• meteor1

    METEOR CRATER

    <o:p></o:p>

    Il y a plusieurs milliers d’'années, un « missile » cosmique percuta la Terre, creusant un cratère colossal dans le paysage aride du désert de l’'Arizona aux Etats-Unis.

    <o:p></o:p>

    Il y a environ de 30.000 à 50.000 ans, plusieurs millénaires avant que les premiers êtres humains arrivent en Amérique du Nord, une énorme roche s’'écrasa sur la Terre près du canyon Diablo, entre les villes de Flagstaff et de Winslow, en Arizona. Il creusa une immense dépression en forme de soucoupe, d'’une largeur de 1250 m et d'’une profondeur de 174 m. Si on regarde depuis le désert plat environnant, le cratère, haut de 45 m, ressemble à une modeste ligne de faîte, si bien que le trou béant qu'’il dissimule ne fut découvert par les Européens qu’'en 1871. Au début, on croyait qu'’il était d'’origine volcanique, comme des cratères semblables déjà explorés ( tel Sunset Crater, situé à côté ). En 1890, des fragments de fer furent découverts dans les débris. Bien que leur importance n’'ait pas été immédiatement reconnue, certains savants commencèrent à remettre en question l'’hypothèse d’'une origine volcanique du cratère et à en proposer une autre : cette vaste dépression aurait été causée par l’'impact sur Terre d’un corps d'’origine extraterrestres. Après avoir examiné le site en 1902, Daniel Barringer,'it que, puisque le cratère était à peu près circulaire, le corps qui l’avait créé devait se trouver au centre. Plus tard, il constata qu'’une balle de fusil tirée dans la boue molle, même sous un angle fermé, creuse toujours un trou rond. Il déduisit de cette expérience, et du fait que les strates rocheuses sur le versant sud-est du cratère étaient élevées de plus de 30 m par rapport aux strates environnantes, que la météorite était tombée du nord à angle fermé et qu’elle était profondément enfouie sous le versant sud-est. Le forage commença sur le site. A 305 m, un nombre croissant de fragments en fer et en fer-nickel fut trouvé. A 420 m, la mèche se bloqua complètement, prise, semble-t-il, dans de la matière météoritique dure. Les fonds manquèrent et le forage cessa en 1929, mais la communauté scientifique était à présent persuadée que le cratère avait bien été formé par l’impact d’une météorite. La taille du « missile » qui percuta le désert de l’Arizona reste un sujet de spéculation. Au cours des années 1930, les savants estimèrent son poids à 14 millions de tonnes et son diamètre à 122m. Des calculs ultérieurs ramenèrent le poids de la météorite à 2 millions de tonnes et son diamètre à 79 m.

     

    meteor4

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Les estimations actuelles envisagent un poids de 70.000 tonnes et un diamètre de 30 m. Mais même si la taille de l’'objet était celle de l’estimation la plus basse, sa collision avec notre planète n’'en resterait pas moins cataclysmique. Pour creuser un tel cratère, il devrait avoir percuté la Terre à environ 70.000 km/h. L'’impact prodigieux généra une déflagration équivalant à 500.000 t d’explosif, quarante fois plus dévastatrice que la puissance de la bombe atomique qui détruisit Hiroshima, projetant 100 millions de tonnes de roche pulvérisée dans l’atmosphère. Il rejeta aussi les matériaux qui forment maintenant les bords du cratère. Des gouttes de métal liquide en provenance de la météorite s’'éparpillèrent sur une zone de 260 km2, certaines étant projetées à 11 km du point d’'impact.

     

    meteor2

     

    Nombre de ces fragments avaient la taille de cailloux, mais les plus gros pesaient jusqu’à 630 kg. Les matériaux sur le bord du cratère et ceux qui furent rejetés à l’'extérieur consistaient en un mélange de grès et de calcaire- les restes de dépôts riches en fossiles du lac préhistorique qui couvrait autrefois cette région. Une épaisse couche de ce mélange, appelée « breccia », couvre aujourd'’hui le fond du cratère. Dans les années 1930, des sommes importantes furent consacrées au forage du breccia afin de localiser les dépôts de fer qui pourraient être profitablement exploités. Des traces de fer-nickel furent trouvées à des profondeurs de 260 m ; au-dessous de ce niveau, la roche était déplacée. L’'emploi des techniques les plus modernes, en particuliers des relevés sismiques, magnétiques et gravitationnels, suggère que les restes de la météorite se trouvent sous le versant sud, mais qu'’il ne reste que 10% de la masse originelle. Le reste s’est vaporisé au cours de l’'impact et s’est condensé pour former des débris de fer-nickel. En 1960, des traces de deux formes rares de silice, la coésite et la stishovite, furent découvertes dans le cratère. Ces deux matériaux peuvent être créés artificiellement dans des conditions extrêmes de température et de pression, et la stishovite peut se former sous pression au plus profond de la Terre, mais elle se transforme en quartz avant d’'atteindre la surface, si bien que sa présence à l’'état naturel sur le site est la preuve d'’un impact colossal. Dès lors, tout doute sur l'’origine de la formation du cratère disparut et la croyance de Barringer dans l’origine météoritique du cratère fut confirmée. Le Meteor Crater est le cratère le plus accessible au monde, il a reçu le statut spécial de « site naturel national » en 1967. A présent, il est réservé à la recherche scientifique, bien que les visiteurs puissent avoir accès au fond du cratère- sur permission spéciale- en descendant un sentier raide.

    meteor3

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>tyron en 2005 sur les lieux ( lol ).</o:p><o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    La taverne de l'’étrange- 1 septembre 2007

    Aura2

    <o:p></o:p>

    http://www.meteorcrater.com/index.php<o:p></o:p>

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Meteor_Crater<o:p></o:p>

    http://www.barringercrater.com/

    <o:p></o:p>


    Pin It

    2 commentaires
  • 01

     

    Les pierres roulantes de Death Valley

     

    La vallée dite « de la mort », située dans la partie désertique de la Californie, est parsemée de pierres et de blocs de roche qui se déplacent de façon inexplicable, sur une distance de centaines de mètres chaque année. Un phénomène géologique ou surnaturel ?

     

    La Death Valley est située à une centaine de mètres sous le niveau de la mer. C’est la dépression la plus torride des Etats-Unis. Une des bizarreries qui caractérisent la Vallée de la Mort est le phénomène des « pierres qui se déplacent toutes seules ». Ces pierres sont disséminées sur une grande surface aride dite « Racetrack » ou « Circuit », une petite plaine aride de cinq kilomètres de long environ, qui constitue le fond d’un lac asséché.

     

    02

     

    Les pierres ont des dimensions très variées : des tout petits cailloux aux gros blocs de pierre. Apparemment, on dirait qu’il s’agit de cailloux communs, mais qui se déplacent continuellement, laissant derrière eux de longs sillons, peu profonds.

     

    03

     

    Certains de ces sillons sont rectilignes, d’'autres sont en zigzag, et d’'autres encore sont courbes. Ces pierres couvrent souvent des distances considérables, même des centaines de mètres. A la suite d’'observations minutieuses, on a constaté qu’'en moins d’'un an toutes les pierres présentes dans le Racetrack ont bougé. L’'une d’'entre elles s’est même déplacée de 260 mètres à plusieurs reprises, alors qu'’une autre- une pierre de 250 kg- a battu tous les records, se déplaçant en une seule fois de 210 mètres. De toute façon, encore aujourd'’hui le mystère reste entier. Comment est-il possible que de telles pierres se déplacent toutes seules, et en vertu de quelle force ?

     

    04

     

    Certains chercheurs penchent pour une explication de type géologique, tandis que d'’autres supposent l'’intervention d’une force surnaturelle, probablement liée aux récits sur la présence dans la zone d’'êtres non originaires de cette planète et qui se seraient réfugiés sous terre. Dans l’'un de ces ouvrages littéraires, le roi de l'’horreur, Stephen King, s'’est inspiré de cette dernière hypothèse.

     

    07

     

    Son ouvrage est devenu bien vite un véritable best-seller littéraire, et il a permis au metteur en scène John Power de diriger en 1994 le film portant le même nom « Tommy Knockers, les créatures de l'’obscurité », avec Jimmy Smith, Marg Helgenberger ( les experts ), et John Ashton. Dans l'’intrigue du film, l'’écrivain Bobbie Anderson découvre un jour, dans le bois situé à proximité de sa maison, une structure mystérieuse peut-être ensevelie depuis des millions d’années et qui, cependant, émet d'’étranges vibrations. Celles-ci ont le pouvoir de déplacer des objets communs, comme par exemple des gros blocs de pierre.

     

    08

     

    Cet étrange composant est déterré, et à la fin il s'’avèrera être un vaisseau appartenant à des êtres spatiaux. A la suite de cet épisode, les habitants du pays commenceront à changer et à être contrôlés télépathiquement par des extraterrestres mystérieux, à l’'exception de quelques personnes qui sembleraient ne pas appartenir à la catégorie des terrestres communs, vu qu’elles ont des longueurs d’'ondes cérébrales différentes.

     

    *** Des ruines vitrifiées ***

     

     

     09

         

    Quand la première bombe atomique explosa au Nouveau-Mexique, les sables du désert se transformèrent en verre fondu de couleur verte. D’'après ce phénomène, on a établi que le silicium présent dans le sable se transforme, à cause de l’'apport de chaleur, en une plaque de verre. Se basant sur ce fait, on peut en déduire que dans la plus haute antiquité des guerres atomiques se déroulèrent, précisément dans les lieux où il est possible de trouver des plaques de verre ancien et désertique. L'’un des sites où l’on peut trouver des ruines vitrifiées est la Death Valley en Californie. Dans l’'ouvrage littéraire intitulé « Secrets of the Lost Races », par René Noorbergen, et publié en 1977, il est dit textuellement : « En 1859, le capitaine Ives William Walker, explorateur américain, fut le premier à voir quelques-unes de ces ruines, situées dans la Vallée de la Mort. Il découvrit une ville, longue d'’un mille environ, avec les lignes des routes et la position des édifices encore visibles. Au centre, il trouva un grand rocher, haut de 20 à 30 pieds, avec une structure énorme sur son sommet. Le côté oriental, tant du rocher que des édifices, était fondu et vitrifié. Walker estima qu’'un volcan était responsable de ce phénomène. Or, il n’y a aucun volcan dans la zone.

    De plus, la chaleur liée aux phénomènes tectoniques n’'aurait pas pu provoquer une telle fusion de la surface du rocher ». Un associé du capitaine Walker, qui suivit son expédition initiale, commenta : « Toute la région comprise entre les fleuves Gila et San Juan est couverte de ruines. Les ruines de la ville que l’'on peut trouver là-bas doivent être très étendues, et elles sont en partie brûlées et vitrifiées, pleines de pierres fondues et de cratères causés par des incendies, dont la chaleur fut tellement intense qu’elle fondit la roche et le métal. Il y a les pierres du pavé et les maisons déchirées par des lézardes monstrueuses… Comme si elles avaient été attaquées par une gigantesque charrue de feu ».      

    10

     

    Sur les parois du Titus Canyon avoisinant, des graffitis et des inscriptions ont été gravés par des mains préhistoriques inconnues. Des chercheurs émirent l’hypothèse qu’ils auraient pu être réalisés par les peuples qui vécurent là, longtemps avant l’arrivée des peaux-rouges, vu que ces derniers ne présentent aucune mémoire liée à la tradition de ces pièces. Dans le livre « Weird America », écrit par Jim Brandon en 1978, on peut lire ce qui suit : « Les légendes des Piutes ( tribu indienne ) parlent d’une ville située sous la Vallée de la Mort, qu’ils appellent Shin-au-av. Tom Wilson, un guide indien des années 20, affirmait que son grand-père découvrit ce lieu alors qu’il rôdait dans un labyrinthe de cavernes d’un mille de long, sous la surface de la vallée. Le natif arriva à une ville souterraine, où les gens parlaient un langage incompréhensible et portaient des vêtements en cuir. Wilson raconta cette histoire après avoir entendu un chercheur d’or, appelé White, déclarer qu’il était tombé à travers le pavage d’une mine abandonnée à Wingate Pass, à l’'intérieur d’'une sorte de tunnel. White déclara qu'’il avait exploré ce site à trois reprises. Une fois il était accompagné par sa femme ; une deuxième fois par son associé Fred Thomason. Et pourtant, aucun d’eux ne fut en mesure, par la suite, de retrouver l’'ouverture de la caverne où ils avaient cherché à conduire un groupe d’'archéologues désireux d’explorer cet endroit ».

     

    Quelque temps après, un Ecossais excentrique de la Death Valley aurait trouvé de l’'or, mais beaucoup estiment qu’il a extrait ce métal précieux des lingots empilés dans les galeries situées en dessous de cette vallée. Le quotidien du Nevada, « Hot Citizen », du 5 août 1947, rapportait qu’un groupe d’archéologues passionnés avait découvert dans certaines cavernes de la Californie une civilisation perdue d’hommes hauts de neuf pieds… Howard E .Hill, porte-parole de l’'expédition, affirmait que cette civilisation pourrait avoir son origine dans le fabuleux continent perdu d’Atlantide. Les cavernes contenaient des momies d’'hommes et d’'animaux ainsi que des ustensiles appartenant à une culture très avancée, ancienne d’'au moins 80.000 ans. Il ajoutait que les 32 cavernes couvraient une superficie d’'environ 180.000 milles carrés. Les experts du « Los Angeles Country Museum » soulignèrent que les dinosaures et les tigres qui étaient couchés dans ces cavernes, les uns à côté des autres, apparurent séparément sur la Terre, à un intervalle de 10 à 13 millions d’années. Dans certains de ces creux, il y avait aussi les restes momifiés d'’une race d’'homme hauts de huit à neuf pieds, portant des vêtements du type préhistorique, consistant en une fourrure de longueur moyenne, une veste et des pantalons arrivant jusqu’aux genoux.

     

    '

    S’'agissait-il par hasard d’'un musée ?

     

     Source- Revue Stargate magazine N°2 février/mars 2004

     

     

     

    http://www.vanupied.com/californie-parc-national.htm


     

    La taverne de l’'étrange- 10 janvier 2007

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique