• 1972- L'affaire de l'abbaye de Taize

     

    1972- UN MYSTERIEUX ENGIN LUMINEUX S’EST POSE A PIERRE-DE-BRESSE


    ENCORE UN ATTERRISSAGE IMPORTANT A ETUDIER DANS LES ANNEES 72

     

     


    Tout laisse à penser que la lumière sur les O.V.N.I. ne se fera pas d’un seul coup, mais qu’il faudra au contraire accumuler les observations, peser bien des témoignages et envisager toutes les hypothèses avant de pouvoir établir l’origine de ces engins et le but de leurs missions. C’est dans cette perceptive que je verse au dossier OVNI  un nouveau dossier qui tend à démontrer que nos visiteurs sont réagis par un cycle basé sur l’année terrestre.


    Dans la nuit du 12 août 1972 un groupe de jeunes gens organisent une veillé dans une sorte d’amphithéâtre aux bords de la célèbre Abbaye de TAIZE, près de Mâcon. Soudain un sifflement insolite les fait sursauter. Tous dirigent leurs regards vers le ciel d’où descend ce sifflement et demeurent sans voix : à une distance qu’ils évalueront à 1500 m, un énorme objet illuminé qui peut mesurer plus de cinquante mètres de long se découpe sur la colline voisine où il s’est immobilisé. Sur l’un des côtés dansent des lueurs orangés, puis des faisceaux lumineux jaillissent et semblent se solidifier en balayant le sol. Au bout d’un quart d’heure d’observation, les témoins ont l’impression d’être en présence d’une lumière solide qui transforme les faisceaux en pylônes. Pendant plus de deux heures, ils vont assister à ce spectacle irréel, jusqu’à ce qu’à quatre heures du matin la masse qui stationnait à quelques mètres du sol s’élève en tourbillonnant avant de s’éloigner à une vitesse fulgurante. D’autres témoins, dans la région, remarqueront ce soir-là des phénomènes lumineux tout aussi inexplicables.


    Or, UN AN JOUR POUR JOUR après cette observation, la jeune équipe qui habite le Mâconnais, revient sur les lieux pour une veillée identique. Ils n’osent espérer revoir ce spectacle. Effectivement « la chose » ne se présentera pas sous le même aspect. Toutefois, aussi incroyable que cela puisse paraître, un peu avant minuit, une lueur intense crève le ciel vers l’Ouest. L’objet se déplace à faible allure et sa lumière clignote. Il semble traîner une « queue sombre de dimensions imposantes » et la vitesse est telle que l’un des jeunes gens peut prendre une photo avant que disparaisse le phénomène. A une soixantaine de kilomètres de Taizé, dans l’immense plaine qui borde le Doubs avant son confluent avec la Saône, les spécialistes des OVNI viennent de relever une coïncidence tout aussi troublante que celle qu’ils ont remarquée voici un an dans la région Mâconnaise. En cette nuit du 14 juin 1975, Pascal Trullard roule à travers la plaine vers PIERRE-DE-BRESSE ; Soudain, à la sortie de Fretterans, sont regard est attirée par une clarté insolite. Elle provient d’un globe lumineux : « un soleil » dira t-il, qui semble immobilisé à 3 ou 4 mètres au-dessus d’un champ. Eberlué, Pascal Trulland ralentit. Il sait qu’à cet endroit, situé à quelques dizaines de mètres de sa route, il n’y a ni maison d’habitation, ni chemin.

    Il ne peut donc s’agir ni d’une lumière électrique, ni d’un phare.


    LE MEME SOLEIL QUE LA VEILLE


    De plus, les teintes jaunes et orange pâle de cette mystérieuse source lumineuse sont irréelles. Elles ne peuvent donc émaner qu’un d’un engin inconnu qui n’a pu venir que par la voie céleste. Il est si troublé par son observation qu’il en fait part au pharmacien. Lorsque, quelques instants plus tard il repasse sur les lieux, l’objet insolite a disparu. Pas pour longtemps, semble t-il. En effet dans la nuit du lendemain 15 juin, Régis Trulland, son frère (qu’il a mis au courant de son observation) en rentrant du bal en voiture, aperçoit un « soleil » en tout point identique, immobilisé approximativement au même endroit que 24 heures plus tôt. Tout laisse supposer qu’il s’agit du même engin que la veille. Pourquoi est-il revenu stationner au milieu de cette plaine ? Où s’est-il dissimulé pendant la journée ? Mystère !...

    Une année s’écoule, au cours de laquelle les O.V.N.I. semble avoir déserté cette partie de la vallée du Doubs.


    Si l’aventure vécue par les deux frères Trullard a suscité des vocations de chercheurs d’extraterrestres, les sceptiques prenant à témoins le ciel vide d’engins mystérieux, sont de plus en plus persuadés qu’ils ont été victimes d’une hallucination. Telle n’est pas l’opinion de la famille Château qui habite le bourg de Pierre-de-Bresse, c’est-à-dire à quelques kilomètres des lieux de l’observation du « soleil » de minuit. François et Pierre, les deux fils, se passionnent tant pour les problèmes posés par les O.V.N.I. qu’ils n’ont pas tardé à faire partager leur passion à leurs parents. Leur plus cher désir, bien sûr, serait de pouvoir observer un engin, mais c’est un rêve qui a peu de chances de se réaliser, et pourtant !

    En cette soirée du 18 juin 1975, il est un peu plus de 23 heures quand  Madame Christiane Cartier, une voisine venue bavarder un instant avec les Château, leur souhaite le bonsoir avant de s’éloigner. Au moment où pour rentrer chez elle, elle vient de traverser la cour de la maison, elle lève la tête au ciel et lance, mi-sérieuse, mi-souriante, à son hôtesse qui la raccompagne : « Tiens, un O.V.N.I. ! »


    A son tour Mme Château lève la tête et, à la vue du spectacle qu’elle découvre sous le ciel pur, c’est le plus sérieusement du monde qu’elle alerte ses fils et son mari. Sans trop y croire, ils accourent, tandis que Mme Cartier court chercher son époux chez elle. Tous demeurent un moment figés sur place. Là-haut, à une hauteur difficile à évaluer, mais assez élevée cependant pour que les six observateurs puissent détailler « la chose », une énorme masse compacte de forme triangulaire avance sans le moindre bruit sous les étoiles. Pierre Château qui est mécanicien dans l’aviation civile à Dijon précise. Il m’a suffit de quelques secondes pour m’assurer qu’il ne pouvait s’agir d’un avion, pour de multiples raisons. Tout d’abord, cet engin n’en avait pas la forme et que les accessoires lumineux dont il était muni étaient pour le moins bizarre. Dans la pointe du triangle situé à l’avant deux lumières blanches et oranges clignotaient. Sur le côté du triangle qui constituait l’arrière de l’engin, deux énormes phares étaient allumés. Et ce n’était sûrement pas de phares d’atterrissage puisqu’ils se trouvaient à l’arrière.


    UN SPECTACLE FEERIQUE


    De plus, cette étrange machine glissait le plus silencieusement du monde, du Nord au Sud. Enfin, elle allait beaucoup trop lentement pour que ce soit un avion. Si lentement que Pierre Château a eu le temps d’aller chercher son appareil photo et de revenir pour faire trois photos et que son frère François peut se munir de ses jumelles (que les observateurs se passeront à tour de rôle pour mieux suivre l’O.V.N.I.) Car c’en était un, affirme Mme Château. Les lumières qu’il projetait étaient absolument irréels et le spectacle était si féerique qu’on pouvait en détacher nos yeux. Les témoins estiment qu’ils ont pu observer l’engin pendant plus de cinq longues minutes avant qu’il ne disparaisse vers le Nord, derrière  les maisons du bourg. C’est un spectacle que je n’oublierai jamais, répète Germaine Château. Je ne pouvais soupçonner qu’il existe des couleurs aussi belles. Par malheur, les clichés pris par son fils, n’ont pas permis de conserver une image de ce gigantesque triangle mouvant (gendarmerie oblige !...) Quoi qu’il en soit, ces six témoins n’ont pas la berlue et le mécanicien d’avion qui se trouvait parmi eux n’a pas pu confondre un boeing ou  autre appareil avec un OVNI.

    Il reste à déterminer si le passage en cette région de cet engin un et trois jours près celui qui avait été observé par les frères Trulland n’est qu’une simple coïncidence ?

    Les O.V.N.I. ne seraient-ils pas régis par un cycle ? Après les observations de Taizé, celles de la plaine du Doubs tendraient à le laisser supposer. Car, lorsque les coïncidences se répètent, dans le domaine scientifique ne deviennent-elles pas des lois ?


    UNE EXPLICATION


    Certain O.V.N.I. utilisent pour leurs repérages et leurs réalimentations d’énergies les forces naturelles telluriques de la planète. Une étude approfondie pourrait même faire comprendre la raison de leur passage à certains endroits et pas à d’autres, et souvent plusieurs fois au même emplacement. J’ai moi-même émis une théorie à ce sujet, ceci pourrait bouleverser, et surtout mettre en place une nouvelle façon d’aborder les recherches E.T.


    Quelques sages doivent retrouver le mode d’emploi total de ces puissances fantastiques, mais aussi très dangereuses mis dans des mains de personnes négatives de notre monde.

     

    1972- L'affaire de l'abbaye de Taize


    Sources : Archives Mairie des communes

    Recherches & Contacts humains sur les lieux

    Et famille Château

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    SIRENE26
    Jeudi 21 Avril 2011 à 22:45
    ça fait drole quand méme !!!!! j'aurais une ste trouille, sii je voyais ça la nuit !!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :