• J'AI VECU 5 JOURS DANS L'AU-DELA...

     

    un témoignage bouleversant, celui de Picu Aymaran...

     

    Les annales médicales nous apprennent qu’'il n’'est pas rare qu'’un malade, ayant été déclaré mort par la faculté, revienne à la vie pour une période plus ou moins longue.Ces résurrections sont particulièrement dramatiques lorsqu’'elles ont lieu au moment où la famille procède à la mise en terre du défunt. Ce genre d’événement est plus fréquent qu’'on ne le croit. Au cours de mes recherches, dans mes archives, il y a eu trois cas semblables, rien qu’en France.

     

    On a surtout parlé de celui d’'un paysan de la Nièvre qui ne dut son salut qu'’à un retard dans la cérémonie d'’inhumation. Après avoir été ramené d'’urgence à l’'hôpital, le vieillard regagna sa famille, pour la quitter, pour de bon cette fois, quelques semaines plus tard. Mais l’'aventure la plus extraordinaire qu'’il nous ait été donné de connaître est celle d’'une Bolivienne de 52 ans,  Picu Aymaran qui, restée « morte » pendant cinq longs jours, revint parmi les vivants auxquels elle a raconté sa fantastique visite au paradis.  – Je sais que j’'ai réellement été morte pendant tout ce temps, a-t-elle déclaré. Les expériences que j’'ai connues, les sensations que j’'ai éprouvées, les spectacles dont j’'ai été témoin ne peuvent s’'expliquer que d’'une seule façon :


    mon âme avait quitté mon corps et suivi le chemin qui mène au paradis.

     

    Et devant les quelques personnes incrédules qui l'’écoutent, Picu Aymaran fait le récit suivant :


    D’abord, je dois vous dire que ces jours ne m’'ont pas paru aussi longs. Ma notion du temps était bien différente. J’'ai eu l’impression qu'’il ne se déroulait que quelques heures entre le moment où j’'ai quitté mon corps pour m’'aventurer dans l’'astral, puis dans les plans supérieurs et celui où j’'ai enfin réintégré mon enveloppe charnelle. « Mort », puisqu'’il faut bien l’'appeler ainsi, n’'a pas à proprement parler été une expérience désagréable. J’'ai simplement eu la sensation de glisser dans un autre niveau de conscience. Je n'’ai vraiment ressenti de douleur qu’'au moment où je suis vraiment détachée de mon corps. Je sais que plusieurs heures avaient dû s’'écouler, puisque, étant restée dans la chambre, j’'avais pu voir les médecins s’'agiter autour de moi. Ensuite s’'agiter autour de moi. Ensuite, les infirmières avaient fait ma toilette et ma famille était venue : d’abord mon mari, puis mes filles, enfin mes parents éloignés. Je savais que cela avait duré davantage que quelques minutes.

     

    SUSPENDUE DANS L'’AIR

     

    Le plus curieux était de me retrouver suspendue dans l’'air et contempler, trois mètres plus bas, mon corps inerte, le mien. Et tous ces gens qui s'’agitaient autour de mon lit avec lesquels je ne pouvais plus communiquer. Je souffrais surtout de voir pleurer mon mari et mes filles. J’'avais envie de descendre vers eux, de leur crier. Mais non, je ne suis pas morte, je suis encore près de vous, je vous aime toujours, mais je savais que cela m’'était impossible. Enfin, le dernier lien se rompit et je sentis que je m'’élevais. Je planais quelques instants au-dessus de l'’hôpital, puis j’'entrai vraiment dans un autre plan astral. C’'était très étrange. Je me trouvais parmi de curieuses créatures immatérielles qui flottaient dans l’'éther autour de moi. A mesure que je montais, ces créatures se faisaient de plus en plus nombreuses. Je commençais aussi à percevoir des plaintes, des gémissements, semblables à ceux qu’on attribue aux fantômes. Dans le lointain, j’'entendais une musique indéfinissable. Enfin, j’'arrivai au pied d’un bel escalier dont l’'extrémité se perdait dans ce qui me sembla être des nuages. De chaque coté de l’'escalier, des êtres divinement beaux me regardaient monter. Je grimpai l’'escalier sans effort, irrésistiblement attirée vers le haut, comme si j’'avais pris place sur de ces « escalators ». En approchant de la dernière marche, j’'entendais de plus en plus distinctement les accents d’'une merveilleuse mélodie. Et soudain, devant moi, se présentèrent les Portes du Paradis. Des portes immenses, majestueuses et dorées qui s’'ouvrirent pour me laisser le passage. A l'’intérieur, tout n’'était que calme et beauté. Le paradis n'’est pas un endroit ennuyeux. Il y a des paysages inouïs, aux couleurs fantastiques, qui n’'existent pas sur terre. Il y a des rivières qui coulent, des montagnes qui s’'élancent à l’'horizon à l'’horizon, des prairies à l'’herbe tendre...

    Mais tout cela est mille fois plus beau que tout ce qui peut exister sur terre. Dans ce lieu, on n'’a aucun désir, sinon celui d’'y rester pour l’'éternité. Car c’'est la satisfaction de tous les sens (car ils subsistent, même après la perte du corps charnel). C’est la satisfaction totale, cet état que les philosophes appellent l’'extase. Dans l’'air, une musique d'’une grande douceur flotte en permanence. Je me souviens aussi d’'une odeur, d’'un parfum comme les terriens n'’en auront jamais tant il est exquis. J’'ai vu la Gloire du Seigneur et je me suis approchée de Lui, heureusement de passer dans cet endroit ma vie éternelle. C'’est à ce moment que j’'ai entendu une voix m’'enjoignant de retourner sur terre. J’'ai compris qu’'il fallait que j’'obéisse et, malgré mon regret, j’'ai dû refaire en sens inverse le chemin que j’'avais déjà suivi.

     

    DE RETOUR SUR TERRE

     

    Lorsque j’'ai été de retour sur terre, je me suis rendue compte que mon corps ne se trouvait plus sur le lit d’'hôpital où je l’'avais quitté. J’'ai du le chercher. Heureusement que, dans l’'état où j’'étais, les distances ne comptent pas. J’'ai finalement retrouvé mon enveloppe charnelle au cimetière, au moment où le prêtre aspergeait mon cercueil d’'eau bénite et où le fossoyeur s’'apprêtait à jeter dessus la première pelletée de terre. C'’est alors que j’'ai hurlée dans mon cercueil, ce fut la panique totale évidemment, je ne raconte pas la suite…


    Ce récit de Mme Picu Aymaran, qui reprit ses activités d'’institutrice dans la cité de Chaobomba, où elle réside, a suffisamment impressionné les autorités religieuses pour que celles-ci décident de faire une enquête sur son cas. Pendant plusieurs jours, plusieurs prêtres se sont entretenus longuement avec elle, lui posant des questions très précises, lui faisant reprendre certains passages de son histoire. Ils en ont noté soigneusement les réponses, les ont même enregistrées, et n’'ont négligé aucun détail. Il existe une possibilité, a confié un homme d’'église, pour que Mme Aymaran soit réellement montée jusqu’'au Paradis et en soit ensuite redescendue, il y a eu un miracle (Cela me semble trop facile à dire ?) Les autorités médicales sont plus circonspectes. Mais pour elles, il subsiste un grand mystère. Mme Aymaran était cliniquement morte au moment où elle a quitté l'’hôpital. Ce fait est attesté par deux médecins différents. Il n’'a pas été effectué d’'électro-encéphalogramme ? Mais le cœoeur ne battait plus et il aurait fallu un miracle pour le remettre en marche. Or, ce miracle s’'est bien produit, mais au bout de cinq jours. C’'est-à-dire longtemps après que toutes les fonctions vitales aient été normalement arrêtées. 

    UN ETAT D’'HIBERNATION

     C’'est pourquoi le cas de Mme Aymaran pose aujourd'’hui encore une grande énigme, aussi bien à la science qu'’à la théologie. Dieu, (ou un extraterrestre supérieur) lui a-t-il ordonné de revenir sur terre pour annoncer aux hommes de ne pas craindre la mort ? Et avoir gardé le corps en état par de moyen inconnus de notre civilisation. Ou bien s'’est-elle tout simplement trouvée, pendant cinq jours, dans une sorte d'’état d’'hibernation ressemblant à la mort (un état que certaines drogues peuvent produire) et pendant lequel elle à rêvé son étrange voyage ? Nous ne connaitrons la réponse à cette question, que lorsque nous mêmes auront franchi la dernière frontière.


    Sources : Recherches sur les mystères de la mort de Franck BROWN ; Collection  J’AI LU (1974)

    Aura2

     

    La taverne de l'étrange- 6 novembre 2008

     


     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_Top
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 15:33
    En fait, ces ph?m?s de E.M.I. (pour ?t de mort ?nente) ne son pas aussi rares qu'on pourrait le croire. J'ai ? sur un site qui r?rtorie ce genre de t?ignages de N.D.E. et ?concerne des gens aussi bien croyants qu'ath?.
    2
    visiteur_Marcel77
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 16:42
    Bonjour, bien que je crois a la survie de "quelque chose" apr?la mort et ce par exp?ence personnelle, il y a quand m? un fait qui m'intrigue dans l'histoire de cette dame. En effet cinq jours c'est beaucoup la plupart des N.D.E. ne durant que quelques instants, au bout de a peine quelques dizaines de minutes, les nerfs qui restent contract?toute notre vie afin que nos veines soient ?nches ces nerfs se desserrent et le sang s'?ule a l'int?eur du corps formant une ?rme h?rragie interne (d'ailleurs dans beaucoup de feuilletons policiers l'enqu?ur se rend compte que le corps a ? d?ac? cause des caillots de sang) et en plus la rigidit?adav?que commence entre 6 et 8 heures apr?la mort et la putr?ction aussi c 'est pour ?que 5 jours apr?.. franchement je doute
    3
    visiteur_Marcel77
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 16:58
    Encore moi : autre fait ?ange ?nt moi-m? n?n Argentine et d'origine Espagnole je sais que dans les pays chauds et de culture latine et la Bolivie est dans ce cas, les corps des personnes d?d? sont enterr?tr?rapidement (deux jours maxi) et elle, on attend cinq jours ????
    4
    visiteur_ZAMOURET
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 18:19
    REPONSE A MARCEL
    OUI IL Y A LA UN GRA
    5
    visiteur_ZAMOURET
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 18:24
    REPONSE A MARCEL
    OUI LA IL Y A UN GRAND MYSTERE DANS CETTE PERSONNE
    PENDANT LES 5 JOURS IL YA EU UNE MISE EN CHAMBRE FROIDE POUR DES RESONDS FAMILIALE ??
    POUR LA DETERIORATION DU CORPS LA C EST LE GRAND MYSTERE , ET JE NE PEUX REPONDRE , SI JE LE SAVAIS JE SECRET UN DIEU, mais je ne suis qu'un humain
    amitie a tous CLAUDE
    6
    visiteur_Marcel77
    Jeudi 6 Novembre 2008 à 20:17
    Re-moi. En r?nse ?AMOURET oui il est possible que pour des raisons soit familiales soit climatiques soit tout simplement de disponibilit?es pompes fun?es du coin on ai mis cette personne en chambre froide. Mais l?n autre probl? se pr?nte g?ralement dans tous les pays plus ou moins d?lopp? et son pays n'est quand m? pas du tiers monde, lorsque l'on met un cadavre en chambre froide, on ne se contente pas de la mettre au frais on le "pr?re" comme on dit c'est ?ire qu'on pompe ce qu'on peut de son sang pour le remplacer par des produits chimiques a base de formol pour que le jour de l'enterrement le cadavre soit pr?ntable et n'ai pas commenc? "verdir" et, avec un cocktail pareil, m? Lazare ne serait pas revenu du royaume des morts. Ou alors il s'agit d'un miracle au m? titre que les paralytiques qui se remettent ?archer apr?avoir ? a Lourdes. Mais franchement, je crois au Paranormal sinon je ne serais pas sur ce site mais l??sent l'arnaque.
    7
    Tyron29
    Vendredi 7 Novembre 2008 à 10:35
    Claude Burkel ne fait que mettre un fait ?otre disposition; ceci dit, ?'?que, peut-?e que cette histoire ne trouvait aucune explication ! De nos jours les techniques peuvent expliquer bien des choses mais le cas de Mme Aymaran est peut-?e tout simplement inexpliqu?t le restera... Il y a des cas ou l'on retrouve des personnes intactes dans leurs s?ltures aussi bien des ann? apr?donc il me semblait int?ssant de le porter ?otre connaissance...
    8
    visiteur_ZAMOURET
    Dimanche 9 Novembre 2008 à 16:32
    REPONSE
    AVANT DE DIRE DES CHOSES, IL faut savoir ?e au courant
    JE DONNE UN EXEMPLE
    BERNADETTE DE SOUBIROUS MORTE LE 16 AVRIL 1879 A NEVERS
    SON CERCEUIL SERA OUVERT TROIS FOIS ET SON CORPS RETROUVE INTACT, LE SEQUELETTE COMPLET, LES MUSCULES ATROPHIES MAIS BIEN CONSERVES? LA PEAU PARCHEMINEE, RECOUVERTE DE QUELQUES MOISISSURES ET D UNE CERTAINE QUANTITE DE CRISTAUX DE SELS CALCAIRES
    Dr TALON CHARGES DE L EXAMEN DU CORPS APRES 1923 CITEE PAR DOMINIQUE LORMIER , ? CDM, 1999. DANS LE MEME LIVRE ON APPREND QUE LA PEAU DE BERNADETTE A NOIRCI . SON CORPS REPOSE DANS UNE CHASSE EN VERRE ET DE BRONZE DANS LA CHAPELLE DE L ESPACE BERNADETTE A NEVERS. TOUT LE MONDE A LE DROIT DE VOIR SONT CORPS INTACT A NEVERS;
    voila pourquoi je donne cette exemple par rapport a la femme morte depuis 5 jours.
    MAIS IL Y A BEAUCOUP D AUTRE TEMOIGNAGE DE CE GENRE DANS LE MONDE.
    IL FAUT LIVRE ET NE PAS PRENDRE DES DECISIONS SANS REFLECHIR
    TOUT CE QUE J ECRIS A UNE LOGIQUE ET JE NE POURRAIS ECRIRE SANS AVOIR DES SOURCES DE REFERENCES
    CLAUDE BURKEL
    9
    visiteur_assoufi
    Lundi 10 Novembre 2008 à 13:42
    bonjour ...pour enterrer 1 nouveau mort on etait oblig?'ouvrire 1 tombe ancienne d'1 femme morte ds les ann? 20 et quelle surprise...on a trouv?les mains crois? et ses jenous pres de sa poitrine (en squelette)bien sur ...a-t-elle retrouv?a vie ds sa tombe ou quoi
    10
    visiteur_assoufi
    Lundi 10 Novembre 2008 à 13:42
    bonjour ...pour enterrer 1 nouveau mort on etait oblig?'ouvrire 1 tombe ancienne d'1 femme morte ds les ann? 20 et quelle surprise...on a trouv?les mains crois? et ses jenous pres de sa poitrine (en squelette)bien sur ...a-t-elle retrouv?a vie ds sa tombe ou quoi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :