•  La compagnie Shell a-t-elle découvert un OVNI ?

     

     

     shell1

     

     

    Voici un article que je trouve intéressant et que j’ai trouvé dans une revue, les faits remontent aux années 70 et a été traduit de « UFO Official d’août 1978 par l’organisme du GREPI »

     

     La plate-forme de la Shell « Pacesetter 2 », était installée sur le plateau continental, à 140 km de la côte du New Jersey, dans le « Georges Bank ». Lors du premier essai de forage, ils cognent sur quelque chose en métal. Pensant que c’est un bateau coulé ou un sous-marin de la 2ème Guerre Mondiale, ils consultent le War Departement et l’Allemagne de l’Ouest, mais aucune perte n’avait été enregistrée dans cette zone. Les sondages au sonar détectent un objet d’à peu près 15 m de diamètre, par 200 m de fond. Quatre treuils sont descendus, et l’objet est remonté à la surface. Il est couvert de coquillages et de crustacés cirripèdes. Une fois l’objet dégagé de ses parasites, une forme de « soucoupe volante » apparaît. Le responsable de la plate-forme appelle immédiatement ses supérieurs par radio à Atlantic City.

     

    shell2

     

    Trois officiels de la Shell arrivent en hélicoptère, accompagnés par un physicien du Massachusetts Institute of Technology. Les inspections préliminaires révèlent que l’engin a été immergé pendant environ 600 ans et contient un équipement qui « n’est pas de ce monde », et qu’on ne peut l’identifier. Un autre hélicoptère arrive avec 5 agents de la CIA, qui produisent une autorisation de la Maison-Blanche, et les informent qu’un bateau est en route pour récupérer l’appareil. La CIA essaie d’arrêter les physiciens dans leur opération de démontage de l’objet, mais un officiel de la Shell leur dit que tout ce qui se trouve sur la plate-forme est et reste propriété de Shell Oil Co, et qu’ils ne leur laisseront pas l’objet avant l’arrivée du bateau.

     

    Un assortiment de gadgets fut mis à jour, comprenant une tige qui produisait un arc électrique ressemblant à un éclair, qui causa un trou dans les nuages au-dessus d’eux, et une substance ayant l’apparence du mastic, qui fit une énorme explosion quand un petit morceau en fut jeté à l’eau. Le bateau de la CIA arriva peu après, et les agents commencèrent à emballer les étranges gadgets dans des sacs molletonnés. Ceux-ci, avec la soucoupe et les morceaux, furent transférés sur le bateau. L’homme qui rapporta ces faits retourna à Atlantic City avec les officiels de la Shell. Tous les hommes sur la plate-forme durent jurer de garder le secret, et de ne rien divulguer de ce qui était arrivé. Aucune communication ne fut jamais publiée au sujet de cet objet…

     


     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • alien_keops

     

    Un Extraterrestre aurait été découvert à Gizeh ( Egypte )

     

    L'info date de 1988, de la revue Le monde de l'inconnu N°283 d'avril 2000. Selon un article paru dans le magazine Egyptien "Rose El-Yussuf", l'égyptologue français Robert Caparat aurait découvert une salle secrète dans la grande pyramide de Khéops. Dans cette salle se trouvait, toujours selon l'article, un humanoïde dans un caisson d'apparence cristalline. A première vue il semblait en hibernation ou en état de mort apparente. L'archéologue rapporte aussi avoir trouvé un papyrus, sur lequel est décrite la rencontre en tre le pharaon Khufu et l'alien qui annonce l'arrivée un jour ou l'autre d'autres aliens de son espèce. Ce même alien aurait suggéré de construire un monument en forme de pyramide et les persuada d'en faire son tombeau. Robert Caparat aurait contacté son collègue biologiste Espagnol Francisco de Braga, l'invitant à venir sur place afin de récolter du sang, des cellules, du tissu, pour en extraire l'adn. Seulement, quand de Braga arriva au Caire, il fut retenu par les autorités égyptiennes, puis remis dans un avion à destination de Madrid. Toujours selon le magazine, le corps de l'alien serait conservé au "secret" dans un laboratoire tenu par l'intelligence militaire égyptienne.

    *

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Ca bouge dans les cimetières

     

     

    Les enterrés vivants...

     

    En France, 4% des « morts » serait enterrés vivants !!!

     

    Un jour de 1972, dans un cimetière de la région parisienne, des fossoyeurs perçoivent soudain des bruits sourds provenant d’'une tombe. Celle-là même où, la veille, ils ont descendu un cercueil. La police est aussitôt alertée. Pourtant, après vérification, il s’avère que le mort est bien mort. Alors ? Hallucination collective ou dernier appel désespéré d'’un enterré vivant ? Personne ne le saura jamais…Toujours est-il malgré les progrès de la science, le risque d’être enterré par erreur, alors qu'’on n'’est pas encore mort, existe. C’'est ce qu’'affirme le docteur Peron-Autret dans son livre Les Enterrés Vivants, publié aux éditions Balland. Ce risque, il l’'évalue, en France, à 4% des inhumations !

     

    Etre enterré vivant était une des grandes peurs du Moyen-Age. Du reste, les croque-morts doivent leur nom au fait qu’ils mordaient un orteil du défunt pour s’'assurer qu’il était bien mort. Et récemment encore, les notaires découvraient dans les testaments des dernières volontés pour le moins surprenantes, du style : « Je veux qu’on me brûle la plante des pieds avec une bougie » ou « j’exige qu’on me transperce la main avec une aiguille à tricoter avant de me mettre en bière »….

     

    Si, autrefois, les plus fortunés demandaient à ce qu’on installe des clochettes dans leur cercueil au cas où ils se réveilleraient, certains, aujourd'’hui, n’hésitent pas à se faire enterrer avec leur téléphone ! Pour ne plus avoir qu’à décrocher et éventuellement prévenir qu’ils sont « ressuscités » ! De nombreux G.I américains n’ont malheureusement pas eu cette chance. Enterrés vivants, personne n’a jamais entendu leurs appels. En ouvrant les cercueils pour procéder à diverses formalités lors du transport aux Etats-Unis, on a alors constaté dans de nombreux cas que le corps avait bougé. Mais il y a pire encore, certains avaient dévoré leur linceul et leurs mains ! Toutes choses qu’on a retrouvées dans leur estomac. Preuve qu'’ils ont été absorbés et digérés par un organisme encore en vie.

     

    Les enterrés vivants...

     

    Pour le docteur Peron-Autret comme pour d’autres scientifiques, il est probable également que Napoléon a été enterré vivant.

     

    Lorsque, douze ans après sa mort, on a ouvert son cercueil après l’'avoir transféré en France, son corps était dans un état de parfaite conservation. Explication ? L’empereur prenait beaucoup de bains chauds dans des baignoires de plomb, très riches en arsenic, et il buvait l’eau d’un seau, également en plomb. Il aurait donc été intoxiqué par l’arsenic et le plomb qui, comme dans le cas d’absorption massive de barbituriques, laissent les sujets dans un état de survie imperceptible et peuvent donc favoriser un diagnostic erroné de la mort. Les enterrés vivants ne sont pas là pour parler. Mais il y a ceux qui ont failli l’'être et ne doivent leur salut qu’à la vigilance, à l’obstination de quelques  personnes, mais aussi- et surtout- à la chance. Tous ont été déclarés morts par un ou plusieurs médecins. Le permis d’'inhumer a été signé. Si certains se sont réveillés à la morgue, d'’autres ont bien failli être réfrigérés ou autopsiés vivants.

     

    Les enterrés vivants...

     

    A Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, un ouvrier victime de deux accidents à trente et un ans d’intervalle a été déclaré mort dans les deux cas. Chaque fois, il est revenu à lui quelques instants avant d’être mis en bière. La première fois, le froid l’a fait éternuer. La seconde, c’est la faim qui l’a sauvé. En ouvrant les yeux, le mort-vivant a en effet réclamé à manger. En 1988, la revue Ici Paris avait rencontré Michel Delepine, le « mort-vivant de Mons », en Belgique.

    « Je ne me souviens de rien, nous avait-il confié, allongé sur son lit d’hôpital. C’est comme si j’étais tombé d’un arbre… » Ce coiffeur de 33 ans revenait de loin. Condamné trois fois « à mort » par les médecins qui voulaient l’'enterrer, il avait été sauvé par la vigilance, l’expérience et l’obstination du croque-mort de son village, persuadé qu’il y avait encore en lui un souffle de vie. A l’hôpital, on n’avait pu que constater le décès du malheureux.

     

    L’'électrocardiogramme et l’'électroencéphalogramme étaient désespérément plats. Cependant, on avait décidé de faire des examens complémentaires le lendemain. Miracle : 24 h après, les écrans affichaient des courbes régulières. Michel Delepine était vivant ! Pour le médecin chef du service des soins intensifs de cet hôpital, il s’agit là d’un cas exceptionnel d’hypothermie. Un phénomène de vie au ralenti, observé dans certains cas de refroidissement, d’intoxication, par exemple. Mais les signes cliniques étaient bel et bien ceux de la mort !

     

    La meilleure solution pour éviter d'’enterrer une personne vivante est donc de prolonger l’exposition du sujet avant de la mettre en bière. De pratiquer un électroencéphalogramme voire deux, à plusieurs heures d’intervalle. Mais encore faut-il se trouver en milieu hospitalier. En raison du coût, cet examen ne se justifie que pour les comas dépassés et quelques autres cas. Néanmoins, pour être certain d’un décès, il existe d’autres méthodes fiables à 100 %.

     

    A commencer par l’'artériotomie, par exemple, qui consiste à inciser légèrement une artère. Si elle saigne, le sujet vit. Sinon…Voilà pour cet article qui fait froid dans le dos, le chiffre de 4% est sûrement exagéré, mais le phénomène est bel et bien réel et existe…

     

     

    Les enterrés vivants...

     

    La taverne de l’'étrange- 19 Mars 2006

     

    Pin It

    7 commentaires
  •    

    13

     

     

     L'’abbaye de Beaulieu

     

     

    201006131023

     

    Les moines y ont disparus depuis quatre siècle. Pour quelques privilégiés, ils continuent pourtant d’apparaître régulièrement au cœur de leur abbaye abandonnée.

     

    La première apparition des moines de Beaulieu se situe dans les années 30. Ce jour-là, un couple d’amoureux s’isole en fin d’après-midi aux abords de l’abbaye. Ils s’asseyent dans l’herbe, se disent des mots tendres, échangent des baisers, quand soudain, ils se sentent éloignés l'’un de l’'autre, attirés en arrière par une force invisible. Se tenant par la main, ils essayent de se rapprocher, mais n'’y parviennent pas. En quelques secondes, le jeune homme se retrouve à cinq mètres de sa fiancée. Elle pousse un cri de frayeur, appelle à l’aide, mais il est dans l’'impossibilité d'’intervenir et d'’éloigner ces forces qu’'il juge maléfiques. En fait, il s'’agit de fantômes de moines, probablement choqués par ces gestes osés en un tel lieu…

     

    03

     

    Mais cela, le couple ne l’'apprendra que plus tard ! Durant la Seconde Guerre mondiale, un régiment britannique fait halte près de la chapelle de Beaulieu, cette dernière a été fondée par les Cisterciens en l’an 1204 et a prospéré jusqu'’à ce que le roi Henri VIII décide sa fermeture en 1538. Depuis les années 1930, les habitants savent qu'’en fait les moines n'’en sont jamais vraiment partis. Et dans la région, tout le monde en était convaincu depuis quatre siècle déjà ! Les villageois échangeaient à la veillée des histoires de fantômes qu’ils racontaient à leurs petits-enfants et qui, ainsi enjolivées, traversaient les siècles. Mais revenons à cette année 1943. Une unité anti-aérienne campe près de l’'abbaye, envoyée pour une mission spéciale. Dans la nuit, les officiers se réunissent pour établir un plan de campagne pour les jours qui viennent. Ils sont sous une tente et conversent ardemment, lorsqu'’un souffle étrange agite le campement.

     

    En cette soirée d’'été, il n'’y a pas le moindre brin de vent, aussi plusieurs militaires pensent-ils à une soudaine tornade. Plusieurs d’'entre eux quittent la tente, regardent aux alentours, voient les feuilles des arbres voler, les branches s'’agiter, sans ressentir sur leur visage le plus petit souffle d'’air. Ils sont tous réunis et s'’interrogent sur ce mystère lorsqu’'ils voient un groupe de moines sortir de la chapelle. Le colonel les interpelle, mais les moines ne répondent pas. Un capitaine court dans leur direction et traverse le groupe sans toucher personne. Il n’'y a plus aucun doute à avoir : ce sont des fantômes !

     

    Très réalistes, les officiers ne croient pas aux fantômes habituellement et ceux-là ne font pas exception à la règle. Un mirage alors ? Ils sont prêts à le croire quand celui qui paraît être le chef des moines, c'’est-à-dire le père supérieur, s'’approche très près d’eux et les informe d’'une prochaine attaque aérienne dans la région. Puis il disparaît…Quarante-huit heures après, des avions de la Luftwaffe survolent l’'abbaye de Beaulieu…

     

    04

     

    Une nuit de l’'année 1951, quelques jours avant Noël, Michael Sedgwick travaille d’'arrache-pied à son bureau, vers minuit. Directeur de recherches au musée de l'’Automobile de l’'abbaye de Beaulieu, Sedgwick travaille fréquemment la nuit, fumant cigarette sur cigarette. L’'atmosphère est si enfumée qu'’il ouvre la fenêtre pour aérer la pièce avant de partir se coucher. C’'est alors qu'’il perçoit des chants catholique très proches. Il affirmera plus tard : 

     

    «  Cette musique douce, interprétée par des voix mélodieuses, venait par vagues irrégulières, comme si elle sortait d'’une radio en mauvais état de fonctionnement. Les chants étaient si beaux qu’'aussitôt j’'essayai de les capter sur mon propre poste de radio. Mais aucune station ne diffusait une telle musique. Je dus me rendre à l’'évidence : un groupe d’'hommes interprétaient ces chants religieux ! »

     

    Ce même soir, à deux kilomètres de là, Bertha Day, l'’intendante de l'’abbaye, entend elle aussi les cantiques. Aux enquêteurs, elle affirmera le lendemain : «  Je savais que ma voisine, Mme Mears, venait de mourir. Je crus que des prêtres avaient été appelés pour dire une messe à son chevet et je ne me posai pas d'avantage de questions. »

     

    En fait, Mme Mears n’'était déjà plus à son domicile ce soir-là. Les enquêteurs, ainsi que Michael Sedgwick et Bertha Day, comprendront un peu plus tard que ce sont les moines de l’'abbaye qu'’ils ont entendus ce soir-là chanter une messe. Durant quelques semaines, la police alertée tente de découvrir si des squatters n’'ont pas pris possession de l'’abbaye, à l'’insu du propriétaire. Mais non : aucun moine et aucun squatter ne vit plus à Beaulieu depuis des siècles. Seul le révérend Robert Fraser Powles affirme entretenir avec les moines, ou plutôt leurs fantômes, d'’excellentes relations. Il en connaît plusieurs par leur nom, en tutoie certains. Ce sont des hommes morts au début du XVI ème siècle mais qui reviennent à chaque Noël pour célébrer un office dans l'’église du village. Le 24 décembre de l’année 1958, lorsqu'’un fidèle fait remarquer au révérend Powles qu'’il y a très peu de monde pour suivre la messe de minuit, ce dernier répond : « Il y en a beaucoup plus que vous ne voyez ! »

     

    Et aussitôt des chœoeurs venus de l'’au-delà résonnent harmonieusement dans la petite église. En 1965, l’'actrice Margaret Rutherford (la célèbre miss Marple d’'Agatha Christie au cinéma ) se promène dans la région. C’'est ainsi qu’elle rencontre un moine vêtu d’'une longue robe brune, lisant dans les ruines du cloître. Elle appelle aussitôt un paysan cultivant son champ à quelques mètres de là, pour qu'’il constate la présence de ce moine lui aussi. Mieux : elle photographie l'’homme d’'église appuyé contre un mur. Au développement, le moine ne sera plus sur la photo et seul le mur en ruine apparaîtra. Entre 1940 et 1980, les apparitions de moines sont si fréquentes à Beaulieu que toute l'’Angleterre parle de l'’abbaye.

     

    Une équipe de cinéma se rend dans la région pour y tourner un film d'’épouvante. Mais les fantômes de l’'abbaye n’'aiment pas qu’'on se moque d’eux ! Alors qu'’un technicien descend les marches d’'un escalier tournant, au coeœur du monastère, il entend des pas derrière lui mais ne voit personne. Un peu plus bas, il croise le metteur en scène et l’'un des interprète du film, auxquels il dit sa frayeur. Les trois hommes entendent alors très distinctement les pas se précipiter dans leur direction.

     

    Ils ont même l'’impression d'’être piétinés, dépassés, puis cette cavalcade s'’éloigne vers le bas, preuve qu'’ils ont été croisés par des personnes invisibles. Plusieurs comédiens affirmeront même avoir vu pénétrer dans le cimetière, une nuit, plusieurs moines suivant un enterrement ! Dans tous les cas, les descriptions des fantômes sont identiques : les moines sont vêtus de marron, habit des frères de l’'époque qui, plus tard, s’est transformé en robe blanche. Et cela, personne ne pouvait le savoir !

     

    L’'abbaye de Beaulieu appartient à la famille de Lord Montagu depuis 1673. Les Montagu refusent de toucher à la moindre pierre du monastère et déclarent que les fantômes sont des amis pour l’'éternité et qu'’ils seront toujours ici chez eux !

     



    Le château du Douhet

     

     

    02
     
    Fantômes, revenants, apparitions, spectres et esprits frappeurs se manifestent souvent dans les châteaux ou autres demeures chargés d’Histoire. Ces bâtisses, qui ont pour la plupart connu les guerres de religion et la Révolution, ont souvent été le théâtre de complots, de crimes, de meurtres, de massacres et autres évènements tragiques. Les fantômes, qu'’ils aient été heureux, malheureux, martyrs, ou qu’ils aient simplement souffert, n’oublient pas. Ils ne quittent jamais leurs maisons. On ne les rencontre jamais ailleurs et ils n’apparaissent que dans leurs décors d’'origine.

     

    Le château du Douhet, qui se trouve à mi-distance, environ, de Saintes et de Saint-Jean-d’'Angely, est entouré d'’un parc d’une vingtaine d'’hectares et d'’une magnifique forêt de buis centenaires, dont beaucoup, hélas, n’'ont pas résisté à la terrible tempête de décembre 1999.

     

    « Une des chambres du château est hantée, tout cela est de notoriété publique, reconnaît Jacques Tanner, le dynamique maire de cette commune qui regroupe six cent cinquante habitants. » Le premier élu est fier de ce monument historique, un des trésors de Saintonge, qui accueille chaque année des milliers de visiteurs, tout comme la magnifique église romane du XII° siècle, située à proximité et qui a été restaurée récemment. Mais revenons au château actuel, construit vers 1680- peut-être par Vauban- pour le compte du seigneur Renaud de Pons, sur les ruines d'’un ancien château fort détruit par un incendie en 1652. A l’intérieur, il faut absolument voir le salon en forme de lanterne- d'’où son nom de « salon de la lanterne »- de superbes boiseries, sculptures et moulures d’époque. Dans le parc, un aqueduc alimente deux bassins, situés sous les fenêtres du château, à proximité d’un amphithéâtre romain.

     

    Depuis 1946, le château du Douhet est la propriété de la famille Damilleville. « Mes parents- ils sont aujourd'’hui décédés- avaient lu une annonce et avaient tout de suite eu le coup de foudre, se souvient Alain, un homme de soixante-quinze ans, l'’un des treize enfants de la famille, et qui s’'occupe de l'’entretien de la propriété. Dans une partie du château, mon père avait installé ses ateliers de confections. Mais au bruit des machines à coudre se sont bientôt ajoutés d'’autres bruits dérangeants, un vacarme étrange, inexplicable. »

     

    D’abord sceptique, Jean Damilleville va se ranger à l'’avis d’'Andrée, son épouse. Il alerte l’'exorciste du diocèse de Saintes qui se rend sur place et officie en dispensant son rituel dans chacune des pièces. Mais les phénomènes ne s’'arrêtent pas pour autant et, le soir même, les volets se mettent à claquer, les fenêtres s'’ouvrent et se ferment sans raison apparente alors que le temps est calme et qu'’il n'’y a pas de vent. Parallèlement à ces faits, vont se produire, dans l'’une des chambres, d’'autres manifestations plus étranges encore, voire carrément inquiétantes. Un écriteau placardé à l’entrée de la chambre prévient du reste les visiteurs que cette alcôve est restée inoccupée suite à certains faits « inexpliqués » et qu'’il est interdit d'’y pénétrer.

     

    Ce qui s’est déroulé dans cette chambre dite jaune- depuis que FR3 y a tourné un film d'’après l’œ'oeuvre de Gaston Leroux- fait en effet froid dans le dos !

     

    Toutes les victimes, qui ont dormi là, sont unanimes : elles ont d’abord l'’impression que quelqu'’un est assis au bord du lit. Puis elles ressentent une pression ou un poids, d’'abord sur les pieds, puis sur les genoux et enfin sur la poitrine. « Beaucoup de gens ont pu constater ces phénomènes, précise Alain Damilleville. Des membres de la famille, bien évidemment, mais aussi d’autres personnes également qui, avant la visite de l’'esprit, n'’étaient au courant de rien. Barbara, par exemple, une amie de ma soeur aînée, qui est ensuite devenue ma femme. »

     

    Les intéressés ressentent comme un malaise, un début de paralysie. C’est généralement à ce moment-là qu’ils se réveillent ! Tous ceux-là ne sont pas près d’oublier ! Mais qui est donc cet esprit « coucheur » ? Personne ne peut le dire, ces faits restant inexpliqués. Pourtant il y aura 10 ans, A. Damilleville a reçu une visite surprenante. Celle d’'un médium. « J'’ai été contacté par des esprits, affirmait celui-ci. Il y a eu ici des morts violentes… » Tout en parlant, l'’homme s’est dirigé vers la chambre jaune, puis celle, toute proche, de Mgr de la Rochefoucauld, l’'évêque de Saintes assassiné à Paris en 1792, avant de revenir sur ces pas.

     

    « C'’est ici, j’'entends parler… Je vois des dames en crinoline s’'enfuir, emprunter un escalier, poursuivies par des hommes revêtus de grands chapeaux et armés de fourches. Il y a aussi des baïonnettes aussi…J’'entends des cris… »

     

    La vision s’'est arrêtée là, que s'’est-il exactement passé dans ces lieux ?

     

    12
    de Camille Flammarion

     

     

    « Le château a été pillé à la révolution, raconte Alain Damilleville, mais je ne savais pas qu’i'l y avait eu des morts violentes car, ce qui est extraordinaire dans le témoignages du médium, c'’est que la chambre hantée a été créée, au début du siècle, par un ancien propriétaire. Avant, c’'était une entrée. Et derrière la cloison, il y a effectivement un escalier qui mène à des appartements situés à l’'étage supérieur… »

     

    Le « fantôme coucheur » est-il celui d’'une de ces personnes poursuivies par les pillards et qui cherche la sortie ? Nul ne peut le dire. Ce qui est sûr, c’est que le château du Douhet est riche en événement qui ont jalonné les siècles. Architecture, Histoire et frissons… il mérite le détour ! Alors, si vous êtes de passage, n’hésitez pas. Vous aurez peut-être la chance de croiser le fantôme des lieux…

     



    Le manoir du tertre

     

     09

     

     

     

    Dans ce manoir breton de la forêt de Brocéliande, au pays de la fée Viviane, du roi Arthur et de Merlin l’'enchanteur, on peut admirer un magnifique tableau représentant une dame blanche. Une femme très belle au regard perçant. Ses yeux vous suivent quand vous vous déplacez dans la pièce…Mais ce n’est rien comparé à ce qu’ont vécu les propriétaires du manoir du Tertre : parfois, la dame descend du tableau !

     

    La chose est connue : dans cette région de Paimpont, à 35 km de Rennes, sur la route de Vannes, il se passe des choses étranges au manoir ! Aux limites du réel, des fantômes prestigieux s’y donnent rendez-vous…Anne-Marie et Wilhem Ordelman n'’auraient jamais dû acquérir le manoir.

     

    « Dans cette histoire, rien n’'est normal, explique Anne-Marie. Moi, je suis bretonne, des Côtes-d’'Armor. Mon nom de jeune fille est Quintin. Mon mari est hollandais et nous vivions en Hollande. Et voilà qu’'en 1995, au cours d’'un séjour en Bretagne dans ma famille, et pour fêter leur anniversaire de mariage, il débarque au manoir du Tertre, un hôtel-restaurant datant de 1601. Passionnée d’'ésotérisme, j’'avais entendu parler du fameux tableau représentant l’'ancienne propriétaire de l’'hôtel, connue pour ses dons médiumniques, Geneviève Zaepffel, née au manoir en 1892 et morte chez elle le 21 juin 1971."

     

    10

     

     

    Nous étions le 5 mai 1995. On nous installe dans la salle du restaurant pour déjeuner. Je m’'absente pour aller aux toilettes, bien décidée aussi à en savoir plus sur le tableau. En revenant, je tombe nez à nez avec le propriétaire. « Bonjour, Madame, je vous attendais, car c’'est vous qui allez reprendre mon manoir ». Il avait dit la même chose à mon mari, quelques instants plus tôt. Je lui ai répondu qu'’il n’'en était pas question, que notre vie était en Hollande, et que nos affaires marchaient très bien… «  Si, si…Vous verrez », insista-t-il. Bref, nous repartons en Hollande. Mais je ne pensais qu’au manoir. Impossible de travailler, de tenir le secrétariat, la comptabilité de notre entreprise. Chaque matin, à 4h, je me réveillais, je pensais au manoir et à la médium Geneviève. J’'avais appris son destin hors du commun. Ses conférences et ses prédictions à la salle Pleyel, à Paris, en 1936, 1937, devant quatre à cinq mille personnes. La visite du général de Gaulles au manoir, en 1946, à qui elle avait prédit l’'Europe et la monnaie unique, l’'Euro ( € ), pour l’'année 2000 !

     

     

    Oui, la mère du général était enterrée à Paimpont… . Je sus aussi, que Geneviève était

    tuberculeuse étant petite, vouée à une mort certaine, lorsqu’'à sept ans, elle eut une vision : en haut du grand escalier du salon lui apparut un « druide à barbe blanche ». Il s’agissait en fait de saint Judikaël (  560-652 ), un roi breton qui fonda l’'abbaye de Paimpont. A partir de cette « rencontre », sa maladie disparut miraculeusement. »

     

    Quelques semaines, plus tard, attirés par une force irrésistible, Anne-Marie et Wilhem reviennent au manoir : « Je vous attendais, leur dit encore le propriétaire. Je vais devoir fermer, mon hôtel n’est pas aux normes…. J'’avais un rendez-vous à Rennes pour obtenir un délai, mais je n’'irais pas. Allez-y à ma place, puisque vous allez me rachetez l’'hôtel ! »

     

    Retournés, les époux étudient le dossier, et se retrouvent devant la commission préfectorale et obtiennent un délai ! Ils se sentent soudain investis d'’une mission par Geneviève, dont l’'esprit habite les lieux : l’'établissement ne doit pas fermer ! Mais le propriétaire, lui, refuse de continuer. Alors, très vite le couple décide de tout plaquer et d’'acheter !

     

    « Après avoir signé l’'acte de vente qui stipule que le tableau ne doit jamais changer de place ( une des dernières volontés de Geneviève ! ), raconte Anne-Marie, je me suis planté devant le tableau et lui ai lancé : « Bon maintenant, c’'est fait, mais il faut nous aider, nous ne sommes ni hôteliers, ni restaurateurs ! En guise de réponse, le tableau m’a souris ! »

     

    15
     
    geneviève zaepffel

     

    Les nuits suivantes, les nouveaux propriétaires ne vont guère dormir et faire connaissance avec les « phénomènes »…Anne-Marie dort au dernier étage dans une des huit chambres du manoir, baptisée Rêve. Au milieu de la nuit, elle s’'éveille et voit au pied du lit Geneviève, debout, qui lui sourit, habillée de sa longue robe blanche. Une autre nuit, elle verra le « druide barbu », saint Judikaël, ou des formes évanescentes à contours humains. Un soir, le lustre du salon se met à tourner comme une toupie. Les chasse-d’'eau aussi se déclenchent toutes seules.

     

    Une porte d'armoire claque toute la nuit… Dans la chambre du chevalier, les lumières s’'allument sans raison. Wilhem va éteindre, trois, quatre, dix fois, puit finit par les laisser allumées puisque telle est la volonté du fantôme ! La nuit, aussi, au plafond on entend quelqu'’un marcher d’'un pas lourd, mais il n’y a personne ! Un autre soir, devant la façade, Ils entendent l’énorme souffle de quelqu'’un qui respire difficilement, comme un géant asthmatique… Aujourd'’hui, le manoir du Tertre est à nouveau fermé ( à l'’époque en 2000 ). Il doit subir des travaux pour satisfaire aux normes européenne et s’'agrandir de douze chambres nouvelles. Coût des transformations : dix millions de francs !

     

    « Pour l'’instant, on cherche toujours les fonds, mais on pense qu'’on les trouvera, se rassurent les époux Ordelman, notre fantôme ne veut pas que son manoir ferme et tout se passe toujours comme il l’a décid酠»

    Pour plus d'’info, voici le site officiel du manoir du Tertre

     

    http://manoirdutertre.free.fr/

     

     

     


     

     

     

     

    Aujourd'’hui, le manoir est ouvert en toute saison, et le couple vous y attend chaleureusement.

     

    Alors passez les voir et profitez pour visitez la forêt magique de Brocéliande…

     

    Voici quelques histoires sur la France de l’'étrange

     

     

    Le fantôme de Souvigny ( Alliers )

     

    En 1956, une jeune femme fit l’acquisition du prieuré de Souvigny. Quelque temps après, elle tomba nez à nez avec le fantôme d’un moine. Comme les apparitions se répétaient, elle put le photographier. On distingue d’ailleurs nettement sur les photos la silhouette d’un moine encapuchonné. Elle put même le toucher et sentir une sorte de brouillard glacial.

     

    Le vampire de Sainte-Geneviève- des-Bois ( Essonne )

     

    Dans le cimetière russe de cette commune de l’Essonne, on peut trouver les sépultures de beaucoup de dignitaires de la Russie tsariste. L’endroit est impressionnant, d’autant qu’il serait habité par un vampire. Devant l’une des tombes, en effet, on ne peut s’empêcher de sentir une présence. Selon certains, des offrandes seraient offertes au vampire pour qu’il ne fasse pas de nouvelles victimes.

     

    Le moine de Sainte-Flaive-des-Loups ( Vendée )

     

    Le scénario est toujours le même. Un moine en bure monte dans une voiture, silencieux, jusqu’à ce que, immuablement, il lance aux passagers : « Le printemps sera chaud, l’été sera brûlant, l’automne sera sanglant », avant de disparaître brusquement. Dernière apparition en 1983. Depuis on s’interroge toujours dans la région sur le sens caché de cette prophétie.

     

    Les défunts de Saint-Martin-Lys ( Aude )

     

    La légende dit que, chaque année, dans les nuits du 15 au 16 août et du 1er au 2 novembre à Saint-Martin-Lys, ou plutôt à l’abbaye de Lez, les défunts célèbrent une sarabande. Cette cérémonie aurait lieu depuis le massacre en 1573 de 200 moines par les huguenots. En souvenir, à ces dates, on entend les cloches tinter et des chants liturgiques. Effet garanti… !

     

    Le château hanté de Saint-Jean-d’Angély ( Charente-Maritime )

     

    Le château du Vert-Galant ne possèderait pas seulement un trésor dans ses caves. Des recherches, effectuées il y a quelques années, ont donné des sueurs froides aux témoins. Portes qui claquent puis qui s’ouvrent brusquement, hurlements, coups dans le mur, toutes les caractéristiques du poltergeist étaient réunies. D’'après un médium, les fouilles pratiquées autour d’une salle de torture avaient dérangé les esprits.

     

    Le parfum de la Malmaison ( Hauts-de-Seine )

     

    A la Malmaison ( Rueil-Malmaison ), le château que Joséphine de Beauharnais occupa après son divorce d’avec Napoléon, son souvenir olfactif serait toujours présent. Les murs, en dépit du temps, des nombreux travaux et restaurations dont les pièces ont été l’objet, exhalent encore les parfums floraux qu’elle affectionnait. Selon certains, le parfum aurait été mélangé au mortier et se disperserait en fonction du temps.

     

    Le peuple cavernicole de Paris

     

    Les restes de plus de dix millions de Parisiens de toutes les époques sont enfouis à quelques mètres sous terre, dans les catacombes. Ces charniers, dans lesquels on pourrait rencontrer Molière, Rabelais ou Robespierre, ne sont pas, selon les professionnels de l’étrange, des repères à fantômes. On ne compterait en effet qu’une dame blanche et un homme sauvage, qui a donné à Gaston Leroux l’idée d'’une peuplade cavernicole vivant sous nos pieds.

     

    Le rendez-vous des désespérés ( Paris )

     

    Situé face à l’hôpital Sainte-Anne, un immeuble aurait la particularité d’attirer les désespérés de la Capitale, tentés de mettre fin à leurs jours, mais également des personnes n’ayant aucun problème particulier. A lui seul, cet immeuble aurait déjà fait plus de victimes que la tour Eiffel, le rocher des Buttes-Chaumont et l’Arc de Triomphe.

     

    Les HLM hantés de la Ville de Paris

     

    Si étrange que cela puisse paraître, les offices HLM garderaient une centaine d’appartements inoccupés, en raison des esprits qui auraient décidé de les squatter. Ainsi square La-Bruyère, un appartement resterait sans locataire, tous les précédents ayant subi des évènements tragiques.

     

    Le crâne maya du musée de l’Homme ( Paris )

     

    Le musée de l’Homme possède dans sa collection un très rare crâne maya en cristal de roche qui aurait une fâcheuse tendance à se déplacer tout seul. Alors qu’on l’avait dans une vitrine, on le retrouvait pourtant au petit matin déplacé de quelques centimètres ou renversé. De quoi provoquer la frayeur des gardiens. Cet ornement aurait servi lors de sacrifices humains. Un modèle identique appartient au musée de Londres, où les mêmes phénomènes se produisent. Leurs anciens propriétaires seraient tous décédés de mort violente.

     

    La dame blanche de Montpichon ( Manche )

     

    Près du cimetière de ce charmant village, vers la vallée de la Soule, une dame blanche ferait une apparition tous les 14 du mois. Dans les années 80, on venait par cars entiers assister au spectacle. Et si les gendarmes n’ont jamais pu prouver la supercherie, des milliers de curieux auraient, eux, aperçu cette forme déambulant dans la campagne.

     

    Le château hanté de Blandy-les-Tours ( Seine-et-Marne )

     

    Le château féodal de Blandy est l’un des plus hantés de France. On aperçoit parfois, paraît-il, le fantôme du comte de Dunois, fils naturel de Louis, duc d’Orléans et compagnon de Jeanne d’Arc. Il s’y montrerait parfois sur son cheval, dans l’entrée ou dans la tour.

     

    La maison des Anglais ( Marcilhac-sur-Cété, Lot )

     

    Si l’on vous propose de passer la nuit dans la maison des Anglais, sachez que la demeure a la fâcheuse réputation de porter malheur à ses occupants. Des propriétaires récents en auraient été victimes de manière inexpliquée. Elle aurait été le théâtre de scènes atroces durant la guerre de Cent Ans. Des médiums affirment que la clé du mystère est dans les caves.

     

    La bûche tueuse de Dol-de-Bretagne ( Ille-et-Vilaine )

     

    Curieux objet que celui qui repose à l’abri dans la vitrine du musée de la ville. Il s’agit simplement d’une bûche, à peine entaillée de quelques coups de haches et qui aurait tué plusieurs personnes tentant de la couper. Aucun candidat ne s’est présenté depuis.

     

    Le fantôme de Carier ( Nantes, Loire-Atlantique )

     

    Responsable des effroyables noyades de Nantes qui, pendant la Révolution, causèrent la mort de plus de 1500 personnes, Carier hanterait encore la maison qu’il occupa place du Commerce. Pour les esprits les plus cartésiens, il s’agirait plutôt d’une source souterraine, qui provoquerait les bruits étranges.

     

    Le trou sans fond de Colembert ( Pas-de-Calais )

     

    Au moment de la Fête-Dieu, chaque année, mieux vaut éviter le trou sans fond de Colembert. A cette date, après minuit, des appels désespérés d’âmes maudites se font entendre. Il s’agirait des victimes d’un accident de carrosse, qui autrefois avaient refusé de céder le passage de la procession de la Fête-Dieu.

     

    Les âmes des Gaulois de Saint-Etienne-du-Vigan ( Haute-Loire )

     

    Les soirs d’orages, il serait courant d'’entendre le fracas des armes sur les lieux d’'une bataille où les Gaulois furent étripés par les Romains. Gémissement, hennissements, hurlements des guerriers sont au menu de cette hantise d’'un type un peu spécial.

     

    Les animaux fantômes

     

    Les apparitions fantomatique seraient-elles réservées exclusivement au genre humain ? La question est légitime, alors même qu’il apparaît que les animaux, de compagnie particulièrement peuvent aussi avoir leurs fantômes. De nombreux cas de revenants apparaissant avec un chien ou un chat ont été rapportés, ainsi que des cas de fantômes enfourchant un cheval. Quand ce n’est pas un attelage complet qui apparaît devant les yeux éberlués du témoin. Chateaubriand rapporte, lui, qu’une pièce de son château de Combourg était souvent le théâtre de plaintes et de miaulements répétés et inexpliqués. Or, lorsque des travaux furent effectués, on découvrit dans le plafond, la momie d’un chat, emmuré. Il s’agissait d’une tradition, et cela devait porter chance à une maison. Aux anciens abattoirs à chevaux de Paris, on raconte que, à l’endroit où les chevaux était envoyés à la mort, une tache sur le sol représentait le profil d’un cheval, les yeux exorbités, comme effrayé…

     



    Le presbytère de Borley

     

     

     

    Maison-Hante-Presbytere-de-Borley:
     

     

    Demeure de deux fantômes sans tête et de celui d'’une nonne, qui aurait été assassinée, le presbytère de Borley était autrefois connu pour être la demeure la plus hantée d'’Angleterre. Parmi les nombreuses activités des esprits frappeurs que les propriétaires durent endurer, on trouve des murmures, des tintements de cloches, des bruits de pas et des messages gribouillés sur les murs. Un journal fit appel au chasseur de fantômes Harry Price pour élucider ces mystères et celui-ci écrivit deux livres sur le sujet. Mais son travail de détective fut critiqué par les membres de la Société pour la Recherche psychique qui trouvèrent des explications rationnelles à la plupart des phénomènes dont Price et d’autres avaient été témoins. Finalement, Marianne Foyster, l’épouse du révérend Foyster qui avait autrefois habité le presbytère, avoua que son mari avait manigancé toutes ces soi-disant hantises dans l’espoir de vendre son histoire à la presse. Pourtant, après la destruction du bâtiment dans un incendie, en 1939, l'’activité des fantômes reprit bel et bien dans les ruines…

     

                                                                         

    13      
    Pin It

    14 commentaires
  •  

    Les dames blanches

    Les dames blanches ou auto-stoppeuses évanescentes…

     

    Les auto-stoppeuses apparaissent à l’endroit où elles ont eu un accident et s’évanouissent aussi mystérieusement qu’elles sont apparues. Rien ne les différencie d’un être normal. Elles reviennent telles qu’elles étaient avant leur mort. Bien évidemment elles parlent et portent les mêmes vêtements. Puis elles se désintègrent, sous les yeux stupéfaits des autres occupants du véhicule. Flotte alors une odeur d’ozone comparable à celles que dégage une photocopieuse quand on la fait tourner trop longtemps et une légère flaque d’eau se matérialise sur le siège laissé vacant. Les dames blanches, elles, sont des femmes d’origine plus ancienne qui ont également péri de mort violente. Leur puissance de réincorporation s’étant altérée avec le temps, elles n’apparaissent plus de nos jours que sous la forme d’une silhouette blanche ou d’un halo lumineux.

     

    Les dames blanches

    A Bannalec ( Finistère ), le fantôme diaphane d’une jeune institutrice de la région, assassinée il y a quelques années dans des conditions restées mystérieuses, se manifeste la nuit sous la forme d’une dame blanche arpentant les bas-côtés de la petite route qui va de Bannalec à Scaër.  A Nesles ( Pas-de-Calais ), une dame blanche immaculée se manifeste très souvent dans l’église du village où elle joue de l’orgue. On peut l’entendre durant la nuit ou dès que la porte de l’édifice est fermée à clef. Plusieurs procès-verbaux de gendarmerie en font état. A Château-Bernard ( Isère ), c’est une auto-stoppeuse qui se montre souvent sur la route conduisant à l’entrée de Château-Bernard. Comme ses « consoeurs », elle tient une brève conversation puis disparaît d’un seul coup, sans prévenir. Dans les années 60, elle fut pris en charge par un conducteur un peu trop entreprenant qui, avec sa main libre, lui caressa la poitrine. Quand il lui fit remarquer qu’elle avait les seins froids comme de la glace, elle lui répondit que c’était normal puisqu’elle était morte et qu’elle était le diable. C’est le seul cas répertorié ou une auto-stoppeuse fantôme a été touchée par un vivant.

     

    A Langeac ( Haute-Loire ), c’est une belle jeune fille blonde portant un pull, un jean et tenant à la main une immuable valise en tissu écossais rouge et jaune qui se manifeste régulièrement sur les routes situées entre Langeac, Brioude et La Chaise-Dieu. Elle est très connue dans la région à cause de l’aspect spécifique de son unique bagage. Ce serait le fantôme d’une jeune fille qui se tua autrefois dans la région au cours d’un accident, dans la voiture dont elle était passagère. A Cannes ( Alpes-Maritimes ), sur la route qui va de Cannes à Vallauris, une nuit de novembre 1988, trois amis prennent à leur bord une jeune fille en chemise de nuit blanche qui fait du stop, et la raccompagnent chez elle, deux km plus loin. Le matin, retrouvant une gourmette dans sa voiture, l’automobiliste se rend au domicile de sa passagère de la veille pour lui rendre l’objet. Là, il rencontre ses parents qui lui apprennent que le bijou appartient bien à leur fille mais que celle-ci est décédée quelques années auparavant. Somnambule, la jeune fille était sortie de chez elle en pleine nuit. On l’avait retrouvée morte, renversée par un chauffard qui avait pris la fuite…

     

    Les dames blanches

     

    En matière d’apparitions routières, les psychologues parlent de visions épileptiques, voire d’hallucinations collectives si les témoins sont nombreux. Les sociologues parlent en revanche de légendes urbaines, véritable substitut à la vieille mythologie européenne des dames blanches, qui, elles aussi, apparaissent régulièrement, parfois sur des siècles, après être mortes de façon inattendue et soudaine. Or, dans la majorité des cas d’auto-stoppeuses, il ne s’agit pas de victime et, souvent, des dépositions en gendarmerie. Relevons que toutes les brigades de gendarmerie de France ont, devant le flux croissant de ces témoignages, reçu des directives spécifiques et « traitent » ces cas de manifestations comme les phénomènes de maisons hantées ou les apparitions d’ovnis. Etrangement, c’est toujours une mort violente qui semble conditionner le retour momentané des auto-stoppeuses fantômes, comme si un processus de « départ » ne s’était pas enclenché. Les partisans des thèses naturalistes parlent d’incorporations d’esprits sur les lieux du drame. Voilà une hypothèse bien complexe pour évoquer ces phénomènes dits de revenants (au sens de « revenir » régulièrement là où l’on est décédé sans comprendre sa propre mort). Des parapsychologues développent une autre théorie selon laquelle ces êtres viendraient prévenir des accidents…même si, dans certains cas, on a au contraire constaté qu’ils les provoquaient !

     

    En France, ce sont près de 300 cas qui ont été recensés à ce jour.

      

    Les dames blanches

     

    La taverne de l’étrange- 12 mars 2006

    Pin It

    3 commentaires