•  

    Le 23 juin 1991, près de la ville d'Hildesheim, des joggeurs font une découverte des plus surprenantes : un crop circle. Ce motif découvert dans un champ céréalier et provoqué par la flexion des épis est composé de sept symboles et treize cercles. A l'aide d'un détecteur de métal, le champ est passé au crible et trois médailles sont découvertes : l'une en or d'une pureté presque parfaite, l'autre en argent pur à 99,9 % et enfin une dernière en bronze. Sur ces trois médailles est reproduit le symbole qui formait le "crop circle". Il semble que ces médailles auraient sommeillé pendant très longtemps sous terre avant que ce phénomène de "crop circle" ne permette de les découvrir. Fait assez surprenant, la veille au soir, vers 23 heures, des promeneurs passent par cet endroit et ne voient rien de particulier. Toutefois, pendant la nuit, des témoins rapportent que des lumières orangées ont strié le ciel. D'autre part, ce lieu est renommé pour avoir été l'une des plus importantes zones de culte préhistoriques de toute l'Europe. Le mystère reste complet concernant les médailles ainsi que le "crop circle" qui a permis leur découverte. Deux des médailles découvertes dessous :

    *
     
    un lien pour votre information :
     
    Pin It

    1 commentaire
  • Étrange cercle de glace

    vendredi 26 décembre 2008 par Zone-7

    (Source : Mississauga News - Traduction Daniel Guimond)

    Un résident de Clarckson a capturé un « cercle de ruisseau » sur pellicule.

    Brook Tyler, photographe amateur, prenait des clichés le long du Ruisseau Sheridan sur le Réserve de Préservation de Rattray Marsh dimanche dernier quand il s’est retrouvé devant un cercle de glace de 2 mètres qui tournoyait dans le ruisseau.

    L’homme de 49 ans dit qu’il avait rencontré un cercle similaire plus tôt au printemps de cette année pendant une journée très froide, mais que c’était la première fois qu’il en voyait un en rotation. Il a saisi l’occasion et a pris quelques clichés. « Ceci est un autre exemple des merveilles que l’on peut trouver lorsque l’on s’éloigne des sentiers battus », a dit Tyler qui, depuis deux ans, a fait des voyages hebdomadaires dans la nature environnante pour y faire des photos. Il dit que les photos lui ont fait penser au Crop Circles (agroglyphes) qui apparaissent dans les champs de blés à travers le monde.

    En partageant ses images avec la communauté online, à travers des outils tels que Flickr, ses photos intitulées « Cercle de Ruisseau » ont attiré l’attention d’amateurs sur BlogTo, Digg, et autres. Maintes théories à leur sujet ont été postées, certaines parlant de surnaturel et d’autres ont des explications plus terre-à-terre. Alors que certaines communautés en ligne ont parlé d’intervention extra-terrestre, Tyler pour sa part croit qu’il s’agit simplement des talents de dame nature.

    « Je dirais que le ruisseau coule à une vitesse constante, et que cette vitesse n’était pas suffisante pour pousser le cercle de glace en amont », a-t-il dit. « La glace a dû se former à cet endroit et elle s’est mise à tournoyer avec le courant ».

    Zone-7 : Ce n’est pas la première fois que pareille chose se produit. Et à en juger par la rondeur parfaite, l’hypothèse du talent de dame nature est fragile.

    source : newsoftomorrow.org


    2 commentaires
  • 2008-7-16, Morrens, Suisse

    Un pilote d’'avion a découvert un nouveau «cercle de culture» dans un champ de Morrens.

     

    Auguste Elie Borgeaud ne dit toujours rien. Voilà cinq minutes qu’il parcourt ce qui ressemblait, mardi encore, à son champ de blé. Une belle surface cultivée, sur la commune de Morrens, qui vient de subir une curieuse métamorphose, laissant son propriétaire sans voix. A intervalles réguliers, le blé est couché, à raz le sol, suivant des cercles concentriques. A hauteur d’homme, le triste spectacle d’une culture aplatie. Vu du ciel, le phénomène est tout autre. Il porte un nom: crop circle , agroglyphe en bon vaudois.

    C’'est précisément dans les airs que ce nouvel épisode de la série estivale des «cercles de culture» a été repéré. Survolant hier matin la région d’Echallens dans son petit avion, Grégoire Guhl aperçoit soudain un curieux motif géométrique dans un champ situé à la lisière de la forêt des hauts d’Assens. Un crop circle, pas de doute, dont le tracé évoque un symbole chimique, comme on en trouve dans les livres de science.

    «Si au moins il était beau»

    Le pilote amateur réalise quelques clichés, histoire d’immortaliser une oeœuvre par définition éphémère. Comme un mandala tibétain, les crop circle finissent par être effacés. Le plus souvent avant même que la nature ne s’en mêle. A Corcelles-près-Payerne, en juillet 2007, près de cinq mille curieux avaient eu le temps d’admirer un crop circle avant que la faux mette un terme à son exposition champêtre. Retour sur terre, avec Auguste Elie Borgeaud, rejoint par son fils, Pierre-Louis. Informé par nos soins, l’agriculteur poursuit son examen en silence. Premier commentaire, sous le coup d’une émotion toute rentrée, à la vaudoise: «Ah ouais, ils ont fait des dégâts…»

    «Ils?» Auguste Elie Borgeaud ne se perdra pas en conjectures. Il a déjà entendu parler des crop circle, il n’est pas surpris. Juste ennuyé que cela lui arrive à lui, dans son champ. «Si au moins ils avaient fait ça beau, comme à Dommartin», lâche son fils. Visiblement, la famille Borgeaud est au fait. Les crop circle n’ont pour eux, rien d’extraterrestre. «A force que les médias en parlent», explique Auguste Elie.

    «Plaisir de détruire»

    Dans le champ encore humide des dernières pluies, les Borgeaud ne sont pas seuls. Un représentant de produits agricoles est venu voir de plus près: «C’est du bricolage, il y a des ronds plus ou moins jolis.» Un avis esthétique renforcé par un constat plus technique: «Si tu n’avais pas traité le blé avec un produit rarcourcisseur, ils auraient moins de peine à coucher les épis.»

    Un emplacement stratégique

    Mesurant désormais l’étendue des dégâts, Auguste Elie Borgeaud montre les premiers signes de colère: «C’est bizarre, ce plaisir de détruire.» Difficile de chiffrer les pertes, assure l’agriculteur, qui estime la surface détruite à 3500 m2. «C’est mal fait, soupire Auguste Elie. Parce que du blé, aujourd’hui, on en a besoin.» Trop tôt pour dire s’il portera plainte. Le choix de l’emplacement du crop circle, en contrebas de la route reliant Morrens à Echallens, pourrait ne rien devoir au hasard. Les automobilistes ou les cyclistes ont en effet une vue plongeante sur le champ. De quoi avoir un premier aperçu des figures géométriques. Soit l’un des objectifs toujours visés par les auteurs de crop circle. A leur souci d’anonymat correspond un désir d’être admirés dans leur œuvre.

    Chez les Borgeaud, l'’idée d'’organiser des visites de leur champ n’a pas germé. Ils se passeraient bien d’une telle publicité, comme le laisse entendre le fils, Pierre-Louis. Pour ces derniers paysans de Morrens – il en reste trois et demi, selon les termes d’Auguste Elie – la campagne n’est pas un terrain de jeu. Quand viendront les moissons, il faudra jouer d’habileté avec la batteuse. Tout ça de travail en plus pour ne pas perdre le blé précieux.

    *

    source de l'info ici !

     

    d'autres photos du crop de Morrens ici !

     


    Pin It

    5 commentaires
  • Pierre cedar hill

     

    L'‘image de ce caillou de cinq centimètres de large fait rapidement le tour des sites internet. Il pèse environ 40 grammes, et avait été découvert par Robert Ridge, un homme d’affaires habitant Roswell, en Septembre 2004, alors qu’il chassait le cerf à Cedar Hill, à 27 kms à vol d’oiseau du site de crash de 1947 entre Corona et Roswell.

     

    Frank Levine publie son récit sur le site Roswell-record : “Les symboles qui sont profondément gravés montrent les phases lunaires, une éclipse solaire, et la représentation d’'une supernova…” Le plus évident est cependant la forme d’un Yin-Yang. Robert Ridge l’'avait gardé pendant trois ans dans un coffre, jusqu’à la fin de l'’année dernière :


       “En juillet 2007, je l’''ai montré à deux ufologues, Chuck Zukowski et Debbie Ziegelmeyer, qui ont semblé très impressionnés et l’'ont présenté à des anthropoloques réputés au Nouveau-Mexique. Selon eux, la taille des symboles n'’a pu être réalisée qu’'en utilisant des outils sophistiqués

    La date coïncide avec la publication d’'une promesse de récompense par les enquêteurs Schmidt et Carey, que nous évoquions ici dimanche dernier. L’auteur de l’article ajoute : “Cet étrange caillou possède des propriétés magnétiques inhabituelles. Il conserve sa polarité magnétique en faisant tourner l’'aiguille d’'une boussole, et son champ magnétique peut être mesuré. Le caillou ovale peut aussi se mettre à tourner, selon la façon de positionner un aimant au-dessus de son image en relief. Des archéologues ont souhaité poursuivre des analyses en laboratoire, ce qui devrait être la phase suivante des recherches de Zukowski et Ziegelmeyer

      Le Maire de Roswell, Sam D. LaGrone, a livré ses impressions le week-end dernier au sujet de l’'objet : “C'’est un caillou étrange… Je l’'ai touché, je l'’ai ressenti, et je m'’interroge sur son origine

    Les enquêteurs ont fait le rapprochement avec les motifs de ces cercles de culture de 40 mètres de diamètre signalés en Angleterre huit ans plus tôt, le 2 août 1996, à Liddleton, près de Swindon, dans l’'Oxfordshire.

    uk1996cp

     

    Il n’'en fallait pas davantage pour que certains commencent à envisager la possibilité que le caillou porte un message de l’'espace.

    *

    Aura2

     

    source de l'info : http://ovnis-usa.com/
     

    <bgsound balance="0" loop="3" src="http://erwan.corre.free.fr/signs" volume="0"></bgsound>

    Pin It

    2 commentaires
  • 01 

     
    Ils furent le thème central du film « Signes » avec Mel Gibson en 2003, les crop circles ou « cercles de céréales » apparaissent un peu partout dans le monde depuis le début des années 1980. Certains sont convaincus qu'’il s'’agit d’'équations énigmatiques émanant d’'une intelligence extraterrestre. D’'autres pensent qu’'ils sont l'oe’œuvre de mauvais farceurs ou le résultat d’'expérimentations secrètes. Aucune réponse scientifique sérieuse n'’a pu encore être apportée à ces phénomènes… 

     

    <o:p></o:p>

     

    Chaque année, entre 150 et 300 crop circles apparaissent un peu partout dans le monde et cela, jusqu’'en 2005. Leur taille varie de celle d'’un simple cercle de moins d'’un mètre de diamètre à celle d’'énormes dessins sophistiqués dépassant, eux, les 250 mètres. En août 2001, une formation gigantesque composée de 409 cercles a couvert une surface de plus de 50 000 mètres carrés. Beaucoup ne voient là qu’'une astucieuse mystification. Pourtant des recherches internationales et interdisciplinaires ont démontré que, parallèlement aux copies réalisées par l’'homme, il existait un phénomène bien réel, toujours inexpliqué et qui apparaît de manière mystérieuse dans les champs.

     

    02

     

    Ces étranges zones apparaissent généralement au beau milieu des champs ( blé, seigle, orge, colza et avoine ) où elles ne sont découvertes que lors du passage des moissonneuses. Les fermiers sont furieux : quels sont les vandales qui osent saccager leurs récoltes ? En dépit des récompenses promises par la NFU ( union nationale des fermiers ) à qui parviendrait à les débusquer, jamais un « coupable » n’'a été surpris en flagrant délit. Aucune hypothèse ne parvient à expliquer l’'origine des crop-circles, pas même celle de rotors d'’hélicoptères en vol stationnaire à basse altitude au-dessus des champs, ou d'’adeptes du grand sabbat. Une nouvelle catégorie de spécialistes s'’improvise, les céréalogues. Ils inspectent, photographient, mesurent les cercles et, à grand renfort de publications et de conférences, dressent les caractéristiques de ce phénomènes déconcertant : la zone frontière du cercle est toujours d'élimitée d’'une façon extrêmement nette, il n’'y a pas d’'empreintes de pas, ni d’'instruments, ni de véhicules ( seules sont visibles les anciennes ornières des tracteurs qui avaient répandu fertilisants ou pesticides ), nul plant n’'est arraché ; les tiges couchées, tordues, mais jamais abîmées continuent de pousser à l'’horizontale, sans se redresser. La spirale peut aussi bien tourner dans le sens des aiguilles d’'une montre que dans le sens contraire. Dans certains cercles, deux mouvements spiralés inverses se superposent ; les plantes sont parfois étroitement « tressées » entre elles.… D'’autres détails insolites se précisent. Les animaux sont effrayés et refusent de s'’aventurer à l'’intérieur des crop-circles, certaines personnes y éprouvent de forts malaises, d'’autres, un sentiment d'’euphorie ; les boussoles s’'y dérèglent, les radiésthésistes y captent de forts courants énergétiques, les caméras et autres appareils sophistiqués souffrent de pannes inexplicables. Des sons étranges, de forts vrombissements déchirent la nuit, tandis que des boules lumineuses survolent les champs où l’'on découvrira plus tard les cercles. De quoi intéresser les ufologues qui établissent un lien entre crop-circles et ovnis.

     

     

    On croit généralement que les cercles dans les blés sont un phénomène récent, révélé par les médias. En réalité, cercles énigmatiques et formations géométriques existent depuis des centaines d'’années… si ce n’'est plus. Partout dans le monde, que ce soit dans la mythologie des Indiens d’'Amérique ou dans les légendes et le folklore de l’'Europe centrale, on trouve déjà la trace d’'apparitions identiques à celles qui se produisent aujourd'’hui dans nos champs. En 1678, un opuscule intitulé Le Diable moissonneur raconte la surprenante histoire, illustrée de gravures sur bois, de la découverte de cercles dans des champs de céréales du comté anglais de l’'Hertfordshire.

     

    05

     

    L'’interprétation infernale suggéré, par le titre donne une bonne idée de l’'origine qu’'on attribuait aux cercles dans les siècles passés. Le premier article scientifique sur le sujet fut publié en 1880 dans la célèbre revue Nature. Il rapportait la découverte en Angleterre d’un champ constellé de cercles dans le Surrey. Aujourd’'hui, plus de 350 cas dits « historiques » ou « précurseurs » ( cercles apparus avant 1980 ) ont été enregistrés par des organisations telles que The International Crop Circles Archives ( ICCA ). A partir de 1980, les cercles dans les blés commencèrent à attirer l’'attention de scientifiques et de chercheurs tels que Pat Delgado ou Colin Andrews. Depuis les données enregistrées sur ce phénomène n'’ont cessé de s'’enrichir. Nous avons affaire ici non seulement à de simples cercles mais aussi à des figures de plus en plus compliquées. En 1990, cette évolution a franchi un stade évolutif majeur lorsque des formations ressemblant à des pictogrammes et dépassant les 100 mètres de long sont apparues dans les comtés de Wiltshire et du Hampshire, au sud de l’'Angleterre. Depuis- et pour une raison encore inconnue- ce phénomène à caractère annuel démontre une complexification croissante doublée d’'un nombre d'’apparitions en constante augmentation. Depuis près de 30 ans, cet énigmatique phénomène, loin de décliner, a pris une véritable ampleur ( en 1980, on dénombre 30 cas, en 1985, plus de 100, en 1988, plus de 300, en 1990, plus de 1000 ). Au début, les formations se concentrent en majorité- 98 % des cas- sur les collines crayeuses du Wiltshire et du Hampshire, régions encore imprégnées des anciens cérémonials de l'’âge du Bronze, comme Silbury Hill, la plus haute colline préhistorique artificielle d’Europe, ou les sites mégalithiques d’'Avebury et de Stonehenge, sites qui connurent, dans les années 70, une recrudescence d’'observations d'’ovnis.

     

     

    06

     

    Telle une épidémie, les crop-circles se répandent ensuite dans tout le sud-ouest, le pays de Galles, puis le Norfolk et l’'Ecosse. Elles gagnent les USA, le Canada, le Mexique, le Brésil, l’'Australie, l’'Afrique du Sud et le Japon où, en octobre 1990, sont repérés plusieurs cercles dont certains entourés d'’un anneau près du site archéologique de Yoshinogari, dans l’île de Kyushu. Elles atteignent- timidement- l'’Europe. La Suisse revendique son premier crop-circle à Klein-Gümmenen, dans le canton de Bernes, en 1993; fin janvier 1997, un cercle- de 8,50m de diamètre- d'’herbe brûlée et couchée en spirale, flanqué de trois groupes de trois petits cercles apparaît en plein centre de Munich, dans le parc Luitpold. Le phénomène ne se contente pas de s’'étendre, il évolue et, au fil des ans, atteint un niveau stupéfiant de complexité. Les cercles sont alignés, éparpillés, disposés en crosse, reliés à d’'autres par de belles droites, agrémentés de triangles, d'’haltères, de clés, de pinces, de rectangles, enclos à l'’intérieur d’'une série d’'anneaux concentriques.

     

    A partir des années 90, une débauche de formes géométriques de plus en plus sophistiquées semblant reproduire des images connues ( toiles d’'araignée, insectes ), des symboles alchimiques, kabbalistiques, celtiques, astronomiques, voire même des « objets mathématiques » ( fractales, Julia, figures de Mandelbrot ?? ), draine des foules dans les champs dont les propriétaires monnayent l'’accès, se constituant un joli pécule. Grâce aux interventions des céréalogues, le survol des régions concernées du sud de l’'Angleterre est systématique depuis 1987 ; il favorise la découverte de splendides formations dont seule une vue aérienne permet de saisir l’'ensemble tant les dimensions sont impressionnantes ( les crop-circles géants de la région d’'Alton Barnes mesurent entre 120 et 400 mètres de long, par exemple ) et les éléments constitutifs nombreux, comme pour le « triple Julia », apparu dans le Wiltshire en 1996, qui mesure 300 mètres et est composé de 194 cercles disposés sur une spirale à trois bras.

     

    07

     

    Aussi ne parle-t-on plus seulement de crop-circles, mais d’'agroglyphes et, surtout, de pictogrammes. Chaque été amène son contingent d’émerveillements et d’interrogations.

     <o:p></o:p>

    *** 4000 manifestations dans 45 pays ***<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cela n’'empêcha pas les médias de sauter en 1991, sur l'’histoire de deux vieux Anglais, Doug et Dave, qui clamaient être à l’'origine de « tous les cercles dans les blés ». Par la suite, le duo fut évidemment bien incapable de prouver ces allégations. Le phénomène est bien plus ancien que leur prétendues interventions et il s'’étend sur plus de 45 pays, avec plus de 4000 manifestations un peu partout dans le monde. Aujourd’'hui, une nouvelle génération de faiseurs de cercles a pris le relais, se présentant comme artistes paysagers ou créateurs d'’un mystère des temps modernes. Mais, un fois de plus, à l'’image de l'’histoire inventée de toutes pièces par Doug et Dave, leurs oeœuvres sont bien incapables de soutenir la comparaison avec ce qu'’on appelle le « phénomène authentique ». Nombre de ces formations ont été analysées en détail par des géomètres, des architectes et des mathématiciens tels que le professeur M. Glicksmann ou le Dr G.S.Hawkins de l’'université de Boston. Ceux-ci ont établi qu’elles étaient tout simplement trop élaborées pour avoir été réalisées en seulement quelques petites heures d’'une nuit d'’été. On n'’a que peu d’'éléments sur le temps réel nécessaire à la formation des cercles authentiques mais il existe des témoignages oculaires sérieux indiquant que, quelles que soient la complexité et l’'étendue de la figure, il n'’y a jamais besoin de plus de quelques secondes pour sa réalisation.

     

    08

     

    Ces observations furent confirmées en 1996 à l’'occasion d’un événement stupéfiant, la formation d’'une magnifique et gigantesque spirale constituée de 153 cercles, en plein jour, entre 17h30 et 17h45, sans que personne ne s’'en aperçoive sur le moment, dans un champ situé juste en face du mystérieux monument mégalithique circulaire de Stonehenge. Des analyses d’'échantillons de plantes et sols collectés dans les cercles de blés sont faites. Comparées à des échantillons témoins, 95% des plantes en provenance des formations concernées présentent des modifications significatives dans leur structure cellulaire telles que des nodosités agrandies et allongées dans les tiges, visibles même à l'oe’œil nu, et la présence de « cavités d’'expulsion » au même endroit, là où des particules d'’humidité semblent avoir explosé vers l’'extérieur, laissant derrières elles des cavités visibles. La plupart de ces effets ayant pu être reproduits à l’'aide d'’un rayonnement micro-ondes, cela suggère fortement l’'action d’une chaleur intense et brève lors de la formation.

     

    09

     

    D'’autres plantes ont été trouvées recouvertes d'’une fine couche d'’oxyde de fer qui nécessite des températures supérieures à 500° C. L’'analyse la plus récente montre également que la structure cristalline des minéraux argileux du sol s’'est trouvée modifiée à l'’intérieur des formations étudiées. Ce qui appuie encore l'’idée de l’'intervention ponctuelle d’'une chaleur intense, cette modification ne pouvant s’'être produite qu'’à des températures bien supérieures à 800° C. De toute évidence, plantes et sols n’'auraient pas pu être exposés plus de quelques nano- secondes à de telles températures sans être carbonisés. Quand on sait que cela n’a jamais été détecté, dans aucune des figures fabriquées par l’'homme, soutenir que des mystificateurs humains armés de planches et de rouleaux aient pu provoquer de tels effets est tout simplement ridicule.

     

    Qu'’est-ce qui est à l’'origine de ces formes et dessins superbes ressemblant aux chefs-d'oe’œuvre d’'une sorte de génie des céréales ? Beaucoup de cercles dans les blés parmi les plus complexes trouvent leur équivalence dans des formes naturelles comme les cristaux, les alvéoles des nids d’'abeilles ou les figures circulaires qui apparaissent lorsque certaines fréquences sont dirigées sur des surfaces liquides. Des chercheurs ont démontrés que de nombreux cercles dans les blés apparaissent basés sur le nombre d’'or et autres principes de la géométrie sacrée. D’'autres figures de cercles dans les blés sortent des capacités géométriques de la nature car ils apparaissent plus artificiellement planifiés. Ce serait pourtant un peu rapide d'’y voir des œoeuvres humaines alors que notre propre nature nous reste encore impénétrable.

     

    Certains pensent que les crop-circles pourraient-être l’œ'oeuvre d’'une intelligence non humaine qui viendrait d’'une autre dimension, à moins que ce ne soient des visiteurs extraterrestres. Pour d’'autres, l’armée serait en cause, les conspirationnistes pensent qu’elle crée ces dessins à partir des satellites en utilisant des rayons lasers ou des micro-ondes afin de tester ses nouvelles armes et de connaître les réactions du public à des stimuli non ordinaires. Sans oublier que la nature elle-même pourrait être elle aussi considérée comme une forme d’'intelligence non humaine… Que sont ces étranges lumières sphériques, d’'une taille oscillant entre celle d’'un œoeuf et celle d’'un ballon de football, observées au-dessus et à l'’intérieur des cercles dans les blés et qu'’on peut voir sur des films et des photographies ? L’'un de ces films, réalisé par l’'anglais Andy Buckley, montre les images étonnantes d’'un oiseau de proie plongeant vers une des sphères lumineuses pour s’'en saisir avant de faire brusquement demi-tour au dernier moment. Est-ce là la preuve de la présence d'’une intelligence non humaine à l'oe’œuvre ? Pourquoi les animaux réagissent-ils aussi étrangement quand il pénètrent dans les zones de céréales aplaties contre le sol ? Pourquoi les témoins ont-ils rapportés de leur côté des impressions bizarres, des réactions physiques et même des expériences proches de la vision alors qu'’ils se trouvaient eux aussi à l'’intérieur des cercles, tout particulièrement ceux de formation récente ? Puisque nombre d'’effets rapportés ici s’'observent également sur des êtres vivants placés à proximité de forts champs électromagnétiques, on peut y voir l’'action des énergies présentes au moment de la formation…même si les sceptiques continuent, de leur côté, à prétendre que les témoins ont été mystifiés par une sorte d'’effet placebo.

     

    10

     

    Pourquoi la plupart des cercles dans les blés du monde entier ont-ils été découverts à proximité immédiate d’'anciens sites de pierres levées, de terrassements néolithiques, de chambres en pierres mégalithiques, de tumulus ou de cercles de pierres ?

     

     

    <o:p></o:p>

    Faut-il y voir l’effet des puissants points d'’énergie à l’'intérieur de maillage électro-magnétique de notre planète décrits par les sourciers et les géomanciens modernes, mais aussi par les anciennes cultures du monde entier, parme lesquelles l’'art traditionnel asiatique du fen-shui ? Quelle que soit l’'opinion qu’'on a sur les cercles dans les blés, c’'est en fin de compte toujours la même chose qui fascine en eux : ils constituent le plus beau et le plus pacifique de tous les mystères de notre temps. Et ce qui les rend encore plus intéressants pour les chercheurs c'’est qu'’ils constituent le seul phénomène « paranormal » qui ne s'’évanouisse pas soudainement, qui soit de nature permanente. Son existence n’'est donc pas une question de croyance ou de non-croyance. Les cercles sont dans nos champs, on peut les visiter, entrer en eux, les toucher. Et s'’ils peuvent apparaître comme une provocation pour certains, ils restent avant tout une invitation pour nous tous.

     

    *

     

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p> Ici les plus beaux !!!  crop-circles :

     

    <o:p></o:p>

    *** Anecdotes ***<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En 1996, un pilote qui survolait le site de Stonehenge, a découvert dans un champ proche de ce site, une énorme formation en forme de fractale constituée de 145 éléments différents. Ce pictogramme ne s’'y trouvait pas 45 minutes auparavant !!!

     <o:p></o:p>

    ***

    Le 22 octobre 1987, le Harrier Gr5, un avion britannique « top secret » piloté par Humphrey Taylor Scott, s'’écrase dans l’'Atlantique au sud de l’'Irlande lors d'’un vol expérimental. Six minutes après son décollage, il était au-dessus du Wiltshire, non loin de Stonehenge, quand il perdit le contact radio ( d’'après l’enquête, cette perte de contact eut lieu alors qu'’il survolait un champ avec des crop-circles ). Peu après, le Harrier fut filmé par un avion militaire américain dont le film atteste que cet avion ne possédait plus ni verrière de cockpit ni …pilote ! Le 23 octobre, on retrouva le corps de ce dernier ( qui ne s'’était pas éjecté, le siège éjectable étant toujours dans l’'avion ) écrasé dans un champ où étaient apparus des crop-circles le 22 août, soit juste deux mois avant l’'accident. Lien ou coïncidence ?

     

    ***

    Pour le chercheur Pat Delgado, les crop-circles sont causés par une « intelligence inconnue ». Une position assez proche de celle de son collègue Colin Andrews pour qui « ces pictogrammes élaborés semblent créés par une sorte de force vivante et intelligente dans le but de communiquer avec l’'humanité » et exprimeraient les  « lamentations de Gaïa », notre Mère-Terre si malmenée par les humains. Le professeur Charles d’'Orban ( Département des études orientales de l’'université de Londres ) trouve que certaines formations ressemblent à des œoeuvres sumériennes.

     

    <o:p></o:p>

    ***

     <o:p></o:p>

    La taverne de l’'étrange- 26 juin 2006

     

    Aura2 

     

    Mise à jour le 24 septembre 2013

     

    *

     

    <o:p></o:p>

    http://www.lucypringle.co.uk/photos/<o:p></o:p>

    http://www.cropcircleconnector.com/interface2005.htm<o:p></o:p>

    http://www.culture-crop.com/index.htm<o:p></o:p>

    http://webmaster555.free.fr/ovni/crop-circle.html

    <o:p></o:p>


    Pin It

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique