• LES E.T SERAIENT DES ETRES VEGETAUX

    LES EXTRATERRESTRES SERAIENT DES ETRES VEGETAUX

    guardians-of-the-galaxy-official-photo-groot-prison-lineup
     
    La science-fiction littéraire ou cinématographique nous a quelquefois inventée des envahisseurs en forme de céleri,  de poireaux ou d’orchidées. Sur le plan artistique ou philosophique, une semblable démarche a sans doute incontestablement le mérite de ne pas céder à un anthropomorphisme étriqué. Mais il ne semblait tout de même pas concevable que l’exobiologie, science qui étudie et conjecture les formes de vie extraterrestres, puisse sérieusement envisager une telle éventualité. C’est pourtant ce que certains de ses représentants parmi les plus éminents soutiennent aujourd’hui : la vie intelligente extrasolaire pourrait être structurée comme celle des végétaux et nos visiteurs (ou certains !) mystérieux qui pilotent les O.V.N.I. seraient des plantes ?

     

    UNE AHURISSANTE THEORIE EMISE PAR DE NOMBREUX SCIENTIFIQUES

    L’un des premiers savants à prétendre la chose fut le professeur Hermann Oberth. Inventeur et constructeur des fameux V2, il fut régulièrement appelé à toutes les commissions officielles qui étudièrent le problème des O.V.N.I. Lorsque l’on considère l’histoire mouvementée de ces « projets » avec les fracassantes déclarations ou les inexplicables mutismes auxquels ils donnèrent lieu, on a tendance à croire que leurs responsables furent au fait de découvertes que l’on occulta manifestement au grand public ! Voilà donc qui cautionne en plus de son autorité d’homme de science. La théorie du professeur Oberth. Dans les années soixante, un journaliste américain lui demanda malicieusement s’il pensait que les little grennmen (petits hommes verts) méritaient bien leur nom. Le savant lui répondit sans railler qu’il avait posé la question la plus pertinente qui soit ! Et il exposa pour la première fois sa théorie qui, en raison des précisions apportées, de la conviction du professeur, nous semble aller beaucoup plus loin qu’une simple conjecture.

    Les petits hommes verts ne sont pas une légende. Ceux qui les ont vu descendre de leurs engins ne sont ni des fabulateurs ni des ivrognes en proie au delirium. Ils ont effectivement aperçu les occupants des mystérieux OVNIS tels qu’ils sont, à savoirdes plantes douées de raison. Le professeur Hermann Oberth les nomme « uranides ».

    Ces végétaux ont des capacités humaines ou plus exactement surhumaines puisqu’ils ont des millénaires d’avance sur notre civilisation. Ces plantes proviennent de planètes qui ne sont pas obligatoirement aussi éloignées qu’on le croit communément de la nôtre. L’oxygène ne s’y rencontre pas à l’état gazeux et de ce fait, la vie animale y est tout à fait impossible. Un être végétal peut toutefois y vivre. La plante-mère tire du sol carbone, oxygène, cela à partir de silicates minéraux. Elle synthétise elle-même l’eau qui n’existe pas et ne rejette donc pas d’oxygène. La végétation n’a, de ce fait, constitué aucune atmosphère autour de la planète comme c’est le cas sur la terre. De tels mondes possèdent donc un environnement essentiellement différent du nôtre et permettent cependant le développement de la vie…

    L’explication d’Oberth devient à tel point précise que l’on se demande à quelles sources il a pu puiser. Pourquoi déclara-t-il au journaliste absolument sidéré que nulle science ni découverte ne viendrait jamais démentir ses assertions… Etrange affirmation de la part d’un scientifique dont l’éthique première est de soumettre toute conjoncture à l’épreuve de l’expérience !

    La personnalité de son auteur évita qu’on la mît ouvertement en doute, mais on s’en gaussa discrètement, et tout fut fait pour que l’on oublie cette théorie. Jusqu’aux découvertes en 1975  d’un savant soviétique, le professeur Igor Gladounov, de l’Académie des Sciences Techniques et Forestières d’URSS. Etudiant plus précisément les lichens de l’Arctique qui vivent et prolifèrent dans des conditions effrayantes, il est parvenu à mettre en relief, dans un premier temps, l’identité de structure entre la cellule nucléique de certains lichens et la cellule nerveuse humaine.

    Plus encore, quand la plante est obligée de se développer en circuit fermé, c’est-à-dire qu’elle doit « produire » son carbone, son oxygène à partir de son sol, qu’elle est obligé de faire la synthèse de son eau et autres corps indispensables, elle développe en bien plus grand nombre ses cellules essentielles au détriment de cellulose qui les entoure. Gladounov est parvenu ainsi à la conclusion que l’état « cellulosique » qui caractérise les végétaux terrestres constitue en quelque sorte un état léthargique. Les conditions d’existence des plantes seraient sur terre trop favorables pour que le règne végétal accède à un niveau de « conscience » supérieur. Ces découvertes et leurs corollaires éclairent d’un jour nouveau les déclarations du professeur Oberth. Plus tard le professeur Zaîsev, célèbre pour ses articles démontrant que Jésus-Christ n’était rien d’autre qu’un homme de l’espace, a étudié les autres textes sacrés à la lumière des découvertes de Gladounov. Il en conclut que tous les extraterrestres qui ont au cours de l’histoire humaine visité la terre, et y ont laissé leur trace, ne sont certainement pas des êtres végétaux.

    Mais il relève un important détail auquel on n’avait jusqu’alors guère pris garde. Les dieux et les hommes du premier âge de la terre étaient de bois et de feuilles, selon le Popol-Vuh des Maya Quichés. On a trop longtemps confondu, lui semble-t-il, les feuilles qui ornent la statue archaïque de Copan, leur premier dieu créateur, avec des plumes. Ces longues et larges tiges qui recouvrent le dos de l’obèse personnage ressemblent plutôt aux feuilles du maïs qu’aux plumes du quetzal. Elles sont intégrées dans le corps comme si elles en procédaient. Et lorsque le prêtre revêt le manteau rituel durant la cérémonie du passage du Soleil par le zénith, c’est un habit de feuilles et non de plumes qu’il endosse. De même, certains fidèles qui pratiquent des incisions sur leur corps y introduisent des feuilles pour s’assimiler au dieu créateur descendu en gloire de l’azur, à l’heure où la cérémonie commémorative a lieu.

    Un autre ethnologue soviétique, Iouri Zaklin, rappelle que les dieux créateurs androgynes d’Indonésie, An et Rya, sont des arbres descendus des cieux, ils prirent tout d’abord racine sur notre sol. Puis, s’étant confortablement rassasiés de la bonne terre qui les avait accueillis, ils parcoururent les îles et créèrent tout ce qui vit. Toujours chez les Mayas, c’est l’arbre de vie Ahpù qui féconde en tant que végétal l’humain et vierge Ixquic.

    Les exemples ne manquent pas qui illustrent la thèse de ces audacieux chercheurs. Dans notre seul Occident, comment expliquer convenablement cette coutume païenne qui remonte à la nuit des temps et qui incite les jeunes épousées à se frotter langoureusement contre un tronc d’arbre sacralisé pour accoucher d’un rejeton beau et intelligent ? Simple pratique agraire ou mémoire ancestrale d’un dieu végétal dont seraient issues toute beauté et toute intelligence ?

    Que dire de la Mandragore, la racine végétale en forme d’homoncule, dont on vénère dans le monde entier les propriétés magiques ? Les théories d’Oberth et des soviétiques vont encore plus loin dans leurs conclusions. Seule une constitution physique proche de celle des arbres et des plantes permettrait un voyage spatial à des vitesses supra-luminiques. D’où l’extraordinaire proposition de certains qui estiment très sérieusement qu’il faudra « végétaliser » les organismes des cosmonautes voués aux périples interstellaires. Quitte à les métamorphoser à nouveau en humain une fois parvenu à destination. La technique reste cependant à mettre au point ainsi que quelques détails du voyage dans la Galaxie.

    *

    Fait à Courton-le-Bas le 12 Août 2007

    PS --> un peu de retard dans la mise en ligne... ;o)

     

    claude burkel avatar
     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    predator
    Samedi 27 Juin 2015 à 11:56
    bonjour . ca c'est la meilleure de cette année !!!!!!!!!! ce n'ai que de la théorie ,comment et par quel miracle ce pourrait il que des étres soi des humanoides végétaux ? je ne veux pas faire l'avocat du diable ,nous ne savons rien sur la morphologie des etres ou races humanoides de l'espace alors pourquoi cela ne serais pas possible ???? nous avons bien des cretins des gouvernements et des voleurs de politiciens sur terre alors des humanoides végétaux pourquoi pas ?????? il existe deja plus de 80 espéces et ce n'ai qu'une infime partie des peuples dans toutes les galaxies de cet univers donc il doit existé des etres totalement différents de la composition moleculaire chimique ,atomique de la facon comment son composé les corps des etres humanoides !!!!!!!!!! c'est interéssant merci tyron !!!!!!!!!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :