• 1988- une RR4 à Porto Rico

     

    Après avoir été enlevé, le portoricain Amaury Rivera a photographié un ovni en présence d’un avion de l’armée américaine. Y a-t-il connivence entre les militaires et les extraterrestres ?

     <o:p></o:p>

    Le 8 mai 1988, à 4 heures 40 du matin, Amaury Rivera sortit de la discothèque de la ville de Cabo Rojo où il avait passé la nuit à écouter des amis musiciens. Il en avait profité pour faire quelques photographies du groupe et, après le concert, autour d’un verre, ses amis lui avaient promis en riant qu’ils l’embaucheraient « comme photographe officiel du meilleur groupe de Porto Rico ». Alors qu’Amaury rentrait chez lui en voiture, un brouillard dense se mit à tomber. Bien que la conduite de nuit en plein brouillard puisse s’avérer dangereuse, il décida de continuer en redoublant d’attention. D’autant que, dans le secteur, les pâturages avaient la réputation d’être relativement mal entretenues et il faisait partie du folklore local de se retrouver nez à nez avec une vache ou un taureau sur la route. Amaury roulait donc à très faible allure de crainte de heurter un animal perdu. C’est une tout autre rencontre qu’il allait faire sur cette route. Alors qu’il continuait son chemin en suivant soigneusement le bas-côté de la route, son attention fut attirée par un bruit insolite sur la droite. Scrutant l’opaque brouillard, il fut surpris de voir deux « êtres » étranges et strictement identiques sortir de la brume et avancer vers la voiture. Amaury ne pouvait détacher son regard de ces êtres d’environ un mètre de hauteur qui s’approchaient de plus en plus. Il fut fasciné par plusieurs détails : une peau extrêmement blanche, l’absence totale de cheveux et d’immenses yeux noirs.

     <o:p></o:p>

    *** Panique à bord ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    reconstitution de la scène : les aliens sortant de la brume...

     

    Tout à coup, saisi de panique, il voulut accélérer pour s’éloigner des créatures qui avançaient inexorablement vers lui. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation : il appuya par erreur sur le frein au lieu de l’accélérateur. Les deux entités se trouvaient maintenant juste devant sa voiture. Amaury était pétrifié sur place. La porte de la voiture s’ouvrit d’elle même et les deux êtres s’approchèrent de lui. De l’aveu même de l’homme terrorisé, il en trempa son pantalon et s’évanouit. Lorsqu’il reprit connaissance, il se trouvait toujours à bord de sa voiture mais dans une salle étrange « avec des surfaces grises lumineuses où il y avait plusieurs autres véhicules garés près du mien. Je cherchais des yeux la sortie de cet étrange garage. » Alors, les deux petits êtres réapparurent. L’un d’eux apposa doucement une main sur son front, ce qui provoqua à nouveau son évanouissement.

     <o:p></o:p>

    *** Etrange réunion ***

     

    <o:p></o:p>

     

     <o:p></o:p>

    Quand il revint à lui, Amaury était assis sur un banc, dans une salle vide, en compagnie de quatorze autres personnes également assises. « A mes côtés, il y avait un adolescent sans chaussures ni chemise et quelques-uns d’entre nous semblaient tout droit sortis d’une fête. A ce moment, je ne croyais toujours pas avoir été enlevé par des extraterrestres. Je pensais en fait avoir eu un accident de voiture, et, probablement à cause de mon éducation catholique, j’imaginais être mort et que les petits êtres étaient des diables de l’enfer. »

    Amaury raconte ensuite comment un humanoïde de grande taille fit son entrée dans la salle, suivi de deux êtres semblables à ceux qui l’avaient approché jusqu’alors. D’un port altier, ce grand personnage aux long cheveux noirs et à la peau mate comme celle d’un Indien se présenta à son auditoire en déclarant dans un espagnol sans une pointe d’accent : « Je suis un homme tout comme vous mais je viens d’une autre planète, dans un système solaire très éloigné. » Amaury l’écoutait parler et il s’aperçut qu’il était incapable de bouger : « Je ne sais pas si c’était la peur ou si j’étais attaché mais je me sentais comme paralysé. » L’atmosphère de la salle était si tendue que l’extraterrestre se sentit obligé de rassurer son auditoire. D’une voix douce, il leur répéta qu’ils n’avaient aucune raison d’avoir peur car ils avaient été choisis pour recevoir quelques informations. Le grand être fit alors un geste et une série de projections holographiques en trois dimensions apparut soudainement.

     <o:p></o:p>

    *** Un cinéma hyperréaliste ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

     

    <o:p></o:p>

    « L’ensemble des images qui nous furent projetées constituait une évocation des pires scénarios catastrophes susceptibles d’arriver sur terre dans le futur » : par exemple, la première de ces projections montrait une comète s’approchant de la mer des Caraïbes, près de Porto Rico, puis entrant en collision avec la Terre en la dévastant. La seconde contenait des scènes du monde après le cataclysme, avec un gouvernement mondial unique localisé sur une île artificielle au milieu d’une mer noire et polluée. Les projections terminées, Amaury eut le sentiment que son esprit lâchait totalement prise. Il s’efforçait néanmoins d’écarquiller les yeux mais il s’évanouit de nouveau avant de se retrouver dans sa voiture non loin de l’endroit où l‘enlèvement s’était produit. Il fut réveillé par le vrombissement fracassant d’avions passant à basse altitude au-dessus de sa tête. Sa première vision en ouvrant les yeux fut celle, ahurissante, de trois avions à réaction suivant un objet volant de la forme d’un disque. Se souvenant qu’il avait un appareil dans son sac, il le saisit et prit une série de photos. Amaury commentera plus tard ses images : «  Sur chaque photographie, vous pouvez seulement voir un seul avion avec l’ovni car ils tournaient autour de lui à tour de rôle de façon à ce que l’un d’eux soit toujours à proximité de l’ovni. »

     


     en fait,  il y a deux photos ici et bien un seul ovni...


    En l’espace de quelques secondes, et autant de clichés, l’ovni avait disparu à une vitesse incroyable. Pouvant à peine en croire ses yeux, Amaury ne voyait plus que les avions. Il se rassura néanmoins en se disant qu’il avait d’incroyables images sur la pellicules. Après avoir développé le film, Amaury détenait la preuve que ce qu’il avait vu était bel et bien réel. Il raconta son histoire à Jorge Martin, l’ufologue le plus expérimenté de Porto Rico. Ebahi, il fut fasciné par la qualité des preuves. Et le plus important de tout était le fait que les images suggéraient une forte implication militaire dans le phénomène extraterrestre. Jorge Martin témoigne que « le cas Amaury Rivera est très impressionnant car outre les photos du disque volant, il a aussi pris des avions à réaction identifiés comme étant les avions de chasse F-14 Tom Cat utilisés par la Marine américaine. Ces documents permettent enfin de fournir la preuve de l’implication de l’armée américaine dans le phénomène des ovnis. De plus, ces images corroborent les nombreux récits de témoins qui assurent avoir vu le même type d’avions à réaction tenter d’intercepter des ovnis au-dessus de Porto Rico. Lorsque vous voyez ces photos, c’est évident que le gouvernement ment depuis des décennies à propos de ce dossier. »

     <o:p></o:p>

    *** Analyses poussées ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    le F-14 Tom Cat restant au contact de l'ovni

     

    <o:p></o:p>

    Cependant, bien que les images soient assez éloquentes pour un œil profane, Martin pensa qu’elles devaient être analysées par des professionnels afin d’augmenter leur crédit. Les quatre photos prises furent confiées à deux experts de l’image : Jim Dilettoso dont l’entreprise Village Labs, en Arizona, équipée d’un programme d’analyse d’image de haute technologie, assure une mission de conseil pour la Nasa, et le professeur Victor Quesada de l’université de Mexico. Après avoir examiné les photographies, tous deux déclarèrent formellement n’avoir trouvé aucune preuve de fraude. Résumant les conclusions des deux expertises, Jorge Martin déclara : « Il semblerait que l’appareil en forme de disque et l’avion à réaction étaient environ à trois ou quatre kilomètres de l’endroit où Amaury Rivera se trouvait. Les analyses révèlent que l’avion à réaction se déplaçait à grande vitesse alors que le disque bougeait relativement lentement. Les conditions de la lumière ambiante sont suffisamment correctes pour établir que les quatre images sont exemptes de toute présence de montage, collages, modèles et autres formes connues de manipulation technique. Par conséquent, il a été conclu que les photos sont authentiques et reflètent exactement ce que le témoin a décrit lorsqu’il les a prises. » En quelques jours, l’enquête de Martin s’étoffa de précieux témoignages. Il retrouva un certain nombre d’autres personnes qui avaient également vécu l’expérience de l’enlèvement avec Amaury Rivera. Selon l’ufologue, « il doit y avoir une raison pour expliquer le fait que cet extraterrestre ait exclusivement contacté des personnes de la région de Porto Rico. Personnellement, je n’ai encore trouvé aucune explication mais peut-être vais-je enfin la découvrir… »

     

     <o:p></o:p>

    *** Bonne pêche ***

     

    <o:p></o:p>

     

     <o:p></o:p>

    Inlassablement, l’ufologue continuait à chercher les participants à l’étrange « colloque » sur l’avenir de la Terre qui s’était probablement déroulé dans un ovni. Il rencontra Andreas Mandolano, un pêcheur dont le récit offrait de surprenantes similitudes avec celui de Rivera. Martin s’attacha à recouper surtout un certain nombre de détails sur son enlèvement : « Il me raconta plusieurs choses comme par exemple le nom de l’extraterrestre et d’autres points que Rivera avait révélés à moi seul. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés et cela fournit la preuve que leurs déclarations sont exactes. » En tout, l’ufologue localisa quatre personnes assurant avoir été enlevées et qui acceptèrent que leur témoignage soit enregistré. Mais Rivera avait parlé de quatorze personnes présentes dans la salle avec lui. Jorge Martin s’efforça donc de retrouver les dix abductés manquants. Ce fut Amaury qui prit la parole sur les différentes chaînes de télévision portoricaines en invitant toute personne disposant d’informations similaires à se manifester et la presse se fit largement l’écho de son expérience en multipliant les articles et les annonces d’appels à témoins. Incroyablement, ce furent plusieurs centaines de personnes qui répondirent et sur l’ensemble de ces témoins qu’Amaury a rencontrés, il réussit à en trouver sept qui, il en est convaincu, ont partagé la même expérience que lui. Aujourd’hui, en compagnie de Martin, il essaye toujours de retrouver les trois autres.

     <o:p></o:p>

    *** Aura de crédibilité ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

     

    <o:p></o:p>

    L’expérience d’Amaury Rivera attira l’attention des ufologues des quatre coins du monde. Parmi eux, se trouve le vétéran américain, Wendelle Stevens, particulièrement intéressé par les enlèvements au cours desquels un contact humain-extraterrestre a, comme dans le cas d’Amaury, débouché sur l’échange d’informations. Pendant son étude du cas portoricains, Stevens fut frappé par l’intensité des émotions que Rivera montrait lorsqu’il racontait son expérience- un élément que beaucoup de chercheurs prennent en compte lors de l’évaluation de la crédibilité d’un récit d’enlèvement. Selon Stevens, « on peut voir qu’il est toujours profondément touché par ce qui lui est arrivé. Tout d’abord, lorsqu’il a commencé à parler de son expérience, il est devenu tout pâle et s’est mis à trembler ; on pouvait voir qu’il avait été véritablement apeuré. Il a maintenant suffisamment travaillé sur son expérience pour pouvoir en parler publiquement, avec plus de confiance et en dépassant le traumatisme. En tout cas, d’après les preuves que j’ai vues, il n’y a aucun doute sur le fait que ce qu’il décrit s’est réellement produit. »

     

     <o:p></o:p>

    *** Preuve incontestable ? ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    F-14 Tom Cat

     

    <o:p></o:p>

    Il y a certainement, dans l’amoncellement de preuves de ce cas, matière à établir un fil conducteur permettant de prouver la véracité du témoignage d’Amaury Rivera. Pour beaucoup d’ufologues, la preuve la plus persuasive vient du témoignages complémentaires des sept autres prétendus enlevés qui ont apparemment pu être confrontés sur des détails spécifiques de leur enlèvement, chose qui n’aurait pas été possible s’ils n’avaient pas partagé la même expérience. Le plus important cependant pour les ufologues est la preuve d’une implication de l’armée dans le phénomène extraterrestre apportée par les photographies. Ces images, montrant un appareil militaire aux côtés d’un ovni, ont survécu aux analyses les plus rigoureuses sur ordinateur. Resterait pour les mentors de l’ufologie à demander aux responsables militaires s’ils savent qui était à bord de l’ovni.

     

    Mais c’est, bien sûr, une autre affaire…

     <o:p></o:p>

    *** Analyse et conclusion ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    les MIB ou men in black sont-ils des agents du gouvernement ?

     

    <o:p></o:p>

    Pour les experts en géopolitique, l’île de Porto Rico, aux Caraïbes, est souvent considérée comme étant une propriété des Etats-Unis. Pourtant, si le site est parfois baptisé « 51ème Etat américain », le fait que ses habitants ne jouissent pas du droit de vote a amené certaines personnes à accuser le gouvernement américain de considérer l’île comme une colonie. Des ufologues vont même plus loin en supposant que la dépendance politique et économique de l’île autorise l’armée à en faire un véritable terrain d’expérimentations. Selon eux, l’existence de nombreuses bases de l’armée américaine sur Porto Rico expliquerait la présence récurrente d’ovnis. Reste maintenant pour eux à déterminer si l’armée a trouvé un moyen d’y attirer les ovnis ou s’il s’agit déjà d’une collaboration consommée.

     

    Dans son livre Contacts extraterrestres, paru aux presses du Châtelet, l’ufologue britannique Timothy Good démontre comment les autorités américaines sont effectivement installées à proximité des « points chauds » extraterrestres de Porto Rico et ce, soit en louant les terres pour des périodes de très longue durée, soit en fermant l’accès au public de certains endroits. Good s’appuie aussi sur les témoignages du personnel scientifique et militaire accomplissant des tests dans ces régions, qui confirment que les bases installées là-bas sont dévolues aux liaisons extraterrestres.

    L’enlèvement d’Amaury Rivera est un cas parmi d’autres plus récents liés à la soi-disant intervention de membres officiels du gouvernement, les fameux MIB ( Men in Black ). Peu après son prétendu enlèvement, Amaury déclara en effet avoir reçu la visite de trois hommes impressionnants dans sa maison de Cabo Rojo : « Ils m’ont dit être de la CIA et m’ont montré leurs papiers, portant l’en-tête de la CIA. Mais j’étais tellement nerveux que je n’ai pas pu lire leurs noms. Ils m’ont dit que tout serait beaucoup plus facile si je leur donnais rapidement les photographies et les négatifs. » Comme Rivera répondait aux agents qu’il ne savait pas de quoi ils parlaient, ils l’ont informé qu’ils avaient un mandat pour fouiller la maison.

    « Je leur ai dit : « Allez-y, ne vous gênez pas, je n’ai rien à cacher. » Ils n’ont rien trouvé. Je les avais trop bien cachées ! »

    ***


    Info :



    Une confrontation particulièrement offensive entre l’armée et un ovni eut lieu le 28 décembre 1988 à Cabo Rojo. A 7 heure 45 du matin, des centaines de témoins virent voler, au-dessus de la région, un énorme ovni de métal gris, en forme de triangle, de la taille d’un terrain de football. Des témoins ont raconté à l’ufologue Jorge Martin avoir vu rapidement arriver, probablement en provenance de la base navale de Roosevelt Roads, deux chasseurs ayant manifestement l’intention d’intercepter l’énorme appareil. L’ovni triangulaire tenta d’échapper aux F-14 qui le poursuivaient en multipliant les figures ou en plongeant brusquement à basse altitude. Mais, comme l’ovni semblait s’amuser de cette partie de cache-cache, un des deux avions militaires tenta de couper la route de l’ovni. L’accident fut évité de justesse par ce dernier qui, en dépit de sa taille, se révéla plus habile que les chasseurs.

    Selon les témoins, après trois tentatives d’interception par les F-14, l’ovni finit par s’immobiliser en suspension dans les airs. Un des avions décida alors, dans une manœuvre désespérée ou suicidaire, de foncer droit sur l’appareil immobile. Les témoins, qui s’attendaient à une collision, eurent la surprise de voir le chasseur disparaître brusquement. La patience des pilotes de l’ovni semblait avoir atteint ses limites puisque le deuxième chasseur qui s’approchait par l’arrière disparut lui aussi en un clin d’œil, apparemment « avalé » comme le premier. L’ovni triangulaire émit un éclair aveuglant, se scinda en deux partie et disparut…

     

    <o:p></o:p>

    La taverne de l’étrange- 14 août 2006

     


     

     

    <script src="http://www.google-analytics.com/urchin.js" type=text/javascript> </script><script type=text/javascript> _uacct = "UA-1113467-1"; urchinTracker(); </script>
    <script type=text/javascript> </script><script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :