• MIRACLE A LOURDES
    Un chirurgien apporte des preuves médicales !
     
    01  
    -LE FACTEUR TEMPS-
     
    Loin des rumeurs et des on-dit, le docteur Le Bec a donc choisi de mettre son expérience de la médecine au service d’une pertinente enquête sur des cas de guérisons miraculeuses à Lourdes. En s’appuyant sur une analyse médicale pointue et rigoureuse, ce chirurgien s’est particulièrement intéressé au côté « instantané » des guérisons, dans des pathologies pourtant assez graves telles qu’une tuberculose vertébrale ou un ulcère de la jambe. Comme le docteur nous l’explique en introduction de son livre, le facteur Temps est pourtant normalement indissociable du bon rétablissement du malade. Soigner et remettre quelqu’un sur pied prend du temps, c’est pour cette raison que la reconstitution instantanée de cellules ou de tissus laisse supposer une intervention surnaturelle.
     
    -PIERRE DE RUDDER : sa jambe gravement fracturée se ressoude-
     
    02a  
    Une des guérisons miraculeuses les plus connues est celle de Pierre de Rudder, qui a vu sa fracture de la jambe se suppurer lors de son voyage à Lourdes. Suivi et commenté par le docteur Deschamps, ce cas semble bel et bien démontrer l’impossibilité physiologique d’une guérison naturelle. Le 16 février 1867, Pierre de Rudder a la jambe gauche arrachée par un arbre, occasionnant une fracture des 2 os de la jambe ; il a 44 ans. Quelques semaines après les premiers soins, on constate une plaie d’aspect gangreneux au niveau de la fracture ouverte. Pendant des mois, plusieurs médecins tentèrent de le soigner, mais tous finirent par conclure que la fracture était incurable et que l’amputation de la jambe était inévitable. Mais Pierre de Rudder refusa, et conserva sa jambe en l’état pendant…8 ans ! L’écart entre les fragments osseux était de 3 cm, et le patient pouvait « retourner » sa jambe de manière à ce que le talon soit à l’avant et les doigts de pieds à l’arrière ! Le 7 avril 1875, il fut conduit à la grotte de Lourdes dans un état critique. A peine arrivé, il se leva brusquement et se mit à marcher. On lui fit aussitôt un examen qui montra que le pied et la jambe avaient repris leur volume normal, les 2 plaies étaient cicatrisées et les os de la jambe solidement ressoudés. Les jours suivant son retour de Lourdes, les médecins purent constater que Pierre de Rudder pouvait se déplacer sans aucune claudication ; il n’éprouva plus jamais ni douleur, ni gêne quelconque, et vécut encore 23 ans après sa guérison miraculeuse… On exhuma son squelette, ce qui permis de faire une analyse détaillée de sa jambe : les os ne présente aucun raccourcissement, la cavité osseuse est comblée et le fragment éliminé s’est reconstitué en totalité !
     
    -THERESE ROUCHEL : un lupus de 10 ans guérit en 3 heures-
     
    03a  
    Suivi par le docteur Boissarie, le cas de cette femme atteinte de lupus est assez extraordinaire. Cette tuberculose cutanée est une grave maladie, dont la guérison médicale demande de longs mois, voire des années. Le 4 septembre 1903 à son arrivée à lourdes, Thérèse Rouchel souffre du lupus depuis 10 ans : il s’étend sur le nez, la lèvre supérieure, la joue droite et le voile du palais. Sa joue et son palais présentent une perforation assez grande pour laisser passer un doigt ! Le certificat médical détaillant toutes ces lésions a été écrit 11 jours seulement avant son départ pour Lourdes. Le lendemain de son arrivée dans le lieu saint, une sœur de la Maternité lui refit ses pansements et ne constata aucune amélioration. 3 heures plus tard, à la fin de la procession, la sœur réalisa avec surprise que les perforations dans la joue et le palais de la malade s’étaient refermées ! Au Bureau des Constatations de Lourdes, plusieurs médecins constatèrent également que les trous avaient laissé place à une cicatrice bien nette, sans aucune trace de suppuration. Le témoignage de son médecin, 5 jours après son retour de Lourdes, est tout aussi éloquent : « Il s’est produit dans l’état de Mme Rouchel un changement complet (…) Les perforations du palais et de la joue étaient fermées. A l’endroit extérieur de la perforation de la joue, subsistait à peine une tâche rouge de la grandeur d’une lentille. (…) Des ulcérations, il ne restait presque plus de traces. Cette amélioration prodigieuse, on pourrait presque dire cette guérison, a persisté. Il est impossible d’expliquer naturellement le changement survenu en si peu de temps ».
     
    -CATHERINE LAPEYRE : un cancer de la langue soigné… à distance-
     
    04a
    Le bureau des Constatations de Lourdes
     
    Opérée en mars 1889 d’un cancer de la langue, Mme Lapeyre vit son cancer récidiver quelques mois plus tard. Elle présenta bientôt les signes d’une infection du sang par les toxines du cancer. Dans un état trop grave pour être admise dans le train partant pour Lourdes, la malade décida de se laver pendant 9 jours avec uniquement de l’eau de Lourdes. Le 9ème jour, la tumeur disparut brusquement, sans aucun traitement. Au bureau des Constatation de Lourdes, on peut voir la photographie de la langue de Mme Lapeyre, avant et après sa guérison. Ce cas attire particulièrement l’attention du docteur Le Bec, qui en tant que médecin connaît bien ce macabre dicton médical : « Sur ce point, le docteur Le Bec est formel : jamais le cancer de la langue n’a guéri par un processus naturel. Il faut donc qu’une « puissance » soit intervenue pour enlever aux cellules cancéreuses leurs propriétés destructives, et les faire se couvrir d’une cicatrice solide et définitive. Cette « force mystérieuse » est aussi intervenue pour éliminer les ganglions, qui avaient envahi la gorge et le cou, et supprimer les toxines dans le sang du malade…
     
    CLASSIFICATION ET CONDITIONS DES MIRACLES
     
    La théologie classe les phénomènes miraculeux dans plusieurs catégories différentes. Le miracle de la première classe (Supra Naturam) est celui qui dépasse d’une façon absolue les forces de la nature : la résurrection d’un mort en est le parfait exemple. Un miracle de la seconde classe (Contra Naturam) se présente lorsque l’effet produit est contraire à ce qui aurait dû se produire selon les lois naturelles : docteur Le Bec évoque le cas de 3 enfants demeurant sains et saufs dans la fournaise. Enfin, les miracles de la troisième classe (Praeter Naturam) regroupent presque toutes les guérisons miraculeuses, la lésion qui est guérie sans remèdes et de manière subite ne saurait être naturelle. En cas de guérisons miraculeuses, 3 conditions cliniques sont impérativement requises pour faire la preuve d’une intervention surnaturelle et inexpliquée.
     
    1/ Existence démontrée d’une altération des tissus ou d’une perte de substance.
    2/ Existence démontrée d’une cicatrisation effectuée instantanée, ou dans un temps manifestation trop court pour une guérison médicale naturelle.
    3/ Persistance de la guérison et rétablissement des fonctions constatés pendant un temps assez long pour ne pas être une simple amélioration.
    Il est également important de savoir que les phénomènes d’ordre purement nerveux (névrose, hystérie) ne sont pas intégrés à cette classification. Les 11 cas étudiés par le docteur Le Bec présentent tous ces conditions réunies, elles peuvent donc être considérées comme des guérisons surnaturelles.
    *
    05  
    Source- Le Monde de l’Inconnu n° 351 d’août/septembre 2011

     

    Pin It

    votre commentaire
  • L’église Saint-Demetrius de Skopje est le théâtre d'un phénomène rare, certains en appellent au miracle...

     

     
    Des auréoles brillantes : un miracle ?
     
    Des icônes et des fresques se sont mis à briller de façon anormale juste avant le dimanche de Pâques, début avril 2012. Les fresques semblent effectivement avoir été restaurées par une main invisible et les auréoles des saints peints sur les murs de l'église sont devenus plus lumineuses tandis que la peinture, elle-même est nettement plus vive qu'auparavant.
     
    La surface semble avoir été purifiée, sans intervention humaine, de plusieurs décennies dépôts générés par la fumée des bougies !
     
    Des centaines de fidèles sont venus visiter l'église qui est en passe de devenir un nouveau lieu de pèlerinage. Les experts estiment que des analyses devraient faire la lumière sur ce miracle présumé de Skopje. L'église orthodoxe n'a pas encore pris de position officielle sur ce phénomène, les témoins eux parlent de miracle.
     

     

     

    *
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Exactement à l'heure ou Gerry Wells volait vers Sydney, le 9 Janvier 2012, l'ancien rédacteur en chef Russell Eldridge, du Northern Star, pris une photo d'un nuage ​​au-dessus d'Ocean Shores, près de Washington.
     
     
    cloud_face
     
    Gerry Wells
     
     
    Cette formation de nuages ​ressemblaient au visage d'un homme qui allait mourir peu de temps après. Eldridge a envoyé la photo au journal et la rédaction a tellement été impressionnées qu'ils l'ont publiés le 11 Janvier dernier.
     
    Tout cela serait de peu d'importance s'il n'y avait pas le fait que le jour après son retour, après avoir passer deux semaines à Sydney, Gerry Wells, 62 ans, meurt soudainement  le 24 janvier et ce, de manière totalement inattendue, d'une crise cardiaque. Son fils, Dean Wells, avait un ami qui consultait le site du journal "Northern Star", et qui a vu son père défunt à la Une et a été frappé par la similitude entre la face dans le nuage et le visage du père de Dean. Par la suite, cet ami appela Dean : « Tiens, regarde cela, il ressemble à ton père ! Dean envoya la photo du nuage aux ​​membres de sa famille par e-mail.
     
    AT EXACTLY the time that Gerry Wells was flying through clouds over the Northern Rivers, Russell Eldridge took a photo of clouds over Ocean Shores.
     
    La soeur du défunt Marion Dawson dit ceci :
     
    «Quand j'ai regardé la photo ça m'a donné la chair de poule. Ce nuage est très ressemblant à mon frère, et a été pris juste au moment où mon pauvre frère faisait ce qui s'est avéré être son dernier voyage pour visiter les gens qu'il aimait à Sydney. Nous avions les larmes aux nos yeux. Il semblait en bonne santé, mais quand il revint de Sydney, il dit à sa femme qu'il allait prendre rendez-vous chez son médecin car il se plaignait d'une douleur à la poitrine. Quelques instants plus tard, il mourut. En y pensant maintenant il a passer du temps à Sydney afin de voir une dernière fois ses proches, comme un dernier adieu."
     

     
    *
     
    Pin It

    votre commentaire
  •  

    BIENVENUE A BORD DU CODE  607

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    <o:p> par Raymond Terrasse</o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p>Il était une fois le quatrième secret de Fatima… oui, le conte de fées ( en apparence ) qui suit en 5 volets, a débuté par cette démonstration mathématique administrée par la Sainte Vierge, à travers le quatrain 81 de la première centurie de Nostradamus, associé aux 6 apparitions mariales de Fatima, et aux premières de Paris ( 18 juillet 1830 ) et de Medjugorge le 24 juin 1981, pour atteindre le total de 607. ce nombre représente en années, la différence entre le martyr des 54 templiers brûlés à Senlis le 13 mai 1310, implicitement contenu dans ce quatrain 81, et la première apparition de Fatima le 13 mai 1917 ; compte non tenu et négligeable de 11 jours d’écart entre les calendriers Julien et Grégorien.

    Je rappelle que les chiffres sacrés templiers sont : 8, 9, 17, 64, 81.

    Par ailleurs, j’avais aussi, de manière indépendante, travaillé sur le code secret de la croix templière. Ceci sans le rattacher de manière formelle au quatrième secret de Fatima, tout en remarquant que sur les pointes diamétralement opposées ( 1  et 5 ), on trouvait les chiffres : 1, 9, 17, et 5, 13, 21.

    Cependant, avec : Cotignac et l’opération Louis XIV, le code mathématique de la croix templière faisait reparler de lui, avec la transaction entre le roi soleil et l’empereur d’Allemagne, pour récupérer le trésor de Childéric 1er, roi mérovingien de Tournai, comprenant notamment 300 abeilles d’or. Le partage plutôt curieux se fit sur la base de 273 abeilles pour le roi de France, Léopold 1er gardant bizarrement 27 abeilles.

    Quand on constate que 1 + 9 + 17 = 27, et que l’ensemble des 8 pointes totalise 300, on se dit que la coïncidence est un peu grosse. Et quand en plus on décompose 273 en : 13 X 21, on retrouve exactement les six chiffres des deux pointes opposées !

    Coïncidence ?  QUE  NENNI !!!

    Autrement dit, il est tentant de croire que la croix templière avec son code secret, est à la base de l’Opération Louis XIV, et des six apparitions mariales de Fatima. Il ne faut pas oublier que si le patron des templiers était ( et est toujours ) Saint-Jean-Baptiste, fêté comme par hasard le 24 juin, comme la date officielle de l’Ere Ufologique Moderne en 1947, et la première apparition mariale de Medjugorge, les moines soldats vénéraient la Sainte Vierge, qui a peut-être suggéré le vocable : Notre-Dame, à Bernard de Fontaine, dit de Clairvaux, lors de leur rencontre en 1110. De même, peut-être est-elle à l’origine de la forme de la croix templière, avec le code secret. Croix remise officiellement par le pape au futur Saint-Bernard en 1141. Mais celui-ci en avait-il transmis les éléments ? c’est bien probable.

    Tout ceci converge sur le quatrième volet : la finalité du code 607, qui amène à penser que 800 ans avant Fatima, tout a été prévu pour la création de l’Ordre du Temple, sa fin officielle, son retrait dans l’ombre ( Léopold 1er  en était certainement un haut dignitaire, peut-être le Maître secret ), la naissance et l’ascension de Louis XIV, et les diverses apparitions mariales concernées par le code 607. Sans oublier le jalon principal : le quatrain 81 de Nostradamus, qui ne fut probablement pas qu’une seule personne. Quant au : 5è état ou 4è règne ? il concerne la Vierge du Mexique, Notre-Dame de Guadalupe, dont le tableau imprègne la tilma de Juan Diego. Les dimensions le rapprochent du 4è secret de Fatima, et surtout montrent que le mètre était connu par la Sainte Vierge et consorts, plusieurs siècles avant son utilisation par les hommes.

    Je suis bien conscient que tout ceci n’est pas facile à admettre, mais l’Histoire n’est pas le long fleuve tranquille et bien connu, qui coule dans les manuels scolaires.

    Ceci étant, bonne lecture ; je reste ouvert à toute discussion positive.

     

                                                                                  


       
     

    Téléchargez le doc PDF...

    partie 1- Mathématiques secrètes de la croix templière
    Raymond Terrasse présente :
    Doc PDF - 9 pages - 253 Ko

      


       

    Téléchargez le doc PDF...

    partie 2- Cotignac et l'opération Louis XIV
    Raymond Terrasse présente :
    Doc PDF - 13 pages - 380 Ko

       

     

     

    Téléchargez le doc PDF...

    partie 3- le 4ème secret de FATIMA (le triangle des templiers)
    Raymond Terrasse présente :
    Doc PDF - 11 pages - 78,9 Ko

       

     

     

    Téléchargez le doc PDF...

    partie 4- la finalité du code 607
    Raymond Terrasse présente :
    Doc PDF - 7 pages - 95,1 Ko

       

       

    Téléchargez le doc PDF...

    partie 5- cinquième état ou quatrième règne ?
    Raymond Terrasse présente :
    Doc PDF - 9 pages - 83,4 Ko

       

    La taverne de l'étrange- 7 janvier 2007

    Pin It

    3 commentaires
  •   

    LE PAPE  PIE XII ET L’ASSOMPTION<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    A l’intention du lecteur : Attention ce texte n’est pas de moi. J’ai trouvé en 1975 dans un bois situé entre Barges nord-Est et le Vercors au Sud-Ouest, tout près de l’ancienne abbaye de la chaise Dieu (La grande Chartreuse), dans un cahier certainement perdu par un Moine ? A chacun de juger ce texte…<o:p></o:p>

    Le conclave de 1939 fut un conclave unique dans les annales. Elu dès le 2° tour (en 12h 07). Après le traditionnel tour de politesse, le Cardinal Pacelli exigea une élection de confirmation. Cela ne s’était jamais vu, c’était une entorse évidente au légaliste, mais comme il était déjà Pape, les Cardinaux. Obtempérèrent. On alla déjeuner puis, après quelques heures passées, j’ignore à quoi,  un 3° tour eu lieu. A 17 h 27 le pape déjà élu fut réélu une 2° fois, à l’unanimité moins une voix. On avait pas vu une élection aussi rapide depuis 1559. Ce fut un Pape déroutant, savant physicien, mathématicien et astronome, il annonça une jour qu’il avait vu le soleil faire des sauts au zénith, rééditant pour sa Sainteté le miracle dont avaient déjà été gratifiés en mai 1917, d’obscurs bergers de Fatima (Portugal). Habile diplomate, il était en train de réaliser la concentration industrielle des églises chrétiennes, et d’éminents protestants hantaient les couloirs du Vatican, quand il proclama le dogme de L’ASSOMPTION. L’Assomption, comme chacun sait, et « La conséquence de la réunion miraculeuse du corps et de l’âme de Marie mère de Dieu ». Mais ériger cela en dogme, cela revient à décréter que : Si quelqu’un, ce qu’à Dieu ne plaise, osait volontairement nier ou mettre en doute ce que nous (Pape) avons défini, qu’il sache qu’il aurait fait complètement défection dans la foi divine et catholique. Les protestants écoeurés, partirent en claquant les portes. Peut-être Pie XII a-t-il voulu en proclamant le dogme de l’Assomption, indiquer que c’était l’esprit de Marie qui avait rejoint (au moment de la proclamation sans doute) son corps enfoui jadis en Palestine. Ce que cela change, si cela est ? Un peu de patience… Les médicaments homéopathiques sont utilisés non seulement pour soigner les hyper-émotifs suggestionnables, mais aussi en médecine vétérinaire, avec succès, si le diagnostic a été bien établi. On peut raisonnablement admettre que l’autosuggestion ne joue guère, dans la guérison d’un cheval par l’homéopathie. On prend une goutte de produit actif et la met dans un litre de solvant pur, puis une goutte de cette première dilution va dans un autre litre de solvant pur, puis en continue. Très rapidement l’analyse la plus poussée ne peut plus discerner quel produit a été dilué dans le solvant. Or, moins il y a de produit actif, plus la dilution est poussée, plus le médicament se montre actif. On ne sait pas pourquoi, mais c’est comme cela. La centième dilution est plus active que la dixième. Notons en passant que l’analyse la plus poussée ne permet pas de déceler un corps dilué s’il y a moins de 1 gramme pour 10000 litres de solvant. Une solution de mosaïque de tabac reste virulente à une concentration de 10 puissances 14.<o:p></o:p>

    On peut que s’émerveiller devant ce miracle de la nature. <o:p></o:p>

    Pour revenir à la Sainte mère de Jésus, vierge ou pas, elle a indubitablement vécu. Quand elle est morte, elle a été enterrée. La décomposition a transformé son corps en engrais, la décomposition et cet engrais à fait poussée les plantes. Des animaux ont mangés ces plantes. Des hommes se sont nourris de ces plantes et de ces animaux Ces hommes sont morts, on les a enterrés. Et les dilutions ont continué, pendant dix-neuf siècles. Pie XII a-t-il voulu proclamer, par son dogme que le temps écoulé depuis la mort de Marie était enfin suffisant pour que chaque chrétien ait en lui quelques atomes de ce qui fut l’enveloppe charnelle de la dite dame ? Les chrétiens se sont-ils enfin suffisamment multipliés pour que la dilution soit suffisamment poussée ?<o:p></o:p>

    Est-ce cela, LA RESSURECTION DE LA CHAIR ?<o:p></o:p>

    Si Teilhard de Chardin a pu publier malgré de sérieuses entorses à l’orthodoxie, serait-ce pour bien souligner que Pie XII  admettait lui aussi le lien (somme toute pythagoricien) entre le quanta spirituels et le quanta matière ? Apparemment oui, puisque en proclamant son dogme, le scientifique Pie XII ne pouvait guère imaginer le corps de Marie allant rejoindre son âme au ciel. Détail curieux, cette annonce nous a été faite un mois après que le « Soleil » ait indiqué à Pie XII notre entrée dans le signe du Verseau. Dans ce Verseau où, ayant tous en nous un nombre d’atomes de la Sainte mère de Dieu, nous aurions droit ou plutôt le droit théologique de considérer que chacun de nous, parcelle de l’occident chrétien, est aussi une sorte de parcelle de mère de dieu collective. Aurions-nous, désormais, le droit et les dispositions requis pour enfanter notre Dieu, pour la durer du Verseau ? C’est ce que nous on légué le Zodiaque. Vous êtes remis de votre émotion, chère mère de dieu et congénère ? Je ne vous ai jamais dit que c’était vérité d’évangile. C’est simplement une hypothèse : Pie XII a bien l’air de nous suggérer cela dans sa langue inspirée de celle de Jésus et de Moïse.<o:p></o:p>

    La langue qui était aussi celle de Pharaon chez Moïse fut instruite. Nous avons tout le reste du livre pour tenter de déterminer, par une série d’expérience cartésienne, si Moïse, Jésus et Pie XII déraisonnaient. Et en tirer quelques hypothèses. En attendant, voici un peu de Mathématiques :<o:p></o:p>

    Le diamètre en moyen des atomes entrant dans la composition du corps humain est de 2.10-/8cm. Il y a donc 1.25.10-/23 atomes par cm/3 d’humain. En considérant que Marie était une pauvre et ne devait pas peser plus de 50 Kg. Il n’y avait pas moins dans son corps 6.25.10-/2 atomes. La surface de la Terre est de 51.1.10-/8 km/2. En admettant une profondeur de pénétration moyenne de 1000 mètres dans la croûte terrestre et dans la mer, on doit trouver 1.22.10-/19 atomes  de Marie par km/3 de matière, dans le globe, soit 1220 atomes de Marie dans chaque cm/3, de mer, de flore, et de faune. Cela fait une soixantaine de millions d’atomes de Marie par humain vivant, et environ trois fois plus, évidemment, par tête, si l’on considère que la répartition a dû être réservée, pendant de longs siècles, à l’occident chrétien. Je n’étais pas dans la confidence de Pie XII et j’ignore absolument le nombre minimum et maximum d’atomes de Marie que doit contenir un corps appelé à abriter une âme déogène. J’ignore également quelle surface occupe l’occident chrétien, j’ai donc gaillardement négligé ces détails en me contentant d’un ordre de grandeur. L’Eglise aurait, en somme, des raisons valables pour interdire l’incinération  des morts, qui supprime des maillons dans la chaîne.<o:p></o:p>

    Père CHARLES BENOIT.

    <o:p></o:p>

    la taverne de l'étrange- 19 décembre 2007


     

    <script type=text/javascript>

    </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique