• Le Chronoviseur

     

    LE CHRONOVISEUR

    Quand le Vatican remontait le temps

     

    chrono1
     
    Au début des années mille neuf cent soixante, le père Pellegrino Maria Ernetti, mort en 1994, bénédictin et scientifique, affirme avoir réussi à assister à la crucifixion du Christ. Selon ses dires, il a réussi à mettre au point, non une machine à voyager dans le temps, mais plutôt une machine à « voir » le passé ! Cet homme sérieux, reconnu et respecté par ses pairs, s’est appuyé sur les travaux de Nikola Tesla et d’Enrico Fermi. Cette mystérieuse machine serait désormais dissimulée au plus profond des archives du Vatican, à Rome.

     

     

    L’invention du Père Ernetti serait classée « top secret ». Le père François Brune a écrit un livre à ce sujet : « Le Chronoviseur- La Machine à explorer le passé ». Cette étonnante machine, créée dans les années cinquante, a pourtant permis de « photographier » le visage du Christ dans les derniers instants de sa vie terrestre. Il semblerait qu’elle aurait permis de la filmer également… L’appareil fonctionne-t-il vraiment ? Par quelles techniques parvient-elle à capturer les images du passé ?

    *

    VOYAGER DANS LE TEMPS…

     

    chrono2
     
    Une machine à voyager dans le temps est et sera toujours un rêve excitant pour l’humanité. Il serait formidable de pouvoir observer les dinosaures en action, ou d’assister à l’arrivée de Christophe Colomb à San Salvador, ou de voir Léonard de Vinci en train de créer La Joconde, ou encore, plus modestement, d’assister à une performance de Houdini ou un concert des Beatles… Les auteurs de fiction ont trouvé de nombreuses solutions, plus ou moins plausibles, pour être en mesure de voyager à travers le temps, depuis la « Machine à voyager dans le temps » d’Herbert G. Wells à Carl Sagan ou la « Ligne du Temps » de Michael Crichton. D’un point de vue scientifique, cependant, le débat est toujours réduit au stade de la théorie et tente de résoudre le fameux paradoxe du grand-père. Dans la version classique du paradoxe, un voyageur remonte le temps et tue son grand-père encore enfant, donc le voyageur ne peut absolument pas être né, dans ce cas, le grand-père ne serait jamais tué et ainsi de suite… Peut-être, pour certains, la science sera un jour en mesure de résoudre tous les problèmes théoriques et pratiques qui se dressent actuellement entre nous et le monde du passé, et plus fantasmatiquement, le futur, mais certainement qu’il y a encore un long chemin à parcourir. Pourtant, il y a quelques années, il semble qu’un prêtre italien ait été proche de réaliser le rêve de nombreux scientifiques. Il ne fut pas tout à fait en mesure de se transporter dans le passé mais, au moins, de le voir ! Pour cela, il a inventé une machine : le Chronoviseur.

     

    *

    UNE INVENTION UNIQUE AUX POSSIBILITES BOULEVERSANTES

    chrono3achrono3b

     

    L’idée de cette fabuleuse machine est venue au Père Ernetti grâce aux hypothèses émises par les scientifiques spécialistes des ondes électromagnétiques. En effet, il est admis que certaines ondes sont préservées dans l’environnement. Le principe de fonctionnement de l’appareil est complexe. En captant les ondes électromagnétiques, il est possible de reconstituer une image du passé. Ce principe vient d’une science appelée la paléo-acoustique, ou archéo- acoustique. Les ondes sonores peuvent être enregistrées et conservées pendant des siècles, dans les lieux ou des objets, de manière accidentelle. Accompagné du père François Brune, spécialiste de la communication avec les morts, le Père Ernetti décide de révéler l’existence d’une machine capable de répondre aux questions profondes de ces deux religieux, spécialistes des Ecritures Saintes et de leur interprétation. Le père Brune est immédiatement frappé par les propos du prêtre italien, et cultive encore un certain scepticisme. Il interroge alors le savant qu’est le Père Ernetti et obtient une description assez vague de l’appareil. Il s’agit d’un appareil qu’Ernetti appelle le Chronoviseur. L’originalité réside dans le contenu de la réception. Au lieu de capter des émissions de stations de télévision locale, le Chronoviseur peut recevoir les images d’évènements produits dans le passé.

    Il permet au spectateur de voir et d’entendre les détails de faits qui se sont produits des années, voir des siècles plus tôt. Le Père Ernetti explique au Père Brune que la machine travaille en détectant toutes les images et les sons que l’Humanité a produit. Selon lui, ils flottent encore dans l’espace et dans l’air. Le religieux français veut savoir si le père Ernetti et ses collaborateurs ont pu voir la crucifixion du Christ. Ernetti lui répond : « nous avons tout vu. L’agonie dans le jardin, la trahison de Judas, le procès, le Calvaire… ».

    *

    D’AUTRES MACHINES…

     

    chrono4     
    Le Chronoviseur décrit par le père Ernetti     

     

    Le voyage dans le temps pourrait être une imagination de la science-fiction, mais les appareils photographiques temporels ont vraiment existé pendant plusieurs décennies. De ce fait, d’ailleurs, le voyage dans le passé (peut-être vers le futur) pourrait également un jour devenir un fait accompli. Quelques hommes affirment qu’il est possible de créer une machine à « lire », « entendre » ou « voir » le passé. Preston Nichols par exemple qui a publié une série de livres concernant le fameux « projet Montauk » à New Jersey pendant les années 1960. En 1897, deux jeunes britanniques prétendent avoir inventé un appareil photo qui pourrait capturer le passé. William Maplebeck et un photographe amateur, Robert Stookes. Ils prouvent l’existence de leur « chronoscope » en diffusant des photographies d’Esme Collings sur la rue de Rodney à Liverpool. Maplebeck indique qu’il a découvert un réglage particulier des objectifs reflétés sur quartz qui permettent alors de projeter des images du passé sur une planche photographique d’une façon non contrôlée et aléatoire. Les inventeurs montrent des épreuves floues et peu lumineuses d’hommes préhistoriques, de soldats romains situés à Chester, et d’une femme élisabéthaine dans les rues de Liverpool. La conférence publique qu’ils organisent est perturbée par des railleries et des cris de « fraudes ! » et « charlatans ! ». Maplebeck et Stookes sont alors contraints de disparaître avec leur machine sous le bras.

    Le célèbre scientifique Charles Steinmetz développe également un appareil photo temporel qui peut rendre les images du passé. Il est basé sur un secret technique qui lui fut soufflé par l’anglais Baird T. Spalding, en utilisant également des objectifs de quartz. En 1912, un baron allemand, Ernst von Lubek, publie un état de ses futurs comptes, obtenu grâce à la photographie temporelle. Son étonnant équipement permettant une telle prouesse inclut un tube cathodique et des électrodes de dysprosium, activées par une bobine d’Oudin, une bobine modifiée par Tesla. En 1934, William D. Pelley, rédacteur au magazine « Liberation », rend compte de ses expériences avec un appareil photographique temporel qu’il appelle « Ultra-Vision », prétendument développée en collaboration avec Thomas Edison et Steinmetz. L’appareil a été confisqué par le FBI… L’appareil photo de Radionic développé dans les années 1950 par George Delawar est capable de rendre fidèlement une image du passé et/ou du futur. Delawar publie des photographies afin de prouver la réalité de son invention. Selon lui, le « temps est un vecteur du spectre magnétique et ce spectre garde par endroits des évènements passés… Il existe un monde « pré-physique » dans lequel l’appareil photographique temporel peut visiblement fonctionner. »

    Le père bénédictin Marcello Pellegrino Ernetti invente une machine capable de récupérer des ondes magnétiques du passé et de les convertir en reconstruisant une onde visuelle et acoustique de l’histoire. Ernetti est un professeur au conservatoire vénitien Benedetto Marcello et à la Fondation Cini. (Il est aussi directeur du conservatoire italien de l’Instruction Religieuse pour les hommes). Il réalise sa recherche en collaboration avec douze physiciens qui restent encore anonymes. En 1956 le père Ernetti commence à étudier la possibilité de passer en revue le passé avec une sorte de dispositif télévisuel. En 1957 il commence à collaborer avec le Professeur De Matos, portugais, qui cherche une solution au même problème.

    *

    ERNETTI : HOMME DE DIEU ET SCIENTIFIQUE

    Spécialiste en chant grégorien et en physique quantique, quel parcours a conduit le religieux italien à utiliser le Chronoviseur ? George Delawar, un ingénieur anglais exerçant à Oxford, aurait déjà entrepris la construction d’un appareil pour capter les ondes du passé. Ce physicien démontre que « chaque animal, chaque végétal, chaque minéral, émet un rayon qui lui est particulier. Chaque évènement serait donc la manifestation d’un ou plusieurs de ces rayons ». Le Chronoviseur est finalement mis au point et conçu par le père Ernetti. Il réalise cet exploit avec l’aide d’un jeune prêtre qui a, aujourd’hui encore, toujours gardé l’anonymat. Certains scientifiques, comme Enrico Fermi, sont intéressés par cette machine, sans pour autant participer à son élaboration. L’appareil est construit pour enregistrer et reproduire les ondes générées par tous les évènements. Marcus Tullius Cicéron, le génial esprit romain, homme politique, orateur et philosophe romain, prononce un discours au Sénat en 63 après J.-C et un témoin note : « Ses gestes et ses intonations, comme ils étaient puissants ! Et ce grand discours ! »

     

    chrono5
    Marcus Tullius Cicéron

     

    Ce témoin n’est pas un contemporain de Cicéron, mais le père Pellegrino Ernetti, un moine bénédictin né en 1925 et décédé en 1992. Logiquement, un tel éloge sur la portée et le style d’un orateur tel que Cicéron ne serait possible que par un observateur de l’action : et c’est exactement ce que Ernetti prétend avoir fait. Non seulement le moine aurait assisté à un plaidoyer du célèbre orateur romain, mais aussi à un discours de Napoléon, une tragédie latine, et même la Passion du Christ sur la Croix.

    *

    ERNETTI : UN MYSTIQUE VISIONNAIRE ?

    Pellegrino Ernetti est avant tout un musicien. Il est reconnu comme un célèbre historien de la musique archaïque au Conservatoire Benedetto Marcello de Venise. Ses nombreux talents s’exercent par ailleurs en philosophie. Enfin, un diplôme en physique quantique obtenu dans ses jeunes années fait naître en lui une passion pour le domaine de l’électronique. Il met à profit ses connaissances scientifiques dans les années 50 du siècle dernier, pour réaliser le « Chronoviseur », une machine à voir le passé en temps réel !

     

    chrono6
    Scène du Chronoviseur « Jésus et ses disciples ».

     

    Contrairement à la fiction H.G.Wells, il ne s’agit pas d’une machine à voyager dans le temps. Le Chronoviseur ne transporte pas des personnes vers le futur ou le passé, mais plutôt semble permettre « seulement » de voir les évènements historiques dans le passé, au moment précis où ils se sont produits. On peut les observer comme sur une télévision, y assister comme si l’on y était. Le père Ernetti, également considéré au sein de l’Eglise comme un exorciste de renom, révèle que le Chronoviseur est le résultat de nombreuses années d’étude en collaboration avec un groupe de douze grands scientifiques qui, cependant, préfèrent rester anonyme. Les seuls noms à être divulgués sont Enrico Fermi et Werner von Braun, l’inventeur du célèbre avion V2.

    *

    LES SCENES VUES GRÂCE AU CHRONOVISEUR

    « Nous voulions d’abord nous assurer que ce que nous avions vu de la machine était un authentique appareil, témoigne un théologien français, le Père François Brune. Nous avons donc commencé avec une scène tout à fait proche de nous dans l’Histoire, qui avait un bon son et une bonne qualité visuelle. Nous avons réglé l’appareil sur Mussolini, qui est en train de prononcer un de ces discours. Puis nous avons récupéré depuis le passé, la capture de Napoléon (si j’ai bien compris ce qu’il disait, c’était le discours annonçant l’abolition de la République de Venise pour proclamer une république italienne). Puis nous sommes allés dans l’antiquité romaine : nous avons vu une scène du marché aux légumes de Trajan, un discours de Cicéron, l’un des plus célèbres, la première Catilinaire. Nous avons vu et entendu le fameux « tandem quousque Catalina. » Peu de temps après, Ernetti peut assister à une tragédie latine qui est aujourd’hui perdue, le « Thyeste » de Quintus Ennius, l’un des fondateurs de la poésie romaine. Le prêtre italien transcrit la tragédie. Il prétend pouvoir bouleverser le monde, comme s’il possédait un trésor perdu et donc démontre l’efficacité de son invention merveilleuse.

    *

    L’ORIGINE DU CHRONOVISEUR

    Mais comment est né cette invention fantastique ? Ernetti est clairement réticent à parler et à donner des détails sur l’origine du Chronoviseur. Il affirme cependant que la découverte a eu lieu par hasard. Il semble qu’à l’époque où il a travaillé avec le Père Agostino Gemelli, le fondateur de l’Université catholique de Milan, il possédait une certaine expérience en communication avec les morts. Cette pratique est alors à la mode chez certains groupes de spirites, elle semble offrir la possibilité d’enregistrer sur bande les voix des esprits de l’au-delà. Ernetti était convaincu de pouvoir capturer et enregistrer des images des évènements passés. L’approche théorique des travaux d’Ernetti est basée sur un concept physique de la désintégration d’une onde sonore. La lumière et les ondes magnétiques ne disparaissent pas après avoir été produites, mais elles sont transformée d’une manière particulière et restent donc « actuelles », concrètes indéfiniment. Selon lui, toujours, les ondes se subdivisent en harmoniques qui peuvent être récupérées avec les instruments appropriés.

    Le prêtre italien déclare que chaque êtres humains laissent une trace dans le monde et dans le temps : « les traces humaines de chaque être, de sa naissance à sa mort, laissent un double sillon de lumière et d’ondes sonores. Ceci constitue donc sa marque d’identité individuelle. Le même principe s’applique à un évènement, à la musique, aux mouvements. Les antennes utilisées dans notre laboratoire nous permettent d’accorder une nouvelle vie à ces sillons sous la forme d’une image et d’un son. »

    *

    LA MEMOIRE DU PASSE : PURE INVENTION OU REALITE ?

    Le Chronoviseur permet aux chercheurs italiens de voir sur l’écran de l’appareil un certain nombre d’évènements historiques. En voici la liste :

    1/ Un discours de Mussolini.

    2/ Le discours de Napoléon dans lequel il abolit la République de Venise pour proclamer une République italienne.

    3/ Une scène du marché de Trajan dans l’Antiquité romaine.

    4/ Un discours de Cicéron (authentifié comme étant la « première Catilinaire »).

    5/ La saynète d’une tragédie de Quintus Ennius jouée à Thyeste, en 169 av. J.C.

    6/ La Dernière Cène du Christ en 36 de notre ère (capté entre le 12 et 14 janvier 1956).

    7/ La montée de Jésus-Christ au Golgotha.

    8/ La Résurrection et les apparitions de Jésus-Christ.

    9/ La destruction de Sodome et Gomorrhe.

    10/ La réception des « Dix Commandements » par Moïse.

    *

    L’HERITAGE DU CHRONOVISEUR

    Tandis qu’il y a beaucoup de théories aujourd’hui au sujet du voyage dans le temps, quelques scientifiques ont publiés les résultats de leurs expériences concernant la physique « temporelle » et ses applications pratiques. Par exemple, en 1936 Van Stockum résout les équations d’Einstein concernant la gravité. Il prouve qu’il est possible sur une ligne temporelle fermée de relier deux évènements quelconques dans l’espace-temps. Dans les années 1970, le physicien Tipler décrit une machine bi-directionnelle dans le temps, encore au stade théorique, comportant un cylindre tournant à la moitié de la vitesse de la lumière. La machine d’Ernetti crée la stupéfaction dans les milieux scientifiques de l’époque. L’astrophysicien soviétique Nikolaï Kozyrev effectue plus tard quelques études expérimentales sur les propriétés du temps, dans les années 1960 et 1970. Il emploie l’électricité des gyroscopes et des pendules pour démontrer la densité ou « l’intensité » du temps. Il affirme qu’ »il existe une propriété variable qui peut s’appeler la densité ou l’intensité du temps… La densité du temps change dans de larges limites, phénomène dû aux processus se produisant naturellement… Elle prouve qu’il est possible d’avoir une influence matérielle sur une autre réalité en utilisant le temps. (…) »

    *

    LA COMMUNICATION TRANS-TEMPORELLE

    En d’autres termes, le temps se condense ou s’accélère à ses extrémités. La recherche de Kozyrev offre également une explication claire pour le phénomène des prophéties : « l’effet du temps diffère fondamentalement de l’effet des champs de force… L’effet d’une cause crée immédiatement deux forces égales mais opposées… Là se produit une transmission, sans élan, et par conséquent aussi sans interférence… La transmission de l’énergie sans élan, l’impulsion, possède une propriété essentielle : la transmission doit être instantanée… Le temps dans l’univers n’est pas propagé mais apparaît simultanément partout. Sur un axe du temps, l’univers entier est projeté à partir d’un point : par conséquent, les propriétés changées à un endroit donné, apparaîtront partout en second lieu immédiatement, diminuant selon la loi de la proportionnalité inverse de la première puissance de la distance… La possibilité de communication à travers le temps explique probablement non seulement les liens créés par des rapports biologiques mais également un certain nombre de phénomènes embarrassants de la physique connue par l’homme. La connaissance peut-être intuitive et obtenue spécifiquement par l’intuition. Il est tout à fait probable que de cette façon soient réalisés également des phénomènes de « télépathie » : c’est-à-dire, rendre possible la transmission de pensées au-delà d’une certaine distance. Tous ces rapports et ses liens ne sont pas protégés et par conséquent ils ont la propriété de connaître une transmission par l’influence du temps. »

    *

    D’ENIGMATIQUES RUMEURS : L’INTERÊT DU VATICAN

     

    chrono7
    Le Pape Pie XII qui mit fin à la polémique sur le Chronoviseur en faisant disparaître l’appareil

     

    Selon les propres mots du père italien Pellegrino Ernetti, son invention permettant de voir le passé comme une émission transmise à la télévision peut s’avérer « être une tragédie pour l’humanité toute entière ». Cette simple petite phrase semble révéler l’ampleur et les enjeux de son invention. Que pourrions-nous découvrir ? Dans son livre, le père François Brune, qui fut un témoin privilégié et un collaborateur estimé du Père Ernetti, développe les motivations du Vatican pour obtenir le Chronoviseur.

    chrono8a

    François Brune

    « Le Chronoviseur- La Machine à explorer le passé, aux Editions Oxus, apprend au lecteur comment le Pape Pie XII mit en œuvre une véritable machinerie pour empêcher la révélation de la machine du moine bénédictin au public. En effet, la machine fut présentée au pape et aux plus hautes autorités gouvernementales de l’époque. Selon les dires du père Brune, la machine fut rapidement démontée, ses pièces furent dispersées à travers le monde. Les plans de l’appareil à voir le passé seraient cachés dans les caves du Vatican, farouchement gardés.

    *

    Visiblement, tout est fait pour cacher et faire oublier cette fabuleuse invention. L’origine de cette démarche du Vatican peut s’expliquer par le danger qu’elle incarne : la Vérité !

    chrono8b

    ***

    Cet article est extrait de la revue « MONDES ETRANGES » N°9 d’octobre 2010

    Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Novembre 2011 à 11:55
    Bonjour Tyron, Je viens de lire cette article intéréssant, je connaissais un peu le chronoviseur mais sans plus de recherche. Mais se qui est marrant c'est que j'ai lu il y quelques jours un article sur un autre appareil à voyager dans le temps, c'est le temporisoscope inventer par: je vous le donne en mille NICOLAS TESLA. Je prepare un article justement sur cette machine et sur Nicolas Tesla qui sera en ligne dans quelques temps (c'est long les recherches!!!lol). En tout cas merci votre article donne du grain à moudre pour le voyage dans le temps qui n'est plus aussi inconcevable pour les scientifiques (enfin certains!!!). Salutation Jerome www.para-ovni.com
    2
    bleuAz
    Vendredi 22 Mai 2015 à 00:59
    Ceci correspond à la trans-dimension : porte des temps. Je vous conseil d'effectuer des voyages dans le passé à la lumière de la morale, l'éthique et l'intégrité. Eventuellement, les magnifiques applications au sein d'une société ayant démontré, reçu et été éduqué à la Vie, l'Après-Vie et le saint-esprit. L'expérience de contenu doit faire comprendre la nécessité de se conformer et de rejoindre d'autres civilisations sur le même plan d'existence. Celle ci peut certainement être atteinte en étant attentif aux informations en provenance de ce contenu qui affectera alors la conscience de celles et ceux qui pratiques. Nous observons et complexifions le système monde dans lequel vie l'homme en particulier en auto-informant ce système de l'information qu'il génère. Il faut donc vivre unis, réuni. Peut-être que l'éducation morale la culture et le cosmopolitisme, la paix et la miséricorde suffise à nous réunir. L'information est disponible partout sur terre sous la démarche de la porte des temps donc n'importe qui d'autres peut y avoir accès. Il y a donc à mon avis une contradiction entre le fait d'une civilisation au delà du plan d'existence et le principe de contenu d'une civilisation plus dense pour la conscience auquel elle se rattache et qui dirait en substance que nous n'invitons pas n'importe qui à notre table pour voir et entendre notre passé. Mais ce passé est disponible partout sur terre. Il faut donc admettre avec de nouveaux pallier de morale (vivre ensemble), d'éthique (modulation consciente de règles de comportement) et d'intégrité (veilleur de cosmos de vie et de société humaine en particulier) qu'il y a un lien entre Intelligence et créationnisme dans le sens second. Effectivement de l'Intelligence d'une civilisation "mère" ayant en son sein un descriptif/théorie/morale complete du créationnisme au delà de la co-création ((pyramides, crop circle, (retro ingénierie), dolmens, menhir etc)) et dirigé elle même vers le créationnisme aura tendance à être sur un plan d'existence plus sensible que d'autres. Je crois que l'homme peut se diriger par l'homme mais ce qui procède de l'homme ne procède pas du Père. Méditons bien la question de la créature plus grande que le monde dans lequel elle est établit et se conformer et se transcendantaliser au monde des hommes. Par exemple je suis près à reconnaître le bon d'être sous le regard de prophètes consacrés dans une hiérarchisation des flux de consciences elle même établit dans des cieux. Nous nous élevons auprès de valeurs spirituelles, moralisantes, éthiques et intègres. Voici donc les trésors à reconnaitre et auquel se conformer, bien loin de valeur d'égo et d'individualisme.
    3
    Cquoiça
    Mardi 19 Janvier 2016 à 14:39
    Pour ce qui est de l'image de Jésus et ses disciples, c'est une photo qui a été prise par un touriste au mur des lamentations à Jérusalem. Lorsque qu'il a fait développé la pellicule, c'est cette image qui est apparue. Voir les commentaires de l'auteur Daniel Meurois-Givaudan à propos de cet image. Il a accès aux annales Akashiques, et il a confirmé que c'est bel et bien comme cela qu'il '' voyait '' Jésus et ses disciples lorsqu'il faisait ses sorties hors-corps pour explorer les Annales Akashiques.
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Mardi 19 Janvier 2016 à 20:02
        Très intéressant merci pour l'information !
    4
    Marie
    Vendredi 22 Janvier 2016 à 02:28
    Je m'inscris en faux au sujet de la photo en question, évoquée par le visiteur cquoiça. Je suis Marie Roca. Je dénonce le mensonge autour de cette photo, et l'utilisation abusive mensongère et très lucrative pour un certain auteur, qui en est faîte, en la disant prise au mur des lamentations alors que ce cliché argentique est apparu sur a pellicule argentique d'une dame âgée et malade, de Talence, qui était allée faire un voyage non pas au Mur des lamentations, mais en Egypte, au Mont Sinaï ! D.Meurois-Givaudan, ne peut ignorer puisque je le lui demandé de rectifier ce qui constitue un mensonge, ce, de son fait ! En 1990 Jeanne, la vieille dame de Talence fait ce voyage au Sinaï, et tôt le matin, elle prend des clichés du lever de soleil. Lorsqu'elle fait développer sa pellicule couleur argentique, une photo en sépia la surprend, et elle pense que le photographe lui a glissé par erreur ce cliché dans sa pochette, mais l lui montre que cette photo s'est bel et bien imprimée, à son insu sur sa pellicule ! Quelques temps plus tard, suite à l'émission Mystère, un journaliste avait lancé un petit journal d'échanges (avant la généralisation d'internet) qui se nommait : "Recherches Spirituelles". Nous étions quelques centaines, et Il y avait Jeanne, moi, Jacques, Jean-François et quelques autres. Je ne correspondait avec Jacques, et sachant qu'elle allait décéder, elle lui a transmis ce cliché et son histoire. Jacques a estimé que je devais en être dépositaire, et je l'ai gardé quelques temps, puis, sans en faire de copie, faute de moyens je l'ai transmise à un éditeur, Jean-François en Bretagne, et lui, il l'a transmise à un photographe, et quelques années plus tard, je la retrouve zoomée, et non pas dans l'état où on voit nettement les montagnes du Sinaï et le lever de soleil, sur la couverture du livre de Daniel, et là seconde surprise, très négative, ce mensonge pour coller au sujet de son livre : Mur des lamentations, Israël, et bien non ! Mensonge total de Daniel Meurois ! Le Sinaï, pas le Mur des Lamentation, or, le Sinaï, ce n'est même pas le même pays que celui où se trouve Jérusalem. A cause de cette tricherie, certains ont parlé de Photoshop et de cliché numérique, mais par bonheur, des scientifiques ont analysé la photo, et là, le mensonge de Daniel Meurois explose ! En effet, ces scientifiques disent que la photo est prise, non pas contre un Mur (on verrait les pierres de ce mir, et cherchez-les) mais dans la nature, au lever du jour et du soleil, etc... Tout ce qui confirme mes dires, et pour cause ! Sans moi, cette photo ne serait pas connue ! je n'en ai quant à moi pas tiré un centime. J'ai par devers-moi pour prouver la vraie histoire de ce cliché, tous les courriers échangés avec Jacques (décédé depuis), qui me raconte l'histoire du cliché, avec Jean-François R émerveillé par le cliché qu'il venait de recevoir de ma part, et enfin du photographe Patrick H de la commune du nom de Lafrançaise, tout aussi émerveillé et qui parle du cliché dans le courrier. Après cette étape, j'ignore de quelle manière D. Meurois eut accès au cliché, mais on mensonge est prouvé par les scientifiques qui parlent de lever de soleil en pleine nature. Est-ce qu'on verrait un lever de soleil et cette profondeur de champ sur un mur ? Non ! La photo est vraiment miraculeuse, vraiment apparue par surprise sur la pellicule d'une et non pas d'un touriste, mais pas du tout à l'endroit dit ! Voir ici : http://marie.roca.over-blog.com/article-rie-112919732.html Ici : http://marie.roca.over-blog.com/article-la-photo-miraculeuse-de-jesus-analysee-partie-2-2-analyse-112922837.html Ci-dessous, preuves scientifiques, en anglais et comme ça dérange le site a été parasité par des photos qui n'ont rien à voir, mais les preuves sont là http://www.spiritdaily.net/Mailbagpainting.htm Daniel Meurois n'a jamais daigné me répondre. S'il avait été de bonne foi et sur de lui, devant les preuves de son "erreur", devant les preuves que j'apporte, alors il m'aurait répondu. J'en conclus que Daniel Meurois n'est pas de bonne foi; comment alors continuer à croire à ce qu'il raconte ? Je crois que son ex épouse, Anne Givaudan vivait vraiment des choses, mais lui... Il m'a prouvé qu'il n'est pas digne de foi., et par ce qu'il se passe avec ce qu'il dit de cette photo, il jette un total discrédit sur ce qu'il dit vivre. Il surjoue son propre personnage. Regardez encore la photo, et vous voyez bien des sommets au fond après la brume ! http://www.spiritdaily.net/Mailba6.jpg Vous ne voyez pas ça sur le mur des lamentations ! Un scoop : en ré étudiant cette photo, j'ai découvert que le personnage jeune à droite en retrait, est une femme enceinte rousse qui tient devant elle, une longue tige d'herbacée, céréale sans doute, et cette tige passe devant son nez. L'évangile de Philippe dit que Marie-Madeleine était la compagne de Jésus, son épouse même, qu'il l''embrassait sur la bouche et lui confiait les enseignements les plus secrets, et ils auraient eu un enfant. Il se peut que les Noces de Cana aient été leur propre mariage, ce qui expliquerait alors que lors de ce mariage, c'est Jésus, le marié, celui qui invite, qui doit se soucier de l'approvisionnement en vin pour les convives. C'est là que Jésus fait le premier miracle qu'on nous relate. Les preuves de vérité au sujet de cette photo sont toutes de mon côté, et les preuves d'erreur pour commencer, plus par entêtement, sont du côté de D.Meurois. Il n'a pas spirituellement le droit d'induire en erreur les gens au sujet de cette photo, et je lui demande de tout rectifier, en me citant, puisque je puis prouver que par héritage successif, de Jeanne de Talence, à Jacques, puis à moi, je suis ce qu'on appelle l'inventeur de cette photo ! Je suis la personne qui l'a révélée au monde. Sans mon autorisation, il ne pouvait pas la publier, qui plus est en la retravaillant, et après bien entendu de broder sur le lacet de cuir autour du crâne de Jésus... J en e crois pas que Jésus apprécie ce mensonge au départ par erreur peut-être, mais après une fois informé, par volonté, de la part de Daniel Meurois. Du coup, ce seul entêtement sur une "erreur" (soyons sympas) pose le doute sur tout ce qu'il affirme, et je ne crois plus en rien de ce qu'il a écrit En be rectifiant pas, étant avisé comme il l'a été, il effectue un énorme mensonge et une énorme tromperie ! Il aurait pu montrer son honnêteté en me répondant, et en rectifiant, et prendre contact pour mes droits d'inventeur par transmission sur cette photo. J'ai prouvé la vérité, et des scientifiques qui ont analysé le cliché vont aussi dans mon sens. Une simple observation montre bien ce soleil qu'on en verrait pas sur un mur, pas plus que la brume ni les sommets qui en émergent ! Sur un mur, les personnages seraient sur le même plan. Logique d'observateur lambda, étude scientifique du cliché argentique, et preuves que j'apporte tout cela invalide les prétentions et affirmations de D Meurois au sujet de ce cliché. .
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Vendredi 22 Janvier 2016 à 13:10
        Merci de ces précisions Marie ! J'aime beaucoup vos interventions chez BTLV notamment sur les hommes des bois (je crois) et, le Roswell russe (dropas).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :