• OVNI sous-marins !

     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Cette rubrique sera consacré à la collection l’AVENTURE MYSTERIEUSE chez l’éditeur J’ai Lu. Ce livre de poche de couleur rouge pourpre bien connu des passionnés de mystère recèle d’histoires étonnantes, incroyables, de faits inconnus et de mystères. De grands noms comme Jacques Bergier, Georges H. Gallet, Robert Tocquet, Robert Charroux ont publiés des livres dans cette collection mystique et quasi introuvable de nos jours. Des histoires aussi étonnantes les unes que les autres viendront s’ajouter ici dans cet espace dédié à cette collection.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    *** Les visiteurs du Moyen Age ***

     

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le 13 août 1491, Facius Cardan, père du mathématicien Jérôme Cardan, notait cette aventure :<o:p></o:p>

    « Lorsque j’eus complété les rites habituels, à environ la vingtième heure du jour, sept hommes m’apparurent, portant des vêtements de soie ressemblant à des toges grecques, et des chaussures étincelantes. Ils arboraient également des armures et sous ces armures l’on voyait des sous-vêtements pourpres d’une gloire et d’une beauté extraordinaire. Deux d’entre eux paraissaient être d’un rang plus noble que les autres. Celui qui avait l’air de commander avait un visage de couleur rouge sombre. Ils déclarèrent qu’ils avaient quarante ans mais aucun d’eux ne paraissait en avoir plus de trente. J’ai demandé qui ils étaient, et ils répondirent qu’ils étaient des hommes en quelque sorte composés d’air, et sujets comme nous à la naissance et à la mort. Leur vie était plus longue que la nôtre et pouvait atteindre jusqu’à trois siècles. Interrogés sur l’immortalité de l’âme, ils répondirent que rien ne survit. Interrogés pour savoir pourquoi ils ne révélaient pas aux hommes les trésors de leur savoir, ils répondirent qu’une loi particulière leur imposait les plus graves pénalités au cas où ils révèleraient leur savoir aux hommes. Ils demeurèrent avec mon père pendant trois heures. Celui qui paraissait être leur chef nia que Dieu ait fait le monde de toute éternité. Au contraire ajouta t-il, le monde était créé à chaque instant, de sorte que si Dieu se décourageait, le monde périrait immédiatement. »

     

    Les visiteurs de F. Cerdan semblent avoir été les derniers d’une série qui apparaît pendant tout le Moyen Âge. Ils ont ceci de particulier que l’on peut communiquer avec eux, qu’ils ne prétendent d’aucune manière être des anges, qu’ils n’apportent aucune révélation ; au contraire, leur attitude participe plutôt de notre rationalisme moderne. Ces visiteurs nient même l’existence d’une âme immortelle, et soutiennent une sorte de théorie de la création de l’univers. Les alchimistes et les mystiques du Moyen Âge ont bien évidemment cherché à relier ces visiteurs aux divers esprits dont parlent la Bible et la Kabbale, mais il s’agit visiblement d’une élaboration mythologique. En fait, il y eut apparemment des contacts avec des êtres « fabriqués, faits à partir de l’air » disent les visiteurs de Cardan. Ces visiteurs insistent sur les châtiments qu’ils encouraient s’ils dévoilaient certains secrets. Toute cette tradition durera jusqu’au 18ème siècle, date à laquelle, nous le verrons, certains secrets seront dévoilés. Dans d’autres régions, ces êtres sont signalés plus tardivement qu’en Europe : à la fin du 18e siècle pour le Japon et les indiens d’Amérique du Nord. A cette époque les indiens de Californie décrivent des êtres humanoïdes, lumineux, qui paralysent les gens à l’aide d’un petit tube. La légende indienne précise que les gens qui ont été paralysés ont eu l’impression d’avoir été bombardés avec des aiguilles de cactus. En Ecosse, en Irlande, de telles apparitions sont mentionnées depuis un temps immémorial, et jusqu’au 19e siècle, quelquefois au 20e. Au 19e siècle, on trouve la trace d’un personnage étrange appelé Springheel Jack, lumineux dans la nuit, capable de sauter ou de voler, et qui essaie d’entrer en communication avec les hommes. La première apparition date de novembre 1837. - celle dont les témoins sont les plus sûrs et les plus précis- et du 20 février 1838, la dernière a eu lieu en 1877. Cette fois là, l’étrange visiteur à l’imprudence d’apparaître près du champ de manoeuvre d’Aldershot. Deux sentinelles tirent, le visiteur riposte par une projection de flammes bleues qui répandent une odeur d’ozone. Les deux sentinelles s’évanouissent. On ne reverra plus l’apparition. Il s’agit peut être de survivances. En effet, la densité du phénomène est très inférieure à celle du Moyen Âge où l’on constate pratiquement chaque année des apparitions d’étrangers lumineux. Dans tout les récits, ces étrangers sont inséparables de l’idée de feu : la notion d’énergie n’est pas encore inventée. Cependant, lorsqu’on les interroge, ils répondent invariablement qu’ils ne sont ni des salamandres ni des créatures du feu, mais des humains d’une autre espèce. Il est assez tentant de leur attribuer l’étrange série d’incendies qui, durant la grande peste de Londres, détruisit soudain toutes les maisons qui avaient été contaminées et ces maisons-là seulement, empêchant ainsi l’épidémie de se propager et de détruire toute la population d’Angleterre. Ce serait un cas intéressant d’intervention bienveillante. Il est également frappant que ces visiteurs soient associés non seulement avec le Feu, mais également avec des pouvoirs plus ou moins liés au feu, en particulier le pouvoir de transmutation des métaux. Tout le Moyen Âge est parcouru de légendes, et même de solides croyances, sur la possibilité de signer des pactes avec ces visiteurs. Malheureusement, il nous est très difficile de comprendre la mentalité médiévale…

    <o:p> </o:p>

    Source- Les E.T dans l’histoire de Jacques Bergier- 1972- Edition J’ai Lu/ A 250

     


     

    25 mai 2007

     

    *** OVNI SOUS-MARINS ***

    <o:p></o:p> <o:p> </o:p>

    Communiqué de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la Société Internationale" w:st="on">la Société Internationale</st1:PersonName> de recherches sur les phénomènes insolites- Institut de recherches sur les O.V.N.I.- Institut de recherches sur les êtres inconnus. Directeur fondateur : Antonio Las Heras- Buenos Aires, Argentine. Aux terme d’une enquête rigoureuse ayant demandé près d’un an de travail cette société a conclu à l’existence de bases sous-marines d’OVNI dans les golfes de Saint-Mathias et de Saint-Georges, sur la côte Atlantique de l’Argentine. Voici l’essentiel du rapport établi à cette occasion.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il y a quelques années, sur les côtes désolées de <st1:PersonName ProductID="la Patagonie" w:st="on">la Patagonie</st1:PersonName>, deux objets lumineux plongèrent dans la mer pendant la nuit, après quelques évolutions dans l’atmosphère. A l’aube, une chaloupe s’approcha du point d’immersion ; à travers les eaux cristallines, les témoins ébahis purent voir qu’une grande quantité d’algues avaient été enlevées et d’autres complètement arrachées, mais il n’y avait aucune trace des moyens mécaniques qui auraient pu provoquer les effets observés. Cette information nous incita à examiner de près l’hypothèse des bases sous-marines. Nous pouvons donner à présent une explication rationnelle du fait rapporté. Les deux OVNI ne tombèrent pas à la mer à la suite d’une panne ; il s’agissait d’une manœuvre délibérée. Une fois immergés, ils se comportèrent comme de simples sous-marins et se dirigèrent vers une de leurs bases. Ce qui est parfaitement logique. Les engins venant d’un autre monde- Les spécialistes sont à présent d’accord là-dessus- « entrent » par l’Antarctique pour éviter les dangereuses radiations émises par la ceinture de Van Allen, qui dans cette région perdent de leur puissance. <st1:PersonName ProductID="la Patagonie" w:st="on">La Patagonie</st1:PersonName> est donc tout indiquée pour l’établissement d’une base. Sur la terre ferme, la chose serait risquée, mais les fonds marins offrent toute sécurité. Pour assurer une plus grande protection, les bases sont camouflées ou même aménagées dans le sol même. On peut également fixer la date approximative à laquelle ces bases furent installées. Jusque vers la mi-octobre 1954, aucune apparition d’objets volants n’avait été signalée sur le littoral de <st1:PersonName ProductID="la Patagonie" w:st="on">la Patagonie</st1:PersonName>, mais vers le 22 de ce mois un « grand tube fluorescent » fut aperçu par les habitants de Trelew alors qu’il se déplaçait silencieusement dans l’espace. A notre avis, la mission de ce « vaisseau mère » ou « cigare volant » était de trouver un emplacement pour l’installation d’une base dans ces parages. Il y en avait d’autres disséminées à travers le monde : le « Triangle de la mort » aux Bermudes et le golfe Persique en sont des exemples. Pendant une dizaine d’années, il n’y eut dans la contrée aucun phénomène aérien insolite mais, au début des années 60, les apparitions devinrent à ce point habituelles que plus personne n’y faisait attention. Tout les jours, de mystérieuses lumières entrent dans la mer et en sortent. Le champ d’action des E.T est constitué dans le secteur austral par la plateforme sous-marine argentine : à peu près à la hauteur de Bahia Blanca ou de la mer de <st1:PersonName ProductID="la Plata" w:st="on">la Plata</st1:PersonName> émergent des objets qui se déplacent dans l’atmosphère selon une direction approximative sud-nord. La preuve définitive nous fut donnée par l’analyse des faits survenus le 14 août 1968. Ce jour-là, des centaines de témoins, dont beaucoup exercent des professions libérales, purent observer entre Viedma et Rada-Tilly, soit 700 kms en ligne droite, le passage de 5 objets ellipsoïdaux extrêmement lumineux qui laissaient derrière eux un mince sillage brillant. Ils apparurent soudain, ce qui confirme mon hypothèse, au-dessus des eaux en face de Rada-Tilly près de Comodoro- Rivadavia, pour se perdre ensuite, au moment même ou les témoins de Viedma commençaient à les voir. En conclusion, le phénomène est lié à l’étude des vestiges extraterrestres dans le passé de l’Argentine.

    <o:p> </o:p>

    Source- Le livre du mystère de J. Bergier & G. Gallet-1980- Edition J’ai Lu/ A374  

    <o:p> </o:p>

     

    <o:p> </o:p>

    http://www.ping.be/~pin10575/MYSTERE.HTM<o:p></o:p>

    http://users.skynet.be/thomas/titreberg.htm<o:p></o:p>

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_Talons-%C3%A0-Ressort

    <o:p></o:p> 

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p> 

    <bgsound balance=0 src=" http://erwan.corre.free.fr/tyron29/faitsetranges/bergier" volume=0 loop=8 autostart="true">

  • Commentaires

    1
    Bénédict
    Mercredi 11 Février 2009 à 12:34
    Bonjour,
    la collection "L'aventure myst?euse" m' a bien fait r?r dans ma jeunesse.
    Il m'en reste encore un bon paquet , si vous cherchez une info ancienne.
    Plein de J Guyeu aussi et Petit Dernier vient de tomber dedans.

    Amiti?
    2
    YOHANN MAUGUIO
    Mardi 7 Septembre 2010 à 02:10
    BONSOIR MOI QUI A VRAIMENT VU UN VAISSEAU ,JE DIRAI TOUT SIMPLEMENT QU ON N EST PAS SEULE DANS L UNIVERS ET QUI SAIT PEUT ETRE BIEN CERTAINS D ENTRE EUX SONT DEJA OU ON TOUJOURS ETAIENT PARMIS NOUS OU INVERSEMENT,QUOI QU IL EN SOIT L HISTOIRE EST CONFUSE OU ENCORE VU QU IL Y A DES BASES SOUS LA MER ET SUR LA LUNE ET A LA VITESSE OU ILS VOYAGENT BREF ET A LEURS DISCRETIONS MOI JE PENSE QU ON EST L OBJET D UNE ETUDE POUR eux ET VU QU IL N Y A PAS QUE DES ETRES AMICAUX DE CE FAITE ILS NOUS PROTEGENT EN MEME TEMPS SANS POUR AUTANT INTERFéRER DANS NOS AFFAIRES INTERNES PS CERTAINS SONT COMME NOUS A PEU DE CHOSE PRES ET D AUTRE NON JE PENSE VOILà SALUT
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :