• L'église face aux démons...

    L'EXORCISME

     

     

    Exorcismegif1

     

    Pour beaucoup de chrétiens, dont bon nombre de prêtres et de théologiens, le diable n'’existe plus. Pour d’'autres, le malin est toujours à l’œ'oeuvre et ses actes de possessions justifient l’'existence et l’'action de prêtres exorcistes.

     

     

    -Le point de départ-

     

    Pratique religieuse, voire magique, très ancienne, l’'exorcisme- où l’'art de chasser le diable, les démons et autres esprits possesseurs- demeure toujours en usage chez la plupart des peuples de la Terre, toutes cultures confondues. Chez les Grecs, les Romains, les Juifs et les premiers chrétiens, la maladie était souvent considérée comme une possession du corps par une entité maléfique. Dans la mythologie antique, le mot daimon ( démon ) désignait les puissances intermédiaires entre les dieux et les hommes. Selon le christianisme primitif, la faculté de chasser les démons était un don que, de nos jours, nous appellerions un charisme. Dans le vocabulaire chrétien moderne, le démon est un ange déchu- le plus beau de tous les anges-, le Diable, Lucifer ou Satan. Le Nouveau Testament l’'affirme : Jésus guérissait les malades en chassant de leur corps les démons responsables de leur mal. Il transmit ce don à ses disciples. Le christianisme, devenu religion officielle de l’'Empire, hiérarchisa l'’Eglise et structura ses dogmes. La démonologie devint un domaine d’étude distinct de la théologie, ayant ses spécialistes, les démonologues.

     

     

    Exorcisme02

     

     

    Cette science traite des démons, incubes et succubes, de leur existence, de leur relation avec la divinité, de leur activité dans le monde, des moyens à mettre en œoeuvre pour s'‘en protéger ou les chasser. De nos jours, l’'Eglise catholique a confié aux évêques la gestion du très délicat problème posé par la possession et son corollaire, l'’exorcisme. Car le phénomène de la possession, fréquemment observé au Moyen Age, n’a non seulement pas disparu, mais, après avoir reculé pendant plusieurs décennies, il semble proliférer à nouveau. Ainsi, en France, dans chaque diocèse, l’'évêque défère la fonction d’'exorciste à un prêtre choisi pour sa foi sans faille, l’'excellence de sa science théologique, son extrême prudence et la pureté de ses mœurs. L’'Eglise romaine interdit en principe toute publicité accordée aux cérémonie d’'exorcisme. Les prêtres autorisés exercent leur fonction de préférence à huit clos, dans un sanctuaire réservé à cet effet, ou, très exceptionnellement, au domicile de la personne concernée. L’'Eglise orthodoxe, les Eglises réformées, luthérienne notamment, ont conservé l’'exorcisme dans leur rituel, de même que le Judaïsme ou l'’Islam. En marge des Eglises officielles, il existe aujourd'hui des courants religieux tels que le Renouveau charismatique (catholique) ou l'’Eglise gallicane- pour ne citer que les plus connus-, dont les prêtres pratiquent l’'exorcisme de manière courante, parfois publiquement, au cours de spectaculaires grand-messes purificatrices.

     

    Des gourous, des adeptes de sectes et mouvements ésotériques, voire des guérisseurs, des voyants et des sorciers, profitant de la réserve de l'’Eglise post-conciliaire à l’'égard du diable et des démons, se sont librement autoproclamés « exorcistes ». Dès lors, ils exercent à titre vénal et a grand renfort de publicité, l’'art très lucratif de chasser les démons, de purifier les maisons ou d’'exorciser les malades qui se croient possédés ou bien victimes du mauvais sort. Ces empiristes s'’inspirent le plus souvent des rituels, des prières et des pentacles protecteurs de l'’abbé Julio (1844-1912), un personnage curieux, resté en marge de l'’Eglise. La théologie catholique considère la possession comme l’'état d'’un être sous l’'emprise physique et mentale d'’un ou de plusieurs démons.

     

     

    Exorcismegif2

     

     

    Mais la distinction entre le véritable possédé et les hallucinations de celui qui se croit possédé est difficile à établir. Avant même d'’entreprendre un exorcisme, le prêtre exorciste doit donc s’'assurer que le sujet est véritablement « habité » par une puissance démoniaque et non atteint d’'hystérie, affligé d’'un délire de persécution ou d’'une autre perturbation purement psychique. L’'Eglise retient trois critères comme signes d'’une véritable possession :

     

    l’'expression orale du sujet dans des langues inconnues (xénoglossie), la connaissance de choses cachées, de secrets connus seulement de l’'officiant (voyance), et enfin une force physique hors du commun. L’'exorcisme de l’'Eglise catholique est une cérémonie impressionnante et spectaculaire qui comporte onze acte codifiés par le « Rituel romain » dont voici les principales étapes :

     

     

    Exorcisme04

     

     

     

    Le prêtre exorciste est généralement accompagné par un ou deux assistants ecclésiastiques, car un exorcisme n’'est jamais une cérémonie de tout repos. Il arrive que l’'esprit possesseur ou les démons se rebiffent et recourent à des violences extrêmes, par l’'intermédiaire du sujet qu’'ils ont investi. C’'est souvent un véritable combat corps à corps que le prêtre exorciste doit livrer aux démons ; au début de l’'exorcisme, le prêtre s’'approche du sujet possédé qui se trouve à genoux ou allongé sur un lit (parfois même, il doit être attaché, s'’il est réputé violent), en récitant la litanie des saints tout en l'’aspergeant d’'eau bénite. L'’exorciste emprisonne alors le cou du malade de son étole violette, avant de réciter le psaume 54 :

     

     

    « O Dieu ! Sauve-moi par ton nom,

     Et rends-moi justice par ta puissance !

    O Dieu ! Ecoute ma prière,

    Prête l’'oreille aux paroles de ma bouche ! »

     

     

    Exorcisme01

     

    Puis le prêtre ordonne au démon de comparaître, de se présenter, de décliner son identité, ce qu'’il n’'accepte de faire le plus souvent qu’'en torturant physiquement le possédé qui se débat et hurle. Aux stades suivants, l’'officiant récite des passages de l’'Evangile proclamant la divinité et la puissance du Christ, ce qui incommode le ou les démons possesseurs et déchaîne leur fureur…. Ces derniers manifestent alors leur courroux par la bouche du sujet, en proférant d’ignominieuses insultes, d’'affreux jurons et en poussant des cris épouvantables. Sans se laisser impressionner, le prêtre étend sa main droite sur la tête du possédé en récitant la prière préparatoire puis entreprend la lecture du premier exorcisme du rituel romain, appelé « exorcisme de Satan ».

     

     

    Exorcisme06

     

    Puis suivent des prières et des bénédictions. La plupart du temps, le possédé reste prostré, hébété, le corps parcouru de frissons ; le prêtre attaque alors le deuxième exorcisme destiné à chasser le « Vieux serpent ». Le possédé s’'agite de plus en plus, sa bouche écume, éructe des insultes et des outrages en différentes langues, souvent en latin, en grec, en hébreux ou en d'’autres langues orientales, parfois inconnues. A ce stade, l’'exorciste sait à qui il a affaire, quel démon habite le malade, quel est son adversaire. Après une invocation solennelle adressée à Dieu, à Jésus, à Marie et à tous les saints, il saisit le crucifix qu'’il place au-dessus du sujet, et prononce d'’une voix forte, assurée, les paroles sacramentelles du troisième et dernier exorcisme du rituel. A ce moment, le plus souvent, le corps du possédé est pris de convulsions et se tétanise dans des positions impossibles, insoutenables au regard du profane. Il arrive que le démon s’'en prenne alors violemment à l'’exorciste et à ses assistants, qu'’il les insulte. Pour bien leur faire comprendre qui il est et quelle est l’'étendue de son pouvoir, il se met à débiter, par la bouche du possédé, les secrets les plus intimes et les plus inavouables des personnes présentes ou de leurs proches.

     

     

    Exorcisme05

     

    Parfois, un prêtre mal préparé à sa tâche, impressionné par l’'étalage public de ces faits outrageants, vrais ou faux, lâche prise, renonce à son ministère et tout est à recommencer. Car il faut bien l’'admettre, l’'exorcisme ne réussit pas à tout coup, c'’est souvent une épreuve de longue haleine pouvant nécessiter de nombreuses séances étalées sur des mois et des années. Quand tout se passe bien, le sujet expulse par sa bouche le ou les démons qui l'’habitent, dans une suite de râles, de grondements, de vives douleurs. Libéré, le sujet reste longtemps hébété, prostré, tandis que le prêtre achève la cérémonie en psalmodiant un chant liturgique et une prière d’'action de grâces. Devant le phénomène de la possession, l’'Eglise demeure prudente. Elle met en garde ses prêtres et ses ouailles contre la tentation de prendre pour une infestation diabolique un simple mal-être, une souffrance psychologique ou une série de revers- des malaises très fréquents de la société occidentale contemporaine. Et si aujourd'’hui l'’Eglise catholique officielle recourt moins qu’'autrefois à l'’exorcisme pour soigner les personnes qui se prétendent possédées ou victimes d'’un mauvais sort, c’'est, comme l’a expliqué le père Joseph de Tonquédec, parce que « l’'exorcisme est une cérémonie impressionnante qui peut agir efficacement sur l'’inconscient des malades ; les adjurations au démon, les aspersions d’'eau bénite, l’'étole passée au cou du patient, etc., sont cependant susceptibles de susciter dans un psychisme déjà débile, la mythomanie diabolique en paroles et en actions. Si on appelle le diable on le verra : non pas lui, mais un portrait composé d’'après l’'image que le malade se fait de lui. » C’'est pourquoi de nos jours les prêtres exorcistes pratiquent une collaboration mutuelle avec les psychiatres. Il existe en effet davantage de cas de possessions avouée ou apparente ressortissant de la psychiatrie que de l’'exorcisme. Ainsi, dans les années 60/70, durant quatre années de ministère en tant qu'’exorciste officiel de l’'archevêché de Paris- 8 diocèses-, le père Gesland n’'a en fait connu que trois cas indiscutables de possessions diabolique.

     

     

     

     Exorcisme03

     

    La taverne de l’'étrange- 1 Février 2006

     

     

    Aura2

     

    mise à jour le 18 janvier 2013

     

    bientôt un autre dossier "Exorcismes & possessions, mythe où réalité ?"

     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_Van
    Lundi 24 Avril 2006 à 13:27
    Salut C'est Van/ F?du blog http://entite.over-blog.com
    Le son que tu as mis est tr?int?ssant et si on se met compl?ment dans ce que tu as marqu??impressionne.
    Bonne continuation pour ton blog !
    2
    Verra
    Dimanche 28 Juin 2009 à 23:04
    Est-il possible de s'exorciser soi-m? ?
    3
    Maryam
    Vendredi 8 Janvier 2010 à 19:34
    dans le Père ,Notre seul Dieu ,oui est-ce notre foi si nous croyons ,vivons dans ce désir de vivre en Jésus-Christ ,je dis Jésus _Christ ,oh non pas Jésus ,je souhaite vraiment que de tel site en mettant une croix en avant comme celà soit vraiment dans la Lumière ,dans la vérité de Notre Seul Dieu et seul Père
    d'ailleurs quel est ce droit de se faire appeler Père
    Ok ,je me réfugie dans la seule prière ,qui m'exclue du rabachache des "hommes" pour m'en éloigner éloigner oui
    de de ce seul Seigneur et seul à porter ce titre
    alors surtout allez m"exorciser et ne publier ce message

    qui est horrible ,celui qui aussi aujourd'hui ,refuse sa fonction aujourd'hui de fuir le monde
    et tue ainsi les forces divines de l'âme en Christ
    ou ces propos ,sont-ils dignes d'être expliqués
    par et avec le Christ
    dans le respect des lois divines

    être debout ,c'est pas si facile
    alors ou est Christ ,Jésus Christ ?
    "chut que sont tant d'exaltations de mystiques de ces temps ,qui pronent certaines unions dites mystiques
    ou tant d'apparitions dites mariales
    je suis hérétique comment expliquez vous toutes ces apparitions dites mariales
    qui ignorent l'une et l'autre
    ne se connaissent ,
    comment expliquez vous ces faits
    faits qui revendiquent toutes des cultes propres
    des "sanctuaires" et toutes veulent
    que nos cultes passent par elle pour aller à son fils "Jésus"
    ou vous situez vous là dans ces faits
    et comme dans celui de "ouvreton coeur Marie-Pierre Vallet"
    Apparition qui comme dans tous les cas flatte ce prêtre
    flatte la prière qui est plus qu'obligatoire journalière
    le Pére ,vous savez Dieu existe encore !
    et réduit le Fils "Jésus" à sa mère
    "mon petit reste là !"

    Alors ,oui vous avez en Dieu ,Notre seul Père
    oui à oeuvrer
    mais ,avant d'être perdu
    il n'y a pas que des grimaces qui sont signes
    du Démon
    la preuve ,oh que c'est beau
    Vierge(s ) qui se prient elles mêmes avec le chapelet et tant
    et je vais vous faire hurler
    en tant que femme ,je ne risque pas de tomber amoureuse
    de cette image
    Jésus éfféminée de "Faustine"

    Vous ne me croyez c'est normal
    mais que vous disent les quatre évengiles retenus par L'église
    à moins que vous ne fassiez partie de ces prêtres qui doutent de l'existence
    de Jésus ,normal
    mais de Jésus -Christ ,et sont là futurs cadres de Notre ,ou votre Eglise

    l'Eglise qui devrait nous protéger ,laisse un prêtre bénir ces faits
    attend

    mais ,je vous effraie
    oui ,oui au Père Dieu le seul ,Jésus-Christ
    oui à ce Seul Seigneur
    Guérir en par Christ j'y crois ,j'en suis une rescapée
    mais si loin de ces peurs ,ces menaces
    alors Notre Père ,oui seul Dieu

    oui en Christ levez vous
    qui peut croire s'il vit en Christ ces images
    ces gri gri des temps passés

    Alors nje repars ,dans mon chemin ,en Christ ,si loin de ces peurs
    de ces ténèbres
    Maryam
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :