• L'AURA

      L’AURA

    Ce mystérieux halo qui nous entoure…

     

     L'AURA
     
     

    Un spectacle indescriptible ! On voit s’allumer des lumières électriques, puis ce sont des flammes ou des couronnes azurées et orange, de longues traînées violettes, des éclairs aveuglants. Certaines lumières brillent d’un éclat fixe, d’autres se promènent comme des étoiles filantes. On dirait une sorte de jeu fantastique, ensorcelant, mystérieux, un univers de feu !

     

    Ce qui provoque un tel enthousiasme chez l’électrotechnicien russe Sémione Davidovitch Kirlian, c’est la vision de l’aura, ce halo étrange, dû, semble-t-il à une ionisation de l’air, qui entoure tout corps vivant, animal ou végétal, lorsqu’il est placé dans un champ électromagnétique de haute fréquence. Ces lueurs multicolores oscillantes et rayonnantes autour d’un point, comme les feux Saint-Elme, constituent ce qu’on appelle l’effet Kirlian. Ce corps bioplasmatique ne cesse depuis des années d’intriguer tous les savants qui s’y sont intéressés. On a découvert, entre autres choses, que son étude permettait de déceler l’état de santé.

    Mais il apparaît de plus en plus que cette aura est beaucoup plus importante qu’ils ne le croyaient. « J’ai été toute ma vie consciente du fait que les individus possédaient un second corps, un double, affirme Mrs Eileen Garrett, présidente de la Fondation de Parapsychologie de New York (dans les années 70). L’existence du double est un fait acquis dans la philosophie orientale et dans la théosophie qui le décrivent comme un « corps d’énergie », une surface magnétique associée à l’enveloppe charnelle. Ces doctrines en font l’endroit privilégié où les forces du cosmos, du système solaire, des planètes et de notre milieu ambiant viennent se fondre dans l’existence et les croyances de l’individu ».

    Et Eileen Garrett est formelle. Pour elle, c’est cette aura qui constituerait le support de la projection télépathique. Evidemment sa conviction se fondait sur tout un ensemble de fortes présomptions, mais ne pouvait être prouvée scientifiquement. Or, il semble désormais qu’elle était loin de se tromper. En somme, la transmission télépathique ne serait que la rencontre de deux auras. De nouvelles perspectives s’ouvrent également dans un autre domaine, celui de la bilocation et de la projection astrale. Ce que l’on constatait sans pouvoir l’expliquer serait un des nombreux phénomènes dus au déplacement de l’aura dans l’espace.

    Les recherches sont ardues, car si l’on constate scientifiquement l’existence de l’aura, si on peut la faire apparaître à volonté à l’aide d’un équipement approprié, si l’on constate aussi ses effets d’une manière indiscutable, on se perd en conjonctures sur sa nature réelle. Aussi loin que l’on remonte dans l’histoire, on trouve des témoignages de ce que, faute de mieux, on nomme l’aura, mot latin qui signifie « souffle », mais que certains préfèrent appeler corps-énergie, corps astral ou encore corps éthérique. Il est fort possible que l’auréole traditionnelle des saints, telle qu’on la représente dans l’iconographie chrétienne, ne soit autre chose que leur aura, rendue visible à ceux qui vivaient dans leur entourage et transformée en couronne lumineuse par la transmission de bouche à oreille.

    ODEUR DE SAINTETE ET AUREOLE MYSTIQUE

    « Le jour de la Pentecôte, lit-on dans les Actes des Apôtres, ils étaient tous ensemble dans le même lieu quand soudain vint du ciel un bruit semblable à celui d’un coup de vent qui remplit toute la maison où ils étaient assis et ils virent des langues de feu se partager et venir se poser sur chacun d’eux ». Cette scène bien connue, interprétée par les théologiens comme la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, pourrait bien être un effet de la matérialisation de leur aura. Il est admis qu’un état de grande tension spirituelle s’accompagne dans le corps humain de réactions physico-chimiques inhabituelles. C’est ainsi que certains scientifiques expliquent « l’odeur  de sainteté », si souvent constatée.

    La visualisation de l’aura serait un phénomène de même nature. L’auréole n’est pas d’ailleurs spécifiquement chrétienne. Dans presque toutes les religions, on trouve des saints, des mages ou des grands mystiques représentés au centre d’un halo lumineux. Sur les images pieuses, sur les vitraux, dans tous les livres religieux, on représente toujours les saints avec la tête entourée d’un halo lumineux jaune doré. Aux Indes, à Ceylan, au Japon, aussi, les grands hommes sont représentés, la tête entourée de cette brillante auréole. Sur les monuments égyptiens, on voit fréquemment un hiéroglyphe représentant une étoile. C’est la figuration traditionnelle du « Ba », le double spirituel de l’homme qui se détache de son enveloppe charnelle après sa mort.

    « La force vitale n’est pas enfermée dans l’homme, mais elle rayonne autour de lui comme une sphère lumineuse », affirmait le grand Paracelse. Après lui, presque tous les médecins de la Renaissance crurent, sans en voir la preuve, à l’existence de l’aura. Ce mot était employé dans les anciens traités pour désigner une exhalaison qu’on supposait s’élever d’un corps. C’est ainsi qu’on était persuadé que la fécondation résultait de l’action d’une vapeur émanée du sperme à laquelle on donnait le nom d’aura seminalis. Par la suite, de nombreux médecins enseignèrent que l’aura était une vapeur qui, dans les cas d’épilepsie et d’hystérie, semblait monter d’un point quelconque du corps vers la tête et précédait ordinairement la crise.

    On s’est moqué de ces théories lorsque la médecine est devenue une science. Or, à la lueur des découvertes récentes des caractéristiques de l’effet Kirlian, on se rend compte qu’elles étaient beaucoup moins absurdes qu’elles ne le paraissaient. Et il faut bien reconnaître que la vieille conception de cette aura, toute entachée d’erreur qu’elle ait été, est une géniale intuition. Sémione Kirlian n’est pas le premier à avoir étudié scientifiquement l’aura. En 1908, le docteur Walter J. Kilner, praticien de l’hôpital Saint-Thomas de Londres utilisa au cours d’une expérience sur un appareillage électrique une plaque de verre teinté avec de la dicyanine pour éviter d’être aveuglé par les gerbes d’étincelles. C’est alors qu’il aperçut un halo lumineux entourant le corps de son assistant. Aussitôt, il pensa que cette frange lumineuse pouvait bien être l’aura dont parlaient les vieux traités médicaux. Perfectionnant ses filtres, il réussit à obtenir des images nettes qu’il étudia pendant des années avant de publier, en 1920, un ouvrage magistral intitulé L’atmosphère humaine. Pour lui, l’aura devait permettre à tous les médecins d’effectuer des diagnostics beaucoup plus précis qu’avec les techniques habituelles.

    UN NUAGE DE 15 CENTIMETRES

    « Il y a à peine une personne sur dix mille, soutenait-il, qui est consciente du fait qu’elle est entourée, d’un halo intimement lié à son corps, qu’elle soit endormie ou éveillée, qu’il fasse chaud ou froid. Ce halo, invisible généralement, peut pourtant fort bien être vu dans certaines conditions ». L’aura vue par le docteur Kilner à travers ses filtres à la dicyanine apparaissait comme une sorte de nuage épais de quinze à vingt centimètres entourant le corps entièrement et offrant des teintes diverses. Formes et couleurs changeaient d’aspect selon l’état de santé de celui qui était à l’origine de cette émission. Presque  à la même époque, un psychiatre de Munich, le docteur Gerda Walther, étudia elle aussi l’aura et constata comme son homologue britannique le changement de forme et de couleur sous l’effet de la maladie ou même d’un simple changement d’humeur.

    Elle fit aussi d’autres constatations qui semblent faire correspondre l’aura au psychisme. « D’habitude, déclara-t-elle, l’aura se comporte comme une sorte de nuage immatériel lié à l’état de développement spirituel et intellectuel. Ainsi, par exemple, une personne intelligente et ayant une grande vie spirituelle a de fortes chances d’avoir une aura très largement déployée autour de son corps ». Un certain nombre de techniques ont été employées pour visualiser l’aura. Un chercheur britannique de l’université de Cambridge, Oscar Bagnall, influencé par les théories du docteur Kilner, utilisa des lunettes à verres creux remplis d’une solution de goudron. D’autres chercheurs ont essayé, quant à eux, non pas de voir l’aura, mais de la déceler simplement à l’aide d’appareils de mesure du champ électromagnétique. Tous ont constaté l’existence de ce corps éthérique aux propriétés encore peu connues.

    Le grand apport de Sémione Davidovitch Kirlian et de sa femme Valentina, qui l’assista dans ses travaux, est d’avoir réussi à mettre au point un appareillage scientifique capable d’enregistrer l’aura. C’est ce qui leur a permis d’aller beaucoup plus loin dans leurs recherches que les premiers pionniers, comme le docteur Kilner par exemple, qui en étaient réduits à observer l’étrange frange lumineuse à travers des plaques de verre teinté. Pourtant, c’est tout à fait par hasard que Sémione Kirlian a fait sa découverte. Excellent électrotechnicien, il fut un jour convoqué par un chercheur de l’Institut scientifique de Krasnodar pour réparer un appareil électrique. Kirlian fut intrigué par le fonctionnement d’un générateur à haute fréquence utilisé en électrothérapie. Chaque fois que le praticien approchait une électrode de verre du malade, un bref éclat lumineux apparaissait.

    Cette technique de l’électrothérapie, appelée aussi faradisation en hommage au chimiste et physicien anglais Michaël Faraday, est pratiquée depuis le XIXe siècle. Elle agit surtout sur la contractilité musculaire et l’excitation nerveuse, permettant de remédier à certaines paralysies. Il existe d’ailleurs dans le commerce des petits appareils générateurs de courant à haute fréquence servant à stimuler l’organisme, soulager les rhumatismes et rétablir la souplesse des articulations en cas de foulure ou de tout autre accident de ce genre.

    L’APPAREIL DE KIRLIAN

    C’est avec un appareil semblable que Sémione Kirlian tenta tout d’abord de photographier l’éclat lumineux qui l’avait tant surpris. Ce n’alla pas sans mal. En effet, l’électrode de verre voilait continuellement la plaque photographique. Kirlian essaya de la remplacer par une électrode métallique, ce qui lui permit d’avoir enfin des clichés satisfaisants, mais au prix d’atroces brûlures. Enfin, après de longs tâtonnements, il parvint à construire un appareillage aussi parfait que possible lui permettant soit de photographier l’aura, soit même de l’observer directement. Sheila Ostrander et Lynn Schroeder, les meilleurs spécialistes des recherches parapsychiques en U.R.S.S., décrivent ainsi la technique employée par Kirlian : « la photographie des champs électriques haute fréquence nécessite un générateur à étincelles haute fréquence spécialement conçu ou un oscillateur électrique produisant de 75.000 à 200.000 oscillations par seconde.

    On peut relier le générateur à divers appareils : plaques, instruments d’optiques, microscope, microscope électronique, etc. L’objet à étudier (doigt, feuille d’arbre…) est placé entre deux électrodes avec le papier photosensible. On branche le contact et il se crée un champ haute fréquence entre les électrodes reliées au générateur. L’objet projette une sorte de bio-rayonnement sur le papier photosensible. Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser un appareil photographique ». Pendant longtemps, la détection et l’enregistrement de l’aura ne pouvaient être faits que par des scientifiques disposant de ce genre d’équipement. Désormais, il existe un appareil portatif, le Vérograph, permettant de visualiser l’aura sans problème.

    Cet appareil, exposé au public pour la première fois en mars 1976, lors de la semaine de l’hypnose d’Avignon, est fabriqué par la firme hollandaise Aura-Electronics B.V. Son fonctionnement est des plus simples : il suffit de poser sur le plateau supérieur faisant fonction d’électrode la partie à étudier, de mettre le contact et de tourner un potentiomètre jusqu’à ce que l’aura apparaisse. Malheureusement, le Vérograph n’est construit qu’en petite série et son usage est réservé aux seuls spécialistes. En effet, étant donné que l’aura renseigne sur l’état de santé et permet de déceler des maladies avant même que les premiers symptômes ne se fassent sentir, les constructeurs ont craint que leur appareil ne soit utilisé par des charlatans prêts à abuser des souffrances d’autrui.

    C’est une attitude louable, mais qui risque, hélas, de freiner les expérimentations. Quoi qu’il en soit, il est pratiquement sûr que l’effet Kirlian va nous permettre sous peu d’élucider le mystère du corps-énergie. Des spécialistes y travaillent d’arrache-pied dans le silence des laboratoires, mais on sait d’ores et déjà, grâce à des indiscrétions, qu’ils sont sur le point de résoudre un problème qui intrigue les savants depuis plusieurs décennies.

    * 

    Source : documents personnels/mai 2009

    Pin It

  • Commentaires

    1
    SIRENE26
    Mercredi 9 Février 2011 à 10:32
    les médiums s'en servent beaucoup
    2
    predator
    Mardi 15 Mars 2016 à 09:09

    bonjour .

    l'aura et une énergie électromagnétique de faible intensité ,mais nous l'avons en nous !!!!!!!!!

    nous sommes une énergie bio-électrique ,et je pense que les mitochondries sont la bases de cette énergie .

    les machines soit elles sont elles sures ??????

     

    peuvent elles mesurer exactement cette fameuse énergie ???

     

    super ce sujet !!!!!!!!!

     

    merci tyron !!!!!!!!!!

    3
    predator
    Lundi 16 Mai 2016 à 14:04

    bonjour .

    je vois que personne ne reponds !!!!!!!!!

    les machines ne peuvent répondre a cette question nous pouvons(les mediums) manipulent la machine pour que ce soit sensible ou pas ,donc il et possible qu'il y ai manipulation faire croire que une energie et bien la !!!!!

     

    je sais que nous avons de l'électricité dans notre corps mais de la a dire qu'une aura soit forte par rapport a une machine DÉSOLÉ ,nous ne sommes pas encore assez endoctriner par les médiums pour croire a un don du ciel ou de dieu ou des forces cosmiques !!!!!!!!!

     

    sur ce retournons a nos connaissances réfléchissons ,cherchons ,analysons ,répertorions  mais croire a tout vas , a c'est dires médiumniques ,il y a un pont a franchir pas le moindre !!!!!!!!

     

    bonne journée !!!!!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :