• L'homme au sang vert !

     

    Des médecins de Vancouver ont rapporté avoir opéré un homme au sang vert dans l'édition de cette semaine du journal médical The Lancet.


      La couleur du sang de l'homme de 42 ans a surpris la Dre Alana Flexman et ses collègues. Ils essayaient alors d'introduire un cathéter dans une de ses artères avant de l'opérer, dans un hôpital de Vancouver. Le patient était déjà un cas d'espèce: il s'était endormi agenouillé et avait développé un syndrome des loges dans les deux jambes. Le syndrome, potentiellement dangereux, implique une augmentation de la pression dans les tissus musculaires. Si la pression n'est pas réduite, il peut en résulter des dommages permanents au système nerveux. La Dr Flexman et un de ses collègues essayaient de placer un cathéter dans une artère du poignet du patient pour contrôler sa pression sanguine et s'attendaient à voir du sang rouge vif comme à l'habitude, parce qu'il arrive oxygéné du cœur. Dans ce cas, survenu en octobre 2005, ce n'était pas le cas. La Dr Flexman a indiqué en entrevue jeudi que le sang était plutôt vert-noir, comme la pelure d'un avocat.

    Les médecins ont alors envoyé d'urgence des échantillons de sang au laboratoire pour s'assurer que l'homme n'avait pas de méthémoglobine, ce qui aurait nui à la capacité du sang de transporter l'oxygène.Les chirurgiens ont continué l'opération avec succès, tandis que le sang était examiné. Le lendemain, le laboratoire a rapporté avoir détecté de la sulfhémoglobine. La Dr Flexman a indiqué que les causes de ce problème ne sont pas bien connues, étant donné la rareté du phénomène. Elle a estimé que l'état de leur patient avait été causé par un médicament contre la migraine, le sumatriptan, qu'il prenait en quantité supérieure à la posologie. Un groupe sulfureux se serait lié à l'hémoglobine, l'empêchait de transporter l'oxygène et lui donnait une couleur verte. Elle ne peut toutefois pas prouver cette hypothèse.

    *

    Helen Branswell- Presse Canadienne/ Toronto

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Ce sera une première. Samedi 5 mai 2007, la forêt de Brocéliande accueillera plusieurs centaines de Morgane pour célébrer leur emblématique Fée. Une initiative originale de l'office de tourisme du pays de mauron pour lancer la saison touristique.

    Tréhorenteuc. Ravissant petit village de maisons en schiste rouge, qui est aussi la plus petite commune du Morbihan avec ses 114 habitants. Samedi, ce sera la capitale mondiale des Morgane, petites ou grandes, jeunes ou moins jeunes. " Chaque année, 2.000 petites filles sont appelées Morgane par leurs parents ", explique Michèle Laur, la directrice de l'office du tourisme de Tréhorenteuc. " Le prénom reste dans le top 50 des plus attribués dans l'Hexagone. Comme nous avions aussi à Brocéliande une Morgane, mythique puisqu'elle appartient à la légende arthurienne, nous avons eu l'idée d'organiser ce rassemblement peu ordinaire ". Et l'idée a séduit d'emblée plus de 320 Morgane, de toute la France puisque certaines viendront de Moselle ou encore de Lyon pour l'évènement. " Beaucoup de mamans nous disent que l'image de morgane est souvent négative par rapport à celle de Viviane, l'autre Fée de Brocéliande qui apparaît comme la " gentille ". L'objectif est de réhabiliter Morgane. la demi-soeur du roi Arthur est un personnage sympathique, de tempérament certes. Une femme libérée avant l'heure qui, initiée à la magie par Merlin, enfermait les amants infidèles au Val sans Retour ". Samedi, dès 9h45, toutes les Morgane sont donc conviées à une journée de fête à Tréhorenteuc qui sera décorée pour l'occasion de plus de 130 acrostiches et animée par un groupe musical sur le parvis de la Chapelle du Graal. Vingt-trois artistes ont également imaginé leur Morgane. Elles seront exposées à l'office de tourisme. Enfin, des visites contée du Val sans Retour sur les pas de cette Fée de caractère auront lieu tout au long de cette journée qui sera immortalisée par une photo de groupe. Une journée qui, sait-on jamais, deviendra peut-être un rendez-vous pérenne...

     

    - info du 6 mai 2007-

     

    La plus jeune avait 4 mois et la plus âgée, venue de Marseille, 55 ans : 327 Morgane, venues de toute la France, ont répondu, hier à Tréhorenteuc ( 56 ), à l'invitation de l'office de tourisme du pays de Mauron. L'initiative avait pour but de lancer la saison touristique mais également de réhabiliter la célèbre fée de Brocéliande, demi-soeur du roi Arthur, qui avait la fâcheuse manie d'enfermer ses amants au Val sans retour.


    Renseignements au 02 97 93 05 12 et www.valsansretour.com


    Article de Gaël Le Saout pour le Télégramme de Brest du 2 mai 2007

     

    5 commentaires
  • (ASP) - Février 2001- La fin du monde n'a pas eu lieu. L'expérience qui, de l'avis des plus pessimistes, devait produire un trou noir qui engloutirait la Terre, a parfaitement réussi, mais ses conséquences sont restées circonscrites au laboratoire. Et, surprise, les Américains vers lesquels tous les regards étaient tournés depuis cet automne ont été pris de vitesse : c'est en Suisse, au laboratoire CERN de physique des particules, qu'a été réalisée cette expérience.Dans leur communiqué, les physiciens d'une vingtaine de pays annoncent que ce qu'ils ont fait, c'est de " créer un nouvel état de la matière "; ou, plus exactement, de recréer un état de la matière qui a déjà existé... mais qui est disparu depuis environ 15 milliards d'années. Cet état de la matière, le plasma quark-gluon pour les intimes, n'aurait en effet existé que pendant les premiers millièmes de seconde de notre univers. En d'autres termes, on aurait recréé au CERN, pendant un très, très bref instant, les conditions qui existaient immédiatement après le Big Bang. Est-il besoin de le souligner, les premières fractions de secondes après le Big Bang représentent, pour autant qu'on puisse se les imaginer, l'enfer : la chaleur y est telle que même les atomes ne se sont pas encore formés, la température étant trop élevé pour que protons, neutrons et électrons puissent s'unir. En fait, même les protons et leurs confrères ne peuvent pas s'unir et leurs constituants -les quarks, entre autres- sont éparpillés dans une " soupe " que, faute de meilleur terme, on a baptisé le plasma quark-gluon. Après quelques fractions de seconde, à mesure que la température s'est abaissée, cette " soupe " s'est estompée et a laissé place aux particules qui nous sont plus familières. Réussir à créer ce plasma quark-gluon en laboratoire a donc pour but de mieux comprendre la nature même de la matière -et, au passage, nos propres origines. Cet exploit constitue le point culminant de six ans de travail pour les physiciens des hautes énergies. Depuis 1994, ceux du CERN utilisent un accélérateur de particules géant -un cercle de six kilomètres !- pour provoquer des collisions à très, très haute vitesse entre des atomes. La force de ces collisions est telle que la température à la " surface " de ces atomes est, pendant un bref instant, amenée à un niveau dépassant les deux millions de millions de degrés -100 000 fois plus chaud que le coeur du Soleil ! Ce qui, en théorie, serait suffisant pour recréer ces conditions d'il y a 15 milliards d'années. Et c'est ce qui s'est passé. Du moins, c'est ce qu'on croit qui s'est passé : on parle ici d'une quantité de matière tellement infime- un atome à la fois- et pendant si peu de temps -moins d'un milliardième de milliardième de seconde !- qu'on a intérêt à être prudent. " Toutes les données nous conduisent à conclure que nous avons maintenant des faits probants suivant lesquels un nouvel état de la matière a été créé... lequel présente plusieurs des caractéristiques du plasma quark-gluon tel qu'il avait été théoriquement prédit. " Bref : c'est probablement lui, mais c'est pas encore sûr. La prochaine manche appartient aux Américains du RHIC (Relativistic Heavy Ion Collider), dans l'Etat de New York, eux vers qui un doigt accusateur avait été pointé en août dernier (" des scientifiques veulent créer un trou noir qui pourrait engloutir la Terre ") et dont l'expérience devrait finalement avoir lieu en mai. Bien qu'ils soient sans doute frustrés d'avoir été coiffés au poteau, il n'en demeure pas moins que leur équipement peut produire deux à cinq fois plus d'énergie que celui du CERN -du moins, pour l'instant, puisqu'un autre projet est en chantier au CERN- et qu'il permettra donc, peut-être, de confirmer ce que le CERN n'a pu qu'effleurer. Mais qu'on se rassure, pour produire un trou noir, il faudrait des millions de fois plus d'énergie, et non pas deux à cinq fois plus...

    *

    www.sciencepresse.qc.ca/archives/cap1402001.html

     

     

    4 commentaires
  •  

    Coïncidence or not coïncidence ?

    Le jugement dernier


    Leader travailliste à Eastbourne, en Angleterre, John Blackman n'a pas l'intention de régler la pension réclamée par sa femme. Son obstination le mène tout d'abord au tribunal, en avril 1922. On l'envoie en prison. Peu après, l'un des magistrats, John Duke, disparaît. Blackman, qui refuse toujours de payer, est à nouveau traduit en justice. Peu après l'audience, le major Molineux, un des magistrats, tombe sérieusement malade avant de s'éteindre. Quelques minutes après la sentence du troisième procès de Blackman, le magistrat H.D. Farnell a une attaque et meurt sans reprendre connaissance. Toujours aussi obstiné, Blackman est cité à comparaître de nouveau, en octobre 1923, cette fois devant le juge McKarness, qui l'envoie une fois de plus en prison. Blackman finit de purger sa peine suffisamment tôt pour assister aux funérailles du juge. En juillet 1924, on rend le verdict du cinquième procès de l'accusé. En septembre, J.T. Helby, un des magistrats présents à l'audience, quitte ce monde. Par la suite, John Blackman commente ainsi ces cinq morts :

    " il doit s'agir d'une coïncidence. Je ne leur ai jamais gardé aucune rancune. " ...

    *

      

    Pin It

    votre commentaire
  • La route maudite !!!


    LA ROUTE MAUDITE

     

    Le 4 janvier 1960, à 14h10, l’écrivain Albert Camus trouve la mort sur un platane du kilomètre 88,4 de la Nationale 5, entre Pont-sur-Yonne et Paris. Quelle coïncidence, dit quelques heures plus tard le conducteur du fourgon mortuaire de Villeblevin. C’est le deuxième habitant de Lourmarin qui vient se tuer à cet endroit et juste sur le platane du kilomètre 88,4 ! Quarante ans auparavant, des gitans chassés des ruines du château de Lourmarin ( Vaucluse ), avaient jeté une malédiction sur tous ceux qui participeraient à la résurrection de cette vieille demeure. Douze personnes, entre 1925 et 1960, parmi les habitués du château, moururent subitement ou de mort assez peu naturelle. Albert Camus, qui riait de la malédiction, fut la treizième victimes. En 1949, l’industriel Jean-Luc Michelin roulait sur la Nationale 7, entre Briare et Montargis. Il n’y avait aucun véhicule en vue, quand soudain, et sans aucune raison apparente, sa voiture quitta la route et dans un fracas d’explosion, il percuta un arbre et fut tué sur le coup, ainsi que ses 3 passagers. C’est curieux, raconta  un témoin de l’accident. Sa voiture roulait vite, mais la voie était libre…Il y a bien eu, en dix ans, plus de dix personnes qui se sont tuées à cet endroit. La famille Michelin et ses alliés ont particulièrement été éprouvés : - en 1937, Pierre Michelin et ses 4 passagers furent tués trouvèrent la mort sur cette même route. Et en 1947, Pierre Boulanger, président de la société Michelin, échappe de justesse à la mort, encore une fois, sur cette même route…On avança des explications incohérentes : il existe des endroits maudits. C’est la vengeance de la route sur les rois du pneu.

     

    La route maudite !!!

     

    L’accident d’Albert Camus, sous quelque angle qu’on le prenne, offre un aspect mystérieux : il était mathématiquement impossible- pas une chance sur 100 milliards- que deux habitants de Lourmarin, puissent trouver la mort à 600 km de distance de leur village, sur le même arbre de l’Yonne…

     

    *

    solution possible lue sur un site ici !


    "On considère que les deux frères ont été victimes d’un effet stroboscopique dû aux flashes de lumière solaire, ces éclats étant produits par les intervalles d’ombre et de lumière consécutifs à la disposition régulière des platanes. Il semble que dans certaines conditions ce phénomène puisse entraîner une sorte d’hypnose. Les deux frères ont roulé au même moment de l’année (donc avec la même intensité lumineuse, le même angle de rayonnement) et probablement à la même vitesse."

     

    *


     

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique