• Des ovnis autour de notre soleil ?

    Des extraterrestres contrôleraient la quantité de lumière et de chaleur que notre terre reçoit. Et ils récolteraient des rayons du soleil pour faire on ne sait quoi. Voilà la théorie des chasseurs d’ovnis. Les images ont été prises par un observatoire solaire spatial. On voit des corps étrangers et des faisceaux de lumières « sortir » du soleil.

    Posté sur YouTube par le chasseur d’ovnis Myunhauzen74, la vidéo prise par un observatoire solaire spatial est une compilation d’images fixes qui montrent plusieurs points blancs autour du soleil. Cette vidéo a été reprise par Scott C. Waring qui dirige un site très populaire en Angleterre, le « UFO Sightings Quotidien ».

      

    Scott C. Waring a expliqué que cette vidéo lui rappelait une histoire lue quelques années plus tôt concernant deux scientifiques russes qui affirmaient avoir découvert des ovnis « plus grand que la lune ». Ces extraterrestres menaient apparemment une mission quotidienne autour du soleil pour des raisons inconnues. Malheureusement selon Waring cette histoire a disparu du web depuis…

    Des ovnis autour de notre soleil ?

    « Ces extraterrestres mènent des missions clandestines autour du soleil »

    Mais alors que font ces extraterrestres ? Et bien personne ne le sait ! Certains pensent qu’ils récoltent des rayons du soleil. Dans la vidéo l’on voit des corps blancs (pour certains il s’agit d’engins massifs de récolte) autour de la planète qui « tireraient » des rayons du soleil. « Ils peuvent effectivement contrôler le soleil, pour maintenir une température constante sur la terre, ou bien ils pourraient aussi récolter un élément lourd très rare et puissant », explique Waring. Mais selon ce passionné d’extraterrestre, une chose est sûre : « ils sont bien là ! ». « Espérons qu’ils ne font pas une erreur… Voir même qu’ils ne font pas un barbecue de notre planète », s’inquiète-t-il.

     

    La théorie selon laquelle les étrangers mènent des opérations clandestines autour de la source de la vie de la Terre est populaire parmi les chasseurs d’OVNI. En Janvier dernier, un chercheur d’aliens, Tyler Glockner, qui dirige la chaîne YouTube Secure Team 10, affirmait que des images prises par un hélicoptère de la NASA montraient un ovni « sucer le plasma du soleil ». Un ovni dont la taille était 100 fois celle de la terre !

     

    Des ovnis autour de notre soleil ?

     source de l'article

    Pin It

    1 commentaire
  • Publicité de Northrop Grumman pour son futur bombardier (Northrop Grumman)

    L’américain Northrop Grumman a été choisi par le Pentagone pour construire le futur bombardier stratégique de l’US Air Force. Gros plan sur cet appareil qui remplacera le mythique B-52.

     

    C’était le contrat du Pentagone le plus convoité de ces dernières années. Un des plus importants (55 milliards de dollars), depuis celui du chasseur JSF, attribué à Lockheed Martin il y a plus de dix ans. Le ministère de la défense américain a finalement tranché cette nuit : c’est l’industriel Northrop Grumman qui construira le futur bombardier américain, destiné à remplacer les antiques B-52 et le B-1 Lancer. Le groupe de Los Angeles, concepteur du bombardier furtif B-2, grille ainsi la politesse à l’alliance Lockheed Martin-Boeing pour ce contrat de 80 à 100 appareils, dont la livraison devrait commencer au milieu des années 2020.

     

    Quelles seront les caractéristiques de l’avion ? Difficile à dire. Dans ce programme dit L-RSB (Long Range Strike Bomber), aussi surnommé B-3, "tout est classifié, à part le prix unitaire", plaisantait cette semaine William LaPlante, responsable des contrats d’acquisition de l’US Air Force. On sait donc juste que l’appareil coûtera 564 millions de dollars pièce, soit en gros le tarif de cinq Rafale.

    Une "aile volante"

    Le reste est affaire de déductions : l’appareil aura très probablement la forme d’une aile volante, design qui limite sa signature radar. Northrop Grumman maîtrise cette technologie complexe depuis le ruineux développement du B-2, joujou à 1,5 milliard de dollars pièce construit à seulement 21 exemplaires. L’option "aile volante" est crédibilisée par la publicité diffusée durant le dernier Super Bowl par l’industriel américain, qui montrait un appareil au design futuriste protégé par un voile dans un hangar.

    L’appareil, qui sera doté de la capacité nucléaire, devrait aussi afficher une autonomie très conséquente (9.300 km), afin de pouvoir frapper l’ennemi en profondeur en décollant depuis une base américaine. Cette caractéristique semble exclure une vitesse supersonique, qui engendrerait une trop forte consommation de carburant, et donc une portée moindre. L’accent devrait aussi être mis sur les dispositifs de "guerre électronique" (brouillage des systèmes adverses), afin de permettre à l’avion des missions effectuées de jour.

    Mauvais coup pour Boeing

    Avec cette victoire, Northrop réalise un sacré coup fumant : le sixième groupe mondial de défense s’est imposé face aux deux mastodontes du secteur, Lockheed Martin et Boeing, qui trustent respectivement les première et deuxième place du podium mondial. Si Lockheed peut compter sur son programme de chasseurs JSF (ou F-35) pour se consoler (2.457 appareils commandés, 400 milliards de dollars), le coup est rude pour Boeing : le champion américain est en train de sortir de l’aviation de combat, avec la fin de production de ses F-18 et F-15 à l’horizon 2018-2019.

     

    Le géant de Chicago, s’il a gagné le contrat des ravitailleurs américains face à Airbus avec son KC-46A à l’issue d’un appel d’offres contesté, est clairement en perte de vitesse sur ses activités militaires. "Ils pourraient retourner graduellement au statut de fabricant essentiellement civil qu’ils étaient avant l’acquisition de McDonnell Douglas, ou faire une offre sur l’activité d’aviation de combat de Northrop", estime Richard Aboulafia, consultant au cabinet américain Teal Group, cité par Defense News. Plus qu’un simple contrat, le programme de bombardiers B-3 pourrait se révéler le point départ d’une grande refondation de l’industrie militaire américaine.

    B-3, l’incroyable bombardier américain à 500 millions de dollars pièce

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Mars-Discovery
     
    De l'eau à l'état liquide coule à la surface de Mars : c'est ce que vient d'annoncer la Nasa en présentant une étude menée depuis plusieurs années. Ces écoulements, suspectés depuis longtemps, ne correspondent en rien au cycle de l'eau terrestre. Ils seraient créés par l'absorption de l'humidité de l'atmosphère par des sels minéraux. Une découverte qui renforce l'attrait de Mars et dont il faudra tenir compte dans les prochaines étapes de l'exploration robotique et humaine de cette planète.
     
     
    eau1
    Les stries noires visibles à gauche sur cette image en fausses couleurs ont été formées par des écoulements d'eau salée. C'est ce que démontre une analyse indirecte. © Nasa/JPL, Caltech/Univ. of Arizona.
     
    Les récentes découvertes de Curiosity ont démontré que Mars a été habitable dans un passé lointain. Combien de temps a duré cet épisode ? On l'ignore. Et à quand remonte-t-il ? Des milliards d'années sûrement mais combien ? Des réponses à ces questions dépend la possibilité qu'une forme de vie ait pu émerger, voire perdurer si ces conditions favorables à la vie sont toujours présentes aujourd’hui sur Mars.
     
    Cette possibilité peut sembler saugrenue tant la planète Mars apparaît aujourd'hui peu propice à l’apparition de la vie. Mais elle prend tout son sens avec l’annonce de la Nasa qui confirme que de l’eau à l’état liquide s’écoule sur les flancs d'un cratère. Certes, ce n’est pas de l’eau de source : elle est saturée en sel et, dans cette atmosphère froide (bien au-dessous de 0 °C) et à très basse pression (quelques millièmes de la pression terrestre au sol), elle ne reste liquide que très peu de temps. Son destin est soit de geler soit de s'évaporer. Mais ces phénomènes représentent un indice fort laissant à supposer qu’un environnement habitable aujourd’hui n'est pas à exclure.
     
    eau2
    Des traces d'écoulements récents ont depuis longtemps été repérées à la surface de Mars sur les pentes inclinées de certains cratères. De nouvelles analyses montrent qu'il s'agit de saumure. Il serait intéressant d'y envoyer un rover pour les étudier plus en détail. © Nasa/JPL, Caltech/Univ. of Arizona
     
    Du sel comme antigel
     
    La découverte repose sur des observations anciennes. En 2011, des chercheurs de l’université de Tuscon, en Arizona, ont observé des écoulements saisonniers vus par la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) et avaient conclu qu'il s'agissait d’eau mais sans en avoir aucune preuve. On en serait resté là sans la persévérance d’une équipe de chercheurs – dont la Française Marion Massé, post-doctorante au laboratoire de Planétologie et géodynamique de Nantes –, qui a pu analyser le sol par spectrométrie. L'étude a montré que les traces d'écoulements récents (donc après la disparition d'eau liquide) contiennent des sels mélangés à un peu d'eau. On y trouve des chlorates et des perchlorates de magnésium et du perchlorate de sodium.
     
    Cette saumure, contrairement à l'eau pure, peut rester liquide dans la faible pression atmosphérique de Mars. Leur hydratation proviendrait de l'absorption de l'humidité contenue dans l'atmosphère, jusqu'à rendre cette substance liquide et capable de s'écouler si la pente est suffisante. Les travaux, annoncés dans un communiqué de la Nasa, sont décrits dans un article de Nature Geoscience et présentés à Nantes lors d'un congrès de planétologie qui se tient actuellement.
     
    eau3
    Les sels dissous dans l'eau, laquelle proviendrait de l'humidité de l'atmosphère (pourtant très faible), lui permettent de rester liquide dans les conditions de pression et de température au niveau du sol martien. Du moins un certain temps. © Idé
     
    Des cibles prioritaires de prochaines missions martiennes ?
     
    La découverte, bien sûr, n'est pas celle d'un long fleuve tranquille. Cette eau liquide n'existe qu'en très petite quantité dans des écoulements s’étirant sur quelques centaines de mètres, larges de plusieurs mètres et épais de seulement 1 ou 2 centimètres. Cet état liquide ne peut subsister que lors des mois d’été avant de s’évaporer à l’automne. Il n’est pas totalement exclu que des micro-organismes puissent s’y développer pendant cet état liquide mais l'hypothèse n'est pas vérifiable depuis l'orbite. Il faudrait aller sur place, souligne la Nasa, toujours en recherche de crédits.
     
    Se poseraient alors la question de l’accessibilité de ces terrains et celle de l’opportunité de reconsidérer le choix des sites d’atterrissage du rover jumeau de Curiosity qui sera lancé en 2020. Si cette découverte suscite pour la communauté scientifique de nouveaux espoirs quant à la présence de vie sur la Planète rouge, elle offre également aux planificateurs des futures missions habitées la promesse de disposer de zones d’atterrissage où l’eau pourrait être recueillie naturellement, voire consommée après traitement…
    Pin It

    5 commentaires
  • Une saucisse de Morteau envoyée dans la stratosphère à bord d'un ballon-sonde est portée disparue: un appel à témoin a été lancé mercredi en Suisse, où la charcuterie est probablement retombée, a-t-on appris auprès des porteurs du projet.
     
    saucisse de morteau
     
    Le ballon-sonde et sa saucisse ont été expédiés mardi par des collégiens de Franche-Comté à 32.000 mètres d'altitude. Équipé d'un GPS, le ballon a logiquement explosé à cette altitude avant de retomber sur terre.
     
    Les radios amateurs qui suivaient la nacelle du ballon "ont perdu le signal du GPS", a expliqué à l'AFP Damien Boichat, professeur de physique-chimie qui anime le club scientifique du collège Saint-Exupéry de Beaucourt (Territoire-de-Belfort), à l'origine de l'expérience. D'après les dernières coordonnées GPS enregistrées à 1.500 mètres d'altitude, la nacelle et la saucisse sont probablement tombées dans "une zone de plusieurs kilomètres carrés au sol, entre Brugg et Zurich", en Suisse, a-t-il ajouté.
     
    Le GPS ne fonctionne plus. "Soit l'atterrissage a été très brusque et l'émetteur est cassé, soit la nacelle est tombée dans l'eau, soit quelqu'un l'a ramassée et mise dans un endroit abrité", a estimé M. Boichat. Un appel à témoins a été lancé par l'Association de défense et promotion des charcuteries et salaisons IGP de Franche-Comté, propriétaire de la saucisse de Morteau et de deux caméras équipant cette nacelle recouverte de plastique doré et brillant.
    L'association a promis, dans un communiqué, "son poids en saucisses de Morteau" à toute personne retrouvant la saucisse.
     
    une-saucisse-de-morteau-
     
    "Les recherches continuent", selon Damien Boichat, "on compte sur les promeneurs pour la retrouver, elle n'est pas définitivement perdue". D'après l'appel à témoins, la nacelle a une base carrée de 40 cm sur 40 et fait 30 cm d'épaisseur, et "elle est attachée à un réflecteur radar fait de deux losanges de film plastique argenté entrecroisés."
     
    Pin It

    2 commentaires
  • virgin1
     
    Le crash du vaisseau spatial SpaceShipTwo, qui portait les espoirs du milliardaire Richard Branson de rendre l'espace accessible au grand public, a coûté la vie a un pilote et en a blessé un autre grièvement. C'est aussi le deuxième accident spatial en une semaine après l'explosion de la fusée Antares, qui devait ravitailler la Station spatiale internationale, illustrant les dangers liés à l'exploration spatiale.
     
    Info du vendredi 31 octobre 2014
     
    "Il y a un mort et un blessé grave qui a été transporté dans une structure des environs", a indiqué à l'AFP le sergent M. Singer de la police des autoroutes de Californie (California Highway Patrol). SpaceShipTwo avait deux pilotes à bord et pouvait transporter six passagers. Virgin Galactic, firme de l'empire Virgin de Richard Branson, n'a pour sa part pas encore donné d'indication sur le sort des deux pilotes, mais a commenté l'accident sur le réseau social Twitter. 
     
    "Le partenaire de Virgin Galactic, la société Scaled Composites, a mené un test en vol de SpaceShipTwo" vendredi, a-t-elle ainsi expliqué. "Pendant cet essai, le vaisseau a souffert d'une grave anomalie qui s'est traduite par la perte de SpaceShipTwo", tandis que l'avion baptisé "WhiteKnightTwo" (Chevalier Blanc 2) qui l'avait transporté, accroché sous ses ailes, "a atterri en sécurité", indique Virgin. "Nous allons travailler étroitement avec les autorités compétentes pour déterminer la cause de l'accident", conclut la société spatiale. 
     
    virgin3
    La séparation de la navette du lanceur puis après un problème intervient...
     
    Un billet à 200.000 dollars
     
    L'autorité américaine de l'aviation et de l'aérospatiale (FAA) a pour sa part indiqué dans un communiqué que "les contrôleurs au sol de la base spatiale du Mojave ont perdu contact avec SpaceShipTwo, un véhicule de vols spatiaux expérimental", qui avait décollé vers 17H00 GMT (18h00 en Belgique). "L'incident s'est passé peu de temps après la séparation du vaisseau de son véhicule de lancement WhiteKnightTwo", a précisé la FAA qui "enquête" sur l'incident. Le flamboyant Richard Branson, qui vit l'un des revers les plus cuisants de sa carrière, a twitté que ses "pensées étaient avec Virgin Galactic et Scaled Composites" et qu'il allait "prendre immédiatement un avion pour le (désert du Mojave) pour être avec l'équipe".
     
    Selon le site d'informations locales Kern Golden Empire, qui cite le directeur de la base spatiale du Mojave Stu Witt, une conférence de presse est prévue à 14H00 locales (22H00 en Belgique). SpaceShipTwo est la version commerciale de SpaceShipOne, le premier vaisseau privé qui a atteint la frontière de l'espace en 2004 et se trouve aujourd'hui exposé de façon permanente au Musée national de l'Air et de l'Espace à Washington. Des centaines de personnes ont déjà pris des réservations pour un vol suborbital de quelques minutes en apesanteur à bord de SpaceShipTwo, versant une avance sur les 200.000 dollars que coûte le billet, à l'instar de l'acteur américain Ashton Kutcher. 
     
    virgin2
     
    Second incident spatial en une semaine
     
    La navette avait effectué son premier test moteur en vol il y a un an et demi. Sir Richard avait alors affirmé qu'il amènerait sa famille dans un des vols pour montrer sa confiance dans la sûreté de ce vaisseau. Les sociétés comme Virgin Galactic ou XCOR Aerospace espèrent créer une industrie du tourisme spatial, un espoir qui se voit ici refroidi. C'est aussi le second incident spatial cette semaine après l'explosion mardi de la fusée Antares de la société américaine Orbital Sciences. Elle transportait la capsule non habitée Cygnus, destinée à ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). 
     
    Elle ne transportait ni pilote, ni équipage et il n'y a eu aucun blessé. Il s'agit du premier accident depuis que la Nasa a commencé à avoir recours au secteur privé pour ravitailler l'ISS. Cygnus devait livrer 2,2 tonnes de produits alimentaires et de matériel pour des expériences scientifiques à l'ISS pour le compte de la Nasa. Orbital Sciences a conclu un contrat de ravitaillement de l'ISS de 1,9 milliard de dollars avec la Nasa aux termes duquel la société doit effectuer une douzaine de missions. Une autre société, SpaceX, avait, elle réussi le lancement de sa capsule non habitée Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour une quatrième mission de livraison de fret le mois dernier.
     
     
    Pin It

    2 commentaires
  •  
    Un astéroïde trois fois la taille d’un terrain de football voyageant à 27,000 miles par heure ( plus de 43 mille km/h) est sur le point de passer près de la Terre.
     
    Les astronomes ont annoncé que ce grand rocher "potentiellement dangereux", connu sous le nom NEA 2000 EM26, va passer près de la Terre aujourd'hui lundi 17 Février 2014, à environ 2,6 millions de kilomètres. Les astronomes ont assuré qu'il n’y a aucune raison de paniquer.
    Gardez l'oeil ouvert et le bon si possible...
     
     
    Aura2
    Pin It

    2 commentaires
  •  
    Grâce à une caméra spéciale attachée à un télescope de l’observatoire de Tottori au Japon, des scientifiques ont pu filmer la comète ISON, de plus en plus visible à mesure qu’elle s’approche du soleil.
     
     
    Celle-ci, actuellement à une centaine de millions de kilomètres du soleil, devrait effleurer l’étoile le 29 novembre.
     
    Plus la comète s’approche du soleil, plus elle devient visible, explique le professeur Junichi Watanabe de l’Observatoire national astronomique du Japon. Les chercheurs s’attendent à un spectacle d’une rare intensité. En Europe, la comète peut être visible avant l’aube avec une paire de jumelles et pourrait l’être à l’oeil nu lorsqu’elle sera à proximité du soleil.
     
    Il restera ensuite à savoir si la comète aura survécu à son passage si près du soleil, où le gros bloc de glace cosmique subira une température de l’ordre de 2700°C. Il pourrait alors être visible à l’œil nu à la fin du mois décembre lors de son passage près de la Terre.
     

    *

    Sources : NHK / Le JDS

    Pin It

    6 commentaires
  • Un mystérieux halo dans le ciel réunionnais défie toute tentative d'explication
     
     
    Halo étrange sur la réunion
     
    Mais qu'est-ce-que les Réunionnais ont bien pu voir hier soir dans le ciel ? Tout le monde se pose encore cette question ce matin après l'observation d'un halo blanc mystérieux dans le ciel. Les réseaux sociaux se sont enflammés toutes la nuit pour tenter de trouver une explication concrète au phénomène observé par des milliers de personnes. Etoile ? Comète ? Station spatiale internationale ? Ou bien encore extra-terrestres ?
     
    L'observation faite hier soir par des centaines de Réunionnais reste pour le moment un mystère. Un halo lumineux blanc a été observé pendant de très longues minutes un peu partout sur l'île, faisant exploser littéralement le standard de FreeDom et les pages Facebook de la Réunion sur les réseaux sociauxPour résumé, la majorité des observations font ressortir un point lumineux, comme une étoile, qui avançait rapidement tout en clignotant. Autour de ce point, une lumière blanche vaporeuse et qui s'est dissipée au fur et à mesure de l'observation.
     
    Plusieurs photos et vidéos ont été réalisées un peu partout dans l'île au passage de ce mystérieux halo blanc, mais également chez nos voisins Malgaches, Mahorais ou encore Mauriciens, tous témoins du même phénomène. La vidéo que vous pouvez voir ci-dessous a été prise à l'île Maurice.
     
    *
     
    Vidéo filmée le 29 septembre 2013 à 21h (heure locale)
     

    *

    Source- http://www.wikistrike.com/article-un-mysterieux-halo-dans-le-ciel-reunionnais-defie-toute-tentative-d-explication-120334796.html
    Pin It

    1 commentaire
  • 19  

    C’est à une altitude de 8000 mètres que le B757-200 d’Air China a percuté un objet non-identifié qui a déformé le nez de l’avion. 

     

     
    La collision est intervenue juste après le décollage du vol CA4307 de Chengdou à destination de Canton. L’avion était déjà à une altitude de 8000 mètres. Les pilotes ont entendu le bruit du choc mais n’ont pas aperçu l’objet qu’ils ont heurté. Ne voulant pas prendre de risque, ils ont fait demi-tour pour se reposer à l’aéroport Shuangliu de Chengdu.
     
    Au sol, pilotes et agents de maintenance ont constaté les dégâts, une grosse malformation dans le nez du B757-200. La compagnie nationale chinoise Air China n’a pas communiqué sur cet incident. En fait, elle n’est pas en mesure d’identifier l’objet qui a percuté son B757-200. L’hypothèse d’une collision avec un oiseau est exclue. D’une part, rares sont les espèces aviaires qui volent à cette altitude de 8000 mètres, et aucun oiseau ne pèse un poids suffisant pour enfoncer à ce point le nez de l’avion. D’autre part, aucune trace de sang ou de plume n’a été retrouvée sur le point d’impact. Comme le suggèrent avec humour des internautes chinois, « une collision avec Iron Man » ?
     
    Publié le 7 juin 2013 à 09h00
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Gerry-Anderson1
     
    Le scénariste et réalisateur britannique Gerry Anderson nous a quittés le mercredi 26 décembre à l'âge de 83 ans. Il était le créateur de plusieurs séries de science-fiction.
    C'est toute la science-fiction qui est en deuil. Gerry Anderson s'est éteint à l'âge de 83 ans alors qu'il luttait contre la maladie d'Alzheimer. Il fut le co-producteur de nombreuses séries pour toute la famille dès la fin des années 50 en travaillant notamment sur "The Adventures of Twizzle", programme sur lequel il officiait également en tant que scénariste et réalisateur. L'artiste s'est surtout fait connaître en 1965 avec "Les Sentinelles de l'air" ("Thunderbirds" en V.O) puis avec "Cosmos 1999" dix ans après.
     
     
     
    La tête dans les étoiles 
     
    Cette série d'animation avec des marionnettes suit les aventures futuristes de Jeff Tracy, un ancien astronaute devenu riche qui décide de mettre tout en oeuvre pour défendre l'humanité. Aidé de sa famille, il devient le chef d'une base secrète d'une île du Pacifique. A bord des Thunderbirds, des engins ultra-modernes, les pilotes se lancent dans des missions de sauvetage dangereuses. Le show connut un grand succès avec 32 épisodes à la clé et fut adapté pour le grand écran en 2004. En France, la série "Les Sentinelles de l'air" fut diffusée à partir de 1976 sur Antenne 2. 
     
    Gerry Anderson était également le créateur prolifique de "Captain Scarlet and the Mysterons"," Joe 90", "The Secret Service" et surtout "Cosmos 1999" avec Martin Landau et Barbara Bain. La série de science-fiction dura de 1975 à 1977 et remporta un vif succès critique outre-atlantique.
     
     
     
    Source sur TF1 News
    Pin It

    2 commentaires
  •  

     
    Mars Reconnaissance Orbiter, la sonde spatiale des USA qui orbite autour de Mars depuis près de six ans, nous permet d'améliorer notre compréhension de la planète qui alimente les fantasmes.
     
     
    Des milliers de clichés ont été pris; un nombre impressionnant de données, en particulier sur sa surface - nous a été transmis. Parmi ces informations se glissent ce que beaucoup considèrent comme des révélations. Depuis début Mars 2012, une photo prise par la sonde fait sensation sur le Web...
     
    Un ver extraterrestre ? 
     
    On y voit ce qui semble être une créature extraterrestre de type " ver " se déplaçant à la surface martienne. Il s'agit de l'une des centaines d'anomalies observées sur la surface de la Planète Rouge, mais celle-ci est particulièrement frappante.
    Est-ce une preuve de l'existence d'une forme de vie extraterrestre ?
    Les cinéphiles se souviendront de Dune, film de David Lynch (adapté du roman de Frank Herbert) et de ses terribles vers des sables, ou de la série de films Tremors et de ses Graboides anthropophages.
     
     
    Ce n'est la première fois que Orbiter révèle des images étranges ou insolites.
     
    *
     
    Pin It

    4 commentaires
  • Les 12 Novembre 2011, le Soleil a effrayé quelques astronomes !

     

     
     
    Et pour cause, un immense filament magnétique long de plus de 700 000 km a été observé mais aussi photographié par la NASA !
     
    Une activité solaire anormale
     
    Le filament peut éclater et provoquer une immense explosion ayant des répercussions sur notre frêle planète - proportionnellement à la puissance de notre étoile. Ce filament est une nouvelle preuve de l'activité anormale du Soleil et suscite de vives inquiétudes dans la communauté des astronomes, effarés par tant d'anomalies.
     
    Le Soleil présente effectivement depuis quelques mois des convulsions assez étranges...
     
    Par exemple, actuellement, les scientifiques surveillent attentivement une gigantesque tache solaire plutôt menaçante, mais aussi un orage solaire qui a débuté le week-end  dernier et  qui pourrait être dirigé vers la Terre.
     
    À craindre ?
     
    D'intenses tempêtes solaires, catastrophiques pour la vie sur Terre et toutes nos infrastructures. Quant à la tache solaire, elle est inquiétante, car elle pourrait provoquer une éjection de masse coronale (CME) qui pourrait nuire à notre champ magnétique dès cette semaine.
     
    La NASA  évoque un impact possible sur la météo spatiale : l'intense activité solaire pourrait causer des pannes gigantesques à travers le globe - et cela pourrait durer des mois !
     
    Cela conduirait,par exemple,à la faillite de nombreuses firmes utilisant Internet, le GPS, etc... mais aussi à la destruction des systèmes électroniques et électriques des banques, des gouvernements, des ministères etc. Bref, une désorganisation totale de la société est envisageable  !
     
    Les astronomes amateurs équipés de télescopes solaires sont encouragés à surveiller le Soleil et les régions où se développent les filaments et les taches solaires.
     
    *
     
    Pin It

    2 commentaires
  • Une météorite est tombée sur le toit de la maison de Madame Comette en août 2011 à Draveil, dans l'Essonne.

    Un

    Un nom prédestiné. La maison que Mme Comette loue à Draveil, dans l'Essonne, a été touchée par une météorite à la fin du mois d'août. D'après Alain Carion, un spécialiste venu l'authentifier, celle-ci serait une « chondrite », de taille « conséquente » et proviendrait « de la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter ». Fort de cette découverte, le chasseur de météorites a souligné qu' « il n'y avait jamais eu de météorite à moins de 80 km de Paris ».

    Un objet extraterrestre

    Alors que c'est la propriétaire de la maison qui a révélé l'information, celle-ci n'en revient toujours pas qu'un « objet extraterrestre », un caillou « aimanté avec du fer et du zinc » ait pu tombé sur le toit de son pavillon de banlieue parisienne. Non moins surprise, la locataire des lieux, Mme Comette a, quant à elle, expliqué que la météorite a été trouvée par un ouvrier venu changer une tuile du toit après la découverte d'une fuite. « Il m'a dit qu'il faudrait être Superman pour briser une tuile comme cela », a-t-elle indiqué. L'objet tombé du ciel a en effet été retrouvé sous la tuile brisée, dans l'isolation. Et la propriétaire de préciser que Mme Comette a retrouvé une centaine de grammes de fragments de la météorite et que le plus gros morceaux faisait 88 grammes.

    Si la propriétaire et la locataire de ce pavillon frappé par le ciel s'amusent de ce qui leur est arrivé, le chasseur de météorites regrette, lui, que l'ouvrier venu réparer la toiture n'ait pas gardé la tuile endommagée par la météorite. Celle-ci aurait en effet pu trouver sa place dans la galerie de météorites qu'Alain Carion tient à Paris. 

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Ce n'est pas de la science-fiction, et l'échéance se rapproche : un satellite américain, grand comme un bus, doit retomber sur Terre vendredi. A quelle heure ? Difficile de le dire. Où ? Encore plus problématique. Ce sera quelque part entre 57 degrés de latitude nord et 57 degrés de latitude sud, une superficie qui couvre une grande partie de la Terre. Mais la Nasa se veut rassurante : selon l'agence spatiale américaine, il n'y a que 0,03% de risque qu'un humain soit touché par les débris. Car il y aura bel et bien des restes solides de l'engin qui auront résisté à la traversée de l'atmosphère, et qui atteindront le sol : "Si une grande partie du satellite va se briser en de nombreux morceaux (...), tous les débris ne vont pas brûler", a expliqué la Nasa. Qui tient toutefois à préciser que jusqu'ici, "il n'y a jamais eu d'accident provoqué par un engin spatial revenant dans l'atmosphère", et qui rappelle que sur toute l'étendue terrestre susceptible de servir de point d'impact, "90% est inhabitée".
    Le petit plaisantin dont on guette ainsi le retour "from outer space", comme le chantait Gloria Gainor, ou selon l'expression consacrée par l'inoubliable nanar d'Edward Davis Wood Jr (l'un des plus mauvais films de science-fiction qui ait jamais été projeté sur les écrans) répond au doux patronyme d'Upper Atmosphere Research Satellite. En bon anglais : UARS, à prononcer "YOU-arz", à la façon d'un ours qui bâille. C'est un satellite de la Nasa d'une dizaine de mètres pesant près de six tonnes. Il a été mis en orbite en 1991 par la navette Discovery pour étudier la haute atmosphère. UARS a fini sa mission en 2005 et va retomber sur terre faute de carburant.
    En 2002, l'agence spatiale américaine avait mené un audit sur les risques induits par la retombée du satellite. Il en découle que sur les 5668 kg du mastodonte, 532 kg seulement pourraient survivre à l'entrée dans l'atmosphère. Soit 26 objets parmi lesquels on compte des roues et des batteries. "Des engins de cette taille retombent en moyenne une fois par an", relativise Mark Matney, un scientifique de la Nasa spécialiste des débris spatiaux. Le plus gros engin spatial à être retombé sur terre est la station spatiale soviétique Salyut 7 dont les débris ont arrosé une ville d'Argentine en 1991, sans faire de victime.
     
    La Nasa a prévu de communiquer sur la chute 12 heures, 6 heures et 2 heures avant l'arrivée du satellite. Mais, même deux heures avant, les ingénieurs ne pourront pas faire mieux que d'avancer une zone d'impact large de 12.000 km. Et ce n'est qu'à 20 minutes de la chute qu'ils pourront se prononcer précisément. "Cette incertitude s'explique notamment par la trajectoire vagabonde du satellite et par ses culbutes qui nous empêchent de savoir comment il va évoluer", a expliqué Mark Matney.
     
    L'agence américaine de gestion des crises (Fema) "est mobilisée" comme toutes les agences américains qui s'occupent de la sûreté publique, a indiqué la porte-parole de la Nasa Beth Dickey. La Nasa a demandé aux gens qui seraient en contact avec les débris de l'engin de ne pas les toucher. Non parce qu'ils sont toxiques ou inflammables mais parce qu'ils pourraient être coupants. Et aussi "parce que, formellement, ils appartiennent au gouvernement américain", a rappelé la porte-parole.
     
    le 22 septembre 2011 à 08:10
     
    http://lci.tf1.fr/science/nouvelles-technologies/un-satellite-gros-comme-un-bus-va-percuter-la-terre-6723435.html

    2 commentaires
  •   

     

     

    Cette information n'est pas à prendre à la légère, le 15 juin dernier, on pouvait lire sur Wikistrike que le site était provisoirement fermé pour cause de conciliabule suite à une information capitale concernant la comète Elenin.

    Aujourd'hui tout est bon pour désinformer mais aussi dissimuler les vérités, qu'elles soient politiques (affaire Obama, DSK, etc..), mais aussi nucléaires, et financières au niveau mondial...

     

    NOUS SOMMES TOUS CONCERNES.

     

    Oui, les gouvernements feront tout pour garder secrête une information qui pourrait engendrer une émeute ou une révolution généralisée qui pourrait déclencher le chaos, et ça personne ne peut l'ignorer. Reste que l'incrédulité de la grande majorité des gens n'auront de réactions que lorsque le fléau sera très clairement visible. Et l'establishement en place parle de plus en plus de sectes qui prédisent la fin du monde pour 2012... La désinformation dans toute sa splendeur, c'est comme si l'on accusait le mouvement des "indignés" d'être une secte dont le but serait de déstabiliser ces gouvernements...qui nous mentent et nous manipulent.

    Voici l'article publié, vous en ferez votre propre interprétation, mais les faits sont là et vous êtes peu nombreux à vous informer de façon pragmatique sur les bouleversments que nous subissons en ce moment. Mais faites toujours attention à bien vérifier l'origine des informations... En d'autres termes, et une fois avoir lu ce qui va suivre...Donnez le meilleur de vous même et aimez vos proches de toutes vos forces...

     

    L'équipe de Wikistrike a conséquemment et longuement réfléchi avant de publier cette information de la plus haute importance. Cette information pourrait entraîner des conséquences médiatiques et humaines irréversibles. Selon nos sources, nous avons découvert la mort récente et suspecte de 2 astronomes, lesquels comptaient parmi les plus importants du monde. Ce que vous allez lire est exclusif et ces assassinats seraient comme la preuve irréfutable de ce qui nous attend tous.

     

    Brian Geoffrey Marsden est né le 5 aout 1937, il est mort le 18 novembre 2010. Il était un astronome américano-britannique ; il était depuis 1978 le directeur du Minor Planet Center du SAO situé à Cambridge dans le Massachusetts. Le Minor Planet Center, sous les auspices de l'Union Astronomique Internationale, il est l'organisme officiel chargé de la collecte des données d'observation pour les petites planètes (astéroïdes) et les comètes, le calcul de leur orbite et la publication de cette information via le Minor Planet Circulars... 

     

    Allan Rex Sandage est né le 18 juin 1926 à Iowa city, Iowa ( Etats-Unis), et est mort à San Gabriel (Californie) le 13 novembre 2010 ; il comptait parmi les plus grands astronomes américains contemporains. Né dans une famille juive, il se convertit vers la fin de sa vie au christianisme. Sandage travaillait à l'observatoire du Mont Palomar. Cet observatoire appartient et est contrôlé par le California Institue of technology (Caltech). L'un des programmes importants attribué au mont Palomar est le programme de recherche des comètes et des astéroïdes géocroiseurs appelés Near Earth Asteroid Tracking (NEAT). les astéroïdes géocroiseurs sont des astéroïdes évoluant à proximité ou en direction de la Terre. Pour les nommer on utilise souvent l'abréviation ECA, de l'anglais Earth-Crossing Asteroids, astéroïdes dont l'orbite croise celle de la Terre. Certains de ces objets étant susceptibles de heurter la Terre, ils font l'objet d'une recherche et d'un suivi particulier...

    Les deux hommes sont morts d'une encéphalomyélite aiguë.

     

     L'encéphalomyélite aiguë disséminée ou encéphalite post-infectieuse ou encéphalite périveineuse est une maladie inflammatoire démyélinisante du système nerveux central. Elle est habituellement secondaire à une infection virale, bactérienne ou à une vaccination mais peut aussi apparaître spontanément. Elle consiste en une inflammation auto-immune aboutissant à la destruction des gaines de myéline dans la substance blanche, et présente à cet égard des similitudes (physiopathologiques, cliniques et paracliniques) avec les poussées de sclérose en plaques.C'est une maladie rare dont l'incidence vaut 0,8 cas/100 000 personnes/an et qui touche préférentiellement l'enfant et l'adolescent, la plupart des cas survenant entre 5 et 8 ans.  Cette maladie fulgurante peut-être inoculée au moyen d'un aérosol, arme très souvent utilisé par la CIA.  

     

    Les deux astronomes sont décédés à 5 jours d'intervalle de la même maladie, et qui plus est d'une maladie extrêmement rare. Ils étaient spécialisés dans l'observation et la recherche des comètes. Menacés de mort par le gouvernement américain de ne rien révéler sur leurs découvertes concernant la trajectoire et la taille réelle de la comète Elenin, ils ont persisté à vouloir révéler les faits au grand public mais en vain. Quelques semaines plus tard, la trajectoire qui est donnée officiellement au grand public par la NASA sera évidemment fausse. Les travaux de Marsden et Sandage démontraient une proximité beaucoup trop importante. Les conséquences en seraient un éclatement de la croûte terrestre sur la totalité du globe. Un véritable cataclysme. La moitié de l’humanité sera décimée. 

     

     Rappelons ici que le physicien Michio Kaku, qui avait prédit les tremblements de terre au Japon, annonce un tremblement de terre mondial.    Le scientifique de renom, Michi Kaku, physicien, met en garde les citoyens du monde d'un méga tremblement de terre potentiel. Michio Kaku s’est prononcé en ce sens lors d’une apparition à l’émission “Good Morning America”. Il expliqua qu’il y avait de très fortes probabilité pour que des séismes d’envergure touchent la planète Terre en plusieurs endroits… 

    Il explique encore que la terre est sur le point de subir de fortes secousses, un peu partout, et affirme que les villes de par le monde ne sont pas prête à cette éventualité…

    D’autant plus que plusieurs villes ont été bâties en des endroits qu’il eut valu mieux réservées pour quelques bicoques de pêcheurs…

     

    Michio Kaku ne ménage pas ses mots : « Les gens devrait s’attendre à voir disparaître des villes aussi importantes que Los Angeles, San Francisco, Mexico City, Teheran, Tokyo. D’ailleurs, ce sont les grandes villes qui seront les plus propices de subir des dommages. »
    Kaku conclu en disant « Il faut se rappeler du tremblement de terre de magnitude 8.8 qui eut lieu au Chili en 2010! Il fut si considérable qu’il a fait littéralement dévier la planète de 8 centimètres (3 pouces); et depuis cette violente secousse nos journées n’ont plus vraiment exactement 24 heures!

     

    Il sait très bien que ce tremblement de terre mondial sera dû dans les mois qui viennent au passage de la comète Elenin, qui n'est pas une comète mais une naine brune, une planète 5 fois supérieur à Jupiter, qui passe dans notre système solaire tous les 3600 ans. Son orbite la fait aller et venir entre notre système et celui d'Orion. 

     

    Cette planète porte beaucoup de nom : Nibiru, Marduk, Nemesis, Tyche, Elenin, planète X, Hercolubus, planète rouge.

     

    Nibiru (en sumérien) la planète mythique. Les babyloniens et les akkadiens l’ont nommé Mardouk, signifiant roi des cieux. Les égyptiens et les hébreux la représentaient sous la forme d’un disque ailé à cause de son immense orbite elliptique en forme d’ailes déployées. Les grecs la nommaient eux Némésis. L’apocalypse de Saint-Jean mentionne cet astre.

     

     Elenin est une naine brune, une étoile sombre.  La plupart des naines brunes flottent seules dans l'espace, ce qui confirme qu'elles se forment comme des étoiles et non comme des planètes. Les naines brunes ne sont pas facilement observables, puisqu'elles n'émettent qu'un faible rayonnement dans l'infrarouge. Et c'est pourquoi, dans la mythologie grecque, Le géant Orion marche vers l'est aveuglé par le soleil... où il finira par recouvré la vue. Le mythe d'Orion montre bien que la planète Elenin, venant du système d'Orion, le grand chasseur, est aveuglée par le soleil, car effectivement les naines brunes sont presque invisibles car elles n'émettent qu'un faible rayonnement dans l'infrarouge. Si tous les mythes parlent du même astre lié au déluge, car Le chasseur Orion se vantait d'être le seul être capable de détruire toute vie sur terre, alors il y a beaucoup à craindre et dans les mois qui viennent, la fin du monde pourrait bien commencer. 

     

    Il faut trouver refuge en montagne et loin des côtes. Faites des bunkers, des réserves de nourriture, de livres, il faudra préserver tout ce que vous pourrez pour ceux qui peuvent, pour ceux qui voudront. L'espérance de vie des êtres humains sur notre planète est d'environ 60 ans. C'est très peu, Wikistrike demande à tous ses lecteurs de se poser des questions fondamentales sur leur existence. La mort n'est pas une fin, alors déluge ou pas, cataclysme mondial sans précédent ou non, vivons chaque jour comme si c'était le dernier, soyons heureux, soyons constructifs et positifs, car de toute manière sombrer dans la panique générale ne nous sauvera aucunement, il n'y a aucune échappatoire. 

     

    Bonne chance à tous.

     

    Marc Bildermann pour WikiStrike

    Pin It

    3 commentaires
  •  
     Un astéroïde de la taille d'un porte-avion se dirige vers la Terre et devrait passer à proximité de notre planète à l'automne. Selon la trajectoire estimée par les scientifiques, il se trouvera bien plus près de nous que la Lune à ce moment-là.

    Non, la fin du monde n'est pas prévue pour l'automne prochain. L'astéroïde YU55 qui se dirige vers la Terre et devrait passer à 325.000 kilomètres de notre planète le 8 novembre prochain ne présente aucun danger, rassurent des scientifiques cités par le site Space. Don Yeomans, qui dirige le programme "Near-Eath Object" ("objets à proximité de la Terre") de la Nasa, juge bon de préciser : "YU55 ne représente aucune menace de collision avec la Terre, au moins pour 100 ans encore (...) Lorsqu'il sera au plus près de notre planète, son effet gravitationnel sur la Terre sera minuscule et impossible à mesurer".

    Au contraire, la perspective de cette rencontre est très excitante pour les astronomes, et le passage de cet astéroïde pourrait leur apporter des connaissances supplémentaires sur ce corps céleste. Par le passé, la technologie n'avait pas permis aux scientifiques de saisir cette opportunité. D'après Don Yeomans, "il s'agit là de l'astéroïde le plus imposant qui doit passer à promixité de la Terre d'ici 2028".

    L'astéroïde tant attendu, par la Nasa notamment, fait environ 400 mètres de large. Il a été découvert en décembre 2005 grâce au programme "Spacewatch" de l'Université d'Arizona à Tucson, aux Etats-Unis. Il s'agit d'un astéroïde de type C (pour "carboné"). Selon les astronomes, 75% des astéroïdes connus sont de ce type. Leur composition chimique étant proche de celle du système solaire primitif, les scientifiques ne veulent surtout pas rater ce rendez-vous qui pourrait s'avérer très enrichissant.

    *

    source ici :

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     L'Allen Telescope Array (ATA) a été temporairement mis en sommeil, faute de moyens financiers pour assurer son fonctionnement.


    Seti privé de son principal moyen d'écouteLa décision d'arrêter les écoutes radio de la Galaxie en quête de signaux artificiels est un rude coup pour le programme Seti de recherche d'intelligence d'extraterrestre : l'ATA était son outil d'observation dédié.

    Seule la maintenance du radiotélescope, installé au nord de la Californie, reste assurée. Seti devra parvenir à se greffer sur le temps d'observation d'autres instruments pour continuer ses écoutes.

    Des ambitions déjà amputéesL'ATA devait à terme être constitué de 350 antennes radio de 6,1 m de diamètre pour écouter les astres simultanément. Seules 42 paraboles ont vu le jour en 2007, grâce au mécénat initial de Paul Allen, cofondateur de Microsoft.

    Depuis, la seule exploitation de l'ATA pour Seti coûte 2,5 millions de dollars par an. Beaucoup trop dans un contexte de réduction drastique des financements publics de l'État de Californie et de la National Science Foundation.

    À la recherche de fondsLa survie de Seti repose plus que jamais sur les dons privés. Une campagne de levée de fonds a ainsi été lancée pour financer une recherche de deux ans centrée sur les 1235 planètes découvertes par Kepler.

    Autre piste, la vente de services à l'US Air Force pour surveiller les débris orbitaux risquant d'endommager les satellites de la Défense américaine.
     
    *
     
    Pin It

    2 commentaires
  •  

     Le séisme d’une magnitude 8,9 sur l’échelle de Richter aurait selon un institut italien déplacé de près de 10 centimètres l’axe de rotation de la Terre.

    Quelques heures après la catastrophe qui a fait plus de 1.000 morts, et des milliers de blessés, l’institut italien de géophysique et de vulcanologie (INVG) a annoncé vendredi que la l’axe de rotation de la terre se serait déplacé de 10 centimètres.

    Il y a un an, quasiment jour pour jour (27 février), le séisme survenu au Chili d’une magnitude 8,8 avait selon la NASA (agence spatiale américaine), modifié de 8 cm l’axe de rotation de notre planète. Le Tsunami dévastateur en Asie du Sud-est en 2004 d’une magnitude 9,1 avait lui dévié l’axe de la terre de 7 cm.

    En 7 ans, l’axe terrestre s’est donc déplacé de 25 centimètres, un changement minime qui pourrait tout de même avoir des conséquences. Chacune de ses modifications a en effet une incidence sur la durée du jour solaire. Le séisme chilien en 2010 a par exemple raccourci de 1,26 microseconde la rotation de la Terre sur elle-même selon la NASA, et celui de 2004 à Sumatra de 6,8 microsecondes.

    Le mouvement de vendredi – plus important que ceux de 2010 et 2004 présentés ci-dessus – est selon Antonio Piersanti, le directeur de l’INVG, « juste derrière celui du Chili de 1960 », d’une magnitude de 9,5. Malgré tout, il ne devrait pas changer la face du monde, du moins pas plus que de quelques microsecondes.

    Selon l’agence spatiale italienne, septique quant aux conclusions hatives de l’INVG, il faut avant tout relever de nombreuses autres données avant d’établir la mesure exacte d’un hypothétique mouvement.

    Source: francesoir.fr

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     C’est l’une des plus belles réussites de l’ère spatiale : à cinq ans et sept mois d’intervalle, la comète Tempel 1 a été explorée par deux sondes différentes... Un succès historique, du à la remarquable longévité des robots spatiaux et aussi à la capacité des ingénieurs et scientifiques américains à oser les utiliser pour des missions pour lesquelles ils n’étaient pas conçus..

     Après la sonde Deep Impact, qui avait visité la comète Tempel 1 le 4 juillet 2005, c’est ce 14 février 2011 que la sonde Stardust a croisé à son tour la comète à moins de 180 km de distance et plus de 10 km/s... La comète est désormais bien mieux connue : la moitié de l’astre seulement avait été photographiée par Deep Impact, c’est désormais quasiment la totalité de sa surface qui est scannée et prête à être cartographiée avec précision. Les planétologues américains espéraient aussi retrouver, sur les nouvelles images de Tempel 1, des régions photographiées cinq ans auparavant par Deep Impact. La comète, entre temps, s’étant approchée du Soleil et ayant été chauffée, érodée par son rayonnement, devait révéler des paysages différents... C’est effectivement ce qu’a montré Stardust : la comparaison des images de 2005 et de 2011 révèle de légères différences topographiques : par endroits, des reliefs ont été effacés, ou se sont creusés, les zones les plus actives de la comète, où probablement jaillissent des geysers glacés lorsqu’elle se rapproche du Soleil, ont été érodées d’une vingtaine de mètres ! Mais, globalement, en presque six ans, la comète n’a pas changé d’aspect : les terrains étranges qui dessinent ses paysages, sont les mêmes : zones de cratères très érodés, usés, vallées lisses, sans structures apparentes à l’échelle des images – qui montrent des détails d’une quinzaine de mètres au maximum – rides, collines de quelques dizaines de mètres de hauteur... La comète est un monde miniature, mesurant 7,6 km x 4,9 km seulement. Minuscule et léger : la densité de la comète est inférieure à celle de l’eau (0,6) et sa masse ne dépasse pas 80 milliards de tonnes. On se souvient aussi que la sonde Deep Impact avait lancé sur la comète Tempel 1 un impacteur de 370 kg qui avait provoqué – en apparence – une gigantesque explosion à la surface de l’astre et projeté dans l’espace un immense et éblouissant panache... L’un des objectifs des astronomes américains était donc de trouver, sur la comète, la trace de l’impact, sous l’aspect prévisible d’un profond cratère... Est-ce un clin d’oeil que la comète a voulu faire aux planétologues, pour les punir de leurs méthodes quelque peu cavalières avec elle ? Toujours est-il que les photos de l’impact prises par Stardust ne montrent rien... Rien ou presque : les planétologues américains déclarent apercevoir, dans la zone touchée par l’impacteur, les traces de l’impact, sous l’aspect de vagues traces bien difficiles à interprêter, mais la vérité oblige à dire que ces infimes différences topographiques peuvent tout aussi bien être dues à cinq ans d’érosion naturelle sur la comète...
     
    La sonde Stardust

    *
    Pin It

    votre commentaire
  •  

     
     

     L'astrophysicien, Craig Kasnoff, a annonce que trois grands objets volent dans l'espace dans notre direction. Leur arrivée est prévu sur Terre pour la mi-décembre 2012 !

    Le site d'examiner réputé pour ses informations dans le domaine de l'Ufologie, vient de délivrer un message qui annonce des révélations faites par un astrophysicien du SETI, Craig Kasnoff. 

     Muffon 2.JPG

     Un très grand nombre d'objets rares se rapprochent rapidement de la Terre - dit Craig Kasnoff  l'astrophysicien. Ne le croyez pas sur parole, mais vous pouvez vérifier cela sur le site pour vous-mêmes. Il recommande d'aller à :

    http://www.sky-map.org

    et d'entrez les coordonnées de l'OVNI géant:

    19 25 12 -89 46 03 - le premier grand objet 
    16 19 35 -88 43 10 - un objet cylindrique 
    02 26 39 -89 43 13 -  un objet arrondi en forme de cercle

    Les participants au projet sont assurés que les installations ou les objets sont tout à fait réels, et que l'agence spatiale américaine de la NASA tente de dissimuler des renseignements importants.

    Aucun de ces objets ne peut être vu de l'hémisphère nord. La deuxième série de calculs sur chaque ligne nous dit que l'"objet" ou "les objets" est ou seront à venir du tréfonds du ciel de l'hémisphère sud. Dans tous les cas, la seule chose que nous puissions faire maintenant, c'est attendre dit Kasnoff.  Bientôt, les objets célestes seront visibles avec un bon télescope.

    Gardez vos yeux sur le ciel ... la vérité est là.
     

     
    source de l'info :  http://www.zone-ufo.com/9317
     
     
     
    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique