• LES NOMS PREDESTINES

     

    LES NOMS PREDESTINES

    ILS SONT LEGION ET LE HASARD SEUL NE SUFFIT PAS A LES EXPLIQUER…

     

    Il y a quelques années un habitant de la Nouvelle-Orléans venait d’être interpellé par la police pour la 820 ème fois alors qu’il totalisait déjà 421 condamnations pour ivresse sur la voie publique et outrage aux bonnes mœurs. C’est déjà impressionnant mais le nom du délinquant semble lui-même un défi lancé au destin ; il s’appelle Alfred L. Vice !

     

    Aptonymie: science de la recherche et de l'étude des relations entre les patronymes et les activités humaines de ceux qui les portent.

    Et nous pensons immédiatement que c’est là une coïncidence pour le moins surprenante, qu’il existe vraiment des noms prédestinés… C’est vrai. Les personnes qui exercent un métier que leur patronyme évoque irrésistiblement, ou qui rappelle une particularité physique sont nombreuses. Si nombreuses, même, qu’un psychologue américain, le Dr Lawrence Casley a fini par se demander s’il ne s’agissait là que d’un hasard fortuit… Il a donc entrepris une étude sur les rapports susceptibles d’exister entre certains noms et certaines professions. Il ne lui a fallu que quelques semaines de recherches pour se convaincre qu’il existait vraiment, en certains cas, une troublante corrélation entre eux et dans un article paru dans le magazine « New Society », il ne cite pas moins de 190 noms de famille dont le porteur exerce un métier s’y rapportant. Beaucoup de ces exemples ont été choisis dans le milieu médical, avec lequel le Dr Casley est naturellement très familiarisé.

    Il cite ainsi un Dr Cerveau qui est, comme par hasard, spécialisé dans les maladies cérébrales… Un autre médecin, gynécologue, celui-là s’appelle le Dr Ovaire ! Un de ces amis, psychiatre, se nomme Looney, ce qui peut se traduire en français par « cinglé » ! Un autre, psychiatre, qui soigne les schizophrènes s’appelle Batman (Batman, l’homme chauve-souris, est un personnage de bande dessinée digne d’avoir pris naissance dans la cervelle tourmentée d’un schizophrène). Parmi ses confrères médecins, Lawrence Casley compte également un Dr Foie, un Dr Rein, un Dr Rate et un Dr Calcul !

    Poursuivant ses investigations en s’aidant de l’annuaire des téléphones, il a découvert qu’il existait également dans sa propre ville trois médecins qui portent respectivement les inquiétants patronymes de Lesang, Carnage, et Douleur. A Londres, il existe un Dr Jekyll et c’est également à Londres qu’habite de nos jours, un certain Sherlock Holmes qui a choisi d’exercer la profession de détective ! Mais il n’a pas poussé le souci de l’imitation jusqu’à habiter au 49 bis, Baker Street. D’ailleurs, cette maison n’est pas à louer. En France également, les cas de personnes ayant un nom correspondant à leur emploi sont fort nombreux. Dans le 12ème arrondissement de Paris, on trouve un « homme en blanc » : le Dr Médecin. Il existe aussi un (ou plus probablement plusieurs) boulanger nommé Lepain, (ou Dupin ou n’importe quelle variante), un ou plusieurs bouchers répondant au nom de Leboeuf, des charcutiers appelés Leporc, Cochon ou Cauchon, Lelard etc…

    Les exemples ne se limitent pas à Paris. A Dreux, un monsieur Cibois (scie bois) exerce la profession de menuisier, bien sûr ! A Caen, un Mr Joint est plombier, une profession noble et enrichissante qu’il partage avec Mr Lévier d’Angers… Mr Pavillon est, comme son nom l’indique, entrepreneur de maçonnerie dans une petite ville de province celle là même où le minotier s’appelle Mr Meunier. Un garagiste de Saint-Saulve : Courapied Michèle. Le 12 juillet 1854, André Mouton garde champêtre à Saint-Gervais-sur-Roubion arrêta deux voleurs. Celui qui faisait le guet s'appelait Clémentin Tuile (s'en était une pour lui de se faire pincer) tandis que son compagnon déclara se nommer Rapine. Avec pareil patronyme, difficile d'exercer une autre activité. Le 11 octobre 1902, au café Piallat des Granges-Gontardes, un homme asséna deux coups de poings au visage de Ferdinand Savel. Quand les gendarmes apprirent que l'homme aux dons de boxeur s'appelait Henri Cogne, ils en sourirent mais le condamnèrent quand même à effectuer une journée de travail. Le 20 janvier 1866 à Montélimar, un commerçant se fit condamner pour un poids de deux kilogrammes présentant un déficit de onze grammes. Son nom ? Auguste Poilrouge. Son métier ? Boucher. Cela ne s'invente pas. En 1878 à Montélimar, M. Chaize fabriquait des sièges rue Quatre alliances. La même année, M. Véron fut condamné pour délit de pêche. En 1902, le percepteur de Séderon s'appelait M. Tyran. En 1906 à Allan, Mme Aubaine gagna vingt mille francs à la loterie des tuberculeux. En 1909, un limonadier de Montélimar s'appelait M. Boisson. En 1860 à Montélimar, le vétérinaire Culty épousa Henriette Vacher. La même année, M. Bonnet, tailleur d'habits épousa la fileuse Mazoyer. En 1821, un voleur de poules fut arrêté à Montélimar. Son nom ? Faucon.

    Mr Mètre, un homme qui ne manque pas de mesure, exerce à Orléans la profession de géomètre. Dans une autre ville, Mr Lemaître est instituteur et un Mr Langlais enseigne aux potaches les beautés de la langue de Shakespeare. Quant à Mr Lecoq, il est cuisinier. Et dans une autre ville on trouve un gardien de la paix répondant (avec réticence, mais répondant quand même) au patronyme de Poulet, seul bien hérité de son père ! Il y a deux explications à ce genre de phénomène, explique le Dr Casley. La première est que beaucoup de noms de famille actuels ont pour origine un surnom ou un qualificatif donné à un ancêtre plus ou moins lointain en fonction de son métier. Ainsi sont nés les patronymes du genre Boucher, Mercier, Pelletier, Meunier etc… Ce métier se transmettant de père en fils, beaucoup se retrouvent encore aujourd’hui à l’exercer tout en ayant oublié l’origine de leur nom. La seconde explication plus subtile appartient au domaine de la psychanalyse, continue le Dr Casley. Inconsciemment, un certain nombre d’individus se sentent attirés par les professions évoquées par leur nom. C’est ainsi qu’un Médecin aura envie de devenir docteur – sans qu’il soit d’ailleurs assuré d’aller jusqu’au bout de son ambition. La France compte environ un million de patronymes différents. C’est à la fois un record du monde et un patrimoine en évolution permanente: 200 000 noms ont disparu au cours de ce siècle et 520 000 nouveaux noms sont apparus pendant le même temps.
    6 964 Soulard, 1 003 Pochard, 74 Saoul et 49 Soulot sont nés pendant le siècle.
    Il rapporte la naissance depuis 1891, de 100 G
    renouille, certains ayant changé de nom pour celui de ... Delétang. Des noms comme Couillard, Vachier, Briscul, Pet, Lacrotte ou Jolicon sont aussi souvent changés. Mais celui qui a fait le plus de demandes de changement, en tout cas de 1803 à 1862, est un nom juif, Lévy, suivi de Cocu.

    Cette règle n’est donc pas générale, loin de là. Mais on sait maintenant qu’elle existe. Et que si les gens ont parfois la tête de l’emploi, il arrive aussi qu’ils en aient le nom. Et cela n’est pas dû entièrement au hasard !

    Aura2

    http://www.fatrazie.com/aptonymes.htm

    http://www.roland-brolles.com/content/view/13/4/

     

    Tyron- juillet 2010

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :