• Autre capsule temporelle découverte sous une statue confédérée

    La statue du général Lee à Richmond était devenue la cible de manifestations anti-racistes après la mort en mai 2020 de George Floyd.

     

    «Ils l’ont trouvée!» a tweeté le gouverneur de Virginie Ralph Northam, une semaine après l’ouverture d’une première capsule qui avait déçu les experts. «C’est vraisemblablement la capsule temporelle que tout le monde cherchait», a-t-il ajouté, joignant à son message des photos d’une boîte rectangulaire en métal d’une trentaine de centimètres de long. Le gouverneur a précisé que la boîte ne serait pas ouverte lundi, les experts voulant d’abord l’examiner.

     

    Une capsule témoin est un réceptacle contenant des objets ou documents représentatifs d’une époque, destinés aux générations futures. Elle a été trouvée sous le socle de l’imposante statue équestre du général Robert Lee, chef de l’armée confédérée qui a notamment défendu l’esclavage pendant la guerre de Sécession (1861-1865), inaugurée en 1890 à Richmond, l’ex-capitale des sécessionnistes située en Virginie.

    Vue comme un symbole du passé esclavagiste du pays par de nombreux Américains, la statue a été déboulonnée en septembre, dans un contexte de remise en cause des monuments confédérés.

    Autre capsule temporelle découverte sous une statue confédérée

    Une fois la statue démontée, des experts ont entamé la recherche dans son socle d’une mystérieuse capsule temporelle placée là en 1887, qui devait contenir des reliques de la guerre de Sécession, comme des boutons ou des balles, de la monnaie confédérée, une bible, mais surtout une photo montrant le président Abraham Lincoln dans son cercueil, un cliché présenté comme une bombe historique, susceptible d’affoler le marché des collectionneurs.

    Une première boîte avait été exhumée, puis ouverte avec soin par Ralph Northam, mais elle ne contenait que trois livres et une enveloppe en tissu avec une photographie, tous endommagés par l’eau, ainsi qu’une pièce de monnaie d’origine inconnue. Cette capsule semble avoir été placée dans le socle par les travailleurs ayant participé à l’érection de la statue.

    L’un des ouvrages était un guide pour les astronomes et les navigateurs datant de 1875. Mais un autre semblait avoir été publié en 1889, soit deux ans après l’enterrement supposé de la capsule, laissant penser qu’un autre réceptacle de ce type pouvait se trouver sous le socle.

     

    La statue du général Lee à Richmond était devenue la cible de manifestations anti-racistes après la mort en mai 2020 de George Floyd, Afro-Américain asphyxié sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis, et la montée du mouvement Black Lives Matter. Pendant la guerre de Sécession, le Sud confédéré a combattu pour le maintien de l’esclavage, aboli durant le conflit dans le reste du pays.

    Une première boîte avait été exhumée, puis ouverte avec soin par Ralph Northam, mais elle ne contenait que trois livres et une enveloppe en tissu avec une photographie, tous endommagés par l’eau, ainsi qu’une pièce de monnaie d’origine inconnue. Cette capsule semble avoir été placée dans le socle par les travailleurs ayant participé à l’érection de la statue.

    L’un des ouvrages était un guide pour les astronomes et les navigateurs datant de 1875. Mais un autre semblait avoir été publié en 1889, soit deux ans après l’enterrement supposé de la capsule, laissant penser qu’un autre réceptacle de ce type pouvait se trouver sous le socle.

    Autre capsule temporelle découverte sous une statue confédérée

    La statue du général Lee à Richmond était devenue la cible de manifestations anti-racistes après la mort en mai 2020 de George Floyd, Afro-Américain asphyxié sous le genou d’un policier blanc à Minneapolis, et la montée du mouvement Black Lives Matter. Pendant la guerre de Sécession, le Sud confédéré a combattu pour le maintien de l’esclavage, aboli durant le conflit dans le reste du pays.

    Autre capsule temporelle découverte sous une statue confédérée

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Atteint d'Alzheimer, il réépouse... sa femme !

    Un couple du Connecticut s'est à nouveau dit oui alors qu'il était déjà marié depuis 2009. Peter avait diagnostiqué la maladie neuf ans plus tard.

     

    La vie du couple s'en est trouvée bouleversée au point que Peter a oublié son histoire d'amour avec son épouse. Mais ses sentiments sont restés intacts. Fin 2020, alors que le couple regardait une scène de mariage à la télévision, Peter a lancé à sa femme :

    "Faisons-le !" Sa femme, surprise :"Faire quoi ? Tu veux te marier?" "Oui!", a affirmé Peter. Et au lieu de lui rappeler qu'ils sont déjà mariés, Lisa acceptait, touchée par cette proposition.

    *

    autre info de Ouest France sur cette histoire

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Elle retrouve son alliance 40 ans après !

    Jean-René et Anne Hervé savourent leur plaisir d’avoir retrouvé leur alliance perdue sur la plage du Palus, à Plouha, il y a 40 ans. C’est un chercheur de métaux amateur, Nicolas Kasprzyk, qui a retrouvé l’alliance. (©L’Echo de l’Argoat)

     

    Anne et Jean-René Hervé n’en reviennent toujours pas. Ils viennent de récupérer la bague de mariage qu’Anne avait perdu sur la plage du Palus, à Plouha (Côtes-d’Armor), il y a 40 ans !

     

    C’est un chercheur de métaux amateur, Nicolas Kasprzyk, qui a fait l’heureuse découverte cet été et a réussi à retrouver la trace du couple, installé aujourd’hui dans le centre de la France.

     

    Perdue au cours d’une baignade en famille

    C’était en 1980. Anne et Jean-René Hervé habitaient Guingamp à l’époque (ils y ont vécu de 1975 à la fin des années 1990). Comme beaucoup de Guingampais, l’été, ils prenaient la direction de Plouha et Saint-Quay, pour aller passer du bon temps à la plage.

    C’est au Palus, alors qu’elle se baignait, qu’Anne a perdu son alliance un jour d’été :

     

    Je l'avais perdue en aidant mes enfants, qui étaient tombés du canot pneumatique, à remonter dans l'embarcation. Les enfants jouaient, je ne me suis même pas rendue compte sur le coup que j'avais perdu ma bague. C'est un quart d'heure après que je m'en suis aperçue. Anne Hervé (Propriétaire de l'alliance).

     

    Retrouvée (presque) au même endroit

    Aussi incroyable que ce la puisse paraître, cette bague a été restituée « intacte » au couple le mois dernier. « Elle était impeccable, sans aucune corrosion ni rien, après 40 ans, c’est fou ! »

    La bague a été retrouvée à peu près au même endroit qu’elle avait été perdue il y a 40 ans, « mais on ne sait pas quel voyage elle a fait ! », s’interroge encore Jean-René.

    La découverte a eu lieu fin juin, Nicolas Kasprzyk se souvient :

     

    J'habite à deux kilomètres du Palus, j'y vais souvent pour prendre l'air et me balader. J'amène toujours mon détecteur avec moi. Ce jour-là, ça a sonné entre la plage et les galets, pas loin de la cale. Elle était sous deux ou trois galets, pas très profond. Nicolas Kasprzyk (Détectoriste amateur).

    La bague comporte une date – 31 août 1974 – et deux prénoms – Anne et Jean-René – gravés à l’intérieur.

     

    Un ami a vu la photo sur Facebook

    C’est grâce à ces indications très précises que la bague a pu être restituée à ses propriétaires. Lorsqu’il l’a découverte, Nicolas Kasprzyk a posté une photo de la bague sur sa page Facebook et un ami du couple, Rémi, qui réside toujours dans le secteur, dans la région de Saint-Brieuc, a immédiatement fait le rapprochement.

    Il a vu la photo sur Facebook, avec nos prénoms et nous a tout de suite reconnus. Notre ami a pris contact avec Nicolas et, en une soirée, c'était fait. On a repris contact ensuite avec Nicolas et on a fixé rendez-vous pour se voir. Jean-René et Anne (Propriétaires de l'alliance). Camping-caristes, Jean-René et Anne, qui vivent dans l’Indre aujourd’hui, ont profité d’un séjour en Bretagne le mois dernier pour rendre visite à Nicolas Kasprzyk et récupérer leur précieux anneau.

    On a été bouleversés, on ne s'y attendait plus. Pour nous, 40 ans après elle était définitivement perdue. On y pensait de temps en temps. On a raconté l'histoire de notre bague perdue à des proches, mais on ne pensait plus qu'on la retrouverait un jour !

     

    La bague de Jean-Renée, précieusement rangée

    Aujourd’hui à la retraite, Jean-René et Anne Hervé ont pas mal voyagé depuis leur départ de Guingamp, faisant escale notamment en Loire-Atlantique et dans la région de Lyon.

    Le couple n’avait jamais racheté d’alliance depuis. Jean-René avait quant à lui précieusement conservé la sienne dans une boîte. Il va désormais la ressortir pour la remettre au doigt, ou autour d’une chaîne, en parfaite harmonie avec son épouse. « On remercie Nicolas pour son honnêteté et pour la démarche qu’il a faite pour retrouver les propriétaires, c’est incroyable. »

     

    Une autre bague retrouvée

    Nicolas Kasprzyk a également retrouvé, quelques semaines plus tôt, une autre alliance appartenant à des habitants de Guingamp aussi, perdue au cours de l’été 2018. Elle a été restituée de la même manière via Facebook à ses propriétaires. « Paradoxalement, cette alliance était plus abîmée que celle perdue il y a 40 ans ! »

    Le détectoriste amateur est ravi de faire des heureux. Les belles histoires pourraient continuer puisque Nicolas a, depuis, reçu plusieurs messages d’autres amoureux ayant aussi perdu leurs alliances dernièrement sur des plages du secteur. Un nouveau Seigneur des Anneaux est né !

    Elle retrouve son alliance 40 ans après !

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • La météorite a traversé le toit de tôle de la maison de Josua Hutagalung avant de terminer sa course dans la terre de son jardin. [Capture d'écran Twitter]

     

    C'est un cadeau littéralement tombé du ciel. Un Indonésien de 33 ans, Josua Hutagalung, est devenu millionnaire grâce à la météorite qui s'est écrasé sur le toit de sa maison à Kolang, dans le nord de Sumatra. Rare et de bonne taille, le morceau de roche spatiale a été vendu à un collectionneur américain.

     

    Fabriquant de cercueils, Josua Hutagalung raconte au Sun qu'il était justement en train de travailler, devant sa maison, lorsque la météorite, de plus de 2kg, a traversé le toit de tôle de sa maison avant de terminer son parcours dans la terre, à quelques centimètres de profondeur.

    Le jeune homme se souvient d'un bruit «si fort qu'il a fait trembler certaines parties de la maison». Après inspection, il a remarqué le trou dans son toit et, avec l'aide de sa femme, a déterré le projectile. «Quand je l'ai soulevée, la pierre était encore chaude», précise Josua Hutagalung.


    Selon les informations du Sun, le fabriquant de cercueils a vendu la météorite à un expert américain du nom de Jared Collins. Ce dernier indique avoir été alerté de l'histoire de Josua par de nombreuses connaissances. «J'ai emporté autant d'argent que je pouvais en rassembler et je suis allé le trouver», ajoute-t-il. Depuis, la roche a été cédée à un collectionneur américain qui l'a confiée au Centre d'étude des météorites de l'Arizona state University. 

    Le jeune Indonésien n'a pas donné la somme précise obtenue grâce à la vente de la météorite. Toutefois, la roche a été identifiée comme une chrondite carbonée, soit une variété extrêmement rare, potentiellement vieille de 4,5 milliards d'années. Si bien que les experts s'accordent pour dire que le prix de vente dépasse le million de livres. Certaines estimations montent même jusqu'à 2 millions de dollars. 

    En tout cas, le gain est suffisant pour que Josua Hutagalung décide de prendre sa retraite. Selon lui, une partie de l'argent servira à construire une église à Kolang mais, d'un point de vue plus personnel, le père de famille voit cette étonnante aventure comme un présage  : «J'ai trois garçons mais j'ai toujours voulu avoir une fille. J'espère que cette météorite est un signe du ciel que j'aurai la chance d'en avoir une maintenant».

    Millionnaire en vendant une météorite !

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Vintage fond de chambre

    Comment un vieux téléviseur a causé une panne d'Internet de 18 mois pour tout un village

     

    Tous les jours à sept heures du matin, tous les habitants d’un village gallois n’avaient plus accès à Internet. Une équipe technique a finalement percé le mystère qui aura duré 18 mois.

    Systématiquement vers 7 heures du matin, Internet ne fonctionnait plus à Aberhosan, dans le comté de Powys, et personne n’arrivait à comprendre pourquoi. Openreach, qui appartient à la compagnie de télécommunications BT, a effectué de nombreux tests au sein du village, sans trouver la source du problème qui touchait même certaines habitations autour du village.

    Confronté à ce problème permanent depuis des mois, un ingénieur d’Openreach, Michael Jones, a voulu aller au fond des choses, il a donc fait appel à une équipe d’ingénieurs en chef. “L’impossibilité de résoudre ce problème était très frustrante. Nous étions parfois abattus, mais toujours déterminés à trouver une solution”, a-t-il expliqué.

    Il a ajouté que l’équipe avait “essayé toutes les autres possibilités” avant de se lancer dans un test d’interférence électrique pour détecter un phénomène appelé “bruit impulsionnel”. Un matin, l’équipe a parcouru le village à pied avec un analyseur de spectre sous une “pluie torrentielle”.

     

    Le téléviseur coupait l’accès au haut débit

    À 7 heures du matin, l’appareil a détecté une salve d’interférences. Ils ont tracé ce mouvement jusqu’à une propriété du village et ont finalement eu leur réponse. “À 7 heures du matin, un homme allumait systématiquement son vieux téléviseur, ce qui avait pour effet de couper l’accès au haut débit pour tout le village”, a déclaré Michael Jones.

    “Comme vous pouvez l’imaginer, lorsque nous lui avons fait remarquer cela, il était choqué de voir que son vieux téléviseur d’occasion était la cause de larges problèmes pour tout le village, et il a immédiatement accepté de l’éteindre et de ne plus l’utiliser”, témoigne Jones.

    Openreach a déclaré qu’il n’y avait plus eu d’autres problèmes avec le réseau du village depuis lors. Non seulement Aberhosan a vu son mystère Internet résolu, mais le village rural devrait également être connecté à la fibre optique dans le courant de l’année.

    *

    source de l'info

    18 mois sans Internet à cause d'un téléviseur

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique