• L'affaire Mackay - un cas de TCI étonnant !

     

    Septembre 1954, Indianapolis (Etats-Unis). Lincoln Mackay, ingénieur en chef dans une fabrique de machines à calculer, s'apprête, en compagnie de sa famille, à suivre un programme à la télévision.

     

    « La famille est détendue, tout va bien, mais lorsqu'il allume son récepteur se forme lentement à l'écran une sorte de brouillard mouvant qui, insensiblement, devient de plus en plus net et précise ses contours : les yeux écarquillés, la famille Mackay distingue peu à peu les traits d'un homme âgé étendu sur un lit, les yeux clos et les mains jointes sur l'abdomen.

     

    Pétrifiés, Lincoln Mackay, son épouse et leurs deux filles, âgées de 21 et 22 ans, se demandent à quoi rime cette image insolite qui reste d'une fixité étonnante. Lincoln décide alors d'éteindre le poste, puis de le rallumer en changeant de chaîne. Déjà il va rejoindre son épouse sur le canapé quand la scène réapparaît, plus nette encore... mais toujours identique : celle d'un homme étendu sur son lit de mort. Choquée, l'épouse se lève brusquement, chancelle et s'évanouit : elle vient de reconnaître à l'écran son propre père, décédé six mois plus tôt. A leur tour, Lincoln et ses filles reconnaissent formellement la dépouille du défunt. La solide formation scientifique de Lincoln Mackay, son esprit rationnel et son sérieux son reconnus par tous ses proches. Il n'est pas l'un de ces plaisantins qui se seraient « amusés » à bidouiller des fils pour projeter en boucle l'image de son beau-père sur son lit de mort. L'équilibre physique et mental tant de sa femme que de ses deux filles permet également de repousser l'hypothèse d'une hallucination collective. Incontestablement, il s'agit bien de la dépouille mortelle de George Shuts, père de Mme Mackay. D'ailleurs, pour en attester, les Mackay ont la bonne idée de prendre de nombreux clichés de cette étrange manifestation.

     

    L'apparition de George Shuts sur l'écran du téléviseur se reproduira à trois reprises en l'espace d'une semaine. La première fois, elle restera visible pendant une heure et dix minutes, la deuxième près de cinquante minutes, et la dernière fois pendant trente-cinq minutes. Après en avoir longuement discuté entre eux, les Mackay décident d'alerter la police. Un inspecteur et deux policiers se présentent chez eux et, sidérés, ils doivent à leur tour constaster que l'image du cadavre se substitue inexplicablement aux programmes visibles sur les autres téléviseurs qui fonctionnent au même instant dans l'immeuble. Perturbés par cette vision, les policiers alertent un spécialiste de l'électronique qui non seulement assiste au phénomène, mais en plus, après examen de l'appareil, le déclare en parfait état de marche. A partir de cet instant, l'hypothèse d'un habile trucage est résolument exclue. Le lendemain, pourtant, même vision macabre ! Le surlendemain, cédant aux instances de sa femme, Lincoln ne touche pas au téléviseur, qui, pour l'occasion, est recouvert d'un voile noir. Quarante-huit heures plus tard, et malgré une appréhension fort compréhensible, Lincoln appuie enfin sur le bouton qui allume le téléviseur. Aussitôt, une nuée blanchâtre se forme et, progressivement, l'image du cadavre réapparaît, aussi nette que les autres fois, en présence des policiers et du techniciens qui, à leur tour, photographie le phénomène. »

     

     

    Source : J. Mazeau & Aurélien Le Blé, Le dictionnaire de l'étrange, le pré aux clercs, 2007

     

    La taverne de l'étrange- 26 juillet 2008

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :