• Le triangle des bermudes

    LE TRIANGLE DES BERMUDES

     

    Le triangle des bermudes

    Le Triangle des Bermudes est une zone de l’'Océan Atlantique qui est le théâtre d’un grand nombre de disparitions de navires et d'’aéronefs. De nombreuses légendes existent à propos de cette zone.

     

    Cette zone triangulaire de 3,9 millions de km2 délimitée par l’'archipel des Bermudes, la côte est de la Floride et l’île de Porto Rico, surnommée aussi le « Triangle du Diable », serait le lieu de
    mystérieuses disparitions de navires et d'avions depuis le XIXe siècle, bien que des auteurs fassent remonter l'origine du mystère à l'époque de Christophe Colomb. Inspirée par plusieurs
     articles publiés par divers magazines dans les années 1950, l'appellation « Triangle des Bermudes » revient au journaliste Vincent Gaddis dans un article du magazine Argosy en 1964 :
    The Deadly Bermuda Triangle.


    La légende a pris de l'ampleur avec la disparition d’une escadrille de cinq chasseurs bombardiers le 5 décembre 1945 au large de la Floride, connu sous le nom de Vol 19. Au bout d’une heure de vol, la base de Fort Lauderdale reçut un appel du lieutenant leur annonçant qu’ils étaient perdus. Un hydravion, parti à leur recherche, ne revint pas non plus.

    Dans les années 1950, le professeur Wayne Meshejian déclara que le satellite météorologique de la National Océanographic Administration tombait systématiquement en panne chaque fois qu’il passait au-dessus du Triangle des Bermudes : « Une force que nous ne connaissons pas, précisa-t-il, empêche le passage des informations ».

    Le journaliste du Los Angeles Times Howard Rosenberg publia en 1974 un article estimant que plus de 50 navires et 20 avions y seraient disparus au cours du XIXe siècle et que les garde-côtes américains ont répondu à plus de 8000 appels de détresse dans ce secteur. Dans les années 1970, plusieurs ouvrages et articles de journaux sont consacrés au mystère du triangle des Bermudes. Parmi eux, The Bermuda Triangle publié par Charles Berlitz en 1974,
    devient un best-seller et marque le début d'une série d'enquêtes et de contre-enquêtes sur le sujet. Pour expliquer les mystérieuses disparitions, certains auteurs évoquent les extraterrestres, l'influence de l'Atlantide, une distorsion spatio-temporelle ou des champs magnétiques surnaturels tandis que d'autres se prononcent en faveur de perturbations climatiques, de réactions physiques ou chimiques naturelles liées à l'environnement de ce secteur ou encore de défaillances humaines.

     

    Chronologie des disparitions 

     

    L'’histoire moderne des disparitions dans le triangle des Bermudes commencerait au début du XIXe siècle :


     De 1800 à 1850

     

    En 1780, le General Gates – Le navire avait été déclaré inapte à naviguer en 1779, et vendu. 
    En 1800, le USS Insurgent, un navire français capturé par les Américains avec 36 canons et 340 marins.
    En 1800, le USS Pickering.
    En 1812, le Patriot.
    En 1814, le USS Wasp. Disparu lors d’un voyage vers les caraïbes. 
    En 1815, le USS Epervier. Disparu entre Alger pour Norfolk. Le navire transportait un traité de paix pour mettre fin à la guerre de 1812. Sa disparition retarda la fin des hostilités.
    En 1824, le USS Wildcat avec 31 membres d'équipage, le schooner Lynx avec 40 membres d'équipage et le schooner USS Hornet.
    En 1840, le Rosalie.
    En 1843, le USS Grampus.

     

     De 1850 à 1900 


    En 1866, le Lotta, un trois-mâts suédois.
    En 1868, le Viego, un navire marchand espagnol.
    En 1872, la Mary Celeste. Elle fut retrouvée abandonnée et dérivant aux gré des courants deux ans plus tard entre les Açores et Gibraltar.
    En 1880, l’Atalanta, un navire-école britannique avec ses 290 élèves officiers.
    En 1884, le Miramon, une goélette italienne.

     

     De 1900 à 1950 


    En 1909, le Spray, un navire dirigé par Joshua Slocum, considéré comme le meilleur marin de son temps.
    En 1917, le SS Timandra.  Le navire cargo disparu avec ses 21 membres d’équipage en reliant Norfolk et Buenos Aires avec une cargaison de charbon. Aucun message de détresse envoyé, alors que le navire en était capable. 
    En 1918, le Cyclops, avec 300 marins, disparut sans envoyer de SOS.
    En 1920, le SS Hewitt, ce cargo à vapeur disparut en mer.
    En 1921, le Carroll A. Deering fut Retrouvé échoué près de cap Hatteras en Caroline du Nord. Les 11 membres d'équipage avaient disparu.
    En 1925, le SS Cotopaxi avec 32 marins et le Raifuku Maru, un cargo japonais, disparut après avoir envoyé le message suivant : « Danger like dagger now. Corne quick ! » (« Danger poignard. Au secours. Vite ! »).
    En 1926, le Cargo SS Suduffco avec 29 marins.
    En 1938, l’Anglo Australien avec 38 marins. Son dernier message fut : « Temps idéal. Tout va bien ».
    En 1942, le Surcouf. Ce sous-marin de la marine française a disparu dans les Caraïbes. Il a peut-être été abordé par le cargo Thompson Lykes près du canal de Panama. Les deux navires naviguaient feux éteints pour ne pas se faire repérer par les sous-marins allemands. 
    En 1943, un PBY Catalina, un TBF Avenger, un Four Lockheed PV-1 Ventura et un PB4Y Privateer (avions).
    En 1944, un PBY Catalina, un PB4Y Privateer, un SBD-5 Dauntless et un PBY-5A Catalina (avions).
    En 1945, un B-24 Liberator et un PB4Y Privateer (avions), et l'escadrille 19 : cinq avions torpilleurs Avenger.
    En 1947, un C-54 (avion).
    En 1948, le SS Samkey, le Evelyn K, le Star Tiger, un appareil britannique qui assurait la liaison Açores-Bermudes (dernier message : « Conditions météo excellentes. Arriverons à l’heure prévue »), un Douglas DC-3, faisant la liaison entre Porto Rico et la Floride (dernier message : « Nous approchons de l’aéroport… Nous ne sommes plus qu’à 80 km au sud… Nous apercevons les lumières de Miami… Tout va bien. Attendons les instructions pour l’atterrissage »).
    En 1949, un Tudor IV - Star Ariel(avion).

     

     De 1950 à 2000 


    En 1950, un cargo costaricain avec son équipage de 28 hommes par une mer calme, un Grumman F6F-5 Hellcat et un Grumman F9F-2 Panther (avions).
    En 1955, le Home Sweet Home et le Connemara IV (retrouvé dérivant et abandonné).
    En 1958, le Revonoc.
    En 1961, l’Albatross, un voilier école, sombra subitement au large de la Floride emportant avec lui 6 des 19 membres d’équipage.
    En 1963, le SS Marine Sulphur Queen, un pétrolier de 154 mètres jamais été retrouvé, et le Sno' Boy.
    En 1965, le Enchantress et le El Gato.
    En 1967, le Witchcraft avec 2 marins.
    En 1970, le Milton Latrides.
    En 1971, le El Caribe.
    En 1972, le Anita. Ce cargo allemand (20 000 tonnes) transportant du charbon disparut avec ses 32 membres d'équipage. Au même moment, un navire jumeau (le Norse Variant) disparut. Un survivant retrouvé sur un radeau de sauvetage raconta avoir sombré dans la tempête : les vagues ont déchiré la coque et le navire coula rapidement. 
    En 1975, le Dawn.
    En 1976, le Sylvia L. Ossa. Disparu 220 km à l'Ouest des Bermudes.
    En 1978, le SS Hawarden Bridge, retrouvé abandonné dans les Antilles.
    En 1980, le SS Poet, un grand cargo. Ce cargo disparut brutalement au cours d'un voyage entre les Etats-Unis et l'Egypte.
    En 1995, le Jamanic K. Ce cargo effectuait des liaisons entre les îles des Caraïbes. Il disparut après avoir quitté Cap Haiten.
    En 1999, le Genesis, un cargo avec 40 marins. Celui-ci disparut entre Port d'Espagne et St Vincent. Il transportait 465 tonnes d'eau, et du béton. Il reporta des problèmes techniques, puis le contact radio a été perdu. Malgré de vastes recherches, aucune trace du navire n'a été retrouvée.

     

     Hypothèses 


    Parmi les hypothèses scientifiques, on a souvent invoqué des perturbations magnétiques et des « flatulences océaniques », soit des émissions sous-marines d'un gaz hautement inflammable, le méthane qui diminuent fortement la densité de l’eau jusqu’à provoquer une perte de flottabilité (voir hydrate de méthane). Issue de la décomposition d'éléments organiques comme le pétrole et le charbon, comprimé par la grande profondeur et la température très basse de l'environnement, libéré lors de la création de failles par l'activité tectonique. On trouve d'autres gisements importants en Mer du Nord où certaines plateformes de forage, navires et aéronefs ont été engloutis ou été pulvérisés par le même phénomène.


     Le « mystère » contesté 


    En 1975, le bibliothécaire américain Larry Kusche reprit à la source tous les témoignages sur le sujet. Son livre, The Bermuda Triangle Mystery – Solved, démontre notamment qu'une grande partie des disparitions ont eu lieu à d'autres endroits que dans le triangle des Bermudes, et que les ouvrages sur ce thème colportaient surtout des spéculations, sinon des inventions et des mensonges, pour entretenir le prétendu mystère. Ainsi, la Commission d'enquête de la Marine qui a étudié la disparition des bombardiers en 1945 ne remarque aucun fait inexplicable et n'évoque aucune des transmissions radio rapportées par Charles Berlitz dans son best-seller sur le triangle des Bermudes. Les avions, perdus en mission, auraient en fait été victimes d'une panne de carburant et ne pouvaient plus communiquer en raison de la trop grande distance qui les séparaient de leur base. Quant aux navires disparus, ils auraient été pris dans des tempêtes ou victimes de défauts de fabrication qui les ont amenés à couler sans laisser de trace. Selon Kusche, toutes les disparitions, loin d'être des mystères comme le prétendent certains auteurs, peuvent facilement s'expliquer en fonction des conditions météorologiques, de problèmes techniques ou d'accidents naturels (gaz, coraux, etc.).

     

    Le nombre de disparitions rapporté n’'est pas particulièrement élevé si l'on tient compte des facteurs suivants:

     

    La superficie (près de 4 millions de km2).
    L'importance du trafic maritime dans cette zone.
    L'importance des gisements d'hydrate de méthane et de l'activité tectonique de la région.
    Les conditions météorologiques, chaotiques et imprévisibles sous ces latitudes.
    Plusieurs prétendus naufrages se sont révélés par la suite de simples mystifications. Pour certains, le mystère reste à éclaircir. Pour d’autres, il n’y a pas de mystère, sauf peut-être la propagation de la légende sur la base de faits si minces.

     

    Un documentaire diffusé en 2003 par la chaîne National Geographic ne mentionne pas d’anomalie particulière mesurée dans cette zone, hormis une diminution légère du champ magnétique terrestre. Il rappelle en revanche qu'’on y observe les plus violentes tempêtes du globe, avec parfois des vagues scélérates de huit mètres et plus de haut. En ce qui concerne le vol 19, c’'est l'’hypothèse d’une erreur de navigation de l’'instructeur, formé dans les Keys et ayant confondu la topographie des régions survolées avec celles-ci au point de croire que son compas magnétique était déréglé, qui est retenue comme la plus probable, leurs basses réserves de carburant étant responsables de la perte de l’'escadrille, retrouvée par hasard en 2000.

     

    En 1975, le cabinet d'assurances Lloyd's de Londres indiquait que le triangle des Bermudes n'était pas plus dangereux que d'autres routes maritimes internationales. En 2006, les compagnies d’assurances ne jugent pas utile de majorer leurs primes pour les navires ou avions amenés à traverser cette zone.

    *

    Le triangle des bermudes

    Pin It

  • Commentaires

    1
    cyril81
    Mercredi 14 Mai 2008 à 11:30
    Pour moi ma theorie qui n'engage que moi , je pense a une breche temporelle car comment expliquer qu on ne retrouves pas les bateaux , les avions.
    Les temoignages parles d un grand trou qui ce serait ouvert dans le ciel et ce serait refermer.
    merci
    2
    perseus
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 16:48
    cela peut être lié à d'autres facteurs, faites preuve de votre imagination.
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Dimanche 22 Juillet 2012 à 18:36
        Oui c'est sûr et si l'on reste sur terre la cause la plus crédible serait des poches de gaz qui remonteraient en surface déstabilisant ainsi les navires par l'effet de densité de l'eau; d'après des sources fiables, certaines plate-formes en ont fait les frais mais concernant les avions... On n'empêchera pas la liberté de penser des gens, même si les imaginations vont vers le paramètre invisible...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :