• LE MYSTERE DU TRIANGLE DES GRANDS LACS

       LE MYSTERE DU TRIANGLE DES GRANDS LACS

      epave

    l'épave du beechcraft d'Otis Reeding

     

    Une vieille légende des Indiens Chippewas, dont l’aire de peuplement se situait au bord des grands lacs séparant le Canada des Etats-Unis, soutient qu’il existe dans le lac Supérieur un esturgeon géant capable d’avaler un bateau d’un seul coup. Les légendes sont plus sérieuses qu’on ne le croit, elles ne font généralement que transmettre sous une forme mythique des phénomènes réels, mais incompréhensibles. Or, l’esturgeon des Chippewas aurait-il encore frappé ?

     

    Au cours de l’année 1977, en juillet, un yacht qui effectuait la traversée du lac Supérieur de Duluth à Michipicoten Harbour a disparu corps et biens, alors que les conditions de navigation étaient parfaites. Presque en même temps, plusieurs barques de pêche ne rentraient pas au port et un avion de tourisme dont le plan de vol prévoyait le survol du lac Huron ne donnait plus signe de vie. A chaque fois, on s’interrogea en vain sur les raisons de ces accidents. Aucune explication ne put être trouvée et l’on recommence dans cette région à parler du mystère du triangle des grands lacs. Cinq grands lacs, le lac Supérieur, le lac Michigan, le lac Huron, le lac Erie et le lac Ontario se trouvent dans cette zone comprise en gros entre les 41e et 49e degrés de latitude nord et les 76e et 92e degrés ouest de longitude. Or, depuis un siècle, plusieurs centaines de catastrophes inexpliquées s’y sont produites. Il y a là indubitablement un mystère qui ne le cède en rien à celui du triangle des Bermudes quant aux conditions entourant toutes les disparitions constatées. Plusieurs chercheurs ont d’ailleurs tenté de trouver une solution à cette énigme, sans succès jusqu’à présent. En 1977, Jay Gourley, ancien pilote devenu journaliste, a consacré au triangle des grands lacs un ouvrage minutieusement documenté qui ne fait qu’approfondir le problème.

    La fin dramatique d’Otis Redding, le célèbre chanteur de blues, est un exemple typique des disparitions inexpliquées qui surviennent si fréquemment dans cette zone. Pour effectuer ses tournées de ville en ville, Otis Redding disposait d’un avion personnel, un Beechcraft H-18 immatriculé à ses initiales, N 39-OR, piloté par Richard Fraser, un pilote confirmé, ancien moniteur de vol. Le 10 décembre 1967, au début de l’après-midi, Fraser dresse son plan de vol pour aller de Cleveland à Madison, traçant sa route au-dessus des lacs Erie et Michigan. A 14h 09, le N 39-OR reçoit de la tour de contrôle du centre de Milwaukee l’avertit d’avoir à se préparer à faire une approche sans visibilité aux instruments sur Madison, le plafond des nuages étant très bas. Il lui communique également les vecteurs radars à suivre. A 16h 22, Fraser reçoit l’autorisation de procéder aux manœuvres d’approche et, deux minutes plus tard, il entame sa procédure en liaison avec la tour de contrôle de Madison. Il rend compte de son passage à la verticale d’une balise signalant que la piste d’atterrissage se trouve à cinq miles de là. La tour de contrôle allume alors les phares de signalisation au sol. Et, soudain, c’est le silence. N 39-OR n’apparaît pas et reste désespérément sourd aux appels angoissants de la tour de contrôle.

    OTIS REDDING

    On retrouva l’épave de l’avion non loin de là, dans le lac Monona. Fraser, Otis Redding et tous ses musiciens et accompagnateurs avaient trouvé la mort dans l’accident, à l’exception de Ben Cauley qui en réchappa d’une manière incompréhensible. Cinq témoins qui se trouvaient sur les rives du lac déclarèrent avoir entendu les moteurs du Beechcraft s’arrêter brusquement et avoir vu l’appareil plonger d’une hauteur de quelque trois cents mètres. L’examen des débris corrobora leurs dires. Aucune trace d’explosion, aucune détérioration des dérives, sinon, celle due à la chute. Quant aux moteurs, ils paraissaient intacts, aucune raison ne pouvant être trouvée à leur arrêt soudain. S’il n’y avait pas eu explosion, le pilote aurait et tout le temps, la liaison radio étant assurée avec la tour de contrôle, d’envoyer un appel au secours.

    Cela prend de deux à trois secondes au maximum. Alors, pourquoi ce silence ? L’enquête administrative n’a pu que conclure : « Raison indéterminée ». Jay Gourley a cherché quelles pouvaient être les causes du brusque arrêt des moteurs. La seule explication plausible, il l’a trouvée dans les travaux de l’astronome Joseph Allen Hynek, le grand spécialiste des OVNI. Selon lui, il est souvent arrivé que des témoins d’apparitions d’OVNI aient constaté à l’approche de ces engins l’arrêt de moteurs d’automobiles et l’extinction des phares. « On pourrait croire, dit-il, que les passagers des OVNI considèrent les machines comme des créatures vivantes qu’il leur faut immobiliser pour les étudier de plus près. »

     

    otis
    La star retrouvée encore attachée à son siège dans l'épave de l'avion
     
    Ce n’est qu’une hypothèse parmi d’autres, certes. Elle expliquerait pourtant non seulement l’accident d’Otis Redding, mais des dizaines d’autres, concernant aussi bien des avions que des bateaux, causés, semble t-il, par des défaillances mécaniques incompréhensibles et au cours desquelles les liaisons radio ont brusquement cessé. En tout cas, ces accidents ressemblent beaucoup à ceux qui surviennent dans le triangle des Bermudes. Depuis que Charles Berlitz a publié les résultats de son enquête, il a été couvert d’insultes par tous ceux que dérange l’existence de problèmes insolubles. On l’a accusé à plusieurs reprises de chercher uniquement à vendre ses livres en donnant de sérieux coups de pouce à la vérité pour présenter comme un mystère des disparitions qui relèveraient de la loi des séries constatée chaque fois que l’on étudie un grand nombre d’accidents. Rappelons sommairement les faits tragiques qui se sont déroulés le 5 décembre 1945 et qui ont attiré l’attention sur le triangle des Bermudes. Ce jour-là, les premières lueurs de l’aube éclairaient à peine les pistes d’envol de la base aéronavale de Fort Lauderdale, en Floride, quand le capitaine Fuzzball, qui assurait la permanence à la tour de contrôle, vit s’éloigner le dernier des cinq bombardiers du Flight 19.

     

    Un vol de routine, pensa-t-il en passant ses consignes aux opérateurs du radar. De la routine, en effet. Tous les pilotes de la base, vétérans de la guerre qui venait de s’achever, avaient acquis une solide expérience chèrement payée en Europe ou dans le Pacifique. Le squadron leader du Flight 19 lui-même avait plus de 2500 heures de vol à son actif. Les appareils sortaient de révision. Et, ce qui ne gâtait rien, la météo était parfaite ce matin-là. Et, pourtant, le drame était là, à l’affut. Deux heures plus tard, tout contact était rompu entre Fort Lauderdale et les appareils du Flight 19. Les radars ne captaient plus aucun écho et, aux appels angoissés de la radio, seul le grésillement des parasites apportait une réponse.

     

    Qu’un accident soit arrivé à un bombardier, que deux, trois appareils soient entrés en collision, passe encore. Mais ce silence était inexplicable. Aussitôt alerté, le commandant de la base fait prendre l’air à l’escadrille de recherche. Pendant des heures, les pilotes sillonnèrent en vain l’itinéraire du Flight 19. Il fallut bien se rendre à l’évidence : les cinq bombardiers avaient disparu simultanément puisqu’aucun d’eux n’avait eu le temps de lancer un signal de détresse. Or, tous les spécialistes de l’aviation sont formels : la disparition subite de ces appareils est absolument inexplicable. On eut beau étudier à fond tous les dossiers concernant des catastrophes aériennes d’origine inconnue, on ne trouva rien d’équivalent.

     

     

    avenger02

     

    Quand Jay Gourley commença à s’intéresser au mystère des grands lacs, il découvrit qu’un expert du Bureau national de sécurité, Starke Jett, intrigué lui aussi par ces accidents, en avait fait une analyse statistique. Les résultats lui avaient appris que le nombre des disparitions sans causes apparentes dans cette zone dépassait celui du triangle des Bermudes. Mais Starke Jett, qui se targue d’être un esprit fort, éclata de rire quand Jay Gourley évoqua des raisons dépassant peut-être l’état de nos connaissances scientifiques. Poursuivant ses recherches pendant de longs mois, Gourley s’aperçut qu’à eux deux les triangles des Bermudes et des grands lacs étaient les zones de toute la terre où avaient eu lieu le plus grand nombre des disparitions mystérieuses d’avions et de bateaux.

     

     

    « Quand on regarde le spectacle du lac Erie des fenêtres de mon bureau, c’est difficile à croire », lui dit un jour le vice-amiral J.S. Grace, commandant le neuvième district des Gardes Côtes, mais il y a une plus grande concentration d’accidents maritimes dans les grands lacs que nulle part ailleurs dans le monde. La première des hypothèses a trait au magnétisme terrestre. Les navigateurs du XVe siècle, les premiers à utiliser la boussole, se sont aperçus que l’aiguille aimantée faisait un angle avec le méridien géographique, mais le nord magnétique. Les lignes joignant les points de la Terre ayant la même déclinaison constituent ce que l’on appelle les lignes isogones. Il existe une de ces lignes, ayant une déclinaison nulle, qui partage le monde en deux parties. Charles Berlitz, constatant que cette ligne traversait le triangle des Bermudes, s’est demandé si elle ne servait pas de repère à des voyageurs venus de l’espace pour pénétrer dans l’atmosphère terrestre. Or, si on la prolonge vers le nord, on voit qu’elle traverse aussi le triangle des grands lacs. Une autre hypothèse évoque l’existence d’une solution de continuité, un trou en quelque sorte dans l’espace-temps, dans lequel disparaîtraient avions et bateaux. Cette version difficilement compréhensible, mais plausible en fonction des théories de l’espace formulée par Einstein, expliquerait des phénomènes bizarres constatés seulement dans la région des grands lacs : la poursuite de liaisons radio après que l’avion portant le poste émetteur eut disparu des écrans radars.

     

    Lorsque s’est achevé l’ère des grandes explorations, nous avons cru bien connaître notre globe. L’existence de zones troubles comme « l’ovale du diable », dans le Pacifique, le triangle des Bermudes et maintenant le triangle des grands lacs prouve que d’autres mystères restent à découvrir. 

     

    LE MYSTERE DU TRIANGLE DES GRANDS LACS

    Source : données personnelles- octobre 2009


     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    OBERSONN888
    Lundi 26 Octobre 2009 à 19:27
    Merci pour l'information, elle vaut sont pesant d'or dans toutes ces informations que l'on trouve dans le monde. Je n'étais pas au courant. Bonne continuation à toutes et tous et salutations depuis Genève.
    http://micheloberson15.spaces.live.com
    2
    noodles
    Mardi 19 Octobre 2010 à 16:04
    woooooooooo dat shits craaaaazay - B man
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :