• Les peintres médiumniques

     

    Les artistes médiums

     

     

    Léonard de Vinci avait remarqué que, si l’'on fixait intensément un vieux mur décrépi, on voyait s’'y dessiner toutes sortes de configurations. Le mur fonctionne alors comme un test de Rorschach. Les tendances, motivations, préoccupations préconscientes ou inconscientes du sujet s’y trouvent exprimées, parce que la projection a pour effet de structurer une situation informelle, en pleine conformité, sous un angle théorique, avec les lois de la perception définies par la psychologie gestaltiste.

     

     

    *** Luiz Gasparetto ***

     

     

     

     lesage8

     

    Le peintre médiumnique le plus rapide dans l’'exécution de tableaux est sans conteste Luiz Gasparetto. En mars 1978, le brésilien a exécuté, devant des millions de téléspectateurs, près de 21 tableaux en soixante-quinze minutes ! En état de transe, il travaillait sur plusieurs tableaux à la fois, parfois des deux mains et dans des styles aussi différents que ceux de Cézanne, de Renoir ou de Picasso. Encore plus curieux : ces tableaux étaient d'’une facture parfaite, mais ils étaient réalisés à l’'envers ! Ce qui a provoqué les plaintes de nombreux téléspectateurs, persuadés que la chaîne de télévision passait le film en accéléré et en inversant les bobines….

     

    lesage9

     

    Revenu à un état de conscient, Luiz Gasparetto s’'est montré incapable de peindre quoi que ce soit, à plus forte raison d'’imiter plus de vingt styles différents. Son seul souci aura été de se concentrer sous l'’intense lumière des projecteurs de la télévision, lui qui était habitué à n’'entrer en transe que dans une semi-obscurité propice à l'’inspiration. Ce brésilien a fait des déclarations qui se rapprochent nettement de celles de Matthew Manning ( un autre médium ). Lui qui affirme pouvoir parler avec les artistes qui l'’inspirent, ou même les voir, a trouvé Pablo Picasso très violent. Il a expliqué par la suite : « Si quelqu’'un murmure à côté de moi, il est capable de jeter le dessin qu'’il est en train de me transmettre. » Gasparetto a fait de ces séances de peinture psychique une sorte d'’industrie : après chaque démonstration, les tableaux sont vendus aux enchères et le produit des ventes est remis, conformément à la règle des spirites brésiliens, à des oeœuvres charitables.

     

    *** Fernand Desmoulin ( 1823-1902 ) ***

     

    Il connut en son temps une certaine notoriété comme peintre et comme graveur. Il se prenait parfois, avec une espèce de fureur qu’'on observait n'a guère chez les tenants de la peinture gestuelle, à peindre ou à dessiner à l'’encontre des règles les plus élémentaires de l'’art. A vrai dire, il ne savait plus ce qu’'il faisait. Et ce qu'’il a raconté à ce propos vaut toutes les paraphrases et tous les commentaires. « Un soir, écrit-il, ma main armée d’'un fusain se mit à tracer des ovales enchevêtrés les uns dans les autres, des paraphes, des griffonnages sans nom, confus et inextricables. Lorsque ma main s’'arrêta au bout de vingt minutes, la feuille de papier était totalement noircie et rien ne pouvait y être distingué. Mais, en la retournant, je constatai que ce gribouillage que je croyais informe représentait un visage de femme que j’'avais tracé à l'’envers sans me rendre compte du travail accompli. Et, dans un coin, en guise de signature, on pouvait lire : ’’ Je suis l’'instituteur. ’’ »

     

    Il n’'est pas indifférent que ce soit à l’'envers que l'’inconscient farceur d’'un artiste par ailleurs trop attaché aux normes picturales de son époque arrive à se manifester… en déjouant, comme dans le rêve, le lapsus ou l’'acte manqué, les mécanismes de défense et la censure d’'un surmoi rigoureux… Mais cette remarque, de nature psychanalytique, laisse de grands pans d’'ombre sur l'’interprétation qu'’il resterait à faire de l’'énigmatique inscription et sur la signification de l’'ensemble… Quelle sorte de désir ou de menace le tout présentait pour la personnalité profonde du peintre ? Comme nous ne connaissons pas suffisamment bien l’'homme et l’œ'oeuvre, nous ne nous risquerons pas sur ce terrain trop peu sûr.

     

    Il n'’est pas jusqu'’au vautour que Freud lui-même trouva dans une toile célèbre du non moins illustre Léonard de Vinci qui n'’ait prêté à la contestation, et ce, de la part des psychanalystes mêmes. C’'est dans la mesure- notons-le tout de même- où Desmoulin s'’est mis dans la situation d’'oublier ce qu’'il savait de la peinture ou du dessin, qu’'alors l’'automatisme a pris la relève, et a conduit sa main avec d’'autant plus de sûreté et de rapidité dans l’'exécution, qu’'ont disparu chez lui inhibitions et sens critique. Mais comment expliquer d’'autres cas ? Qu’'en est-il des compositions, naïves certes, et marginales, de tant de dessinateurs et de peintres sans formations intellectuelles ni artistique décelables ?

     

    Relèvent-elles du paranormal, ou bien beaucoup plus banalement de la psychologie de la création ? L’'exemple d’'Augustin Lesage, longuement étudié par Eugène Osty en 1927, paraît assez significatif. 

     

    *** Augustin Lesage ( 1876-1954 ) ***

     

     

    lesage1 

     

     

    Né à Saint-Pierre-les Auchel en 1876, Augustin Lesage, à l’'école, n'’avait aucune disposition pour le dessin. Sa culture générale était celle d’'un ouvrier qui, après avoir passé ( avec succès ) le certificat d'’études primaires, avait pris comme la plupart de ses camarades prolétaires le chemin de la mine. Un jour qu'’il était au fond, dans une galerie isolée- c'’était en 1911, et il avait trente-cinq ans- , il entendit très distinctement une voix qui disait : « N’aie crainte, nous sommes près de toi… Un jour, tu seras peintre ! » Or, il n'’y avait personne d’'autre dans les parages. D'’où peut venir cette voix ? Le boyau de la galerie était désert. Lesage est à la fois stupéfait et effrayé. Et il ne dira rien à personne, pas même à sa femme ; il redoute qu'’on le prenne pour un fou. Quelques jours plus tard, alors qu'’il est encore seul dans son boyau, la même voix retentit lui annonçant encore qu'’il sera peintre. Cette fois, il est réellement épouvanté. De toute façon, être peintre ne l’'intéresse pas ; à l’'école primaire, il était mauvais en dessin ! Depuis l’'âge de quatorze ans où il entra comme galibot ( apprenti ) dans les mines de Fernay près de Béthune ( Pas-de-Calais ), les noirs labyrinthes des entrailles de la terre, le paysage sombre des terrils et l’'épaisse fumée des cheminées de la fosse constituent son seul univers. Sa voie est toute tracée : labeur et routine.

     

    *** APPRENTI MEDIUM ***

     

     

    lesage2  

     

     

    L’'engouement spirite qui avait saisi l’'Europe à la fin du 19e siècle ne s’'était pas encore calmé et Lesage découvre le spiritisme. Il découvre la possibilité de communiquer avec les esprits ; cette révélation le bouleverse. Et si les voix de la mine, c’'était cela ? Avec quelques amis, néophytes comme lui, il tente l’'expérience de l'’écriture automatique. Guéridon, obscurité propice.… Au bout d’'une dizaine de minutes, la table vacille, se dandine et finit par se diriger vers lui, le désignant comme médium. Son bras se met à trembler de façon incontrôlable. Un participant dispose alors du papier et un crayon, la main d’'Augustin s’'en empare, et trace le message suivant : « Les voix que tu as entendues sont une réalité. Un jour, tu seras peintre. Prends à la lettre ce que nous te dirons et un jour ta mission s’'accomplira. »

     

     

     

    lesage3

     

    La médiumnité de Lesage stupéfie son entourage. Le premier « esprit » qui se manifeste, signant messages et dessins, est celui de sa sœur Marie, morte à trois ans. Lors d'’une séance, la dictée de l’'invisible s’interrompt. Son crayon reste immobile puis, à toute vitesse, écrit : « Aujourd’'hui il n’'est plus question de dessin mais de peinture et tes œoeuvres seront soumises à la science. C’'est nous qui tracerons par ta main. Ne cherche pas à comprendre. Surtout suis bien nos conseils. Tout d’'abord, nous allons te donner par l’'écriture les noms des pinceaux et des couleurs que tu iras chercher. » Il reçut ainsi les instructions nécessaires quant au matériel à employer : toiles de telle qualité et de tel format, pinceaux et brosses de telle sorte, couleurs de telle ou telle marque. A charge pour lui de se laisser guider par les « esprits » lorsqu'’il serait à pied d’œ'oeuvre.

     

    *** LES PREMIERS COUPS DE PINCEAU ***

     

     

     lesage4

     

     

    Très impressionné, Lesage attend devant la toile vierge. Rien. Puis le miracle s'’accomplit. Sa main s'’anime : sans tracer le moindre plan, elle commence à travailler dans un petit coin, minutieusement et, millimètre par millimètre, dans une lente progression de la gauche vers la droite, elle finira par couvrir tout le tableau. Un véritable travail de miniaturiste et il faudra à Lesage une année entière pour achever cette première oeœuvre dont le résultat final ne ressemble à rien de connu ! Rapidement, la peinture devient sa passion, sa joie. A peine rentré de la mine, exténué, il se jette sur ces pinceaux. Dès qu'’il se met à l’'ouvrage, sa fatigue s’'évanouit, il entre dans une sorte d’'extase. Il entend retentir « un carillon délicieux », qui s’'arrête dès qu’'un bruit extérieur vient frapper son oreille ( grincement de porte, conversation, etc.). D’'autres tableaux suivent. Lesage s’'en sent si peu l’'auteur qu'’au début il les signe Marie ( prénom de sa petite sœur décédée ) ou Léonard de Vinci. Et tout au long de sa vie, il répètera :

     

    « Mes mains n’'ont su servir que la pelle et le pic. Sans mes guides invisibles qui les ont utilisées comme instrument d’'un art pour lequel je n’'ai aucun don, elles n’'auraient connu que le rude travail de la mine. » Jamais, avant de peindre une toile, il n'’a la moindre idée de ce qu’elle représentera. Et lorsque, poussé par une force intérieure, il commence à travailler, il ignore comment s’'organiseront les motifs qu'’il exécute, ni ce que sa main va peindre. Le tableau se construit détail par détail. Ses guides lui ont dit de ne pas chercher à savoir ce qu'’il fait. Il s’'abandonne : « Quand je commence une toile, à aucun moment je ne sais ce qui va suivre. Et j’'ignore à quel endroit de la toile le tableau sera terminé. Des fois, d’'après ce qui reste de toile nue, je crois qu’'il y en a encore pour beaucoup de jours : mais ma main prend le crayon et trace une ligne. C’'est l’'endroit où il faut couper la toile. Le travail est fini. »

     

     

    lesage6

     

     Et Lesage, qui ignore tout des suivants, des pigments, des mélanges, de la composition et du dessin, se met à peindre comme un forcené. Toutes les nuits, en rentrant de la mine, et tous les dimanches. Il se sent investi d'’une mission. Ses guides, écrit-il, veulent démontrer par sa main la survivance des esprits : « Ils me disent que je suis un missionnaire qui vient démontrer l’'art spirite devant l'Les expositions se succèdent et connaissent un succès fracassant grâce à ses thèmes obsessionnelles : l’'Egypte ( principalement ), le christianisme ( têtes de Christ, vierges, croix, saints, vitraux, tabernacles ), les anciennes civilisations orientales qu’'il réinterprète à sa manière, la magie, et bien sûr le thème de l’'au-delà.

     

    En 1927, il est invité à l’'Institut métapsychique international où, du 6 avril au 10 mai 1927, il réalise une toile de deux mètres sur un mètre cinquante en travaillant de sept heures à onze heures et de quatorze heures à dix-huit heures sous le contrôle constant du docteur Osty. Un procès-verbal est dressé et légalisé par le commissaire du 17e  arrondissement. La méthode de travail de Lesage est plus que déconcertante. Ses toiles, bien que très élaborées et construites géométriquement, ne sont jamais précédées d’'une esquisse ou d’'un dessin. Les observateurs disent qu’'il peint « à une allure égale et folle, à la façon d’'une machine, avec précision, sans à-coups ».

     

    *** DES GALERIES AUX SALONS MONDAINS ***

     

     

    lesage5

     

     

    Ses guides l’'assurent qu'’il est arrivé « à l’'apogée de son premier apostolat » et le font changer de manière. Ses motifs deviennent plus exubérants ; il enrichit ses œoeuvres d'’oiseaux et de personnages qui fixent le spectateur. Devenu le héraut de la cause spirite et la coqueluche de la presse, Lesage propage la bonne parole auprès de prestigieux interlocuteurs. Il rencontre ainsi l’'écrivain Arthur Conan Doyle, la comtesse de Noailles et le célèbre médium Pascal Forthuny. Les salons lui font fête. Mais le succès des expositions, les réceptions chez les notables n’'affectent pas la modestie de Lesage. Il va répétant qu'’il ne mérite pas tant d’'honneurs et refuse de monnayer ses œoeuvres : il les donne à ceux qu’'il juge dignes de les recevoir ou alors il les facture de façon à rembourser seulement ses fournitures et son temps d'’exécution calculé d’'après le salaire… d’'un mineur !

     

    En 1928, il devient sociétaire du prestigieux Salon des artistes français : « Mes guides m’'avaient fait atteindre le rang le plus élevé auquel un peintre peut accéder, moi, le mineur qui n’'avait rien appris. » Sous l'’influence spirite, il intègre à ses compositions de plus en plus de personnages- Bouddha, Confucius, Lindbergh et l’'impératrice Elizabeth d’Autriche- même si c'’est l’'Egypte ancienne qui demeure sa principale source d’'inspiration. En 1922, la découverte du tombeau de Toutankhamon avait enflammé les esprits. L’'égyptomanie se répandait. Lesage la vécut de façon intense. Adepte de la théorie de la réincarnation, il croit avoir été, dans l’'une de ses existences antérieures, un ouvrier des pyramides… dans lesquelles il se rend en dédoublement et où il se sent chez lui. Du reste, une de ses plus célèbres toiles représente, à la manière bien égyptienne, une scène de moisson.

     

    *** EGYPTOMANIE ***

     

     

     

     lesage7

     

    Quand, en 1939, Lesage se rend enfin en Egypte, il vivra une étrange aventure dans la Vallée des Reines. Deux ans auparavant, les archéologues avaient mis au jour un tombeau contenant divers sarcophages ainsi que la tombe personnelle d'’un des scribes de Thoutmosis IV, un certain Mennah. Augustin Lesage demande à visiter ce tombeau. Le choc de sa vie l’'y attend. Sur le mur, au milieu d’'une grande fresque, s’'étale « sa » scène de la moisson, telle qu'’il l’a peinte. Il est convaincu d’'avoir été le scribe Mennah et d’'avoir peint cette fresque il y a quelque trois mille quatre cents ans, sous la 18e  dynastie : « Une émotion puissante et complexe s’'empara de moi. Il s’'établit entre la peinture et moi une indéfinissable correspondance comme si je ne pouvais plus discerner si je venais de la peindre ou seulement de la retrouver… Et la joie, une joie immense m’'envahissait, la joie d’un exilé qui retrouve son village… »

     

     

    lesage10

     

    Détail important, la fresque peinte pour le tombeau de Mennah n'’ayant jamais été reproduite, Lesage ne pouvait donc s'’en être inspiré. Cette anecdote illustre le rôle que le peintre médiumnique pensait devoir tenir : prouver aux sceptiques et aux hommes de science que les esprits peuvent communiquer avec nous, en nous inspirant des œoeuvres. Aujourd’'hui, l’œ'oeuvre de Lesage nous pousse à réfléchir sur les racines de notre inconscient. Pas étonnant que l'’écrivain surréaliste André Breton ou le défenseur de l’'art brut Jean Dubuffet se soit passionné pour ces étranges tableaux à la beauté venue d'’ailleurs… C’'est ainsi que Lesage se trouva être l’'auteur de grandes compositions décoratives ( certaines atteignant trois mètres de côté ) ayant pour caractéristiques principales la profusion des détails, la répétition de motifs identiques, et une construction rigoureusement symétrique.

     

    Ces tableaux suggéreraient une inspiration égyptienne ou orientale. Imprégnation peu explicable chez quelqu'’un qui n'’avait jamais voyagé et, du moins apparemment, ne s'’était jamais soucié d’'art…. C’'est seulement à partir de 1923 qu'’il se vouera tout entier à la peinture, c'’est-à-dire à l’'âge de quarante-sept ans ; mais, comme il mourut en 1954, il eut le temps d’'accomplir une oeœuvre assez abondante. Cependant, si l'’Institut métapsychique international, en la personne d’'Eugène Osty, s’'est intéressé au cas Lesage, c’'est moins parce que ses tableaux sont assez remarquables, moins parce que sa « vocation » se manifeste sur le tard et se réalise plus tardivement encore que parce qu’'y interfèrent les ingrédients les plus classiques du spiritisme… Sans quoi Lesage eût tout bonnement été considéré comme un « peintre du dimanche » parmi tant d’autres.

     

    lesage11

     

    « Oui, un mineur est ici, à la Sorbonne, au milieu de toutes ces célébrités scientifiques du monde entier », écrivait Augustin Lesage à son fils en octobre 1927, lui joignant une photo où on le voyait entouré d’'un aréopage de célébrités. L’'irrésistible ascension de ce peintre médiumnique qui laissa quelque huit cents toiles hors des sentiers battus de la création artistique commençait. Qui aurait imaginé qu'’un homme condamné à travailler à plusieurs centaines de mètres sous terre, qu'’un simple mineur de fond, étranger aux problèmes de l’'art et de la spiritualité, allait créer une profusion de toiles dont la beauté, l’'étrangeté et l’'inspiration mystique éblouiraient critiques, artistes, spécialistes de la métapsychique, psychiatres et médecins ?

     

    *

     

     

    Aura2

     

    http://www.metapsychique.org/Un-Schmurz-dans-le-monde-de-l-art.html

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Channelling

     

    http://www.astrotheme.fr/portraits/JAWCPMnGf37W.htm

     

    http://parasciences.dyndns.org/parasciences/article.php3?id_article=13

     

    http://perso.orange.fr/resonancespirituelle/Lesage.html

     

    http://spirite.free.fr/sujetdumois/sujet2.htm

     

    http://www.articite.com/fiches-lz/351.htm

     

    *

    - Bibliographie

     

    René Louis « Dictionnaire du Mystère » 1994

    Revue « Facteur X »- Fascicule N° 50- 1996- Editions Marshall Cavendish

     

    La taverne de l’'étrange- 7 avril 2007 (mise à jour :19/11/2012)

     


     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_Top
    Samedi 7 Avril 2007 à 21:12
    Je ne connaissais pas ce Lesage, en touit cas c'est un sujet interessant.
    2
    visiteur_FéeDeLaLand
    Samedi 7 Avril 2007 à 22:05
    En tout cas ?ette ?que l?es ?tes savaient reconna?e la valeur de certaines personnes et on ne se moquait pas de la spiritualit?Bravo Tyron de nous faire conna?e la contribution importante de ces personnes humbles qui ajoutent tellement ?otre humanit?
    3
    visiteur_coringao94
    Samedi 12 Mai 2007 à 00:18
    Onpeut rajouter de nombreux ?ivains tel BALZAC
    ALEXANDRE DUMAS , GEOGES SAND,VICTOR HUGO, ARTHUR CONAN DOYLE (SHERLOK HOMES) et bien d'autres.
    4
    visiteur_Marina
    Lundi 8 Septembre 2008 à 04:49
    Bonjour,
    Lesage ?it impressionnant !
    Je pratique la peinture m?umnique, si vous voulez aller faire un tour sur mon site ce sera avec plaisir ...
    www.marinapresti.com
    Je vais m'attarder sur votre blog, le parcourir, bravo pour votre travail !
    5
    eve
    Lundi 5 Avril 2010 à 21:14
    je cherche des peintres mediumniques à heyres 83 var pour travailler merçi de me repondre eve
    6
    baltus
    Dimanche 6 Janvier 2013 à 14:05

    j'ai déjà regardé beaucoup de sites sur Augustin Lesage et le vôtre est un de ceux qui m'a le plus plu concernant

    sa biographie.Les photos de ces peintures sont très réussies

    7
    Jeudi 12 Juin 2014 à 00:53
    Très impressionnant ce Gasparetto et ce monsieur Lesage. Merci de nous donner autant d'information sur ces deux illustres personnages. Que dire de Margin qui se laisse guider et produit des œuvres incroyables ? Notamment "Révélation" ou "La Mémoire du temps", toile depuis laquelle j'ai pu tirer plus de 175 personnages d'un réalisme certain (voir les extraits immédiatement à http://rev-elation.net/modulations/cortege.html et à http://rev-elation.net/modulations/cortege.html ou suivre le cheminement de découverte progressive en allant à la racine du site à http://rev-elation.net ou http://lamemoiredutemps.net ) . Fait inusité, ces figures dégagées de cette création improvisée se regardent des quatre côtés à la perpendiculaire et des visages fusent de toutes parts et en tous sens pourvu qu'on examine cette toile de façon approfondie ou mieux, à répétition et qu'on se garde perméable à la saisie impromptue de figures formées par les lignes ou changement de couleurs ou de teintes. Il faut focaliser sur une zone et laisser à son cerveau le temps de percevoir ces formes tout de même d'un grand réalisme. Ces figures se chevauchent, se compénètrent; elles sont imbriquées et almagamées et non seulement juxtaposées, d'où la difficulté de les percevoir tout de go. À noter que cette toile a été réalisée en quelques heures en guise d'expérience et sans dessein aucun d'arriver à pareille réalisation. Sa conceptrice a aimé le résultat, surtout dans la manière de peindre, d'où le nom donné à cette peinture. Par ailleurs, ce nom sied bien à cette production du fait des formes bien définies au découpage qui se sont révélées à moi progressivement sur dix ans. Voyez par vous-mêmes. N'ayez crainte de cliquer sur les images du site qui souvent en cachent d'autres. Les boutons d'accès aux pages suivantes se trouvent normalement en bas de page en sus des grands axes du site sur la barre de menu. Le plan du site donne une description de chaque partie et contient plusieurs sous-pages. http://rev-elation.net/plandusite.html Sur Google, taper "La toile aux cent visages" Des films montrent aussi comment ont été dégagées ces formes. Voir aussi d'autres tableaux de Margin dans la section spéciale donnant lieu à des figures cachées et ce peintes là tout à fait inconsciemment. Bonne exploration.
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Jeudi 12 Juin 2014 à 09:38
        merci de votre passage ! Je ne connais pas cet artiste mais je vais aller voir de plus près...Peut être un futur article sait-on jamais ! Amicalement
    8
    Marie
    Jeudi 23 Octobre 2014 à 09:09
    Bonjour, Je souhaiterais trouver une photo ou une reproduction de "La Moisson Égyptienne" d'Augustin Lesage, mais impossible d'en trouver une où on voit bien les éléments communs avec la fresque retrouvée en Égypte. Savez-vous où je pourrais trouver une telle image ? Cordialement, Marie
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Samedi 25 Octobre 2014 à 16:53
        Bonjour Marie, en fait faudrait faire votre recherche sur Google en tapant des mots clés style Augustin Lesage voir La Moisson Egyptienne malgré tout. Bonne recherche et merci de votre visite ! Tyron
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :