• Découvrez votre ange gardien

     

    Découvrez le nom de votre ange gardien

    Si les catholiques ne reconnaissent que trois anges : Michel, Gabriel et Raphaël, la tradition magique de la Cabale en distingue, elle, soixante-douze, qui ont chacun des compétences précises. D’'après Haziel, spécialiste en la matière, le nom de votre ange gardien est en fonction de votre date de naissance. Pour bénéficier de ses pouvoirs particuliers, il suffit de l’'invoquer.

     

    HAZIEL

     

    1er au 5 janvier – *** NEMAMIAH *** apporte le succès, la lucidité dans la vie.

     

    6 au 10 janvier - *** YEYALEL *** donne la guérison, notamment aux problèmes liés a la vue.

     

    11 au 15 janvier - *** HARAHEL *** assure le bon dans les affaires courantes et mondaines.

     

    16 au 20 janvier - *** MITZRAEL *** facilite la guérison des maladies mentales.

     

    21 au 25 janvier - *** UMABEL *** favorise les relations amicales; savoir en astrologie et physique.

     

    26 au 30 janvier - *** IAH-HEL *** connexion avec la sagesse et le savoir divin, spiritualité, sérénité.

     

    31/1 au 4 février - *** ANAUEL *** protection des activités économiques et des accidents.

     

    5 au 9 février - *** MEHIEL *** inspire les écrivains, réconfort dans l’adversité.

     

    10 au 14 février - *** DAMABIAH *** veille sur les marins.

     

    15 au 19 février - *** MANAKEL *** facilite le sommeil et favorise les rêves prémonitoires.

     

    20 au 24 février - *** AYAEL *** haute sagesse, longue vie, sérénité et sens mystique.

     

    25 au 29 février - *** HABUHIAH *** favorise la santé, les récoltes et la fécondité.

     

    1er au 5 mars - *** RAHAEL *** aide les étudiants en droit.

     

    6 au 10 mars - *** YABAMIAH *** permet aux corrompus de retrouver leur pureté.

     

    11 au 15 mars - *** HAIAIEL *** donne courage et sang-froid face au danger.

     

    16 au 20 mars - *** MUMIAH *** favorise les opérations secrètes, vocation pour la médecine.

     

    21 au 25 mars - *** VEHUIAH *** favorise le désir d’être le 1er, succès dans les arts et la science.

     

    26 au 30 mars - *** JELIEL *** facilite la clarté et le tonus intellectuels.

     

    31/3 au 4 avril - *** SITAEL *** oeuvre pour le respect de la parole donnée.

     

    5 au 9 avril - *** ELEMIAH *** permet de faire le bon choix.

     

     10 au 14 avril - *** MAHASIAH *** donne la force morale, l’harmonie, et pardonne les offenses.

     

    15 au 20 avril - *** LELAHEL *** aide à se faire un nom dans les sciences où le domaine artistique.

     

    21 au 25 avril - *** ACHAIAH *** succès dans les travaux difficiles, donne la rigueur, persévérance.

     

    26 au 30 avril - *** CAHETEL *** facilite l’élocution et la communication écrite.

     

    1er au 5 mai - *** HAZIEL *** obtient la faveur des grands de ce monde.

     

    6 au 10 mai - *** ALADIAH *** obtient l’absolution de mauvaises actions commises.

     

    11 au 15 mai - *** LAUVIAH *** protège des jaloux et des langues de vipère.

     

    16 au 20 mai - *** HAHAIAH *** révélation de mystères occultes, sensibilité artistique, ésotérisme.

     

    21 au 25 mai - *** YEZALEL *** protège contre l’infidélité conjugale, donne une bonne mémoire.

     

    26 au 31 mai - *** MEBAHEL *** c’est l’ange de la justice, protège des faux témoignages.

     

    1er au 5 juin - *** HARIEL *** exacerbe les sentiments religieux et la spiritualité.

     

    6 au 10 juin - *** HEKAMIAH *** permet de trouver la place qui vous revient de droit.

     

    11 au 15 juin - *** LAUVIAH 2 *** aide aux retours d’affection, guérit de l’insomnie.

     

    16 au 21 juin - *** CALIEL *** protège l’innocent, aide dans l’adversité.

     

    22 au 26 juin - *** LEUVIAH *** inspire les poètes et les artistes.

     

    27 au 1er juillet - *** PAHALIAH *** remet dans le droit chemin ceux qui sont égarés.

     

     

     

    2 au 6 juillet - *** NELCHAEL *** inspire les artistes et les scientifiques.

     

    7 au 11 juillet - *** YEIAYEL *** aide à conserver l’honneur et la gloire.

     

    12 au 16 juillet - *** MELAHEL *** veille sur la politique, guérison par les plantes.

     

    17 au 22 juillet - *** HAHEUIAH *** protège contre les voleurs et les assassins.

     

    23 au 27 juillet - *** NITH-HAIAH *** donne des pouvoirs paranormaux, rêves prémonitoires.

     

    28 au 1er août - *** HAAIAH *** apporte une aide efficace dans les procès.

     

    2 au 6 août - *** YERATEL *** sauvegarde les innocents, succès dans les entreprises justes.

     

    7 au 12 août - *** SEHEIAH *** évite accidents, incendies, prudence pour soi-même et les autres.

     

    13 au 17 août - *** REIYEL *** donne l’art de convaincre.

     

    18 au 22 août - *** OMAEL *** protège les relations entre parents et enfants.

     

    23 au 28 août - *** LECABEL *** favorise le sens des affaires.

     

    29 au 2 septembre - *** VASARIAH *** veille sur la mémoire et la facilité d’expression.

     

    3 au 7 septembre - *** YEHUIAH *** favorise l’obéissance des subordonnés.

     

    8 au 12 septembre - *** LEHAHIAH *** octroie faveurs et grâces de la part des puissants.

     

    13 au 17 septembre - *** KHAVAKIAH *** facilite les réconciliations.

     

    18 au 23 septembre - *** MENADEL *** donne un coup de main pour sauvegarder son emploi.

     

    24 au 28 septembre - *** ANIEL *** sens de la diplomatie.

     

    29 au 3 octobre - *** HAAMIAH *** défend contre la foudre, les armes, la méchanceté.

     

    4 au 8 octobre - *** REHAEL *** aide la guérison morale et physique.

     

    9 au 13 octobre - *** YEIAZEL *** favorise les oeuvres artistiques et scientifiques.

     

    14 au 18 octobre - *** HAHAHEL *** contribue à retrouver la foi.

     

    19 au 23 octobre - *** MIKAEL *** veille sur les voyages.

     

    24 au 28 octobre - *** VEULIAH ***  assure le succès des causes justes.

     

    29 au 2 novembre - *** YELAHIAH *** développe le courage et favorise les exploits.

     

    3 au 7 novembre - *** SEALIAH *** bonne santé, soutient les apprentissages quels qu’ils soient.

     

    8 au 12 novembre - *** ARIEL *** renforce la créativité.

     

    13 au 17 novembre - *** ASALIAH *** guide la recherche de la vérité.

     

    18 au 22 novembre - *** MIHAEL *** veille sur l’harmonie conjugale.

     

    23 au 27 novembre - *** VEHUEL *** console les peines.

     

    28 au 2 décembre - *** DANIEL *** protège contre le vieillissement et sauvegarde la beauté.

     

    3 au 7 décembre - *** HAHASIAH *** favorise les dons paranormaux.

     

    8 au 12 décembre - *** IMAMIAH *** détruit le pouvoir de ses ennemis, protection des voyages.

     

    13 au 16 décembre - *** NANAEL *** inspire les auteurs de grands travaux.

     

    17 au 21 décembre - *** NITHAEL *** concourt à la longévité.

     

    22 au 26 décembre - *** MEBAHIAH *** force morale et esprit religieux, favorise la fécondité.

     

    27 au 31 décembre - *** POYEL *** renommée, fortune, sagesse, il accorde toutes les faveurs !

     

     

    Découvrez le nom de votre ange gardien

     

     

     La taverne de l'étrange- 18 février 2006 (maj 30/09/17)

     


     

    Partager via Gmail Pin It

    10 commentaires
  •  

    01

    Les dragons  

     

     

    Les légendes et mythologies du monde entier mentionnent toutes d’'énormes reptiles ailés et cracheurs de feu. Quels peuvent bien être les faits réels à la source de ces histoires, et quel animal fabuleux serait le véritable « grand-père des monstres » ?

     

     

    Le mot dragon vient du latin "draco, draconis" qui veut dire serpent fabuleux et étendard. Ce mot vient lui-même du grec"drakon" qui veut dire serpent et qui est issu du verbe "derkomai" qui veut dire "je regarde", à cause du regard fixe du serpent. Dracula signifie le petit dragon en roumain. Le jeune homme garde consciencieusement son troupeau car il sait que, dans cette région du monde, nombre de créatures sont capables de s’'offrir un mouton de valeur pour leur repas. Il doit donc rester sur ces gardes. Soudain, il est alarmé par un sifflement étrange, comme une brise soufflant à travers un tuyau invisible. Cherchant d'’où vient ce son, il se retourne et se trouve alors face à une créature cauchemardesque.

     

     

    Un gigantesque serpent ailé, dont la tête pourvue de cornes scintille comme une pierre précieuse, fond droit sur lui. Ce reptile tout droit sorti des enfers atterrit lourdement sur le sol, à quelques mètres seulement de l’'endroit où le berger se trouve. Sans demander son reste, le garçon s’'enfuit en courant, sans plus ce soucier de son troupeau. Ceci n’'est ni une légende de l’'Europe moyen-âgeuse, ni un conte folklorique chinois, mais un incident qui s’'est déroulé en 1942, en Namibie, pays de Sud-Ouest africain. Le témoin, un jeune homme de 16 ans nommé Michael Esterhuise, était le fils d’un colon fermier et son récit fut d’autant plus pris au sérieux qu'’il n’'était qu'’un parmi plusieurs autres faisant état d'’un terrifiant serpent ailé vivant en Afrique à cette époque.

     

     

    02 

     

     

    Nombreuses sont les légendes évoquant les dragons, ces serpents ailés à écailles et cracheurs de feu. Les tout premiers cartographes du globe terrestres désignèrent d’'ailleurs plusieurs zones géographiques par le terme de « territoire des dragons ». Même bien distinctes dans le temps ou dans l’'espace, la plupart des cultures humaines ont des dragons ou des animaux similaires dans leurs mythologies. De Quetzalcoatl, le serpent à plume mexicain, jusqu'’au dragon tueur d’'éléphants éthiopiens en passant par les dieux de la pluie chinois ou les monstres qui peuplent les enfers européens, le dragon, ou « grand-père des monstres », a ses crocs et ses griffes profondément enfoncés dans l'’imaginaire de l'’Humanité.

     

     

    03

    quetzalcoatl

     

     

    Encore actuellement, on continue de rapporter des observations de dragons, ou tout du moins des créatures qui s'’y apparentent. Ainsi, quand en mars 1933, un raz de marée engloutit la ville de Sanking, au Japon, faisant 300 victimes, détruisant 10000 maisons et 8000 bateaux, c’'est un gigantesque dragon lumineux qui, si l’'on en croit les survivants du cataclysme, poussait la vague mortelle. De tels récits constituent évidemment une énigme excitante pour les cryptozoologues qui, écartant d’'emblée les hypothèses surnaturelles et les vulgaires affabulations, s'’intéressent néanmoins à ces témoignages en ce qu'’ils peuvent être liés à des animaux bien réels, encore inconnus de la science ou qui furent mal identifiés.

     

     

    04

     

     

    Dans son livre Les Dragons d'’Eden, Carl Sagan émet néanmoins la possibilité que certains survivants des dinosaures du Crétacé aient pu rencontrer les premières lignées d’'hominidés, et que les récits de telles rencontres, colportés de génération en génération et diffusés au rythme des migrations humaines, aient forgé le socle du mythe du dragon. Autre hypothèse, les histoires de dragons pourraient n'’être que des témoignages exagérés concernant de véritables reptiles. Le crocodile, en tant qu'’espèce actuelle la plus grande et la plus dangereuse, est le premier candidat sur la liste. Les proportions et l’'aspect de l’'animal ont en effet de quoi frapper l’'imaginaire, qu'’il s’'agisse de Crocodylus niloticus, le crocodile du Nil, pouvant dépasser 6 m de longueur, ou de Crocodylus porosus, le crocodile indo-pacifique, espèce marine plus grande encore, et dont le plus imposant spécimen jamais capturé mesurait 8,5 m et pesait 2 tonnes.

     

     

    Le crocodile n'’est pas le seul reptile susceptible d'’inspirer des légendes de dragons. En fait d'’autres espèces vivantes sont certainement plus aptes à remplir ce rôle. On pense notamment au dragon volant de Malaisie, un lézard capable de planer dans les airs grâce à des replis de peau extensibles situés sur ces flancs, ou encore au Chlamydosaurus kingii, petit agame d’'Australie qui effraie ses ennemis en déployant une vilaine collerette. Bien que repoussants, ces reptiles apparaissent bien trop petits pour inspirer des histoires de dragons.

     

     

    05

    lézard à collerette ( Chlamydosaurus kingii )

     

    Varanus Komodoensis, le célèbre varan (ou dragon) de Komodo, qui vit confiné dans les îles de la Sonde, en Asie du Sud-Est, n’'a pas ce handicap : ce lézard géant peut en effet atteindre 3,6 m de longueur. Muni de dents et de griffes redoutables, ce carnivore tue des proies de la taille d’'un cerf et peut même s’'attaquer à l’'homme.

     

     

    06

     

     

    Les Vikings auraient-ils navigué jusqu’'à Komodo pour trouver l'’inspiration des têtes monstrueuses qui ornaient leurs drakkars ?

     

    En 1892, trois voyageurs s’'arrêtèrent sur les rives du lac Chelan, situé au nord de l’'Etat de Washington. Tandis que l’'un des voyageurs se lavait dans les eaux du lac, une créature étrange sortit des flots et saisit le malheureux dans sa gueule. Excepté son ventre blanc et de grandes ailes à la texture évoquant du cuir tanné, le monstre ressemblait à un alligator. Vaillamment, les deux compagnons de la victime attaquèrent le monstre à coups de pierres et de couteaux, mais ne purent percer sa peau écailleuse ni lui faire lâcher prise. En désespoir de cause, ils finirent par allumer une torche et l'’agitèrent devant la bête …qui s’'envola puis plongea dans le lac en emportant sa proie. On ne revit jamais ni le « dragon » ni la victime, mais les Indiens de la région virent dans cette réapparition du monstre un mauvais présage.

     

     

     

     08

     

     

    Le 30 mai 1903, le navire Tresco naviguait à 145 km du Cap Hatteras, au large de la Caroline du Nord ( Usa ) quand le commandant en second et le quartier-maître aperçurent une bande de requins nageant rapidement, comme s’'ils fuyaient quelque chose. De fait, la créature en question se montra bientôt, suscitant également la panique parmi l'’équipage du navire : il s’'agissait d'’un énorme reptile, dont la taille fut estimé à 30 mètres !

     

     

    D'après les récits consignés dans le journal de bord, la créature était recouverte d'’écailles de couleur bronze, avait à ses flancs des ailes semblables à des nageoires, un cou très épais et une queue de serpent. Sa tête monstrueuse (1,5 m de longueur ) portait de grandes défenses, des yeux rouges et une crête érectile. Apeurés, les marins coururent sur le pont inférieur pour observer le « dragon » à partir d’'un hublot, les officiers gouvernant le bateau retranchés dans la timonerie. La créature n'’attaqua pas, et s'’éloigna paisiblement…

     

    09

     

     

    Le 30 septembre 1976, l’'Américain Tom D'’Onofrio, prêtre et artiste à ses heures, était occupé à sculpter un pied de table à l’'effigie d’un dragon. Avant d'’achever la tête de l’'animal, il s’'octroya une pause et parti se promener sur la plage près de Bolinas en Californie. Rejoint par son ami Dick Borgstrom, c'’est ensemble qu'’ils suivirent les évolutions marines d’'un « dragon » de 18 m de long. Apparemment, le même monstre refit surface à Stinson Beach, où il fut observé par une équipe de terrassiers employés par l’'Etat de Californie, qui eux évaluèrent sa taille à 30 mètres. L’'animal, noir avec une tête de dragon et des yeux rouges, nageait en battant l’'air furieusement, comme « un tuyau d’'arrosage fou ».

     

     

     Sorte de Léviathan personnifiant le chaos, incarnation de l’'Antéchrist dans la tradition biblique, le dragon serait le symbole premier du pouvoir païen de « l’'Ancienne Religion ». Mythe étroitement associé au sacré, cet animal serait simplement l’'expression du Mal (excepté en Chine où le dragon est une entité bénéfique ). On peut noter que les églises chrétiennes construites sur d’'anciens tumulus dédiés aux rites païens furent très souvent érigées en l’'honneur de Saint-Michel ou de Saint-Georges, grands pourfendeurs de dragons devant l’'Eternel. Quand par le passé surgissaient des dragons, l'’Humanité vivait une époque où les peurs primaires, comme la « terreur sans nom » de la nuit, se concentraient sur l’'imagerie des grands animaux prédateurs. De nos jours, on assiste peut-être à une résurgence de ces peurs, jadis matérialisées sous la forme de dragons cracheurs de feu, mais aujourd’'hui supplantées par de nouvelles chimères, entités venues de l’'espace et aux pouvoirs sans limites : les extraterrestres…

     

     

    *

     

     11

     

    La taverne de l’'étrange- 12 Février 2006

    Partager via Gmail Pin It

    14 commentaires
  •  

    L'importance du chiffre 11 ce jour là...

    11 septembre

    La destruction du World Trade Center est elle due au hasard ou fait-elle partie du destin de l'humanité ? En regardant ce qui vient d'arriver aux USA, on est en droit de se demander si le hasard peut cumuler autant de coïncidences. Quelles forces occultes se cachent derrière notre destin ?

     

    New-York, le 11 septembre 2001:

     

    Le 11 septembre, date de l'attaque contre les deux tours, est le 254e jour de l'année, soit : 2 + 5 + 4 = 11.

    A partir du 11 septembre, il reste 111 jours d'ici la fin 2001.

     Le code régional de l'Irak et de l'Iran est le 119, soit : 1 + 1 + 9 = 11

    Les deux tours forment un 11 -  New-York est le 11e état.

    Le premier avion qui a percuté l'une des tours était le vol 11 avec à son bord 92 passagers : 9 + 2 = 11

    Le deuxième avion, le vol 77, avait 65 passagers à son bord : 6 + 5 = 11

    Le troisième avion, le vol 175, avait 56 passagers et 9 membres d'équipage, soit : 56 + 9 = 65, soit 6 + 5 = 11

    Les deux avions qui  se sont encastrés dans les WTC comptaient 110 passagers- 110 ( 11-0 ).

    Chacune des tours comptait 110 étages- 110 ( 11-0 ).

    L'avion du président " Air Force One " compte aussi 11 lettres.

    New-York City = 11 lettres - Le Pentagone = 11 lettres - Afghanistan = 11 lettres

    World Center où Trade Center en abréviation courante = 11 lettres

    Ramzi Yousef qui attaqua les WTC en 1993 comporte 11 lettres dans son nom.

    Le président " Georges W. Bush ", donne aussi 11 lettres.

     

    Comme vous le savez, la Maison Blanche a été épargnée, mais " The White House " comporte 13 lettres, ceci explique peut-être cela. D'autres petits détails pertinents, à méditer :

     

    Le 1er crash a eu lieu à 8 h 56, le second à 9 h 14 soit 18 minutes d'intervalle : 18 ( 6 x 3 = 18 ) soit 3 fois le chiffre 6, ce qui se traduit par 666, le chiffre de l'Antéchrist. Mais on réduit la force de cette déduction en faisant : 18 ( 9 x 2 ) soit 99. Les conspirationnistes préfèreront sans doute la première hypothèse.

     

     le 11 sept.2002, date du 1er anniversaire, lors du tirage de la loterie à New-York, les N°1-1-9 sont sortis...

     

    Les chiffres du WTC

    Partager via Gmail Pin It

    7 commentaires
  • Hommes ou Animaux ?

     

     

    Yeti, almasti, yeren, sasquatch, bigfoot…. Quel que soit son nom, l'’homme des bois où l’'abominable homme des neiges, la créature a toujours fasciné. Réalité, mythe, légende, voici les derniers témoignages, à vous de jugez…...

     

     

     

    Le 20 octobre 1967, Roger Patterson et son ami Bob Gimlin chevauchaient tranquillement le long du Bluff Creek, au nord de la Californie, lorsque subitement ils aperçurent, de l’'autre côté de la rivière, une forme humaine de grande taille et fort velue. Quand à leur approche cette silhouette se déplia sur toute sa hauteur, les chevaux effrayés cherchèrent à s'’enfuir. La « chose » ressemblait à une sorte de puissant gorille, recouvert d’'un pelage dense, marron foncé, et doté d’'un crâne pointu.

     

    La créature prit rapidement la fuite en bondissant sur ses pattes arrière. A plusieurs reprises, elle se retourna pour observer les deux hommes et disparut dans la forêt. Roger Patterson réagit alors, empoignant la caméra qu'’il avait emmené pour l’'expédition. Comme la forêt était trop dense pour être traversée à cheval, c’'est à pieds qu'’il se lança à la poursuite de l’'étrange créature. Patterson était sur les talons de l’'animal quand celui-ci redoubla de vitesse et disparut définitivement. Néanmoins il réussit à la filmée et par la suite, son film connut  un retentissement mondial.

     

    Les créatures mythiques

     

    La créature rencontrée par ces deux hommes est connue aux Etats-Unis sous le nom de Bigfoot (« grand pied ») et de sasquatch ( mot amérindien ). Elle a été aperçue dans de nombreux états au nord des Etats-Unis et au Canada. Avant la diffusion du film de Patterson, peu de gens, hormis les Américains, avaient entendu parler de ces créatures mi-animales, mi-humaines. Mais depuis, des centaines de témoignages sont venus s'’ajouter à celui de Patterson ;

     

     
     
    L'été 1997 fut propice aux observations du fameux Bigfoot, surtout au Etats-Unis, dans le Wyoming, en Floride, en Pennsylvannie et en Caroline du sud. Près de la ville de Columbia, un Bigfoot a pénétré dans un jardin, Jackie Hutto, un ado de 14 ans, s'’est enfoui, terrifié par cette créature, haute de 2,50m et dégageant une odeur abominable. Que les Bigfoot ne sentent pas la rose, c’'est un fait bien connu. En Floride, il a d’'ailleurs été surnommé le « singe-sconse ». Le 21 juillet 1997, Vince Doerr affirme avoir vu un spécimen traverser la route alors qu’'il rentrait chez lui. Deux jours après, un groupe de touristes en a aperçu un autre au nord de la ville d’'Ochoppee. Les témoins l’'on décrit comme haut de deux mètres, bâti comme un singe et recouvert d'’une fourrure marron. D’'après la légende locale, le Bigfoot serait très friand de haricots beurre. C’'est ce qui a conduit un certain David Shealy a en cuire quelques kilos pour en attirer un, mais, si l’'on en croit ses affirmations, il aurait reçu la visite d’'« hommes en noir » (...…) qui lui auraient ordonné de renoncer à son projet, lui confisquant par ailleurs quelques touffes de poils de Bigfoot qu’'il avait récoltées.
     
    03

     

     Dans le Wyoming, à proximité du Park Yellowstone, c’'est une famille entière qui a pu apercevoir une créature, haute de trois mètres, en train de gravir une colline. Quant à celle de Pennsylvannie, décrite comme ressemblant à un gorille et dégageant une odeur très forte, elle est parvenue à échapper à un groupe de randonneurs qui tentait de la coincer près de Beaver Creek, le long de la rivière Susquehanna. L'’événement  a eu lieu le 3 août à côté de la ville de Nisbet à 15h30. D’'après les témoins, la bête mesurait un peu plus de deux mètres, et avait de longs bras ainsi qu’'une tête très humaine. Pourquoi tous ces Bigfoot ont-ils décidés cette année là de se montrer au grand jour ? Nul ne le sait, mais en cette saison, on peut s'’attendre à les voir prendre de nouveaux risques pour faire leur provisions d'’hiver…. Sur tous les continents- en Russie, au Népal, au Tibet, en Chine, au Vietnam, etc.- on raconte avoir vu de semblables « hommes-singes ». Mais jamais on n’'a pu en capturer un seul spécimen…. Pourtant, on ne compte plus le nombre d’'aventuriers qui se sont lancés à la recherche de l'’insaisissable yeti….

     

    04
     
    Sir Edmund Hillary (vainqueur de l’'Everest en 1953), Lord Hunt, le colonel John Blashford-Snell, le millionnaire texan Tom Slick ou encore l'’alpiniste britannique Chris Bonington.…

     

    Tous ont rêvé de mettre « l’'abominable homme des neiges » à leur tableau de chasse …mais tous sont revenus bredouilles sur ce point. De fait, fort peu de preuves ont été ramenées de ces multiples expéditions. En 1960, Hillary rapporta en Grande-Bretagne un « scalp » de yeti, qui lui avait été prêté par les moines du monastère népalais de Khumjung…. Mais il s'’agissait d’'un faux, fabriqué avec la peau d’'un serow, une espèce rare d'’antilope vivant dans la région. En 1996, lors d’'un trekking dans l’'Himalaya, deux médecins australiens découvrirent une grotte, située dans un endroit particulièrement inaccessible, et dont le sol était garni d’'une litière de paille. De l’'avis des sherpas, il s’'agissait sans doute de la tanière d’'un yeti. On crut enfin tenir la bête, mais l’'attente fut vaine : le yeti ne daigna pas pointer son museau….

     

    05
     
    A défaut de spécimens, morts ou vifs, de nombreux témoignages oculaires, dont la plupart se recoupent, permettent de dresser un portrait robot de la créature : il s'’agit d’une sorte de grand singe, très robuste, mesurant entre deux et quatre mètres de hauteur et qui marche sur ces pattes arrière. La peau, généralement recouverte d’'une fourrure marron ou noire, est de couleur foncée. Le front est fuyant, le nez large et épaté; les bras sont d'’une longueur inhabituelle, les jambes puissantes et musclées. La créature n’'a pas de queue, les pieds, de très grande taille ( jusqu’à 50cm ! ), laissent des empreintes à cinq doigts- mais des traces à trois et quatre doigts ont parfois été signalées. Ses mœurs sont mal connues, le yeti étant un animal craintif et solitaire, vivant caché au fond des bois dans des zones inhospitalières- principalement montagneuses-, où il se nourrirait de végétaux et de viande animale, notamment de cervidés.  

     

    Jouant aux détectives, les cryptozoologues essaient de savoir qui se cache derrière ce portrait brossé à grands traits. L’'une des théories les mieux argumentées sur l'’identité et l’'origine de l’'homme-singe est celle défendue par le professeur Grover Krantz, de l’'université de Washington. Le Bigfoot d’'Amérique du nord serait un des derniers spécimens d'’un grand singe prétendument disparu et originaire de l’'Ancien Monde, le Gigantopithecus. Quelques spécimens auraient survécu en se repliant sur un habitat hostile, loin des hommes. Ce sont ces rares spécimens qu’'Européens et Asiatiques désignent sous les noms de « yeti » et d’ « abominable homme des neiges ». 

     

     

    06
    Le cryptozoologue Bernard Heuvelmans (1916-2001).
     
    Pendant longtemps, on pensait qu'’il n’'y avait qu'’un seul type de yeti ; en 1960, Sir Edmund Hillary, alpiniste de grand renom et chasseur de yeti, apprit que les Népalais distinguent trois types de créatures différentes. Le plus petit, le Teh-Ima, mesure un mètre de haut. Recouvert de fourrure rousse, il possède de petits pieds. Il vit sur les versants des vallées de l’'Himalaya népalais et tibétains. Le « véritable » yeti, c’'est-à-dire la créature qui est le plus souvent désignée sous ce nom, est le Meh-Teh, et fait la taille d'’un homme. Son crâne est pointu, sa fourrure marron roux. Il sort rarement des forêts montagneuses très denses. La fameuse empreinte du Meh-Teh, que l'’on trouve parfois à haute altitude imprimée dans la neige, est reconnaissable grâce au deuxième orteil de grande taille. Il vit dans la même zone géographique que le Teh-Ima.

     

    Le plus grand des trois yetis est le Dzu-Teh, appelé également Rimi. On raconte qu’il peut atteindre la taille de trois mètres. Sa fourrure est épaisse et foncée, ses pieds immenses laissent des empreintes de la même forme que celles laissées par un pied humain. Contrairement au autres yetis, on ne le rencontre pas dans l'’Himalaya, mais dans les hautes montagnes escarpées du Tibet oriental, de Mandchourie, du Bangladesh, du Myanmar, et du Vietnam. D’après les scientifiques, ce yeti géant pourrait être un des derniers spécimens du Gigantopithecus, un parent du Bigfoot américain. Malheureusement, la seule preuve authentique de l’'existence du yeti a été détruite avant même que les scientifiques aient eu la possibilité de l'’examiner. En 1953, un lama tibétain, du nom de Chemed Rigdzin Dorje Lopu, prétendit avoir examiné deux spécimens momifiés du yeti géant, le Dzu-Teh. Les Tibétains sont réputés pour leur talent d'’embaumeur ; les deux yetis conservés auraient pu donc fournir aux experts le moyen de déterminer enfin si le yeti géant est vraiment un spécimen de Gigantopithecus. Mais hélas, à la suite de l’'invasion du Tibet par la Chine en 1959, des milliers de monastères furent détruits et l’'on n’'entendit plus jamais parler des yetis embaumés.

     

    07

    L'’immense Chine recèlerait elle aussi une créature anthropoïde proche du yeti. Son nom : le yeren. L’'espèce la plus petite ressemblerait à un singe macaque de taille exceptionnelle. En mai 1957, on a retrouvé des restes de l’'animal. Deux mains furent prélevées sur le corps d’'un yeren tué dans la montagne de la province de Zhejiang. En 1985, un spécimen a même été capturé vivant et fut exhibé au zoo de Hefei. Là encore, certains scientifiques pensent que le yeren serait un des derniers spécimens du Gigantopithecus. Pour d'’autres, il s'’agirait simplement d'’une espèce inconnue d’'orang-outan- singe qui officiellement a disparu de Chine depuis longtemps. Pourtant l’'analyse des poils du yeren a montré que leur composition ne se retrouve chez aucune espèce animale connue…. En octobre 1994, encouragé par ces premiers résultats, le gouvernement chinois a créé le « Comité pour la recherche sur les créatures étranges et rares », dans le but précis d'’étudier le yeren. Tout récemment, en juin 1997, on aurait recensé des centaines d’'empreintes de yeren, certaines d’'entre elle atteignant jusqu’à 38 cm. Affaire à suivre…...

     

     Nombreux sont les sceptiques qui rejettent en bloc l’'ensemble des témoignages ayant trait aux « hommes-singes ». Ils ne manquent pas de rappeler que si les « hommes-singes » existaient réellement, les scientifiques les auraient découverts il y a déjà bien longtemps. Pourtant, comme le montrent les travaux de Bernard Heuvelmans (1916-2001), quelques grands mammifères ont été découverts récemment. L’'assurance des zoologistes a ainsi souvent été prise en défaut. Pourquoi ne le saurait-elle pas une nouvelle fois ? Et pourquoi ne pas rêver aussi ? Est-il si fou d’'imaginer que parmi les nombreux hominidés qui ont vu le jour sur Terre, d’'autres espèces que le seul Homo sapiens, des cousins en fait, aient survécu jusqu’'à aujourd’'hui ? Décidément, le yeti n’a pas encore dit son dernier mot… !

     

    *

     

    *** appellation du bigfoot dans le monde : Bigfoot, Sasquatch, Booger, Devil Monkey, Oh-Mah, Oblack, Skunk Ape, Wookie, Grassman, Toké-Mussi, Wood Devil, Windigo, Arulataq, Bushman, Caddo Critter, Narcoonah, Gooligah, Boogie Man, Kaptar, Biabin-guli, Grendel, Ferla Mohir, Brenin Ilwyd, Kushtaka, Kaptat, Kecleh-kudley, Ngoloko, Kikomba, Kakundakari, Tano Giant, Pongo, Kikomba, Yaroma, Nibagon, Gin-sung, Yeti, Mirygdy , Mecheny, Chinese Wildman, Nguoi Rung, Almasti, Barmanus, Nuk-Luk, Nyalmo, Orang-Pendek, Teh-Ima, Yowie, Chiye-tanka, Mapinguari, Jimbra, Kakundakari, Quinken, Mirygdy... ***

     

     
    Aura2
     

     

    La taverne de l’'étrange- 6 février 2006

     


     

    <script type=text/javascript>

    </script><script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>

    Partager via Gmail Pin It

    3 commentaires
  •  

    Crypto00

    La Cryptozoologie

     

     

    Mystérieux hommes des neiges ou fantastiques créatures marines. …Comment être sûrs que des formes de vie inconnue ne subsistent pas dans les régions les moins explorées du globe ?

     

     

    Crypto01

     

     

     

    Par une matinée ensoleillée, Nicolas Mondongo décide d’'aller chasser près de la rivière Likouala-aux-Herbes, qui traverse la République Populaire du Congo. Soudain, au milieu des marécages, son regard accroche un spectacle peu commun. Une petite tête, emmanchée sur un cou aussi long que fin, sort de l'’eau tel un périscope vivant et fixe Nicolas. L'’effroi saisit ce dernier quand émerge le corps de la créature : un énorme corps recouvert d’'une peau lisse, rougeâtre, porté par quatre jambes trapues et terminé par une queue longue et puissante. Ce fabuleux animal, qui devait mesurer près de 9 m de long selon le témoin, restera visible pendant au moins 3 minutes, avant de disparaître sous la surface de l’'eau. Si les scientifiques parviennent à confirmer l’'existence de cet animal (que les congolais ont baptisé le mokele-mbembe), il s’'agira là d'’une des plus grande découvertes zoologiques de tous les temps. Bien que sa description ne corresponde à aucune créature vivante connue, elle s'’approche en effet de ce que devait être un dinosaure sauropode de taille moyenne…un dinosaure vivant au cœur de l’'Afrique, à la fin du XX° siècle : incroyable !

     

     

    Crypto04

    bernard heuvelmans ( 1916-2001)

     

    Nous voici donc dans la Cryptozoologie nommée à la fin des années 50 par le célèbre naturaliste belge Bernard Heuvelmans et qui signifie science des animaux cachés; ceux dont l’'existence ne repose que sur des témoignages oculaires, des relevés de traces ou encore de photos et de films…; autant de « preuves » dont l’'authenticité est très souvent sujette à caution. S'’il est certain qu’'un grand nombre d'’espèces d'’insectes et d'’autres animaux peu visibles attendent toujours d'’être répertoriés, il apparaît peu vraisemblable qu’'il puisse encore exister, de nos jours, des animaux de taille spectaculaire inconnus de la Science. Soutenant ce point de vue, un paléontologue de renom, George Gaylord Simpson, déclara : « Les multiples nouvelles espèces récemment décrites sont rarement aussi récentes que l’'on prétend : il est frappant de constater  à quel point la date de leur découverte à finalement tendance à remonter le temps. » Or, comme B. Heuvelmans l’a souligné dans son livre « Sur la piste des bêtes ignorées » chez Plon, beaucoup des animaux jusqu'’alors inconnus, et pourtant de taille raisonnable, ont été découverts depuis le début de ce siècle !

     

    *** Citons l'okapi, sorte de girafe au long cou découvert au Zaîre en 1901, le dragon où varan de Komodo en 1912, le coelacanthe, poisson découvert en 1938 que l'on croyait disparu depuis des millions d'années... ***

     

     

    Crypto02

     

    Certaines bêtes mystérieuses, tels les dragons cracheurs de feu, sont manifestement issus des fantasmes de l'’imaginaire. D'’autres « monstres » sont de simples canulars, ou encore des espèces connues mal identifiées telles que le « ri » de la Nouvelle-Irlande ( près de la Nouvelle-Guinée ), un animal décrit comme une grosse sirène, et dont on a établi, en 1985, qu'’il s'’agissait d'’un dugong, mammifère marin connu depuis des lustres.

     

     

     

    Crypto03

     

    Le Dugong

     

    Mais qui peut affirmer que les créatures étranges, aperçues aux quatre coins du globe, ne sont pas de véritables espèces ayant jusque-là échappé à l’'observation des scientifiques ? A l’'image du mokele-mbembe, il est possible que des descendants d’'espèces considérées comme éteintes puissent survivre dans des milieux inaccessibles ou peu explorés. Prenons l’'exemple du monstre du Loch Ness, les descriptions de témoins oculaires, ajoutées aux indications données par le sonar et la photographie sous-marine, font état d'’un animal approchant les 9 mètres de long, doté d'’un cou très fin et d’'une petite tête, surmontant un corps robuste, avec deux paires de nageoires en forme de losange et une longue queue. Or, cette description rappelle de façon étonnante celle d’'un plésiosaure, grand reptile aquatique officiellement disparu il y a environ 64 millions d’'années. Des animaux rappelant les plésiosaures, formant la catégorie des serpents de mer « à long cou », ont été signalés ailleurs dans le monde, que ce soit en haute mer ou dans des lacs d’'eau douce. Il existerait d’'autres survivants aquatiques issus de la préhistoire : le « migo », sorte de serpent monstrueux croisant dans les eaux du lac Dakataua, dans l’'île de Nouvelle-Bretagne (guinée), est devenu presque aussi célèbre que « Nessie » depuis qu'’il a été filmé par une équipe de télévision japonaise, en janvier 1994.

     

     

    Crypto05

     

     

    Sur le document, on voit une bête très allongée, d'’environ 11 mètres de long, traverser le lac dans un mouvement d’'ondulations verticales. Ce fait est très significatif, car les seules créatures de taille comparable capables de se déplacer de la sorte formaient un groupe très particulier de baleines, les zeuglodontes, censément disparus il y a près de 25 millions d’années. Plusieurs anthropologues réputés pensent que les créatures terrestres de grande taille décrites en Amérique du Nord ( le « Big Foot » ou le « Sasquatch ») et dans les chaînes de l’'Himalaya ( le Yéti ), sont des descendants d’'un très grand primate asiatique, le gigantopithèque, disparu mystérieusement il y a 300.000 ans environ. Il peut arriver que de prétendues bêtes mystérieuses ne soient que des individus anormaux d'’une espèce connue. Ainsi le mythique chacal à corne du Sri-Lanka n'’était qu’'un chacal très ordinaire qui portait, Dieu sait pourquoi, une excroissance cornée à l'’arrière de la tête. De même, les insaisissables tigres bleus du Fujian ne sont probablement qu’'un type mélanique de tigre ordinaire, c’'est-à-dire porteur d’'une robe sombre en raison d’'une anomalie génétique. D'’autres bêtes mystérieuses appartiennent également à des espèces connues, mais sont rencontrées en dehors de leur habitat naturel ; il s’'agit généralement d’'animaux exotiques en captivité s'’étant échappés. Telle est sans doute l'’explication de ces « grands chats » et de ces « loups énormes » que l'’on signale fréquemment dans les campagnes. De telles erreurs d’'appréciations peuvent-elles cependant s’'appliquer à des créatures dépassant les dix mètres de long ?

     

     

    Crypto07

     

     

    1959, encore au Congo, un serpent géant ( 30m env.) filmé depuis un hélicoptère...

     

    La curiosité des scientifiques est sans limite : on vient de découvrir des formes de vies bactérienne dans des geysers sulfureux islandais, où règne une température de plusieurs centaines de degrés. De même, on a découvert les tardigrades, ces créatures incroyables microscopiques- sans doute les plus résistantes au monde- capables d'’hiberner plusieurs centaines d'’années dans la mousse et de reprendre vie à la première goutte de pluie. Seule cause expliquant que des espèces aient échappé au regard perçant de la Science : les caractéristiques de leur milieu. Il existe encore des régions inexplorées dans le monde, précisément celles d'’où proviennent ces descriptions d’'animaux étranges. Les forêts du Vietnam, notamment, où la guerre a longtemps empêché les chercheurs d’'accéder aux zones montagneuses recelant une horde de nouveaux mammifères de grande taille, tel le pseudoryx de Vu Quang, la chêvre sacrée, et plusieurs cervidés tout à fait originaux découverts depuis 1990. Les forêts tropicales de la Nouvelle-Guinée, le bassin amazonien, mais aussi les abysses océaniques et les lacs sans fond sont des régions où zoologues et cryptozoologues débusqueront peut-être de fascinantes créatures de légendes. Etranges rencontres que nous réserve l’'avenir, celles d'’un homme, doté de moyens d’exploration toujours plus modernes, soudain face-à-face avec des animaux surgis du passé !

     

    La taverne de l'’étrange- 5 Février 2006

     

     

    Webcam du Zoo de San Diego en temps réel !!!

    http://www.sandiegozoo.org/zoo/ex_panda_station.html

     


     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire