• Le mystère du “lac des squelettes”.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Niché dans l’Himalaya indien à environ 5.000 mètres d’altitude, le lac Roopkund est gelé une grande partie de l’année. Mais quand les jours sont plus chauds, il offre un spectacle macabre puisque des centaines de squelettes humains émergent de ce qu’on appelle aujourd’hui “le lac des squelettes”.

     

    Qui étaient ces individus, et qu’est-ce qui leur est arrivé ? L’hypothèse principale était jusqu’ici qu’ils sont morts simultanément lors d’une catastrophe il y a plus de 1.000 ans. Une étude anthropologique, réalisée il y a plusieurs années, a étudié cinq squelettes et a estimé qu’ils avaient 1.200 ans.

    Mais une nouvelle analyse génétique effectuée par des scientifiques en Inde, aux États-Unis et en Allemagne, a bouleversé cette théorie. L’étude, qui a examiné l’ADN de 38 cas, indique qu’il n’y a pas eu qu’un seul déversement massif de cadavres, mais plusieurs répartis sur un millénaire.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Des origines et des dates de décès différentes

    Le rapport, publié mardi dans Nature Communications, a permis d’obtenir “une vision beaucoup plus riche de l’histoire possible de ce site” que les efforts précédents, a déclaré Jennifer Raff, généticienne et anthropologue à l’Université du Kansas.

    Les anthropologues connaissent le lac Roopkund depuis plusieurs décennies, mais en savaient peu jusqu’ici sur la provenance des squelettes. Des glissements de terrain, des visiteurs humains et autres ont perturbé et déplacé les restes, ce qui rend difficile de savoir quand et comment les individus ont été enterrés, et encore moins qui ils étaient. “Dans un cas comme celui-ci, cela devient impossible”, a déclaré Cat Jarman, un bioarchéologue de l’Université de Bristol en Angleterre.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Les chercheurs, dirigés en partie par Niraj Rai, expert en ADN ancien au Birbal Sahni Institute of Palaeosciences en Inde, et David Reich, généticien à l’Université Harvard, ont extrait l’ADN des restes de dizaines d’échantillons squelettiques et ont réussi à identifier 23 hommes et 15 femmes.

    Le mystère du “lac des squelettes”.

     

    “Difficile de croire que chaque individu est mort de la même façon”

    D’après les populations actuelles, ces individus appartiennent à trois groupes génétiques distincts. Vingt-trois d’entre eux, dont des hommes et des femmes, avaient des ancêtres typiques de l’Asie du Sud contemporaine ; leurs restes ont été déposés au lac entre le VIIe et le Xe siècle, et pas tous en même temps, certains squelettes étant plus anciens que d’autres.

    Peut-être 1.000 ans plus tard, entre le XVIIe et le XXe siècle, deux autres groupes génétiques seraient apparus soudainement dans le lac: un individu d’ascendance est-asiatique et, curieusement, quatorze personnes d’origine est-méditerranéenne. 

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    Il n’y a aucune preuve d’infection bactérienne, donc une épidémie est à exclure. L’environnement difficile en haute altitude s’est peut-être avéré fatal. L’étude précédente, portant sur cinq échantillons de squelettes, en a trouvé trois présentant des fractures par compression non cicatrisées, peut-être causées par d’énormes grêlons, mais cette conclusion fait débat. Quoi qu’il en soit, “il est difficile de croire que chaque individu est mort exactement de la même façon”, a déclaré Éadaoin Harney, étudiant au doctorat à Harvard et auteur principal de l’étude. Le mystère reste entier…

    Le mystère du “lac des squelettes”.

    source de l'article

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Septembre à 19:35

    Vos suggestions sont les bienvenues ! Votre avis aussi...

    Faites moi plaisir en laissant un commentaire ça coûte rien et fait plaisir !

    2
    balnelius
    Dimanche 20 Octobre à 09:07

    C'est surement des alpinistes qui se ont cassé leur pipe en tombant et ayant été emporté jusqu'au lac par les flots !

    3
    predator
    Mercredi 23 Octobre à 16:13

    bonjour.

    la plus part des gens qu'il y a 1200 ans voire plus sont morts aprés avoir fait une migration en( asie) ou russie , inde sur la frontiere montagneuse himalayenne !!!!

    si la plus part des chercheurs ne savent pas  comment sont ils morts ,il est de plusieurs possibilité (s) exemple : éboulements de rochers et de neige, fuir un endroit beaucoup plus bas sur des terres fertiles ou il y avait des guerres ou des tueurs ,ou alors une migration d'un endroit a un autre !!!!!!!!!!!!

    les chercheurs cherche souvent la ou il ne faut pas et dire u'ils sont trop payés et souvent ils maquillent les vrais recherches et les vrais vérités !!!!

     

    super le sujet  merci !!!!!!!!!!!!!!!!!

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :