• Seul, il a passé 69 jours dans un phare au large de la Bretagne

    Seul, il a passé 69 jours dans un phare au large de la Bretagne

     

    La plupart de ses gardiens ont démissionné, certains y sont morts et d’autres sont devenus fous. La sombre histoire du phare de Tévennec, érigé sur un îlot rocheux au large du Finistère, n’a pas rebuté Marc Pointud. Le président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises (SNPB) vient de revenir sur le continent après avoir vécu deux mois dans le phare.

     

    « Le paradis sur mer »

     

     « C’est un endroit extraordinaire, c’est difficile d’y aller et d’en revenir. Mais une fois qu’on y est, c’est le paradis sur mer. », a assuré Marc Pointud, cité par l’Obs. Enchanté de son séjour, cet ardent défenseur des phares a débarqué à Audierne le 5 mai au soir.

    Par son action, l’homme de 64 ans souhaitait alerter sur l’urgence de la restauration de ces édifices empreints d’histoire. Défi accompli : son histoire a été largement relayée par les médias. « Le monde entier connaît Tévennec maintenant », a-t-il annoncé, fier de son expérience.

     

    23 gardiens en 35 ans

     

    L’unique maison-phare construite en pleine mer en France a une histoire particulière. L’édifice, qui se dresse à 17 mètres au dessus du niveau de la mer, n’était plus habité depuis 1910 lorsqu’il fut automatisé. Il avait été allumé en 1875 pour baliser le raz de Sein, une zone de violents courants marins parsemée d’îlots à fleur d’eau. De nombreux marins y ont perdu la vie, et 23 gardiens se sont succédé sur le phare en 35 ans.

    Cet endroit est réputé hanté, selon la légende locale. « Je n'ai vu personne. Pas de fantômes, mais j'ai entendu des bruits trois-quatre nuits de suite», a raconté très sérieusement Marc Pointud, assurant que ces bruits avaient forcément une explication.


    Un phare en mauvais état

     

    « L'eau passe dans les murs, qui sont pleins d'eau. Il y a de l'humidité tout le temps. Donc les poutres ont commencé à pourrir, les planchers pourrissent petit à petit. Le bâtiment s'en va si on ne fait rien », a prévenu Marc Pointud.

     

    Il affirme avoir été contacté par des mécènes potentiels pour réhabiliter le phare. Une convention d'occupation du phare de Tévennec a aussi signée en 2011 pour une durée de 10 ans entre l'Etat et la SNPB. L’ardent défenseur des phares rêve d’y installer une maison d’artistes.

    phare 38

    source de l'article

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :