• ET SI LES ANGES ETAIENT DES EXTRATERRESTRES !

     

      ET SI LES ANGES ETAIENT DES EXTRATERRESTRES

     

    ET SI LES ANGES ETAIENT DES EXTRATERRESTRES !

    L’abbé Marc Oraison, écrivain et médecin, est l’enfant terrible de L’Eglise. Dans le passé, certaines de ses prises de position ont fait scandale. Sans doute a-t-il eu la chance de vivre au XXe siècle car, jadis on aurait dit qu’il sentait le fagot.

     

    Ce prêtre est en outre psychanalyste, position peu confortable sur le plan de la foi puisque Freud était athée et que la doctrine psychanalytique sous entend un monde sans Dieu. C’est peut-être ce qui explique pourquoi l’abbé Oraison a toujours essayé de débarrasser  la foi de tout ce qui serait une création de l’inconscient.

    L’essentiel, pour lui comme pour quelques théologiens d’avant-garde, c’est le verbe incarné, la transcendance de l’amour qui parle concrètement en Jésus-Christ, selon sa propre expression. Maintenant, c’est aux anges que s’en prend l’abbé Oraison. Dans un article publié dans Paris-Match le 13 novembre 1976, il s’étonne que dans la lettre adressée aux chrétiens par le récente assemblée de l’épiscopat français, lettre rappelant l’essentiel de la foi, il n’en soit pas question.

    Croire aux anges dit-il, ce n’est plus de l’ordre de la foi, mais bien de l’ordre de la mythologie. Ainsi nos chérubins n’auraient pas plus de réalité que le père Noël.

    Mais qui sont ces pauvres anges désormais sans existence ?

    La croyance à des êtres supérieurs à la nature humaine tient une grande place non seulement dans l’Ancien et le Nouveau testament, mais aussi dans les théories religieuses de l’Inde, et de la Chine, de l’Egypte et de la Perse.

    Les anges sont des êtres purement spirituels, intermédiaires entre Dieu et l’homme. 

    Saint Denys l’aréopagite, le premier évêque d’Athènes, s’appuyant sur une vieille tradition zabblinique, soutient qu’avant de créer l’homme Dieu créa neuf catégories d’anges, divisées en trois « chœurs ».

    Dans le premier, figurent les Séraphins, les Chérubins et les Trônes ; dans le deuxième, les Dominations, les Vertus et les Puissances ; dans le dernier, enfin, les Principautés, les archanges et les Anges proprement dits.

    Une erreur très répandue consiste à opposer anges et démons.

    Ce dernier nom vient d’un autre mot daïmon, désignant, dans la mythologie païenne des êtres intermédiaires entre les dieux et les hommes, définition identique à celle de l’ange, comme on vient de le voir. Selon la tradition, Dieu avait crée tous les anges purs et bons, mais, estimant que la vertu était sans mérite si elle n’était pas le résultat d’un choix, il les soumit à une épreuve. Certains se laissèrent tenter par l’orgueil. Satan, le premier des Séraphins, se mit à la tête des rebelles. Son objectif était de régner sur la moitié du ciel et de siéger sur un trône aussi élevé que celui de Dieu. Cette ambition causa sa perte. D’après la théologie classique, en perdant la grâce, les démons ont néanmoins conservé une partie des dons qui rendent la nature angélique supérieure à la nature humaine.

    Ils peuvent en particulier induire les hommes en tentation, jeter un trouble profond dans leur esprit (c’est la « possession ») et ils sont capables, en agissant sur le monde matériel, de réaliser des prodiges. Ce bref résumé de la nature des anges et des démons correspond aux définitions données par plusieurs anciens conciles.

    Quand l’abbé Marc Oraison s’en prend aux anges, n’y voyant que l’expression poétique d’un mythe, il s’oppose carrément à des définitions théologiques qui ont encore force de loi.

    Plusieurs observateurs on d’ailleurs été surpris d’entendre le Pape Paul VI faire allusion à plusieurs reprises au Diable au cours des derniers mois de sa vie. Tout ce qui avait trait au Malin, croyait-on, était suranné, tout juste bon à faire peur aux enfants.

    Or, la croyance au Diable est un article de foi. Et l’expérience du Diable implique celle de l’ange qu’il a été avant la révolte. Les fidèles des nombreuses, bien que clandestines, sectes sataniques présentent quant à eux une version bien différente de la chute du premier des Séraphins. Révolté par la manière dictatoriale avec laquelle Dieu exerçait son pouvoir sur les hommes, disent-ils, Satan se résolut à leur révéler les secrets du ciel et à leur donner le pouvoir de subvenir eux-mêmes à leurs besoins.

    C’est pour cela qu’il aurait été châtié et précipité aux enfers. De-là, soutiennent les satanismes, l’autre nom du prince des Ténèbres, celui de Lucifer qui signifie « porteur de lumière ». Satan Lucifer est  le plus fidèle ami de l’homme, celui qui a voulu le libérer. On constate une similitude frappante entre cette version et le mythe grec de Prométhée, puni par Jupiter pour avoir donné aux hommes le secret du feu.

    On retrouve dans toutes les légendes concernant les anges des  constantes curieuses. Ils arrivent d’on ne sait où, mais en tout cas d’ailleurs et chaque fois, leur contact avec les hommes son de l’ordinaire, soit qu’ils leur révèlent des secrets, soit au contraire, qu’ils apportent des cataclysmes, comme l’Ange exterminateur.

    On retrouve ces caractéristiques aussi bien dans la Bible que dans un certain nombre d’autres récits mythologiques. Une telle constance serait difficilement compréhensible si les anges n’étaient que des images poétiques sorties tout droit de l’imagination.

    Or, des spécialistes de l’étude des textes religieux anciens en sont arrivés à une conclusion étonnante. Pour eux, les anges seraient tous simplement des extraterrestres.

    Ils seraient donc réellement des messagers non de la volonté de Dieu, mais de civilisations extrasolaires.

    D’ailleurs, Origène d’Alexandrie, le célèbre docteur de l’Eglise soutenait que la Bible ne précisait pas comment les anges avaient été crées parce qu’ils étaient restés immortels après la ruine des mondes qui avaient précédé le notre. L’erreur d’Origène viendrait de ce qu’il aurait situé ces mondes dans le temps et non dans l’espace.

    Le contact entre les anges extraterrestres et les hommes s’est parfois passé harmonieusement, d’où les légendes des anges bienfaisants. Dans d’autres cas, les hommes auraient fait preuve d’hostilité envers eux, déclenchant des représailles redoutables.

    Une lecture minutieuse de l’aventure de Sodome et Gomorrhe telle que la raconte la Genèse, par exemple, semble confirmer cette thèse : les deux anges accueillis par Loth viennent à Sodome animé d’intentions pacifiques.

    Mais quand les habitants tentent de les violenter, ils détruisent les deux villes. « Yahvé fit pleuvoir sur Sodome et Gomorrhe du soufre et du feu venant du ciel, lit-on dans la Genèse. Il renversa ces villes st toute la plaine, avec tous les habitants et la végétation. Or, la femme de Loth regarda en arrière, et elle devient une colonne de sel » Qu’est-ce donc, sinon le récit d’une explosion nucléaire déclenchée par les deux anges. Mais sans doute les extraterrestres sont-ils aussi des mythes poétiques pour l’abbé Oraison. 

    *

     

                                                                 

    Pin It

  • Commentaires

    1
    SIRENE26
    Samedi 12 Mars 2011 à 11:29
    C'est interessant, mais long à lire avec des mots compliqués.....
    2
    Vendredi 4 Novembre 2016 à 07:38

    Bonjour, Si le point de vue d'un ET du Domaine vous intéresse, vous pouvez vous rendre à cette adresse :

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :