•  OVNI

    DES BASES SECRETES… AU CENTRE DE LA TERRE

     

    01

    par Elisabeth Torrès

     

    Plusieurs courants ufologistes modernes affirment que des entités extraterrestres vivent en toute clandestinité sur Terre, dans des bases souterraines indétectables à l’abri des regards indiscrets… Ces localisations secrètes au cœur même de la planète expliqueraient la plupart des observations d’objets volants non identifiés signalés de manière récurrente depuis plusieurs décennies, et leur existence serait même parfaitement connue par quelques dirigeants haut placés travaillant en étroite collaboration avec les intelligences non terrestres. Le point sur une menace qui vient de l’intérieur ! 

    TERRE CREUSE : DES OVNI AU CŒUR DE LA PLANETE ?

    Depuis des millénaires, une croyance très puissante suggère que sous l’écorce terrestre existeraient d’immenses zones habitables dans lesquelles des espèces inconnues évolueraient loin du regard des hommes. Une croyance renforcée par les légendes du monde entier, qui envisagent de manière quasiment unanime l’existence de « royaumes souterrains » peuplés pas d’étranges créatures… Dès l’Antiquité, les premiers récits évoquant des créatures humanoïdes vivant discrètement au centre de la Terre voient le jour. Elles sont développées de plus belle au cours du Moyen-âge, avant d’être définitivement intégrées dans la culture populaire au 18ème siècle. C’est en effet à cette époque que des scientifiques de renom s’intéressent officiellement à la théorie de la Terre Creuse. Edmund Halley est l’un des premiers savants à se pencher sur la structure interne de la planète ; en 1692, il affirme que la Terre est composée d’une coquille creuse d’environ 800 km d’épaisseur, puis de deux coquilles concentriques intérieures et d’un noyau central 

    02

    Les coquilles seraient séparées par une atmosphère lumineuse (qui en s’échappant vers l’extérieur provoquerait les aurores boréales), et un soleil intérieur permettrait à la vie de s’épanouir. L’idée fait son chemin- relayée par les travaux de l’ingénieur Henri Gautier qui envisage la Terre comme un globe totalement creux simplement séparé de l’extérieur par une fine croûte terrestre- et se propage rapidement dans les cercles spécialisés. Au 19ème siècle, John Cleves Symmes reprend l’hypothèse d’Halley ; en 1818 il présente le schéma d’une terre constituée d’une coquille d’environ 1300 km d’épaisseur, avec des ouvertures d’environ 2300 km au niveau des deux pôles, et de quatre coquilles intérieures. Il envoie aux membres du Congrès américain, à des recteurs d’Université et à quelques grands savants, une lettre en ces termes :

    « Au monde entier, je déclare que la Terre est creuse et habitable intérieurement. Elle contient plusieurs sphères solides, concentriques, placées l’une dans l’autre, et elle est ouverte au pôle de 12° à 16°. Je m’engage à démontrer la réalité de ce que j’avance et je suis prêt à explorer l’intérieur de la Terre si le monde accepte de m’aider dans mon entreprise ».

    Mais Symmes meurt avant d’avoir pu entreprendre son voyage. Cependant, ses recherches provoquent un formidable engouement populaire et c’est le début des premières expéditions vers les pôles Nord et Sud, où l’on espère trouver de gigantesques ouvertures conduisant à des royaumes souterrains et habités. Si les premiers explorateurs échouent à localiser les points d’entrées polaires menant au monde intérieur, des auteurs célèbres entretiennent l’intérêt pour la théorie de la Terre creuse, qu’ils soient ésotéristes convaincus comme Helena Blavatsky (1831-1891), fondatrice de la Société Théosophiques, ou romanciers de génie, tel Jules Verne (1828-1905). Son ouvrage « Voyage au centre de la Terre » suscite une forte fascination chez le grand public, qui n’hésite plus à imaginer le cœur de la planète comme un lieu habitable.

     

    03

    Depuis la seconde moitié du 20ème siècle, le mouvement ufologique- qui étudie le phénomène OVNI- a donné naissance à des hypothèses inédites sur la Terre creuse. De nouvelles recherches contemporaines suggèrent en effet que les créatures supposées vivre discrètement dans les profondeurs sont des entités venues d’une autre planète, des extraterrestres qui ont su utiliser la surface interne de la Terre pour s’installer sous nos pieds dans le plus grand secret. D’après les études de plusieurs ufologues, une technologie extrêmement sophistiquée permettrait aux OVNI de se « dématérialiser » pour franchir la croûte terrestre avant  de se « re-matérialiser » une fois arrivé dans une base souterraines indétectable à plusieurs dizaines de kilomètres sous la Terre.

    *

    DES BASES SOUTERRAINES INDETECTABLES

    En toute logique, les progrès dans nos connaissances géodésiques et géologiques auraient du progressivement faire disparaître la croyance en un monde intérieur habité. Les scientifiques l’affirment avec force depuis plus d’un demi-siècle : la structure interne de la Terre est essentiellement composée de matière solide, de gaz et de roches magmatiques en fusion réparties en couches successives, avec en son centre un noyau ferreux où la température dépasse allègrement les 4000 degrés Celsius. Le développement de la vie souterraine pour des créatures intelligentes paraît donc bien difficile compte-tenu de ces facteurs environnementaux. Mais les partisans de l’existence de bases secrètes souterraines occupées par des êtres non-humains ont plusieurs solides arguments à faire valoir. Tout d’abord, ils arguent que la géographie intraterrestre de la planète bleue ne serait pas aussi uniforme que l’on veut bien nous le faire croire. Il existerait ainsi d’immenses cavités permettant à des créatures disposant de capacités spécifiques- résistance aux fortes températures et à l’absence de lumière naturelle- d’évoluer à plusieurs dizaines, voire centaines, de kilomètres de profondeur !

    04

    Les flèches montrent les spéléologues (cerclés) de la grotte de Sarawak !

    Les spécialistes du dossier font souvent référence à la grotte de Sarawak, découverte dans la jungle de l’île de Bornéo par une équipe de chercheurs anglais en 1981. De rapides calculs ont montré que la « Chambre de Sarawak » était tellement vaste qu’elle pouvait contenir plusieurs dizaines de jumbo jets, les avions les plus imposants du monde ! Elle est d’ailleurs considérée, avec ses sept cent mètres de long pour quatre cent mètres de large et soixante-dix mètres de hauteur, comme la grotte la plus spacieuse du monde avec des mensurations trois fois plus grandes que la pourtant titanesque grotte de Carlsbad en Nouveau-Mexique… La preuve, selon certains observateurs, que plusieurs cavités souterraines peuvent offrir un abri sûr et discret, surtout si les entités intelligentes qui y habitent ont condamné les entrées et les sorties de la grotte pour vivre en autarcie totale au cœur de la Terre !

    D’autres poches souterraines potentiellement habitées par des extraterrestres sont régulièrement évoquées dans la communauté ufologique ; citons notamment certaines chaînes montagneuses comme la Cordillère des Andes, quelques sous-sols désertiques comme celui du désert de Mopini, et diverses grottes aux entrées secrètes en Islande, en Norvège ou encore en Inde, en Russie et en Chine. Les revues spécialisées s’intéressent régulièrement à la présence hypothétique d’intraterrestres, à l’image de cet article paru dans l’India Daily qui suggère que des objets volants non identifiés sont dissimulés dans des bases souterraines sous la chaîne des montagnes himalayennes :

    « Récemment, des pèlerins hindous en route vers le Mont Kailash arrivant par l’ouest ont vu d’étranges lumières dans le ciel. Des guides locaux, sur le territoire chinois, leur ont dit qu’il s’agissait d’un phénomène normal dans la région du col de Kongka. Des vaisseaux éclairés, silencieux, de forme triangulaire, sortent du sol et s’élèvent en l’air, presque à la verticale. Certains pèlerins voulurent visiter le site en question, mais ils se virent refuser l’entrée du côté chinois, et lorsqu’ils essayèrent d’approcher du site côté indien, les gardes –frontières les refoulèrent également, en dépit de leur permis de voyager entre les deux pays. Selon les pèlerins, les membres du personnel de sécurité leur déclarèrent qu’ils avaient l’ordre de n’autoriser personne à s’approcher de la zone en questions, et qu’il était exact que d’étranges objets sortaient du sol avec de brillantes lumières clignotantes ».

     

    05

    Le mont Kailash (voir lien en bas d’article).

    Ce genre d’article est particulièrement intéressant puisque, outre le fait qu’il renforce les preuves de l’existence d’une race inconnue, supérieurement évoluée d’un point de vue technologique et dissimulée sous la Terre, il implique que des responsables politiques des gouvernements chinois et indiens sont au courant de la situation et maintiennent délibérément le secret. Une partie du monde ufologique est en effet convaincue que la présence de bases souterraines d’origine extraterrestre est bien connue des grands de ce monde…

    *

    LES GOUVERNEMENTS COMPLICES ?

    Une frange de la communauté ufologique, notamment dans la littérature américaine, met en avant la possibilité d’une collaboration des agences secrètes gouvernementales, qui cacheraient sciemment au grand public l’existence de ces bases secrètes souterraines abritant des créatures extraterrestres. Impossible de ne pas évoquer les deux bases secrètes américaines qui suscitent le plus de rumeurs à ce sujet : la Zone 51 et la base de Dulce. Située dans le désert du Nevada, la Zone 51 est devenue un véritable symbole, regroupant en un même lieu mythique tous les secrets les plus inavouables de l’armée américaine. C’est dans cette base militaire que serait conservée la soucoupe volante endommagée après le crash de Roswell, ainsi que tout le matériel extraterrestre récupéré par les services secrets. Certains corps d’entités venus de l’espace seraient également étudiés sur place, d’autres étant maintenues en vie pour diverses expériences biologiques et génétiques se tenant dans des laboratoires prudemment construits dans les entrailles de la Terre. Des appareils expérimentaux utilisant la technologie des OVNI sont d’ailleurs fréquemment mentionnés par les passionnés, qui campent parfois des semaines entières à proximité de la base dans l’espoir d’apercevoir ces fameux prototypes décoller de la Zone 51.

     

    06

    Photo extraite de la série « Taken » de S. Spielberg

    Quant à la base de Dulce, censée être située dans l’Etat du Nouveau-Mexique et habilement camouflée sous une réserve indienne Apaches, elle est soupçonnée de dissimuler dans son immense complexe souterrain plusieurs niveaux accueillant des races extraterrestres. Des dizaines de sortie secrètes menant vers l’extérieur permettraient par ailleurs à ces occupants venus de l’espace de faire décoller et atterrir en toute impunité des OVNI, objets volants lumineux de forme circulaire ou triangulaire d’après une majorité de témoins. Plus d’infos sur le lien ici :

    http://tyron29.kazeo.com/ovnis-les-bases-aliens/une-base-extraterrestre-a-dulce,a369268.html

    La collaboration supposée entre agences secrètes gouvernementales et extraterrestres est génératrice d’une multitude de récits plus ou moins inquiétants ; selon certaines sources, la communauté extraterrestre ayant conclu un pacte avec les principaux dirigeants du monde est plutôt pacifique, se contentant d’étudier la planète et son écosystème tout en faisant profiter les hommes de leurs connaissances technologiques. Mais d’autres versions, plus sombres, estiment que ces mystérieux Intraterrestres sont dotés d’intentions beaucoup moins sympathiques, pratiquant des enlèvements humains et d’étranges expériences d’hybridation génétique… « Selon le courant conspirationniste de l’ufologie américaine, le gouvernement américain ainsi que l’ONU et les gouvernements européens, dont français, auraient fait alliance avec des extraterrestres dans le but d’asservir la Terre et de fournir des cobayes humains. De fait, il existerait selon eux un gouvernement fantôme, extraterrestre, dirigeant les gouvernements nationaux. (…) L’Etat fédéral aurait conclu un accord en 1947, à la suite de l’affaire Roswell, avec des entités biologiques extraterrestres en échange d’un transfert de technologie. Il aurait ainsi fourni des bases souterraines et donné le droit d’enlever des citoyens américains pour leurs expériences » peut-on lire dans la revue Politica Hermetica (Melchisédec N°19, 2005), qui revient sur la mise en place de la conspiration pratiquée en collaboration avec des créatures non-terrestres :

     

    07

    « Les transferts de technologie auraient commencé en 1954 dans les domaines de l’information, de la biologie (le génome, le clonage…). En 1957, des fonds auraient été débloqués pour aménager les bases. A partir de cette date, les gouvernements s’assurent l’aide de scientifiques, dont les astronomes, pour nier l’existence des OVNI. (…) Des bases souterraines sont alors implantées en Union Soviétique ainsi qu’en France et en Australie ». Le gouvernement américain, qui reconnait l’existence de la Zone 51- bien qu’elle n’apparaisse sur aucune carte officielle- mais se refuse à donner d’avantage d’informations sur les activités et les missions qui s’y déroulent, a adopté une attitude pour le moins ambiguë : alors que les responsables politiques s’échinent à nier la véracité de l’existence de créatures non-terrestres dans ces bases secrètes, le gouvernement de l’Etat du Nevada n’a pas pour autant hésité dans le même temps à rebaptiser la section de la route 375 qui mène à la Zone 51 « Extraterrestrial highway », ce qui signifie littéralement… l’autoroute des extraterrestres !

    *

    SOUS LA GLACE, DES BASES SOUS-MARINES

    Collaboration gouvernementale ou pas, l’existence d’entrées secrètes menant vers le centre de la Terre où réside une civilisation stellaire demeure une théorie répandue dans de nombreux cercles ésotériques, dont certains mentionnent la présence d’extraterrestres sous les sols gelés d’Arctique et d’Antarctique. L’hypothèse d’un « vortex d’énergie » aux pôles Nord et Sud est régulièrement relancée : c’est par ces entrées symboliques que de mystérieux objets volants venus des confins de l’espace pénétreraient à l’intérieur du globe terrestre sans être détectés. Les vastes étendues souterraines, encore largement inexplorées, des terres arctiques et antarctiques, constitueraient alors un repère idéal pour une race extraterrestre dont la physiologie ne redouterait ni les conditions thermiques ni l’obscurité permanente. Quelques partisans des bases souterraines indiquent que plusieurs carottages effectués dans les glaces du Groenland se sont mystérieusement bloqués à des profondeurs d’environ trois kilomètres sous l’écorce terrestre, comme si des sortes de bunkers ultra-résistants empêchaient de sonder plus profondément…

     

    08

    Régulièrement d’ailleurs, des expéditions organisées par des chercheurs indépendants s’élancent vers les pôles Nord et Sud avec l’espoir de trouver enfin ces portes secrètes menant à un royaume souterrain extraterrestre. En vain jusqu’à présent. Mentionnons également les hypothèses émises par John Wheeler, un physicien décédé en 2008 qui fut l’un des collaborateurs d’Einstein et participa au projet Manhattan sur la création de la bombe atomique. D’après Wheeler, la Terre a pu se former à partir d’un objet physique étrange, le Géon, sur lequel se serait déposée au fil du temps de la poussière cosmique, engendrant après plusieurs millions d’années la croûte terrestre que nous connaissons. Le Géon serait une région de l’espace a courbure intense qui pourrait contenir en son sein un véritable univers, et qui permettrait de communiquer avec d’autres univers !

    Des experts du dossier sur la Terre creuse se sont alors demandés si les extraterrestres n’utilisaient pas ce Géon pour être directement transporté au cœur de la planète Terre : selon les défenseurs de cette thèse digne d’un scénario de science-fiction, les OVNI aurait la capacité de se dissimuler ainsi dans des grottes, des cavités ou des bases artificielles à plusieurs kilomètres dans les entrailles de la planète. Enfin, il semble important de ne pas négliger la théorie des bases sous-marines extraterrestres, une idée selon laquelle des entités venues d’autres galaxies ont réussi à s’implanter en toute discrétion dans les profondeurs de nos mers et de nos océans, qui représentent un territoire immense (les 2/3 de la Terre sont recouverts par les eaux) et largement inexploré. Le long des côtes d’Amérique du Sud comme près des rives de la Méditerranée, quantité de témoignages font ainsi mention d’engins volants submersibles, capables de plonger sous l’eau après avoir effectué des manœuvres aériennes. L’hypothèse de l’existence de bases sous-marines occupées par des intelligences non-terrestres a été notamment relayée par Ivan T. Sanderson, un naturaliste américain renommé, qui fut l’un des pionniers de la cryptozoologie, une discipline s’intéressant à l’étude des espèces inconnues ou supposées éteintes.

     

    09

    Photographie d'un OVNI sortant de l'eau dans le golfe San Matias à Porto-Rico.

    Dans l’un de ses ouvrages spécialisés sur le sujet, il relate une affaire datée de 1963 et qui fait désormais souvent office de preuve irréfutable dans les milieux ufologique: l’armée américaine aurait détecté- un appareil sous-marin de type inconnu se déplaçant à plus de trois cent kilomètres par heure, une vitesse bien supérieure à celle des sous-marins de fabrication humaine ! Repéré sur le sonar de la Navy pendant plusieurs jours, l’étrange objet submersible aurait finalement disparut des écrans en plongeant à une profondeur de plus de huit mille mètres, zone où la pression interdit normalement tout déplacement…

    *

    BASES SECRETES : UNE MENACE INVISIBLE

    La présence supposée d’extraterrestres au centre de la Terre possède plusieurs avantages du point de vue des ufologues. Elle permet tout d’abord d’expliquer les observations d’objets volants non identifiés, toujours plus fréquentes, que l’on ne peut guère justifier par une multitude de voyages interstellaires compte-tenu des distances immenses séparant notre système solaire de galaxies potentiellement habitées par des êtres intelligents. Il est plus raisonnable en effet de penser que la plupart des OVNI sont « stockés » dans des bases souterraines ou sous-marines, étant de la sorte immédiatement opérationnels pour des sorties aériennes dans l’atmosphère terrestre. Par Ailleurs, elle abonde dans le sens des hypothèses avancées par des chercheurs contemporains pour expliquer le déplacement et les performances des OVNI, qui supposent que le système de propulsion des « soucoupes volantes » ne peut fonctionner que dans un milieu fluide –air et eau-, et serait donc totalement inopérant dans le vide interstellaire. S’ils ont été étudiés pour évoluer uniquement dans un milieu fluide, cela signifie sans doute que les OVNI ont été fabriqués sur Terre…

    La littérature ufologique et ésotérique continue de s’intéresser de près aux dossiers des bases secrètes habitées par des créatures exotiques, à l’image du dernier ouvrage de l’auteur américain Mac Tonnies, publié à titre posthume en 2010. Intitulé « Les Cryptoterrestres », le livre diffuse l’idée que des créatures humanoïdes habitant la Terre depuis toujours et disposant d’une technologie de pointe vivent discrètement sous nos pieds, s’aventurant parfois à l’extérieur à bord des fameux OVNI. Entrée et sorties secrètes, tunnels et galeries artificielles menant au centre de la Terre, race humanoïde hautement évoluée se dissimulant au regard des hommes… Quelle est la part de vérité et la part de fantasme dans cette ténébreuse hypothèse ?

    *

    3 BASES SOUTERRAINES EXTRATERRESTRES A L’ETUDE

    La littérature ufologique est abondante lorsqu’il s’agit de signaler des zones géographiques censées abriter sous la terre des entités extraterrestres. Il serait vain de tenter d’en établir ici une liste exhaustive ; nous nous contenterons de mentionner ici les 3 plus célèbres :

    Le Mont Shasta

    Californie- Stratovolcan culminant à 4317 mètres d’altitude, le mont Shasta a engendré de nombreuses légendes depuis des siècles. Les Amérindien de la tribu Iore, premiers habitants de la région, pensaient par exemple que le mont Shasta était habité par l’esprit du chef Skell. De nombreux autres cultes ont été influencés par le ont Shasta depuis, et la littérature contemporaine s’en est également inspirée, à l’instar de l’auteur de science-fiction américain Robert Heinslein, qui dans une nouvelle baptisée « Lost Legacy », désigne cette montagne imposante comme l’habitation secrète d’un groupe d’hommes disposant de pouvoirs psychiques. Pour certains chercheurs, c’est plutôt une civilisation extraterrestre qui se cacheraient dans les entrailles du volcan.

    Le Pic de Bugarach

    Pyrénées- Situé dans l’Aude en région Languedoc-Roussillon, le Pic de Bugarach est considéré comme un repère pour de mystérieux engins spatiaux. L’ufologue Ghislain Sanchez affirme ainsi que le massif rocheux « est soupçonné d’abriter en son sous-sol un lac gigantesque qui serait le refuge d’une base extraterrestre ». Attirés par le folklore, touristes et passionnés arpentent régulièrement le site, certains clamant avoir déjà observé des lumières étranges survolant le Bugarach, tandis que des perturbations magnétiques inconnues sont accusés de brouiller les téléphones portables et d’endommager irrémédiablement appareils photos et enregistreurs ! Une manifestation ufologique majeure est d’ailleurs censée se produire le 21 décembre 2012, date supposée de la fameuse « fin du monde » prophétisée par le calendrier des Mayas !

    2 cratères dans la jungle amazonienne

    Immense étendue couvrant une vaste partie de l’Amérique du Sud, la jungle amazonienne comporte des zones entières encore difficilement explorables. Quelques ufologues rapportent des observations réalisées dans deux cratères localisés entre la Sierra Maigualida et le fleuve Orénoque. Ils font référence à une équipe de chercheurs (dont l’idée n’est jamais révélée) qui aurait découvert en 1974 dans l’un des deux cratères, profond de 300 mètres pour un diamètre de 400 mètres, des échantillons de plantes et des os d’animaux d’espèces inconnues ou éteintes depuis l’ère secondaire ; Ils auraient également mis à jour un souterrain artificiel long de 1500 mètres reliant les deux cratères. Les légendes autochtones indiquent par ailleurs qu’un réseau de tunnels s’enfonce profondément sous les deux cratères et qu’une race d’être de grande taille à la peau ivoire et aux cheveux de différentes couleurs vivent dans les profondeurs.

    *

    10

    -Source-

    Magazine HS N°4 « Mondes Etranges » de juin 2012

     

    http://www.explos.info/tag/borneo/

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Kailash

     

    cooltext834276112

     

    28 novembre 2012
    Pin It

    7 commentaires
  •  

    LES CAVERNES SONT-ELLES DES BASES D’OVNI ? 

     



    Et si les innombrables grottes et cavernes encore inexplorées constituaient des bases d’OVNI idéales ? L’hypothèse n’est pas nouvelle. Mais elle a récemment refait surface dans mes propres recherches. Pour moi, les cavités souterraines de notre planète seraient des sortes de sas spatio-temporels qu’utiliseraient commodément les extraterrestres qui viennent nous rendre visite. L’homme a mis le pied sur la Lune. Ses sondes spatiales sont en train de dépasser les limites du système solaire et de pénétrer le monde intergalactique. Et pourtant, il ignore ce qui se passe au-delà d’une vingtaine de kilomètres sous ses pieds. Qu’existe-t-il au-delà ? Quelles étranges architectures naturelles dorment sous des millions de tonnes de terre et de roches ? Quelle faune mystérieuse se meut dans les grottes et cavernes de notre sous-sol.

     

     Les spéléologues les plus optimistes nous assurent que nous ne connaissons pas plus d’un pour cent de ce monde obscur. Et ce que nous en avons exploré n’est déjà pas exempt de mystère. Il n’est que de parcourir certain ouvrage comme l’ouvrage de Michel Bouillon, un spécialiste qui a exploré gouffres et cavernes pendant plus de vingt ans pour le compte du Muséum d’histoire naturelle puis du CNRS. (Découverte du monde souterrain, aux éditions Robert Laffont). Des ufologues américains viennent de recenser dans une série d’articles tous les rapports pouvant exister entre les manifestations d’OVNI et univers cavernicole. Et les coïncidences troublantes ne manquent pas.


    Dès l’Antiquité, les hommes ont vu d’étranges choses sortir des grottes qu’ils connaissaient. Et pas seulement les croyants superstitieux pensant que leurs issues communiquaient avec les enfers et donc qu’il pouvait en sortir démons ou revenants, mais des observateurs sceptiques, comme Sénèque par exemple. Le philosophe écrit dans son ouvrage. Questions sur la nature que nombreux sont les témoins fiables à avoir rencontré dans les cavernes des créatures mystérieuses. Ils ont vu aussi des « chariots curieux conduits par des automates, des mécaniques de fer et d’airain ». Ils ont entendu des langages incompréhensibles pour une oreille de l’époque et parfois subi des sévices qui rappellent ceux que racontent certains contactés. Passons sur le voyage  d’Orphée à la recherche d’Eurydice ou sur les activités métallurgiques de Vulcain et des Titans.

    Ceux qui aiment lire les mythes en y décryptant la présence de héros civilisateurs venus du ciel ont déjà longuement écrit à ce sujet. Un rapprochement s’impose. On a vu beaucoup d’OVNI dans la région du globe où se trouvent d’immenses cavernes. Celles-ci sont le lieu idéal pour des étrangers à la planète qui désireraient y séjourner et l’explorer sans être déranger par les autochtones. Nous en connaissons seulement une infime partie. Il est facile de condamner les issues qui risqueraient d’être découvertes. Et il y a certainement assez de place dans les plus grandes pour faire relâcher des flottilles entières de vaisseaux de l’espace. La plupart se situent dans les coins du monde les plus vides et les plus déshérités. Pas de témoins gênant, donc. On peut s’y livrer à toutes les allées et venues indispensables sans attirer l’attention de qui que ce soit. 

    Et notre ufologue de citer le Tibet, la Vallée de la Mort aux Etats-Unis, d’immenses territoires absolument inhabités en Amérique latine, la région du mont Shasta en Californie du Nord et bien d’autres points de la planète dont le sous-sol est un immense gruyère et la surface libre de toute installation humaine. Le mont Shasta est un lieu privilégié d’observation d’OVNI et, pourtant, il y a rarement quelqu’un pour les observer. Quelques chasseurs, une infime proportion de touristes à la belle saison et des missions scientifiques de loin en loin.

    D’ETRANGES OBSERVATIONS AU MONT SHASTA ET DANS LA VALLEE DE LA MORT 

      

    Or, rien que durant ces cinq dernières années, on a photographié plus de trente objets mystérieux survolant cette montagne dont les indiens disaient depuis toujours qu’elle était sacré et maudite. La plupart du temps, les étranges engins ont bel et bien l’air de sortir des rochers ou de s’y réfugier.

    C’est par exemple incontestable dans le rapport  d’une observation qui date de février 1981 et qui a eu pour témoins trois géologues en mission officielle sur les flancs de la montagne. « Nous avons clairement aperçu, écrit l’un deux, l’objet ovoïde qui plongeait dans les amas de roc à deux ou trois kilomètres au-dessus de notre campement. Nous avons pensé qu’il s’agissait d’un avion de tourisme en difficulté qui percutait le sol. La visibilité était excellente (9h30 du matin, ciel bleu, aucune perturbation atmosphérique) et l’objet ne ressemblait pas du tout à un avion. Mais c’est la première idée qui vient à vient à l’esprit. Les géologues, soucieux de porter secours à d’éventuels rescapés, se sont immédiatement rendus sur les lieux. Ils ne purent y parvenir que quatre heures plus tard en raison des difficultés d’accès. Rien. Pas la moindre trace.

    Or, cet endroit précis de la montagne est truffé de cavernes qui n’ont jamais été visitées au-delà de quelques centaines de mètres de l’accès. Certains orifices sont largement assez vastes pour laisser passer le corps d’un avion de ligne. Si l’objet a la taille d’un appareil de tourisme, il est évident qu’il n’a aucune difficulté à y pénétrer. La Vallée de la Mort, à la frontière des Etats de Californie et du Nevada, est considérée comme le plus terrible désert de la planète. Elle est essentiellement peuplée (quand elle l’est !) de serpents à sonnettes et de scorpions. Des analyses par satellites ainsi que de vieux rapports datant de l’époque où elle a été partiellement explorée lors de la deuxième ruée vers l’or montrent qu’il existe de gigantesques grottes en sous-sol. On ne peut évidemment pas se fier entièrement à certains de ces témoignages laissés par les pionniers.

    Il y est par exemple raconté que des villes en ruines subsisteraient dans ces cavernes, témoins de civilisations inconnues, et hors du temps. Peut-être n’est-ce là que fantasmes et mirages rapportés par les mineurs trop audacieux que le soleil de la vallée avait rendu fou ! (Depuis 2003, le secteur a été bouclé par l’armée américaine ?) Mais fantasme et mirages ne se laissent pas photographier. Les grottes existent et au-dessus d’elles on a souvent fixé sur la pellicule des engins volants inconnus qui plongeaient en direction du sol.

     

    Le 11 mars 1980, une patrouille de rangers suit une escadrille d’objets volants mystérieux sur plus de soixante kilomètres dans le secteur de Shoshone, au sud de la vallée. Les témoins, des policiers rompus à toutes les surprises du désert, dénombrent nettement sept OVNI. La flottille disparaît exactement au-dessus de la Jubilee Pass. C’est qu’un spécialiste américain du monde des cavernes, Horace Carter Hovey, situe d’immences grottes dans son livre  Cavités mystérieuses ou mythiques d’Amérique du Nord.  Il rappelle, sans jamais s’être, pour sa part, s’occupé d’OVNI ou d’extraterrestres, que l’on a souvent observé des phénomènes curieux dans la proximité de Jubilee Pass. Wagner cite d’autres exemples d’endroits mystérieux de la même espèce sur le territoire des Etats-Unis et du Canada : Etat de Washington, Nouvelle-Angleterre, Massachusetts, Pennsylvanie. Partout, de grandes, des cavités souterraines, des évolutions d’OVNI dans la périphérie et surtout apparition et disparition de ces engins inconnus dans la région.

    CONTRÔLE MILITAIRE

    Pour le reste du monde, il évoque des énigmes qui ont souvent fait dans le passé l’objet d’enquêtes ou de commentaires. Ainsi, l’étrange grotte « en croissant de lune », revêtue d’un métal inconnu et découverte en octobre 1944 par un ingénieur tchèque, le docteur Antonin T. Horak. On sait que la caverne en question est située près des villages de Plavince et de Lubocna par environ 49°2N et 20°E, dans la région des Tatras (MSS News, bulletin de la société de spéléologique, numéro de mars 1965) là encore, une foule d’observations d’OVNI dans le périmètre de l’étrange caverne tchécoslovaque. Mais le secteur est sous contrôle militaire (encore en 2007) et, à part quelques informations, il n’est guère possible de savoir très exactement ce qui s’y passe ou ce qui s’y est passé. Même problème au Tibet. C’est là que l’on situe la mystérieuse AGARTHA, ce royaume souterrain où vivraient des êtres supérieurs très attentifs aux destinées de la Terre et régis par l’énigmatique « Roi du Monde ». De fait, les satellites spécialisés ont détecté, ces dix dernières années, d’immenses espaces dans le sous-sol de cette région. Des relevés gravimétriques ont confirmé cette détection.


    On  avait donc de dire, en histoire officielle, que le nazi Haushofer n’allait y rechercher que des légendes. Depuis vingt ans les Russes patrouille dans le secteur, organisant un black-out systématique sur toutes les observations. On sait qu’à plusieurs reprises l’aviation a bombardé le coin. On a aussi appris, et une fois ou l’autre par des sources tout a fait officielles, que des avions de chasses avaient été abattus par des engins luminescents qui se comportaient exactement comme les OVNI que l’on rencontre en Occident. L’hypothèse a été émise, et il ne manque pas d’arguments en sa faveur, que les militaires de l’Est connaissent le secret des cavernes agarthéennes. Il y aurait une sorte de statu quo entre sujets extraterrestres ou supraterrestres du « Roi du Monde » et autorités moscovites. Tout comme il y aurait eu de mystérieux rapports entre les anciennes civilisations du monde précolombien et des surhommes vivant dans les cavernes insondables des pays andins.

    Marie Thérèse Guinchard et Pierre Paolantoni à leur époque, a rapporté d’étonnants témoignages sur ces « intra terrestres » qui surveilleraient de près les activités de notre petite planète et seraient, entre autres, à l’origine du phénomène OVNI depuis leur mystérieux domaine souterrain. Pour moi, les grottes sont liées à la manifestation d’OVNI pour une raison bien précise. J’ai noté que les endroits où les observe sont constitués de strates calcaires dans lesquelles se trouvent certains cristaux que commence seulement à être étudié par  notre science. Ces cristaux permettent à des civilisations supérieures de se matérialiser, depuis les profondeurs de l’espace et du temps, des appareils spéciaux que nous voyons ensuite sous  forme d’ovni. C’est pour cela que notre monde souterrain, en certains points précis, serait un lieu privilégié d’observation d’engins inconnus.


    Une théorie de plus ! Mais elle a le mérite de cadrer avec tant de phénomènes qu’elle ne doit pas être écartée sous prétexte qu’elle se démarque singulièrement des autres.

     

    Juillet 2007- Claude Burkel pour la Taverne de l'étrange

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  Les révélations de Phil Schneider

     

     

     

    Phil Schneider, figure mythique de la recherche "conspirationniste", ancien ingénieur affirme avoir travaillé pour des projets gouvernementaux, on ne peut plus secret, grand initiateur de la très célèbre (en ufologie) base militaire de Dulce au Nouveau-Mexique (état du sud est américain) et mort en janvier 1996 dans des circonstances troubles, c'est un euphémisme, puisqu'il fut torturé puis étranglé à l'aide d'une corde de piano. C'est son épouse qui découvrit son cadavre dans l'appartement familial et la version officielle a retenu que l'homme s'était en fait suicidé… avec une corde à piano enroulée à trois reprises autour de son cou… C'est en mai 1995, dans une localité de l'Idaho soit 7 mois avant cette issue fatale qu'il tint cette conférence dont voici une libre traduction (entendez par là que je préfère " décoller " du texte pour en améliorer sa lisibilité sans toutefois en altérer le sens).Le plus intéressant dans ce texte est peut-être de faire une petite introspection à l'issue de la lecture que l'on en a faite et d'examiner intuitivement le choc et l'émotion que provoque la révélation de certains faits. Je vous laisse juge...

     

    Phil Schneider- …je suis en danger parce que je désire révéler les choses qui vont suivre, c'est à cause de l'immonde structure et du mode de fonctionnement du Gouvernement Fédéral Américain. Combien de temps vais-je encore avoir la liberté de m'exprimer est sans doute la question que chacun se pose. Je veux d'ores et déjà souligner le fait que cette conférence sera subdivisée en quatre sous question. Chacun de ces domaines aura des répercussions dans vos croyances au quotidien, que vous ayez ou non des convictions patriotiques. Je voudrais d'abord vous répéter que les Etats-Unis sont vraiment une belle nation. J'ai voyagé dans plus de 70 pays différents et je n'ai pas le souvenir d'une contrée qui possède la beauté des Etats-Unis et le charme de ses habitants. Afin de vous livrer un aperçu de mes acquis, sachez que j'ai démarré mes études dans une école polytechnique. J'ai donc consacré la moitié de ma formation à ce champ d'étude et j'ai construit ma réputation autant en tant que géologue qu'en tant qu'ingénieur en génie civil avec des spécialisations, dans les domaines militaire et aérospatial. J'ai participé à la construction de deux bases d'importance majeure aux Etats-Unis dont l'une au moins a acquis une certaine notoriété dans ce que l'on appelle " le Nouvel Ordre Mondial ".

    Il s'agit ici de la base de Dulce au Nouveau-Mexique. En 1979, j'ai été impliqué dans une fusillade avec des extra-terrestres de type " humanoïdes " et je fus l'un des seuls rescapés de cet incident. Et je suis sans doute le seul survivant que vous n’entendrez jamais s'exprimer à ce sujet. Deux autres rescapés se trouvent être aujourd'hui sous étroite surveillance. Je suis le dernier à avoir connaissance des dossiers détaillés de l'opération dans son ensemble. Un total de 66 agents de sécurité, membres du FBI, bérets noirs et consort sont morts au cours de cette fusillade et j'étais là. Tout d'abord, sachez qu'une bonne partie de ce que je vais vous dire va être assez choquant. Et probablement totalement incroyable. Et donc, je vous demanderai de faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit.

    De plus, vous êtes libre de faire vos propres recherches. Je sais que la loi sur la liberté de l'information (ndtr: freedom for information act est une loi qui permet à tout citoyen américain d'exiger la " déclassification " de documents secrets du gouvernement au terme d'une procédure assez fastidieuse) est peu de chose mais elle est ce que l'on a fait de mieux. Une bibliothèque administrative locale est un bon endroit pour surveiller les anales parlementaires (ndtr : compte rendu des séances de questions-réponses du Congrès fédéral américain et des commissions d'enquête parlementaire où furent examiner bon nombre de dossiers relatifs aux abus de la CIA et de l'administration). C'est donc en s'évertuant à faire des recherches que l'on restera vigilant et ferme à l'égard de ce pays.

     

    Bases militaires de grande profondeur et budgets occultes

     

    J'aime mieux mon pays que ma propre vie et si je m'expose ici au péril de ma vie, ce n'est pas sans raison car je crois en ce que je fais. La première partie de cet exposé concerne les bases militaires de grande profondeur et la question des budgets occultes. Les budgets occultes sont des budgets frappés par définition du sceau du secret et qui " pompent " près de 25% du PNB (produit national brut) des Etats-Unis. Ces budgets de l'ombre consomment annuellement près de 1,25 trillion de dollars et se voient à tout le moins attribués à des programmes occultes, secrets comme ceux des bases militaires de grande profondeur. A ce jour, il y aurait plus de 129 installations souterraines de ce type aux Etats-Unis. Ils ont construits ces bases sans relâches, jour et nuit et ce, depuis le début des années 40. Et certaines d'entre elles furent même construites bien avant cette période.

    Ces bases consistent en fait en de grandes villes souterraines reliées entre elles par des trains à lévitation magnétique à grande vitesse dont l'allure de croisière dépasse les Mach 2 (plus de 2000 Km/h). Plusieurs ouvrages ont été consacrés à ces sujets. Mon ami Al Bielek possède d'ailleurs mon dernier exemplaire. Richard Sauder, architecte diplômé, a risqué sa vie en parlant de ces questions. Il a travaillé avec bon nombre d'agences gouvernementales dans le domaine des bases militaires souterraines de grande profondeur. Rien qu'en Idaho, là où vous vivez, il n'y a pas moins de 11 installations de ce genre. La profondeur moyenne de ces bases est de plus d'un mile (plus de 1500 mètres) et il s'agit en fait de véritables villes souterraines. En terme de volume, il s'agit d'installations allant de 2,66 à 4,25 mile cube (entre 4 et 6 kilomètre cube).Ils ont des machines de forage au laser capable de creuser un tunnel de 7 miles (plus de 10km) de longueur en une journée.

    Ces " projets occultes " court-circuitent l'autorité du Congrès et sont donc totalement illégaux. Et aujourd'hui, le fonctionnement même du Nouvel Ordre Mondial repose sur l'existence de ces bases. Si j'avais eu connaissance de l'implication du Nouvel Ordre Mondial dans ce projet à l'époque où j'y travaillais, je n'y aurais jamais collaboré. On m'a plus que trompé. Développement de technologies militaires impliquant des intérêts allemands en matière de technologies hyper spatiales et plus… Fondamentalement, pour une année " calendrier " qui s'écoule, correspond un bon de 44,5 années en terme de progrès technologiques. C'est pour cela qu'il est plus aisé de comprendre le fait que dès 1943, ILS étaient capables de créer un vaisseau qui pouvait littéralement disparaître à un point et apparaître à un autre grâce à l'usage d'une technologie basée sur l'utilisation de tubes sous vide. Mon père, Otto Oskar Schneider a combattu pendant la guerre dans les deux camps (ndtr : US et Allemand). Au départ, il était capitaine à bord d'un U Boat (ndtr : sous-marin allemand) pour être par la suite capturé et rapatrié aux Etats-Unis.

    Il fut impliqué dans différents projets comme celui de la bombe atomique, la bombe à hydrogène, l'expérience de Philadelphie (ndtr : projet présumé ayant pour but de créer un navire invisible aux radars et qui aurait débouché "par accident " sur les voyages temporelles dont le premier acte se déroula sur un navire, le USS Eldrige en 1943). Il fut l'inventeur d'une caméra à grande vitesse qui filma les premières expériences nucléaires s'étant déroulée sur l'atoll de Bikini le 12 juillet 1946. J'ai les clichés originaux de ces tests et ces photos montrent un Ovni survolant à grande vitesse l'endroit où se trouvait la bombe. A cette époque, la région de Bikini était véritablement " infestée " par des apparitions d'Ovnis, tout particulièrement sous la mer et les populations indigènes voyaient leur bétail victime de mutilations. Et c'est également à cette époque que le Général Mc Arthur estima que le prochain conflit se ferait avec des êtres extraterrestres provenant d'autres univers.

    Quoi qu'il en soit, c'est mon père qui effectua avec certains théoriciens les travaux préparatifs de l'expérience de Philadelphie ainsi que d'autres projets. Qu'est ce que cela à comme rapport avec moi ? Rien si ce n'est le fait que c'est cet homme qui était mon père. Je ne peux approuver ce qu'il a fait mais d'un autre côté, je ne peux m'empêcher de me dire qu'il avait pas mal de cran en venant ici. Il était détesté en Allemagne. Il y avait paraît-il une récompense de 1 million de dollars payable en or pour quiconque le tuerait. Et bien entendu, ils n'y sont pas parvenus. Revenons donc à notre sujet, celui des bases souterraines de grande profondeur.

    La fusillade à la base de Dulce

    En 1954, sous la férule de l'administration Eisenhower, le gouvernement fédéral décida de contourner la Constitution américaine et de signer un traité avec des entités extraterrestres. Ce traité fut baptisé le " traité Greada de 1954 " dont les accords prévoient que les extraterrestres signataires avaient le droit d'enlever quelques têtes de bétail ou de tester leurs techniques d'implant sur quelques êtres humains, étant entendu qu'ils avaient l'obligation de rendre des compte sur les expériences menées contre les personnes impliquées dans l'affaire. Petit à petit, les extraterrestres ne respectèrent plus les termes du traité jusqu'au moment où ils décidèrent tout simplement de faire ce que bon leur semblait. Telle était d'ailleurs la situation en 1979. Et c'est à cette époque que survint presque accidentellement la fusillade de Dulce. J'étais occupé à construire des installations annexes à la base militaire de grande profondeur de Dulce qui se révèle sans doute être la base la plus profonde.

    Elle s'étale sur plus de 7 niveaux, atteignant une profondeur de 2,5 miles (plus de 4km). A cette époque, nous étions occupés à creuser 4 profondes excavations distinctes dans le désert. Nous avions l'intention de les relier les unes aux autres et de faire exploser de larges portions en une fois de terre pour ce faire. Mon travail consistait à descendre dans ces forages pour prélever des échantillons de terre afin de déterminer le type d'explosif qu'il convenait d'utiliser. Alors que je descendais dans le site des travaux, nous nous trouvâmes confrontés à un grand nombre d'entités extraterrestres aux cœur d'une immense caverne, des extraterrestres connus sous l'appellation de Grands Gris (ndtr : Large Greys en opposition aux short greys ou Petits Gris, humanoïde de type X-Files de petite taille). Je tirai sur deux d'entre eux. A cet instant, il devait bien y avoir une trentaine de personnes impliquées dans cette affaire. Près de 40 autres entités vinrent en renfort après le début de l'incident et tous furent tués. Nous étions tombés par hasard sur une importante base extraterrestre. Plus tard, nous découvrîmes en fait que ces entités extraterrestres vivaient sur notre planète depuis longtemps, peut-être des millions d'années. Ceci peut sans doute expliquer pas mal de choses au sujet des théories relatives aux " anciens astronautes ".

    Quoi qu'il en soit, je fus blessé à la poitrine par l'une de leurs armes qui se révélaient être une sorte de boîtier qu'ils arboraient sur le corps, une arme qui me troua littéralement le corps et m'infligea une belle dose de radiations au cobalt. J'ai eu le cancer à cause de ça. Je ne m'intéressai réellement aux technologies relatives aux Ovnis qu'à partir du moment où je commençai à travailler sur le site de l'aire 51 situé au nord de Las Vegas. Au terme d'un délai de plus de deux années passées à récupérer de l'incident de Dulce, je recommençai donc à travailler pour différentes firmes comme Morrisson and Knudson, EG&G etc. Sur le site de l'Area 51, ils testaient différents types de vaisseaux extraterrestres bien spécifiques. Combien de personnes sont familiarisés avec l'affaire Bob Lazar ? Il s'agissait en fait d'un physicien dont le travail consistait à appréhender le mode de propulsion de certains de ces vaisseaux.

    Factions gouvernementales, trains et contrats pénitentiaires

     

    Je suis aujourd'hui très inquiet au sujet des activités du gouvernement fédéral. Ils ont menti au public, manipuler des sénateurs et refusent de divulguer la vérité au sujet du dossier extraterrestre. J'ai tant de choses à dire sur ce chapitre que j'en suis écœuré. Il y a peu, j'ai fait la connaissance d'une personne qui vivait à Portland dans l'Oregon. Il travaillait pour une aciérie, la Gunderson Steel Fabrication, une entreprise spécialisée dans la construction de trains et de voitures ferroviaires. Aujourd'hui, ce que je sais des 30 années de la vie de ce type me démontre qu'il s'agit d'un homme pondéré, calme. Et un jour, il vint me voir, très perturbé en m'affirmant " qu'ils construisaient en fait des wagons pénitentiaires ". Il était très nerveux. " Gunderson, affirma-t-il, a un contrat avec le gouvernement fédéral qui prévoit de construire près de 107.200 wagons de transport de prisonniers tout équipé chacun de 143 paires de menottes". Il y a en fait 11 sociétés sous-traitantes dans ce gigantesque projet. Gunderson a reçu probablement une somme de 2 milliards de dollars pour ce contrat.

    Les aciéries Bethlehem ainsi que d'autres fournisseurs sont impliqués dans cette affaire. Mon ami m'a montré l'un de ces wagons de transport de prisonniers qui était stationné sur une voie de service au nord de Portland. Il avait raison. Si vous multipliez 107.200 par 143 et par 11, vous obtenez un chiffre avoisinant les 15 millions. Ce chiffre correspond sans doute au nombre d'individus qui entreront en dissidence avec le gouvernement fédéral. Et il n'est plus possible à ce jour de mettre à la porte par voie électorale les personnes responsables de ce genre d'affaire. Le mode de fonctionnement et la structure actuelle de notre gouvernement repose sur la technocratie, pas la démocratie. Il s'agit en fait d'une forme de féodalisme et cela n'a aucun rapport avec la République des Etats-Unis. Ces personnes sont sans foi et ont décidé de bannir la prière quotidienne des écoles publiques (ndtr : ce qui n'est plus le cas sous l'administration Bush qui a milité pour le retour de la prière à l'école et pour le retour du serment d'allégeance au drapeau américain.).

    Pour avoir prié à l'école, vous pouvez écoper d'une amende de plus de 100.000 dollars ainsi que deux années de prison. Je crois que l'on peut faire mieux et je crois également que le gouvernement américain mène une véritable stratégie afin de mettre en esclavage le peuple américain. Je ne suis pas un très bon orateur et je ne me tairai que lorsque l'on me tirera dessus car il me semble indispensable de révéler à des groupes comme le votre l'existence de ce genre d'atrocité. Les firmes impliquées dans les programmes occultes aux Etats-Unis. Il y a bien d'autres problèmes. J'ai par exemple ici, en ma possession des chiffres relatifs à l'année 1993. A ce jour, il existerait près de 29 prototypes de chasseurs furtifs et indétectables. Le budget alloué à la planification de ce type de projet pour un période de 5 ans par le congrès américain avoisine les 245.6 millions de dollars. Pour ce montant, il est en fait impossible de mener à bien la moindre chose dans ces programmes occultes. De ce fait, on nous ment. Les budgets occultes dépassent allègrement 1,3 trillion de dollars.

    Un trillion égale 1000 milliards. Un trillion de dollars pèse 11 tonnes. Et le Congrès américain n'a jamais vu la comptabilité réelle de cette " caverne d'Ali Baba " clandestine que représentent les budgets occultes. Les contractants impliqués dans ces programmes de chasseurs furtifs sont : Mc Donnell-Douglas, Morrisson-Knudson, Wackenhut Security systems, Boeing Aerospace, Lorimar Aerospace, l'Aérospatiale (France), Mitsubishi Industries, Rider Trucks, Bechtel, IG Farben et bien d'autres. Est-ce ainsi que les choses sont supposées se passer pour nous en tant qu'êtres libre et aimant ? Je ne le pense pas.

     

    Guerre des étoiles et menace extraterrestre apparente

     

    En fait, 68% du budget de la défense est alloué directement ou indirectement au budget occulte. Le projet Guerre des étoiles dépend fortement des technologies militaires furtives. En fait, pas une once de la technologie découlant du programme d'armement furtif n'aurait vu le jour si nous n'avions pas récupéré les débris des vaisseaux extraterrestres accidentés. Rien. Certains d'entre vous se demandent sans doute ce que convoie la navette spatiale ? En fait, de gros lingots de métaux très spéciaux qui ne peuvent être fondus que dans l'espace et ne peuvent pas être produit sur la surface de la terre. Ils ont en fait besoin de l'environnement sous vide que l'on ne peut trouver que dans l'espace pour produite ce type de métaux.

    Et tout ce que l'on nous raconte est très éloigné de la vérité. Je crois que les officiels du gouvernement nous ont roulés dans la farine en nous faisant gober tous ces mensonges. Il y a quelques semaines encore, j'étais employé par le gouvernement américain sous le couvert d'une accréditation de sécurité de type Ryolite 38 (ndtr: ne connaissant pas ce type de "clearence", je ne peux que déduire qu'il s'agit d'un niveau d'accréditation pour avoir accès à certaines sources d'informations ou certains sites top secret. Selon mes recherches, Ryolite est à la fois un système de satellite de surveillance de l'armée américaine mais aussi une petite localité située dans la région de la Vallée de la mort, à proximité de l'Aera 51), une des accréditations les plus élevées au monde. Je pense que le projet Guerre des étoiles a pour unique raison d'être que de servir de tampon de prévention en cas d'attaque extraterrestre, l'affaire n'ayant en fait aucun rapport avec la guerre froide qui a servi de prétexte pour recueillir l'argent du contribuable. Et tout cela pourquoi ? L'ensemble de cette manipulation mensongère a été planifié puis orchestrée depuis plus de 75 ans.

    La technologie des avions furtifs utilisée par des agences de renseignements US et par les Nations Unies. Mes amis, voici une autre information: la DEA (Drug Enforcment Administration) et l'ATF (Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms) ne comptent que sur leurs armes furtives tactiques pour près de 40% de leur budget opérationnel. C'était le cas en 1993 et les chiffres n'ont fait qu'augmenter. Entre 1990 et 1992, les Nations Unies utilisaient des avions furtifs dans plus de 28% de leurs opérations d'ampleur internationale, selon le Centre d'étude stratégique (ndtr: Center fors strategic studies, sorte de lobby et d'agence non gouvernementale de renseignements militaires souvent utilisées par les "faucons" de l'administration US) et le rapport 3092 des Nations Unies. Les gardiens de la furtivité, les Forces Delta, les origines du conflit bosniaque.

    Les gardiens de la furtivité: il y a en fait trois types d'unités de police distinctes qui veillent sur nos secrets les mieux gardés. Tout d'abord, la Military Joint Tactical Force (MJTF) connues également sous les vocables Delta Force ou bérets noirs est une force tactique multinationale utilisée au départ pour surveiller de par le monde les avions furtifs. Au fait, pas moins de 172 appareils furtifs ont déjà été construits. Dix ont été accidentés, ce qui nous laisse quelque 162 appareils restants. Bill Clinton les a concédés aux Nations Unies il y a six semaines. Certains éléments indiquent que les forces Delta ont été envoyées en Bosnie au cours des derniers jours de l'administration Bush en tant qu'unité "sniper" de protection. Ils se sont mis à tirer à l'aveuglette, tuant des victimes dans les deux camps afin jeter de l'huile sur le feu et intensifier le conflit dans des buts purement politique, buts qui pourraient être utilisé par les administrations (ndtr: Bush et Clinton) successives.

     

    Réflexions sur les attentats à la bombe aux Etats-Unis

     

    Il y a peu, on m'a demandé de dresser un rapport sur l'attentat sur World Trade Center (ndtr: pas celui du 11 septembre mais celui de 1993). J'ai été engagé comme expert car je connais près de 90 variétés chimiques d'explosif. Et j'ai examiné les clichés des lieux justes après l'attentat. Le béton avait été littéralement pulvérisé et fondu. L'acier et les armatures avaient littéralement été étirés à six pieds de plus que leurs dimensions originales. Il n'y a qu'une seule arme qui peut provoquer pareil dommage et il s'agit d'une mini bombe atomique. Il ne pouvait s'agir que d'un mécanisme de type nucléaire. Bien entendu, lorsqu'ils vous disent qu'il s'agissait d'un explosif au nitrate, ils vous mentent à 100%. Et les personnes qui furent placés en détention n'ont probablement pas rien fait. En fait, j'ai des raisons de penser que le même groupe de personnes placées en détention a perpétré d'autres crimes comme le meurtre d'un rabbin à New York.

    Cependant, je tiens à souligner le fait qu'avec le dernier attentat perpétré à Oklahoma City, ils vous disent également qu'il s'agit d'un explosif fabriqué à l'aide de nitrate et de fertilisants. Tout d'abord, ils vous affirment qu'il s'agit d'une bombe de 1000 livres composée de fertilisants. Puis, ils vous disent qu'il s'agit d'une bombe de 1500 livres, ensuite 2000 livres et maintenant, on parle de 20.000 livres. Il est impossible de caser 20.000 livres de fertilisant dans une camionnette modèle Ryder. Bien sûr, je n'ai jamais mélangé ces matières explosives en tant que tel. Mais je connais la structure chimique et les applications des explosifs utilisés dans le génie civil et la construction... Ma réputation se fonde sur ces connaissances. J'ai aidé à creuser pas moins de 13 bases militaires souterraines de grande profondeur aux Etats-Unis. J'ai travaillé sur le projet "Malta" en Allemagne de l'Ouest, en Espagne et en Italie. Et peux vous dire par expérience qu'une explosion avec un engin aux nitrates n'ébranlerait même pas les fenêtres du gratte-ciel du gouvernement fédéral à Oklahoma City.

    Certes, l'engin aurait causé la mort de quelques personnes, aurait abîmé une partie de la façade du bâtiment mais cela n'aurait jamais produit ce genre de destructions. Je crois que l'on m'a menti et je ne suis plus d'accord de gober tous ces mensonges, raison pour laquelle je vous affirme que l'on vous ment. La vérité derrière le contrat que les Républicains ont passé avec les Etats-Unis. Au train ou vont les choses, je ne crois pas qu'il ne me reste plus de six mois à vivre dans ce pays (ndtr: Schneider fait sans doute référence à son cancer). Mais nous sommes en fait la risée du monde parce que nous sommes dominés par tant de personnes maléfiques qui dirigent ce pays. Je crois que nous pouvons mieux faire. Je crois également que les plus de 45 ans sont très sérieusement inquiets au sujet de leur avenir. Je vais vous faire défiler devant vos yeux quelques scénarios du pire. Comme le Contrat avec l'Amérique. Il contient les mêmes terminologies qu'Adolf Hitler utilisa pour pervertir l'Allemagne en 1931. J'estime que nous pouvons mieux faire. Ce Contrat avec l'Amérique est le dernier spasme de notre gouvernement fédéral pour détruire la Constitution et la Déclaration des droits (ndtr: Bill of Rights: comparable à la déclaration des droits fondamentaux de l'homme mais relatives à la Constitution américaine).

     

    Quelques statistiques sur la présence des « Black Helicopters »

     

    Il y a environ près de 64.000 "black helicopters" (ndtr: les hélicoptères noirs sont en fait des appareils sans marques ni immatriculations souvent aperçus à proximité d'apparition d'Ovnis, de cas d'abduction et surtout dans les affaires de mutilations de bétail qui ensanglantèrent les prairies centre et du sud-est des Etats-Unis). On en construit un à chaque heure qui passe. Est-ce là un bon usage de notre argent? Pourquoi le Gouvernement fédéral aurait besoin de 64.000 Black Helicopters si ce n'est pour faire de nous des esclaves? Je doute même que les besoins militaires mondiaux atteignent ce chiffre de 64.000. Je doute que l'ensemble de tous les pays ait besoin d'autant d'hélicoptères. Il y a 157 appareils furtifs F-117 A équipés du LIDAR (ndtr: Light Detection And Ranging, système de détection à distance) et d'un système de radar et d'imageries assistés par ordinateur. Ils peuvent vous voir déambuler de pièce en pièce lorsqu'ils survolent votre habitation. Alors qu'ils vous survolent jusqu'à 30.000 pieds, ils peuvent détecter des objets de quelques centimètres.

    C'est aussi précis que cela. J'ai travaillé assez longtemps pour le gouvernement fédéral pour savoir de quelle manière ils mènent leurs affaires. Appareil à provoquer des tremblements de terre, le Sida en tant qu'arme biologique créée à partir de substances extraterrestres. Le gouvernement fédéral a inventé maintenant une technologie capable de provoquer des tremblements de terre. Je suis géologue et je sais de quoi je parle. Au cours du séisme qui ravagea la ville de Kobe au Japon, il n'y avait pas d'ondes de choc (ndtr? Pulsewave) comme c'est le cas dans un séisme normal. En 1989, il y a eu un tremblement de terre à San Francisco. Il n'y a pas eu d'ondes de choc également. C'est en fait une technologie de type Tesla qui a été utilisée à des fins démoniaques. Les programmes de recherche fondés sur des budgets occultes ont perverti la science telle qu'on la connait aujourd'hui. Regardez le Sida qui fut par exemple créé de toute pièce par le National Ordinance Laboratory de Chicago en 1972. Il s'agissait en fait d'une arme biologique qui a été utilisée contre le peuple américain. Je sais cela parce que j'ai pu consulter la documentation que détient l'Office of Strategic Studies, un programme qui est toujours en cours aujourd'hui et qui est contrôlé par le CDC d'Atlanta (ndtr: Centers for Disease Control and Prevention).

    Ils utilisèrent les sécrétions d'animaux, d'êtres humains mais aussi d'extraterrestres de type humanoïde pour créer le virus. Et le pire de tout est que notre gouvernement s'est acoquiné avec ces extraterrestres de type humanoïde. Nous n'avons aucune défense contre leurs germes, aucune. Il s'agit d'armes biologiques aux conséquences les plus désastreuses. Chaque extraterrestre sur cette planète devrait être placé en quarantaine totale. Saddam Hussein a tué plus de 3,5 millions de Kurde à l'aide d'un armement biologique du même genre. Est-ce que nous, habitants de la terre, méritons cela? Nous, absolument pas mais nous ne faisons rien contre. Nous perdons chaque jour un peu plus temps et nous rendons chaque jour de mauvais services à un nombre croissant d'habitants de cette planète. Aujourd'hui, je suis en train de mourir du cancer, un cancer que j'ai contracté en travaillant pour le gouvernement fédéral. Je peux encore vivre six mois, peut-être pas.

    Mais je vais vous dire une chose: si je peux encore m'exprimer, c'est que Dieu veut me donner l'opportunité de dire tout ce que je sais. Au cours de 22 dernières années, 11 de mes meilleurs amis ont été assassinés. Huit des ces meurtres ont été considérés comme des suicides. Avant de venir à Las Vegas, j'ai conduit un ami à Joshua Tree près de 29 Palms (ndtr: localité en plein désert Mojave à côté de Los Angeles et Palm Spring. 29 Palms est aussi une base secrète des militaires US). Alors que je conduisais dans les montagnes qui mènent à la localité de Needles, j'étais en fait suivi par deux camionnettes Van gouvernementales équipées de plaques minéralogiques G14. Il y avait deux personnes et au moins une personne armée d'un Uzzi par véhicule. Je sais exactement ce que sont ces gens.

    Je me suis exprimé au cours de 19 conférences et j'ai sans doute atteint plus de 45.000 personnes… Bon, je me suis laissé dépasser par ces gens et je me suis arrêté au milieu de la route. Ils se sont arrêtés de chaque côté de mon véhicule à l'aplomb d'un ravin. Est-ce donc comme cela que les choses vont tourner? J'ai déchiré ma carte de sécurité et je l'ai renvoyé au gouvernement en leur disant que j'avais été menacé et que j'avais l'intention de mettre sur le net près de 140.000 pages de documentation relatives à la structure du gouvernement et à l'ensemble de leurs plans. J'ai déjà commencé cette tâche. Merci beaucoup de votre attention."

    *

    phil sneider

    <o:p>à la mémoire de Phil Schneider, mort étrangement en 1996...

    Source et traduction de la conférence:

     

    http://www.karmapolis.be

    http://www.ovni007.com/id100.html

    *

     

    Les révélations de Phil Schneider ! 

    mise à jour- 21/10/2012

     

    Pin It

    11 commentaires
  • 02

     

    En 1974, j'ai eu la chance ( l'auteur ) de pouvoir rentrer en contact avec Maurice Chatelain au sujet des missions Apollo.

    Né à Paris, il a habité en Californie depuis 1955 et est spécialiste de l'informatique et des communications dans l'espace. Il a participé pendant vingt ans à la plupart des programmes américains de recherches spatiale et faisant partie de l'équipe de la NASA qui conçut et réalisa la capsule Apollo qui réussit à se poser six fois sur la Lune. Il a toujours pensé qu'il existe d'autres civilisations dans l'espace et des bases lunaires; le contact avec la NASA après tant d'années et les secrets de cette dernière ne pouvant laisser aucun doute pour lui. De nombreux ouvrages ont été publiés en quatre langues et en six éditions différentes. Maurice Chatelain est décédé dans les années 90 et nous a laisser des documents importants.

    Je relate aujourd'hui quelques révélations qu'il a bien voulu nous laisser.

    Il se produit un incident étrange alors que les astronautes arrivaient à proximité de la Lune. Ils entendirent soudain dans leur radio des sons bizarres qui ressemblaient tour à tour à un sifflet de train, à une sirène de pompier, ou à une scie mécanique. Cependant, ces sons étaient modulés et avaient vaguement l'air de messages codés. Il y avait certainement un ovni ou deux dans le voisinage de l'Apollo mais les astronautes n'en parlent pas. Cela ne veut d'ailleurs rien dire, car il est maintenant à peu près certain que la bande magnétique de ce voyage historique sur la Lune a été coupée à plusieurs endroits, chaque fois qu'il était question d'objets non identifié. Le bruit courut même à l'époque que plusieurs amateurs radio avaient capté avec leur matériel personnel la conversation des astronautes sur la Lune.

     

    03
     

    D'après ces amateurs, Neil Armstrong et Buzz Aldrin auraient été surveillés pendant toute la durée de leur séjour sur la Lune. Difficile de vérifier, mais Maurice Chatelain rappelle que les conversations des astronautes qui nous étaient transmise à la télévision étaient souvent coupées pendant plusieurs minutes et une grande partie du dialogue entre Houston et les astronautes avait été supprimé ! Pourquoi ? La NASA n'avait aucune raison de nous cacher ce qui se passait sur la Lune, alors que le monde entier était à l'écoute. De toute manière, il semble possible de dire que toutes les missions Apollo ont aperçu des OVNI de près ou de loin, sur la terre ou sur la Lune ou même entre les deux. Il apparaît même possible qu’une civilisation extraterrestres se soit déjà installée en permanence sur la Lune, comme certains investigateurs le prétendent, en France et à l’étranger depuis plusieurs années. Cependant, à part les incidents des missions Apollo dont ils ne sont peut-être pas responsables directement, il ne semble pas que ces visiteurs de l’'espace est une attitude hostile à l’'égard de la race humaine. Il existe des quantités d’'exemples de rencontres terrestres qui prouvent qu’ils ne le sont pas, en tout cas pour cette catégorie là.

     

    04
     

    Voyons maintenant ce que nous ont appris les quatre-cents kilos de cailloux rapportés de la Lune par les astronautes américains. La première surprise a été de découvrir que la Lune est très riche en Titanium, métal relativement rare sur Terre, où les minerais les plus riches en contiennent dix fois moins que ceux de la Lune. Les roches lunaires contiennent également un pourcentage important de Beryllium et de Ziconium, qui sont assez rares sur la Terre. Tous ces éléments ont une température de fusion très élevée qui suggère une origine volcanique. Le Titanium en particulier est un métal idéal pour les avions supersoniques et les capsules spatiales de retour dans l’'atmosphère. Une autre découverte incroyable est le fait que, dans les échantillons rapportés par Apollo 11, le sable est d'’un milliard d’années plus âgé que les roches qui ont été trouvées à côté. Ce qui semble indiquer que la Lune a toujours été bombardée par des météores venus du fond de l’'espace. D’'autre part, on avait toujours pensé que la Lune n’'avait pas de champ magnétique propre, d'’abord parce que, sa densité étant beaucoup plus faible que celle de la Terre, elle ne pouvait avoir un noyau de fer et de nickel comme celle-ci, et ensuite parce que les astronautes en orbite autour de la Lune n’'avaient jamais pu détecter un champ magnétique quelconque avec leurs instruments pourtant très sensibles. Or tous les échantillons rapportés de la Lune possèdent un champ magnétique fossile rémanent, ce qui indique que, si la Lune n’a pas de champ magnétique propre, elle a dû passer dans l’'espace avant d’'arriver autour de la Terre, à travers un champ magnétique très puissant qui aurait laissé son empreinte dans les roches de la surface lunaire. (Certains pensent même que la Lune serait un astre artificiel creux !) Cela détruit la théorie d’'une origine solaire ou terrestre de la Lune et renforce au contraire la théorie de son origine cosmique et de sa capture éventuelle par la Terre, qui nous est racontée par de nombreuses légendes très anciennes et suggérée par le calendrier hiéroglyphique de Tiahuanaco. Mais la découverte la plus fantastique faite par Apollo est le fait qu’'il y a de l’'eau sur la Lune, contrairement à ce que l’'on avait toujours pensé jusqu'ici. Les trois premières missions qui avaient débarqué sur la Lune n’'y avaient trouvé trace d’'eau ni même d’'oxydes prouvant qu’'il y en avait eu auparavant. La NASA avait donc déclaré qu’'il n’'y avait pas d’'eau sur la Lune. Cependant, les missions Apollo 12 et 14 avaient laissé sur la Lune deux instruments SIDE ou Superthermal Ion Detector, qui étaient chargés d’'analyser l’'atmosphère lunaire, si faible soit-elle, et d’'en transmettre la composition à la Terre par radio.

    Et, un beau jour, ces deux instruments, qui étaient à deux cents kilomètres l'’un de l’'autre, indiquèrent en même temps et pendant quatorze heures de suite, la présence de vapeur d’'eau dans l’'atmosphère lunaire ; sans doute en provenance de l’'intérieur, soit à travers une fissure causée par un tremblement de Lune, soit à la suite d’'une éruption volcanique. Il est facile d'’imaginer la sensation provoquée dans les milieux scientifiques par l’'annonce d'’une telle découverte, ou la tête des pontes de la NASA qui firent tout ce qu'’ils purent pour étouffer l’'affaire. Et ceci d’'autant plus que la mission Apollo 15 n’'avait pas réussi non plus à trouver sur la Lune des traces d'’eau ou même d’'oxygène et d’'hydrogène prouvant qu'’il devait y en avoir eu auparavant. C’est à ce moment-là qu'’un officiel de la NASA déclara que les missions Apollo sur la Lune avaient apporté des réponses pour lesquelles nous n’'avions pas encore trouvé les questions.

    C’est alors que le coup de théâtre se produit. En analisant les cailloux rapportés par Apollo 16, on s'aperçut qu'’ils contenaient de l’'oxyde de fer. Or pour oxyder du fer, il faut de l’'eau, ou tout au moins de l’'oxygène et de l'’hydrogène avec lesquels on peut en faire. La NASA se débattit désespérément pour essayer de sauver sa théorie de Lune sans eau mais les faits étaient là. Les roches furent analysées dans les laboratoires de plusieurs universités célèbres, dont celle de Yale et de Cambridge, et les résultats furent nets et définitifs. Il y avait de la rouille sur la Lune et il devait par conséquent y avoir du fer et de l’'eau. Mais cette eau doit se trouver à l'’intérieur de la Lune où il ne sera sans doute pas facile d’'aller la chercher. On sait d’'ailleurs que les astronomes ont aperçu sur la Lune et depuis très longtemps, des choses étranges qui pourraient y indiquer la présence d’'eau et d’'oxygène, et peut-être même de la vie animale ou végétale si vous comprenez ce que je veux dire… En mars 1587, un astronome anglais y aperçu un point très brillant dans la partie obscure, en plein milieu, entre les deux pointes de la partie visible. Le même point brillant fut aperçu au même endroit en novembre 1668 par un autre astronome.

     

    05
     

     Ce fut ensuite le célèbre astronome Herschel qui aperçut en 1783 de brillantes lumières au milieu de la Lune pendant une éclipse de Soleil. Il les aperçut de nouveau en 1787 et 1821 et annonca que certains de ces points semblaient se déplacer au-dessus de la surface lunaire. Ces mêmes points lumineux furent aperçus ensuite en 1847 et 1867 par d’'autres astronomes. Ce fut cependant en 1869 que l’'on observa le plus grand nombre de ces points lumineux sur la Lune ; et cela dans la Mare Crisium dont nous parlerons plus loin. Plusieurs astronomes en virent alors des quantités qui se déplaçaient au-dessus de la surface en formations circulaires, triangulaires ou rectilignes, comme obéissant aux ordres d’'un chef d’'escadrille. Le même phénomène fut observé le 13 mai 1870 dans le cratère Platon où des groupes de points lumineux, variant de quatre à vingt-huit, se déplaçaient au-dessus de la surface lunaire avec des allumages et des extinctions en succession rapide qui faisaient penser à la transmission d’'un message lumineux codé semblable à ceux que l’'on utilise dans la marine pour communiquer entre deux navires.

     

    06
     

    On apprit alors que le 7 août 1869, vingt minutes avant le commencement d'’une éclipse de Soleil, l’'astronome américain Swift avait observé plusieurs objets lumineux qui traversaient le disque obscur de la Lune en suivant des lignes parallèles comme s’ils volaient en formation. En 1874, l’'astronome français Lamey aperçu, de nombreux points noirs qui traversaient le disque lunaire en formation parfaite. Des observations semblables furent faites en 1892 par l’'astronome hollandais Muller, en 1896 par l’'astronome américain Brooks, et au cours des années suivantes par d’'autres astronomes, mais il serait fastidieux de les citer toutes ici. C’'est cependant en 1953 que fut faite l’'observation la plus étrange. Le 29 juillet de cette année-là, un journaliste scientifique américain observait la Lune avec un télescope, de fort diamètre lorsqu'’il aperçut un énorme pont d’une vingtaine de kilomètres de long au nord de la Mer des Crises.

    Il s’'empressa d’'annoncer sa découverte aux astronomes officiels qui le prirent pour un fou, mais sa réputation fut sauvée par le célèbre astronome Wilkins qui avait pris la peine de vérifier lui-même, et qui devait lui, aussi, observé cet énorme pont entre deux collines qui bordaient la Mer des Crises des photos furent prises. L’'astronome anglais Moore aperçut le pont, lui aussi, mais comme Wilkins, il pensa qu'’il pourrait avoir une origine naturelle, bien qu'’il n’'y ait sur la Lune, ni vents, ni rivières pour sculpter et bien que ce pont n’'ait jamais été observé auparavant. Un autre astronome réussit même à voir la lumière du Soleil passer en dessous du pont qui semblait avoir une forme géométrique parfaite et ne pouvait par conséquent avoir une origine naturelle. Actuellement le pont a disparu !

    Les astronomes anglais ont également observé sur la Lune des dômes lumineux ayant jusqu’'à deux cents mètres de diamètres et auquels il semble difficile d’'attribuer une origine naturelle. Le premier de ces dômes fut observé le 26 septembre 1953 par Wilkins et Thornton et ce qui est inquiétant, c’'est qu'’on en voit de plus en plus et qu’'on en a compté plus de deux cents sans arriver à déterminer s’'ils sont d’'origine naturelle ou artificielle. Ces dômes ont été aperçu et photographier par les astronautes des missions Apollo 16 et 17 qui n’'ont pas réussi, non plus, à savoir de quoi ils étaient faits ; mais ils ont remarqué qu’'ils étaient transparents et d’'une couleur différente de celle du sol environnant. Les astronautes américains ont observé en orbite des constructions géométriques rectangulaires qui n’'ont certainement pas une origine naturelle. (Dossier NASA). Des constructions semblables avaient d’'ailleurs déjà été photographiées par les Russes sur le bord occidental de la Mer de la Tranquillité, à l’'aide de satellites orbitals lunaires.

    Mais tout le monde avait pensé que les photos russes devaient certainement être truquées ! Et cependant, ces photos montraient huits menhirs géométriquement disposés qui, d’'après les ombres projetées sur le sol lunaire, semblaient avoir au moins six mètres de diamètre et vingt mètres de hauteur. Elles montraient aussi une sorte d’'obélisque isolé qui paraissait avoir près de soixante mètres de hauteur et projetait sur le sol une ombre gigantesque semblable à celle du monument dédié à G. Washington dans la ville du même nom. D’'autres photos, prises par un satellite russe le 4 février 1966 en survolant l’'Océan des Tempêtes montraient d’'autres menhirs pointus et géométriquement disposés qui semblaient avoir une cinquantaine de mètres de hauteur et qui, comme les précédents, étaient d’'une couleur beaucoup plus claire que le terrain environnant.

    Ce qui semblait indiquer qu’'ils n’'avaient pas toujours été là et qu’ils n’'y étaient sans doute venus tout seul. Les astronautes américains ont également aperçu en orbite des pyramides très pointues ressemblant à des clochers d’églises, qui étaient disposées de façon géométrique et à côté d’'un immense rectangle de couleur plus claire que celle du terrain environnant. Cela fait immédiatement penser à la Grande Pyramide et à l’'esplanade située au pied de sa face nord, sur laquelle l’'ombre de sa pointe se déplaçait rapidement, avec des longueurs et des vitesses angulaires différentes suivant les heures, les jours et les saisons.

     

    07
     

    Au cours de la mission Apollo 16, les astronautes aperçurent au cours de leur descente sur la Lune, des blocs de pierres bien taillés et alignés du sud-ouest au nord-est qui devaient sans doute être destinés à effectuer des observations astronomiques; peut-être sur les mouvements apparents de la Terre, comme nous le faisons nous même pour observer les mouvements apparents de la Lune et comme le faisaient déjà les Egyptiens, il y a des milliers d’'années. Je n'’irai pas jusqu'’à prétendre que les Egyptiens sont allés sur la Lune, mais il se pourrait très bien que les Sélénites soient venus visiter ceux-ci il y a très longtemps.

    C'’est sur cette pensée réconfortante et pleine de promesses d’avenir que nous terminerons cette revue des expéditions lunaires et des révélations fantastiques qu’elles nous ont apportés sur nos voisins de l’'espace. Qui oserait nier en bloc, après cela, le sérieux des interprétations de vues aériennes ou spatiales. Pour notre sujet présent, celui d’'une éventuelle « présence » sur la Lune, je forme d’'ailleurs le souhait de voir le plus grand nombre de personnes se pencher sur ces énigmatiques images. Car il y aurait, de toute évidence, un grand intérêt à confronter les diverses interprétations. Et qui sait s’'il ne se découvrirait pas, dans le lot quelques observateurs surdoués, de véritables visionnaires de ces ombres et lumières ! Rien de plus facile que d’'essayer, si le cœoeur vous en dit. N'’importe qui peut se procurer des bons tirages photos de la NASA à l’'adresse suivante :

    Space Photographe Post Office Box 486 Bladensburg, Maryland 20710 (ETATS UNIS).

    Sur certains clichés de la NASA on parvient même à distinguer des coupoles transparentes. Quelle interprétation donner à ces éléments d'’informations si chichement distribués ? On peut songer à une civilisation lunaire bien antérieure à toute civilisation terrestre, vu qu'’il semble définitivement prouvé, à présent, que la Lune est plus ancienne que la Terre. Mais ne peut-on envisager aussi l'’hypothèse d'’extraterrestres venus d’'une planète lointaine et qui se serviraient de la Lune comme station-relais ? N’'oublions pas que des astronautes ont parlé, aussi d'’objets volants non identifiés qui les ont suivis sur une partie plus ou moins longue des divers trajets.

    Mais, sur ces rencontres encore, la NASA a jeté son voile étouffant de silence. Si ces responsables se décidaient à parler, quel retentissement connaîtraient leurs révélations ! Et quelle étape fabuleuse serait franchie, soudainement, dans notre connaissance de l’'Univers !

     

    d'autres photos d'anomalies lunaires et martiennes ici !

    *

    LA TAVERNE DE L'ETRANGE- 14 SEPTEMBRE 2007

     

    Des bases extraterrestres sur la lune ? 


     

    Pin It

    8 commentaires
  • UNE BASE EXTRATERRESTRE A DULCE ?

     


     

    La ville de Dulce n’est-elle qu’une petite bourgade bien tranquille du Nouveau-Mexique ? Où abrite-t-elle, comme l’affirme un certain Thomas Castello, une base secrète où l’armée américaine collaborerait avec des extraterrestres ? Enquête.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La plupart des affaires d’enlèvement par des extraterrestres recensées aux Etats-Unis se déroulent suivant le même scénario : une personne isolée aperçoit d’étranges lumières dans le ciel. En un clin d’œil, elle se retrouve face à face avec ce qu’elle imagine être une créature venue d’un autre monde ; elle est conduite à bord d’un vaisseau spatial, où elle fait l’objet d’un examen médical étrange. Et elle est finalement ramenée à son point de départ, après avoir généralement subi un choc psychologique. Elle présente souvent des marques mystérieuses sur le corps, stigmates de l’épreuve endurée.

     

    Ainsi, lorsque vers la fin des années quatre-vingt, l’ufologue Paul Bennewitz tomba sur le compte rendu d’un enlèvement ayant eu lieu au Nouveau-Mexique, il pensa d’abord avoir affaire au schéma classique. Toutefois, il eut rapidement la conviction qu’il s’agissait en fait de quelque chose de bien plus mystérieux.

     <o:p></o:p>

    *** Enlèvement hors normes ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    La personne enlevée, Christa Tilton d’Oklahoma, affirme avoir été kidnappée en juillet 1987 par deux petits extraterrestres, des Gris. Sous hypnose, elle décrit la scène suivante : on l’oblige à monter dans un vaisseau spatial en forme de soucoupe, puis on l’emmène dans un lieu secret à flanc de colline. Puis l'accueille un homme vêtu d’un survêtement rouge de style militaire. De là, on lui fait parcourir un tunnel jalonné de points de contrôle informatiques et de caméras de sécurité. Elle monte à bord d’un véhicule de transit qui la conduit dans un autre lieu, où on la fait monter sur une sorte de balance flanquée d’un écran d’ordinateur. On remet ensuite à Christa Tilton, terrifiée, une carte d’accès personnalisée et on lui apprend qu’elle vient de pénétrer dans le niveau 1 d’un complexe souterrain. Elle est finalement conduite jusqu’au niveau 5, où elle voit d’autres spécimens de Gris, identiques à ceux qui l’ont enlevée, ainsi qu’un certain nombre de vaisseaux spatiaux semblables à celui dans lequel on l’a fait pénétrer de force. Dans une immense salle, elle remarque aussi des jauges informatisées reliées à de grandes citernes, d’où émane une forte odeur chimique. Christa ne voit pas le contenu de ces citernes, mais elle sera capable par la suite de dessiner leur aspect extérieur. Et ce sont justement ces dessins qui éveilleront l’intérêt de Paul Bennewitz, qui se souvient avoir déjà vu ailleurs quelques choses d’analogue. Les croquis de Christa sont en effet presque identiques à une série de dessins qu’il a examinés plusieurs mois auparavant.

     <o:p></o:p>

    *** Un immense complexe secret ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    Ces dessins faisaient partie d’un énorme dossier intitulé les « Dulce Papers » où documents de Dulce. Dossier détenu par un certain Thomas Castello, qui dit avoir été officier de sécurité sur une base militaire secrète, située au nord du Nouveau-Mexique, près de la réserve indienne Jicarilla et de la ville de Dulce. Petite bourgade de 900 habitants, juste un petit point sur la carte de l’Etat. Rien ne distingue cet endroit perdu dans le désert… si ce n’est peut-être que de nombreux ufologues y situent un complexe militaro-scientifique clandestin ! Ils affirment que sous les plaines du désert se trouve une immense base souterraine. Elle hébergerait un laboratoire de biogénie géré conjointement par le gouvernement des Etats-Unis et les extraterrestres, dans le but de mener des expériences  ensemble sur les animaux et sur les êtres humains. Selon les Dulce Papers, ce projet a démarré il y a relativement longtemps. Des documents y afférents apparaissent en effet pour la première fois au début des années quatre-vingt. On prétend qu’ils proviennent du complexe souterrain même de Dulce. Ils sont accompagnés de plus de trente photographies en noir et blanc et d’une bande vidéo.

     

     


     

     

    Thomas Castello, le mystérieux agent de sécurité prétendant s’être procuré les documents, aurait travaillé sur la base de Dulce jusqu’en 1977. A l’en croire, il aurait coupé les ponts avec ses employeurs puis fuit la base, dégoûté par ce qu’il avait vu. Il aurait recueilli ces documents avant de partir et emporté avec lui la bande vidéo des caméras de sécurité, qui présente plusieurs vues des installations. Avant de dissimuler les originaux, il a fait cinq copies des documents, qu’il a diffusées au sein des milieux ufologiques, par le truchement d’intermédiaires. Après s’être enfui de la base, Castello se sentit menacé ; lui et sa famille décidèrent alors de vivre dans la clandestinité. Mais lorsqu’il rejoignit sa femme et ses enfants, il trouva des agents fédéraux sur place. Il s’enfuit. Depuis, il n’a plus jamais revu sa famille…

     <o:p></o:p>

    *** Petits gris et humanoïdes reptiliens ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    Thomas Castello raconte qu’il reçut vers ses 25 ans une formation ultra-secrète dans les techniques photographiques, au sein d’une installation militaire souterraine basée en Virginie. Pendant sept ans, il travailla pour l’US Air Force, qu’il quitta en 1971 pour rejoindre la société Rand Corporation à Santa Monica, en Californie. En 1977, il est enfin transféré à la base de Dulce. Il prétend qu’ayant acheté une maison à Santa Fe, il faisait alors la navette cinq fois par jour par semaine entre son domicile et la base, via une sorte de métro très profond. La description que fournit Castello de ses collègues est pour le moins inhabituelle : il raconte qu’il y avait plus de 18.000 Gris à la base de Dulce, ainsi que des centaines d’humanoïdes reptiliens appelés les « Draco ». Toujours selon lui, la base souterraine de Dulce comportait plusieurs niveaux. La plupart des aliens auraient travaillé aux niveaux 6 et 7, les logements étant installés au niveau 5. Il dit n’y avoir jamais lu qu’un seul panonceau rédigé en anglais, situé au-dessus de la station de la navette souterraine, portant la mention « Vers Los Alamos ». Il pensait que la voie ferrée menait à une autre base souterraine située sous le désert du Nevada, la célèbre autant que mystérieuse « Zone 51 ». Entre mille autres chose, la base de Dulce aurait été le centre d’expériences dans le domaine de la télépathie, de l’hypnose et des rêves. On y aurait également fait des recherches sur les auras attachées aux êtres humains. Elles auraient permis aux extraterrestres de séparer le « corps bioplasmique du corps physique », afin d’introduire une « force de vie extraterrestre » à l’intérieur d’un corps humain… après en avoir ôté « l’âme ».

     <o:p></o:p>

    *** La base sous haute surveillance ***

     

    <o:p></o:p>

     

     <o:p></o:p>

    D’après les « Dulce Papers », les mesures de sécurité sur la base sont très poussées. Les visiteurs sont d’abord pesés nus, puis revêtus d’uniformes ressemblant à des survêtements. Le poids de chaque visiteur est enregistré et vérifié tous les jours. Si quelqu’un prend plus de 1,4 kg par jour- et il y a de nombreuses balances un peu partout dans le complexe-, il doit subir un examen physique comprenant une radiographie. Une fois pesés, les visiteurs reçoivent une carte d’accès personnelle, nécessaire pour pénétrer dans les différents niveaux de la base, toujours sous le regard des gardes de sécurité omniprésents. Il est strictement interdit d’apporter quoi que ce soit dans les zones sensibles. Toutes les fournitures sont acheminées par tapis roulant et radiographiées avant usage. Les ascenseurs du complexe sont surveillés par des systèmes magnétiques logés dans les parois. L’énergie magnétique semble d’un usage primordial : c’est elle qui fournirait de la chaleur à l’ensemble de la base. Ce qui aurait poussé Castillo à fuir la base, c’est le fameux niveau 7, la Salle des cauchemars, il raconte ceci : « A ce niveau ce trouvaient des milliers d’humains, des restes d’humains hybrides, et des embryons d’humanoïdes conservés en chambre froide. Je voyais souvent des humains dans des cages ; ils se trouvaient dans un état second ou étaient drogués, mais parfois ils appelaient au secours et suppliaient pour qu’on leur vienne en aide. On nous disait qu’ils étaient totalement fous et qu’ils participaient à des tests cliniques très dangereux, menés pour trouver des remèdes aux maladies mentales. On nous interdisait de leur parler. J’ai découvert des informations au sujet d’autres bases extraterrestres disséminées aux quatre coins du système solaire- notamment sur les lunes de Jupiter et de Saturne ».

     <o:p></o:p>

    *** Expériences génétiques ***

     

    <o:p></o:p>

     


     

    Toujours selon lui, le niveau 6 était connu sous le nom de « Salle des cauchemars » : c’était là que se déroulaient les expériences génétiques portant sur toute une série d’êtres vivants, poissons, phoques, oiseaux et souris… sans parler bien sûr des humains. Au niveau 6 on voyait, accrochés le long des murs, des aquariums abritant des êtres humains monstrueux, dotés de plusieurs bras, de plusieurs jambes, ainsi que des cages renfermant des êtres longilignes, à mi-chemin entre l’homme et la chauve-souris. Malgré ces images cauchemardesques que l’on dirait tirées de L’île du docteur Moreau, les Dulce Papers tendent à montrer que les extraterrestres de la base secrète ne sont animés d’aucune hostilité envers l’homme. Il semblerait que les extraterrestres Gris et les reptiliens résident sur notre planète depuis des milliers d’années, se préoccupant davantage d’autres espèces voyageant dans l’espace que des êtres humains. Selon Castillo, les extraterrestres ne s’intéressent ni aux minerais, ni à l’eau, ni au pétrole, mais surtout à la puissance magnétique dégagée par la Terre ; ils seraient capables d’exploiter cette énergie d’une manière qui nous échappe. Mais la révélation la plus déroutante des Dulce Papers, c’est que ces aliens travailleraient main dans la main avec le gouvernement des Etats-Unis. C’est du moins son opinion. Il cite plusieurs services gouvernementaux américains représentés en permanence à Dulce- notamment le ministère de l’Energie, l’Institut national de la santé, la Fondation nationale des sciences, l’Institut médical Howard Hughes, ainsi que le ministère de l’Environnement.

     <o:p></o:p>

    *** Un faisceau d’indices ***

     

    <o:p></o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    Depuis que Thomas Castillo a rendu public son récit, il a été invité à participer à des conférences lors de nombreux congrès d’ufologie. Malgré la nature fantastique de ses récits, d’autres éléments semblent étayer ses affirmations. Ainsi, de 1976 à 1978, Dulce fut le théâtre d’une série de mutilations du bétail qui laissèrent les éleveurs de la région perplexe. Les mutilations étaient devenues si fréquentes que des équipes de recherche du monde entier se rendirent sur place. En juillet 1978, une enquête fut menée par Howard Burgess, un scientifique à la retraite, qui découvrit que de nombreuses bêtes à cornes de la région de Dulce portaient d’étranges marques devenant visibles sous une lumière ultraviolette. Le pelage de ces bêtes est enduit d’une « substance brillante » sur le côté droit du cou, l’oreille droite et la jambe droite. L’analyse de cette substance a révélé la présence de quantités significatives de potassium et de magnésium. En outre, de nombreux ovnis ont été observés dans la région de Dulce. D’étranges lumières et d’autres phénomènes aériens inexpliqués ont été signalés au Nouveau-Mexique, précisément à l’époque où l’on y a retrouvé un grand nombre de vaches mutilées. Récemment, une équipe de chercheurs s’est rendue sur place pour sonder les sous-sols. Une première analyse informatique des sondages semble indiquer la présence d’énormes cavités souterraines… Mais comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement américain refuse de se prononcer sur l’éventuelle existence d’une installation militaire secrète à Dulce ou dans les environs. Ce qui n’empêche pas les dizaines d’ufologues de tenter de percer le secret, prêtant l’oreille à la moindre rumeur. S’ils étaient dans le vrai, ce qui se trame sous la petite ville de Dulce pourrait bien changer de fond en comble l’avenir de l’espèce humaine...

     

     



     

     

    Aura2

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p> 

    http://www.nenki.com/techno/dulce_base_souterrain.html

    http://www.ovni007.com/id100.html

     <o:p></o:p>

    La taverne de l’étrange- 10 août 2006

     


    <o:p></o:p>

    Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique