• France- étrange objet vers Taverny

    Un photographe et ses amis discutaient dehors le 20 juin 2020 vers 21 heures. Le ciel était encore très clair lorsqu’ils ont repéré d’étranges anomalies lumineuses de forme allongée dans le ciel, comme si la lumière du soleil se reflétait sur les objets. 

     

    Ils ont compté quatre objets qui se déplaçaient tous dans la même direction, à une distance à peu près égale, et ils n’ont émis aucun son. Le photographe a alors pris plusieurs photos en utilisant le super zoom de son appareil Pentax, avant que les objets ne soient trop éloignés. La visée s’est terminée lorsqu’ils n’étaient plus à portée de vue. Affaire Mufon 109736.

    France- étrange objet vers Taverny

    Lorsque l’on zoome sur les anomalies, on peut clairement voir qu’il ne s’agit pas de ballons à hélium, de drones ou d’avions dont le registre est connu.

     

    France- étrange objet vers Taverny

     

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Il remplace son bras amputé par une lame !

    La sépulture contenait le corps d'un homme presque cinquantenaire au bras droit amputé et remplacé par une lame de couteau.

     

    Les nécropoles lombardes sont décidément pleines de surprises. Après l'annonce en avril 2018 de la découverte d'un cas de naissance de cercueil, une équipe italienne publie l'étude d'une autre sépulture singulière de cette époque. Celle d'un homme au bras amputé et manifestement émule de Wolverine, le personnage de comics interprété au cinéma par Hugh Jackman.

     

    Pour un Lombard du VIe siècle, les occasions ne manquent pas de perdre son bras

    La tombe est en fait une découverte assez ancienne. Le site de Povegliano Veronese date du VIe au VIIe siècle de notre ère, au tout début du Moyen-Âge. Il a été fouillé en deux fois à six-sept ans d'intervalle, en 1985-86 et 1992-93. La sépulture du super-héros Lombard se noie alors dans la masse des 164 tombes et des 222 corps retrouvés. Plus de vingt ans après sa découverte, l'équipe de scientifiques menée par Ileana Micarelli de l'Université La Sapienza de Rome s'est penchée sur son cas.

     

    L'analyse des os indique que l'individu de la tombe T US 380 n'avait pas loin de 50 ans à sa mort. Le trait le plus marquant du squelette est évidemment son bras droit coupé, mais ses os ont révélé bien d'autres renseignements. L'étude du strontium de ses dents, par exemple, montre qu'il n'était pas originaire de la région. En effet, les Lombards envahissent le nord de l'Italie en 568. Ils vivaient auparavant le long du Danube, en Pannonie. Pour un Lombard du VIe siècle, les occasions ne manquent pas de perdre son bras. Malformation, accidents, décisions judiciaires ou combats sont les plus courantes. Ici, le bras a été perdu suite à un traumatisme contondant alors que l'individu était encore jeune. Le soin de sa communauté à le soigner laisse supposer que l'amputation est consécutive à un accident ou à un fait de guerre. "Cela met en évidence un effort au niveau de la communauté pour fournir un cadre idéal pour la guérison", écrivent les auteurs de l'étude. "Un environnement propre et des soins intensifs pendant les premiers stades de la guérison... Il semble peu probable qu'un criminel ait reçu un tel traitement médical."

    Une prothèse remarquable

    En examinant de plus près l'extrémité du bras amputé, l'équipe de scientifiques a remarqué des signes de pression biomécanique - remodelage des deux os pour former un cal, et un éperon osseux sur le cubitus. Des signes compatibles avec le genre de pression qui aurait pu être appliquée par une prothèse, une sorte de capuchon de cuir, serré par une lanière autour du moignon pour le  protéger. La sienne était particulière. "Les preuves archéologiques suggèrent une prothèse en forme de capuchon doté d'une lame d'arme modifiée", expliquent les chercheurs. Le bras du défunt reposait sur son abdomen et un petit seaux - une lame de couteau - le prolongeait. Une boucle encore empreinte de matière organique décomposée était tombée à côté de l'os. L'usure des incisives du défunt montrent qu'il l'enlevait et la remettait fréquemment, en utilisant ses dents pour défaire ou serrer la lanière de cuir qui passait dans la boucle. Un geste pas si éloigné de ceux que l'on peut faire aujourd'hui pour défaire un nœud, ouvrir un sachet plastique ou mâchonner un stylo.

    *

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Quizz 115

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Harley, le chien qui soulage le stress des médecins

    Avec ses bottines, lunettes et costume protecteur, Harley "le Borgne", un Carlin entraîné comme thérapeute, commence une nouvelle journée pour soulager le stress du personnel soignant d'un hôpital de Mexico, qui lutte contre le nouveau coronavirus .

     

    Harley se fraye un chemin dans les couloirs du centre médical aux côtés de sa propriétaire, la neuropsycholoque clinicienne Lucía Ledesma, qui lui enfile une paire de chaussures jaunes en caoutchouc et un imperméable fluorescent à fermeture éclair.

    Elle lui couvre également les yeux de lunettes de plongée, laissant son museau découvert.

    Docilement, l'animal de couleur beige est prêt à jouer pendant deux heures avec les médecins et infirmières qui luttent contre la pandémie, retrouvant le sourire en plein milieu de journées éreintantes.

     

    La docteur Ledesma, qui appelle Harley son "cothérapeute", souligne que la présence du chien l'aide à "réduire le stress psychologique, affectif et psychique" du personnel soignant qui fait face à l'urgence. Harley "le Borgne", âgé de trois ans et surnommé ainsi en raison de sa déficience visuelle, fait partie du service de psychiatrie et neuropsychologie du Centre médical national du 20 novembre.

    Harley, le chien qui soulage le stress des médecins

    En son sein, il participe a des thérapies pour des patients souffrant de "maladies psychiatriques, psychologiques ou neuropsychologiques", explique sa maîtresse. "Depuis tout petit, nous l'avons formé pour cela", précise-t-elle. Le rôle de Harley dans ces interventions a été renforcé par sa docilité et sa constante disposition à intéragir avec les gens, suscitant de l'empathie, souligne Ledesma. Certains "collègues veulent tout de suite jouer avec Harley (...) Il faut prendre en compte le temps de privation de contact physique que nous avons, surtout parmi le personnel en première ligne, qui s'est même isolé de sa propre famille par peur de contagion", raconte la spécialiste.

    Ledesma explique que depuis février, elle et son équipe ont envisagé d'incorporer le chien dans un projet de soutien émotionnel, prévoyant la tension que provoquerait l'épidémie et, particulièrement, un éventuel engorgement des hôpitaux. Dans ce groupe figurent des spécialistes en biosécurité, médecine vétérinaire et soins infirmiers.

    La ville de Mexico et les environs de l'Etat de Mexico sont la région la plus touchée par le Covid-19 dans tout le pays. En date de mercredi, la capitale comptait 10.946 des 40.186 cas confirmés et 1.057 des 4.220 morts au niveau national, selon des chiffres officiels.

     

    Harley, le chien qui soulage le stress des médecins

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Ils découvrent des lingots d'or...

    Déconfinée et riche de deux lingots d'or ! Voilà l'heureux sort de cette famille parisienne dont les enfants ont découvert ce trésor caché dans les draps d'une vieille armoire dans la maison des grands-parents.

     

    Le confinement aura eu des effets bénéfiques pour de nombreux Français et particulièrement pour cette famille parisienne venue se confiner dans le Loir-et-Cher, à Vendôme.

    Pour s'occuper, les enfants ont eu comme des milliers d'autres l'idée de construire une cabane dans le jardin avec des branches, des feuilles, des draps, et toutes sortes d'objets qu'ils ont pu trouver dans la maison familiale.

    En allant chercher des vieux draps qui ne servent à rien dans l'armoire de la chambre de la grand-mère, ils font tomber deux blocs dorés très lourds que les parents ont d’abord pris pour des porte-couteaux ayant appartenu à une arrière-grand-mère.

     

    Une fois déconfiné, le père de famille se rend chez un commissaire-priseur basé dans le département. Ce denier, Philippe Rouillac, annonce au visiteur qu'il ne s'agit pas de "simple" porte-couteaux mais de... lingots d'or de 500 g chacun, d'une valeur totale d'environ 54 000 euros.

    *

    source de l'article

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires