fin juin, Nicolas Kasprzyk se souvient :

     

    J'habite à deux kilomètres du Palus, j'y vais souvent pour prendre l'air et me balader. J'amène toujours mon détecteur avec moi. Ce jour-là, ça a sonné entre la plage et les galets, pas loin de la cale. Elle était sous deux ou trois galets, pas très profond. Nicolas Kasprzyk (Détectoriste amateur).

    La bague comporte une date – 31 août 1974 – et deux prénoms – Anne et Jean-René – gravés à l’intérieur.

     

    Un ami a vu la photo sur Facebook

    C’est grâce à ces indications très précises que la bague a pu être restituée à ses propriétaires. Lorsqu’il l’a découverte, Nicolas Kasprzyk a posté une photo de la bague sur sa page Facebook et un ami du couple, Rémi, qui réside toujours dans le secteur, dans la région de Saint-Brieuc, a immédiatement fait le rapprochement.

    Il a vu la photo sur Facebook, avec nos prénoms et nous a tout de suite reconnus. Notre ami a pris contact avec Nicolas et, en une soirée, c'était fait. On a repris contact ensuite avec Nicolas et on a fixé rendez-vous pour se voir. Jean-René et Anne (Propriétaires de l'alliance). Camping-caristes, Jean-René et Anne, qui vivent dans l’Indre aujourd’hui, ont profité d’un séjour en Bretagne le mois dernier pour rendre visite à Nicolas Kasprzyk et récupérer leur précieux anneau.

    On a été bouleversés, on ne s'y attendait plus. Pour nous, 40 ans après elle était définitivement perdue. On y pensait de temps en temps. On a raconté l'histoire de notre bague perdue à des proches, mais on ne pensait plus qu'on la retrouverait un jour !

     

    La bague de Jean-Renée, précieusement rangée

    Aujourd’hui à la retraite, Jean-René et Anne Hervé ont pas mal voyagé depuis leur départ de Guingamp, faisant escale notamment en Loire-Atlantique et dans la région de Lyon.

    Le couple n’avait jamais racheté d’alliance depuis. Jean-René avait quant à lui précieusement conservé la sienne dans une boîte. Il va désormais la ressortir pour la remettre au doigt, ou autour d’une chaîne, en parfaite harmonie avec son épouse. « On remercie Nicolas pour son honnêteté et pour la démarche qu’il a faite pour retrouver les propriétaires, c’est incroyable. »

     

    Une autre bague retrouvée

    Nicolas Kasprzyk a également retrouvé, quelques semaines plus tôt, une autre alliance appartenant à des habitants de Guingamp aussi, perdue au cours de l’été 2018. Elle a été restituée de la même manière via Facebook à ses propriétaires. « Paradoxalement, cette alliance était plus abîmée que celle perdue il y a 40 ans ! »

    Le détectoriste amateur est ravi de faire des heureux. Les belles histoires pourraient continuer puisque Nicolas a, depuis, reçu plusieurs messages d’autres amoureux ayant aussi perdu leurs alliances dernièrement sur des plages du secteur. Un nouveau Seigneur des Anneaux est né !

    Elle retrouve son alliance 40 ans après !

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • COVID-19 & observations d’OVNIs

     

    La pandémie mondiale a entraîné une augmentation des observations d’OVNIs, selon un enquêteur. Gary Heseltine, 60 ans, estime que cela aidera à convaincre les gens que nous ne sommes pas seuls dans l’univers. 

     

    Le policier à la retraite a déclaré qu’avec le nombre croissant de personnes ayant passé du temps dans des jardins, des parcs et à la campagne, les rapports sur des engins “extraterrestres” sont en hausse. Gary, père de deux enfants, a déclaré : “Cela pourrait être un moment très significatif dans l’histoire des OVNIs.”

    Il a tenu une base de données de 550 observations au Royaume-Uni impliquant 1100 policiers et remontant à 1901. Certaines affaires sont étayées par des séquences vidéo.

    Aucun document officiel n’est conservé depuis la fermeture du bureau chargé de l’étude des OVNIs du ministère de la défense après 50 ans en 2009.

    COVID-19 & observations d’OVNIs

    Mais Gary, de Scholes, West Yorks, a déclaré “Les observations ont augmenté lors du confinement”.

    “Avec la diminution du trafic aérien, la probabilité de voir des OVNIs a augmenté.”

    Il est convaincu que le gouvernement a caché la vérité sur les OVNIs en ajoutant : “Il est grand temps qu’ils changent et que nous ayons une attitude ouverte pour explorer les meilleures preuves dans le public”. 

    Le ministère de la défense Britannique a déclaré : “En plus de 50 ans, aucun rapport sur les OVNIs n’a révélé quoi que ce soit suggérant une menace militaire pour le Royaume-Uni.”

     

    COVID-19 & observations d’OVNIs

    source de l'info

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Un guerrier du XVIe siècle retrouvé au fond d’un lac

    Le squelette d’un guerrier du XVIe siècle vient d’être découvert au fond d’un lac lituanien, accompagné de sa fidèle épée et de deux poignards. Il reposait à une profondeur de neuf mètres, caché dans la boue, rapportait Live Science le 18 novembre 2020.

     

    Si la découverte des restes du soldat a été surprenante, la remarquable préservation du squelette et des artefacts l’est encore plus. Les plongeurs ont ainsi récupéré une paire de bottes en cuir munies d’éperons, une cein­ture en cuir avec une boucle d’acier, une épée en fer et deux poignards avec des manches en bois. Une équipe d’archéologues, d’anthropologues et d’historiens du Musée national de Lituanie travaille actuellement à la conservation et à l’interprêtation des objets.

     

    D’après l’archéologue Elena Pranckėnaitė, chercheuse à l’université de Klaipėda, en Lituanie, le courant a dû déposer des sédiments comme du sable sur le corps du guerrier, qui l’ont recouvert au fil du temps. Après examen, des scientifiques de la faculté de méde­cine de Vilnius ont déterminé qu’il s’agissait d’un homme et qu’il était mort il y a 500 ans – bien qu’ils ne sachent pas encore ni comment ni pourquoi.

    Des armes et d’autres artefacts retrouvés au fond du lac près du corps laissent deviner son statut militaire. Ce n’est pas la première fois que des sépultures humaines liées à la guerre sont retrouvées dans la région, mais c’est la première fois qu’un soldat si vieux est décou­vert sous l’eau, a déclaré Pranckėnaitė.

    Un guerrier du XVIe siècle retrouvé au fond d’un lac

    Le pont de Dubingiai, construit tout de bois en 1934, avait un ancêtre. Une étude datant de 1998 a révélé qu’un autre pont se trouvait à ce même emplacement, datant du XVIe ou XVIIe siècle, à peu près à l’époque où le soldat est mort. « Pour l’instant, nous supposons que le sque­lette découvert a été jeté du pont menant au château de Dubingiai, qui était situé au sommet d’une colline sur la rive du lac Asveja », poursuit l’archéologue.

    *

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire