• Les sciences humaines (24)

    Cette rubrique différents thèmes tels--> découvertes archéologiques, la mort, les voyages astraux, Lascaux l'imposture, autour du paranormal (vrai & faux), l'anthropologie, le cannibalisme, les patronymes, les serials-killers Jack l'éventreur,les tombes des gens célèbres, les noms prédestinés.

    Les sciences humaines (10)

  • Cette mystérieuse famille à la peau bleue

    Pendant deux siècles, une famille, qui vivait dans l’État du Kentucky, a étonné de nombreux scientifiques Américains. En effet, les membres de cette famille avaient la particularité d'avoir une peau bleue !

     

    La famille Fugate vivait, à cette époque-là, isolée en pleine campagne. Le jour où Benjamin Stacy est né, les docteurs et les infirmières ont été étonnés de découvrir que le bébé était entièrement bleu. Il fut transféré à la clinique médicale de l'Université du Kentucky afin d'y subir des examens. Malgré leurs investigations, ils ne trouvèrent rien qui pouvait expliquer cette étrange teinte.

    La grand-mère de Benjamin s'adressa aux médecins :

     

    « N’avez-vous jamais entendu parler des Fugates bleus de Troublesome Creek ? Ma grand-mère Luna, du côté de mon père, était une Fugate bleue. C’était vraiment prononcée chez elle. »

    Le premier membre de la famille Fugate à la peau bleue était un orphelin français appelé Martin Fugate. En 1910, ce dernier s'installa dans les collines dans l'est du Kentucky. Sa femme, prénommée Elizabeth, avait une peau blanche.

    Puisqu'ils vivaient confinés, beaucoup de membres de cette famille se sont mariés avec des membres de leur propre lignée. Cet isolement a permis au gène de la peau bleue de se transmettre de génération en génération.

    Cette mystérieuse famille à la peau bleue

    Cette peau bleue gênait certains Fugate. Au début des années 1960, deux d'entre eux consultèrent l'hématologue Madison Cawein qui travaillait à la clinique médicale de l'Université du Kentucky. Cette dernière explique :

    « Ils étaient vraiment embarrassés d’être bleu. Ils rasaient les murs et ne voulaient même pas entrer dans la salle d’attente. On voyait que cela les dérangeaient. »

     

    La scientifique compara ses recherches à des études menées sur des esquimaux. C'est ainsi qu'elle découvrit que cette famille était touchée par trouble héréditaire rare. Le sang des Fugate possédait des niveaux élevées de méthémoglobine. C'est cette forme de l'hémoglobine qui bleuissait la peau de cette famille.

    Après un traitement à base de colorants, la peau des Fugate retrouva un teint rose tout à fait normal. Benjamin Fugate, né en 1975, a perdu sa peau bleuâtre peu après sa naissance.

    Aujourd’hui, les descendants n'ont plus la peau bleue. Le cas le plus étonnant demeurait celui de Luna Fugate. D'après sa famille, celle-ci était totalement bleu de la tête au pied et ses lèvres étaient, quant à elles, d'un bleu sombre.

     

    Cette mystérieuse famille à la peau bleue

    source de l'article

    Pin It

    1 commentaire
  • La tombe de Jack l’Éventreur serait enfin retrouvée

    Dans son nouveau livre «The Man Who Would Be Jack: The Hunt for the Real Ripper» (L’homme qui pourrait être Jack: À la poursuite du véritable Éventreur»), le chercheur David Bullock estime avoir établi l’identité du plus célèbre «serial killer» du XIXe siècle et avoir retrouvé sa tombe.

     

    Jack l'Éventreur serait nul autre que Thomas Cutbush, estime le chercheur David Bullock, qui a minutieusement étudié les documents de l'asile d'aliénés de Broadmoor (banlieue sud-est de Londres), où Cutbush a rendu son dernier soupir, relate le tabloïd The Daily Star. 

    La tombe de Jack l’Éventreur serait enfin retrouvée

    Selon lui, Thomas Cutbush bénéficierait du profil idéal pour le rôle de Jack l'Éventreur: à l'époque des meurtres, le jeune homme travaillait dans le quartier de Whitechapel, haïssait les prostituées et était un amateur passionné d'anatomie et de chirurgie. En outre, il a été interpellé en 1891 pour avoir attaqué deux femmes. 

    La tombe de Jack l’Éventreur serait enfin retrouvée

    M. Bullock a réussi à retrouver la tombe de Cutbush au cimetière londonien de Nunhead, appelé auparavant All Saints, où toute sa famille est enterrée. À l'automne 1888, cinq prostituées sont égorgées et sauvagement mutilées dans le quartier de Whitechapel, dans l'est de Londres. Un dénommé Jack l'Éventreur signe les crimes en envoyant des lettres à la presse, semant la terreur et défrayant la chronique. Depuis, l'énigme perdure, fascinant des générations de «ripperologues» (pour «ripper», «éventreur» en anglais) et alimentant les théories les plus farfelues.

    La tombe de Jack l’Éventreur serait enfin retrouvée

    source de l'article

     

    Pin It

    votre commentaire
  • squelette-pretexte-crane-illustration-11394480azfal_1713
     
    Le nombre de morts est 14 fois plus important que le nombre de vivants sur notre planète. Seuls 6,8% de tous les êtres humains qui sont passés sur Terre sont actuellement en vie.   Saviez-vous que nous vivions entourés du spectre de plus de 100 milliards d'êtres humains ? C'est en tout cas la sensation que l'on peut avoir à la lecture d'un article du site américain FiveThirtyEight, repéré par Slate, qui donne la chair de poule. La journaliste Mona Chalabi, spécialiste de data journalisme s'est amusée à décompter le nombre d'être humains qui sont passés par la planète Terre depuis le début de l'humanité.   Depuis que l'être humain existe, environ 108,2 milliards de personnes sont mortes. Ces données s'appuient sur les calculs de Carl Haub, démographe au Population Reference Bureau. A ce chiffre, il faut soustraire les 7,4 milliards d'êtres humains qui vivent actuellement sur Terre.   Ce qui revient à dire que 6,8% de tous les êtres humains qui sont passés sur Terre sont actuellement en vie. Ou, si on le formule différemment, que les morts sont 14 fois plus nombreux que les vivants.   Le mort moyen est jeune, rural et de sexe masculin   Mais cette proportion devrait changer avec la croissance démographique. En 2050, la population mondiale devrait en effet atteindre les 9,7 milliards d'êtres humains. Le nombre de morts ne serait ainsi "plus que" 11 fois plus important que le nombre de vivants.   L'article présente également le portrait robot du mort moyen. Il est relativement jeune, puisque l'espérance de vie entre 3500 et 2000 avant JC n'était que de 36 ans et de 17 ans entre -4000 et -3000. Il est plus souvent de sexe masculin, puisqu'il naît plus de garçons que de filles. Enfin, il est majoritairement issu du monde rural: seule 29% de la population mondiale vivait en en ville en 1950.
    http://lci.tf1.fr/insolite/les-morts-sont-14-fois-plus-nombreux-sur-terre-que-les-vivants-8678751.html
    Pin It

    2 commentaires
  • insolite-a-londre-tour-jack-eventreur
     
    Une nouvelle théorie sur l’identité du célèbre tueur en série Jack l’éventreur a fait son apparition. Selon un chirurgien britannique, Wynne Weston-Davies, le tueur de Whitechapel était un journaliste.
     
     
    Près de 127 ans après son dernier meurtre, Jack l’éventreur n’en finit pas de faire parler de lui. Un nouveau suspect vient d'être désigné par un chirurgien britannique, Wynne Weston-Davies, dans son livre «The Real Mary Kelly». Pour lui, Jack l’éventreur s’appelait en réalité Francis Spurzheim Craig et aurait été un journaliste chargé des faits divers et de la justice. Rompu aux méthodes employées par les enquêteurs, il aurait utilisé son expérience pour leur échapper.
     
    Il y a plus de dix ans, Wynne Weston-Davies entamait des recherches généalogiques dans les Archives nationales pour retrouver une tante disparue. Il s’est alors rendue compte que son aïeule n’était autre que Elisabeth Weston Davies, la véritable identité de Mary Jane Kelly. Soit la dernière victime du tueur de Whitechapel, assassinée le 9 novembre 1888. Une découverte qui s’est faite par pur hasard, rapporte le journal anglais «The Telegraph».
     
    Chronologie interactive de l'affaire Jack l'éventreur
     
    Quel rapport alors entre Mary Jane Kelly et le supposé meurtrier? Ils étaient mari et femme. Les quatre précédents meurtres n’auraient servi qu’à orienter les inspecteurs de Scotland Yard vers la piste d’un tueur en série. L’histoire du tueur de Whitechapel serait alors celle d’un meurtre passionnel. Mary Jane Kelly, prostituée, avait secrètement continué à vendre ses charmes après son mariage avec Francis Craig. Furieux, son mari l’aurait assassinée.
     
    Wynne Weston-Davies avance deux autres arguments pour étayer sa théorie. D’abord, Francis Craig habitait à sept minutes du lieu de la première scène de crime. Ensuite, après le meurtre de sa femme, il se serait suicidé en se tranchant la gorge avec une lame, soit la même méthode qu’utilisait l’Eventreur pour tuer ses victimes. Après la mort du journaliste, l'assassin n'a plus frappé. 
     
    L’EXHUMATION POURRAIT CONFIRMER LA THÉORIE
     
    «Je crois que l'exhumation de son corps va résoudre le mystère de l'Éventreur une fois pour toutes», affirme Wynne Weston-Davies au «Telegraph». Autorisée pour prouver le lien de parenté avec le chirurgien, l’exhumation de Mary Jane Kelly a été approuvée par le ministère de la Justice. Une première, car jusqu’alors, toutes les demandes similaires relatives à l’enquête ont été refusées. Si cette théorie se confirme, elle pourrait permettre de mettre enfin un visage sur le nom de «Jack the Ripper», un croquis de Francis Craig existant. Les théories sur Jack l'éventreur abondent : en 2014, un dénommé Aaron Kosminski avait été présenté comme un suspect potentiel.
     
    sang
     
    Pin It

    5 commentaires
  • 150622_ab393_empreinte_pied_calvert_sn635
     
    En bleu, tracé de l'empreinte de pied logée dans l'argile  Photo :  Hakai Institute-Joanne McSporran
     
    Des archéologues de l'Université de Victoria ont découvert sur une île de la côte ouest du Canada une empreinte de pied qui pourrait dater de 13 200 ans. Ce serait la plus vieille empreinte jamais découverte en Amérique du Nord.   Le premier humain à fouler le sol d'Amérique du Nord est-il passé par la côte ouest de la Colombie-Britannique? C'est ce que semble indiquer l'empreinte de pied humain découverte par les archéologues de l'Université de Victoria, Duncan McLaren et Daryl Fedge. Ceux-ci effectuaient des fouilles sur l'île Calvert, une réserve naturelle gérée par l'Institut Hakai dans le détroit de Haida Gwaii sur la côte centrale.     L'archéologue Duncan McLaren a ressenti une vive émotion en voyant l'empreinte de pied.   « Les cheveux se sont dressés sur ma nuque. Passer la truelle sur les sédiments et voir apparaître ces orteils! » — Duncan McLaren, archéologue à l'Université de Victoria   Vieille de 13 200 ans   150622_js13g_archeologue_creusent_calvert_6  
     
    Daryl Fedge (agenouillé) et Duncan McLaren, archéologues de l'Université de Victoria, creusent les sédiments à marée basse  Photo :  Hakai Institute - Joanne McSporran   L'équipe a découvert l'empreinte à la fin de l'an dernier, figée dans une couche d'argile grise recouverte de plusieurs épaisseurs de sédiments. Les archéologues l'ont photographiée, et en ont soumis un minuscule morceau au laboratoire. Les résultats de la datation au carbone 14 révèlent que l'empreinte pourrait dater de 13 200 ans.   L'équipe de chercheurs est retournée sur les lieux ce printemps, et a découvert en tout 12 empreintes de pas, qui ont toutes été soumises à la datation par radiocarbone. Si les résultats initiaux sont confirmés, cette première empreinte serait la plus ancienne trace de pas humain à être découverte en Amérique du Nord.   Les empreintes d'humains : très rare dans le monde   La découverte génère un grand intérêt au sein de la communauté scientifique et archéologique internationale. D'abord parce que si les empreintes de dinosaures et d'animaux abondent, les traces de pas humains sont plutôt rares. Moins d'une centaine de sites qui en contiennent ont été découverts de par le monde.   « On trouve souvent des outils, ou des os d'animaux, mais trouver une empreinte de pied, c'est tellement excitant. » — Duncan McLaren, archéologue à l'Université de Victoria   Cette découverte pourrait apporter un indice important aux théories expliquant la migration vers le sud des premiers peuples sur le continent.   La plus vieille empreinte de pied humain date de 3,5 millions d'années. Elle a été découverte par la paléoanthropologue Mary Leaky en Tanzanie.   D'après un reportage de Keith Vass
    http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2015/06/22/006-empreinte-pied-humain-archeologie-amerique-nord.shtml
    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique