• CES RÊVES QUI TUENT...

     

    CES RÊVES QUI TUENT...

    CES RÊVES QUI TUENT...

    Méfiez-vous des cauchemars ! Ils ne sont jamais gratuits. Ils ne constituent pas, comme on l’a souvent cru en psychologie traditionnelle, un exutoire positif à nos terreurs ou à nos problèmes. Ils sont encore bien moins le fait d’une mauvaise digestion.

     

    Toutes les fois où vous frisez la mort en rêve, vous risquez de mourir effectivement si vous ne vous réveillez pas à temps. C’est un chercheur américain, Thomas Bearden, de Huntsville, dans l’Alabama, qui le prétend après des années de recherches sur la question. « Vous rêver d’une forêt sinistre où s’ébattent des monstres, écrit-il. Soudain, un loup-garou ou quelque autre créature affreuse s’abat sur vous. Vous allez mourir, vous le savez. Heureusement vous vous éveillez et constatez qu’il ne s’agit que d’un cauchemar. Si votre rêve s’était poursuivi, vous seriez véritablement mort. Et peut-être même aurait-on trouvé sur vous les traces des féroces canines du monstre. »

    Hypothèse intéressante, certes, mais sans grand fondement, vont estimer les partisans de la psychologie classique. Pas tout à fait. Bearden a étudié des dizaines de cas de personnes mortes mystérieusement pendant leur sommeil. Toutes les fois où l’on a pu mesurer l’état cérébral du défunt, il a été déterminé qu’il était mort au cours d’un phénomène onirique proche du cauchemar. Il a vécu son rêve jusqu’au bout. Il ne s’est pas éveillé et le rêve l’a tué. Mieux, il arrive, comme le supposait notre auteur, que l’on découvre par exemple des traces de strangulation.

    Et pourtant l’homme ou la femme, cela a été dûment constaté par les enquêteurs, sont décédés de mort naturelle. « Sans doute rêvaient-ils, écrit Bearden, qu’on les pendait. Ou bien qu’un tueur de la Pleine Lune les prenait au cou et serrait jusqu’à ce qu’ils trépassent. D’autres fois on découvre avec stupéfaction qu’un homme mort dans son lit présente toutes les caractéristiques d’un noyé. Il rêvait pour sa part qu’il était tombé dans un puits ou dans une rivière et qu’il ne pouvait s’en sortir. Lui aussi a poursuivi son cauchemar jusqu’au bout. » L’enquête de l’auteur est troublante. Les cas dont il fait état sont effectivement significatifs et donnent un poids singulier à sa curieuse théorie.

    L’esprit est d’une extraordinaire puissance. Il peut créer une situation de toutes pièces. L’imagination possède un pouvoir sans limites sur les fonctions du corps et de la vie. Positive, elle peut vous faire trouver en rêve un million de dollars, constate t-il. Et vous le trouverez vraiment si vous rêvez jusqu’au bout de cette découverte. Négative, elle peut vous annihiler de la même manière.

    Thomas Bearden en est venu à cette conclusion assez inquiétante à propos de notre vie onirique en étudiant les anciennes traditions du Tibet à propos du  rêve. Certains moines initiés à des pratiques très spéciales étaient capables- et sans doute le sont-ils toujours- de générer par la pensée de redoutables créatures, les tulpas, sortes de vampires psychiques qu’ils envoyaient justement de nuit au chevet de leurs ennemis plongés dans le sommeil. Ces tulpas étranglaient leurs victimes. Parfois aussi, ils perçaient dans le crâne un petit trou à travers lequel ils aspiraient la substance de la vie reposant au fond du cerveau.

    Des ethnologues comme David Neel ou le père Huc ont constaté que des cadavres portaient une pareille ouverture dans la boîte crânienne. On avait trouvé cette blessure au matin alors qu’ils étaient mystérieusement morts pendant leur sommeil. Le tulpa avait fait son œuvre. Nous créons, selon l’auteur, nos propres tulpas. A moins qu’un sorcier envoûteur nous impose les siens. C’est une chose assez courante dans le vaudou qui, comme au Tibet, donne aux cauchemars une redoutable réalité. Il nous faut donc surveiller de près nos rêves. Certains peuvent causer notre mort, qu’ils viennent de nous-mêmes ou que quelqu’un d’hostile les téléguide dans notre subconscient. Décidément, le monde du sommeil est loin d’avoir livré tous ses secrets !

     

    CES RÊVES QUI TUENT...

    La taverne de l’étrange- 15 novembre 2009

    Pin It

  • Commentaires

    1
    sonatine
    Mardi 17 Novembre 2009 à 20:18
    je trouve les propos de Bearden sont douteux, dans la mesure ou il affirme que telle personne est morte en sommeil car elle a r? de ceci ou de cela. Le d?nt ne s'est pas ressucit?our venir lui souffler ?'oreille... quoi que...
    bref, je ne suis pas convaincu par son s?eux.
    par contre, pourquoi pas mourir d'un avc ou d'une crise cardiaque apr?un choc violent en sommeil? ou une entit?ui vient se venger?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :