• Thaïlande - gâteaux en forme de crotte

    En Thaïlande, une pâtissière suscite un certain engouement avec ses gâteaux en forme de crotte de chien, qui lui valent de passer au journal télévisé.

     

    "C'est bizarre, personne d'autre ne fait des gâteaux en forme de crotte. Les gens aiment ça", assure Wilaiwan Mee-Nguen, recevant l'AFP dans sa petite cuisine, au-rez-de-chaussée de sa maison d'un faubourg de Bangkok.

    Les réseaux sociaux ont été le terreau de sa gloire, les internautes partageant les images de ses gâteaux en forme d'étron, très réalistes.

    Thaïlande - gâteaux en forme de crotte

    "Il y a des gens qui aiment et d'autres qui n'aiment pas", explique-t-elle, philosophe, révélant les secrets de la recette de sa pâte, à base de gélatine et de lait de coco.

    L'AFP a testé et noté la texture gélatineuse très réaliste de la pâtisserie, sans doute moins surprenante pour un palais asiatique, habitué aux desserts gélatineux étranges.

    Wilaiwan, employée de bureau de 30 ans qui commercialisait jusqu'ici ses gâteaux via internet en toute discrétion, se dit avoir été la première surprise par cette soudaine popularité. Depuis, plusieurs télévisions thaïlandaises l'ont interviewée, ainsi que des médias étrangers, notamment japonais.

    Thaïlande - gâteaux en forme de crotte

     

    "Je suis surprise parce que je fais ça en plus de mon travail principal. Je passe mes week-end et mon temps libre à faire des formes bizarres que personne n'a vu avant", explique-t-elle, tout en démoulant sa dernière fournée de gâteaux. "D'habitude ce sont des formes de fleurs, alors les Thaïlandais trouvent ça rigolo", ajoute-t-elle.

    "D'habitude ce sont des formes de fleurs, alors les Thaïlandais trouvent ça rigolo", ajoute-t-elle.

    Tout a commencé il y a quelques mois par une requête d'un client "qui voulait un gâteau avec une forme inhabituelle". La pâtissière a commencé par trouver un moule de chien, avant d'ajouter à sa panoplie un moule en forme d'étron.

    Elle assure en vendre un millier par mois en moyenne, 25 bahts pièce (moins de 70 centimes d'euro), sous la marque "Wilaiwan".

    Thaïlande - gâteaux en forme de crotte

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • « Le visage de sa grand-mère » apparaît sur son échographie

    Une future maman a découvert avec surprise la présence d’un visage sur l’échographie de son bébé. Pour elle, il n’y a aucun doute, c’est un signe de sa défunte grand-mère.

     

    Debbie King, une jeune Irlandaise de 23 ans, en est persuadée. C’est bien le visage de sa grand-mère Teresa, décédée en 2012, qui est apparu sur une échographie de son bébé.

    L’examen médical remonte au 13 juin 2015. Debbie était alors à 20 semaines de grossesse. Le rendez-vous s’est déroulé tout à fait normalement et la future maman est rentrée chez elle avec l’échographie de son bébé. Elle a ensuite fait une étrange découverte.

    «Une amie a attiré mon attention sur l’image en me disant qu’elle y voyait un visage, raconte Debbie aux médias. J’y ai regardé de plus près, et j’ai directement reconnu le visage de ma grand-mère.»

     

    Si l’on regarde l’image en penchant légèrement la tête vers la droite, on peut effectivement imaginer un visage sur la photo en noir et blanc.

    « Le visage de sa grand-mère » apparaît sur son échographie

    Pour conforter son idée, Debbie a donc fait le tour de sa famille en montrant la photo. Et les réactions ont été unanimes: tous ont confirmé la ressemblance avec Teresa.

    Debbie était très proche de sa grand-mère, décédée en 2012. Cet étrange événement lui fait dire que sa grand-mère continue de veiller sur elle et sur sa famille.

    «C’est comme si elle gardait un œil sur nous. Cela me fait me sentir plus à l’aise pendant la grossesse», conclut-elle.

    « Le visage de sa grand-mère » apparaît sur son échographie

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Un Japonais arrêté vivait au-dessus des toilettes publiques depuis 3 ans

    La police a arrêté un homme qui vivait dans le grenier d’un toilette public dans un parc paisible de la ville à Usuki, au Japon.

     

    À la suite du conseil d’un électricien effectuant une maintenance dans le parc, l’homme a été arrêté la semaine dernière pour suspicion d’intrusion, a déclaré le quotidien japonais The Mainichi.

    Les enquêteurs ont découvert que Takashi Yamanouchi, âgé de 54 ans, avait fait un loft spacieux au-dessus des toilettes, il en avait fait sa maison et y vivait depuis au moins trois ans, disant à la police qu’il avait déménagé dans le logement inhabituel lorsque le locataire précédent a déménagé.

    On pense que le squatteur accèdait au grenier en grimpant les murs des toilettes et en accédant au plafond par une trappe.

    La résidence de Yamanouchi était assez propre, bien rangée et avait toutes les commodités qu’on pourrait s’attendre à trouver dans hôtel à bas prix. Le squatter avait un réchauffeur électrique, un poêle à gaz et ses vêtements disposés dans l’espace de 92 mètres carrés.

     

    Curieusement, considérant qu’il habitait littéralement au-dessus des toilettes, la police a également découvert au moins 300 bouteilles remplies de ce qui semblait être l’urine de Yamanouchi.

    La découverte surprenante a incité les autorités municipales d’Usuki à mener une recherche de toutes les toilettes publiques dans les parcs de la ville, mais aucun habitant indésirable n’a été trouvé.

    *

    Un Japonais arrêté vivait au-dessus des toilettes publiques depuis 3 ans

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Il publie une annonce en 1865 pour trouver une femme...

    Une petite annonce publiée en 1865 dans un journal américain, par un paysan à la recherche d'une femme, vient de resurgir sur Twitter. Et cette annonce fait le buzz : de nombreuses femmes se disent prêtes à l'épouser sur-le-champ. Dommage, que l'annonce ait été publiée il y a 152 ans...

     

    À l'époque, faire des rencontres n'était pas aussi simple qu'aujourd'hui. C'est ce que raconte l'histoire de ce jeune paysan américain de 18 ans. Il n'avait pas Tinder, et désirant se marier, il a choisi de poster une petite annonce dans un journal, en 1865.

     

    «Cherche rencontre. Un jeune homme du compté Aroostook, dans la Maine, cherche une femme, et voici comment il se décrit : "J'ai 18 ans, j'ai de bonnes dents, et je crois en Andy Johnson (le successeur de Lincoln après son assassinat), à la bannière étoilée de notre pays, et au 4 juillet (la fête nationale américaine). J'ai acheté des terres à l'Etat, et j'ai nettoyé 18 acres l'an dernier. Et j'en ai semé plus de 10. Mon blé noir est de première classe, l'avoine et les patates poussent bien. J'ai neuf moutons, un taureau de deux ans et deux génisses, ainsi qu'une maison et une grange. Je veux me marier. Je veux acheter du beurre et du pain, des robes à volants, et une fontaine pour une personne de la gent féminine, et cela, pour toute la vie. C'est tout ce qui m'importe. Mais je ne sais pas comment y arriver..."».

    Une annonce qui fait le bonheur de ces dames... en 2017

     

    Si l'annonce a aujourd'hui 152 ans, elle fait désormais le buzz sur Twitter : les femmes sont emballées, et certains hommes sont même jaloux. Postée sur Reddit, de nombreux internautes ont réagit à cette annonce : «Je crois que je l'épouserais. Il s'en sort bien pour un type de 18 ans. Il sait où il va», «Il a de bonnes dents ? Ça me va !», «J'ai 39 ans, et je n'ai même pas un seul mouton», «Ce mec est plus riche à 18 ans qu'on ne le sera jamais». 

    Si l'histoire fait le buzz, et a suscité la curiosité des internautes, personne ne connaît la suite de l'histoire de ce jeune homme. Son annonce a-t-elle fonctionné ? A-t-il trouvé une femme ? En tout cas, une chose est sûre : en 2017, il aurait trouvé une femme en un claquement de doigt !

    Il publie une annonce en 1865 pour trouver une femme...

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    Le monument de la plage d'Omaha Beach, à Saint Laurent sur Mer - la célèbre plage du Débarquement du 6 juin 1944 - le 31 mai 2014. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

     

    A Hiesville, une gourmette au nom de son propriétaire, John E. Hill, a été retrouvée en février. Trois mois après, l'ancien GI, toujours en vie, a pu la récupérer !

     

    C’est une petite histoire extraordinaire au cœur de la grande Histoire. Incroyable, mais vrai : un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale vient de récupérer sa gourmette, 73 ans après l’avoir perdue à la suite du Débarquement en Normandie !

    Le 7 juin 1944, John Edward Hill a 20 ans quand il débarque à Omaha Beach, puis son régiment passe par Isigny-sur-Mer et Saint-Lô. On lui vole sa veste.

    A l’intérieur d’une poche se trouvait sa précieuse gourmette, un bijou en argent offert par sa mère juste avant de partir à la guerre. Le genre d’objet auquel on tient…

    Rentré aux Etats-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, du côté de Syracuse dans l’Etat de New York, le vétéran n’a jamais osé confier à sa mère qu’il avait perdu son cadeau.

    Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    73 ans après… cette histoire lui est revenue comme par enchantement, grâce à un historien valognais de 36 ans, Mathieu Delamotte :

    La gourmette a été retrouvée dans un talus fraîchement élagué, à Hiesville. Deux inscriptions sont gravées dessus : John E. Hill, un nom très répandu, et le matricule 12141290. Après des recherches sur internet pour retrouver de la famille de ce vétéran afin de rendre le bijou, j’ai obtenu l’aide précieuse d’une bibliothécaire qui a retrouvé se trace. Et il était encore en vie, incroyable !

    En avril, une rencontre par webcam a été organisée, devant les caméras de la télévision américaine. Pendant 15 minutes, les deux hommes ont pu échanger leurs impressions et leurs histoires, non sans émotion.

    Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...     Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    Mathieu Delamotte a récemment envoyé le précieux colis à Syracuse, avec en bonus, des « petits paras », ces gâteaux de la biscuiterie de Sainte-Mère-Église :

    Ils l’ont bien reçu. Dans ma lettre, j’ai posé quelques questions sur son parcours et son régiment, car c’était difficile de tout comprendre par caméras interposées. J’espère obtenir bientôt des réponses…

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique