• 1994- RR3 sur tout les continents

     

     RR3 SUR TOUT LES CONTINENTS

     

    Les rencontres rapprochées du troisième type ( RR3 ) sont extrêmement rares. Pourtant, en 1994, deux cas se sont produits simultanément en des points opposés du globe. Enquête.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Mexique, le 15 septembre 1994. Entre 20 heures et une heure du matin, les contrôleurs du trafic aérien de Mexico observèrent un objet inconnu volant au-dessus le la proche ville de Metapec. Au même moment, la police locale reçut justement une centaine d’appels téléphoniques de personnes annonçant qu’elle voyaient un ovni survoler la ville. Parmi les témoins il y avait deux sœurs, Sara et Erika Cuevas, qui rentraient chez elles à Metapec en voiture au moment où les ovnis furent vus. Alors qu’elles approchaient de la ville, elles virent, elles aussi, le disque lumineux dans le ciel, dont elles estimèrent la taille  à 22 mètres de diamètre. Une fois revenues chez elle, Sara attrapa sa caméra vidéo dans l’espoir d’enregistrer l’événement, mais sa batterie était vide et, lorsqu’elle voulut se raccorder au courant, elle s’aperçut qu’aucun appareil électrique ne fonctionnait… Déçues, les deux sœurs montèrent néanmoins sur la terrasse pour mieux voir de quoi il s’agissait. Pendant qu’elles étaient en train de regarder l’ovni toujours présent, deux objets rouges plus petits en jaillirent et descendirent dans un champ voisin de leur maison. Sara et Erika n’en croyaient pas leurs yeux. Elles étaient tellement médusées qu’il pouvait sembler que les ovnis les avaient paralysées.

     <o:p></o:p>

    *** Les yeux étaient dans le champ ***

    <o:p></o:p> 

     

    <o:p></o:p> 

    Elles virent cette même manifestation extraordinaire se reproduire deux heures plus tard, et cette fois, sept petits disques descendirent à leur tour vers le sol. Il semble que, tandis que les disques se déplaçaient dans le champ, les épis de maïs se soient couchés au sol, formant une grande figure géométrique. D’après des témoins, un disque explosa tout d’un coup et des centaines de petites boules ressemblant à des « yeux » apparurent. C’est à ce moment-là que la plupart des observateurs commencèrent à prendre peur, certains paniquèrent jusqu’à l’hystérie. Le jour suivant, Jaime Maussan, un journaliste de la télévision spécialisé dans les enquêtes sur les ovnis, ainsi que des dizaines d’autres reporters parcoururent la ville pour interroger les témoins. Les enquêteurs louèrent aussi un hélicoptère pour filmer du ciel l’étrange figure qui s’était dessinée dans le champ. Pourtant, malgré toute l’agitation des médias et le grand nombre de témoins, Sara Cuevas n’arrivait pas à convaincre son mari de ce qu’elle avait vu. Sidérée par son scepticisme, elle jura de rester debout toute la nuit, en tenant prête sa caméra vidéo, pour le cas où l’ovni reviendrait. Avec sa sœur Erika, Sara attendit effectivement, mais l’engin ne se manifestait pas. Soudain, au milieu de la nuit, les sœurs remarquèrent une étrange lumière dans le champ derrière leur maison. La lueur était à environ 30 m, mais lorsqu’elles se déplacèrent pour mieux la voir, elles s’aperçurent qu’il s’agissait en fait d’une silhouette lumineuse se tenant au centre de la figure géométrique apparue la veille dans le maïs. Sara attrapa immédiatement son caméscope  et commença à filmer. Pendant trois minutes, la silhouette se tint immobile, silencieuse dans son halo de clarté. Sur la piste de son de la vidéo, on entend seulement les commentaires de Sara murmurant : « Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est horrible. Oh mon Dieu… Erika c’est si horrible. » Au bout d’un moment, la créature disparut aussi mystérieusement qu’elle était apparue.

     

    Voici la vidéo

     <o:p></o:p>

    *** Extraterrestre insecte *** <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Quelques semaines plus tard, le professeur Victor Quesada de l’Institut polytechnique de Mexico effectua une analyse informatique de la vidéo des sœurs Cuevas. Il établit que la forme n’était pas celle d’un humain. En fait, une fois sa définition améliorée, l’image montrait une étrange tête qui avait l’air insectoïdale avec ce qui semblait être une petite protubérance en forme de tige, ou une sorte d’antenne unique. D’après Quesada, la « créature » dégageait une forte lumière et elle était trop brillante et trop régulièrement illuminée pour être un mannequin. Il estima que, quoi que ce fût, cela faisait environ 1,30 m de haut et que c’était distant de la caméra d’environ 25 m. Un travail spécifique d’amélioration de la définition sur la partie inférieure du corps montrait qu’il semblait tenir quelque chose, comme un instrument, dans sa main. Malheureusement, les enquêteurs ne découvrirent presque rien d’autres de significatif à Metapec, et il s’est révélé impossible de dire avec certitude ce que les sœurs Cuevas ont saisi sur leur vidéo cette nuit-là. Mais le plus intéressant dans cette histoire est peut-être qu’elle s’est déroulée presque simultanément à une autre rencontre rapprochée en un point opposé du globe. Effectivement, tandis que les Cuevas regardaient l’ovni à Metapec la nuit du 15 septembre, à des milliers de kilomètres de là, en Afrique, les habitants de la ville de Ruwa, au Zimbabwe, vivaient une expérience comparable. Déjà, le 14 septembre au soir, la veille de l’étrange apparition, tout le monde avait déjà les yeux rivés au ciel pour regarder un grand feu d’artifice. Ce soir-là, Cynthia Hind, la coordinatrice du MUFON en Afrique, était en train de travailler dans son bureau d’Harare, la capitale du Zimbabwe, lorsqu’elle entendit une grande explosion. Peu après, elle fut submergée d’appels lui faisant part d’une activité aérienne bizarre. Cherchant une explication rationnelle auprès des organismes officiels, elle apprit qu’après le lancement d’un satellite russe, sa capsule supérieure avait été éjectée, puis avait pénétré l’atmosphère au-dessus de l’Afrique. Cependant, d’autres témoignages décrivant une « lumière brillante en forme de cigare qui se déplaçait à la hauteur de la cime des arbres et changeait sans cesse de direction », n’étaient pas aussi faciles à expliquer de façon rationnelle.

     <o:p></o:p>

    *** Témoignages d’enfants ***

    <o:p></o:p> 

     <o:p></o:p>

    Le lendemain, le 15 septembre, un groupe de jeunes enfants, élèves de l’école primaire Ariel à Ruwa, remarquèrent un objet en forme de cigare qui volait bas dans le ciel. L’objet disparut et, bien qu’ils aient été intrigués, les élèves oublièrent vite ce dont ils avaient été témoins. Pourtant, le 16 septembre au matin, un événement incroyable se produisit à l’école et les enfants le relièrent immédiatement à ce qu’ils avaient vu la veille. Cela commença à 10 heures, lorsque les élèves se précipitèrent hors de leurs classes pour profiter de la récréation dans la cour. Ce matin-là, Colin Mackie, le directeur de l’école, et les 13 instituteurs étaient tous à l’intérieur pour une réunion du personnel ; la récréation n’était donc pas surveillée. Soudain, certains élèves remarquèrent une lumière pourpre qui lançait des éclairs dans le ciel. Un instant après, un grand engin en forme de disque apparut et commença à descendre lentement vers un champ vide près de l’école. Beaucoup d’enfants paniquèrent et se mirent à courir, tandis que d’autres restaient sur place, fascinés. Cynthia Hind, qui fut la principale enquêtrice de l’affaire de Ruwa, a interrogé les enfants deux jours après l’événement. Selon elle, leurs descriptions de l’engin variaient énormément. Par exemple, Marie, une petite fille de dix ans, le décrivit comme un objet dégageant une « lueur dorée si brillante qu’elle était difficile à regarder ». En revanche, Guy, âgé de onze ans, affirma qu’il était « multicolore, avec des rayures noires, vertes et argentées ». Certains décrivaient un seul engin, d’autres avaient vu un engin principal et trois autres plus petits.

     <o:p></o:p>

    *** Un disque en dôme ***

    <o:p></o:p> 

     <o:p></o:p>

    L’ufologue allemand Michael Hesemann, qui a interrogé 44 des enfants en 1997 ( soit trois ans après ), pense que les divergences entre les témoignages ne signifient pas que l’événement ait été inventé. Selon lui, « compte tenu du nombre très important de témoins et du choc de l’événement, il est normal que les descriptions varient ». Cependant, en s’en tenant aux parties concordantes d’un certain nombre de témoignages, les enquêteurs réussirent à conclure que ce qui avait atterri dans le champ était un grand disque lumineux, avec un dôme aplati sur le dessus, entouré de lumières jaunes ou d’embrasures de porte et qui se prolongeait dans sa partie basse par un mécanisme d’atterrissage à trois pieds.

     

    ovni similaire à l'observation de Ruwa

     

    Il semble que lorsque l’engin a atterri, des boules de lumière ou des disques miniatures en sortirent puis commencèrent à voler autour pendant un moment. Certains enfants se mirent à crier et beaucoup rentrèrent en courant dans les bâtiments de l’école. L’émotion retint cependant la plupart des enfants sur le terrain de jeu et, en tout, environ 100 élèves furent témoins de cette rencontre rapprochée. Certains des enfants, les plus courageux, s’avancèrent et montèrent sur un tas de bûches pour mieux voir l’engin qui était à 200 m de là. Alors, au plus grand étonnement des enfants, trois êtres sortirent l’un après l’autre de l’arrière du disque. D’après ces témoins, il semble que l’un des êtres soit resté près de l’appareil tandis que les deux autres allaient vers les enfants dans ce qui fut décrit comme une « lente oscillation ». Les enfants les plus proches des entités les ont décrites comme faisant environ 1,20 m de haut, portant des combinaisons noires, brillantes et moulantes. Deux d’entre eux étaient chauves, mais le troisième avait de longs cheveux noirs. Certains enfants purent voir un bandeau de métal autour de leur tête. Les visages des entités étaient, d’après eux, noirs avec un petit nez et une fine bouche.

     <o:p></o:p>

    *** Messages écologiques ***

    <o:p></o:p> 

     <o:p></o:p>

    Ce qui a le plus marqué les enfants, ce sont les « grands yeux noirs » des créatures qui, d’après eux, ressemblaient à des « yeux de chat ». Il est intéressant de noter que de nombreux enfants prétendent avoir reçu des messages après avoir regardé les yeux des créatures, une méthode de communication qui est souvent rapportée par ceux qui ont été enlevés par des extraterrestres. D’après les ufologues, tous ces messages étaient de la même nature et correspondaient à un scénario classique : les êtres étaient, semble-t-il, soucieux d’alerter les enfants sur la destruction en cours de la planète par l’humanité. Une fois que les êtres eurent délivré leur message, ils retournèrent dans leur engin. Pendant ce temps, plusieurs enfants s’étaient précipités dans l’école pour avertir les instituteurs, mais aucun membre de l’équipe ne voulut d’abord croire leur histoire. La seule adulte qui était à proximité était Alyson Kirkman, de la cafétéria. Un des enfants lui dit :  «  Il y a un petit homme qui court dehors avec un habit d’une seule pièce et un bandeau autour de la tête. Viens vite voir ! » Elle éclata de rire et lui dit « mon œil ». Entre le moment où l’engin avait atterri et celui où l’ovni était reparti prodigieusement vite, dans une explosion de lumière et d’éclairs, il s’était écoulé trois minutes. C’était un temps bien insuffisant pour convaincre les instituteurs en réunion de venir immédiatement voir ce qui se passait. En effet, lorsqu’ils finirent par sortir, l’engin avait déjà disparu. Après avoir écouté les enfants, dont certains étaient hystériques, l’équipe commença à penser que les récits fantastiques des enfants pouvaient bien être vrais. C’est pourquoi ils appelèrent Cynthia Hind.

     <o:p></o:p>

    *** L’activité s’intensifie ? ***

    <o:p></o:p> 

    différents dessins de l'observation 

    <o:p></o:p> 

    Quoi qu’il se soit passé à l’école Ariel ce jour-là, les évènements ont assurément eu un lourd impact sur les enfants, surtout ceux qui ont prétendu avoir été en interaction avec les êtres « extraterrestres ». Comme Sara et Erika Cuevas à Metapec, les enfants de Ruwa furent profondément marqués par leur expérience. Pourquoi ces deux rencontres rapprochées se sont-elles produites presque en même temps ? Les ufologues peuvent seulement dire que cela semble faire partie d’un schéma d’intensification des visites d’extraterrestres sur la Terre.

    Certains supposent aussi que c’est le signe d’une étape supplémentaire dans le programme extraterrestre pour faire savoir à l’humanité que nous ne sommes pas seuls dans l’Univers et que nous nous devons de prendre soin de la Terre qui nous héberge…

     <o:p></o:p>

    Pour en savoir plus ( en anglais ) :

     <o:p></o:p>

    http://www.ufoevidence.org/cases/case127.htm

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La taverne de l’étrange- 13 août 2006


    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     

    <script src="http://www.google-analytics.com/urchin.js" type=text/javascript> </script> <script type=text/javascript> _uacct = "UA-1113467-1"; urchinTracker(); </script>
    <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_OBERSONN
    Mercredi 1er Novembre 2006 à 23:07
    La t?pathie ?ctronique, ?vous int?sse..? Allez un pneu plus loin sur le m? site, cat?rie: LES ARTS DIVINATOIRES, mention RADIONIQUE. Vous pouvez dire ce que vous en penser. A bient?O.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :