• Un fantôme photographié dans un hôpital abandonnée à Liverpool lors d’un Ghosts Tours sème actuellement la terreur chez les chasseurs de fantômes…

     

    À Liverpool, dans l’hôpital abandonné de Newsham Park, Phil Barron conduisait un groupe de 32 personnes lors d’un Ghost Tours. Enthousiasmé par la visite, l’homme décide de prendre une photo du groupe. Si sur le moment rien n’a perturbé le tourneur, le lendemain, l’homme a eu l’étrange surprise de découvrir un fantôme sur son cliché.

     

    Interrogé, Barron déclare : «J’ai pris une photo de notre groupe lors de la visite, puis j’ai rangé mon téléphone sans regarder le cliché. Trois heures plus tard, lors de ma pause,  j’ai publié la photo sur Facebook, sans y faire plus attention. Ce n’est que le lendemain, quand je me suis levé, que j’ai vu tous ces messages et le nombre de commentaires sur ma publication. J’ai alors regardé attentivement la photo, et fais un bond sur mon fauteuil.  Je vous assure que le cliché n’a pas été photoshopé. La seule retouche qui a été faite est au niveau de la luminosité. La photo était assez sombre, je l’ai donc éclaircie».

    Un fantôme fait de chair et d’os

    Si depuis, Barron pense avoir photographié un fantôme, un mystérieux visage fantomatique semble effectivement avoir été immortalisé. Toutefois, située au centre de la photo entre deux rangées, cette mystérieuse apparition pourrait ne rien avoir de paranormal.

    En effet, il pourrait très probablement s’agir d’un être humain, bien vivant, fait de chair et d’os. Son étrange couleur serait en partie expliquée par l’ombre projetée de la personne en avant. Celle-ci lui donnerait ainsi cet aspect sombre, pâle et fantomatique.

    Toutefois, l’homme maintient l’hypothèse fantomatique, et pousse également son discours avec d’étranges phénomènes qui se seraient produits lors de la visite :

    «Au cours de la visite, j’ai pu observer des ombres se promener autour des visiteurs. J’ai également vu une planche Ouija bouger seule, et entendu des coups vraiment bruyants venants de nulle part lorsque les gens n’étaient plus là», a déclaré Barron.

    «De toute ma vie, je n’ai jamais vu une apparition spectrale, c’est la première fois. Je pense que c’est le Saint Graal pour la plupart des passionnés de phénomènes paranormaux».

     

    Qu’en pensez-vous ?

    *

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • CES MAISONS QUI RENDENT FOU !
     
    … il existe des habitations qui ne devraient jamais héberger une famille. Des lieux à vous glacer le sang qui n’ont pas vraiment la particularité d’être hantés, mais de rendre fous leurs habitants. La légende de la maison qui rend fou fait froid dans le dos et nous donne à réfléchir lorsqu’il nous prend l’envie de déménager pour une demeure paisible aux charmes anciens…
     
    h-4-1454586-1236866870
     
    Plusieurs maisons peuvent nous amener à perdre la tête, sans pour autant mêler le caractère de vos voisins. Sans avoir vécu dans ces maisons, vous avez sans doute tous au moins une fois déménagé dans votre vie. Vous avez donc expérimenté la recherche d’appartement ou de maison. Ne ressentez-vous rien lorsque vous pénétrez dans une demeure que vous souhaitez acheter ou louer ? Pour ma part il se dégage toujours une impression bonne ou mauvaise. « Il ferait bon d’y vivre » ou au contraire « non je ne serais pas bien ». Lorsqu’on vous demande pourquoi vous pensez cela, vous répondez alors bêtement « je ne sais pas, c’est comme ça ». Et bien, il semblerait que faire confiance à son intuition, à ses bêtes ressentis pourraient nous sauver d’une folie lente et meurtrière…
     
    -LA MAISON HANTEE-
     
    Dans la plupart des maisons où la chercheuse s’est déplacée pour enquêter, elle a pu relever des manifestations physiques provoquées selon les témoins par des entités invisibles. Ainsi, dans cette demeure a l’ouest de Québec, « les miroirs se mettent subitement à trembler, les rideaux s’ouvrent et se ferment de manière anarchique, et les portes claquent sans raison ». Dans la plupart des maisons supposées hantées, les habitants ont également des problèmes avec les appareils électriques, le téléphone, la radio qui se met à fonctionner toute seule… Parfois c’est même la voiture qui subit d’étranges pannes en série, que les garagistes ont bien du mal à expliquer ! Bien d’autres évènements curieux sont quotidiennement constatés : lumière qui s’allume et s’éteint sans intervention humaine, vitres qui se cassent sans raison, horloges qui s’arrêtent de fonctionner, ou qui sonnent à la mauvaise heure, etc.
     
    3091492215_1_3_1oGxBwFQ
     
    Dans quelques cas étudiés, les locataires de la maison sentent d’étranges odeurs, la plupart du temps désagréables. Les divers symptômes décrits dans l’ouvrage se sont produits à plusieurs reprises, parfois en présence de la chercheuse, qui conclut que ces manifestations physiques « ne relèvent sûrement pas de l’imagination des habitants ». Dans plusieurs habitations supposées hantées, les occupants ont connu la désagréable expérience de se retrouver nez à nez avec un spectre ; il est intéressant de noter que dans la majorité des cas, l’entité apparaît rarement en entier. Souvent, l’apparition n’a pas de bras ou pas de jambes, parfois seule la tête est visible. Curieusement, ce sont souvent des enfants qui sont les plus sensibles à ce genre de visions dérangeantes, comme ce jeune garçon de 10 ans qui raconte avoir vu « une dame marcher au plafond, et des boules de lumières qui tournent en forme d’ellipse »…
    Quant à Judith, une adolescente de 14 ans, elle voit de temps à autre « un enfant rose sur fond bleu sortir de sa garde-robe. Elle en fait d’ailleurs une description très précise : « l’enfant est blond avec la peau rose et porte un pantalon et un débardeur bleu. Son pantalon est en jean délavé. Il y a toujours du rose dans le décor ; des fois, l’enfant ne fait que passer devant moi, parfois il me parle mais je ne peux pas me souvenir de sa voix ni de ce qu’il m’a dit ».
     
    Bibliothécaire_fantôme
     
    Une autre jeune femme d’une vingtaine d’années a aperçu dans sa maison « une forme blanche dans un cadre de porte de l’une des pièces. Cela lui faisait penser à un T-shirt flottant dans les airs comme si un être invisible le portait. Le fantôme devait mesurer environ 1,63 m ». Parfois, ce sont justes des voix désincarnés qui se font entendre : voix d’homme chantant dans la salle de bains, pleurs d’enfant dans diverses pièces de la maison, cris de femme venant de la cave. Et ceux croyant au paranormal, ne comprennent pas pourquoi il s’agirait de l’esprit du locataire décédé, puisque les bruits et les coups ne se trouvent pas au niveau de son ancien appartement. Les années s’écoulèrent et les coups s’amplifièrent, redoublant de violence, au point d’ordonner par les autorités l’évacuation de la résidence. Depuis cet abandon plus aucun coup n’a été donné. La raison de la maison qui cogne serait celle d’un poltergeist déclenché par l’ancien locataire des lieux.
     
    -LA MAISON MALSAINE-
     
    C’est sans aucun doute l’une des maisons les plus sordides. Si certaines sont hantées, d’autres cognent, la maison malsaine pousse au pire des actes : le meurtre ou le suicide. Ce sont des demeures qui à première vue sont normales. Elles peuvent prendre l’apparence d’une maison, d’un appartement ou bien même d’un loft, leur genre n’est pas pré désigné par la légende. En revanche, elles causent toutes ces mêmes symptômes inquiétants. On peut d’abord voir un changement de comportement s’installer au sein d’une famille. Les habitants de la maison semblent être absents. Ils ne se parlent plus, ne s’écoutent plus vraiment, et sombrent peu à peu dans un mutisme et une froideur à glacer le sang. On remarque nettement une pâleur du visage, des corps plus fins, comme si les habitants de la demeure avaient cessé de s’alimenter. Peu à peu les premiers drames commencent. Tentative de suicide, bagarre violente, mais jamais de dispute verbale. Comme si leurs corps agissaient sans raison, comme si on leur demandait d’en finir physiquement.
     
    ea82a267
     
    -LA MAISON COGNEUSE-
     
    Le sujet a été diffusé lors d’une des grandes soirées de l’étrange réalisée par TF1. La maison qui cogne, avec pour exemple un HLM qui semblait tranquille au Canada. Dans le reportage on y voyait un couple de personnes âgées habiter cette résidence où des choses étranges et surtout très effrayantes se déroulaient. L’histoire se passe entre le 20 et 27 juillet 1989, dans la ville de Beauport, près de Québec, au Canada. Les locataires de la Rue Monseigneur Gaultier ne sont pas des gens superstitieux, et voyaient au départ les faits comme un simple désagrément. Lorsque les journalistes venaient visiter la résidence, ils pensaient à une supercherie. On leur avait décrit une maison qui cogne, qui donne de grands coups dans les murs, simple alors de croire qu’un système a été mis en place. Chaque journaliste est reparti de la maison sonné, pour ne pas dire complètement traumatisé. Les murs montrent, sont clairement les témoins de coups très puissants qui se seraient formés tout seul. Des coups généralement portés en fin de journée et parfois très tôt dans la matinée.
     
    Les coups ont commencé du jour au lendemain, lorsque la petite fille de la locataire est en visite. Josée LaFleur, âgée alors de douze ans, aura la plus grande frayeur de sa vie. Elle a déclaré avoir été éveillée vers les dix heures de la nuit par un grand bruit, lorsqu’elle a allumé les lumières, d’où provenait le bruit un grand trou dans le mur était visible. La petite fille rentre chez elle, puis réitère sa visite. Là encore, la maison se met à cogner. Les locataires de la résidence finissent par croire qu’il y a un lien entre la jeune fille et les bruits. Le bâtiment a été inspecté de fond en comble. Les raisons géologiques, électriques ou d’origines humaines ont toutes été écartées. Les raisons paranormales ont donc été cherchées. On apprit qu’un voisin du dessus était mort dans la résidence et que depuis sa veuve s’adonnait à des séances de spiritisme. D’origine vietnamienne, la pauvre femme avait accroché des signes, symboles et pentacles à sa porte d’entrée pour éloigner les mauvais esprits. La psychose s’empara peu à peu des locataires de la résidence. Pour faire taire les histoires de magie et de fantôme tous les corps de métier de la ville ont visité la résidence, essayant de trouver une explication rationnelle. Dans le reportage on voit ainsi ce moment fou « un journaliste interroge la locataire ou les premiers coups sont apparus, Madame Lafleur, pendant qu’il interroge la femme un violent coup est donné dans le mur, sans que personne ne le touche. »
     

     

    -Liens-
     
     
     
    -Source-
     
    Le Monde de l’Inconnu- revue bi-mensuelle d’août 2013
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • LIEUX HANTES
    QUE S’EST-IL PASSE ENTRE CES MURS ?
     
    00
     
    On dit souvent que les murs ont une mémoire et certains endroits sont tellement chargés d’histoires en tous genres, qu’ils en deviennent effrayants. Nous avons choisi de vous dire toute la vérité sur ces lieux qui intriguent et fascinent, afin que ces derniers n’aient plus aucun secret pour vous.
     
     
     
    1- La maison Allen
    2- La maison de Villisca
    3- L’église d’Incarville
    4- La maison au fantôme de Cramant
     
    01
     
    1948- LA MAISON ALLEN
     
    Située dans la ville de Monticello dans l’Arkansas, aux Etats-Unis, cette maison datant de 1900 est célèbre dans le monde entier pour être un immense repère de fantômes. En effet, de nombreux évènements étranges se sont déroulés dans cette belle demeure, notamment la mort prématurée du chef de famille Joe Lee Allen, d’une crise cardiaque. Ladell Allen, sa fille, se serait quant à elle donné la mort dans une chambre en 1948. Après de plus ample investigations, les nouveaux propriétaires auraient d’ailleurs découvert dans le grenier du manoir des lettres d’amour de la défunte pour son amant, ce qui expliquerait sa mort soudaine. Depuis lors, Ladell Allen hanterait les couloirs de la maison, selon les nouveaux propriétaires. Son fils et sa fille moururent également quelques années plus tard, dans la fleur de l’âge. D’autres esprits tourmentés hanteraient les lieux et d’après les dires des témoins et des spécialistes, ils seraient au nombre de six.
     
    MAISON ALLEN DE NOS JOURS
     
    Depuis le rachat de la maison par les Spencer, des phénomènes étranges n’ont pas cessé de se produire. Même si les propriétaires actuels étaient au courant de la présence d’entités errant au sein de la maison, cela ne les a pas empêchés de vivre dans le manoir. Au contraire, ils ont utilisé ce lieu pour les curieux en mal de sensations fortes en l’ouvrant au public, lors du soixante-huitième anniversaire d’un des fantômes. Chacun a alors pu ressentir l’ambiance étrange des lieux et a été témoin des déplacements d’ombres étranges par exemple. Les participants ont également senti des coups lorsqu’ils posaient des questions, comme si les anciens propriétaires cherchaient à les punir de leur curiosité. Même si chacun a pu percevoir une présence pesante lors de cette soirée exceptionnelle, quelques privilégiés ont assisté à une expérience hors du commun. En se rendant dans le grenier du manoir, ces derniers ont pu entrer directement en contact avec les défunts. Ils auraient d’ailleurs entendu des voix désincarnées s’adresser à eux.
     
    *
     
    02
     
    1912- LA MAISON DE VILLISCA
     
    La maison de Villisca située dans l’Iowa a été le théâtre de scènes macabres en 1912. En effet, à cette époque, la petite maison était habitée par la famille Moore. Les deux parents Josiah et Sarah vivaient donc avec leurs trois garçons et leur fille unique et se dévouaient totalement  à leurs enfants. Un soir de juin 1912, pourtant, la vie de la famille a totalement basculé. Alors qu’ils revenaient vers 22 heures de la messe hebdomadaire, plus personne ne les a jamais revus vivants. Cette nuit, ils avaient d’ailleurs invité deux amies de leur fille pour la nuit. Le lendemain, inquiète de ne pas voir âme qui vive chez les Moore, leur voisine a contacté le frère de Josiah pour savoir ce qu’il s’était passé. En pénétrant dans la maison, un affreux spectacle a eu lieu devant ses yeux. Les deux amies de la famille étaient étendues sur le sol, couvertes de sang. A l’étage, la scène était tout aussi macabre : les quatre enfants du couple étaient eux aussi morts, assis en face de leurs parents décédés également. Jamais on n’a retrouvé l’auteur de ces terribles meurtres sanglants commis à la hache mais, encore aujourd’hui, les âmes des malheureux hantent les lieux.
     
    02a
     
    LA MAISON DE VILLISCA AUJOURD’HUI
     
    Depuis le terrible drame qui a frappé cette famille unie, aucun nouvel habitant ne parvient à trouver la paix et la sérénité dans la maison. De nombreux propriétaires se sont d’ailleurs succédé depuis lors, comme si la famille Moore n’avait finalement jamais vraiment quitté les lieux. Depuis, de nombreux phénomènes inexpliqués se déroulent fréquemment dans ces murs comme, par exemple, des déplacements d’objets inexpliqués. Plus étonnant encore, il semblerait que ceux qui pénètrent dans les lieux entendent les pleurs et les rires des enfants morts tragiquement. Les claquements de portes et les bruits de pas incessants finissent de convaincre les plus sceptiques sur le fait que ce manoir est réellement hanté.
    Un film s’en est inspiré en 2012- SINISTER de Scott Derrickson.
     
    *
     
    03
     
    L’EGLISE D’INCARVILLE (27400- Eure)
     
    L'église d'Incarville (Eure) serait elle aussi habitée par un esprit récalcitrant. En l'occurence celui de l'abbé Delamarre, curé des lieux jusqu'en 1949. L'homme, qui a été enterré dans le chœur de cette église bâtie au XIe siècle, reviendrait régulièrement sur place et il serait possible à certaines occasions d'entendre son souffle dans les allées de l'édifice. Il s'agirait d'un fantôme bienveillant : c'est par affection pour les lieux que l'ecclésiastique le visiterait occasionnellement. L'Eglise, bien que traditionnellement réticente aux phénomènes paranormaux, évoque elle-même cette histoire sur son site diocésain.
     
    *
     
    LA MAISON AU FANTÔME DE CRAMANT (51196- Marne)
     
    Dans cette charmante ville, on vous montrera volontiers la maison dite “au fantôme”. La demeure n'était plus habitée depuis longtemps lorsqu'un couple, les Meslat, l'acquit en 1967. Leur vie fut perturbée par d'étranges phénomènes : voix étouffées et bruits de pas à l'étage, lumières s'allumant et s'éteignant toutes seules, portes claquant sans motif. Parfois une silhouette spectrale descendait l'escalier assez bruyamment. Elle faisait craquer le sol à pas rythmé, comme si elle portait une jambe de bois. Puis les avertissements ne décidant pas les Meslat à quitter les lieux, le fantôme ou l'esprit qui voulait qu'on le laisse hanter en paix sa demeure en vint aux mains. Des invités étaient violemment jetés de leur lit, alors que le vacarme semblait redoubler tous les jours de violence. On dut finalement hospitaliser les Meslat une bonne semaine puis ils se décidèrent à quitter cette demeure maudite. Plus tard, le professeur Tocquet, bien connu des milieux médiumniques, entra en rapport avec l'esprit. Il prétendit être celui d'un ancien marin anglais du nom de Melvil, autrefois propriétaire des lieux. Il y aurait été assassiné en 1910 à l'âge de 54 ans et son corps jeté dans le puits de la maison. Depuis il ne cesse de réclamer justice et de solliciter une sépulture décente.
     
    *

    13
     
    -Sources-

     

    Magazine Mystères Témoignages n°12 de février/mars 2014
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • L'affaire fait grand bruit outre-Manche. Un fantôme mystérieux, vêtu d'une blouse blanche, aurait été photographié par des invidus s'étant introduit dans un hôpital réputé abandonné.
     
    fantome_1
     
    L'image est digne du projet Blair Witch. Prise dans un couloir sombre et délabré, on peut y distinguer une silhouette pâle se profiler à quelques mètres devant une personne venue explorer l'hôpital Saint-Thomas, un établissement abandonné de Stockport, au sud-est de Manchester.
     
    Ce "spectre" aurait été photographié par une une jeune visiteuse de 21 ans, Jamie Leigh-Brown, venue jouer au "ghost buster" avec un ami, dans ce bâtiment abandonné. Elle n'aurait pas vu le fantôme lors de la prise de vue, mais ne l'aurait distingué qu'ensuite, sur l'écran de son ordinateur.
     
    Sinistre réputation
     
    Alors qu'elle appuyait sur le déclencheur de son appareil, son attention se focalisait sur d'étranges bruits de pas, venus de l'étage supérieur, alors que plus aucun escalier ne permet d'y accéder, a t-elle expliqué. Une raison suffisante pour expliquer que le "fantôme" ait échappé à son attention. L'hôpital Saint-Thomas jouit d'une très sombre réputation. Des milliers de patients y ont été soignés pour des pathologiques psychiatriques lourdes. On disait que les patients y étaient traités de manière parfois inhumaine. Abandonné, fermé pendant une dizaine d'année, l'hôpital était réputé être le théâtre de phénomènes paranormaux inquiétant. A moins qu'il ne s'agisse, comme souvent, d'un habile canular ou d'une illusion.
     


    http://www.directmatin.fr/paranormal/2015-05-04/un-medecin-fantome-dans-un-hopital-psychiatrique-abandonne-703790

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Je ne sais pas vraiment quoi penser mais la personne est terrorisé. L'on voit cette forme aller vers la voiture alors qu'il recule le fantôme cherche à aller vers lui en se dandinant; l'on voit bien ses pieds et une chevelure noire... A la fin l'on entend un cri glacial !

    La vidéo d'un fantôme blanc évoluant de nuit terrorise le web. Filmée au téléphone portable, elle est d'un réalisme saisissant.
     
    S'il ne s'agit pas d'un fake, c'est peut être la plus spectaculaire vidéo de fantôme jamais diffusée. La séquence, d'une durée de presque trois minutes a été filmée au téléphone portable. La scène, digne du Projet Blair Witch, montre une silhouette blanche se détachant avec netteté sur une route déserte entre Blackburn et Belmont dans le Lancashire (Grande-Bretagne). Elle est filmée depuis un véhicule.
     
    La "chose", après quelques instants, semble se faire soudainement menaçante, déclenchant les hurlements de terreur des passagers. Qu'il s'agisse d'un montage, d'une illusion, d'un phénomène rationnel ou d'un "vrai" fantôme, le résultat est le même : la vidéo est vraiment effrayante.
     
     
    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique