• «L’archipel aux 1.000 naufrages»...

     

    Les habitants des îles de la Madeleine, un archipel rattaché au Québec, sont des descendants de naufragés qui ont échoué sur cet archipel au 18 ème et 19 ème siècle.

     

    C’est l’histoire de Peter Alexander Tager, de la famille Brophy et de Robert Best que raconte la BBC. Tous, il y a plusieurs siècles de cela, ont embarqué dans un bateau pour traverser l’océan Atlantique entre l’Europe et le Canada, pour différentes raisons, mais ont connu un destin similaire : leurs bateaux se sont échoués sur les îles de la Madeleine.

    A cette époque, il n'y avait pas de phare sur les côtes, et les étaient cartes peu précises. Nombreux sont ceux qui ne soupçonnaient même pas l’existence de cet archipel en forme d'hameçon, constamment battu par les vents, situé au beau milieu du golfe du Saint-Laurent. Si bien que pendant le 18ème et le 19ème siècle, 500 à 1.000 bateaux y auraient fait naufrage, affirme la BBC. «Une fois, 48 bateaux ont coulé lors d’une tempête», explique Charles Cormier, un garde-côte qui s’est installé sur l’île par passion pour les épaves.

    «L’archipel aux 1.000 naufrages»...

    Les descendants des naufragés demeurent toujours sur ces îles auxquelles ils sont attachés, malgré les difficultés qu’ils connaissent. Ensemble, ils forment une petite communauté de 550 personnes originaires du Royaume-Uni, des anglophones qui protègent leur identité dans un territoire majoritairement francophone. Nancy Clark, 32 ans, est la descendante d’un survivant : «Nous sommes une si petite communauté, il est probable que chacun de nous, ou presque, soit lié à au moins une personne qui s’est échoué ici».

    Ces anglophones se sont séparés en trois communautés : à Grosse-Île et Old Harry dans le Nord, et l’Île-d’Entrée, une petite île située au Sud de l’archipel. Les habitants y partagent souvent le même patronyme : ainsi, les noms de famille «Clark» ou «Dunn» sont courants à Old Harry, tandis que c’est la variante «Clarke», avec un «e» qui prédomine à Grosse-Île.

    «L’archipel aux 1.000 naufrages»...

    Des maisons construites avec des restes d'épaves

    Certaines maisons de l’île (peinte de couleurs sombres pour les anglophones, et de teintes plus criardes pour les francophones), sont construites à partir de planches issues des navires qui ont fini leurs routes sur les côtes houleuses de l’archipel. La maison de Rhoda Clark, la grand-tante de Nancy, ainsi que l’église, toutes deux situées à Old Harry, ont été construites à partir de morceaux d’épaves.  

    «L’archipel aux 1.000 naufrages»...

    La plupart des restes des navires ont été entraînés au fond de l’océan avec le temps, mais quelques épaves restent visibles, comme celle du Corfu Islands (dessus), qui s’est échoué en 1963. «Tout le monde a été sauvé», affirme Charles Cormier. «Le bateau transportait des tonnes de peinture verte. Les habitants l'ont prise, et s’en sont servi pour leurs maisons. C’est la raison pour laquelle tant de maisons sont vertes».

    «L’archipel aux 1.000 naufrages»...

    L’archipel est désormais menacé par la montée des eaux : selon l’Université du Québec à Rimouski, 70% des côtes risquent d'être submergées. Certains habitants ont déjà dû déplacer leurs maisons. Pour se protéger de futurs naufrages, les côtes des îles de la Madeleine sont maintenant pourvues de six phares, construits à partir de 1870. 

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Nature insolite- rocher 2

    Nature insolite- rocher 2

    Nature insolite- rocher 2

    Nature insolite- rocher 2

    Photos reçues par mail

    Ce rocher "étrange" se trouve sur la plage du (village de pêcheur de Meneham) dans la commune de Kerlouan (29).

    A quoi vous fait penser ce rocher ?

    plus d'infos ici

    Pin It

    votre commentaire
  • Nature insolite - rocher 01

    Agrandissement dessous (cliquez sur la photo pour la voir en taille normale)

    Nature insolite - rocher 01

     

    La nature réserve parfois des formes insolites; ici l'endroit se trouve dans les Côtes-d'Armor (22) à Ploumanach. La photo a été prise le 29 juillet 2016 par un membre de l'équipe "Taverne" en vacance dans le coin. Un rocher a attiré particulièrement son attention : la flèche indique le fameux rocher.

    Que voyez-vous ? A quelle forme vous fait-il penser ? J'attends vos réponses dans les commentaires dessous merci !

    Pin It

    3 commentaires
  • Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak

    Située dans la commune française de Saint-Jean-de-Boiseau en Loire-Atlantique, cette chapelle datant du XVe siècle n’est pas tout à fait un lieu de culte comme les autres. Restaurée dans les années 90, cette curieuse église possède en effet des gargouilles et des pinacles s’inspirant de la culture populaire où se rejoignent Goldorak, les Gremlins ou encore Alien. S'il vous arrive un jourde vous balader du côté de Saint-Jean-de-Boiseau en Loire-Atlantique, surtout ne manquez pas de rendre une petite visite à la chapelle de Bethléem - une très belle église érigée là depuis le XVe siècle.

    Car outre son style Gothique flamboyant, cette chapelle possède aussi et avant tout des pinacles et chimères qui n’ont plus vraiment grand chose à voir avec le style du Moyen Âge ! Alien, Gremlins et Goldorak pour remplacer les pinacles d’origine Restaurée entre 1993 à 1995, cette chapelle pas comme les autres, qui se trouve nichée au cœur d’une forêt située à 20 kilomètres de Nantes, a bénéficié d’une restauration inédite qui a permis de transformer ses pinacles d’origine en sculptures inspirées par la culture du XXe siècle.

    Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak    Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak

     

    Alien, Mogwai, Gremlins ou encore personnages issus de la culture manga ornent depuis la restauration les murs de cette bâtisse, les ouvriers de la chapelle ayant fait preuve de toutes les audaces pour restaurer ce lieu de culte de Loire-Atlantique. Ne possédant pas d’indications précises sur la conception d'origine de la chapelle au moment de sa restauration, l'architecte des bâtiments de France, Gwénolé Congard, a fait appel au sculpteur Jean-Louis Boistel afin de recréer des pinacles incluant les 28 chimères qui en ornent désormais les angles.

    Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak   Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak

    Une véritable attraction touristique  S’inspirant des codes de la mythologie et du christianisme, le sculpteur a ainsi créé 28 petites sculptures à l'effigie de personnages inspirés de la culture contemporaine et populaire. Goldorak s’occupe ainsi de représenter la droiture, le chevalier des temps modernes. Gizmo le gentil Mogwai, le bon monstre qu'est l'homme. Tandis que le terrifiant Alien sera le léviathan: le néant absolu, celui qu'il ne faut surtout pas réveiller.

    Véritable attraction touristique à elle toute seule, cette église restaurée attire depuis de nombreux curieux qui s’étonnent par ailleurs de découvrir que les nouvelles figurines s’accordent étonnamment bien avec l’imagerie religieuse classique.

    Cette chapelle du XVe siècle a des gargouilles en forme de Gremlins et de Goldorak

     source de l'article

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Newspaper Rock est une surface rocheuse de 200 pieds carrés dans le comté de San Juan, dans l'Utah, qui est couverte par des centaines de pétroglyphes indiennes  l'art rupestre ciselé et picorait dans la pierre  qui enregistre près de 2000 ans de l'activité humaine dans la région, comme un journal. Bien qu'ils sont typiques de nombreux sites à travers les Etats-Unis, ces pétroglyphes sont un des plus grands, les mieux conservés et facilement accessibles aux groupes dans le Sud-Ouest.

     

    (traduction approximative par Google Traduction)

    Les pétroglyphes disposent d'un mélange de formes abstraites représentant les cultures Fremont, Anasazi, Navajo et anglo humaine, animale et matériel .

    Newspaper Rock est situé juste à côté de l'Utah Route 211 à environ 45 km au nord-ouest de Monticello et 85 km au sud de Moab. Les pétroglyphes peuvent être trouvés sur les verticales des falaises de grès Wingate sur l'extrémité supérieure d'Indian Creek Canyon.

     

    Les gravures de Newspaper Rock ont ​​été inscrites dans le revêtement noir sur le rocher, appelé désert vernis. Desert vernis est un dépôt noirâtre de manganèse de fer qui se forme progressivement sur les faces exposées grès des falaises dues à l'action de la pluie et des bactéries.


    Les artistes anciens ont dessinés plus de 650 figures et motifs sur la roche en gravant la surface de la roche avec des outils aiguisés pour enlever le vernis de désert et d'exposer la roche légère dessous. Les chiffres sont plus âgés eux-mêmes deviennent de couleur plus foncée que le nouveau vernis se développe lentement.


    Les premières sculptures ont été faites il ya près de 2.000 ans par le peuple Anasazi qui ont été mieux connus pour leurs pierre et de terre logements plutôt que leur art. Les personnes Fremont, qui étaient contemporains de l'Anasazi, ont également contribué à la Newspaper Rock.

     

     

    Ils gravés cadres encombrants humains avec torses trapézoïdales, ainsi que certains des mouflons d'Amérique, et probablement beaucoup des handprint et empreinte formes. 

    Plus tard, les Utes et peuple Navajo ajouté chiffres représentant les chasseurs à cheval, et des images de boucliers des guerriers et des roues.

     

    Les sculptures les plus récentes ont été faites dans le début du 20e siècle, par les premiers explorateurs des temps modernes de cette région qui ont laissé leur marque avec les initiales et noms gravés tout autour des marges de ces anciens, images ineffables.

    La Newspaper Rock, dans l'Utah .

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique