• Dernier opus de cette trilogie consacrée aux photos postmortem.

    Certaines photos sont impressionnantes et peuvent heurter la sensibilité de personnes non averties. La mort est-elle une fin ?

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Quizz 107

    Quizz 107

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Jack l'Éventreur démasqué par son ADN

    Une étude scientifique rapportée par « Ouest-France » affirme, ADN à l'appui, que le tueur en série était un barbier polonais du nom d'Aaron Kosminski.

     

    Ses crimes ont fait trembler Londres et alimenté tous les fantasmes. Jack l'Éventreur, tueur en série le plus célèbre du monde, pourrait avoir été démasqué 130 ans après les faits. Comme le rapporte Ouest-France, des chercheurs britanniques pensent avoir découvert l'identité du tueur grâce à de nouvelles preuves scientifiques. Leur travail a été publié dans la revue Journal of Forensic Sciences.

    Le tueur, qui s'était donné le surnom de « Jack the Ripper » dans des lettres envoyées à la police, a semé la terreur dans le quartier de Whitechapel, dans l'est de Londres, en s'attaquant principalement à des prostituées, qu'il tuait puis éventrait. Comme le rappelle Ouest-France, il agissait pendant la nuit et n'a jamais pu être démasqué par les policiers. Cinq meurtres sont imputables à Jack l'Éventreur, car présentant plusieurs similitudes.

    Jack l'Éventreur démasqué par son ADN

     

    Arrêté mais relâché par Scotland Yard

    Les chercheurs ont mené des tests génétiques à partir de fragments d'ADN retrouvés sur un châle recouvert de sang et qui se trouvait à côté du corps d'une des victimes de Jack l'Éventreur en 1888. Ils les ont comparés aux ADN prélevés sur les descendants vivants, et connus, du principal suspect de l'époque : Aaron Kosminski. La correspondance trouvée mène au barbier polonais, âgé de 23 ans au moment des faits, arrêté mais relâché par Scotland Yard faute de preuves.

     

    Le barbier était né dans le centre de la Pologne et avait rejoint Londres dans les années 1880 avec sa famille, non loin des différents lieux où ont été commis les meurtres. Il a terminé sa vie en asile, où il est décédé à l'âge de 53 ans et souffrait, selon certains spécialistes de l'affaire, d'hallucinations auditives et de paranoïa.

    L'étude publiée dans Journal of Forensic Sciences valide les affirmations d'un homme d'affaires britannique et d'un spécialiste de la biologie moléculaire : en 2014, les deux hommes expliquaient déjà qu'Aaron Kosminski était Jack l'Éventreur après avoir analysé les traces de sang et de sperme trouvées sur le châle. Mais leur théorie avait été critiquée et rejetée par des scientifiques, notamment le professeur Alec Jeffreys, inventeur de la technique d'analyse de l'ADN.

    Jack l'Éventreur démasqué par son ADN

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le défunt s'invite au baptême !

    Une quinquagénaire britannique affirme que son défunt mari a assisté au baptême de sa petite fille. Celle-ci dévoile une photo sur laquelle le fantôme aurait été aperçu.

     

    Heather Sewell, une grand-mère de 50 ans, a fait ces étranges confidences à la presse britannique. Selon elle, Terry, son époux qui s'était suicidé 17 ans plus tôt, était présent au baptême de sa petite-fille Mia Bella-Kennett.

    Après avoir visionné les photos de la cérémonie prises par son fils Jamie, un DJ de 29 ans, et aperçu une étrange forme sur le devant de l'autel, Heather est certaine qu'il s'agit du fantôme de son défunt mari.

    *

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Notre Dame de Paris- incendie criminel ?

    Une autre thèse déjà suggérée...

     

    La terrifiante vérité tenue secrète est très probablement bien connue de quelques scientifiques, politiques, ou spécialistes du renseignement de haut niveau.

    On saura un jour... Mais dans combien de temps ? 

     

     Ce qui suit est un peu "technique", mais même en survolant, on comprend l'essentiel qui ne sera, bien sûr, jamais dévoilé officiellement...

     

    Bien sûr , les gens sensés ne croient pas à un accident. Tout a été organisé, préparé et suis certain que des personnes savent ! Je lisais sur un article qu'il ne fallait rien divulguer “à chaud”... ça pourrait déclencher une guerre civile; tout est clair, mais ce n’est pas net…

     

    UN JOUR  ON SAURA LA VERITE !

     

    Ce qui est étrange c'est que ND de Paris dont la toiture de 140 mètres sur 40, flambe en 1 heure chrono !

    Dans la nature, c'est impossible…!

     

    Voici une explication sérieuse :

     

    > > > Pourquoi Notre Dame a brûlé si vite ? Il y a deux mois, une entreprise est venue, autorisée pour pulvériser sur toute la charpente du produit contre les insectes du bois. Or ce n’est pas ce qui a été employé, mais une solution hautement inflammable qui a fait une pellicule autour des poutres !  

    Ce produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium, ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.

    Depuis février le produit, sans doute associé à une colle, a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis. Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2 200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. « Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu. » Après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps, car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions.

     

    > > > Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1 100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’hydrogène et de l’oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’hydrogène et à l’oxygène. Ces deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion.

     

    > > > Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2 200 degrés il place au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1 100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.

     

    > > > Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles. 

     

    > > > Comment imaginer que des millions de gens croient au court-circuit ou étincelles pour allumer l’incendie de Notre Dame de Paris ? 

     

    > > > Qui réfléchit encore par lui-même ? Pourtant on l’a vue flamber en une heure chrono !

     

    > > > Il a fallu 1 300 chênes pour la charpente soit 2 000 à 2 600 m3 !

     

    C’est impossible qu’une telle masse de bois très dur de plus de 800 ans, des poutres de 40/40 de côté brûlent en 1 heure, sans comburant additionné .

     

    C'est quand même étrange !

     

    > > > Dommage que tout le monde ne se pose pas les bonnes questions !

     

     > > > En 10 mois, ce sont 11 édifices chrétiens qui ont été brûlés en France...

     

    Notre Dame de Grâce d'Eyguières le 21 avril 2019

    Notre Dame de Paris le 15 avril 2019

    Saint Sulpice à Paris en mars 2019

    Cathédrale Saint Alain de Lavaur en février 2019

    Saint Jacques à Grenoble en janvier 2019

    Eglise du Sacré Coeur à Angoulême en Janvier 2019

    Saint Jean du Bruel en octobre 2018

    Eglise de Villeneuve d'Amont en août 2018

    Sainte Thérèse à Rennes en juillet 2018

    Saint Paul du Bas Caraquet en juin 2018

    Notre Dame de Grace à Revel en juin 2018

     

    Notre Dame de Paris- un "mystère" de plus !

    source de l'article

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire