• UN MORT PARLE SUR UN PLATEAU TV !

    UN MORT PARLE SUR UN PLATEAU TV !

    EN DIRECT DES MILLIONS DE TELESPECTATEURS L’ONT ENTENDU

     

    Un mort a parlé à la télévision ! Il a raconté à son père, devant des millions de téléspectateurs bouleversés, quelle était sa vie dans l’au-delà. Cette histoire étonnante est arrivée le 3 septembre 1967 sur les écrans de la télévision canadienne. Et l’homme qui entendit ainsi les confessions de son fils, par delà la mort, était un lettré et un savant, le célèbre Monseigneur Pike, évêque épiscopalien de Californie, à l’époque des faits, connu pour ses positions contestataires au sein de son église et pour ses ouvrages sur les phénomènes psychiques ; celui qui disparut mystérieusement dans le désert qui entoure la mer Morte en 1969.

     

    C’est en raison justement, de son goût pour les phénomènes paranormaux que Mgr Pike avait accepté de se livrer, pour la première fois au monde, à cette extraordinaire expérience. Son fils James Pike s’était suicidé un an et demi plus tôt à New York, à l’âge de vingt-deux ans et, depuis, ses parents ne parvenaient pas à écarter l’idée qu’ils étaient peut-être un peu responsables de cette mort tragique. Pourquoi son fils avait-il décidé de se tuer ? Qu’avait-il pensé aux ultimes secondes de sa vie ? Où était-il désormais ? Pouvait-il garder quelque rancune contre ses parents dans l’univers qui était désormais le sien ?

    TOUTES CES QUESTIONS NE CESSAIENT D’AGITER L’EVÊQUE ET COMME IL CROYAIT A LA COMMUNICATION POSSIBLE AVEC LES MORTS, IL ACCEPTA DE TENTER L’EXPERIENCE EN DIRECT A LA TELEVISION.

    C’est un des plus célèbres médiums américains, Arthur Ford, qui fut chargé d’établir le contact entre le père et le fils. Ce médium extraordinaire avait déjà donné à plusieurs reprises aux Américains la preuve de ses étonnants pouvoirs. C’est pendant la Première guerre mondiale qu’il les découvrit : il connaissait, avant une bataille, la liste des soldats qui seraient tués. Depuis, Arthur Ford organise des séances publiques dans tous les Etats et il dévoile l’avenir aux assistants, sans jamais se tromper. Il est devenu le conseiller d’une foule de hautes personnalités américaines : sénateurs, généraux, ambassadeurs etc. qui vont toujours le consulter avant de prendre une grande décision. Il a déjà transmis aux vivants des messages d’autres morts, de John Kennedy qui s’est expliqué sur l’affaire de la « Baie des cochons » à Cuba et du grand prestidigitateur Harry Houdini. Il a dicté, à la veuve de ce dernier, un texte en code que seuls le prestidigitateur et sa femme connaissaient, et dont ils avaient convenu, tous les deux, pour se prouver la réalité de la survivance après la mort. Pourtant, l’une des particularités les plus sensationnelles d’Arthur Ford, c’est Fletcher, son double dans l’au-delà. Fletcher était un des camarades d’enfance du médium et il fut tué très jeune, en 1918.

    OR, UN JOUR DE 1924, ARTHUR FORD ETAIT ENTRE EN COMMUNICATION AVEC L’ESPRIT DE SON AMI ET CE DERNIER LUI AVAIT DECLARE : « SI TU VEUX, JE SERAI TON ASSISTANT DANS LE MONDE DE L’INVISIBLE. »

    Depuis, Arthur Ford et Fletcher font équipe, de part et d’autre de la mort. Le second se chargeant de découvrir, au royaume des morts, les esprits que les vivants demandent au médium de faire apparaître. C’est donc lui, une fois encore, qui servit à Arthur Ford d’intermédiaire entre Mgr Pike et son fils, au cours de la mémorable séance dans les studios de la télévision de Toronto, telle que la relate Martin Ebon dans ses « Dialogues avec les morts ». Face aux caméras, Arthur Ford s’assit, aux côtés de Mgr Pike sous la lumière crue des projecteurs. On lui banda les yeux pour lui permettre de se concentrer. Très vite, le médium entra en transes et, au bout de quelques minutes, la communication était établie avec Fletcher dont la voix, tout à fait différente de celle de Ford, et avec un léger accent français, s’exprima par la bouche du médium.

    « Pour qui est ce message, Fletcher », interrogea d’abord le speaker de la télévision ?

    « Il me semble que c’est pour un prêtre. Le jeune homme ne m’a pas encore dit son nom. Mais il s’agit du père et du fils… Il y aurait une histoire de mort violente dans la famille. »

    « C’est exact », répliqua l’évêque.

    « Il y a aussi, près de moi, un homme plus âgé que lui, reprit la voix de Fletcher. Il porte un nom biblique : Elijha ou Elijhe… C’était un vieillard très bon, très proche du jeune homme ».

    TOUS LES REGARDS SE TOURNERENT, INTERROGATIFS, VERS MONSEIGNEUR PIKE.

    « C’est vrai répliqua celui-ci. Elias était le nom du grand-père de Jim. Ils s’aimaient beaucoup ».

    « Il en est de même maintenant, reprit la voix d’outre-tombe. Le grand-père l’a précédé ici. C’est lui qui a expliqué à Jim pourquoi il s’était suicidé. »

    Il y eut un silence, puis la voix de Fletcher continua :

    « Jim veut absolument vous faire comprendre que ni vous, ni aucun membre de votre famille ne doit se considérer comme responsable de sa mort. Vous n’avez aucun reproche à vous faire. Son suicide est du uniquement a son caractère, au besoin d’autodestruction contre lequel il ne pouvait pas lutter ».

    « Oui, oui, merci Jim, murmure Mgr Pike, excessivement ému ».

    « Et il veut que vous sachiez qu’il a été heureux avec vous. Est-ce que vous n’avez pas séjourné avec lui à l’étranger ? »

    « Si, je suis allé en vacances à l’Université de Cambridge où il étudiait ».

    « Il en parle, répliqua Fletcher… mais, mais attendez, il y a un autre monsieur qui veut vous parler. Il dit qu’il était aussi à Cambridge… c’est Mac… Donald… Mac Kenney ou Kennon ».

    « Donald Mac Kinnon était professeur à Cambridge. Je l’ai bien connu et il m’a beaucoup influencé, coupa, très intéressé, Mgr Pike ».

    *

    Et la conversation se prolongea ainsi, pendant près de trois quarts d’heure. Fletcher, l’assistant du médium dans l’au-delà, parvint à réunir un grand nombre d’esprits que l’évêque avait connus de leur vivant. Tous lui donnèrent des preuves très précises- et qu’eux seuls pouvaient connaître- de leur identité. Après la séance, on put vérifier que certains détails inconnus étaient également authentiques. Fletcher, par exemple, avait prétendu que le professeur Mac Kinnon avait deux chats. On téléphona à Cambridge où ses proches révélèrent qu’à l’époque, en effet, le professeur ne quittait jamais ses deux chats. Alors Mgr Pike, bouleversé, conclut :

    « TOUT S’IMBRIQUE PARFAITEMENT, TOUS CES FAITS OUBLIES, TOUS CES DETAILS NE POUVAIENT ABSOLUMENT PAS ÊTRE CONNUS DU MEDIUM. J’AI VRAIMENT PARLE A JIM PAR-DELA LA MORT. »

    Et devant leurs récepteurs, des millions de téléspectateurs restaient abasourdis. Ils avaient pu, pour la première fois, assister à la télévision à l’extravagant dialogue d’un vivant avec un mort.

     

    Source- données personnelles/Mai 2009

     

    Aura2

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    sourceverte59
    Mercredi 2 Décembre 2009 à 18:36
    impressionnant témoignage que celui ci.
    2
    OBERSONN888
    Vendredi 4 Décembre 2009 à 17:13
    Bonjour à toutes et tous. Merci de ce très intéressant témoignage. Je pense, comme beaucoup d'autres personnes, que des messages proviennent d'un ailleurs plus proche de nous que nous le pensons.
    Il serait certainement très intéressant d'avoir des contacts avec l'au-delà avec les KENNEDY afin de savoir ce qu'il c'est vraiment passé au moment de leur disparition! Et si un OVNI a été photographié a DALLAS TEXAS, c'est probablement que cet événement de la disparition de KENNEDY était connue de pas mal de monde, mais de qui exactement?

    Avec tous ces contacts avec l'au-delà nous devrions être capable d'en savoir plus sur tous les sujets inconnus.

    A bientôt.
    http://micheloberson15.spaces.live.com
    3
    haudie
    Mercredi 14 Mars 2012 à 15:50

    bonjours je veus dire au personne qui veut vraiment parle a leur défeut il peuve le faire de toute manier eil nous attend de la haut  nous les voyons pas mes il son la , souvent il nous laisse des méssage que ont décode pas mes si ont reste attentif a eux ont peut les senstir , moi depuis toute jeune je sens les defeut de ma famille jai pas peur plus maintenet son pas la pour faire peut bien pour aider et apres la morte d'une personne sa prent 9 jours avant qui soit vraiment partie 9 jours que vous pouvez demande de vous aider a passe cette douleur de leur perte , moi je fait et des fois il vient me voir dans la nuit ver 3h du matin et je les sens des fois je ls voie , il faut pas avoir peut eux demande a votre ange gardien de vous aider a pas avoir peut eux sa marche avec de la fois  il v des fois des prieres pour passe des etapes  donc avec de fois ont peut soulever des montagnes
    4
    skinwalker
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 18:33
    Je viens de lire le livre de Pike "Dialogue avec l'au-delà". Son témoignage sur les phénomènes poltergeist qu'il a vécu à Cambridge et Santa Barbara ainsi que la communication médiumnique avec son fils Jim m'ont sidérés par leur étonnante véracité, de plus venant d'un homme d'église et juriste d'une intégrité sans faille. Bien que datant de plus de quarante ans, ce témoignage d'un homme érudit et honnête mérite d'être lu et médité.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :