•   

    Un article publié le 29 mars par Z.Royer, sur le site anglophone ''Apparently Apparel'' fait l'effet d'une bombe !
     
     
    Le triangle des Bermudes abriteraient des structures pyramidales de verre !
     
     
    Des pyramides sous-marines auraient été découvertes à une profondeur de deux mille mètres, elles auraient été identifiées à l'aide d'un sonar, selon l'océanographe Dr Verlag.
     
    Royer rappelle que des scientifiques américains et français ont récemment exploré les fonds marins du Triangle des Bermudes et auraient  trouvé une pyramide dont la base mesure  300 mètres, et dont la hauteur serait de 200 mètres de hauteur.
     
    Cette structure serait faite de verre ou de cristal !
     
    Interrogations et hypothèses
     
    L'auteur s'interroge sur l'origine de cette structure ( a-t-elle été construite sur des terres ravagées par un cataclysme et donc engloutie? ) et sur l'authenticité de la découverte (s'agit-il d'un hoax élaboré?)
     
    Si cette découverte est vraie, elle viendrait apporter des arguments en faveur de ceux qui situent l’Atlantide au fond de l’Océan Atlantique.
     
    Le prophète Edgar Cayce était un fervent défenseur de cette légende, il situait l’Atlantide près de l’île de Bimini, dans les Bermudes.
     
     
    *  
     

    1 commentaire
  •  

    jack froese
     
    Jack Froese, à droite, et son ami Gary Hart
     
     
    L'histoire qui va suivre a défrayé la chronique, ces dernières semaines, outre-Atlantique...
     
    Jack Froese était âgé de 32 ans : il  est décédé en Juin 2011, subitement, d'une arythmie cardiaque, laissant derrière lui parents, proches et amis en deuil.
     
    Cinq mois après sa mort, un étrange phénomène se produisit ! Sans qu'une explication rationnelle n'ait pu être avancée...
     
    Des emails venus de nulle part
     
    Le résident de Dunmore est décédé, enterré et son entourage commence à faire son deuil, quand mystérieusement, son compte courriel génère plusieurs messages à destination de ses amis et de sa famille - des messages qui portaient sur des sujets que seul le destinataire et le défunt connaissaient (ils mentionnaient des conversations privées qu'ils avaient eues avec lui juste avant sa mort). C'est ainsi que cinq mois après sa mort, certains de ceux qui furent très proches de lui ont commencé à recevoir des emails absolument déstabilisants...
     
    La mère de Jack, et sa sœur, n'ont pas d'explication sur la façon dont les e-mails ont été envoyés. Elles ignorent si quelqu'un d'autre que Jack les a envoyés et, elles ne veulent pas savoir.
     
    Des messages personnalisés
     
    Ce qui est intéressant et unique au sujet de cette affaire est que les courriels avaient tous une touche personnelle. Son cousin avait reçu un courriel posthume de Froese, lui disant de faire soigner cette vilaine blessure à la cheville.... accident qui eut lieu après la mort de son cousin.
     
    Certes, il y a eu plusieurs cas signalés de courriels envoyés à partir du compte d'une personne décédée, mais les enquêteurs sont facilement remonté à ceux qui ont accédé aux informations du défunt. Signalons que Facebook a eu des problèmes assez semblables depuis plusieurs années : des notifications automatiques encourageaient les utilisateurs à se «reconnecter» à des comptes d'utilisateurs ayant perdu la vie. Certains sites proposent des services pour ceux qui souhaitent envoyer des courriels d'outre-tombe; ces options vous permettent d'écrire les e-mail qui seront envoyé à un groupe de destinataires présélectionnés , et ce, après votre décès.
     
    Jack Froese n'avait pas souscrit à ce type de sites... Selon la famille, personne n'avait son mot de passe de compte et rien n'indique qu'il ait été piraté...
     
     
    Pour l'instant, la source des courriels demeure un mystère...
     
    *
     
    logosite  
     
    Pin It

    1 commentaire
  •  

     
    C'est sans aucun doute l'un des lieux les plus énigmatiques d'Europe.
     
    Le château de Houska est de style gothique; il est situé à 50 km au nord de Prague, la capitale de la superbe et fantastique République tchèque, sur une colline boisée, perchée sur le bord d'une falaise de calcaire, le château de Houska a acquis depuis des siècles une notoriété certaine.
    Moult questions se posent à son sujet, sans réponses convaincantes : pourquoi les locaux ont toujours évité le château et ses environs ? Pourquoi y a-t-il un si grand nombre d'oiseaux morts ? Pourquoi a-t-on construit ce château sur un site historiquement couvert de bois impénétrables, sans frontières à proximité, sans routes commerciales ? Même pas propices à la chasse ??
    Pourquoi le Château de Houska a-t-il été occupé par les SS et l'occulte influence nazie pendant la Seconde Guerre mondiale alors que son emplacement était absolument sans valeur stratégique ?
     
    Magnifique château gothique
     
    C'est sans aucun doute l'un des châteaux les mieux conservés de l'époque. Mais ce sont ses caractéristiques qui font que ce château sort vraiment de l'ordinaire.
     
    Un endroit mystérieux, un château caché, entouré de montagnes et de forêts, construit selon les canons de l'architecture gothique, entre 1253 et 1278 sous le règne d'Ottokar II de Bohême.
    Le château de Houska a été construit au-dessus d' un puits que l'on dit sans fond... et qui serait également l'une des portes principales de l'enfer. De nombreux chercheurs ont effectivement essayé de trouver le fond de ce puits, en vain !
     
    Un des spécificités du château de Houska réside dans sa structure : la plupart de ses défenses n'ont pas été tournées vers l'extérieur, mais ont été construites vers l'intérieur ! Le château n'aurait donc pas été construit pour garder un ennemi extérieur, mais plutôt pour se préserver de quelque chose à l'intérieur... Les murs qui entourent la chapelle sont couverts de peinture de dragons et sont toujours suintants, chauds,lugubres : il y a eu d'ailleurs des témoignages relatifs à des phénomènes démoniaques au sein même de la chapelle, des cris et des gémissements venant de l'abîme ont, par exemple, été perçus, ce qui explique pourquoi ce château est considéré comme étant une... porte vers l'enfer.
     
    Vers l'enfer ! ?
     
    Les légendes entourant le site du Château de Houska sont plus vieilles que le château lui-même.
    Il y a des preuves archéologiques d'habitation celtique dans ce domaine datant de l'antiquité: des tribus slaves s'y seraient installées très tôt. Et les légendes ont émergé très rapidement, en particulier l'histoire d'une fissure étrange dans le haut de la falaise de calcaire, un trou dans le sol incroyablement profond, que les villageois ont rapidement appelé " trou de l'enfer", d'où d'étranges créatures, mi-animal et mi-homme, sortiraient...
     
    Quand le château a été construit, la fissure dans la roche calcaire a été recouverte de plaques de pierre épaisses et la chapelle du château aurait été construite au-dessus de celui-ci afin de sceller le trou de l'enfer. Des fresques murales, qui remontent aux années 1400, décrivent l'archange Michael dans deux scènes : celle où il se bat contre un dragon, un symbole du mal, et dans l'autre, il une épée dans une main et une échelle dans l'autre... En 1836, au cours d'une visite, le poète tchèque Karel Hynek Mácha a passé des nuits troubles, hanté par des visions terribles : il voyait son âme descendre dans la fosse, puis être transportée dans un avenir infernal mécanisé, où il errait dans l'horreur et le désespoir. Parmi ses autres expériences troublantes, il a écrit sa rencontre avec une jeune femme qui lui aurait montré des images animées dans un cercueil,dans l'obscurité, il marchait au milieu de hautes falaises de grès criblées de trous par les bombes allemandes...
     
    Entre 1938 et 1944,les SS allemands ont occupé le château de Houska et ont détruit tous les dossiers et toutes les preuves de leurs activités lorsque les forces allemandes se sont retirées de la Bohême au moment de la progression des armées alliées. Le château n'a aucune importance stratégique et l'on soupçonne que les nazis aient considéré que Houska faisait partie des armes surnaturelles à utiliser contre les Alliés. Beaucoup d'autres personnes qui ont passé la nuit dans le château ont des histoires édifiantes à raconter. Houska est aujourd'hui un lieu de rencontre pour les experts de l'occulte, des ovnis, et des phénomènes paranormaux de toutes sortes et accueille de nombreuses conférences et événements.
     
    Il faut visiter ce lieu pour en ressentir les vibrations...
     
    *
     
     
    Pin It

    1 commentaire
  •  

     
    Mars Reconnaissance Orbiter, la sonde spatiale des USA qui orbite autour de Mars depuis près de six ans, nous permet d'améliorer notre compréhension de la planète qui alimente les fantasmes.
     
     
    Des milliers de clichés ont été pris; un nombre impressionnant de données, en particulier sur sa surface - nous a été transmis. Parmi ces informations se glissent ce que beaucoup considèrent comme des révélations. Depuis début Mars 2012, une photo prise par la sonde fait sensation sur le Web...
     
    Un ver extraterrestre ? 
     
    On y voit ce qui semble être une créature extraterrestre de type " ver " se déplaçant à la surface martienne. Il s'agit de l'une des centaines d'anomalies observées sur la surface de la Planète Rouge, mais celle-ci est particulièrement frappante.
    Est-ce une preuve de l'existence d'une forme de vie extraterrestre ?
    Les cinéphiles se souviendront de Dune, film de David Lynch (adapté du roman de Frank Herbert) et de ses terribles vers des sables, ou de la série de films Tremors et de ses Graboides anthropophages.
     
     
    Ce n'est la première fois que Orbiter révèle des images étranges ou insolites.
     
    *
     
    Pin It

    4 commentaires
  •   

    CES ETRANGES CRÂNES DE CRISTAL…

     

    Quel piège à lumière que ces crânes en cristal de roche, même s’ils ne sont peut-être pas tous venus du fond des âges et de l’ancienne capitale des Aztèques, selon la controverse actuelle ! Quel regard magnétique, et, de toute façon, quelle fabrication énigmatique ! Quel mystère, dont le moindre n’est pas le trou qui les transperce de part en part ! Les propriétés optiques du crâne de cristal étonnent. Une partie du palais joue le rôle de prisme. Lorsqu’une source lumineuse est placée sous le crâne, le prisme projette la lumière vers le haut et à travers les yeux.

     

    crane01

    Ne vient-on pas du monde entier pour les contempler, même s’il peut s’agir de faux, exposés dans les musées qui les ont achetés ? Du coup, on les scrute au microscope électronique. On les bombarde de particules élémentaires. Alors vont-ils livrer tous leurs secrets ? Y aura-t-il de quoi encore « crâner » ? Quels qu’en soient les résultats, qui seront définitifs, leur histoire reste fabuleuse, à tel point que trois d’entre eux sont exposés dans trois grands musées internationaux. Et, ce, même s’il pourrait s’agir d’artefacts post-colombiens !

    Rappelons que le cristal de quartz utilisé dans nos ordinateurs stocke toutes les informations dans une puce minuscule en cristal de silicium. Ainsi, cette puce utilise les propriétés uniques du cristal. Autrement dit, le cristal de quartz est à la pointe du progrès scientifique. On peut se poser la question de savoir pourquoi ces crânes ont été précisément façonnés dans ce type de quartz ? D’ailleurs n’est-ce pas l’occasion de signaler que la puce RFID (Radio Frequency Digital) reproduit en miniature le labyrinthe de la cathédrale d’Amiens, comme si la puce de l’antivol actuel détectait le voleur ainsi enfermé dans un labyrinthe ?

    crane02

    Cathédrale d’Amiens- le labyrinthe (photo A. S. Flament).

    Le Dr. John Pohl, spécialiste des civilisations méso-américaines à l’Université de Los Angeles semble penser que les descendants actuels des anciens Maya connaissaient les caractéristiques du quartz actuel : « Ils le comparent à une sorte d’antique poste de radio de télévision ou à un ordinateur, un appareil pour communiquer entre les mondes, une sorte de passage donnant sur d’autres dimensions, un moyen de communication avec le monde des esprits et des ancêtres ». Après tout, un « circuit intégré » assure la fonction mémoire de l’ordinateur. Un crâne de cristal peut, en théorie, stocker l’information. En d’autres termes, un morceau de dioxyde de silicium piézo-électrique d’origine naturel a des capacités de stocker de l’information comme une puce de cristal de silicium. Aucun scientifique n’est cependant parvenu à imaginer un moyen d’introduire des informations dans un morceau de quartz pur et de les récupérer ensuite. Rappelons par ailleurs qu’à l’époque des anciens Egyptiens, la célèbre croix de vie Ankh signifierait d’après certains, Anode, Neutre, Cathode ! Et il s’agirait alors de télépsychie.

    crane03

    Calendrier Maya

    Chez les Mayas et les Aztèques, une très vieille légende affirmait que le monde avait été détruit quatre fois et que nous vivions actuellement sous le cinquième soleil. La prédiction affirme que le cinquième monde arrivera par un tremblement de terre. Cela pourrait être dû à une possible inversion du champ magnétique terrestre. Alors toute vie devrait-elle disparaître ? Bien sûr que non ! Mais l’on peut s’attendre à des changements qui d’ailleurs se sont déjà manifestés sur Terre, lors d’inversions des pôles dont certains fossiles en sont la preuve. Or, le début du calendrier Maya se situe au 13 août 3114 avant J.-C., et il est dit que sa fin surviendra le 21 décembre 2012. Ce calendrier était relié à Vénus. D’ailleurs, les scribes Mayas qui ont laissé des codex (manuscrits) étaient considérés comme de fameux astronomes, surtout en ce qui concerne les éclipses solaires. On peut se demander par quel miracle les Mayas purent-ils découvrir les phases synodiques de la planète Vénus, ainsi que la durée exacte de l’année solaire (365,242 jours) !

    D’après la légende, quand les gens habitaient sur douze planètes, ils laissèrent treize crânes de cristal aux habitants de la Terre. Les Atlantes les remirent aux Mayas. Si on arrivait à les réunir, ces crânes pourraient receler des informations sur nos origines et nous révéler comment éviter de futures catastrophes. Nos prédécesseurs pourraient les avoir fait parler en faisant mouvoir leurs mâchoires. Certains supposent qu’il s’agissait d’ordinateurs puissants comme on l’a évoqué. Or, les résultats de multiples examens sur ces crânes sont étonnants. Par exemple, les recherches sur le fameux crâne d’Anna Mitchell-Hedges, réalisées par les laboratoires d’Hewlett Packard, peuvent se résumer ainsi : « Nos scientifiques ne peuvent expliquer comment ces crânes ont pu être sculptés dans les temps anciens, sans les instruments et outils d’aujourd’hui ». Selon les experts de la société, il aurait fallu au moins un an, avec les instruments de notre époque pour réaliser le crâne d’Anna Mitchell-Hedges.

    crane04

    Anna Mitchell-Hedges (1907-2007). Anna et son père en 1924.

    Ainsi, répondre à toutes ces questions créditerait l’authenticité de la légende. Avant de tenter des éléments de réponse à cette interrogation pour le moins mystérieuse, les Sumériens proclamaient notre système composé d’un Soleil et de onze planètes, dont nous avons connaissance aujourd’hui, il existait un douzième membre de notre système solaire : la planète des Néphilims. L’auteur Zecharia Sitchin l’appelle désormais la Douzième Planète. Alors, lorsque cette planète (dont il est écrit qu’elle est à l’origine de l’humanité sur Terre) annoncée par les astronomes paraîtra dans le Ciel, mieux vaudra savoir ce qu’en disaient les Anciens ! Certes, il faut mentionner que le commerce des crânes de cristal avait commencé dès la fin du XIXème siècle, et que plusieurs d’entre eux étaient des copies. Mais il faut reconnaître que voir un crâne de cristal à travers une lumière brillante est assez impressionnant, quelles que soient vos considérations sur son origine. La plupart des personnes qui l’ont vu affirment avoir été impressionnés. Selon les Mayas, si les rites devaient un jour être oubliés, l’ordre cosmique serait rompu et le soleil, qui, tous les soirs, disparaît dans l’inframonde, ne pourrait renaître. Chaque fin de période, qu’il s’agisse du jour, du mois, de l’année ou d’un siècle, remet en péril toute la création.

    crane05

    Zecharia Sitchin (1922-2010).

    Et pour ne pas se tromper, on observe les étoiles et les astres. La date de l’an 3114 déjà évoqué figure sur des stèles dans les cités les plus anciennes de l’ère Maya. S’agit-il alors d’un cataclysme, d’un déluge, d’une éclipse ? On l’ignore. Toujours est-il que les Mayas combinent deux calendriers : le premier de 260 jours, qui est religieux, et le second qui s’étend sur 360 jours, soit dix-huit mois de vingt jours chacun. Ce qui ne fit aucune autre civilisation au dire des experts. Grâce à un système arithmétique abouti (les Mayas ont inventé le zéro, leur permettant de jongler avec des nombres infinis), les prêtres chamanes prédisent ainsi les possibilités d’éclipses sur des milliers d’années.

    D’après l’anthropologue Carlos Barrios, né au Guatemala, l’alignement de toutes les planètes est prévu le 21 décembre 2012. Les dates du dernier cycle d’existence pour nos civilisations correspondent pour le début au 12 août 3114 av. J.-C. et au 21 décembre 2012 pour la fin. Ce calendrier qui a attiré l’attention depuis 1987 est basé sur le cycle des Pléiades. Selon Barrios : « Ce sera le démarrage d’une nouvelle ère résultant du réalignement de l’axe polaire avec le centre de notre galaxie ». Autrement dit, la date qui correspondant au solstice d’hiver de l’année 2012 n’indique pas la fin du monde, mais la fin d’une ère calendaire. S’il s’agit donc d’une finalité, ce n’est pas pour autant la fin !

    crane06

    Revenons à la controverse actuelle. Celle-ci peut se résumer ainsi : « L’histoire de Mitchell-Hedges est impossible à prouver et contredit tout ce que nous savons. » d’après le professeur Norman Hammond de l’université de Cambridge et spécialiste de l’histoire Maya. Cependant, le Dr. Adrien Digby du British Museum à Londres avait rédigé, un rapport, en 1932, concluant à l’authenticité du crâne de cristal examiné alors. Le professeur Ian Freestone, de l’Université du Pays de Galles, à Cardiff, a examiné le crâne et croit  maintenant qu’il a été taillé et poli avec un instrument à roue. Or, les Aztèques n’ont jamais utilisé la roue. Mais ce professeur a déclaré qu’en dépit de fortes preuves indirectes suggérant une origine européenne du XIXème siècle, cela ne constituerait pas une preuve irréfutable. C’est depuis les années 1950 que le débat sur la véritable origine des crânes de cristal fait rage depuis qu’un examen a soulevé la question qu’ils auraient pu être conçus à l’aide d’un instrument rotatif. Même les meilleurs ateliers lapidaires d’Europe n’ont pas connaissance de tels objets ! Tout ce qui est connu actuellement sur le travail lapidaire indique que les crânes auraient du se briser après avoir été taillés.

    C’est en 1927, dans le Honduras (actuel Belize) que des archéologues entreprennent des fouilles à Lubaatun. Le crâne découvert ne porte pas de traces d’usinage ; il est impossible de dater sa fabrication, d’autant que le cristal ne vieillit pas ! Un tel objet fabriqué de nos jours serait hors de prix. Cela aurait pris 1600 ans avec des journées de travail de douze heures ! D’après l’enquêteur Joe Nickel, Mitchell-Hedges aurait acheté aux enchères de Sotheby, en 1943 (pour 400 UKP) ce crâne de cristal…

    crane07

    L’une des ruines du site à Lubaatun, Belize.

    Pourtant les partisans de l’authenticité citent toujours le cas du Crâne du destin (tel est son nom), trouvé comme nous l’avons dit à Lubaatun et dont le site avait été repéré en 1924 par Frederick A. Mitchell-Hedges. D’ailleurs en 1926, sa fille adoptive, alors âgée de sept ans, prétendait avoir mis la main sur ce crâne de cristal translucide en haut d’une pyramide Maya. Taillé dans du quartz transparent, composé de deux parties articulées, le crâne semblerait disposer d’un système interne élaboré de lentilles et de prismes qui permettraient à la lumière de se réfléchir et de se réfracter, lorsqu’elle passe au travers. Pourtant à l’état naturel, le cristal de quartz ne présente pas de telles propriétés. Et aucun sculpteur contemporain n’a pu reproduire l’étrange phénomène constaté sur la pièce originale. Ainsi les exemplaires les plus prestigieux sont : le crâne de Paris, aujourd’hui au Musée du Quai Branly, le crâne de Londres au British Museum et celui de Washington au Smithsonian Institute. Le crâne dit de Paris a la particularité d’être traversé de haut en bas par un orifice de forme bi-conique, ce qui indique qu’il a été fait à la main. Alors les crânes les plus anciens comme ceux de Paris et de Londres sont-ils des faux fabriqués probablement en Allemagne, entre 1867 et 1886, à partir de cristal brésilien ? Lorsqu’il était auparavant au Musée de l’Homme, derrière le Palais de Chaillot, ce crâne maya en cristal de roche de toute beauté se déplaçait tout seul la nuit, deux ou trois fois par semaine. C’est du moins ce qu’on racontait alors !

    crane08

    Le crâne de Paris visible au Musée du Quai Branly.

    C’est pourquoi, jusqu’à la fin des années 1990, le crâne façonné dans un bloc de cristal de roche (2,8 kg, 11 cm de haut) faisait l’orgueil du Musée de l’Homme, où il était considéré comme l’un des plus beaux témoignages de la civilisation aztèque. Même s’il est exposé aujourd’hui, le crâne de cristal du Musée Branly n’a rien de pré-colombien. Les rainures et perforations trahissent en effet l’utilisation de fraises en joaillerie. Par conséquent, les études ont montré des traces d’outils n’existant pas à l’époque pré-colombienne comme les traces de polissage par molette, alors que les Aztèques ne connaissaient pas la roue. Et on affirme que le crâne du Quai Branly aurait été façonné au XIXème siècle à Idar-Oberstein au sud de l’Allemagne et travaillé avec du cristal de roche brésilien.

    Contrairement au crâne de cristal de Paris qui est en quartz translucide, ce lui de Londres est opaque. Le crâne de Londres a bénéficié d’une analyse poussée en 2004, qui tend à prouver qu’il s’agit d’un faux apportant la preuve de l’utilisation d’une roue de polissage moderne. Quant au crâne de Washington, qui est le plus grand et le plus lourd (25,5 cm sur 22,5 cm pesant 14 kg) il s’agirait aussi d’un faux. Il faut donc reconnaître que les résultats d’expertise concernant le crâne du British Museum et celui du Smithsonian Institute portent des traces d’usinage. Quant au crâne de cristal dit à la croix reliquaire, les dents ont été retouchées, ainsi que le trou que les Espagnols ont percé pour y introduire la croix. Quant aux neufs autres crânes, ils appartiennent à des personnes privés. Nick Nocerino est le propriétaire de Sha-na-ra. Ce crâne de cristal fut mis à jour dans un temple de l’Etat du Guerrero (Mexique) par le chamane cité, à la fin des années 1990. Le propriétaire de Max, Jo Ann Parks prétend qu’il a été volé dans une tombe Maya du Guatemala, vers 1925. Norma Redo détient le crâne de cristal à la croix reliquaire. Pour Max et Sha-na-ra, ce serait le black-out officiel ! Pourquoi ?

    Y aurait-il démission scientifique ? En 1996, les trois propriétaires ont accepté de prêter leurs crânes au British Museum, à la fin d’expertises. Il faut encore citer les crânes synergie, le crâne surnommé E.T,  le crâne d’améthyste et le crâne de cristal rose. La liste n’est peut-être pas exhaustive ! D’un point de vue mythique, le crâne cristallise en quelque sorte une tête de mort. Pour les anthropologues, le fait que le crâne de cristal soit percé verticalement et non pas par les temporaux comme c’est le cas sur les crânes humains archéologiques permet de rejeter l’authenticité des fouilles. Enfin, l’engouement des crânes de cristal a éclaté dans le milieu des années soixante-dix. Dans le milieu des années quatre-vingt-dix, les tailleurs modernes ont commencé à produire des milliers de crânes en cristal.

    crane09

    Pour conclure, il faut rappeler que les Mayas sont considérés par les autres tribus indiennes comme étant les « gardiens de crânes », mais aussi les « gardiens du temps ». Seraient-ce alors des « capsules de temps » produisant spontanément des images holographiques comme cela a été remarqué ? Peut-on encore les faire « parler » et « chanter » comme des ventriloques ou des marionnettes, leurs mâchoires bougeant ? On l’a vu pour certains crânes, le British Museum refuserait de livrer ses conclusions… A moins que la légende Maya des crânes de cristal ne révèle son secret que lorsque les treize crânes seront réunis ! Au fond, ces crânes de cristal ne seraient-ils pas les ancêtres de nos boules de cristal ? D’ailleurs pourquoi ne pas rêver à un autre monde cristallin virtuel ou parallèle ?

    *

    crane10

    Source- Mondes Etranges N°1 d’octobre 2008

    Pour Commander la revue :

    http://www.exportpresseditions.com/boutique/product.php?id_product=35

    Pin It

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires