•  

    ORB01

     

    Les ORBS : de mystérieux « cercles de lumières »…

     

    De par le monde il existe de bien étranges apparitions. Avec l’arrivée du numérique, concernant les appareils photos, nous pouvons désormais apercevoir sur des photos, des phénomènes lumineux qui semblent résister à toute explication scientifiques. Mis à part le phénomène OVNI, connu et déjà étudié, il existe d’autres sortes de « lumières dans la nuit » qui se manifestent à des endroits divers.

     

     

     

    Un Orbe est une forme ronde, sphérique, d’une taille plus ou moins grande qui apparaît sur les photos généralement prises avec un appareil photo numérique dans des circonstances qui restent encore difficiles à définir. Pour différents spécialistes, ce curieux phénomènes pourrait être dû à un reflet de lumière dans l’objectif, causé par un objet de petite taille qui brille au déclenchement du flash. Ces images sont obtenues essentiellement au flash par un procédé photographique, car elles ne sont pas visibles à l’œil nu. Les endroits où on les capte sont parfois particuliers : des lieux hantés- intérieurs ou extérieurs- et la plupart du temps n’importe ou, c’est-à-dire lors d’un événement quelconque, anniversaire, sortie, etc. Avant, pas mal de ces images venaient de l’étranger : Espagne, Italie, Amérique. Elles ont été baptisées du nom de « Orbs » ou « Critters ». Voici maintenant qu’en France, depuis quelques années, ce phénomène débarque avec la révolution de l’appareil photo numérique qui offre une qualité d’image jamais inégalé auparavant, sauf dans les appareils argentiques à but professionnels. Les cellules CDD équipant les appareils numériques sont plus sensibles  à certaines longueurs d’ondes que les appareils photos classiques.

     

     

    ORB02

     

    De part leurs formes rondes et leurs couleurs, nous pouvons éliminer les vapeurs, fumées ( notamment celle de cigarette ) ou brouillards montant du sol. Leur manifestation vient de toutes les directions, d’en haut ou de côté et très près de l’appareil parfois, ce qui occasionne souvent une mise au point floue de l’appareil photo en mode « réglage automatique ». Plusieurs analyses n’obéissent pas aux lois connues de la physique. Il  semble y avoir modelage d’une substance matérielle instable. Cela rend l’observation malheureusement aléatoire et furtive, mais néanmoins suffisante pour obtenir des photos incontestables.

     

     

    ORB03

     

    Ces manifestations paraissent donc intelligentes et font penser à une manipulation de plasma, influencé malgré tout par un environnement ambiant qui les déforme. A mon avis, nous rejoignons ici ce qui se passe dans le tube cathodique des téléviseurs au cours des expériences de transvidéo ( voir article dans le coin de l’au-delà ).

     

    *** D’où viennent-elles ? ***

     

     

    ORB04 

     

     

    Des spécialistes, à travers le monde, ont émis diverses hypothèses pour expliquer leur provenance. S’agit-il d’entités issues d’une autre planète ou d’une autre dimension ? Beaucoup d’observateurs pensent qu’il s’agit de sondes extraterrestres. Voici par exemple l’avis de Luciano Boccone habitant à Gènes ( Italie ) :

     

    « Nous possédons une preuve documentaire irréfutable sur la présence de ces « plasmatiques » ou « idéoplasmes » à basse altitude, au-dessus des montagnes, de la mer, proches de nous-mêmes sur terre et même à l’intérieur de nos maisons. Ces organismes éthériques vivent avec nous en n’étant jamais détectables depuis la nuit des temps… »

     

    On pense également qu’il s’agit de créatures multi-dimensionnelles se servant de conditions exceptionnelles pour se manifester dans certains endroits. Pour ma part, je pense que nous sommes devant une tentative de communication d’un monde parallèle, peut-être l’Au-delà, comme c’est le cas avec les phénomènes de transcommunications ( TCI ).

     

    Certaines photos représentent des sphères orangées, d’où le mot « Orbs » en anglais ; aussi de multitudes de petites boules gris argenté, en passant par toutes les autres couleurs, et lorsque l’on fait un fort agrandissement de ces « ronds de lumières », on découvre à l’intérieur des dessins et des graphiques très particuliers ; il y a aussi des visages humains qui apparaissent dans certaines, mais pas tout le temps.

     

    *** Comment les photographier ? ***

     

     

     

     ORB05

     

     

    Dès que le phénomène se manifeste, toutes les techniques sont bonnes, avec quelques nuances à respecter. A/ Les conditions de prise de vue au flash nous démontrent une matière très réactive aux lumières froides et aux ultraviolets. B/ La nuit leur permet de mieux ressortir que le jour. C/ Le film couleur diapositive est bon pour la subtilité des rendus. Plus pratique et économique, la photo couleur numérique semble idéale à tous points de vue, mais le noir et blanc classique reste valable. Si vous avez la chance de trouver un lieu où se produisent ces phénomènes, il serait souhaitable d’opérer avec plusieurs appareils aux réglages manuels ou de réaliser un film vidéo avec éclairage stroboscopique.

     

     

    *** Conclusion ***

     

     

     ORB06

     

    Nous voilà une fois de plus face à un phénomène paranormal, totalement incroyable pour la majorité d’entre nous. Alors que pour d’autres, ce ne sont que de vulgaires poussières dans l’air, visibles à cause du mouvement ambiant lors de la prise de la photo. Le débat est lancé et l’avis de tous est important. Pourtant ce phénomène est peu étudié, personne n’en parle quasiment jamais. Mais ces manifestations prennent de l’ampleur et ceux sur tout les continents. Nous pouvons donc garder l’espoir d’une meilleure connaissance de ces mondes parallèles dans un avenir proche. Alors si vous posséder un appareil numérique, regardez attentivement les photos faites. Peut-être avez-vous, sans le savoir, capté quelque chose d’étrange… Passé voir la rubrique « Vos photos ici », j’explique certaines choses à savoir concernant ce genre de clichés, certains ont regardés leurs photos avec un regard différent suite a leurs passages sur la rubrique et ont remarqués certaines anomalies. Ils m’en ont envoyés certaines qui y figurent d’ailleurs !

     

    * 

     

     

    LES RONDS DE LUMIERE SUR LES PHOTOS NUMERIQUES.

     

     

    info envoyé par Jorge sur les ORBS ( rajouter le 27/02/2007 )

     

    De nombreux sites  Internet sont, soit entièrement consacrés aux orbs (ces fameux ronds de lumière qui apparaissent sur les photos numériques), soit les évoquent parmi d’autres rubriques traitant de phénomènes optiques, du paranormal, des esprits ou autres interprétations parapsychologiques plus ou moins échevelées. Il suffit d’effectuer une recherche à partir de quelques mots clés, comme orbes, orbs spirits ou white dot ghosts pour voir alors s’afficher des centaines de pages ou de sites qui leur sont consacrés. Si les photos sont intéressantes, les films, manifestement, sont plus étranges encore. Il est vrai que l’immense majorité de ces pages ou de ces sites sont en anglais ou en espagnol. (assez peu de sites sérieux et bien documentés en français). Certains blogs sont simplistes, d’autres plus mystiques, mais ce qui étonne, de prime abord, c’est le jugement préalable à l’égard du phénomène. Globalement, les internautes sont a priori pour ou contre une explication optique, pour ou contre une explication métaphysique. Et il est vrai aussi que le rationalisme peut inciter à considérer, avant toute chose, que tout ce que l’on  ne sait pas expliquer résulte nécessairement d’une supercherie ou d’une manipulation des documents visuels (photos et films). C’est une forme de croyance qu’il ne faut pas négliger car elle pollue largement le débat, même non scientifique, en enfermant les protagonistes dans le domaine de la foi et non dans celui de l’observation et du raisonnement serein. Les sceptiques ne doutent pas uniquement  de la matérialité des observations, ils doutent également de la bonne foi de leurs interlocuteurs qui chercheraient nécessairement à les duper. C’est pourquoi, sans verser dans de hasardeuses explications spirites, que rien ne permet d’ailleurs d’étayer pour l’instant, il convient d’établir une distinction entre rationalisme et scepticisme, surtout si ce scepticisme  conduit à douter davantage  des personnes que des images et à expliquer par la manipulation toute photo présentant une anomalie inexplicable. Faute d’explication personnelle sur la question, il semble utile d’apporter quelques observations visuelles, rationnelle, déductives, et de participer ainsi au débat en montrant ce qu’il est possible d’admettre et ce qu’il est raisonnable d’écarter, tout en sachant que nous ne savons pas expliquer tout ce que nous enregistrons grâce à nos appareils numériques mais ne voyons pas à l’œil nu, ce qui contribue très certainement à passionner la controverse. N’oublions pas toutefois  que certains phénomènes imperceptibles à nos sens ont été scientifiquement prouvés et que nos organes de perception peuvent parfois nous tromper sur la matérialité des choses. Il suffit pour s’en convaincre de constater que nous n’entendons pas notre cœur battre, ni notre sang affluer dans nos artères, que nous ne percevons ni les ultrasons ni les infrasons et que nous ne voyons que le spectre chromatique utile à notre survie. Ces ronds de lumière peuvent endosser de multiples tentatives d’explication : artefacts, dysfonctionnements des appareils numériques, bidouillages volontaires, supercheries, phénomènes paranormaux… Ces hypothèses  ne sont que des tentatives et non des conclusions définitives, car en l’état actuel de nos connaissances, aucune des théories avancées ne semble totalement convaincante. Bien malin qui peut s’enorgueillir de savoir expliquer définitivement ces phénomènes, quelle que soit la détermination des rationalistes ou la conviction des spirites.

     

    1- Les tentatives d’explication

     

    Toutes les personnes confrontées à la problématique des orbs dans les photos numériques se rangent soit parmi les partisans des poussières en suspension dans l’air, (explication qui n’est, à l’évidence, pas toujours ni totalement satisfaisante) soit, mais elles sont moins nombreuses, dans le clan de celles qui militent en faveur d’expressions métaphysiques. Les explications avancées ici ou là obéissent aux postulats émis avant tout examen de quelque cliché que ce soit par des partisans d’une thèse rationaliste ou d’un interprétation spirite. L’examen de l’image est souvent sommaire et c’est essentiellement le raisonnement qui vient affirmer, avec plus ou moins de connaissances techniques à l’appui, le choix d’une cause physique, optique, ou d’une affirmation métaphysique. Certains opèrent même une distinction entre les artefacts (poussières, pollens en suspension) et les orbes spirites, en se fondant sur la couleur, la texture, la luminosité de la circonférence : il y aurait en quelque sorte les faux et les vrais orbs ! Ce mode de pensée basique et binaire, tendant, soit à imposer une explication mécanique, soit à croire en une hypothèse métaphysique paraît un peu primaire. Pourquoi ne pas reconnaître tout simplement notre méconnaissance de l’origine et de l’explication du phénomène ?

     

    2- Les artefacts.

     

    Il est évident que la dispersion volontaire de particules poussiéreuses dans l’atmosphère avant la prise des clichés favorise la captation d’orbs, l’expérience a été cent fois démontrée, avec de la farine ou grâce au contenu d’un sac d’aspirateur, mais elle ne constitue en aucun cas la preuve que toutes les photos qui en montrent l’existence ne sont que la conséquence de poussières en suspension dans l’air : il s’agit d’un raisonnement par l’absurde identique à celui qui prévalait au début du vingtième siècle en matière d’érection matinale. Rappelons, pour mémoire, que les scientifiques étaient à l’époque convaincus que l’érection matinale était provoquée par l’accumulation d’urine dans la vessie.

    Après tout, pourquoi pas ? Pour conforter leur thèse, ils ont injecté de l’eau dans la vessie de cobayes volontaires après leur première miction matinale mais le phénomène ne s’est pas reproduit. (in : le Singe nu) Tout homme sait d’ailleurs bien (et de nombreuses femmes en sont convaincues……) que l’érection résulte d’autres stimulations que le simple besoin d’uriner et que la vessie pleine ne provoque pas l’érection mais l’envie d’uriner, nuance ! Et ce n’est pas parce que ces deux phénomènes coexistent au réveil qu’il existe un lien de causalité entre eux. La dispersion de poussières relève du même raisonnement que cette stupide injection d’eau dans la vessie, qui ne dût pas être très agréable, au demeurant : ce n’est pas parce que l’on peut artificiellement créer une situation analogue que le phénomène naturel s’en trouve nécessairement expliqué. Donc ce n’est pas parce que la dispersion de poussière, de farine ou de vapeur d’eau dans l’atmosphère permet de photographier un phénomène analogue que toutes les photos s’expliquent par des particules en suspension. Ceci dit, certaines photos présentant un grand nombre de poussières en suspension dans l’air nocturne sont incontestablement le résultat du fait décrit : passage d’un véhicule sur un chemin de terre, soirée dansante où l’air et la poussière au sol sont abondamment déplacés, photos de nuit sous la pluie ou sous la neige… La théorie expliquant l’image par une particule de poussière, une moisissure ou une gouttelette à proximité immédiate de l’objectif et en suspension dans l’air résiste difficilement à l’analyse lorsque l’image est claire et que la circonférence photographiée l’est également.

     

    Comment le fond et le premier plan peuvent ils être nets ?

     

    Que dire par ailleurs de ces circonférences lumineuses photographiées par plusieurs personnes, dans des lieux différents, diversement colorées, ou dont la base est aplatie ? L’explication d’insectes nocturnes volant à proximité de la source de lumière, y compris dans des pièces fermées, ne semble guère plus sérieuse, d’autant que l’observation des films existants montre que les points lumineux passent à proximité de la lumière mais ne tournent pas autour d’elle comme le font tous les insectes fascinés par une source lumineuse.

     

    3- Différents phénomènes.

     

    Le deuxième point qui paraît important, c’est que la nature, la fréquence et la luminosité des orbs varient très sensiblement en fonction des auteurs des photos. Certaines personnes en captent des centaines, d’autres des dizaines, et certaines n’en captent que des unités. Certains individus en photographient des bleus, des rouges ou des verts, voire multicolores, d’autres se contentent de blanc brillant ou même de blanc laiteux. Il existe des orbs luminescents et des orbs monochromes. Curieusement, certaines personnes ne photographient jamais d’orbs, même en utilisant les appareils ayant permis d’en capter. Ceci laisse à penser que la personnalité des individus n’est pas totalement étrangère au phénomène. D’ailleurs, la méditation, les conférences ou discussions les concernant, et d’une manière plus générale la recherche de ce type de manifestation semblent favoriser leur émergence, comme s’il suffisait qu’on leur accorde quelque intérêt pour que leur occurrence augmente… S’il est certain que la photographie numérique a permis des avancées notables sur le plan de la vitesse d’intervention et sur le coût du développement, il n’en demeure pas moins vrai que la saisie des orbs ne date pas du numérique et que bon nombre de photographies argentiques peuvent témoigner de saisies bizarres et assez anciennes. A défaut  d’avis a priori,  considérons que les images sont intéressantes. La photographie n’est pas un art anodin : saisir en une seule image le réel, l’instantané, l’immédiat, l’inattendu, le vrai, le faux semblant et le véritable, nécessite de véritables qualités. Savoir, en plus, capturer les instants qui relèvent de l’infini dénote de la chance et de l’adresse. Un autre artefact souvent invoqué tient à l’humidité qui serait contenue par les appareils numériques et qui se manifesterait par des gouttelettes  à l’intérieur même de l’appareil au moment de son déclenchement. Pourquoi pas ? Il est surprenant, malgré tout, que dans une même série de photos l’appareil puisse être tantôt sec et tantôt humide, ou que les mêmes configurations inexpliquées soient enregistrées par trois appareils différents sur le même site. Le métier d’enseignant m’a appris à tout entendre, y compris que Coluche aurait été assassiné sur ordre de la classe politique ne lui ayant pas pardonné sa candidature à l’élection présidentielle. (si, si !) On ne peut rien contre la rumeur, et celle des appareils humides par intermittence en vaut bien d’autres, elles sont de toutes manières indémontrables mais permettent de jeter le doute dans l’esprit des gens.

     

    4- Les films.

     

    Le quatrième point qu’il semble important de noter, c’est que plusieurs films, également accessibles sur Internet, apportent incontestablement des informations intéressantes. D’abord parce que la problématique du flash, qui serait supposé provoquer une brutale réflexion de lumière sur une particule en suspension dans l’air et proche de l’objectif ne tient plus, les caméras numériques pouvant filmer des scènes faiblement éclairées sans apport de lumière supplémentaire. Ensuite parce que la trajectoire des orbs, et leur vitesse, peuvent être plus aisément appréciées, ce qui aide à comprendre pourquoi deux photos successives du même lieu donnent des résultats sensiblement différents : la vitesse de déplacement des orbs est supérieure au temps de déclenchement entre deux photos. Enfin, et c’est à mon avis l’élément le plus curieux, les trajectoires ne correspondent pas à ce que nous savons du vol des insectes, les changements de cap peuvent être rapides, les apparitions et disparitions soudaines pouvant d’ailleurs être mises en relation avec des variations de leur vitesse de déplacement. Au lieu  de nier, il vaudrait mieux chercher. Il n’est pas acceptable que les beaux esprits qui tirent des conclusions hâtives prônant des explications matérialistes ne fassent pas l’effort d’aller voir ces films et se cantonnent à un systématique rejet de toute question troublante, n’hésitant pas, le cas échéant, à mettre en doute la bonne foi et l’honnêteté de ceux qui cherchent simplement à comprendre. (On a même dit qu’un doigt sur l’objectif suffisait à créer une sphère orangée…) Je tiens à la disposition des sceptiques l’adresse de ces sites instructifs. L’inobservable à l’œil nu constitue un supplément inestimable et l’avancée troublante  que permet le numérique, c’est de passer directement à la dimension inexpliquée.

    L’orb, comme d’autres phénomènes inexpliqués (les air-rods) constitue un mystère, nul ne peut le nier. L’intensité lumineuse interroge, et le gris pâle ne se confond pas avec le blanc brillant…. Le grain de poussière ne remplace pas la lumière. Conclure hâtivement que la particule de poussière en suspension dans l’air explique tout ce que l’œil humain ne sait pas saisir  paraît sommaire : il y a certes, des particules de poussière, de pollen, d’humidité dans l’air, qui pourrait prétendre le contraire, mais comment expliquer les visages qui se lisent dans un certain nombre d’entre eux ? Par une simple vue de l’esprit ? Par une tendance humaine et naturelle à donner un sens au fruit du hasard ?

     

    Allons donc ... Le sage montre la lune et l’imbécile regarde le doigt…

     

    Par ailleurs, il faut distinguer les photos prises avec déclenchement du flash des photos prises sans flash. Dans le premier cas, il est probable que des phénomènes optiques encore mal connus biaisent les résultats et que l’intensité de la lumière déployée crée des artefacts par simple réfraction de la lumière sur des particules en suspension dans l’air. C’est un fait acquis. Pour les photos prises en plein jour et sans flash, les orbs sont beaucoup moins nombreux mais existent incontestablement.

    *

    Voici quelques photos d’orbs, elles sont personnelles et ne résultent pas de compositions en studio : le bidouillage ne m’intéresse pas, j’ai autre chose à faire, les autres ont été  trouvées sur différents sites qui y consacrent leur témoignage visuel et leurs réflexions plus ou moins scientifiques. J’utilise un robuste HP photosmart 720 dont je suis très content pour sa simplicité et son authenticité. Honnêtement, j’ai quelque peine à croire qu’il soit responsable des images capturées, compte tenu des centaines de photos qu’il a produites et qui ne comportent aucune anomalie. En effet, les vingt images présentant ce phénomène sont extraites de plus de cinq cents clichés. Accuser l’appareil de dysfonctionnement semble un peu court. Certaines photos sont tronquées pour respecter l’anonymat de personnes privées, notamment mineures. Je veux bien entendre toutes les explications que l’on veut mais il faut savoir raison garder. Et savoir que l’on ne sait pas n‘est pas déshonorant, c’est faire avancer la recherche que de reconnaître que nos connaissances sont limitées. Il peut tout à fait ne s’agir que d’un simple phénomène optique (réflexion de la lumière, interférences, ou autres…), il peut également s’agir d’une ouverture sur des  dimensions différentes ou des mondes inconnus. Sachons rester ouverts et en quête de connaissance, car le rationalisme systématique, surtout quand il est obtus, ne paie pas. Et le procès d’intention affirmant que les photos sont truquées ou que l’on prend des particules de poussière pour des fantômes ne fait guère avancer notre compréhension du phénomène.

     

    - JORGE - février 2007

     


      

    *** info du 8 septembre ***

     

    Le G.E.E.S.A ( groupe européen d'études des sciences avancées ) est une association qui a pour objet l'étude et la recherche à orientation technique et scientifique sur la physique avancée dans divers domaines. Ci-dessous vous trouverez une enquête de leur part sur le phénomène des orbs.

     

    http://g.e.e.s.a.france.free.fr/orbs_1.html

     

    ORB00 



    Quelques adresses :

     

    http://perso.orange.fr/mondesinfinis/m4s1.html 

    ( site avec photos d'orbs ! )

     

    http://www.Interdimensionalphotography.com/orbs.html

    www.psychicinvestigators.net/html/orbs.html

    www.blogparanormal.com/

    www.paranormalaustralia.com/photos/photopictonk.html

    www.orbstudy.com

    www.apra.org.uk/riddle_orbs.htm

    http://en.wikipedia.org/wiki/Orb_(paranormal)

    http://blog.johnq.com/2006/10/ghostly_videos.html

     

    *

    Certaines de mes photos sont accessibles sur :

     

     

    http://www.flickr.com/photos/27198553@N00/

     

     

     Ici les photos étranges...

     

     

     

    Les ORBS débarquent en force...

      

     

    La taverne de l’étrange- 22 janvier 2007

    Partager via Gmail Pin It

    72 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique