• LE PROJET MK-ULTRA

    LE PROJET INAVOUABLE DE LA

    CIA : le projet MK-ULTRA

    01
    Il est évident que les grandes agences de renseignements ne reculent devant rien pour protéger les intérêts de la nation. De terribles expériences ont été menées par la CIA entre 1953 et 1988 clandestinement sur différentes populations du monde. Le but : manipuler mentalement l’homme pour en faire un outil multi-fonctions : arme, objet sexuel, esclave…

     

    MK ULTRA OU LES DERAPAGES DE L’EXPERIMENTATION HUMAINE

    Pour mieux comprendre le lancement du projet MK-Ultra, il faut se replonger dans le contexte de la guerre froide. Le projet a débuté en avril 1953 à l’initiative d’Allen Dulles, directeur de la CIA. Le but initial du projet étaient de développer et de tester sur l’homme un maximum de techniques de contrôle et de manipulation mentale, pour déjouer les présumés plans de l’ennemi de l’époque, le bloc soviétique. Le projet est dirigé par le Dr Sidney Gottlieb, psychiatre militaire, chimiste et expert en poisons. Surnommé le « Sorcier Noir », il fut très actif et mis en place de nombreux tests ainsi que des expériences à peine envisageables : administration de LSD et de psychotropes, recherches génétiques pour créer des armes anti-ethniques spécifiques. Il finança également des recherches visant à détruire le psychisme comme les lavages de cerveau et des tests sur des cobayes humains.

    Le projet se multiplie et se divise en près de 150 sous-projets, chacun ayant un objectif particulier à atteindre dans le cadre de la manipulation mentale. Dans la plupart des expériences, l’utilisation de drogues (souvent du LSD) étaient courantes afin d’analyser ses effets possibles sur l’être humain en fonction des quantités et des méthodes utilisées en parallèle. Des milliers de personnes ont été victimes : civils non informés, militaires, agents du gouvernement, classes sociales défavorisées, groupes ethniques, malades psychiatriques etc. Au cœur de ces expérimentations, l’homme était un cobaye que l’on pouvait transformer selon les programmes en tueur, en esclave ou en fou avec des pratiques sadiques de tortures chimiques, psychologiques et physiques, de chirurgie et de déshumanisation totale de l’individu. Certains sous-projets visaient des classes spécifiques de la population avec l’aide de différents administrations, universités, hôpitaux ou encore centres de vacances pour jeunes. Quatre sous-projets ont ainsi utilisés des enfants comme cobayes. Le MK-ULTRA semble avoir connu des ramifications dans de nombreux pays comme avec l’aide des agences de renseignements et de sécurités locales comme au Canada ou en Suède.

    02
    REVELATIONS PAR LES MEDIAS

    En 1974, le New York Times met la CIA dans une position délicate en dénonçant ses activités illégales aux Etats-Unis durant les années 60. Le gouvernement réagit en ordonnant la formation de deux commissions d’enquête : la commission Church dépendait du Congrès Américain et la commission Rockefeller de la Maison Blanche. Elles ont étudié les activités de la CIA, du FBI et des agences de renseignements militaires. Un an plus tard, les commissions révèlent enfin au public la réalité des expériences menées conjointement par la CIA et le département de la Défense américain. Les Américains découvrent que des expériences ont été menées sur des humains, la plupart du temps sans les en informer pour tester des programmes de manipulation mentale par des techniques barbares avec l’injection ou la prise forcée de psychotropes à hautes doses, de tortures psychologiques, chimiques, électriques etc. Le nombre de victimes reste inconnu. Les Etats-Unis ont connu plusieurs vagues de témoignages de victimes (les dernières ont eu lieu sous les présidences de Bill Clinton et de Georges W. Bush) qui ont obligé la maison blanche à ouvrir des enquêtes et à présenter des excuses publiques aux victimes. Bill Clinton avait demandé plus de transparence à l’agence en rendant publique certaines informations. La CIA a réussi à limiter les dégâts, la plupart des documents prouvant ses différentes activités illégales ayant été détruits en 1971 pour cause officielle de : « menace à la sécurité de l’Etat ».

    03
    TEMOIGNAGES DE VICTIMES

    L’une des grandes interrogations de la période était de savoir si on pouvait fabriquer des tueurs ou pas. Pour répondre à la question, il a fallu mettre en place des expériences pour déterminer s’il était possible de contrôler l’homme à distance. Après quelques tests, les premiers résultats ont rapidement montré que les jeunes étaient plus réceptifs et plus facilement manipulables. C’est le cas de l’une des victimes présentée comme « Supposée candidate de Mandchourie » qui témoigne à visage caché dans une vidéo. Elle explique :

    « Tout a commencé quand j’étais une enfant. Mon père était un assassin et s’intéressait au contrôle de l’esprit par la torture, l’hypnose et d’autres moyens. Il m’a utilisée comme cobaye pour montrer à ses collègues de la CIA ce qu’il pouvait accomplir sur un enfant. Mon apprentissage a commencé dès l’âge de 4 ans. Ces activités ont commencé au début des années 70 et ont pris fin vers 1990. Il y a eu plus de 76 morts. Je frappais à la porte des maisons prétextant des problèmes de voiture, ou encore en disant que j’étais perdue. Je demandais à trouver une maison en particulier. C’était aussi simple que cela. J’utilisais un fil de fer ou une arme à feu. Un jour, je me suis mis dans la peau d’une prostituée. Pendant que mon client était au lit, j’ai pris le foulard que je portais et je l’ai trempé dans l’eau de la cuvette des toilettes. Cela a réactivé les éléments chimiques qu’il contenait et je l’ai posé sur le visage de l’homme qui en est mort. J’ai subi l’entrainement appelé NAOMI. Ils m’ont montré comment tremper une aiguille dans de la gelée de pétrole qui contient un agent chimique. Je devais ensuite piquer quelqu’un avec cette aiguille. Les armes à feu me sont aussi très familières même si je n’ai jamais eu l’autorisation d’en posséder auparavant. J’en ai acheté une et je me suis aperçu que je tire très bien même sans entraînement. »

    Elle poursuit avec un élément intéressant qui a été retrouvé sur le lieu de plusieurs homicides, dont celui de John Lennon :

    « Un jour, je me suis rendue dans une bibliothèque et j’ai vu ‘’l’Attrape-cœur’’. Je suis entrée en transe immédiatement. Je ne pouvais plus quitter le livre des yeux. Je l’ai parcouru et je me suis dit que c’était le livre idéal pour quelqu’un qui avait des difficultés à entrer en contact au niveau émotif avec les gens et que cette personne se laisserait facilement entraîné à commettre des actes criminels. »

    Dans les années 50 et 60, l’armée et la CIA ont financé des recherches sur le placement d’implants dans le cerveau humain. Cette technique permet le contrôle du comportement à distance par effet électrique. Robert Naeland affirme avoir été un cobaye. Il a vu son comportement changer en le rendant taciturne et associal. « La première fois que j’ai été en contact avec cette nouvelle technologie des implants, c’est lorsque j’ai été hospitalisé à Stockholm. On m’a implanté un transmetteur dans la narine droite. L’implant radio était à peu près de la taille d’un petit projectile. D’après les radiographies que j’ai pu passer, les spécialistes ont confirmé la présence de corps étrangers. »

    Après cette hospitalisation, Robert Naeland devient un petit criminel. Souhaitant retrouver une vie normale, il se fait opérer en Suède pour retirer ses implants et demande à pouvoir les conserver. « Lorsque je suis revenu à l’hôpital 10 jours plus tard, on m’a annoncé que l’on av ait perdu les transmetteurs que l’on m’avait retiré. Je pense que la CIA et la SEP (son équivalent suédois) devaient être impliqués. »

    *

    04
    QUAND LA CIA FAIT DES TESTS EN FRANCE…

    C’est l’hypothèse la plus grave avancée pour expliquer une étrange affaire survenue il y a plus de 60 ans, à Pont-Saint-Esprit, dans le département du Gard. L’affaire se déroule au mois d’août 1951. Le village ne se réveille pas comme d’habitude en ce 17 août. Ces habitants semblent touchés par la folie dans une sorte d’hallucination collective. Pendant plusieurs jours, certains affirment qu’ils sont morts, d’autres se croient attaqués par des tigres ou d’autres animaux sauvages et plusieurs imaginent avoir des serpents dans l’estomac. Un garçon de 11 ans tente d’étrangler sa mère, un homme se défenestre en hurlant « je suis un avion », il se fracture les deux jambes en s’écrasant au sol ce qui ne l’empêche pas de se relever et de courir sur plusieurs dizaines de mètres.

    A l’époque, l’ergot de seigle est désigné comme coupable et tous les regards se tournent vers le boulanger, la farine et le meunier. L’ergotisme provoque des hallucinations passagères et la perte de sensibilité des extrémités (doigts et orteils). Les habitants présentent des symptômes différents à savoir des vomissements, des douleurs gastriques et musculaires ainsi que des maux de tête en plus d’hallucinations persistantes. L’empoisonnement était-il dû au « pain maudit » ? De nombreuses thèses ont circulé pour tenter d’expliquer le phénomène. En 1982, un toxicologue évoquait la possibilité de présence de mycotoxines dans les silos à grains. Celles-ci entraînent de nombreux effets : allergie, toxicité aigue, dommages aux reins… Si la piste d’un projet secret de la CIA avait été évoquée à l’époque des faits, elle a été étayée fin 2009 par le journaliste américain Hank Albaralli. En enquêtant sur le suicide suspect d’un biochimiste de l’armée américaine (il travaillait sur des projets ultrasecrets), il a réussi à trouver des documents confidentiels de la Maison Blanche et de la CIA. Il a découvert, entre autres, l’évocation dans un document du « secret de Pont-Saint-Esprit » par un agent de la CIA et un représentant du laboratoire suisse Sandoz. D’après le représentant, l’intoxication du village a été volontairement causée par de la diéthylamine, une substance entrant dans la composition du LSD.

    Fait important, le LSD a été synthétisé en 1938 par deux chimistes suisses dont Albert Hofmann qui travaille pour le laboratoire pharmaceutique Sandoz. L’ergot de seigle est à la base de leurs recherches pour trouver de nouvelles applications thérapeuthiques. Les études sont très rapidement arrêtées car le LSD-25 ne présente aucun intérêt. Les deux chimistes décident de reprendre les expérimentations et découvrent fortuitement ses effets psychotropes. En 1947, le psychiatre Werner Stoll (fils du patron des laboratoires Sandoz) à expérimente le LSD sur ses patients. Le brevet est déposé aux Etats-Unis en 1948. Le journaliste a pu obtenir le témoignage de deux militaires qui corrobore les informations fournies par le document : une opération aurait été menée par la CIA et l’armée consistant à pulvériser du LSD sur Pont-Saint-Esprit pour contaminer la population.

    05
    Le convoi funèbre d'une des victimes de l'affaire dite du "pain maudit" passe devant la boulangerie. © AFP

     

    Le bilan fut lourd pour ce village :

    7 morts, 50 internements dans des hôpitaux psychiatriques et plus de 250 personnes touchées par des symptômes durables sans qu’aucune explication officielle n’ait pu convaincre !

    *

    CIA- 60 ans d’expérimentations secrètes sur des cobayes humains

    06
    1931 : Le Dr. Cornelius Rhoads infecte, sous couvert d’investigations médicales pour l’institut Rockefeller, des cobayes humains avec des cellules cancéreuses. Il expérimente ensuite les effets de la radiation en exposant des soldats américains et des civils hospitalisés.

     

    1932 : Entre 1932 et 1972, une étude clinique sur la syphilis s’est déroulée à Tuskegee, en Alabama. 500 personnes (399 patients souffrant de la syphilis et 201 personnes faisant partie du groupe-test non infecté), essentiellement des métayers Afro-Américains, ont été des cobayes volontairement non informés. Ces hommes ont été utilisés pour suivre l’évolution naturelle de la maladie sans aucun traitement. Ils n’ont pas été informés de leurs maladies ni soignés.

     

    1935 : L’incident Pellagra. En 20 ans, plusieurs millions de personnes meurent de pellagre aux Etats-Unis. Cette maladie mortelle a pour principaux symptômes des dermatites, des diarrhées aigues et de la démence. Le service de santé publique américain a connaissance de la maladie et des moyens de la traiter (prise de niacine ou de vitamine B3) mais décide de ne pas agir en ignorant le problème. La maladie touchait principalement les populations afro-américaines pauvres.

     

    1940 : Le Stateville Penitentiary Malaria Study est une étude menée par le département de médecine de l’Université de Chicago en partenariat avec l’armée américaine et le département d’Etat dans l’hôpital du pénitencier de Stateville. La malaria a été inoculée à quatre cents prisonniers pour tester des divers traitements et des drogues expérimentales.

     

    è1942 : Le « Chemical Warfare Services » expérimente le gaz moutarde sur près de 4000 soldats jusqu’en 1945. Certains militaires deviennent cobayes volontaires pour éviter d’être envoyé sur le terrain sans connaître le but des expériences.

     

    1944 : La Navy teste ses masques à gaz sur des sujets humains en les enfermant dans des chambres où ils sont exposés au gaz moutarde et au lewiste (un composé organique de l’arsenic).

     

    è1945 : Projet Paperclip. L’état-major de l’armée des Etats-Unis, le département d’état et la CIA recrutent près de 1500 scientifiques allemands pour travailler sur des projets top secrets (armes chimiques, utilisation des psychotropes…) en échange de l’immunité et d’identités secrètes.

     

    1945 : Le « programme F » est lancé par la commission américaine de l’énergie atomique (AEC). Une grande étude est menée sur les effets toxiques du fluor sur la santé. Le public testé n’est pas informé des risques encourus.

     

    1946 : Plusieurs hôpitaux de vétérans de l’armée utilisent leurs malades comme cobayes pour des expériences médicales en les renommant « observations ».

     

    1946 : Près de 1500 Guatémaltèques ont été infectés à leur insu par la syphilis et la blennorragie dans le cadre d’une étude menée par le gouvernement américain. L’étude a été menée sur des personnes vulnérables et sur des soldas dans sa seconde phase pour multiplier les contaminations qui n’étaient pas jugées suffisantes.

     

    1947 : La commission américaine pour l’énergie atomique annonce dans un document secret du 8 janvier 1947 le début d’une expérience d’administration de substances radioactives par intraveineuses à des sujets humains.

     

    1947 : Des cobayes humains subissent des expériences avec du LSD. La CIA étudie son usage comme arme.

     

    1950 : La marine américaine réalise un essai grandeur nature d’attaque biologique. Elle pulvérise un nuage de bactérie au-dessus de San Francisco depuis les navires. La contamination est suivie grâce à des dispositifs de surveillance dans la ville. De nombreux habitants tombent malades.

     

    1951 : Le département de la défense débute des essais à ciel ouvert avec des armes biologiques (bactéries et virus). Les retombées ne sont pas connues.

     

    1953 : La CIA, l’armée et la marine américaine mènent des expériences à New York et San Francisco. Plusieurs milliers de personnes sont exposées à deux germes : Serratia marcescens (responsable d’infections nosocomiales) et Bacillius globigii.

     

    1953 : Lancement du Projet MK-ULTRA. Le projet englobe de nombreux sous-projets destinés à étudier la manipulation de l’esprit et la modification du comportement par l’utilisation de drogues et d’agents biologiques. Six sous projets ont utilisés des cobayes à leur insu.

     

    1955 : La CIA pulvérise des bactéries au-dessus de Tampa Bay en Floride pour tester ses capacités à infecter une population donnée.

     

    1955 : Jusqu’en 1958, l’armée continue de tester le LSD sur 1000 Américains pour tester ses capacités à invalider l’homme.

     

    1956 : L’armée américaine fait plusieurs essais pour tester les effets de la fièvre jaune. Des moustiques porteurs de la maladie sont lâchés en Floride. Les victimes des insectes subissent ensuite plusieurs tests.

     

    1958 : 95 volontaires testent du LSD dans les laboratoires de l’armée pour évaluer ses effets sur l’intelligence.

     

    1960 : Un test de dissémination de LSD est autorisé en France et Europe. Il s’agit de l’opération Third Chance en Europe et du projet Derby Hat en Asie.

     

    1965 : Le département de la défense et la CIA lancent le projet MKSEARCH qui consiste à avoir recours aux drogues pour altérer l’esprit et manipuler plus facilement l’homme.

     

    1965 : Des prisonniers de la prison d’état de Philadelphie sont exposés à la dioxine (un composé chimique toxique présent dans l’agent orange). Les hommes sont ensuite suivis pour étudier les effets du composé. Beaucoup développent des cancers.

     

    1966 : Début du projet MKOFTEN qui vise à étudier les effets des drogues sur les humains et les animaux.

     

    1966 : L’armée réalise un test géant en diffusant « Bacillus subtilis variant niger » dans le système de ventilation du métro new-yorkais. Un million de civils ont été exposés.

     

    1968 : La CIA expérimente la possibilité d’empoisonner de l’eau potable à grande échelle en injectant des produits chimiques dans l’approvisionnement en eau de la Food and Drug Administration (FDA) à Washington.

     

    1970 : Le projet de développement d’un agent biologique synthétique défiant l’immunité naturelle commence dans une installation top-secrète contenant les armes biologiques de l’armée. L’opération est menée par la division des opérations spéciales de Fort Detrick sous la surveillance de la CIA. Plusieurs rétrovirus auraient été produits.

     

    1970 : Le gouvernement américain multiplie la production « d’armes ethniques » basées sur l’ADN qui peuvent éliminer les groupes ethniques visés.

     

    1977 : Le Sénat lance une enquête sur la Santé et la recherche Scientifique. Les résultats sont alarmants : entre 1949 et 1969, 239 secteurs peuplés ont été souillés avec des agents biologiques dont des grandes villes comme Washington, San Francisco, Saint Louis ou encore Minneapolis.

     

    1978 : Des vaccins expérimentaux contre l’hépatite B sont testés par le Center for Disease Control and Prevention à Los Angeles, New York et San Francisco. Les campagnes de recrutements visent les hommes homosexuels.

     

    1981 : Les premiers cas de SIDA sont détectés dans la communauté homosexuelle, dans les trois villes où ont été testés les vaccins expérimentaux. Des suspicions naissent : le HIV aurait-il pu être inoculé via le vaccin contre l’hépatite B ?

     

    1986 : Un rapport du Congrès révèle que des virus modifiés, des toxines naturelles et divers agents génétiquement modifiés sont utilisés comme agents biologiques par le gouvernement américain. Ils résistent tous aux vaccins existants.

     

    1987 : Le département de la défense reconnaît que 127 laboratoires et universités effectuent des recherches et développent des agents biologiques malgré le décret l’interdisant.

     

    1990 : 1500 nourrissons noirs et hispaniques de 6 mois ont reçu une injection de vaccin expérimental contre la rougeole sans que les parents n’en soient informés.

     

    1994 : Un médecin du MD Anderson Cancer Center de Houston découvre grâce à la technique du « gene tracking » qu’un nombre important de vétérans de retour de l’opération « tempête du désert » sont atteints d’une souche modifié de Mycoplasma incognitus. Ce microbe entre dans la composition des armes biologiques. Le chercheur a pu déterminer qu’il avait été crée par l’homme.

     

    1994 : Le Sénateur John D. Rockefeller publie un rapport dans lequel il stipule que des centaines de milliers de militaires ont été utilisés dans des expériences et exposés à des substances toxiques dont des hallucinogènes, des gaz neurotoxiques et des agents psycho-chimiques.

     

    1995 : Le Dr. Garth Nicolson, découvre que les agents biologiques employés pendant la guerre du Golfe ont été fabriqués à Houston et à Boca Raton, en Floride et qu’ils avaient été testés sur des prisonniers au Texas.

     

    1996 : Le département de la Défense admet que les soldats de « Tempête du Désert » ont été exposés à des agents chimiques.

     

    1996-2011 : ??????

    *

    07
    Source- Le Monde de l’Inconnu n° 349 d’avril/mai 2011

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Spooky
    Vendredi 14 Février 2014 à 17:17
    Cher Tyron, c'est un excellent travail, j'ai moi même des soupçons sur l'affaire d'Amytiville (qui a fait naitre le film du même nom) et l'affaire du tueur fou de la salle de cinéma à Denver comme quoi il aurait été manipulé peut être vraiment à l'insu de leur plein grès.... à cause de quelquechose.... Une fois sur un document sur "France 3" en parlant de "Pont St Esprit", les "merdias" officiels" avaient déclarés que l'histoire avec la CIA étaient des rumeurs mais je ne suis pas d'accord, je trouve au contraire que c'est l'explication la plus logique et qui explique tout, sinon avec le pain ils y auraient plus souvent des cas de folie, on a pas changer sa fabrication depuis le moyen-âge et encore même avant.... Il y a eu rajout forcément....
    2
    predator
    Samedi 15 Février 2014 à 15:08
    excellent tyron sur ce sujet ,qui ont defréyer les chroniques du 20 eme siecle est maintenant le 21 eme siecle(peut de gens le savent ) !!!! comment voulez vous que les gens qui font des experiences sur l'etre humain soit considerer comme des futurs prix nobel ou d'avoir trouver que certaines maladies sont génétiquement enfouient dans le génome humain ,ca c'est du bobard pur est dur ,ils depensent des milliards de dollars sur le dos du contribuable americain . Les produits hyper dangereux sont sur leurs tetes sans qu'ils sans rendent compte ,est le plus grand malheur se sont les gens qui ont besoins d'argent ils se proposent comme cobaye !!!!les soldats tenues aux secret sont considérés comme une perte collatérale ils leurs faut un pourcentage de perte au nom de la decouverte de la science est pour pouvoir detruire une quantité d'etres humains ,j'appelle ca du génocide planétaire dans tout pays du monde (pendant le 20 éme )est maintenant le sulfatage de la planete (neige ,chemtrails, poudres rouges etc ............ les injections soient disant excellent pour des gens de petites tailles qui leurs ont injectaient une souche cérébrale (des personnes déja mortes)est a cause de sa la moitié de c'est gens sont morts au nom de la science est du bien fait pour des millions de gens ,tout ca c'est juste pour du pognon (ca passe au ca casse ) est encore je pourrait vous dire quelles sont les gens qui sont décédés a cause du laxsisme est de la pression des lobbistes pharmacetiques)des gouvernements (tels que la france ) voila pour les soucis dans le monde qui soit disant nous gérent ,ils sont aussi félés que les sérials killers !!! sur ces belles paroles( je rigole)je vous souhaite a vous tous une bonne journée est un bon week end !!!! est encore merci tyron pour ce sujet ,qui est facinant !!!!
    3
    predator
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 23:18
    bonsoir . le projet de ce genre en principe ce n'est pas pour des naifs ,ils doivent prendre des gens avec des personnalités trés fortes mais des fois ca pete un cable ,avec des drogues des facons de deconnecter le cerveau envoyer des images ultra rapides et toujours répétitifs et ultra meurtriers et guerriers !!!!!!!!!! bref on a cacher des morts horribles et sans vergognes !!!!!!!!!! quand il s'agit de la sécurité intérieure les gouvernements font du n'importe quoi , juste pour protéger leurs secrets de tueurs !!! super ce sujet !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :