•  

     

    Angleterre- Le manoir S. K. Pierce

    Le manoir S.K. Pierce

    Personne n'en veut. Et pour cause : la demeure a un passé terrifiant...

    Le manoir S. K. Pierce est l'un des moins chers du Royaume-Uni, alors que ce bâtiment est absolument magnifique. Il a un peu vieilli certes, mais son style victorien aurait normalement dû en attirer plus d'un ! Seul problème : personne n'en veut pour le moment ! Pourtant, la bâtisse n'est qu'à 315 000 euros ! Et pour cause, la demeure a un passé terrifiant...

    Cette maison surnommée "la Victorienne " est construite par l'homme d'affaires Sylvester Knowlton Pierce en 1875.  Personne n'a encore osé l'acheter ! Pour comprendre pourquoi, il faut remonter le temps... Celui qui l'a faite construire, Pierce, se met à y habiter avec sa femme. La tragédie finit cependant par frapper ! Son épouse meurt d'une maladie infectieuse.

    Angleterre- Le manoir S. K. Pierce  

    Pierce se remarie bien assez vite, avec une femme de 20 ans de moins. Leur enfant hérite du manoir, mais le perd à un jeu de carte. Il est tout de même autorisé à vivre à la cave. Il devient l'un des fantômes qui hantent ces murs...

    Depuis, les tragédies se succèdent ! Une jeune femme est retrouvée morte, noyée dans l'étang derrière le manoir. Après quoi, la maison est utilisée comme bordel ! L'une des filles de joies est alors assassinée par un client dans l'une des chambres !

     Angleterre- Le manoir S. K. Pierce Angleterre- Le manoir S. K. Pierce

    Un autre résident de ce manoir meurtrier est un immigrant finnois. Il fume tranquillement sur le canapé et s'endort. Sa cigarette tombe, et met le feu à ses vêtements. Il meurt carbonisé ! Comme quoi, fumer tue bel et bien...

    Plus tard, le manoir doit être détruit : inoccupé depuis 20 ans, il serait moins cher de tout démolir que de rénover ! La ville n'a toutefois même pas les moyens de procéder à la démolition.

    La demeure est finalement rachetée par Gonzales et Lilian, un jeune couple. Ils prévoient de tout retaper.

    C'est là que les phénomènes étranges commencent : des objets se déplacent, des bruits de pas se font entendre, Gonzales voit un homme pâle aux yeux noirs le fixer !

    Angleterre- Le manoir S. K. Pierce  Angleterre- Le manoir S. K. Pierce

    Des voisins leur demande si leur enfant peut jouer avec le fils du jeune couple. Un problème : ils n'en ont pas ! Les voisins ont pourtant aperçu un jeune garçon à la fenêtre...

    Aujourd'hui, la maison est en vente à un prix dérisoire par rapport à ce qu'elle vaut réellement ! Mais maintenant que vous connaissez l'histoire, vous risqueriez-vous à habiter avec des morts pour voisins de chambrée... ?

    Angleterre- Le manoir S. K. Pierce

     

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Un fantôme photographié dans un hôpital abandonnée à Liverpool lors d’un Ghosts Tours sème actuellement la terreur chez les chasseurs de fantômes…

     

    À Liverpool, dans l’hôpital abandonné de Newsham Park, Phil Barron conduisait un groupe de 32 personnes lors d’un Ghost Tours. Enthousiasmé par la visite, l’homme décide de prendre une photo du groupe. Si sur le moment rien n’a perturbé le tourneur, le lendemain, l’homme a eu l’étrange surprise de découvrir un fantôme sur son cliché.

     

    Interrogé, Barron déclare : «J’ai pris une photo de notre groupe lors de la visite, puis j’ai rangé mon téléphone sans regarder le cliché. Trois heures plus tard, lors de ma pause,  j’ai publié la photo sur Facebook, sans y faire plus attention. Ce n’est que le lendemain, quand je me suis levé, que j’ai vu tous ces messages et le nombre de commentaires sur ma publication. J’ai alors regardé attentivement la photo, et fais un bond sur mon fauteuil.  Je vous assure que le cliché n’a pas été photoshopé. La seule retouche qui a été faite est au niveau de la luminosité. La photo était assez sombre, je l’ai donc éclaircie».

    Un fantôme fait de chair et d’os

    Si depuis, Barron pense avoir photographié un fantôme, un mystérieux visage fantomatique semble effectivement avoir été immortalisé. Toutefois, située au centre de la photo entre deux rangées, cette mystérieuse apparition pourrait ne rien avoir de paranormal.

    En effet, il pourrait très probablement s’agir d’un être humain, bien vivant, fait de chair et d’os. Son étrange couleur serait en partie expliquée par l’ombre projetée de la personne en avant. Celle-ci lui donnerait ainsi cet aspect sombre, pâle et fantomatique.

    Toutefois, l’homme maintient l’hypothèse fantomatique, et pousse également son discours avec d’étranges phénomènes qui se seraient produits lors de la visite :

    «Au cours de la visite, j’ai pu observer des ombres se promener autour des visiteurs. J’ai également vu une planche Ouija bouger seule, et entendu des coups vraiment bruyants venants de nulle part lorsque les gens n’étaient plus là», a déclaré Barron.

    «De toute ma vie, je n’ai jamais vu une apparition spectrale, c’est la première fois. Je pense que c’est le Saint Graal pour la plupart des passionnés de phénomènes paranormaux».

     

    Qu’en pensez-vous ?

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • CES MAISONS QUI RENDENT FOU !
     
    … il existe des habitations qui ne devraient jamais héberger une famille. Des lieux à vous glacer le sang qui n’ont pas vraiment la particularité d’être hantés, mais de rendre fous leurs habitants. La légende de la maison qui rend fou fait froid dans le dos et nous donne à réfléchir lorsqu’il nous prend l’envie de déménager pour une demeure paisible aux charmes anciens…
     
    h-4-1454586-1236866870
     
    Plusieurs maisons peuvent nous amener à perdre la tête, sans pour autant mêler le caractère de vos voisins. Sans avoir vécu dans ces maisons, vous avez sans doute tous au moins une fois déménagé dans votre vie. Vous avez donc expérimenté la recherche d’appartement ou de maison. Ne ressentez-vous rien lorsque vous pénétrez dans une demeure que vous souhaitez acheter ou louer ? Pour ma part il se dégage toujours une impression bonne ou mauvaise. « Il ferait bon d’y vivre » ou au contraire « non je ne serais pas bien ». Lorsqu’on vous demande pourquoi vous pensez cela, vous répondez alors bêtement « je ne sais pas, c’est comme ça ». Et bien, il semblerait que faire confiance à son intuition, à ses bêtes ressentis pourraient nous sauver d’une folie lente et meurtrière…
     
    -LA MAISON HANTEE-
     
    Dans la plupart des maisons où la chercheuse s’est déplacée pour enquêter, elle a pu relever des manifestations physiques provoquées selon les témoins par des entités invisibles. Ainsi, dans cette demeure a l’ouest de Québec, « les miroirs se mettent subitement à trembler, les rideaux s’ouvrent et se ferment de manière anarchique, et les portes claquent sans raison ». Dans la plupart des maisons supposées hantées, les habitants ont également des problèmes avec les appareils électriques, le téléphone, la radio qui se met à fonctionner toute seule… Parfois c’est même la voiture qui subit d’étranges pannes en série, que les garagistes ont bien du mal à expliquer ! Bien d’autres évènements curieux sont quotidiennement constatés : lumière qui s’allume et s’éteint sans intervention humaine, vitres qui se cassent sans raison, horloges qui s’arrêtent de fonctionner, ou qui sonnent à la mauvaise heure, etc.
     
    3091492215_1_3_1oGxBwFQ
     
    Dans quelques cas étudiés, les locataires de la maison sentent d’étranges odeurs, la plupart du temps désagréables. Les divers symptômes décrits dans l’ouvrage se sont produits à plusieurs reprises, parfois en présence de la chercheuse, qui conclut que ces manifestations physiques « ne relèvent sûrement pas de l’imagination des habitants ». Dans plusieurs habitations supposées hantées, les occupants ont connu la désagréable expérience de se retrouver nez à nez avec un spectre ; il est intéressant de noter que dans la majorité des cas, l’entité apparaît rarement en entier. Souvent, l’apparition n’a pas de bras ou pas de jambes, parfois seule la tête est visible. Curieusement, ce sont souvent des enfants qui sont les plus sensibles à ce genre de visions dérangeantes, comme ce jeune garçon de 10 ans qui raconte avoir vu « une dame marcher au plafond, et des boules de lumières qui tournent en forme d’ellipse »…
    Quant à Judith, une adolescente de 14 ans, elle voit de temps à autre « un enfant rose sur fond bleu sortir de sa garde-robe. Elle en fait d’ailleurs une description très précise : « l’enfant est blond avec la peau rose et porte un pantalon et un débardeur bleu. Son pantalon est en jean délavé. Il y a toujours du rose dans le décor ; des fois, l’enfant ne fait que passer devant moi, parfois il me parle mais je ne peux pas me souvenir de sa voix ni de ce qu’il m’a dit ».
     
    Bibliothécaire_fantôme
     
    Une autre jeune femme d’une vingtaine d’années a aperçu dans sa maison « une forme blanche dans un cadre de porte de l’une des pièces. Cela lui faisait penser à un T-shirt flottant dans les airs comme si un être invisible le portait. Le fantôme devait mesurer environ 1,63 m ». Parfois, ce sont justes des voix désincarnés qui se font entendre : voix d’homme chantant dans la salle de bains, pleurs d’enfant dans diverses pièces de la maison, cris de femme venant de la cave. Et ceux croyant au paranormal, ne comprennent pas pourquoi il s’agirait de l’esprit du locataire décédé, puisque les bruits et les coups ne se trouvent pas au niveau de son ancien appartement. Les années s’écoulèrent et les coups s’amplifièrent, redoublant de violence, au point d’ordonner par les autorités l’évacuation de la résidence. Depuis cet abandon plus aucun coup n’a été donné. La raison de la maison qui cogne serait celle d’un poltergeist déclenché par l’ancien locataire des lieux.
     
    -LA MAISON MALSAINE-
     
    C’est sans aucun doute l’une des maisons les plus sordides. Si certaines sont hantées, d’autres cognent, la maison malsaine pousse au pire des actes : le meurtre ou le suicide. Ce sont des demeures qui à première vue sont normales. Elles peuvent prendre l’apparence d’une maison, d’un appartement ou bien même d’un loft, leur genre n’est pas pré désigné par la légende. En revanche, elles causent toutes ces mêmes symptômes inquiétants. On peut d’abord voir un changement de comportement s’installer au sein d’une famille. Les habitants de la maison semblent être absents. Ils ne se parlent plus, ne s’écoutent plus vraiment, et sombrent peu à peu dans un mutisme et une froideur à glacer le sang. On remarque nettement une pâleur du visage, des corps plus fins, comme si les habitants de la demeure avaient cessé de s’alimenter. Peu à peu les premiers drames commencent. Tentative de suicide, bagarre violente, mais jamais de dispute verbale. Comme si leurs corps agissaient sans raison, comme si on leur demandait d’en finir physiquement.
     
    ea82a267
     
    -LA MAISON COGNEUSE-
     
    Le sujet a été diffusé lors d’une des grandes soirées de l’étrange réalisée par TF1. La maison qui cogne, avec pour exemple un HLM qui semblait tranquille au Canada. Dans le reportage on y voyait un couple de personnes âgées habiter cette résidence où des choses étranges et surtout très effrayantes se déroulaient. L’histoire se passe entre le 20 et 27 juillet 1989, dans la ville de Beauport, près de Québec, au Canada. Les locataires de la Rue Monseigneur Gaultier ne sont pas des gens superstitieux, et voyaient au départ les faits comme un simple désagrément. Lorsque les journalistes venaient visiter la résidence, ils pensaient à une supercherie. On leur avait décrit une maison qui cogne, qui donne de grands coups dans les murs, simple alors de croire qu’un système a été mis en place. Chaque journaliste est reparti de la maison sonné, pour ne pas dire complètement traumatisé. Les murs montrent, sont clairement les témoins de coups très puissants qui se seraient formés tout seul. Des coups généralement portés en fin de journée et parfois très tôt dans la matinée.
     
    Les coups ont commencé du jour au lendemain, lorsque la petite fille de la locataire est en visite. Josée LaFleur, âgée alors de douze ans, aura la plus grande frayeur de sa vie. Elle a déclaré avoir été éveillée vers les dix heures de la nuit par un grand bruit, lorsqu’elle a allumé les lumières, d’où provenait le bruit un grand trou dans le mur était visible. La petite fille rentre chez elle, puis réitère sa visite. Là encore, la maison se met à cogner. Les locataires de la résidence finissent par croire qu’il y a un lien entre la jeune fille et les bruits. Le bâtiment a été inspecté de fond en comble. Les raisons géologiques, électriques ou d’origines humaines ont toutes été écartées. Les raisons paranormales ont donc été cherchées. On apprit qu’un voisin du dessus était mort dans la résidence et que depuis sa veuve s’adonnait à des séances de spiritisme. D’origine vietnamienne, la pauvre femme avait accroché des signes, symboles et pentacles à sa porte d’entrée pour éloigner les mauvais esprits. La psychose s’empara peu à peu des locataires de la résidence. Pour faire taire les histoires de magie et de fantôme tous les corps de métier de la ville ont visité la résidence, essayant de trouver une explication rationnelle. Dans le reportage on voit ainsi ce moment fou « un journaliste interroge la locataire ou les premiers coups sont apparus, Madame Lafleur, pendant qu’il interroge la femme un violent coup est donné dans le mur, sans que personne ne le touche. »
     

     

    -Liens-
     
     
     
    -Source-
     
    Le Monde de l’Inconnu- revue bi-mensuelle d’août 2013
    Pin It

    votre commentaire
  • LIEUX HANTES
    QUE S’EST-IL PASSE ENTRE CES MURS ?
     
    00
     
    On dit souvent que les murs ont une mémoire et certains endroits sont tellement chargés d’histoires en tous genres, qu’ils en deviennent effrayants. Nous avons choisi de vous dire toute la vérité sur ces lieux qui intriguent et fascinent, afin que ces derniers n’aient plus aucun secret pour vous.
     
     
     
    1- La maison Allen
    2- La maison de Villisca
    3- L’église d’Incarville
    4- La maison au fantôme de Cramant
     
    01
     
    1948- LA MAISON ALLEN
     
    Située dans la ville de Monticello dans l’Arkansas, aux Etats-Unis, cette maison datant de 1900 est célèbre dans le monde entier pour être un immense repère de fantômes. En effet, de nombreux évènements étranges se sont déroulés dans cette belle demeure, notamment la mort prématurée du chef de famille Joe Lee Allen, d’une crise cardiaque. Ladell Allen, sa fille, se serait quant à elle donné la mort dans une chambre en 1948. Après de plus ample investigations, les nouveaux propriétaires auraient d’ailleurs découvert dans le grenier du manoir des lettres d’amour de la défunte pour son amant, ce qui expliquerait sa mort soudaine. Depuis lors, Ladell Allen hanterait les couloirs de la maison, selon les nouveaux propriétaires. Son fils et sa fille moururent également quelques années plus tard, dans la fleur de l’âge. D’autres esprits tourmentés hanteraient les lieux et d’après les dires des témoins et des spécialistes, ils seraient au nombre de six.
     
    MAISON ALLEN DE NOS JOURS
     
    Depuis le rachat de la maison par les Spencer, des phénomènes étranges n’ont pas cessé de se produire. Même si les propriétaires actuels étaient au courant de la présence d’entités errant au sein de la maison, cela ne les a pas empêchés de vivre dans le manoir. Au contraire, ils ont utilisé ce lieu pour les curieux en mal de sensations fortes en l’ouvrant au public, lors du soixante-huitième anniversaire d’un des fantômes. Chacun a alors pu ressentir l’ambiance étrange des lieux et a été témoin des déplacements d’ombres étranges par exemple. Les participants ont également senti des coups lorsqu’ils posaient des questions, comme si les anciens propriétaires cherchaient à les punir de leur curiosité. Même si chacun a pu percevoir une présence pesante lors de cette soirée exceptionnelle, quelques privilégiés ont assisté à une expérience hors du commun. En se rendant dans le grenier du manoir, ces derniers ont pu entrer directement en contact avec les défunts. Ils auraient d’ailleurs entendu des voix désincarnées s’adresser à eux.
     
    *
     
    02
     
    1912- LA MAISON DE VILLISCA
     
    La maison de Villisca située dans l’Iowa a été le théâtre de scènes macabres en 1912. En effet, à cette époque, la petite maison était habitée par la famille Moore. Les deux parents Josiah et Sarah vivaient donc avec leurs trois garçons et leur fille unique et se dévouaient totalement  à leurs enfants. Un soir de juin 1912, pourtant, la vie de la famille a totalement basculé. Alors qu’ils revenaient vers 22 heures de la messe hebdomadaire, plus personne ne les a jamais revus vivants. Cette nuit, ils avaient d’ailleurs invité deux amies de leur fille pour la nuit. Le lendemain, inquiète de ne pas voir âme qui vive chez les Moore, leur voisine a contacté le frère de Josiah pour savoir ce qu’il s’était passé. En pénétrant dans la maison, un affreux spectacle a eu lieu devant ses yeux. Les deux amies de la famille étaient étendues sur le sol, couvertes de sang. A l’étage, la scène était tout aussi macabre : les quatre enfants du couple étaient eux aussi morts, assis en face de leurs parents décédés également. Jamais on n’a retrouvé l’auteur de ces terribles meurtres sanglants commis à la hache mais, encore aujourd’hui, les âmes des malheureux hantent les lieux.
     
    02a
     
    LA MAISON DE VILLISCA AUJOURD’HUI
     
    Depuis le terrible drame qui a frappé cette famille unie, aucun nouvel habitant ne parvient à trouver la paix et la sérénité dans la maison. De nombreux propriétaires se sont d’ailleurs succédé depuis lors, comme si la famille Moore n’avait finalement jamais vraiment quitté les lieux. Depuis, de nombreux phénomènes inexpliqués se déroulent fréquemment dans ces murs comme, par exemple, des déplacements d’objets inexpliqués. Plus étonnant encore, il semblerait que ceux qui pénètrent dans les lieux entendent les pleurs et les rires des enfants morts tragiquement. Les claquements de portes et les bruits de pas incessants finissent de convaincre les plus sceptiques sur le fait que ce manoir est réellement hanté.
    Un film s’en est inspiré en 2012- SINISTER de Scott Derrickson.
     
    *
     
    03
     
    L’EGLISE D’INCARVILLE (27400- Eure)
     
    L'église d'Incarville (Eure) serait elle aussi habitée par un esprit récalcitrant. En l'occurence celui de l'abbé Delamarre, curé des lieux jusqu'en 1949. L'homme, qui a été enterré dans le chœur de cette église bâtie au XIe siècle, reviendrait régulièrement sur place et il serait possible à certaines occasions d'entendre son souffle dans les allées de l'édifice. Il s'agirait d'un fantôme bienveillant : c'est par affection pour les lieux que l'ecclésiastique le visiterait occasionnellement. L'Eglise, bien que traditionnellement réticente aux phénomènes paranormaux, évoque elle-même cette histoire sur son site diocésain.
     
    *
     
    LA MAISON AU FANTÔME DE CRAMANT (51196- Marne)
     
    Dans cette charmante ville, on vous montrera volontiers la maison dite “au fantôme”. La demeure n'était plus habitée depuis longtemps lorsqu'un couple, les Meslat, l'acquit en 1967. Leur vie fut perturbée par d'étranges phénomènes : voix étouffées et bruits de pas à l'étage, lumières s'allumant et s'éteignant toutes seules, portes claquant sans motif. Parfois une silhouette spectrale descendait l'escalier assez bruyamment. Elle faisait craquer le sol à pas rythmé, comme si elle portait une jambe de bois. Puis les avertissements ne décidant pas les Meslat à quitter les lieux, le fantôme ou l'esprit qui voulait qu'on le laisse hanter en paix sa demeure en vint aux mains. Des invités étaient violemment jetés de leur lit, alors que le vacarme semblait redoubler tous les jours de violence. On dut finalement hospitaliser les Meslat une bonne semaine puis ils se décidèrent à quitter cette demeure maudite. Plus tard, le professeur Tocquet, bien connu des milieux médiumniques, entra en rapport avec l'esprit. Il prétendit être celui d'un ancien marin anglais du nom de Melvil, autrefois propriétaire des lieux. Il y aurait été assassiné en 1910 à l'âge de 54 ans et son corps jeté dans le puits de la maison. Depuis il ne cesse de réclamer justice et de solliciter une sépulture décente.
     
    *

    13
     
    -Sources-

     

    Magazine Mystères Témoignages n°12 de février/mars 2014
     
    Pin It

    votre commentaire
  • L'affaire fait grand bruit outre-Manche. Un fantôme mystérieux, vêtu d'une blouse blanche, aurait été photographié par des invidus s'étant introduit dans un hôpital réputé abandonné.
     
    fantome_1
     
    L'image est digne du projet Blair Witch. Prise dans un couloir sombre et délabré, on peut y distinguer une silhouette pâle se profiler à quelques mètres devant une personne venue explorer l'hôpital Saint-Thomas, un établissement abandonné de Stockport, au sud-est de Manchester.
     
    Ce "spectre" aurait été photographié par une une jeune visiteuse de 21 ans, Jamie Leigh-Brown, venue jouer au "ghost buster" avec un ami, dans ce bâtiment abandonné. Elle n'aurait pas vu le fantôme lors de la prise de vue, mais ne l'aurait distingué qu'ensuite, sur l'écran de son ordinateur.
     
    Sinistre réputation
     
    Alors qu'elle appuyait sur le déclencheur de son appareil, son attention se focalisait sur d'étranges bruits de pas, venus de l'étage supérieur, alors que plus aucun escalier ne permet d'y accéder, a t-elle expliqué. Une raison suffisante pour expliquer que le "fantôme" ait échappé à son attention. L'hôpital Saint-Thomas jouit d'une très sombre réputation. Des milliers de patients y ont été soignés pour des pathologiques psychiatriques lourdes. On disait que les patients y étaient traités de manière parfois inhumaine. Abandonné, fermé pendant une dizaine d'année, l'hôpital était réputé être le théâtre de phénomènes paranormaux inquiétant. A moins qu'il ne s'agisse, comme souvent, d'un habile canular ou d'une illusion.
     


    http://www.directmatin.fr/paranormal/2015-05-04/un-medecin-fantome-dans-un-hopital-psychiatrique-abandonne-703790

    Pin It

    2 commentaires
  • Je ne sais pas vraiment quoi penser mais la personne est terrorisé. L'on voit cette forme aller vers la voiture alors qu'il recule le fantôme cherche à aller vers lui en se dandinant; l'on voit bien ses pieds et une chevelure noire... A la fin l'on entend un cri glacial !

    La vidéo d'un fantôme blanc évoluant de nuit terrorise le web. Filmée au téléphone portable, elle est d'un réalisme saisissant.
     
    S'il ne s'agit pas d'un fake, c'est peut être la plus spectaculaire vidéo de fantôme jamais diffusée. La séquence, d'une durée de presque trois minutes a été filmée au téléphone portable. La scène, digne du Projet Blair Witch, montre une silhouette blanche se détachant avec netteté sur une route déserte entre Blackburn et Belmont dans le Lancashire (Grande-Bretagne). Elle est filmée depuis un véhicule.
     
    La "chose", après quelques instants, semble se faire soudainement menaçante, déclenchant les hurlements de terreur des passagers. Qu'il s'agisse d'un montage, d'une illusion, d'un phénomène rationnel ou d'un "vrai" fantôme, le résultat est le même : la vidéo est vraiment effrayante.
     
     

    4 commentaires
  • Villeneuve-d’Ascq : un incendie ravage la « maison hantée » d’Hempempont
     
    Les pompiers de trois centres de secours sont intervenus lundi soir (1/12/2014) vers 23 heures pour contenir un incendie survenu dans la fameuse « maison hantée » occupée par l’Église évangélique. Hier soir, un jeune homme de 16 ans qui serait impliqué a été mis en garde à vue par la Sûreté urbaine.
     
    hem0
     
    Vers 23 heures, lundi soir, les pompiers ont été alertés qu’un incendie venait de se déclarer à l’intérieur de l’église évangélique située rue de Lannoy, à Villeneuve-d’Ascq, à la limite de Hem. Les centres de secours de Villeneuve d’Ascq et Wasquehal sont intervenus. À leur arrivée, ils ont constaté que la porte d’entrée de l’église avait été fracturée et que le feu s’était propagé par les escaliers pour atteindre les combles. Sur place, le pasteur Emmanuel Kamondji, qui anime cette communauté, était effondré. « Il y a un an et demi qu’il n’y avait plus de vandalisme ici. Nous avions tout aménagé. Hier encore nous nous retrouvions pour le culte, tout était beau et tout cela est fichu maintenant », a-t-il témoigné.
     
    La « maison hantée » la plus connue de la région
     
    Ce lieu est connu pour être la « maison hantée » la plus emblématique du Nord - Pas-de-Calais. Ses propriétaires successifs y auraient entendu des pleurs d’enfants et des bruits de pas. Construite en 1939, cette villa aurait été le théâtre de la mort d'un enfant. L’église évangélique a fini par s’y installer en 2008. Et pour le pasteur Emmanuel, il n’y a pas de mauvais esprits : « On a organisé des séances de prière de jour comme de nuit. Cette maison, on l’a délivrée », confiait-il à La Voix du Nord à l’époque.
     
    Hier en fin de journée, on apprenait qu’un jeune homme âgé de 16 ans a été arrêté à Tourcoing et aurait reconnu sa participation à l’incendie. Il a été mis en garde à vue dans les locaux de la Sûreté urbaine.
     
    Le soutien de pasteurs évangéliques
     
    Le pasteur Emmanuel Kamondji était anéanti, hier, en découvrant l’étendue des dégâts dans son église.
    « Tout a brûlé, le premier et le deuxième étage sont totalement détruits. Le pire c’est que nous avons constaté plusieurs foyers. » Voilà qui confirme la piste criminelle. « Nous avons reçu le soutien de plusieurs pasteurs de la métropole lilloise qui sont prêts à nous accueillir et nous ont proposé des solutions de replis. Nous sommes très touchés par leur soutien », témoigne le pasteur. Ce dernier tient d’ailleurs à préciser que son lieu de culte n’était absolument pas menacé par les travaux futurs de doublement des voies du CD 700, comme certaines bonnes âmes le laissaient entendre, via leur commentaire laissé sur notre site Internet.
     
    Maison « star » du paranormal
     
    On a prétendu cette demeure hantée par le fantôme d’un enfant, ou frappée de la malédiction des pendus. À telle enseigne que cette étrange bâtisse du quartier d’Hempempont a fait les choux gras des émissions de télévisions paranormales. Emmanuel Kamondji, le pasteur, ne croit pas aux spectres, mais il a dû convaincre ses 250 paroissiens pour acheter la maison. « Pendant plus d’un an, nous avons organisé des rondes de chants et de prières autour de la maison, pour désenvoûter le quartier », confiait-il lors dans un précédent article. Un étudiant en communication y a consacré un mémoire, recensant les sites qui disent la maison possédée. Elle serait hantée par le fantôme d’un enfant de cinq ans, tous les propriétaires se seraient pendus dans la même pièce…

     

    Impossible de la détruire : les engins tomberaient en panne, les ouvriers seraient blessés dans d’étranges circonstances. Encore, elle aurait été le théâtre d’ignominies pendant la guerre, les ondes maléfiques feraient tourner les cadres. Plus prosaïquement, on avance l’hypothèse de médisances liées à un conflit de propriété. Cela n’a pas empêché l’église protestante l’Alliance nouvelle d’acheter 365 000 € la « Maison d’Hem » pour y installer un temple et un centre pour les associations de catéchèse, d’alphabétisation, ou de soutien aux SDF.
     
    F.FL et M.VDK.
     
    Pin It

    votre commentaire
  • Un couple de Britanniques a eu une sacrée surprise en regardant les photos de sa visite de la prison d’Alcatraz. Ils avaient photographié une cellule vide. Ils ont découvert, sur un de leur cliché, le "fantôme d’une femme".
     
     
    "Quand j’ai regardé la photo sur mon portable, j’ai vu cette figure féminine sombre. J’ai regardé par la fenêtre et il n’y avait personne dans la salle", explique Sheila Sillery-Walsh, 48 ans, à Metro. Elle a immédiatement montré la photo au personnel de l’endroit pour voir si ce visage leur était connu. Mais personne n’est parvenu à identifier la femme de la photo.
    "Je suis curieuse de savoir qui elle pourrait être. Peut-être était-ce une femme qui visitait un prévenu et qui continue à venir? J’aimerais savoir pourquoi elle se montre sur ma photo", ajoute la touriste britannique.
     
     
    Pour l’un des responsables du lieu, Mr Rice, il s’agit bel et bien d’un fantôme. "Les cheveux et la tenue de la femme sont d’une autre époque. On dirait qu’elle sort des années 30 ou 40. Je n’ai aucune explication logique pour expliquer la présence de cette femme sur la photo. Je suis perplexe. D’autant qu’elle regarde droit vers l’appareil photo, avec un regard entendu."
     
    Effet d’optique? Reflet? Mauvaise synchronisation de l’appareil photo? Chevauchement de deux photos? Nul ne le sait pour l’instant. Mais la nouvelle devrait alimenter à nouveau la légende qui prétend que la prison ultrasécurisée d’Alcatraz est un des lieux les plus hantés des Etats-Unis.
     
     
    *
     
    (Source :7s7)
    Pin It

    votre commentaire
  • Quand vous emménagez… Ne réveillez pas les morts !

    Au moment d’emménager dans une nouvelle maison : dépoussiérer, laver, repeindre, imprimer sa note personnelle à la déco, c’est bien, mais ça ne suffira pas à faire de cette maison la vôtre. Il vaut mieux demander aux pouvoirs invisibles qui habitent là de nous accueillir, sans quoi… Témoin l’histoire de Charlotte et Jean-Marc…

     

    couple mariole
     
    Autrefois, le premier objet qu’on introduisait chez soi, c’était un crucifix. Ce n’était pas afficher sa foi. Plutôt se protéger. En Afrique du Nord, en Chine, en Thaïlande, on a encore conscience de cela : en emménageant quelque part, on bouscule les esprits du lieu. Superstition ? Ou connaissance de réalités subtiles ? Car il est des maisons qui ont tout pour être agréables, et se révèlent invivables. Elles chassent leurs occupants !

    C’est dans la tête, affirme notre époque pétrie de rationalisme. Une petite poignée de psys ne le pensent pas. Leur chef de file, le psychiatre Carl Wickland, estime que des nuages d’énergie peuvent nous perturber. Nuages qui seraient tout simplement les esprits de défunts, des esprits attardés sur terre, attachés au lieu où ils ont vécu et les marquant de leur empreinte. En langage courant, des fantômes. Toujours selon le Dr Wickland, 70 % des personnes mentalement perturbées seraient en réalité « infestées » par des esprits violents, désespérés ou stupides… Car, précise-t-il, « la mentalité d’un décédé est la même qu’avant son trépas, la mort ne le rend pas meilleur ». Et il suffit d’un rien pour réveiller ces esprits des lieux. Quelques petites notes jouées au piano, et voilà que la vie de Charlotte et Jean-Marc a basculé dans le film d’épouvante…

     

    couple mariole3

    L'appartement au-dessus de la fameuse boucherie

    Tout a commencé par une excellente affaire : Jean-Marc Mariole et sa femme, Charlotte, ont visité les deux étages de la maison, au-dessus de la boucherie, à louer pour 600 €uros par mois. Cela faisait des semaines que le couple visitait des appartements dans les environs de Manchester, en Angleterre. Un duplex à ce tarif-là, c’est donné ! Le contrat de location a été signé le soir même.

    DES COUPS VIOLENTS EBRANLENT LES MURS

    Quelques jours plus tard, le couple déménage dans leur nouveau logement du 26 Church Street, à Frodsham. Ils sont tellement contents qu’ils n’ont pas cherché à savoir pourquoi le loyer était si bon marché. Dommage, il aurait mieux valu qu’ils sachent…

    Jean-Marc Mariole, un musicien de 65 ans, originaire de l’île Maurice, a passé presque toute sa vie en Angleterre. Il y a travaillé avec des rocks stars. Charlotte, une Française de 53 ans, s’est mise récemment à la chanson. Mariés depuis peu, ils ont décidé de se consacrer à un disque qu’ils feront ensemble. C’est précisément pour y travailler en paix qu’ils ont choisi de venir vivre ici, à Frodsham, un gros bourg isolé dans la campagne. Le cadre idéal, à l’écart de toute agitation. Du moins en apparence. Les époux Mariole se consacrent à l’aménagement de leurs deux étages. L’endroit semble ne pas avoir été habité depuis longtemps… Jean-Marc, qui joue du piano et de la guitare, s’installe un studio d’enregistrement. Comme son matériel est coûteux, il place ici et là des alarmes, et des caméras de surveillance au plafond. De quoi décourager les voleurs. Sauf qu’ici, ce ne sont pas vraiment les voleurs qu’il faut craindre…

    La maison s’avère agréable, commode, d’un calme absolu. Un soir de mai 2010, Jean-Marc, son studio enfin installé, se met à jouer de la danse, de la musique électro percutante. Mais ce joyeux vacarme, apparemment, filtré malgré l’insonorisation dérange quelqu’un : Jean-Marc entend de violents coups frappés contre les murs. Le boucher ? Impossible, il a quitté sa boutique, à cette-là. Il doit bien y avoir une cause, mais-laquelle ? Des travaux ? Il n’y pense plus quand il va se coucher avec Charlotte, mais-là, stupeur : ils entendent cogner à la porte de leur chambre. Quelqu’un est entré dans la maison ! Jean-Marc se lève et ouvre. Personne. Pourtant, les coups continuent, c’est inexplicable ! Le musicien, pas fier, retourne s’allonger auprès de son épouse, elle aussi terrifiée. Et voilà que les draps du lit se soulèvent et s’agitent, comme secoués par une main folle et invisible !

     

    couple mariole2

    Cette fois, le couple s’enfuit. C’est dans un hôtel des environs qu’il finit sa nuit, sans réussir à fermer l’œil. Un fantôme ? Le couple ne veut pas y croire. Ils retournent dès le lendemain chez eux, au 26 Church Street… Mais est-ce vraiment chez eux ? A première vue, tout est redevenu tranquille. Si bien que peu à peu la peur s’estompe. Pour un temps. Quelques semaines plus tard, alors qu’il est en train de répéter au piano une mélodie mélancolique, Jean-Marc voit les touches du clavier se mettre  à jouer toutes seules ! Au même instant, il sent une forte odeur de tabac à pipe dans son dos. Il se retourne brusquement. Il n’y a personne dans la pièce. Son imagination lui aurait-elle joué un tour ? Non. Charlotte est elle aussi incommodée par l’odeur entêtante du tabac. Et ça continue… Une nuit, le couple est réveillé en plein sommeil par des cris de bébé. Cela vient du grenier. La trouille au ventre, Jean-Marc y grimpe. La pièce est vide. Et silencieuse. Mais à peine est-il redescendu que les pleurs reprennent de plus belle ! Et les Mariole, une nouvelle fois, terminent la nuit à l’hôtel.

    Durant des mois, les malheureux vont être persécutés par ces manifestations hostiles. Le simple fait d’être là a réveillé les esprits, diagnostiquerait le Dr Wickland, car « la lumière magnétique provenant des vivants « suffit à les attirer… Mais il y a pire : sans doute ce couple d’artistes dégage-t-il une intensité émotionnelle « en résonance » avec les nuages d’émotions qui imprègne les murs. En effet les « mal morts », esprits restés à la lisière entre deux mondes, se déchaîneraient surtout en présence de personnes qui créent une « atmosphère mentale » spéciale autour d’eux : les adolescents à fleur de peau, les gens particulièrement sensibles ou… les artistes, comme Charlotte et Jean-Marc.

     

    Devil
     
    DES OMBRES BLANCHES AU-DESSUS DU PIANO

    Ces rémanences du passé, ces brouillards d’énergie, ni tout à fait pensée, ni tout à fait matière, vont rendre leur quotidien terrifiant… Un jour, ce sont les portes de placard qui claquent. Un autre jour, le rideau de douche ne cesse de s’ouvrir et de se fermer, avec un bruit de crissement affreux. Puis les phares de la voiture s’allument d’eux-mêmes dans la nuit, des ombres blanches dansent au-dessus du piano, une silhouette assise apparaît dans l’escalier. La presse locale, qui a eu vent de l’affaire, arrive en masse à Frodsham, en avril 2011. Le couple sente bien qu’on ne les croit pas. Pourtant, une équipe de télé visionne les vidéos ces caméras de surveillance. Et là, surprise : on voit nettement des ombres blanches en train de flotter au-dessus du piano. Va-t-on enfin prendre l’affaire au sérieux ?

    Quoi qu’il en soit, il est trop tard. Les époux Mariole préfèrent rentrer en France…

    Par la suite nous apprendrons que la bâtisse date des années 1850. C’est un irlandais, un type qui a réussit dans la laine, qui l’a fait construire. Le bon vivant, toujours la pipe au bec… On a encore son portrait à la mairie, dans les combles, raconte un élu. Bref il s’est installé là avec son épouse. Et tout de suite, le malheur s’est abattu sur la famille. La femme est morte en couches… L’Irlandais ne s’en est jamais remis. Il s’est occupé de son fils nouveau-né. Mais un jour, le gosse s’est tué à son tour en tombant dans l’escalier. Le père est mort de chagrin. Depuis, on dit que le fantôme de l’Irlandais n’a jamais pu quitter l’endroit. L’odeur de tabac que les locataires sentaient, c’était lui, sa pipe : la musique triste, ça le faisait revenir… Ainsi donc, le fauteur de troubles, c’était cette âme en peine…

    *

    Source- Revue Horoscope N° 737 d’août 2011

    Aura2

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-1361391/Paranormal-Activity-Couple-spend-3-000-hotels-ghosts-force-home.html

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    titanic capitaine
     
    La maison où est né le capitaine du Titanic est à vendre. Elle serait hantée...
     
     
    La malédiction du Titanic  ?
     
    Le capitaine Edward John Smith hanterait sa maison d'enfance située dans la commune de Stoke-on-Trent, en Angleterre. Ce serait pour cette raison que les Bonner, actuels propriétaires, ne sont pas inondés de propositions d'achat solides.
     
    Les Bonner ont décidé de profiter du 100e anniversaire de la tragédie du Titanic pour vendre la maison du Capitaine Edward John Smith. Son nom est connu à travers le monde entier et l'intérêt pour le Titanic ne se dément pas. Mais le couple Bonner rencontre un problème de taille :  les acheteurs potentiels, bien qu'attirés par la légende, semblent effrayés par le fait que l'esprit de Smith puisse encore hanter l'endroit.
     
    Hantise : le retour du Capitaine
     
    À en croire un entretien des Bonner accordé au journal britannique Daily Mail, selon leurs différents locataires, certains phénomènes étranges se seraient déroulés à plusieurs reprises, la nuit, dans la maison du Capitaine  : ''objets qui bougent, salle de bains inondée, courant d'air aussi glacial qu'un iceberg etc''...
     
    Smith a  vécu dans la maison avec ses parents avant de s'engager dans la marine à l'âge de 13 ans. Dès 25 ans, il fut capitaine d'un navire et fit par la suite une brillante carrière ...avant de faire cet ultime voyage en 1912, celui du Titanic.
     
    Lors du naufrage, il aurait sauvé plusieurs vies et serait  resté à bord, se tirant une balle dans la tête lorsque le navire fut sur le point d'être complètement  immergé. Smith est décédé à l'âge de 62 ans.
     
    Son corps n'a jamais été retrouvé...
     
     
    *
     
     
    Pin It

    5 commentaires
  •  

    A Châtel-Saint-Denis (FR), une salle de classe montrée du doigt pour ses troubles électromagnétiques aurait également abrité des «entités».

     

     
     
    Tout n’a pas été dit sur le bâtiment scolaire La Châteloise à Châtel-Saint-Denis (FR). Une enseignante avait alerté les autorités communales en novembre 2010 en signalant que le wi-fi contribuait à faire de sa salle de classe un véritable calvaire électromagnétique («Le Matin Dimanche» du 11 décembre 2011). Les autorités communales puis cantonales ont alors lancé cinq expertises qui ont toutes démontré que les normes en vigueur étaient respectées. Toutes? Presque… L’expertise de Nicolas Bertherin, architecte, géobiologue et administrateur de la Fondation Emergence à Bulle (FR), a détecté une autre forme de perturbations. La présence d’«entités». En clair, des phénomènes paranormaux qui pourraient s’apparenter à des «esprits errants». Si le constat a été fait oralement et relayé dans le rapport de synthèse établi par la commune, les détails ont été enlevés de l’étude par Nicolas Bertherin lui-même. «Le Matin Dimanche» l’a rencontré pour en connaître les raisons. Pourquoi ne pas avoir fait mention du problème des «entités» dans votre rapport? Je ne souhaite pas partir en croisade et imposer un point de vue que tout le monde n’est pas prêt à accepter. J’ai des perceptions et des convictions, mais je ne cherche pas à convertir les gens.
     
    Qu’entendez-vous par «entités» ? 
     
    Il y a trois sortes de corps: physique (enveloppe du corps), éthérique (enveloppe énergétique) et spirituel (de source divine). L’entité est la forme éthérée. La pensée est une forme d’entité. C’est une empreinte énergétique qui agit sur la mémoire des murs.
     
    Des fantômes, en quelque sorte ? 
     
    Tout le monde n’est pas d’accord. Je dirais que ce sont des phénomènes paranormaux.
     
    Est-ce que vous en avez constatés dans ce bâtiment scolaire ? 
     
    Oui, il y avait des entités qui formulaient des demandes d’aide.
     
    Que voulaient-elles ?
     
     Qu’on les aide à partir. Le bâtiment était empreint d’énergies de personnes ayant vécu des choses difficiles. Il faut se souvenir qu’il y avait un cimetière à proximité et un monastère à cet endroit autrefois.
     
    Les entités sont-elles dangereuses ? 
     
    Si on ne les respecte pas, cela peut le devenir.
     
    C’est-à-dire ? 
     
    Je pense que les gens ne respectent pas le culte des morts au sens large.
     
    Qu’est-ce que c’est ? 
     
    Entre autres, le rituel de veiller le mort durant trois jours, trois nuits avec trois cierges de chaque côté.
     
    Comment procéder au culte des morts ici, lorsqu’il n’y a plus de corps ? 
     
    Une simple prière peut suffire. Mais il faut trois éléments fondamentaux: la conscience, je sais ce que je fais, la confiance, je sais pourquoi je le fais et la sincérité, je sais comment je le fais, sans imposer quoique ce soit.
     
    Concrètement, comment avez-vous procédé dans ce bâtiment ? 
     
    Je me suis mis de côté, j’ai allumé une bougie, avec de l’encens, et j’ai fait une prière et une incantation.
     
    Et ça a fonctionné ? 
     
    Oui. Mais encore une fois, ça dépend de la perception des gens. Ce n’est pas parce qu’ils ne disent rien que c’est fini. Ils peuvent ressentir d’autres choses.
     
    Comment les entités se présentent-elles à vous ? 
     
    En général, je ressens des picotements sous-cutanés ou frissons, c’est ce qui s’est passé à Châtel-Saint-Denis. Mais il m’arrive de les voir. Elles prennent la forme de flammèches blanches en leur centre.
     
    Peuvent-elles revenir dans ce bâtiment scolaire ? 
     
    Tout est possible, mais en principe celles qui sont parties ne reviennent plus. Mais d’autres peut-être. Cela dépend de la perception des gens. Il faut laisser faire.
     
    *
    Pin It

    1 commentaire
  • LaLaurie

     

    La Nouvelle-Orleans possède sa maison hantée !


    En 1831, Delphine Lalaurie, riche héritiere d'une famille créole, achete avec son mari la « Lalaurie House » au 140 Royal Street. Ils y donnent de grandes réceptions mondaines. Cependant Delphine a la réputation de maltraiter ses esclaves noirs et en 1833, un voisin affirme qu'une jeune femme fouettée sans pitié se serait jetée du haut du toit. L'année suivante, un incendie se déclare et lorsque les secours arrivent, ils découvrent avec horreur sept esclaves enchaînés et affamés. La foule se déchaine contre les Lalaurie qui ne doivent leur salut qu'a leur fuite en France. On raconte que le corps de Delphine Lalaurie a été ramené après sa mort à la Nouvelle-Orléans. Depuis lors et bien que la maison ait été transformée en immeuble a appartements, des cris, des gémissements et des coups de fouet seraient régulierement entendus, provenant de l'intérieur de la Lalaurie House.

    L'acteur américain Nicolas Cage a acquérit la maison pour 3.450.000 $ en avril 2007. Depuis lors, l'acteur a confirmé que des fantômes partagent avec lui cette propriété. Il y donne régulièrement des diners auxquels sont conviés les membres de sa famille et ses amis mais refuse que quiconque y passe la nuit. Il n’accepte pas non plus que des spécialistes en paranormal viennent examiner la demeure car il veut laisser les revenants en paix.

     

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    « J'’ai vécu avec un fantôme »

     

    <o:p></o:p>

    A peine installée dans son appartement, Diane a dû faire face à des phénomènes inexpliqués : télévision, radio et réveils qui s’'allument seuls, apparitions étranges… Elle raconte sa cohabitation avec cette "présence".<o:p></o:p>

    « Il y a un an, j'’ai quitté mes parents pour vivre seule. C'’était mon premier appartement. Avant d’'emménager, j’'ai décidé de le décorer à mon goût. Je l’'ai donc entièrement repeint pour m'’y sentir parfaitement bien, mais aussi pour marquer le fait qu'’il débutait avec moi une nouvelle vie. Très vite, j'’ai commencé à entendre des bruits de pas lourd, des grincements. C’'était un son différent de celui que font mes voisins du dessus en marchant, comme si quelqu'’un se déplaçait sur mon parquet. Cela se produisait systématiquement le soir ou le week-end, à des moments où j'’étais seule dans mon appartement. Lorsque j'’avais de la visite, il ne se passait rien. Alors j'’ai fini par me dire que la maison était mal insonorisée et que je me faisais des idées.<o:p></o:p>

    Deux ou trois mois après mon emménagement, le poste de télé que j’'ai dans ma cuisine s’'est mis en marche tout seul. J’'étais en train de lire un livre dans ma chambre. Pensant qu'’il y avait dû y avoir un court-circuit, j’'ai éteint. Quelques semaines plus tard, ma stéréo s’'est allumée seule à son tour. Là encore, j'’ai pensé à un problème de branchement. J’'ai demandé à mon voisin où étaient situés ses appareils électriques, afin de vérifier qu’'il n’y avait pas d'’interférences, mais ils ne se trouvaient pas à proximité des miens. En l’'espace de huit mois, ces phénomènes se sont produits à intervalles réguliers. Un soir, la télé se mettait en marche, le surlendemain, c'’était la radio, deux jours plus tard, encore la radio, puis plus rien pendant plusieurs semaines. Après un certain temps, les manifestations reprenaient pendant quelques jours, et s'’interrompaient de nouveau.<o:p></o:p>

    Je me suis mise à avoir vraiment peur la nuit où j’'ai été réveillée par la sonnerie du réveil de ma salle de bain. Je l'’avais acheté un mois et demi auparavant, et je m'’étais contentée d’'y insérer des piles et de le poser au-dessus de mon miroir pour avoir l'’heure. Je n’'y avais plus touché depuis, même pas en faisant le ménage puisqu'’il était hors d’'atteinte. Il était donc impossible que j'’aie branché l’'alarme par mégarde. A partir de ce soir-là, j’'ai eu de plus en plus de mal à dormir. Je ressentais une présence étrange dans mon appartement et j’'angoissais à l’'idée de rentrer chez moi après le travail.<o:p></o:p>

    Un soir, vers 23 h, je l’'ai vu. J’'étais couchée dans mon lit, je lisais à la lueur de ma lampe de chevet et j’'ai soudain eu l’'impression d'’être observer. J'’ai levé les yeux et j’'ai aperçu, au pied de mon lit, une silhouette de lumière blanche. Elle mesurait environ 1,60 mètre de haut et était immobile. Je ne pouvais pas distinguer si c’'était un  homme ou une femme. J’'ai poussé un hurlement. J’'étais paralysée de peur. Ca n’'a duré que quelques secondes, avant que j’'allume le plafonnier. L'’ombre avait disparu. Ne sachant que faire, j’'ai allumé toutes les lumières dans l’'appartement et j'’ai passé la nuit à regarder la télé. Pas moyen de m’'endormir.<o:p></o:p>

    Le lendemain de cette apparition, j’'ai commencé à me renseigner sur le sujet. Jusque-là, je n'’avais entrepris aucune démarche car je refusais d'’y croire. Je me disais que tout ça, c’'était dans ma tête et je continuais à chercher une explication logique. Mais je ne pouvais nier l’'évidence : j’'avais vu quelque chose. Alors j’'ai mené l’'enquête, cherchant à savoir si quelqu’'un était mort dans mon appartement. Rien. Sur Internet, j'’ai lu qu'’il fallait répartir du sel aux quatre coins d’'une pièce pour faire fuir les esprits. J’'ai donc suivi ce conseil et, dès le lendemain, je n'’ai plus senti de présence dans ma chambre. Certaines personnes m’'avaient suggéré de faire des incantations ou de contacter un magnétiseur, mais j’'ai d’'abord essayé de chasser moi-même le fantôme. Seule dans mon appartement, je lui parlais à haute voix : « Je ne te veux pas de mal. Je ne sais pas qui tu es ni ce que tu veux, mais je me sens bien dans cet appartement et j'’ai envie d’'y rester. » Je m'’étais tellement investie pour retaper mon deux pièces qu'’il était hors de question que je déménage ! Les trois semaines suivantes, il ne s'’est rien passé. Puis un soir une amie m’a téléphoné et m’a demandé si mon fantôme s'’était encore manifesté. Je lui ai répondu : « Non, tout va bien. » A peine avais-je raccroché le combiné que la chaîne hifi s’'est mise en marche. C’'était la goutte qui a fait déborder le vase. J’'ai éteint la radio et décidé d'’agir.<o:p></o:p>

    Une de mes amies m’'avait confié avoir un don pour sentir les esprits, alors je lui ai demander de venir chez moi. Je ne lui ai donné aucun détail et l’'ai laissée se déplacer dans mon appartement. Elle a touché les murs et a repéré des zones grises, ombrageuses, autour de la stéréo et de la télé, donc aux endroits précis où se manifestait le fantôme. Elle a allumé des bougies blanches pour purifier l’'air, brûlé de l’'encens et fait un rituel pour chasser ces ombres étranges. Je ne savais pas si ça allait marcher, pourtant, il s’'est écoulé trois mois depuis l'’intervention de mon amie et, depuis, plus de manifestations. Cela m’a vraiment soulagée que quelqu'’un me prenne au sérieux et accepte de m’'aider, car j’'avais l’'impression de devenir folle. Jusque-là, je n'’avais jamais cru ni aux fantômes ni à ma capacité de communiquer avec les morts. Pour moi, c’'était du cinéma.<o:p></o:p>

    Le malaise que je ressentais chez moi a totalement disparu. Il n’'y a plus rien de pesant dans l’'air. J’'ai même adopté un oiseau. Il me tient compagnie et, si jamais l’'esprit devait revenir, je ne serais ainsi plus seule à le voir. Cela dit, je n’'ai pas peur qu’'il me fasse du mal, car il ne s’'en est jamais pris à moi directement. Je pense plutôt qu'’il cherchait à me dire quelque chose. J’'aurais peut-être dû trouver le moyen de savoir quel était le message, mais je ne vais pas poursuivre mes recherches dans ce sens. J’'aurais trop peur de ce que je pourrais découvrir. Et puis ce n’'est pas plus mal : au moins, maintenant, je dors bien. »

    <o:p></o:p>

    *

    Source : http://www.femina.ch<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>


    4 commentaires
  •  

    Hampton_Court

    *** En y regardant de plus près, les portes s'ouvrent avant, puis le personnage les referment ( c'est mon avis perso )   ***

    Le palais de Hampton Court, ancienne résidence du roi Henri VIII d'Angleterre, a toujours eu la réputation d'être hanté. En effet, c'est dans ce château que mourut la troisième femme d'Henri VIII Catherine Howard condamnée pour adultère. Sachant quel allait être son sort, elle implore la pitié de son époux tandis qu'elle priait dans la chapelle royale, en frappant désespérément à la porte, mais il ne l'écouta pas, et elle fut emmenée de force. Ses pathétiques appels au secours retentissent parfois dans la galerie proche de la chapelle. Depuis son fantôme hante Hampton Court. D'autre part, Henri VIII a été vu plusieurs fois à Hampton Court se trainant sur sur ses jambes ulcéreuses dans les couloirs du château. Il est évident que la photo d'une silhouette fantomatique, prise par une caméra de surveillance et publiée par les journaux britanniques en décembre 2004, a relancé le débat. Ce cliché plutôt trouble montre une silhouette vêtue d'un long manteau d'époque, en train de refermer la porte d'une issue de secours de ce palais du XVème siècle. A plusieurs reprises, les gardiens du palais avaient été intrigués par cette porte, surveillée par une caméra, et qui s'ouvrait parfois de façon inexpliquée. En octobre dernier, ils ont eu la surprise de découvrir sur leur écran de contrôle cette image mystérieuse. " J'ai eu un choc en voyant les images de la caméra de surveillance qui montrait une silhouette sinistre en manteau d'époque, a raconté l'un des gardiens du palais. Ca faisait vraiment froid dans le dos parce que le visage n'avait pas l'air humain ". " Ma première réaction a été de penser que quelqu'un faisait une farce alors j'ai demandé à mes collègues de jeter un oeil, a-t-il poursuivi. Nous avons discuté avec nos guides en costumes d'époque mais ils n'ont pas de costumes semblables à celui sur la photo. C'est très déconcertant ". Pour le professeur Richard Wiseman, de l'université du Hertforsdhire, cité par le Daily Telegraph, il s'agit " soit d'un coup de publicité du palais, ce dont je doute, soit d'un visiteur qui a voulu se rendre utile en refermant la porte ". Pour le quotidien populaire The Sun en revanche, il pourrait en fait s'agir ni plus ni moins que du fantôme de Henri VIII (1491-1547). " La période autour de Halloween est la plus active pour les apparitions de ce genre ", explique Terry O'Sullivan, " expert renommé en fantômes " -dixit le Sun- au Collège britannique de parapsychologie. " C'est la période de l'année où le voile entre notre monde et l'autre monde est le plus fin. Il me paraît tout à fait crédible que ce soit le fantôme de Henri VIII ", assure M. O'Sullivan.

     

    Source de l'article : http://www.outre-vie.com/temoins/hampton.htm

     

    ***15 octobre 07***

    <script src="http://www.google-analytics.com/urchin.js" type=text/javascript></script><script type=text/javascript>_uacct = "UA-1113467-1";urchinTracker(); </script>

    Le fantôme du roi Henri VIII

    Pin It

    10 commentaires
  • La maison Winchester<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     

    Bien qu’'elle ait subi de nombreuses transformations depuis le début de sa construction, en 1884, les dimensions de la maison Winchester et sa complexité architecturale en font, aujourd’'hui encore, une curiosité. Au tournant du siècle, l’'édifice avait sept étages à une époque où, dans la région avoisinante, il n’'y avait presque que des fermes. Des cages d’'escaliers qui mènent au plafond ne sont qu’'une des bizarreries introduites par madame Winchester, son excentrique propriétaire.


    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pendant 38 ans, Sarah Winchester s’'est endormie environnée du bruit des marteaux. Aucune berceuse n’'aurait pu la calmer d'avantage. Cette veuve n'’était ni sourde, ni de l’'avis général, particulièrement excentrique. Ce bruit permanent était inhérent à sa mission très spéciale dans la vie. C’'est peu après la mort de son mari William, en 1881, qu’'elle trouve sa vocation. A cette époque, elle hérite de quelque 20 millions de $, en plus du revenu des parts que son mari avait dans la Winchester Repeating Arms Co, soit près de 1000 $ par jour. Mais sa richesse ne la console pas de la perte de son mari ni de la mort de son unique enfant, et elle va chercher le réconfort chez un spiritualiste de Boston.

     

     

    Le message sans détour du médium est alarmant. Une part considérable de la fortune des Winchester vient des ventes du fusil Winchester 73, « l’'arme qui a conquis l'’Ouest ». Les âmes des victimes du fusil, et il y en a eu des milliers, se sont vengées en arrachant sa famille à la veuve Winchester. Sa vie sera maudite, lui dit-il, à moins qu’'elle n’'achète une maison pour l'’agrandir en poursuivant les travaux jusqu’'à la fin de ses jours. En 1884, elle achète une ferme de huit pièces dans la vallée de Santa Clara, en Californie. Là, jusqu’'à sa mort en 1922, elle emploiera de 10 à 22 charpentiers et des douzaines d'’autres ouvriers pour échapper à la terrible malédiction. Le travail, comme elle en a reçu l’'ordre, continue jour et nuit. Chaque soir, elle se retire dans un salon spécial pour y recevoir des esprits les plans qu'’au matin elle remet au chef charpentier. Il devient bientôt évident que la maison est faite à la fois pour garder les bons esprits à l’'intérieur et empêcher les mauvais d’'entrer.

     

     

    Cette double fonction permet de mieux comprendre la myriade de curiosités que contient la maison. Certaines portes ne peuvent s'’ouvrir que d’'un seul côté, d’'autres n'’ouvrent sur rien. L'’une d’'elles donne sur un placard profond de deux centimètres. En face de cette porte, ce qui semble n’'être que l’'accès à un débarras ouvre sur une suite de trente chambres. Une volée de marches descend à une autre qui remonte au même étage. Un autre escalier de 44 marches ne mesure, au terme de ses sept révolutions, que trois mètres. Un autre aboutit contre un plafond. Les fantômes n’'ont pas de reflet, aussi pour ne pas les embarrasser, la maison possède que deux miroirs. Et, comme les esprits ne font pas d’'ombre, les éclairages sont conçus de manière à ce que les humains n'’en fassent pas non plus. Ce labeur ininterrompu de 38 ans a façonné une maison de 4000 mètres carrés qui renferme 160 chambres. En réalité, 750 chambres ont été bâties, mais beaucoup ont été détruites ou modifiées à mesure que les esprits changeaient leurs plans. Aujourd’'hui, la maison n’en demeure pas moins prodigieuse. Elle abrite trois ascenseurs, 6 cuisines, 40 chambres à coucher, 467 portes, 10.000 fenêtres, 47 cheminées, 40 escaliers, 52 lucarnes, 6 coffres-forts et une douche. Madame Winchester a dépensé 5,5 millions de $ de ce qu’elle appelait l’argent du sang pour se délivrer d’'une malédiction…

     

    *

     

     

    <o:p></o:p>

    <o:p> http://www.winchestermysteryhouse.com/press.html</o:p>

     

     

    <o:p></o:p>

    La taverne de l’'étrange- 20 novembre 2006

     <o:p></o:p>

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique