• Le gouvernement anglais réclame l’anneau de Jeanne d’Arc

    Le gouvernement anglais réclame l’anneau de Jeanne d’Arc

     Le parc vendéen du Puy du Fou avait acheté le 26 février cet anneau attribué à la Pucelle d’Orléans et l’a présenté au public ce dimanche. Mais les Anglais veulent le récupérer. Et un nouveau rebondissement, un ! La saga de l’anneau de Jeanne d’Arc se joue décidément en plusieurs épisodes et avec un certain sens du suspense, depuis plus de trois semaines.

    Ce dimanche, à l’occasion de la présentation publique de cet anneau acheté lors d’une vente aux enchères à Londres le 26 février 2016 — pour près de 377 000 € — plusieurs milliers de personnes avaient fait le déplacement dans la cour du château du Puy du Fou.

     

    Et c’est Philippe de Villiers, conscient de son effet, qui a douché l’enthousiasme, pendant son discours. « Un élément nouveau nous arrive du Royaume-Uni. Le gouvernement anglais a adressé à notre avocat une demande inouïe  : le retour de l’anneau à Londres ». Stupeur générale et bronca. « On nous dit que le conseil national des arts (The Arts council of England, grande autorité culturelle, NDLR) considère que cet objet fait probablement partie, je cite, des objets à haute valeur symbolique nationale et qu’à ce titre, il devait être soumis à une législation particulière. »

    Selon cette demande, le Puy du Fou aurait dû passer par l’obtention d’une licence d’exportation, prévue par un règlement européen. « Nous avons vérifié ce fameux règlement, reprend Philippe de Villiers. Il dit que les biens culturels sont soumis à une licence d’exportation s’ils franchissent les frontières de l’Union européenne. Dans l’esprit des Anglais, il y a donc un Puy du Fou exit, qui signifierait que nous serions hors de l’union européenne. Ça n’est pas du tout notre intention. »

    Le gouvernement anglais réclame l’anneau de Jeanne d’Arc

    Le Puy du Fou, qui prépare actuellement un grand spectacle, dans le nord-est de l’Angleterre, dont la première débutera en juillet, assure ne pas vouloir se fâcher avec les sujets de Sa Majesté. « Nous porterons notre réponse au gouvernement anglais demain. » Mais pas question pour autant de rendre l’anneau. « Messieurs les Anglais, si vous voulez voir l’anneau, welcome to the Puy du Fou, conclut Philippe de Villiers, en anglais dans le texte. Pour le reste, it’s too late. »

     

    source de l'article

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :