• Une arme inconnue aveugle les satellites...

    UNE ARME MYSTERIEUSE AVEUGLE LES SATELLITES AMERICAINS

     

    Une arme inconnue aveugle les satellites...

     
    Les inquiétudes croissantes des Américains et des Chinois devant la mise au point d’'un engin antisatellite que les Russes avaient, à l’'origine, conçu dans le but précis ; intercepter ces étranges Objets Volants non Identifiés qui sillonnent périodiquement le territoire de la Russie. Les U.S.A. ne voulant pas être en reste et craignant à bon droit pour la sauvegarde de leurs propres satellites, redoublent actuellement d’'efforts pour élaborer de nouvelles armes orbitales susceptibles de les mettre au niveau technologique et militaire de la Russie, mais aussi de le Chine, qui semble actuellement avoir une avance sérieuse dans ce domaine.

     

    Mais c’'est avant tout pour une autre raison, à cause d'’un phénomène beaucoup plus mystérieux et d’'autant moins commenté par le Pentagone qu'’ils se trouvent aussi précisément incités à pareil effort scientifiques. Depuis environs deux ans, plusieurs satellites américains ont été inexplicablement occultés, aveuglés et mis hors service par une force d'’origine totalement inconnue mais procédant à n'’en pas douter d'’une forme d'’activité intelligente, si l’'on en juge par la précision de l’'impact et la répétition du phénomène surtout sur les satellites espions. Après voir déterminé qu'’il ne pouvait matériellement s'’agir de voies de fait Russe et encore moins Chinoise, les autorités militaires ont bien été contraintes d'’examiner à nouveau mais toujours dans le plus grand secret, l’'hypothèse d’'interventions extraterrestres que quelques années auparavant ils avaient systématiquement black-outées, en ce qui concerne l’information du grand public.

    Tout commença il y a longtemps, le 18 octobre 1975, du moins officiellement. En effet, c'’est à cette date que se produit le premier incident inquiétant. Un satellite d’'alerte avancé avait été placé en orbite géostationnaire à quelque 36000 km d’'altitude au-dessus de l’'océan indien. Son rôle principal était la surveillance des missiles balistiques stratégiques dont disposent dans cette zone à la fois les Russes et les Chinois et qui menacent directement le territoire U.S. Soudain, l’'engin fut littéralement illuminé, et de ce fait rendu inefficace, par une mystérieuse source de rayonnement infrarouge. C'’est du moins de cette nature qu’'on la déclara car à la vérité il ne fut pas possible de déterminer avec grande précision en quoi consistait véritablement cette énergie véhiculée par un flux inconnu. De toute façon, elle apparaissait comme mille fois plus importante que la puissance maximum d’'un missile balistique à grande portée. On crut alors devoir affirmer que la source de rayonnement émanait de l’une des bases installées par les Russes, ou en territoire russe ? Dans le secteur militaire occidental de son territoire. Or les caractéristiques de ces bases sont fort bien connues des services secrets américains qui savent que les Russes ne disposent pas d’'une arme semblable.

    RAYONNEMENT INCONNU

    Le même incident se renouvela à plusieurs reprises mais on ne sait exactement combien de fois. Le Pentagone annonça simplement par voie officielle que deux autres satellites avaient été aveuglés en novembre 1975. Le Los Angeles Times, un organe de presse généralement des mieux informés sur ces problèmes, prétendit quant à lui que la chose s'’était produite plus d'’une vingtaine de fois. Le Pentagone simplement par la voie officielle que deux autres satellites avaient été aveuglés en novembre 1975. Quoi qu'’il en soit, selon la communication du Pentagone, le 17 et le 18 novembre 1975, soit exactement un mois après le « premier » incident, deux autres nouveaux satellites, furent mis hors d'’usage alors qu'’ils survolaient la Russie, sur une orbites elliptiques à bas périgée. L’'un d’'entre eux demeure notamment inefficace durant plus de quatre heures puis se remit à fonctionner mais de façon très intermittente. Cette fois, les sources du rayonnement inconnu étaient apparemment situées en des lieux tout à fait différents de la précédente affaire sans que l’on puisse en préciser la position avec exactitude. Mais il fut de toute manière avéré qu’'aucun des deux flux destructeurs ne provenait du centre de recherches soviétique sur les lasers à haute énergie installé à Semipalatinsk. Plusieurs informations parurent alors dans la presse américaine dont certaines émanaient d’'autorités très officielles qui accusèrent cependant les Russes d'’une action déterminée contre les satellites espions U.S.

    Le Pentagone les démentit chaque fois. On prétendit qu'’il s'’agissait là d'’une attitude publique américaine aurait eu beau jeu de critiquer ses responsables militaires pour ne pas avoir depuis longtemps prévu pareille éventualité. De plus, elle aurait certainement très mal admis que l’'on négocie au grand jour des limitations d'’armement avec la Russie, tandis que le principal intéressé de ces pourparlers et sans conteste le plus favorable à leur meilleur aboutissement se livrait à de semblables exactions. Les russes n'’étaient cependant pour rien dans cette affaire. Ils avaient eux-mêmes suspecté les Américains d’'avoir occulté leurs propres engins militaires espions placés sur orbite basse. Mais ils avaient très vite admis quand à eux que la chose était totalement impossible. Et cela pour la même raison qu'’ils ne pouvaient eux-mêmes s’en être pris aux satellites U.S. D’une part, les fameux 18 octobre, 17 et 18 novembre 1975, l’'aveuglement incompréhensible des modules spatiaux s'’était produit avant leur passage au-dessus du territoire soviétique. Et en deuxième lieu, les Russes ne disposaient évidemment pas à cette date des moyens nécessaires à la suppression de toute espèce d’'efficacité dans le comportement des engins. Dès lors le problème devenait crucial. Quelle force étrange, mystérieuse et sans doute intéressée, avait donc pu mettre aussi facilement hors d’usage des satellites de reconnaissance et d’alerte avancée ?

    Et cela dans quel but non avéré puisqu'’il ne pouvait s’'agir de puissances militaires concernées par la course intempestive aux armements. On écarta très rapidement l'’hypothèse d'’un phénomène naturel qui fut avancée par certains. Au Etats-Unis tout autant qu’'en U.R.S.S. Il existe suffisamment de modes et d'’engins de détection en état d'’alarme constant pour que pareille cause ne puisse être invoqué pertinemment sans que sa manifestation n'’en ait été surprise et analysé avec toute la précision voulue. Confronté au mystère et pressé de le résoudre, le Pentagone publia un communiqué destiné à calmer les inquiétudes du grand public enclin à s'’occuper de questions que depuis quelques temps les autorités militaires tiennent mystérieusement à traiter dans le secret le plus absolu. Le black-out est monnaie courante dans tous les régimes quand cette vérité dérange ou risque de susciter la panique dans l’'opinion. Le journaliste du Los Angeles Times avait sans doute tout à fait raison de supposer qu'’un grand nombre de satellites militaires avaient été occultés de cette étrange manière et que tout cela inquiétait au plus haut point le Pentagone. On n’'ignore pas que le Chinois actuellement, ainsi que les Russes sont aussi confrontés au même problème et qu'’ils ont tenté de le résoudre à leur manière par la création d'’un satellite ANTI-O.V.N.I.

    Aux Etats-Unis, un nouveau service de recherches très secrètes fut immédiatement mis sur pied pour essayer de tirer l’'affaire au clair mais aussi de faire face. Parallèlement, la DRAPA. Agence gouvernementale s'’occupant des projets de défense futurs et qui fut, mêlée de fort près au fameux projet Blue Book (Rapport officiel sur les observations d’O.V.N.I. survolant le territoire américain) lança un pressant appel aux compagnies industrielles travaillant ordinairement sous contrat avec l’'armée comme la Générale Dynamics et la Vought Corporation. Il s'’agissait désormais de concentrer tous les efforts sur l’'expérimentation de nouveaux systèmes de protection toujours plus efficaces mais aussi de destruction des engins en orbite. Il semblerait même, selon certains observateurs, que des accords confidentiels aient été pris avec les Russes au-delà des négociations officielles sur la limitation des armements spatiaux. On n'’a même prétendu qu’'une collaboration secrète entre les deux pays également concernés par le problème, avait été mise sur pied afin de résoudre une situation qui parait beaucoup trop angoissante pour être dévoilé aux populations…

    RAYON LASER SUR LA LUNE

    De cette action commune, le grand public ne connaîtra que l’'envoi d’'un rayon laser sur la Lune (d'’autres rayons lasers plus puissants sont en cours en 2008 ?) par les deux puissances à fins d'’étudier communément l'’impact et que l’'observation des satellites géodésiques pour laquelle est aussi utilisé le même procédé LASER. Car Russes et Américain sont d’'accord pour penser que c'’est une telle source d’'énergie ou quelque chose d'’approchant qui occulte leurs engins spatiaux. Or les uns et les autres savent bien qu’'il n'’existe pas au monde de source d’'émission susceptible d’'aveugler un satellite géostationnaire gravitant à quelques 36000 km d’'altitude. L’'atmosphère terrestre a en effet fortement tendance à disperser le faisceau et à absorber une partie de son énergie. Nulle puissance technologique au monde n’'est à ce jour capable de mettre à mal cette manière, un engin spatial orbitant à basse altitude. Quant à porter préjudice à un satellite situé à plus de 30000 km, il ne saurait en être question puisque cela nécessiterait une énergie 50 à 60000 fois plus puissante.

    LE PENTAGONE ENVISAGE L'’HYPOTHESE D'’UNE INTERVENTION EXTRATERRESTRE

    S'’il ne s'’agit donc d'’une intervention terrestre ou d'’un phénomène naturel, qui peut avoir, sinon une éventuelle et inquiétante intelligence extraterrestre, intérêt à détruire nos moyens orbitaux d’'alerte, militaire, et d’'espionnage et d'’observations avancées. Selon certaines rumeurs, faisant état de fuites parmi le haut personnel de la DARPA sur ces nouveaux projets, il paraît bien que cette hypothèse ne soit nullement à rejeter. L’'agence s'’intéresserait à tous les phénomènes accompagnant les observations d’'O.V.N.I. et en particulier aux perturbations occasionnées par leurs passages : pannes de moteurs variations de pressions, cécité des engins de détection et toutes autres manifestations étranges au niveau des appareils mécaniques, électriques ou électroniques.

     

    Toujours selon ces rumeurs que rien ne confirme mais que les faits sont bien loin d’'infirmer, comme on le voit, les hautes autorités militaires de la planète seraient persuadées que nous sommes actuellement observés par une puissance extraterrestre dont les moyens technologiques d’'action seraient infiniment supérieurs aux nôtre. L'’aveuglement des satellites inexplicable et impossible pour la science terrestre prouve le bien-fondé de cette dernière supposition. Pareille action incite à préjuger qu'’ils ne sont peut-être pas animés d'’intentions tout à fait pacifiques à notre endroit ou du moins qu'’ils sont loin d’'être inoffensifs. Nos engins spatiaux seraient continuellement observés par ces intelligences d’'outre-planète. Quand ils estiment que ces satellites interfèrent dans leurs propres activités ou menacent de glaner pour nous des informations dont nous n’'avons pas à prendre connaissance, ils n’'hésitent pas à les mettre hors d'’usage ou les annihiler purement et simplement, comme le fait s'’est produit à plusieurs reprises, comme le cas du satellite espion américain, muet après sont lancement en 2006, et que le Pentagone veut détruire en février 2008. Quelle est donc cette puissance extraterrestre énigmatique et menaçante qui exerce sur nous sa surveillance tout en nous interdisant de déceler sa présence par les moyens qui sont à notre disposition ?

    Ces êtres poursuivent incontestablement un but. Ils ont certainement une raison de s’'intéresser ainsi à nous. Pour les militaires américains, russes, chinois, et même français, il ne semble pas que nous ayons le meilleur rôle à tenir dans l’'avenir qu'’ils nous réservent. Et ce sera peut-être afin de nous éviter un pire que nous n'’attendons guère, qu’'au-delà des mesquines rivalités de préséance et d'’idéologie, quelques hommes de guerre pris de panique s'’uniront enfin…

    *

    Source : Recherches personnelles Militaires et des écrits de Jacques DEGAS

     

    Une arme inconnue aveugle les satellites...

     


    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_Hawkmoon vo
    Samedi 1er Mars 2008 à 16:57
    Si cela est vrai, c'est bien inqui?nt ; cela me rappelle (un peu) un roman de Pierre Barbet (Paix ?on ?) intitul?D?nse spatiale"...
    2
    visiteur_Top
    Samedi 1er Mars 2008 à 17:28
    S'ils voulaient vraiment piller les ressources de notre plan?, et vu l'avance technologiques qu'ils ont sur nous, ils aurraient p?us envahir depuis longtemps je penses.
    3
    Meriten
    Dimanche 2 Mars 2008 à 20:01
    Une puissance mena?te ? Pour qui ? pour ceux qui ont envoy?es satellites ?
    Mais rien ne nous dit que les satellites ?ient inoffensifs, eux ! S'ils ont ? d?uits, ce n'est s?ent pas dans un but contraire aux int?ts de la plan?. Comment savoir si leur destruction ne nous a pas ?t?ne catastrophe ?
    D'autre part, ces satellites pouvaient aussi repr?nter une menace pour les E.T. Dans ce cas, comment les bl?r de les avoir fusill??
    Les am?cains devraient comprendre ? eux qui ont toujours eu l'habitude de tirer d'abord et de parler ensuite... :o)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :