• LE VOYAGE DANS LE TEMPS

     

     

    LE VOYAGE DANS LE TEMPS

    Utopie fascinante ou une réalité à venir… ?

     

    voyage01

    En août 1901, deux Anglaises, Miss Moberly et Miss Jourdain décident de visiter Versailles pour la première fois. Elles se dirigent ainsi vers les jardins du Petit Trianon, où se trouve le fameux Hameau de la Reine. Elles parcourent les allées ombragées, tout en croisant de nombreux visiteurs. C’est alors qu’elles vont connaître une aventure extraordinaire qui va bouleverser leur vie. En effet, les deux Anglaises vont franchir les barrières du temps et se retrouver à l’époque de Louis XVI et de Marie-Antoinette, en 1789. Puis, un deuxième voyage dans le temps reproduit le même phénomène, lorsque Miss Jourdain retourne à Versailles, le 21 janvier 1902.

     

    Cocteau écrira : « leur aventure est sans doute la plus considérable de toutes les époques et il est dommage que la science répugne à ces phénomènes exceptionnels, car sinon elle en éclairerait considérablement sa lanterne ». « Il paraîtrait, écrit encore Cocteau, qu’une récente découverte apporte la preuve que le kiosque vu par les dames d’Oxford aurait été prévu et jamais exécuté par le jardinier paysagiste anglais de la reine Marie-Antoinette, en 1789. Cela compliquerait l’énigme et lui vaudrait un intérêt nouveau, celui du libre arbitre en tant que possibilités diverses composant la matière fixe que l’espace et le temps nous découlent. Ce qui aurait pu être ou ce qui pourrait être possédant de par ce principe, la même puissance projective que ce qui a été ou que ce qui est ».

     

    voyage02

    Avec cette hypothèse le débat va plus loin, puisqu’il admettrait l’existence visuelle du kiosque décrit avec précision par les demoiselles, que celui-ci ait été ou non matérialisé. Interrogé, paraît-il, sur l’histoire de ces deux Anglaises, Einstein aurait répondu : « Alors, si c’est vrai, elles ont trébuché dans le temps ! ». Ainsi pour lui, on peut « trébucher dans le temps comme on rate une marche d’escalier ». Il peut donc arriver que des personnages du passé viennent ainsi s’égarer dans notre présent et parmi nous. Rappelons que les physiciens en construisant la première bombe atomique ont inventé sans le vouloir la « thermogravure », comme une signature inscrite dans les choses qui témoignent, puisque après le flash inouï d’Hiroshima qu’on a comparé à « dix mille soleils », des ombres ont arrêté le temps. Un soldat a, en effet, laissé son ombre sur le mur.

     

    voyage03

    Ombre d’une vanne portée par la chaleur, trois mois après l’incident, sur un réservoir

    De même, les réservoirs de l’usine à gaz de Hiroshima portent toujours les ombres de l’explosion. Bien des auteurs de science fiction ont développé le thème du voyage dans le temps, sans que les physiciens n’envisagent l’éventualité d’un tel voyage, même si la relativité en admet le principe théorique. Selon Einstein, en voyageant plus vite que la lumière, on remonte dans le temps. Il est donc possible d’envoyer des signaux dans le passé. Pourtant, si la physique moderne tient la vitesse de la lumière pour une barrière infranchissable, on a pourtant réussi à faire voyager une particule plus vite que la lumière. La plupart des expériences sur le franchissement de la vitesse de la lumière font appel à l’effet tunnel permettant ainsi à certaines particules subatomiques de passer à travers un mur sans faire de trou. Quelle étrange propriété que celle de l’effet tunnel ! Quand des particules de lumière, des photons, traversent le tunnel, elles voyagent plus vite que la lumière… Comme le déclare un physicien : « c’est comme si l’espace avait disparu dans la barrière ».

     

    voyage04

    Mais la théorie de la relativité débouche sur le paradoxe du voyage dans le futur. C’est pourquoi dès les années trente, le physicien français Paul Langevin imagine un voyageur quittant la Terre avec une vitesse inférieure à celle de la lumière. Le voyageur s’éloigne pendant un an, fait demi-tour et revient. Pour lui, mesuré avec les horloges qu’il possède à bord, le voyage a duré deux ans. A son arrivée, il trouve la Terre vieillie de deux siècles. Il a effectué un bond dans l’avenir. Mais si l’on pense que c’est la Terre qui s’éloigne à une grande vitesse et non pas le voyageur, ce serait dans ce cas la Terre qui resterait jeune, tandis que le voyageur est, en effet, le seul à subir une accélération. Ce paradoxe a été vérifié expérimentalement à plusieurs reprises. Des horloges embarquées à bord d’une fusée ou d’un avion ont, en effet, enregistré des décalages de temps par rapport à celles restées au sol. Une autre expérience a montré que le temps ne s’écoule pas exactement à la même vitesse au sommet d’un gratte-ciel et au rez-de-chaussée d’un immeuble, puisque, nous disent les physiciens, le champ gravitationnel n’est pas tout à fait le même aux deux endroits. La différence a été détectée au moyen d’horloges atomiques capables de mesurer un intervalle d’un mille milliardième de seconde.

    Le deuxième paradoxe est celui du temps à rebours, puisqu’il concerne la possibilité théorique d’un voyage dans le passé. Si l’objet (même si on ne sait pas quelle est sa réalité physique) va nettement plus vite que la lumière, il voyage alors dans le passé. Remonte-t-il le cours du temps comme un saumon remonte la rivière ? Inutile de dire que ces questions suscitent de vives polémiques. Cependant comme l’écrit Thomas Hardy, dont la pensée s’applique à ce que nous dit la physique quantique d’aujourd’hui : « Si bien des choses sont trop extraordinaire au point de ne pas être vraie ».

     

    voyage05

    Vue d'ensemble des installations du LHC (Large hadron Collider/Grand collisionneur d’hadrons) du CERN à Genève

    En 1995, il y eut une première mondiale, celle de l’antimatière, lorsque neuf atomes d’anti-hydrogène ont été créés au Centre Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN) à Genève. Cette antimatière pourrait alors être utilisée comme une source d’énergie fabuleuse ou comme système de propulsion pour des vaisseaux intersidéraux, à l’image du vaisseau de la série « Star Trek ». Par conséquent, commencera l’ère des voyages dans le temps. Un pas décisif vient tout juste d’être franchi, car, des chercheurs ont réussi à téléporter des particules. Alors pouvons-nous jouer à Mr Spock, le héros de Star Trek ? Seulement en considérant que l’on sache déjà téléporter un atome, l’Homme en totalise 10 puissance 30. Mais l’état d’un photon (particule qui compose la lumière) est transmis à des kms, sans aucun support matériel, sans onde. Autrement dit- on a réussi à téléporter l’état quantique d’un photon, c’est-à-dire sa carte d’identité en quelque sorte. Au début des années 80, l’équipe d’Alain Aspect, à Orsay, a montré de manière irréfutable que les particules interagissaient à grande distance, sans l’aide d’aucune « entité cachée ». L’aventure de la téléportation commençait. Donc l’énergie peut voyager sans aucun support matériel, puisque les particules restent corrélées en physique quantique (c’est-à-dire subatomique) à distance. En d’autres termes, photocopier la matière est devenue réalité. Et l’on sait désormais qu’aucune loi physique n’interdit la téléportation.

     

    voyage06

    L’Enterprise de la série Star Trek. Sa spécialité : la téléportation

    Dans les années soixante, Star Trek avait popularisé l’idée, pourtant, saugrenue de la téléportation. Alors un jour on pourra sans doute téléporter un homme. Mais : « ce n’est pas vraiment un clone qui réapparaîtrait. Cela ne marche pas comme un fax dont on garderait l’original. Non, dans la téléportation, l’original est obligatoirement détruit. Il faudra donc que l’homme en question accepte de mourir dans un monde pour réapparaître dans un autre, mais dans quel état ? » (Professeur Dan B.Ostrowsky). Il est intéressant de remarquer que le non clonage quantique nous interdit de faire la copie conforme d’une personne. De nouvelles découvertes expérimentales ont relancé le débat sur la possibilité d’un voyage dans le temps. Si la plupart des physiciens restent sceptiques, certains envisagent très sérieusement la possibilité de remonter le temps ou d’aller à l’autre bout de l’univers en un clin d’œil. C’est pourquoi il est légitime de définir l’antimatière comme de la matière qui remonte le temps. La science rattrape la science-fiction avec une cinquième dimension et des univers parallèles. Par exemple, on ne cherche plus la masse manquante de l’univers : on nous dit qu’elle est collée sur un univers parallèle. Ainsi, l’antimatière couramment fabriquée au CERN, remonte le temps. Et il est probable que tout se déroule à l’envers.

    Et si voyager dans le temps n’était pas la seule possibilité ? Dans Star Trek, le voyage d’un bout à l’autre de la galaxie a l’air d’un jeu d’enfant, puisque un télé-transporteur dématérialise le capitaine Kirk et le transporte à la surface de n’importe quelle planète. En réalité, le plus étrange, c’est qu’à une vitesse supérieure à celle de la lumière, on remonte le temps. Après tout si nous voyageons à une vitesse proche de celle de la lumière, nous pouvons aller virtuellement partout dans l’Univers en un instant, comme le Vaisseau Enterprise de Star Trek. Seulement voilà, pendant que le voyageur fera l’aller-retour, le temps aura passé beaucoup plus vite sur Terre.

     

    voyage07

    Scène de téléportation sur le vaisseau Enterprise

    Il faut rappeler que pour Einstein, la présence d’un corps très massif accentue la courbure de l’espace ce qui, en apparence, « raccourcit » les dimensions pour un observateur donné. Tout se passe comme si les étoiles étaient des billes de métal dispersées sur un drap qui n’est pas trop tendu. Chaque bille déforme le drap autour d’elle. « Plus il y a de billes sur le drap, plus il est déformé et plus la distance d’un bord à l’autre décroît. C’est un peu ce qui se passe dans la réalité : plus une étoile est lourde, plus elle déforme l’espace autour d’elle ». Comme nous l’avons dit les personnages à bord du vaisseau spatial de Star Trek sont « télé-transportés ». Des expériences actuelles laissent espérer que la science rattrapera la fiction. Un chercheur a calculé que s’il y avait un moyen de compresser l’espace-temps juste devant un vaisseau spatial et de le décompresser derrière lui, cela marcherait ! Autrement dit en déformant l’espace-temps, la distance est éliminée et le voyage devient instantané. Mieux, a-t-on affirmé, le temps reste le même, pour les voyageurs et pour les personnes restées sur Terre.

    Alors il n’y a pas de « déficit de temps » et le voyage interstellaire devient possible.

    *

     

    voyage08

    En octobre 1943, la marine américaine tenta une expérience « top secrète », nommée Operation Rainbow, dans le port de Philadelphie. Les marins du destroyer Eldridge furent soumis à un champ magnétique très puissant qui fit disparaître le navire pendant quelques instants. Or, on apprend que le bouillonnement de l’eau et l’ionisation de l’air environnant entrainèrent des perturbations « dimensionnelles », alors qu’on cherchait seulement à créer l’invisibilité de l’Eldridge en courbant la lumière, afin d’obtenir l’effet de « mirage » désiré !

    Alors les marins sont-ils entrés dans la cinquième dimension ?

    En janvier 1995, Gunther Mimtz affirma avoir réussi à faire voyager des micro-ondes plus vite que la lumière en transmettant des bribes de la quarantième symphonie de Mozart à 4,7 fois la vitesse de la lumière sur une distance de douze centimètres. A l’appui de sa thèse, il passa une cassette du signal, et les participants purent entendre quelques notes ! Pour cela, Mimtz utilise une machine qui fait appel à l’effet tunnel. Certains physiciens conviennent qu’il est possible qu’il existe des mondes parallèles à « quelques dixièmes de millimètres de nous ». Et certains de préciser « des dimensions temporelles enroulées seraient des machines à remonter dans le temps ». Donc le temps ne se déroule plus : il est enroulé sur lui-même. Autrement dit, on remplace la flèche du temps par une boucle. Rappelons que selon la physique, trois flèches du temps distinguent effectivement le passé du futur : « ce sont les flèches thermodynamique, direction du temps dans laquelle nous nous souvenons du passé et non pas du futur ; et cosmologique, direction du temps dans laquelle l’univers se dilate au lieu de se contracter ».

    Il faut également mentionner qu’en 1929, Edwin Hubble fit une découverte cruciale : où que nous regardions, les galaxies lointaines s’enfuient rapidement. En d’autres termes, l’Univers est en expansion. De même, c’est parce que la vitesse de la lumière est limitée dans le vide qu’aucun évènement auquel nous assistons dans l’Univers, nous est contemporain. Comme cela a été dit, d’Andromède par exemple, on pourrait voir aujourd’hui l’éveil de l’humanité sur notre planète. Alors comment faire demi-tour dans le temps ? Le physicien  américain John Wheeler avait déjà appelé, dès les années 1960, des wormholes, littéralement des « trous de ver » par analogie avec les tunnels que creusent les vers pour traverser le sol. Dès que l’on trouve un trou de ver, on peut toujours l’utiliser pour réaliser une machine à voyager dans le temps. Car le passage instantané permet de dépasser la lumière. Et les trous de ver amplifient ce phénomène de renversement du temps. Cependant la grande majorité des physiciens estiment que construire une machine à voyager dans le temps est impossible.

     

    voyage09

    La réplique du film « La machine à explorer le temps » de G. Pal en 1960

    Les auteurs de science-fiction ont souvent utilisé le paradoxe temporel. C’est le cas du voyageur temporel qui explore son passé familial et remonte dans le temps avant sa propre naissance. Il rencontre son grand-père, l’assassine, alors que celui-ci n’a pas encore eu d’enfants. Mais la contradiction est flagrante. Car le voyageur temporel ne peut donc revenir en arrière dans le temps pour assassiner son ancêtre. Alors la notion même de voyage dans le passé est contradictoire. Cependant des auteurs de science-fiction, tel par exemple H.G.Wells dans « La machine à explorer le temps », permettent à leurs personnages de voyager dans le temps tout en leur rendant impossible de changer le passé.

    Selon le professeur Régis Dutheil, il existerait un second univers symétrique au nôtre où les vitesses seraient supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers la notion du temps n’existerait plus puisque l’on pourrait se déplacer d’une manière instantanée dans le passé, le présent et le futur. On retiendra aussi le principe de Mach, qui pourrait s’énoncer comme suit : « la totalité de l’Univers est présente d’une façon ou d’une autre à chacun de ses endroits et à chacun de ses moments ». Ainsi un observateur situé dans n’importe quelle galaxie se croit au centre de l’Univers. Et ce centre est situé partout et nulle part. D’ailleurs en application de ce principe, le pendule de Foucault oriente ses oscillations en fonction de l’Univers tout entier et non de l’environnement terrestre et astronomique local.

    S’il paraît prudent d’écarter la possibilité de détection et de contacts extragalactiques, compte tenu des distances incommensurables, il n’est pas interdit d’envisager que d’éventuelles civilisations nous « visitent », au moyen d’un procédé instantané. La distance ne semble pas avoir d’importance, que ce soit de quelques mètres ou par exemple de la Terre à une autre planète d’un autre système stellaire à plusieurs années-lumière, la téléportation doit être instantanée. Mais la téléportation d’organismes vivants est trop complexe. Autre objection : on ne peut pas écarter le risque que l’esprit de l’individu téléporté ne soit pas reproduit ou ne le soit pas entièrement, ou encore ne soit pas conforme à l’original. Alors serait-il possible que des extraterrestres dotés d’un psychisme très supérieur, aient résolu ces difficultés en procédant à des sortes de bilocation, créant instantanément des hologrammes représentant des doubles d’humanoïdes et d’engins d’exploration utilisés sur leurs planètes, par exemples en forme de disques ou de fusées. Rappelons que la bilocation est le fait de se trouver à deux endroits en même temps.

     

    voyage10

    Or sur Terre, la bilocation a été constatée par des témoins dignes de fois concernant saint Antoine de Padoue, Catherine de Sienne, Don Bosco, mère Yvonne Aimée de Malestroit et le padre Pio. En téléportation, le rôle du psychisme serait pratiquement inopérant, tandis qu’en bilocation, c’est lui qui déclencherait l’hologramme constituant un double du sujet dans un endroit déterminé à l’avance. Ici pas de risque de modification du corps ni de l’esprit du sujet lors de la duplication. Pour Freeman Dyson de l’université de Princeton, nous allons déceler un jour une activité extraterrestre. Il s’agira sûrement d’une détection de flux de communications et d’activités liées à la manipulation de matière et d’énergie à l’échelle de plusieurs planètes… Cest pourquoi les voyageurs temporels remplaceraient alors les extraterrestres. Désormais sont privilégiées les variantes comme celles des machines à remonter le temps, la terre actuelle servant de « musée historique » vivant à nos descendants du futur qui reviendraient nous observer subrepticement sans, surtout, interférer avec notre réalité, ce qui mettrait leur propre existence en péril !

    Alors si une civilisation avancée pouvait construire une machine à remonter le temps, pourquoi ne pas envisager celle-ci en utilisant des projections astrales pour venir sur Terre, mais tout en reconstituant leurs composants à l’arrivée, à partir d’éléments trouvés sur place ? En résumé, Richard Feynman, prix Nobel 1965 de physique, décrit le positron comme un électron qui recule dans le Temps. D’autres physiciens postulent un univers qui recule dans le Temps par rapport au nôtre. Norbert Wiener, l’inventeur de la cybernétique, envisage la même possibilité. Finalement comme l’écrit le physicien Olivier Costa de Beauregard : « L’univers matériel étudié par la physique n’est pas le Tout de l’univers, mais il masque, démontre et laisse entrevoir l’existence d’un autre Univers, bien plus primordial, de nature psychique, dont il serait comme une doublure passive et partielle ». Enfin d’après Jacques Bergier, il existerait des « maîtres secrets du temps » qui semblent bien être venus du futur pour vivre à notre époque ou aux siècles passés. Et ces dépositaires de la science du futur ont laissé filtrer une partie de leur connaissance supérieure à l’époque qu’ils avaient choisi de visiter.

    *

    voyage11

    Source- Revue Mondes Etranges n°6 de janvier 2010

    Pin It

  • Commentaires

    1
    sue
    Samedi 13 Octobre 2012 à 20:01
    Bonjour,Savez vous à tous hazard  si on peut on voir le manuscrit? peut etre au musée ou je ne sais ou? et est ce que vous savez si il manque quelque page? Merci d'avanceCordialementSue
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :