• Comment sortir de son corps ?

     Le dédoublement

     

     bilo01

     

    L’énergie qui permet de voyager hors de votre corps. Les hommes d’aujourd’hui sont les esprits de demain. Les esprits d’aujourd’hui sont les hommes d’hier…

     

    Le dédoublement ( mot apparu dans la langue française en 1870 ) consiste à perdre l’unité de sa propre personnalité psychique et à user de cette faculté pour être présent virtuellement à un autre endroit par l’intermédiaire d’un autre corps, invisible celui-là, appelé corps astral ou corps éthérique. S’il y a présence réelle attestée du corps physique, à deux endroits différents, on parle alors d’ubiquité ( du latin ubique, « partout » ) ou de bilocation.

     

    Mais attention, il ne faut pas confondre le dédoublement avec la lévitation, qui est l’élévation dans l’espace du corps physique sans appui ni aide matérielle. Les cas les plus connus de lévitation sont ceux de sainte Thérèse d’Avila, de Joseph de Copertino et Daniel Dunglas Home. La mystique espagnole et carmélite sainte Thérèse d’Avila ( 1515-1582 ) a relaté ainsi ses expériences de lévitation : « Quand j’essayais de résister, j’avais l’impression qu’une grande force me poussait les pieds. Je dois avouer que j’éprouvais une peur terrible car lorsque le corps se soulève, les sens restent en éveil et j’étais restée suffisamment moi-même pour me voir m’élever dans les airs»

     

     

    bilo02

     

    Au XVIIe siècle, le moine italien saint Joseph de Copertino était connu pour ses lévitations pendant des extases religieuses, lévitations ayant souvent lieu au cours des messes dominicales célébrées dans son monastère ! Daniel Dunglas Home, né en Ecosse en 1833, était en permanence entouré de phénomènes de poltergeist. Mais il fut célèbre pour ses séances de lévitation effectuées en présence de nombreux témoins qui ne découvrirent aucune supercherie. Sa renommé vient surtout de l’expérience réalisée le 13 décembre 1868 dans son appartement d’Ashley House à Westminster, Londres. Trois témoins présents ont certifié avoir vu Home flotter dans la pièce, traverser une fenêtre, rester debout quelques secondes à l’extérieur puis revenir dans la pièce, comme si de rien n’était ! Pour l’écrivain anglais Trevor Hall, « Home avait un énorme pouvoir de suggestion sur ses amis et sa séance de lévitation était une habile supercherie mise au point par Home dans son propre intérêt» Home décrivit lui-même ses expériences : « Pendant ces élévations ou lévitations, je ne ressens rien d’autre qu’une sorte de puissance électrique autour des pieds. Je ne me sens pas soulevé et n’ai jamais éprouvé la moindre peur. Souvent mes bras se raidissent et s’étirent au-dessus de ma tête, comme si je saisissais le pouvoir invisible qui m’a lentement arraché du sol. » Le dédoublement, cette sortie hors du corps, a souvent lieu chez des personnes qui se trouvent au seuil de leur mort ou qui sont victimes d’un traumatisme grave ( opération, maladie ou accident de voiture ) ou encore au cours d’un sommeil particulier.

     

     

    bilo03

     

    Marcel Aymé évoque cette notion dans Le Passe-Muraille : « Il y avait à Montmartre, dans la rue de l’Abreuvoir, une jeune femme prénommée Sabine qui possédait le don d’ubiquité. Elle pouvait à son gré se multiplier et se trouver, de corps et d’esprit, en tant de lieux qu’il lui plaisait. » Pour les esprits sceptiques, les phénomènes de dédoublement ne sont que des hallucinations, des rêves ou parfois même de la supercherie pure et simple. Les convaincus soutiennent quand à eux que la meilleure preuve de la réalité du dédoublement provient de la similitude des récits fournis par tous ceux qui ont vécu une telle expérience, à travers le monde entier et quelle que soit leur culture. C’est aussi l’avis du docteur américain Charles Tart : « Etant donné sa distribution apparemment universelle dans toutes les cultures et à travers toute l’Histoire, le dédoublement constitue ce que le psychiatre Carl Jung appelle une expérience archétypique et donc potentiellement accessible à de nombreux êtres humains pour la simple raison qu’elle participe de la nature humaine»

     

     

    bilo04

     

    Depuis des millénaires, de nombreuses civilisations anciennes ont fait référence aux expériences de dédoublement. Les premiers écrits de l’Inde mentionnent que parmi les huit siddhis de l’être humain ( c’est ainsi qu’ils nommaient les pouvoirs surnaturels ), le sixième est celui « qui permet de voler dans le ciel. » Pour les Egyptiens, chaque personne possédait, à côté du corps physique, un autre corps, appelé corps astral ou corps spirituel ( en égyptien, c’était le ba ), ayant la forme d’un oiseau à visage humain ( symbole de ce qui échappe aux lois de la pesanteur ). A la mort de cette personne, le corps astral était censé quitter le corps physique pour planer au-dessus de lui. On trouve de nombreuses représentations de cette croyance sur des peintures murales de tombeaux. Les Egyptiens croyaient pouvoir entrer dans le plan astral par dix grilles et sept portes. Dans la Grèce antique, six siècle avant Jésus-Christ, on connaissait l’histoire d’Hermotime de Clazomènes, réputé pour faire de nombreux voyages hors de son corps. Son épouse ne supportant plus ces expériences, demanda à des amis de cacher le corps physique de son mari afin de l’effrayer et de l’obliger à cesser ses « voyages » pour qu’il reste auprès d’elle ! Mais les prétendus amis, plutôt que de cacher le corps, l’incinérèrent. L’âme de Clazomènes ne trouva alors aucun refuge et vagabonde depuis pour l’éternité.

     

     

    bilo05

     

    Dans l’Ancien Testament, on apprend comment le prophète Elisée  parvint à déjouer l’attaque de l’ennemi syrien en utilisant le dédoublement : grâce à un voyage hors de son corps, il réussit à se transporter dans la chambre du roi syrien et à lire ses plans d’attaques ! Dans la religion chrétienne, on cite de nombreux cas de dédoublement : la résurrection de Jésus-Christ ; saint Paul, qui parle d’une personne emportée au paradis en ces termes : « Etait-ce dans son corps ? Hors de son corps ? Je ne sais. Dieu le sait » ; saint Paul encore qui, le premier, mentionna «  la corde d’argent » qui relierait le corps spirituel au corps physique et serait un véritable cordon ombilical des voyageurs de l’astral ; saint Antoine de Padoue qui, en 1226, utilisa ce qu’on appelle le don d’ubiquité pour faire au même moment son serment dans l’église de Limoges et dans un monastère situé à plusieurs kilomètres de là ; le Padre Pio ( 1887-1968 ), de son vrai nom Francesco Forgione, doué lui aussi de ce don d’ubiquité. Dans de nombreuses religions orientales et chez les Indiens d’Amérique du Nord, les sorciers ( appelés chamans ) se voient attribuer le pouvoir de quitter leur corps par leur propre volonté afin d’accompagner l’âme des morts jusqu’à la terre des ancêtres. Au Tibet, les religieux ( appelés lamas ) croient en l’existence d’un principe spirituel capable de faire apparaître matériellement des formes mentales qui peuvent être vues par tout le monde : les tulpas. Ces derniers peuvent prendre la forme d’un être humain, d’un animal, d’un objet ou même d’un paysage.

     

     

    bilo06

     

    Alexandra David-Neel, qui fut en 1927 la première Européenne à entrer dans Lhassa, la capitale du Tibet, a assisté à des séances au cours desquelles apparaissent des tulpas ( elle affirme aussi être parvenue à en créer elle-même ). Voici comment l’aventurière anglaise décrit ce phénomène dans son célèbre livre Mystiques et magiciens du Tibet ( 1929 ) : « Grâce au tulpa, l’odeur d’un buisson de roses fantôme se répandra au loin ou une maison fantôme abritera des voyageurs en chair et en os. » Pour les lamas tibétains, l’univers qui nous entoure est une simple vision mentale. Il est possible, disent-ils, d’augmenter la puissance de la production mentale grâce à des exercices appropriés comme la maîtrise de la respiration ( permettant de parvenir à la sérénité de l’esprit ) et la pratique intense de la méditation. Les tulpas ont beaucoup intrigué les Occidentaux qui donnent deux interprétations de ce phénomène : il pourrait s’agir soit d’une hallucination soit d’un cas de suggestion très forte. Au XIXe siècle, le dédoublement fut popularisé par la spiritualiste russe Héléna Blavatsky, fondatrice en 1875 de la Société théosophique ( du grec theos, « Dieu » et sophia, « sagesse »). L’essentiel de la théorie théosophique repose sur le fait que les êtres humains existent sur bien d’autres plans que le strict plan physique. Ainsi Mme Blavatsky écrivait : « Le corps astral est la réplique fidèle, sur le plan spirituel, du corps physique et il est capable de quitter celui-ci pour s’aventurer dans des régions fort lointaines, inaccessibles au corps physique. Le corps astral de chacun de nous voyage durant le sommeil mais seul le véritable initié est à même de commander à son corps astral de quitter son enveloppe physique grâce à ce que j’appelle la projection astrale. Tout individu initié voit, en plein jour, le corps astral des autres personnes qui apparaît sous la forme d’un halo multicolore autour du corps physique et révèle l’essence de chaque personnalité à travers toute une gamme de couleurs»

     

     

    bilo07

     

     Au XXe siècle, les « voyageurs hors du corps » les plus connus sont l’Anglais Hugh Calloway et les Américains Sylvan Muldoon et Robert Monroe. Hugh Calloway, né en 1885, faisait de fréquents rêves au cours desquels il percevait de petits cercles bleus animés de mouvements vibratoires « qui ressemblaient à des œufs de grenouilles ». Adepte de la philosophie théosophique de Mme Blavatsky, Calloway disait qu’il pouvait s’élever vers le ciel et qu’il avait mis au point une méthode personnelle pour quitter son corps. Il affirmait le faire par « la porte de sa pinéale ». De quoi s’agit-il exactement ? La glande pinéale est située au centre du cerveau : elle était considérée par Descartes comme « le siège principal de l’âme » et par les théosophes comme l’organe responsable du dédoublement. Elle a même été assimilée au fameux troisième œil ( point de jonction de l’esprit et du corps ) des Orientaux et de Lobsang Rampa.

    Hugh Calloway affirmait réussir à s’élever au-dessus du sol, à planer à au moins trente mètres d’altitude et à traverser les murs. Tout cela au prix d’une lutte farouche contre une force invisible qui le tirait en arrière et provoquait de puissantes migraines : « Une nuit, je décidais de défier cette force en demeurant dans mon rêve jusqu’à ce que la migraine disparût. Le plus difficile fut de rentrer dans mon corps. Ce n’est que par un effort extrême que j’y parvins mais mes muscles restaient engourdis. Je dus me concentrer intensément pour réussir à lever un de mes doigts et vaincre, petit à petit, cette paralysie en éprouvant une forte nausée. » Calloway fut supplanté, dans les années 30, par un jeune américain né en 1903 : Sylvan Muldoon. Ce dernier prétendait avoir été initié au dédoublement dès l’âge de douze ans, à l’occasion d’une réunion spirite dans l’Iowa où sa mère l’avait emmené. Fatigué par la durée de cette réunion, Muldoon s’endormit. Au cours de son sommeil, il eut l’impression de se réveiller brusquement tout en étant sourd et aveugle : « Mon corps entier se mit à vibrer très vite, dans le sens vertical, et je sentis une énorme pression à l’arrière de ma tête. Puis je pus de nouveau entendre et retrouvais la vue en constatant avec étonnement que je flottais dans l’air, tout raide, à l’horizontale, à plus d’un mètre au-dessus de mon lit. Mes deux corps identiques restaient unis par une sorte de câble élastique d’une longueur d’environ un mètre quatre-vingt. Ma première pensée fut que j’étais mort pendant mon sommeil ! » Après la Seconde Guerre mondiale, on découvrit Robert Monroe, agent publicitaire de son état, qui révéla à toute l’Amérique ses capacités de dédoublement : il avait alors 43 ans, c’est-à-dire un âge beaucoup plus avancé que son compatriote Muldoon.

     

     

    bilo08

     

    Robert Monroe pense que « le dédoublement est un phénomène au cours duquel le sujet semble percevoir une certaine partie d’un certain environnement qu’il lui était impossible de percevoir à partir de l’endroit où son corps physique se trouvait à ce moment là. Le sujet, sachant qu’il ne rêve pas ou ne fantasme pas, semble être dans un état de conscience normal ( bien que sa raison lui dise que ce phénomène n’est pas de l’ordre du possible ) et sent qu’il dispose de toutes ses facultés critiques normales. » Pour Monroe, le dédoublement présente cinq caractéristiques essentielles :

    - c’est une expérience humaine universelle qui se produit à tous les endroits de la planète ;

    - c’est une expérience unique, apparemment vécue par accident : ainsi, elle se produit soit durant le sommeil sans qu’on sache ce qui l’a provoquée, soit au cours d’une maladie ( en général grave ), soit à l’occasion d’un choc émotionnel important ;

    - c’est une expérience profonde qui modifie de façon radicale les convictions de la personne qui l’a vécue ;

    - c’est une expérience extrêmement heureuse pour ceux qui l’ont connue ;

    - la description de ce qui est vécu en un lieu distant est en général correcte et plus précise que ne le laisserait supposer la coïncidence.

     <o:p></o:p>

    *** Récits incroyables de dédoublement ***

     

     

    <o:p></o:p>

     bilo09 

     

     

    De nombreux écrivains ont raconté leurs propres expériences en matière de voyage hors du corps : D. H. Lawrence, Aldous Huxley, Arthur Koestler, Emily Brontë, Guy de Maupassant, Jack London ou encore Ernest Hemingway.

     

    L’auteur de L’Adieu aux armes fut blessé, en juillet 1918 sur le front italien, par les éclats d’un obus qui lui criblèrent les jambes, et vécut à cette occasion une expérience de dédoublement : « Mon âme, ou quelque chose qui sortait de mon corps comme quand vous tirez un mouchoir de soie de votre poche, se déploya autour de moi, puis revint et réintégra mon corps, mais je n’étais pas mort. » Hemingway relate là une sortie hors du corps qui ressemble en de nombreux points à celles décrites par beaucoup de personnes. Une autre célébrité du XXe siècle connut également une expérience de dédoublement : il s’agit de Charles Lindbergh. Celle-ci survint au cours de son inoubliable traversée en solitaire de l’Atlantique de mai 1927, à bord du Spirit of Saint Louis. Il en était alors à sa vingt-deuxième heure de vol ( soit encore à onze heures trente de l’arrivée au Bourget ).

     

    A ce moment précis, Lindbergh était enveloppé d’un épais brouillard et commençait à ressentir les effets de la fatigue : « J’étais hors du temps et de la matière. Je sentis que je me séparais de mon corps tout comme j’imagine l’esprit se dégageant de notre forme corporelle. Je flottais dans le cockpit, à travers le fuselage, puis j’obliquais vers le haut, à l’extérieur de l’appareil, avant de prendre une forme qui, j’en avais conscience, ne ressemblait en rien à la forme humaine que j’avais laissée dans un avion volant à grande vitesse. Mais je restais lié à mon corps par un long câble si ténu qu’un simple souffle aurait pu le rompre. » Lindbergh a-t-il eu une véritable expérience de dédoublement ou bien a-t-il été victime d’une hallucination provenant de l’état d’extrême fatigue dans lequel il se trouvait ?

     

     

    bilo10

     

     Dans son livre Le Voyage hors du corps, Robert Monroe présente des statistiques effectuées à partir de cinq cent quatre-vingt-neuf expériences réalisées par lui-même en douze ans, soit une moyenne de près d’un dédoublement par semaine !

     

    Ainsi on apprend que :

     

    58 % des expériences furent faites la nuit ( contre 42 % le jour ) ;

    64 % lorsqu’il était préoccupé ;

    40 % par déclenchement délibéré de sa part ;

    67 % des symptômes qu’il a perçus furent une sensation de chaleur ;

    94 % des cas lui procurèrent une impression de mouvement.

    Et pour conclure ce chapitre, la fameuse affaire « Emilie Sagée » et les expériences menées par Paco Rabanne. Emilie Sagée est une française qui a défrayé la chronique en 1845 à Riga ( Lettonie ). Engagée comme professeur de français par un institut pour jeunes filles riches de la ville, elle fut très vite au centre de phénomènes paranormaux qu’elle ne contrôlait pas. Ses élèves disaient apercevoir une silhouette à ses côtés- comme un véritable double- à la seule différence que le double ne tenait pas de craie dans sa main ! Certaines jeunes filles révélèrent même qu’elles réussirent à traverser ce double avec leurs mains.

     

    Pourtant, Emilie Sagée ne voyait pas son double et ne se rendait compte de sa présence qu’en fonction du comportement agité de ses élèves et de l’intense fatigue qu’elle ressentait, comme si son double lui prenait de l’énergie. La peur finit par s’emparer des élèves au point qu’au bout de dix-huit mois, trente des quarante-deux élèves furent retirées de l’institut par leurs parents ! Devant cette hécatombe, préjudiciable à l’image de marque de son établissement, le directeur décida de licencier Emilie. Elle avoua alors que c’était la dix-neuvième fois qu’elle perdait son poste d’enseignante depuis qu’elle avait commencé son métier, seize ans auparavant. Depuis cet événement, on perdit définitivement sa trace.

     

    Le couturier Paco Rabanne, lui, commença très jeune- dès l’âge de sept ans- ses expériences parapsychologiques. En effet, étant insomniaque, il se réveillait toutes les nuits, se mettait à lire énormément et finissait par tomber dans une méditation créative au cours de laquelle il voyait se dérouler devant lui des images précises. C’étaient des instantanés de mondes inconnus, des paysages extraordinaires, des scènes se passant à des époques révolues. Une nuit, il se dit qu’il lui fallait arrêter le temps.

     

    « J’ai cherché et j’ai trouvé la technique pour arrêter le temps. Ecoutant mon cœur battre, je me mets à respirer exactement selon mon rythme cardiaque. Puis j’appuie fortement mes paupières sur mes yeux et je me sens alors partir. Brusquement, le temps se fige sur moi. Je me sens pris dans une chape de plomb. Des tonnes de matières figées m’écrasent le visage, me pèsent sur le corps et puis me voilà ensuite projeté à une vitesse colossale dans un long tube argenté. J’ai un peu peur. C’est beau et hallucinant à la fois comme de pénétrer dans un tableau de Bruegel. Puis, soudain, je me retrouve dans un monde étoilé, brillant, parfumé, lumineux. Je voyage hors de mon corps. Au début je ne m’éloignais guère de mon corps. J’avais trop peur. Mais après plusieurs « sorties », je fus maître du temps en parvenant à le contracter. Je pense que chacun de nous possède en lui cette faculté. C’est donc une de nos possibilités naturelles. Lorsque l’on a appris à sortir de son corps, à voyager dans l’espace, à jouer avec le temps, on peut ensuite retrouver toutes nos vies antérieures. »

     

    *** Les recherches des scientifiques *** 

     

     

     bilo11 

     

     

    L’étude du phénomène de dédoublement a, il faut le reconnaître, peu intéressé les scientifiques : ainsi, les savants soviétiques ou français n’ont jusqu’à présent rien fait paraître qui fasse autorité. Même les américains ont été longs à s’y mettre. Cependant, ces dernières années, différents résultats d’enquête ont été publiés concernant ce qu’outre Atlantique on appelle la NDE ( Near Death Experiment : « l’Expérience proche de la mort », qui fut le thème du film L’Expérience interdite sorti en 1990 et qui eut un énorme succès aux USA ). Par cette appellation de NDE, la médecine américaine désigne un coma profond au cours duquel les patients sont considérés comme morts cliniquement, c’est-à-dire qu’ils ont des tracés d’électro-encéphalogramme et d’électrocardiogramme entièrement plats. Or certains patients reviennent à la vie et décrivent des phénomènes étonnants. Parmi les enquêtes les plus connues, citons par exemple celle effectuée auprès de mille habitants de Charlottesville ( Virginie ) qui révéla que 14 % de la population de la ville affirmait avoir vécu une expérience de dédoublement. Bien sûr, il fut difficile aux enquêteurs de vérifier la véracité de ces affirmations. 

     

     

    bilo12

     

    En 1978, Dean Shiels, professeur à l’université du Wisconsin, étudia la croyance au dédoublement de soixante-dix cultures non occidentales. Résultat : 95 % croyaient à la réincarnation ! Une autre enquête, datant de 1982, faite par le psychiatre Fowler Jones de l’université du Kansas, auprès de 420 personnes choisies au hasard aux Etats-Unis, au Mexique et au Canada, indique que 339 d’entre elles ( soit près de 81 % ) affirment avoir voyagé au moins une fois en dehors de leur corps. Dans l’ensemble, les gens gardent un excellent souvenir de leur expérience et affirment que leur corps astral évolue librement dans le temps ( passé, présent ou futur ) ce qui permet même, parfois, d’infléchir le cours du destin.

     

    C’est ce qui arriva, paraît-il, à l’un des interviewés qui, en état de dédoublement, se retrouva dans une pièce où des collègues de bureau étaient en train d’organiser son assassinat ! revenu dans son corps physique, il se précipita chez l’un d’eux pour exiger des explications et obtint de lui des aveux complets ! Les conclusions de Fowler Jones restent prudentes : « Dans l’état actuel de nos travaux, tout ce que nous pouvons dire c’est que les gens ressentent cette expérience comme terriblement concrète et réelle. Le dénominateur commun à tous ces récits est que l’esprit se sépare radicalement du corps et se déplace de façon autonome, à quelques kilomètres ou à des centaines de kilomètres. »

     

    Le docteur Karlis Osis, auteur de Ce qu’ils ont vu au seuil de la mort, a fait de nombreuses expériences dont les plus connues furent celles effectuées avec un médium de l’Etat du Maine : Alex Tanous. Celui-ci devait essayer de se dédoubler de son corps physique afin d’identifier des objets placés dans une salle voisine. Les résultats communiqués, s’ils sont vrais et que tout a été contrôlé scientifiquement, sont étonnants : Alex Tanous obtint, sur 197 épreuves, 114 identifications exactes soit un taux de réussite de près de 58 % !

     

     

    bilo13

     

    Les travaux les plus poussés actuellement aux Etats-Unis sont l’œuvre de Kenneth Ring, psychologue dans le Connecticut et de Raymond Moody, docteur en philosophie. Kenneth Ring fit, au cours des années 80, de nombreuses enquêtes à but statistique. Ainsi, il constata que 48 % des personnes ayant failli mourir avaient expérimenté le dédoublement. De plus, les circonstances de la mort ou les croyances religieuses n’avaient aucune incidence sur le contenu même de l’expérience. Pour Ring, « L’être de lumière est une projection de notre être intérieur. C’est une sorte d’aspect de Dieu ou du Créateur ou encore de l’entité, selon le terme qui convient à chacun. Ce qui se passe pendant un dédoublement n’est pas inhérent à la mort ou à la transition entre vie et mort. Cela ressemble aux expériences mystiques connues en Inde. Peut-être cet état est-il destiné à libérer le potentiel spirituel de l’individu, potentiel jusque-là inhibé»

     

    *** Les 11 étapes d'une EMI selon Moody ***

     

     

     bilo14 

     

     

    Raymond Moody a consigné ses travaux dans son livre La Vie après la vie. Il recueillit cent cinquante témoignages de personnes étant revenues à la vie après une mort clinique, un accident de la route ou une maladie grave. Il appela cette situation : l’état de mort imminente. En analysant ces cent cinquante cas, Moody se rendit compte que onze éléments caractéristiques étaient communs à chacun de ces cas. Dans sa terminologie, ce sont : l’insolite, l’audition du verdict, le sentiment de sérénité, le bruit, le tunnel obscur, l’abandon du corps, la rencontre avec les autres, l’être de lumière, le défilé de la vie, la frontière et le retour. Voyons plus précisément chacun de ces éléments.

     

     

    L’insolite : les rescapés de la mort ont beaucoup de mal à dé

    crire, en termes clairs et simples, le monde dans lequel ils entrent. « Le monde dans lequel nous vivons est tridimensionnel alors que l’autre ne l’est pas. C’est pourquoi je ne peux pas en donner une image vraie. »

     

    L’audition du verdict : la plupart des dédoublés assurent avoir entendu les personnes autour d’elles- médecins ou simples passants- les déclarer morts. Cependant ils sont incapables de bouger ou de parler pour infirmer le diagnostic erroné qui les concerne. « Ils ont dit que j’étais morte or je savais que c’était faux. J’ai essayé de les prévenir mais je n’ai pas pu. »

     

    Le sentiment de sérénité : dans la situation de mort imminente, les gens qui souffrent ne perçoivent plus de douleur mais au contraire des sensations agréables. « Ce jour-là le froid était vif et pourtant je sentais une douce chaleur m’envahir ainsi que le plus grand bien-être que j’aie jamais éprouvé. »

     

    Le bruit : les dédoublés n’entendent plus les bruits environnants mais des sons inhabituels comme de la musique très belle ou à l’inverse des bourdonnements insupportables. « J’ai commencé à entendre comme une musique, oui, une musique majestueuse. »

     

    Le tunnel obscur : beaucoup de sujets se sentent comme aspirés dans un tunnel obscur, une caverne, une vallée, un puits ou un espace tubulaire. « Je m’en allais à toute vitesse dans ce grand vide tout noir. J’avais l’impression d’être dans un de ces petits trains de fête foraine en traversant ce tunnel à une allure folle. »

     

    L’abandon du corps : à l’issue de la traversée du tunnel, les sujets ressentent alors un phénomène de décorporation, c’est-à-dire de dédoublement entre leur corps physique et leur corps astral. « Je me sentis sortir de mon corps puis j’ai commencé à monter et, ainsi, en m’élevant dans l’air, j’ai vu d’autres infirmières entrer en courant dans la chambre. Je continuai à monter jusqu’au plafond puis je m’arrêtai. Je flottais juste au-dessous du plafond, le regard tourné vers le bas. »

     

    La rencontre avec les autres : les personnes qui approchent de la mort semblent alors rencontrer des parents, des amis ou des entités spirituelles qui veulent faciliter leur passage vers la mort. « J’ai vu une foule de gens qui planaient à hauteur du plafond de ma chambre : c’étaient des personnes que j’avais connues autrefois mais qui étaient mortes aujourd’hui. Je me disais qu’elles étaient venues pour me protéger ou me guider. »

     

    L’être de lumière : cette rencontre est certainement l’élément le plus important. La lumière est d’abord pâle puis elle augmente d’intensité pour devenir éclatante sans éblouir le sujet. Cet être de lumière semble donner amour et chaleur et son identification est liée à la croyance religieuse de l’individu ( le Christ pour un chrétien, un ange pour un israélite, etc. ). « C’était une lumière étonnamment intense qui semblait me demander si j’étais prêt à mourir. Cette lumière avait une voix ! Dès que la lumière m’a parlé, je me suis senti vraiment bien, protégé et aimé. »

     

    Le défilé de sa vie : la plupart des dédoublés voient défiler en accéléré- comme dans un film- les séquences importantes de leur vie. « Dès qu’il m’est apparu, l’être de lumière m’a demandé ce que j’avais fait de ma vie. Aussitôt les retours en arrière ont commencé : j’étais à nouveau une enfant et à partir de là, il m’a semblé avancer depuis le début de ma vie. »

     

    La frontière : certaines personnes ont aperçu comme une frontière, une limite, une porte, une barrière ou une brume grise symbolisant la ligne de séparation entre la vie et la mort. « La lumière blanche m’a demandé si je voulais mourir. Ne sachant quoi répondre, elle me dit : Franchis cette ligne et tu sauras ! »

     

    Le retour : tous ceux qui témoignent de leur voyage aux portes de la mort en sont bien sûr revenus sinon ils ne pourraient pas en parler. Cependant, certains luttent pour ne pas revenir dans leur corps physique et tentent de rester près de l’être de lumière.

     

    « J’aurais voulu rester dans le monde des esprits mais je me sentis obligée de reprendre ma place sur terre afin de terminer d’élever mes enfants. »

     

    *** Essai du phénomène de dédoublement *** 

     

     

     bilo15 

     

    Avant de passer à l’étude des différentes techniques de dédoublement, essayons de comprendre de quoi peut être fait ce phénomène. D’abord, dans chaque cas de dédoublement, on se trouve en présence d’un sujet qui éprouve l’impression d’être véritablement sorti de son corps et de s’être trouvé à l’endroit qu’il a décrit : cependant, on constate que le sujet a beaucoup de difficultés à prouver que les perceptions qu’il a eues, au cours de son expérience, étaient bien réelles. 

     

    Alors, de quoi s’agit-il exactement ? S’agit-il d’une illusion des sens se manifestant par une sorte d’exaltation des facultés sensorielles ? Ou bien est-ce une projection dans le monde extérieur de la conscience du sujet, son corps physique continuant d’avoir des fonctions normales ? Ou enfin s’agit-il d’un véritable « double » sortant du corps physique du sujet, ce dernier entrant alors dans une léthargie présentant les signes apparents de la mort ?

     

     

    *** Comment parvenir à vous dédoubler ? *** 

     

     

    bilo16

     

     

    Nous avons vu précédemment qu’à l’heure actuelle personne n’a encore su donner d’explication scientifique du phénomène de dédoublement. Même Robert Monroe, qui pratiquait un dédoublement par semaine en moyenne ( ! ), réussissait à en provoquer délibérément 40 % seulement alors qu’il était tout particulièrement entraîné ! Il faut donc que vous sachiez qu’il est difficile de connaître cet état fantastique décrit par ceux qui l’ont vécu. Cependant, je ne résiste pas au plaisir de vous indiquer la méthode pratiquée par deux spécialistes de cet « art » que sont l’américain Robert Monroe et le français Raymond Réant.

     

    *** Les sept règles de Robert Monroe *** 

     

     

    bilo17

     

     

    Avant d’étudier la technique de dédoublement de Robert Monroe, je pense qu’il est intéressant de connaître la façon dont celui-ci s’était rendu compte, pour la première fois, de l’existence de ce phénomène. C’était au printemps 1958, un dimanche après-midi. Monroe était allongé sur un canapé et écoutait une cassette audio dont le texte avait pour objectif de créer le meilleur état possible de relaxation. On peut dire que c’était une sorte de cassette d’auto-hypnose. Après avoir écouté la cassette jusqu’à la fin, Monroe rejoignit sa famille pour dîner.

     

    Une heure plus tard environ, il fut saisi, dit-il, « d’une crampe sévère, dure comme du fer, qui s’étendait à travers mon diaphragme ou plexus solaire, région située juste au-dessous de la cage thoracique. C’était une douleur aiguë. Il me vint à l’esprit qu’il était possible qu’un facteur quelconque de l’enregistrement l’ait provoquée. Je cherchai en vain à découvrir quelle suggestion inconsciente aurait pu entrer en jeu. »

     

    Robert Monroe  ne put jamais déterminer quel passage exact de la cassette le mit dans cet état mais ce fut, pour lui, le début d’une aventure fascinante. Après de nombreuses années d’expérimentation personnelle, il édicta sept règles pour réussir un voyage astral. Lisez-les attentivement puis essayez de les appliquer.

     

    Règle n°1 : la préparation

     

    Allongez-vous sur un canapé ou un lit. Tête au nord, si possible. Faites l’obscurité et veillez à ne pas être dérangé. Vérifiez que vos vêtements sont amples et ne vous serrent pas.

     

    Règle n°2 : la concentration

     

     

    Relaxez-vous mentalement et physiquement. Fermez les yeux et respirez avec régularité, la bouche légèrement entrouverte.

     

    Règle n°3 : la relaxation

     

     

    Vous allez maintenant glisser vers le sommeil en vous concentrant sur une seule image. Lorsque vous arrivez à la frontière entre la veille et le sommeil, approfondissez votre relaxation en vous concentrant sur le noir situé derrière vos paupières.

     

    Règle n°4 : l’état vibratoire

     

    Vous êtes maintenant bien relaxé. Concentrez-vous alors sur un autre point, situé à 30 centimètres de votre front. Efforcez-vous d’éloigner ce point progressivement au-dessus de vous, puis imaginez le plan, parallèle à votre corps, qui contient ce point. Concentrez-vous alors sur ce plan, en imaginant les vibrations que pourrait émettre ce plan. Essayez de les faire descendre dans votre tête.

     

    Règle n°5 : le départ

     

     

    Dès que vous ressentez les vibrations, contrôlez-les en les guidant consciemment à travers votre corps, de la tête aux pieds et inversement. Quand vous aurez réussi à provoquer ces ondes vibratoires, vous serez prêt à tenter la séparation d’avec votre corps.

     

    Règle n°6 : la séparation

     

     

    Vous allez maintenant quitter votre corps : pour cela, concentrez-vous en pensant fortement combien il serait agréable de flotter dans l’air. Fixez-vous sur ces pensées et votre forme astrale devrait alors commencer à s’élever.

     

    Règle n°7 : le retour

     

     

    Pour revenir à votre corps physique, concentrez-vous sur la réunion de vos deux corps : le corps mental que vous souhaitez quitter et le corps physique que vous voulez retrouver.

     

    *** La méthode de Raymond Réant ***

     

    bilo18  

     

     

    Pour faire des expériences de dédoublement, Raymond Réant recommande de choisir un moment favorable et de ne rien tenter pendant les heures de digestion. Il préconise aussi de procéder à des soins corporels ( prendre un bon bain par exemple ) et de ne pas effectuer une expérience dans une pièce trop éclairée. De plus, à n’importe quel moment de l’expérience, il recommande d’arrêter immédiatement si vous ressentez une sensation de malaise, d’engourdissement, de trouble cardiaque ou de gêne respiratoire.

     

     

    Sa méthode comprend deux phases : le départ et la séparation.

     

     

     

     hypnspin

      

     

    Phase n°1 : le départ

     

    Etendez-vous sur votre lit et relaxez-vous pendant 2 à 3 minutes. Ensuite, quand l’état de relaxation recherché est atteint, concentrez votre volonté, en fermant les yeux, sur le lieu où vous désirez vous rendre. Concentrez-vous par exemple sur un point situé à 10 centimètres du troisième œil des Orientaux ( rappelons qu’il se trouve à la racine du nez entre les deux sourcils ). Dès que vous avez bien visualisé ce point, imaginez-vous en train de léviter à 10 centimètres sous le plafond de la pièce où vous réalisez cette expérience. Visualisez ce plafond comme si vous étiez réellement en l’air.

     

    Concentrez-vous sur cette situation puis faites le chemin inverse en imaginant que vous redescendez vous placer à 10 centimètres de votre corps physique. Vivez attentivement cette sensation puis replacez normalement votre corps astral dans votre corps physique. Ouvrez ensuite les yeux.

     

    Répétez cet exercice plusieurs jours de suite avant de passer à la phase n°2.

     

     Phase n°2 : la séparation

     

    Cela consiste à vous rendre réellement dans un endroit choisi. Après vous être étendu sur votre lit, concentrez votre volonté sur le lieu où vous voulez vous rendre. Sentez-vous sortir de votre corps physique et flotter au-dessus de celui-ci, jusqu’au moment où vous aurez une sensation de chute. Cette sensation est le signal que le dédoublement est en train de s’effectuer. Si, à ce moment précis, vous ressentez une sensation très désagréable, presque indéfinissable, vous envahir, votre cœur s’accélérer sous l’effet de la peur de mourir, arrêtez alors l’exercice.

     

    Recommencez les jours suivants jusqu’à ce que vous ressentiez cette sensation de chute sans éprouver d’angoisse. Laissez-vous alors aller. Vous vous sentirez comme emprisonné dans un tube très long au bout duquel vous verrez une éblouissante lumière jaillir des ténèbres dans lesquelles vous vous trouvez. Puis vous vous sentirez sortir de votre corps dans un bruissement soyeux. Vous aurez le sentiment de vous diriger vers cette lumière. Vous éprouverez ensuite une sorte de décompression suivie d’une agréable sensation de légèreté. Vous vous trouverez alors hors de votre corps physique. Votre « double » pourra l’observer.

     

    Vous vous sentirez alors attiré par un cordon lumineux ( appelé « cordon d’argent » ou « cordon de saint Paul » qui vous aura suivi pendant tout votre voyage et aura relié en permanence votre corps physique à votre corps astral. Quand vous souhaiterez retourner dans votre corps physique, il vous suffira d’exprimer le désir que votre « double » revienne à son point de départ. Vous serez alors absorbé par votre corps physique et vous aurez une sensation désagréable comme si vous entriez dans une substance gluante. Bien entendu, il sera nécessaire de recommencer cet exercice tant qu’il ne sera pas réussi.

     

     

    Cet article est tiré du livre de Jacques Mandorla

     

    « Le livre de vos énergies » Edition du Rocher

     


     

    Bibliographie de Raymond Réant :

    - Pratiquez la parapsychologie

    - Parapsychologie pratique pour tous

    - La parapsychologie et l’invisible

    * Aux Editions du Rocher *

     

    Quelques livres sur le sujet du dédoublement :

     

    ATWATER Phyllis - Retour de l’après-vie<o:p></o:p>

    BARBARIN Georges L’après-mort<o:p></o:p>

    BOURGINE Jérôme Le Voyage astral<o:p></o:p>

    MONROE Robert Le Voyage hors du corps<o:p></o:p>

    MOODY Raymond La Vie après la vie & La Lumière de l’au-delà<o:p></o:p>

    WILSON Ian Expériences vécues de la survie après la mort<o:p></o:p>

    RENARD Hélène L’après-vie<o:p></o:p>

    MANDORLA Jacques ABC du magnétisme, de l’hypnose, <o:p></o:p>

    de la radiésthésie, et Le Guide des guérisseurs

     

     

     

    orbwithlightning

     

    http://www.alexandra-david-neel.org/francais/accf.htm

    http://www.outre-vie.com/contacter/inconscient/bilocation.htm

    http://www.cmalain.com/voyastral01.htm

    http://perso.orange.fr/ouestsante/Soeur%20Yvonne.htm

     Aura2

     

     

    La taverne de l’étrange- 23 novembre 2006

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_mixtonio
    Jeudi 23 Novembre 2006 à 21:58
    un sujet super int?ssant... bravo ?oi !
    2
    visiteur_OBERSONN
    Jeudi 23 Novembre 2006 à 22:51
    Bonjour ?ous et toutes, comment ?va ?. Moi, je sors de mon corps chaque fois que je suis hors de moi..(un brin d'humour ne fait jamais de mal). A bient?M.O.
    3
    bodedio
    Dimanche 28 Octobre 2012 à 02:57

    merci
    4
    lu
    Mercredi 30 Novembre 2016 à 17:37
    Bonjour,alors moi j'arrive il me semble facilement à me séparer de mon corps,je flotte pendant que mon corps est détendu,endormi, entre autres phénomènes étranges.je poursuis mes recherches pour savoir qui je suis.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :