• Loire- Le Shinning Hostel

    Depuis le 1er février dernier (2017), une ancienne bâtisse délabrée a retrouvé vie à travers un hôtel obscur, où le paranormal et la parapsychologie sont les mots d’ordre. De quoi faire vivre des nuits angoissantes aux visiteurs zélés du Shinning Hostel à Cervières (Loire).

    Des frissons dans le dos. C’est la sensation qu’on éprouve lorsqu’on pénètre dans ce lugubre manoir de Cerviè­res (Loire), dans le canton de Noirétable. À peine la grille passée, le ton est donné. Les lieux sont inoccupés depuis plus d’une dizaine d’années. Le toit est à deux tuiles de s’effondrer, des barreaux aux fenêtres donnent la mauvaise impression de ne pas pouvoir s’enfuir en cas de danger. Le hall aux tapisseries des années 70 et les plafonds qui tombent en lambeaux offrent un décor désolé au manoir qui s’étend sur plus de 450 m² . Thomas Neveu, créateur des lieux, et Anais Moiroud, présidente de l’association, tous deux passionnés par le paranormal depuis longtemps, ont souhaité avec ce projet d’hébergement insolite, via leur association privée, proposer des nuits d’angoisse aux amateurs d’horreur.

    « Nous ne voulons pas que ce soit une attraction »

    Au total, six chambres sont prêtes à accueillir 6 à 8 personnes maximum. L’unique condition est de devenir adhérent à l’association. « Nous ne voulons pas que ce soit une attraction. L’idée de notre projet est de jouer avec la parapsychologie, c’est­à­dire la psychologie et tout ce qui se rapporte au paranormal. Notre but est de pousser les gens à entendre et voir des choses », confie Thomas Neveu. 

     

    Dès leur arrivée, les clients (qui sont en réalité des "membres-adhérents" puisque c'est une association) doivent se délester de toutes leurs affaires personnelles. « Nous leur attribuons un "pyjama d'époque", de façon à ce que toute personne de la même manière », précise le créateur. Au court de la nuit, une dizaine de bénévoles s’invitent dans l’intimité des « clients » d’un soir…

    Loire- Le Shinning Hostel

    À côté de la salle d’opé­ration (ou de tortures !), une pièce abrite des poupées aux bras qui sortent du ventre ou encore des objets sanglants qui attendent patiemment de sévir aux quatre coins de la maison.

    Des esprits hantent-ils les lieux ?

    D’après plusieurs témoignages et enquêtes, des esprits seraient présents dans les lieux. « Nous avons fait faire deux enquêtes par une équipe spécialisée dans le paranormal, basée à Toulon. La dernière a été faite ré­cemment et révèle des choses très intéressantes. Nous ne pouvons pas encore les dévoiler.

     

    Quant à la première, réalisée il y a quelques mois, des voix ont été enregistrées, dont celle d’une petite fille. Et, en dehors de l’enquête, nous avons vécu plusieurs manifestations perturbantes, comme des courants d’air glaciaux durant la nuit, alors que tout était fermé, des grincements de portes… », rapporte très sereinement Thomas.

    « Notre but est de pousser les gens à entendre et voir des choses »

    Dans cet endroit, où l’électricité est totalement inexistante, c’est la lumiè­re des bougies qui éclairera vos expériences avec Ouija (pratique qui consiste à chercher à entrer en communication avec les esprits) ou vos soirées lecture dans la bibliothèque du manoir. Pour les visiteurs venus rechercher encore plus de frissons, une salle de cinéma diffuse les plus grands classiques cinématographiques d’horreur. De quoi avoir la chair de poule toute la nuit… 

    Loire- Le Shinning Hostel

     

     L’hôtel est interdit au moins de 16 ans. Pour tester les nuits de l’horreur, il vous suffit de devenir adhérent de l’association, en vous rendant sur le site : 

    https://www.shinninghostel.fr/ 

    Loire- Le Shinning Hostel 

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

    Artiste japonais de 22 ans, Kohei Ohmori excelle dans l'art du détail et nous laisse sans voix devant ses dessins hyper réalistes.

     

    Pour bon nombre d’entre nous, l’utilisation du crayon à papier se limite à des prises de notes ou à des croquis sommaires, mais pas pour Kohei Ohmori qui en a fait son unique outil de création et quel outil…

    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

     

    Loin d’être le seul dans ce domaine bien singulier, Kohei Ohmori n’en reste pas moins un artiste accompli de par sa technique et surtout son sens de l’observation qui lui permettent aujourd’hui de réaliser des illustrations en noir et blanc au rendu quasi photographique. Entre 200 et 250 heures de travail minutieux sont nécessaires à Kohei Ohmori pour produire chacune de ses illustrations monochromatique

     

     

    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !   Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

    *

    source de l'article

    autre lien source

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Embarquez dans un sous-marin pour visiter le Titanic

    Visiter le Titanic c'est maintenant possible. Le célèbre paquebot immortalisé au cinéma par James Cameron ouvre ses portes pour une plongée en sous-marin à plus de 3 000 mètres de profondeur dans l'océan Atlantique... Une expérience exceptionnelle... à un prix exceptionnel !

     

    En 2019, l'épave la plus connue du monde pourra enfin être visitée ! Jusqu'ici accessible seulement aux spécialistes et plus de 100 ans après son naufrage la société OceanGate propose désormais aux fans du Titanic une expérience hors du commun : une expédition dans les fonds marins pour découvrir le paquebot naufragé qui a percuté un iceberg en 1912. 

     

    L'expérience unique a un prix exorbitant? Il vous faudra dépenser 90 000 euros pour vous munir d'un billet. Il vous faudra aussi répondre à certaines conditions physiques : avoir plus de 18 ans, avoir un très bon équilibre, faire une formation sur l'évacuation sous-marine en hélicoptère et enfin et surtout ne pas être claustrophobe.

    Embarquez dans un sous-marin pour visiter le Titanic

    L'expédition vers le Titanic vous propose un voyage dans les fonds marins à 3800 mètre de profondeur avec huits autres personnes pendant septs jours. Il faut compter d'abord cinq jours pour vous adapter à la vie sous-marine en aidant l'équipage de l'appareil. La vie y est pas toujours facile et il faut savoir agir dans certaines situations. On vous demandera d'être capable de monter et descendre une échelle de deux mètres et de pouvoir transporter environ 10 kilos par exemple... 

     

    Puis place à la visite... La plongée direction le Titanic se fait cinq jours plus tard et durera sept heures en suivant la même route que le paquebot a effectué le jour de son naufrage. 

    Etes-vous prêt à payer 90 000 euros pour le Titanic ?

     

    Embarquez dans un sous-marin pour visiter le Titanic 

     

    Embarquez dans un sous-marin pour visiter le Titanic

    Des spécialistes feront aussi parti du voyages, et les expéditions leurs serviront à documenter et modéliser l'épave grâce aux photos, vidéos et données récupérées afin d'évaluer la dégradation du Titanic au fil du temps et pouvoir conserver son histoire avant qu'il disparaisse.

    Embarquez dans un sous-marin pour visiter le Titanic

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

    Le bruit strident des disqueuses qui découpent les énormes blocs de granit trouble la quiétude champêtre de la Vallée des saints, une "île de Pâques" moderne au coeur de la Bretagne où des sculpteurs de tous horizons trouvent un terrain d'expression sans pareil.

     

    Cachés sous d'amples cirés, le visage couvert de poussière, ils sont quatre, aidés de trois assistants, à donner vie depuis fin août à Saint Fiakr, Saint Enogad, Saint Alour et Saint Tangi, quatre géants de pierre qui rejoindront d'ici quelques semaines les 90 déjà clairsemés sur les flancs d'une ancienne motte féodale dominant le village de Carnoët (Côtes-d'Armor).

    En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

    Tailleur de pierre de métier, Vincent Lemaçon, Français installé au Québec depuis une vingtaine d'années, a entendu parler par une amie bretonne de ce "projet délirant" dont il a immédiatement "voulu faire partie".

    "Il se dégage d'ici une énergie spéciale, une émulation collective qu'on ne retrouve pas habituellement dans nos ateliers, témoigne le nouveau venu avant d'attaquer sa pause déjeuner sous un ciel menaçant. Le granit est particulièrement difficile à travailler, c'est une pierre à la fois dure et fragile."

    En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

     

    Issus de différentes carrières de la région, les blocs de granit, tantôt roses ou gris, sont d'abord dégrossis à l'aide de perforateurs et de coins de fendage, avant que disqueuses thermiques, ciseaux et bouchardes ne servent au travail de finition, suivant un cahier des charges assez souple.

    En concertation avec les mécènes -particuliers, entreprises, communes- qui financent ces "statues-menhirs" à hauteur de 15.000 ? la pièce, les sculpteurs doivent cocher trois cases pendant leur mois de résidence: une hauteur comprise entre 3 et 5 mètres, un visage et un attribut rappelant la légende du saint. Le reste est laissé à leur libre appréciation.

    En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

     

    "Ils sont en général sensibles à la composante spirituelle de cette aventure et se définissent eux-mêmes comme des moines sculpteurs. Ils font revivre cette tradition des picoteurs du Moyen âge, qui sculptaient les statues érigées autrefois sur les églises et les cathédrales", raconte l'un des initiateurs du projet né en 2008, Philippe Abjean, professeur de philosophie de formation.

    Chacun de la vingtaine de sculpteurs passés depuis par Carnoët a apporté à l'ensemble sa propre sensibilité. Parmi eux: une majorité de Bretons forcément, mais aussi une Portugaise, Inès Ferreira, un Syrien, Bilal Hassan, et un Indien, Seenu Shanmugam, un des pionniers de ce "paradis de la sculpture".

    "On ne trouve pas des sculptures monumentales partout", explique-t-il devant l'ébauche de sa quatorzième réalisation, Saint Enogad, qui commence à prendre forme, en plein air, sous l'oeil curieux des visiteurs.

    En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

     

    Deux couples bretons et creusois, venus y puiser des "bribes d'histoire", disent apprécier "la variété des styles" de la Vallée des saints, dont l'accès est entièrement gratuit. "Des choses plaisent, d'autres moins, mais ça vaut le détour", jugent-ils, amusés par la ressemblance de l'effigie de Saint Elouan avec John Lennon.

    L'île de Pâques bretonne, qui devrait accueillir cette année autour de 290.000 personnes, est à la fois pour les sculpteurs une vitrine salutaire et un formidable "terrain de jeu", selon le Finistérien Patrice Le Guen, de l'aventure depuis les débuts.

    Le caractère aussi trempé que le granit qu'il travaille, l'artiste, à bientôt 70 ans, a senti le besoin de transmettre sa passion et son savoir-faire à la prochaine génération: "On veut s'inscrire sur le long terme".

    Alors que ses fondateurs rêvent de voir s'élever un jour un millier de statues dans la Vallée des saints, la première école européenne de sculpture monumentale y ouvrira officiellement en 2019.

    En Bretagne, la Vallée des saints, un terrain de jeu unique pour les sculpteurs

    "Des visiteurs pourront même venir s'entraîner sur le granit", souligne Sébastien Minguy, le directeur du site, où s'élèvera l'an prochain un bâtiment d'accueil pour remplacer les préfabriqués actuels.

     

    La Vallée des saints fêtera dans le même temps son dixième anniversaire en faisant venir d'outre-Manche, sur un vieux gréement, sa centième statue, Saint Piran, patron des Cornouailles britanniques.

    *

    source de l'article

    Pin It

    1 commentaire
  • Quizz 94

    Pin It

    votre commentaire