• Le monstre du Loch Ness nous confirme la réalité de son existence !

    Nessie, le gentil monstre antédiluvien aperçu en Écosse et sur la page d'accueil de Google, a réservé ses premières déclarations depuis 81 ans au "Point".
     
    Lochness03
     
    N'écoutez pas les esprits cartésiens qui se gaussent du monstre du Loch Ness. Ce sont des pisse-froid qui piétinent leur imagination. Bien sûr que Nessie hante les fonds du Loch Ness, désespérée par tant d'incompréhension. Voilà exactement 81 ans, le 21 avril 1934, elle a eu la faiblesse de se laisser photographier pour faire avancer la science. "Depuis, c'est l'enfer !" nous confie-t-elle devant un verre de whisky. On me traque, on me caricature. Mais surtout, la publicité abuse de ma notoriété." Elle nous raconte qu'il y a quelques mois, Cetelem l'a contactée pour lui proposer de remplacer le sosie de Polnareff dans ses spots de pub. Assez ! Lasse d'être traquée, Nessie a décidé de boycotter ses admirateurs. C'est Didier Barbelivien, autre monstre antédiluvien, qui lui en a glissé l'idée.
     
    La starisation malheureuse de Nessie débute le 14 avril 1933, quand le couple Mackay, des habitants respectés d'Inverness, longe le lac en voiture au moment même où notre charmante héroïne décide d'avaler un bol d'air en surface. Mrs Mackay, qui jusque-là ne s'était jamais fait remarquer sauf pour avoir fait preuve de prodigalité en donnant un penny à un pauvre, remarque à la surface des eaux un étrange phénomène. Elle crie alors à son mari de s'arrêter. Tous deux observent avec stupéfaction une créature qui roule sur elle-même et plonge à plusieurs reprises. Quelques jours plus tard, les Mackay rapportent leur observation au correspondant local de l'Inverness Courier Alex Campbell. Ils décrivent une sorte de baleine s'ébattant dans une eau bouillonnante. "Comme si elle mijotait dans un chaudron", ajoute-t-elle. Au journaliste, ils expliquent que l'étrange apparition disparut soudainement, sans redonner signe de vie. La jeune femme évalue la longueur de la créature à deux ou trois mètres. Dans son article publié le 2 mai, le journaliste en profite pour rappeler la mésaventure arrivée quelques années plus tôt à des habitants du coin qui, en traversant le lac à la rame, avaient également rencontré une bête inconnue de la taille d'un phoque.
     
    Lochness01
     
    Sa soudaine notoriété lui plaît !
     
    Les ennuis de Nessie datent de ce jour-là. Un salopard de journaliste la qualifie de monstre ("monster") dès un deuxième article publié le 9 mai. Néanmoins, durant les premiers mois, cette soudaine célébrité plaît à Nessie, qui multiplie les apparitions. C'est ainsi que, le 22 juillet 1933, Nessie est surprise par un couple de Londoniens, George Spicer et son épouse, en train de ramper sur la route. Ils la décrivent comme "la chose la plus proche d'un dragon ou d'un animal préhistorique qu'il (leur ait) été donné de voir jusqu'à présent". Ils estiment la longueur du monstre à huit mètres et affirment que celui-ci tenait un animal dans sa bouche. Ce dernier témoignage en suscite de nombreux autres. À croire que notre adorable gros ver solitaire, qui s'emmerdait ferme depuis quelques millénaires dans les profondeurs du lac, est devenu exhibitionniste. Les journaux reçoivent les courriers les plus extravagants, décrivant des apparitions plus sensationnelles les unes que les autres. L'épidémie gagne bientôt la presse nationale, puis internationale, qui dépêche des envoyés spéciaux.
     
    Maintenant, des centaines de bateaux sillonnent le lac à sa recherche. Certains tentent de la harponner. Les scientifiques multiplient les expéditions. Un bateau de pêche l'observe sur son sonar sur huit cents mètres. Entre 1954 et 1972, une quinzaine de tentatives de localisation par sonar sont effectuées. Par huit fois, les échos sont qualifiés de positifs, quoiqu'étranges. Et même si en 1975, la photo de 1934 apparaît comme le résultat du trucage d'un plaisantin nommé Marmaduke Wetherell qui a tout bonnement photographié un sous-marin pour enfant affublé d'une tête sculptée, cela ne retire rien à la conviction des fans de Nessie. 
     
    Celle-ci commence à regretter sa tranquillité d'antan. Elle se plaint de la foule au secrétaire d'État de l'Écosse, qui, la prenant en pitié, ordonne à la police de prendre toutes les mesures pour éviter toute agression envers elle. "Si je veux encore survivre quelques millions d'années au fond de mon loch, il me faut de la tranquillité. Fini les apparitions, fini les pubs. J'ai même renoncé à suivre les conseils d'Arthur de m'installer en Belgique. Oubliez-moi !" Telle fut la dernière déclaration que nous fit Nessie.
    <script charset="utf-8" type="text/javascript" src="http://ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?rt=tf_cw&ServiceVersion=20070822&MarketPlace=FR&ID=V20070822%2FFR%2Fltdle-21%2F8010%2Fef8477ab-2cf3-4aa5-a3b3-af2e9f9ef208&Operation=GetScriptTemplate"> </script>
     
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Tyron29 Profil de Tyron29
    Mercredi 22 Avril 2015 à 16:08
    Le monstre du Loch Ness, surnommé Nessie (parfois orthographié Nessy), désigne un animal aquatique supposé vivre, ou avoir vécu, dans le Loch Ness, un lac d'eau douce des Highlands en Écosse. En 1975, Robert H. Rines (en) et le naturaliste Sir Peter Scott ont doté le monstre d'un nom binominal, Nessiteras rhombopteryx, comme on le fait pour une espèce animale attestée. Il est généralement décrit comme ressemblant à un serpent de mer ou à un plésiosaure. De nombreux enthousiastes se rendent sur les eaux du Loch depuis le début des années 1930, date de la première apparition « moderne » du monstre, afin de le rechercher. Des photos et des films ont été présentés, mais leur authenticité est difficile à prouver. La créature mystérieuse est au centre de nombreuses œuvres de fiction ou de représentations imaginaires.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :